Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Deuxième partie. Les églises chrétiennes et les premiers temps de l’agronomie

Ecclésiastiques et agriculture aquitaine au xviiie siècle. De l’information à l’innovation agricole

Alain Contis

Texte intégral

  • 1 Louis Papy, Le Midi Atlantique, Paris, 1982, p. 15.
  • 2 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiiesiècle. Croissance économique et attraction (...)

1Dans l’optique des innovations agricoles et du comportement de membres du clergé, face à la volonté de remédier au déséquilibre chronique des productions céréalières, l’Aquitaine, nous a paru offrir un champ de recherches très intéressant. À la célèbre question de Louis Papy sur les limites de l’ensemble aquitain, « L’Aquitaine, quelle Aquitaine ? », formulée voilà plus d’une vingtaine d’années1, nous avons choisi d’apporter une réponse fondée sur la réalité administrative, à la différence de J.-P. Poussou qui s’appuie, dans sa thèse, sur le grand quart sud-ouest de la France2. Le cadre géographique de cette étude repose, donc, essentiellement sur les limites des principales subdivisions administratives financières de la généralité de Guyenne, territoire administratif à l’intérieur duquel l’intendant exerce son autorité qui lui a été confiée par le roi. Déjà amputée au xviie siècle par la création de nouvelles généralités, celle de Montauban, en janvier 1635, puis celle de La Rochelle en avril 1694, la généralité de Bordeaux se trouve désormais réduite, à partir des débuts de la Régence, en 1716, aux cinq élections de Périgueux, Sarlat, Agen, Condom et Bordeaux. Cette nouvelle modification des limites territoriales de la généralité survient après la création de l’intendance d’Auch. Nous avons, cependant, eu tendance à nous limiter à quelques remarques ponctuelles relatives à l’élection des Lannes, ôtée de cette généralité, au début de la Régence, mais restituée à l’intendance de Bordeaux, d’abord au début du règne de Louis XVI, en 1775, puis après un nouveau retrait en 1784, rendue à la Basse-Guyenne, en 1787, donc à la veille de la Révolution. Le choix du cadre géographique retenu, au détriment des vastes circonscriptions religieuses que constituent les diocèses, s’explique par le critère des sources exploitées (fig. 1).

Fig. 1 : Les « Pays de Guyenne ».

Fig. 1 : Les « Pays de Guyenne ».
  • 3 Jean-Marc Moriceau, Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation x (...)

2Notre étude repose sur l’exploitation de la copieuse correspondance administrative du fonds de l’intendance de Guyenne, la série C des archives départementales de la Gironde et privilégie plusieurs types de documents qui figurent dans ce fonds de la généralité : la correspondance administrative des subdélégués, au moment de la tentative de « tournant agricole3 », essentiellement la période 1760-1780 ; de multiples suppliques envoyées par des curés ruraux pour attirer l’attention du pouvoir royal sur la gravité de calamités agricoles, même si elles sont limitées en étendue ; enfin, quelques échanges épistolaires entre évêques, soucieux de protéger leur diocèse, et les intendants en poste à Bordeaux, tout au long du siècle des Lumières. Dans une première partie, nous nous efforcerons de découvrir les principales préoccupations de membres du clergé devant les aléas de l’agriculture aquitaine. Les suppliques et les procès-verbaux ne nous renseignent pas seulement sur les accidents climatiques et leurs conséquences dramatiques sur les récoltes mais nous révèlent les soucis d’un certain nombre d’ecclésiastiques, à l’époque de la soudure. Les deux autres parties visent à souligner le rôle du clergé aquitain dans les tentatives de diffusion de nouvelles cultures. La deuxième a pour objet la grande place occupée par les curés en tant qu’agents du pouvoir royal, relais administratif complémentaire du subdélégué. La troisième et dernière partie cherche à montrer que certains ecclésiastiques se sont personnellement investis dans ces tentatives de transformation de l’agriculture aquitaine, mais que ces efforts n’ont guère prouvé leur efficacité. En conclusion, nous montrerons la pérennité du rôle d’assistance que conserve le curé de village auprès de ses ouailles.

Veiller à la subsistance des fidèles

Une province caractérisée par la domination de la vigne

3À la fin du règne de Louis XIV, l’agriculture de la généralité de Bordeaux subit la double emprise des céréales – en particulier les céréales panifiables, le blé et le seigle, cultivées dans la plupart des élections de la généralité de Bordeaux – et de la vigne. Le seigle représente la principale ressource dans les zones considérées comme les plus pauvres de la Guyenne, le Périgord et l’élection des Lannes, correspondant à une bonne partie des Landes actuelles. Le froment n’est bien cultivé que dans une faible partie de l’Aquitaine ; il occupe, néanmoins, une place importante dans l’Agenais et une partie de l’élection de Condom, aux alentours de Nérac.

4Pour faire face aux insuffisances des productions céréalières traditionnelles, seigle et froment, les Aquitains s’appuient sur des ressources alimentaires de secours. L’intendant Lamoignon de Courson cite le cas d’une zone considérée comme défavorisée, la Double, dont les habitants peuvent obtenir une quantité infime de seigle qu’ils complètent, pour leur subsistance, par l’appoint de châtaignes et de raves. Les progrès de l’économie d’échanges, au xviiie siècle, poussent les paysans à faire des choix. Le responsable du Sarladais insiste en 1743, sur la préoccupation essentielle de ses administrés : vendre les gros grains d’hiver, le seigle, principalement, afin de payer les impositions, et se nourrir à base de châtaignes et de maïs.

5En effet, le maïs, plus connu sous le nom de « blé d’Espagne », connaît un réel succès à partir du règne de Louis XIV. Cette plante gagne du terrain dans le nord du Bordelais dès la fin du xviie siècle, comme le révèlent quelques actes notariés du Blayais. Son développement est confirmé, au milieu du xviiie siècle dans des zones assez isolées de la généralité et considérées comme assez pauvres. En Sarladais, le subdélégué Jully reconnaît, vers 1760, la quasi-disparition du millet ou « panis » au profit du blé d’Espagne, appellation courante du maïs. Le succès de cette plante nourricière s’explique par le double rôle qu’elle remplit en Périgord. Elle favorise l’alimentation des ruraux mais sert, aussi, à l’engraissement des cochons. On comprend l’angoisse des populations villageoises, quand le maïs, victime de la sécheresse estivale, ne peut compenser la très faible récolte des céréales d’hiver (fig. 2).

6Notons une culture originale dans le nord du Périgord. Les cultivateurs du pays du Nontronnais s’intéressent au sarrasin, appelé « blé noir » ; en effet, cette céréale qui nécessite peu de soins, présente une productivité relativement forte. Sa croissance très rapide intéresse les exploitants : moins de deux mois s’écoulent entre les semailles et la récolte. Mais sa fragilité aux chaleurs de l’été incite la majorité des Périgourdins à lui préférer, ordinairement, le maïs. Le sarrasin ne représente une production de quelque importance, sous le règne de Louis XV, que dans le Périgord septentrional.

7À la fin du règne de Louis XIV, les intendants Bazin de Bezons et Lamoignon de Courson, auteurs des deux mémoires administratifs très précieux pour la connaissance de la Guyenne – le premier rédigé en 1698 et le second en 1715 – mettent l’accent sur les dérives récentes de l’agriculture aquitaine qui se caractérise par un recul des superficies céréalières au seul bénéfice de la vigne. Ce développement du vignoble aquitain s’effectue dans toutes les élections de la généralité de Bordeaux et concerne les zones les plus éloignées de la capitale bordelaise ou les plus isolées, comme le vignoble côtier du littoral landais, qualifié de « vins des sables » par l’intendant, ou bien le Périgord qui ne se limite pas au prospère pays du Bergeracois mais englobe les zones misérables de la Double et du Landais. La culture des grains reste, certes, présente dans toutes les paroisses mais ne constitue plus une priorité, surtout en Bordelais.

8L’intendant de Bordeaux, Claude Boucher, est le premier à chercher à prendre des mesures concrètes pour faire face au développement des vignes. Il préconise l’arrachage du tiers des vignes afin de faciliter leur transformation en labours et l’interdiction de nouvelles plantations mais n’obtient que partiellement satisfaction par l’arrêt du Conseil d’État du 27 février 1725. Cet arrêt condamnait toute nouvelle plantation de vigne dans la généralité sans permission royale et frappait les contrevenants d’une amende de 3 000 livres. Son successeur, le marquis de Tourny, avoue cependant l’échec de la politique royale répressive en 1756, lorsqu’il écrit qu’il y a, à cette date, encore plus de vignes dans sa généralité que lors de l’arrêt du Conseil de 1731. Le pouvoir royal prend acte des difficultés d’application de l’arrêt de 1731 et lève les interdictions en 1759. Mais, en dépit de la très grande extension de la vigne dans la première moitié du xviiie siècle, les propriétaires tiennent à maintenir des structures d’exploitation « agro-viticoles » et à réserver une place relativement importante aux cultures céréalières, sauf en Bordelais (fig. 3).

Fig. 2 : La céréaliculture en Aquitaine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

Fig. 2 : La céréaliculture en Aquitaine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

Faire face aux aléas climatiques

9La Guyenne souffre, nous l’avons vu, d’un déficit céréalier chronique. Dans ces conditions, les divers responsables administratifs, à l’intérieur de cette province, n’hésitent pas à s’alarmer dès que se produit le moindre dérèglement de saisons. En effet, le pouvoir royal a pris l’habitude d’offrir quelques secours à des communautés atteintes par les intempéries, notamment sous la forme d’une petite réduction d’impôt, une remise sur la taille, à condition d’en obtenir la preuve. Aussi, quand un accident climatique frappe quelques localités, les propriétaires des lieux concernés choisissent des commissaires pour attester l’ampleur des dégâts portés aux récoltes et font signer le procès-verbal par le curé de la paroisse. Il s’agit de montrer le déficit par rapport à une année ordinaire, dite « année commune ». Cette pratique ne cesse de se développer, tout au long du siècle des Lumières. Ainsi, dans l’été 1751, le maire et les consuls d’une bourgade de l’Agenais, Monflanquin demandent de l’aide à l’intendance. Pour assurer le succès de leur requête, ils joignent à leur lettre les attestations rédigées par les curés d’une douzaine de paroisses de cette juridiction. Les documents écrits par les prêtres n’apportent pas seulement des précisions sur les aléas climatiques de l’année – plusieurs mois de pluies suivis d’une grande chaleur estivale – mais nous renseignent sur les productions agricoles de cette subdélégation. Ces paysans cultivent le froment, au détriment du seigle et du méteil ; mais la moisson n’a donné, généralement, que la moitié des grains par rapport à l’année précédente, le curé de Crouzillac allant même jusqu’à mentionner une perte des deux tiers. Ces ecclésiastiques s’appuient sur la perception de la dîme pour faire l’évaluation des récoltes céréalières. Quant à la ressource complémentaire du blé d’Espagne ou maïs, il ne faut guère y compter puisque, selon le curé de Lacaussade, une partie n’a pu naître ; de plus, ce qui a pu pousser s’avère déjà tout sec en raison de la chaleur qui empêche la formation des épis. Le même fléau frappe les vignes et entraîne le dessèchement des raisins ; dans ces conditions, les curés de Tayrac et de Cailladelles prévoient une récolte médiocre. Les petits propriétaires n’ont même pas pu se consoler avec les produits du jardin.

Fig. 3 : La viticulture en Aquitaine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

Fig. 3 : La viticulture en Aquitaine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

10Les membres du clergé, sans attendre la rédaction de procès-verbaux, peuvent réagir individuellement, face aux multiples caprices de la nature, et alerter, le plus rapidement possible, les autorités provinciales, à défaut de pouvoir attirer l’attention ministérielle à Versailles.

  • 4 Archives nationales, G 7/137, pièce 379.

11Sans être personnellement présents à la campagne, des membres du haut clergé exercent leur autorité sur les ruraux et se préoccupent de leur sort quand se produit une calamité majeure. Nous en avons un bon exemple avec les remarques que l’évêque d’Aire transmet à la fin du xviie siècle au Contrôle général des finances4. Le prélat signale l’ampleur des dégâts causés par la grêle du 20 mai 1697. Après avoir indiqué les conséquences sur les ecclésiastiques affectés par la faiblesse des dîmes, l’évêque exprime son inquiétude. La forte mortalité liée à la crise de 1693-1694 a laissé beaucoup de terres incultes. Ce désastre climatique risque d’amplifier l’exil des populations rurales privées de toute ressource. L’évêque sollicite un secours royal pour empêcher l’accélération de l’exode rural qui affecte son diocèse.

  • 5 Jacques Peret, « Climat et mentalités en Haut-Poitou, xviie-xviiie siècle », Actes du 102e congrès (...)

12Les curés de village qui entretiennent des relations étroites avec leurs ouailles se montrent encore plus prompts à réagir face aux divers accidents climatiques. Sans entreprendre une recherche fastidieuse de ces « malheurs du temps », dans les registres paroissiaux et suivre les exemples de Jacques Peret et Stéphane Minvielle5, nous avons recueilli une série de suppliques, adressées à l’intendant, qui permettent de préciser les années les plus calamiteuses, dans la seconde moitié du siècle. Ces prêtres ne se contentent pas d’apparaître comme de bons observateurs des excès climatiques mais recherchent une aide concrète, sous la forme de réductions fiscales, de distribution de semences ou même de secours alimentaires, au profit de leurs paroissiens. L’exagération de quelques descriptions vise à émouvoir les autorités administratives, mais le souci d’obtenir une aide efficace pousse les curés aquitains à montrer la qualité de leurs témoignages et à mettre l’accent sur les destructions de récoltes pour mieux souligner les conséquences d’une disette des grains.

  • 6 Arch. nat., G 7/145, pièce 15.

13Pourtant, certains ecclésiastiques, loin de faire preuve d’esprit charitable envers les fidèles, accordent un intérêt purement égoïste aux divers accidents climatiques et aux mauvaises récoltes qui en résultent. Les chanoines du chapitre collégial de Saint-Astier, près de Périgueux, utilisent le prétexte de la grêle du 3 juillet 1712 qui a ravagé leur province pour écrire à Versailles et solliciter une exemption du versement des décimes6. Ils évoquent la grande perte des ressources qu’entraîne la chute de la dîme mais ne montrent pas le moindre sentiment de compassion envers les ruraux qui ont perdu l’essentiel des récoltes. Le contrôleur général Desmarets se contente de répondre qu’il s’agit d’une affaire interne au clergé.

Autres préoccupations du clergé

  • 7 Arch. dép. de la Gironde, C 475, doc. 43.
  • 8 Arch. dép. de la Gironde, C 1463, lettre du 19 mai 1778.

14Certains ecclésiastiques se soucient du problème de la soudure. L’évêque de Sarlat fait part de son inquiétude dans une missive adressée à l’intendance de Bordeaux en mai 1770. Les céréales ne font pas défaut, mais le prix trop élevé empêche les catégories les plus modestes d’effectuer les achats nécessaires. De plus, un long hiver a éloigné toute perspective d’une moisson précoce. Le prélat sollicite une aide en faveur de ses administrés mais sans en préciser la forme7. Au début du règne de Louis XVI, plusieurs suppliques adressées par des curés du Bordelais soulèvent à nouveau ce problème de la soudure. Le curé de Lapouyade, petit village du Fronsadais, au nord de la Gironde, montre la détresse de ses paroissiens à la fin du mois de mai 1778. Comme la récolte de seigle a été très médiocre au cours de l’année précédente, les derniers grains ont été consommés avant la fin de l’hiver. Or, ces paysans ne peuvent compter sur le secours de la vigne car cette localité, proche des landes de Saintonge, ne produit que du vin de médiocre qualité, « pour faire des piquettes8 ». Sa requête s’avère fructueuse et lui permet d’obtenir des sacs de fèves.

15Le clergé provincial, au même titre que les collaborateurs préférés des intendants – en l’occurrence les subdélégués – fournit au pouvoir administratif d’autres indications précieuses : son avis sur les prévisions de récoltes. L’évêque de Sarlat, dans sa lettre du début du mois de mai 1770, insiste sur les belles espérances de la prochaine moisson. L’enthousiasme manifesté dans ce document ressemble, étrangement, à plusieurs annotations encourageantes des intendants dans les états de prévoyance de récoltes, ces enquêtes de terrain expédiées annuellement au contrôleur général des finances, l’abbé Terray.

  • 9 Arch. dép. de la Gironde, C 369, doc. 61, lettre du 4 mai 1762.

16L’expansion de la viticulture a entraîné un profond changement des mentalités. Dans les riches paroisses vinicoles du Médoc, le souci d’autosubsistance a laissé la place aux préoccupations liées aux échanges. Pendant la guerre de Sept Ans, l’archiprêtre de Saint-Estèphe, tout en déplorant le poids des impositions, révèle que la grande inquiétude de ses paroissiens résulte moins des aléas fréquents de la nature – en l’occurrence, des épisodes de grêle – que la persistance de la mévente de leur vin. Le prêtre prend son exemple personnel : il n’a pu vendre qu’une demi-douzaine de tonneaux, dans le but d’aider les plus malheureux de ses fidèles9. Cette lettre montre que les ecclésiastiques ne se préoccupent pas seulement des problèmes de subsistance mais accordent leur attention aux difficultés liées à une agriculture de plus en plus commerciale.

Hommes du roi, au service du changement agricole

17Les archives du fonds de l’intendance révèlent quelques tentatives, encouragées par l’administration royale, visant à transformer l’agriculture de la Guyenne dans les années soixante. Le mouvement physiocratique, en la personne du ministre Bertin, contrôleur général des finances puis secrétaire d’État, chargé dans son département de superviser l’administration de la Guyenne, va tenter d’exercer son influence dans cette généralité. Le nouvel intendant, Boutin, nommé en 1760, veut, d’abord, faire dresser un état des lieux. Il charge son premier secrétaire, Duchesne, de réclamer aux subdélégués un tableau de leur circonscription avec des indications relatives à l’agriculture, au commerce et à la population. En outre, Boutin, toujours soucieux de montrer son zèle à son supérieur hiérarchique, fait établir par le biais des subdélégués une liste des principaux amateurs de cultures, donc de propriétaires tentés par des innovations agricoles. Nous avons tenté d’analyser le statut social de ces férus d’agronomie. Le tableau concernant la subdélégation d’Agen montre la nette prédominance des ordres privilégiés et d’anciens militaires. Le document relatif à celle de Nérac montre, aussi, une forte proportion de nobles (six) et d’officiers de judicature ou municipaux, le treizième nom étant celui d’un médecin de Tonneins. En revanche, les listes relatives aux subdélégations girondines se caractérisent par le nombre réduit de nobles. Aucun membre de cet ordre n’apparaît en Libournais, et un seul dans le Vitrezay, partie septentrionale du Bordelais. Mais les nobles représentent pourtant, la moitié des passionnés d’agronomie en Médoc. Il convient d’étudier la part du clergé chez les passionnés d’agriculture et de vérifier si elle est aussi élevée que la proportion d’agromanes du second ordre.

Les curés, véritables relais administratifs

  • 10 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 79.

18À l’intérieur de la subdélégation, le responsable administratif s’appuie sur les consuls, afin d’obtenir le maximum de renseignements demandés par l’enquête initiée par l’intendant Boutin. Or, certains consuls ruraux sont décontenancés par la multitude de données à fournir, tant sur le relief, la nature des sols et l’importance des landes que sur les productions, les cultures nouvelles, comme les mûriers, la pomme de terre ou les prairies artificielles ; dans ces conditions, ils vont solliciter l’aide du curé de la paroisse. Quelques documents nous révèlent le travail personnel du prêtre. Ainsi, en Périgord, François Condemine indique qu’il a rédigé le mémoire de la paroisse de Soulaures, qui relève de l’élection et de la subdélégation de Sarlat. Après quelques indications métrologiques, le prêtre livre des renseignements très précieux sur l’agriculture de cette localité. Un sixième seulement de la superficie s’avère cultivable et le rendement du seigle montre la pauvreté des habitants : « Guère au-delà de deux et demi, jugez par là de la qualité du fonds. » Quatre séterées de mauvais prés obligent les paysans à acheter le foin pour nourrir leurs bestiaux et une vingtaine de séterées de mauvaises vignes permettent de recueillir, annuellement, une cinquantaine de barriques de vin. Dans de telles circonstances, les châtaigniers offraient l’occasion aux habitants de disposer d’une ressource indispensable à leur alimentation mais aussi le moyen de s’acquitter à bon compte de leurs impôts. Mais ce prêtre se montre un digne précurseur de l’écologie, en dénonçant la pratique néfaste qui va conduire ses fidèles à leur perte : « Ils ont, depuis quinze ans, au moins arraché pour 15 000 livres d’arbres et, si cela continue, ils seront bientôt pour la plus grande partie sans aucune ressource et forcés d’abandonner leurs biens pour aller bordiers dans d’autres paroisses10. » Le curé achève son mémoire par une analyse très sombre de la conjoncture. La médiocrité de la moisson, les faibles perspectives sur le vin en raison de la grêle qui a endommagé les vignes, les dégâts causés aux châtaigniers le conduisent à ce constat : « À présent, ils sont tous pauvres. » En fait le curé défend, avec ardeur, la cause de ses paroissiens, au moment où l’on évoque les perspectives d’une refonte fiscale pour l’élection de Sarlat.

  • 11 M. Combet, « Agronomes et agromanes en Périgord, 1750-1850 », La modernisation du monde rural en A (...)
  • 12 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 2, lettre du 16 juillet 1761.

19Ces ecclésiastiques ne veulent pas être réduits au rôle d’informateurs occasionnels de l’intendant ou de simples relais administratifs du pouvoir royal, mais aspirent à jouer un rôle très actif. Le curé d’une petite bourgade de l’Agenais, Grateloup, fier d’avoir été inclus dans la liste des principaux amateurs de cultures, qualifiés d’« agromanes » comme ces gens tentés par quelques innovations agricoles dans les environs de Terrasson11, insiste sur sa collaboration avec le subdélégué de Clairac et se présente comme son confident. Il rappelle qu’il s’est substitué aux consuls de sa bourgade pour remplir le questionnaire envoyé par l’intendant. Désireux d’afficher son zèle administratif, ce prêtre revient sur des expériences menées en 1758 pour la préparation des semences de froment et pour l’amélioration des techniques de semailles12. Deux ans auparavant, ce curé s’est lancé dans un programme d’expérimentations dans son jardin. Il s’agissait de montrer aux agriculteurs de Grateloup qu’une bonne préparation des semences pouvait augmenter considérablement la production de froment.

  • 13 Arch. dép. de la Gironde, C 1330, lettre du 24 février 1762.

20Mais la collaboration avec l’intendant ne s’avère pas toujours sereine. Le responsable administratif du Médoc déplore, en février 1762, la résistance passive des curés de sa subdélégation à fournir des relevés de population13. Les prêtres s’abritent derrière l’absence de l’archevêque de Bordeaux pour retarder l’envoi des données chiffrées. Comme la France est engagée dans la guerre de Sept Ans, ces ecclésiastiques redoutent de nouvelles perspectives fiscales, cachées par ce soudain besoin d’informations démographiques.

Les prairies artificielles

  • 14 Arch. dép. de la Gironde, C 1330, doc. 95, lettre du 14 février 1762.

21L’intendant Boutin veut prouver son efficacité dans la diffusion rapide de la culture des plantes fourragères. Les subdélégués reçoivent, au début de l’année 1762, un échantillon de graines de luzerne et de trèfle, ceci sous la forme de petits sacs, à charge d’en assurer la promotion. Dans un premier temps, les propriétaires partagent cet engouement. Mais la situation devient très vite beaucoup plus confuse, notamment en Marmandais : si les cultivateurs adoptent la graine de luzerne qu’ils achètent, ils rejettent celles de sainfoin et de fromental ou ray-grass. On accuse cette dernière plante fourragère d’épuiser trop vite la terre. Le peu d’empressement dont fait preuve le monde paysan de l’Agenais envers ces nouvelles semences est partagé par nombre de propriétaires périgourdins. Au nord de l’actuel département de la Gironde, le sieur David, subdélégué du Vitrezais, insiste sur le conservatisme paysan, source du rejet des plantes fourragères. Les curés ont, pourtant, été associés aux différentes étapes de la promotion des plantes fourragères. Plusieurs subdélégués ont eu recours à leur collaboration pour faire connaître l’intérêt des prairies artificielles et les méthodes pour ensemencer et cultiver la luzerne. Les responsables du Médoc et du Vitrezais l’écrivent à l’intendant Boutin au cours de l’hiver 1762. Mais d’autres subdélégués, comme celui d’Agen, préfèrent s’adresser aux consuls pour organiser la distribution des imprimés. Les curés servent néanmoins de relais administratifs ; le subdélégué David a signalé aux prêtres de son département que les agriculteurs pouvaient le contacter s’ils éprouvaient la moindre difficulté à obtenir les précieuses graines de luzerne14.

La diffusion de la pomme de terre

  • 15 Arch. dép. de la Gironde, C 1322, doc. 115, lettre du 29 janvier 1771.
  • 16 Michel Morineau, Pour une histoire économique vraie, Presses universitaires de Lille, 1985, p. 131
  • 17 Arch. dép. de la Gironde, C 283.

22Le pouvoir royal veut, en 1769, procéder à des essais de la pomme de terre dans quelques paroisses du Bazadais, parmi lesquelles Belin et Pissos. La plupart des propriétaires se montrent zélés et acceptent de participer aux opérations de plantation de ces pommes de terre importées d’Irlande et transportées jusqu’à Langon. À l’encouragement administratif des subdélégués concernant l’introduction de cette pomme de terre en Aquitaine dans la seconde moitié du xviiie siècle, s’ajoutent les actions menées par le clergé auprès des populations rurales. Après la grave crise de 1770, l’intendant Esmangart fait distribuer des mémoires sur la plantation des patates afin d’atténuer les conséquences du déficit céréalier dans sa généralité. L’évêque de Sarlat lui répond et fait référence aux tentatives menées par Turgot pour faire connaître la pomme de terre en Limousin. Le prélat est en effet inquiet devant l’afflux des pauvres dans sa ville, alors que le prix des céréales ne cesse de grimper dans de fortes proportions15. Nous ne pouvons qu’approuver la remarque de Michel Morineau sur le lien entre la contribution occasionnelle de la pomme de terre et l’atténuation de la crise frumentaire16. Quand le curé du Porge, Edmond Danahy, réclame, à l’automne 1771, 7 000 livres afin d’acheter le seigle indispensable pour assurer la subsistance d’une centaine de mendiants représentant le cinquième des habitants de sa paroisse, l’intendant se contente de proposer un secours de 400 ou 500 livres pour l’achat de « patates17 ».

  • 18 Alain Molinier, Stagnations et croissance. Le Vivarais aux xviie et xviiie siècles, Paris, Jean To (...)

23Mais les administrateurs permanents et quelques ecclésiastiques, en tant que relais administratifs, échouent dans leurs méthodes de persuasion. La bonne volonté des propriétaires n’a pu vaincre les craintes du monde paysan. Selon ces métayers du Bazadais, leurs propriétaires seraient désormais tentés de remplacer les prêts de céréales par la pomme de terre. De plus, dès que l’ensemble de l’Aquitaine peut profiter d’une bonne récolte céréalière, surtout à la fin de la décennie 1770, les bonnes résolutions des propriétaires s’envolent. À la différence du Vivarais, cher au regretté Alain Molinier18, où la culture de la pomme de terre s’est étendue au cours du xviiie siècle, les paysans aquitains ignorent cette nouvelle plante au profit du blé d’Espagne, ce maïs plébiscité pour sa grande productivité.

  • 19 Guy Mandon, La société périgorde au siècle des Lumières. Le clergé paroissial, Périgueux, Médiapre (...)

24Guy Mandon a montré que ces curés devenaient des « hommes à tout faire de l’Ancien Régime ». Le pouvoir royal leur enjoignait, notamment, d’établir un relevé des populations, comme nous l’avons signalé à propos du Médoc. Dans la seconde moitié du siècle, les curés sont chargés de faire la publicité nécessaire et d’envoyer des candidates pour suivre les cours de sages-femmes, organisés par madame du Coudray19.

Ecclésiastiques, acteurs des innovations agricoles

Le curé, agriculteur modèle

  • 20 Arch. dép. de la Gironde, C 49, doc. 3, lettre du 28 juillet 1771.
  • 21 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 3, expérience faite en 1758.

25L’encouragement administratif concernant l’introduction de la pomme de terre en Aquitaine, dans la seconde moitié du siècle, n’éveille pas seulement la curiosité de quelques propriétaires mais pousse quelques ecclésiastiques à procéder à des essais dans quelques paroisses de la généralité de Bordeaux. L’abbé Pélauque, vicaire d’une paroisse du Condomois, Louspeiroux, indique que la vue de la récolte de patates en Languedoc l’a incité à tenter une expérience. Les espérances d’une récolte fructueuse s’avèrent assez élevées en cette fin du mois de juillet. Mais le prêtre précise les raisons de sa lettre, adressée à l’intendance. Comme il a beaucoup de difficultés à faire un choix parmi les traités sur la fabrication du pain à partir de ce tubercule, il préfère s’appuyer sur le mémoire distribué par les services de l’intendance dans les diverses subdélégations. Il s’agit de faire découvrir à ses paroissiens l’intérêt d’une plante supplétive à l’alimentation des porcs mais également à celle des hommes, dans une paroisse où de modestes récoltes de seigle « nous fournissent à peine de quoi vivre20 ». Le curé de Grateloup procède à ses expériences sur le blé devant les agriculteurs de la localité : il prend un sac de froment, parmi ceux obtenus au titre de la dîme, lave les grains et les fait sécher. Il va utiliser un sol, contenant même du sable grossier, qui n’avait jamais servi « de mémoire d’homme » à la culture céréalière. Il procède aux semailles le 18 octobre. Un sillon est réservé au blé qui n’a pas subi la moindre modification ; les sept autres sillons sont employés pour recevoir des grains qui ont subi des préparations diverses. Certains grains ont été trempés dans de l’eau avec dissolution de marne, d’autres dans une eau provenant d’une fosse qui reçoit le fumier de l’écurie. La troisième expérience utilise l’urine humaine, tandis que la quatrième fait appel à une eau savonneuse. Les grains du sixième sillon ont été trempés dans un mélange de suie et ceux du septième d’un mélange à partir du tabac. La dernière expérience a recours à de l’eau troublée provenant d’une forge. Toutes les préparations donnent un rendement nettement supérieur au blé ordinaire, la plus forte productivité caractérisant les deux premières expériences. En outre ce sol pourtant réputé médiocre permet une moisson plus précoce. Devant le succès flatteur de cette expérience, le curé Duvaque pense avoir gagné à sa cause les paysans de la paroisse, d’autant plus que les semailles ont été faites selon une technique de semences dispersées de façon moins drue21.

La tentation des nouveautés

  • 22 Arch. dép. de la Gironde, C 1318, doc. 38, lettre du 9 juillet 1761.

26Le prêtre ne cherche pas toujours à remplir un rôle d’agent administratif dans la diffusion des innovations agricoles. La tentation personnelle est à l’origine de certaines expériences. Un curé du Bazadais, installé dans son village de Poussignac depuis une quinzaine d’années, décrit son parcours dans le domaine agricole. Après avoir fait bâtir un presbytère, il a mis en valeur un jardin potager, complété par une vigne et des arbres fruitiers. Son goût pour les innovations l’a poussé à soigner douze pieds d’orangers et à mettre en valeur un jardin floral avec des renoncules, des jacinthes et des anémones22.

27Sans passer au stade de la pratique, certains ecclésiastiques présentent des projets mirifiques pour bouleverser l’agriculture de leurs contrées. Le curé de Grateloup, que nous avons découvert comme précurseur de l’agronomie agenaise sinon aquitaine, présente à l’intendant Boutin son projet d’implantation d’oliveraies dans sa province. Ce prêtre commence par établir une ressemblance climatique entre le Languedoc et cette zone de l’Agenais en relevant l’importance de la sécheresse. Il souligne ensuite la beauté des trois oliviers de sa paroisse qui ont résisté à toutes les gelées. Les olives obtenues présentent la particularité d’avoir un plus gros noyau mais, également, davantage de chair que les olives de Provence ; mises en saumure, elles ont rencontré le même succès que des olives importées d’Italie. Il expose ensuite son plan de développement. La première étape consisterait à établir un jardin royal d’oliviers. Des privilèges temporaires, comme l’exemption de corvée royale pour une durée de huit ans, accordés aux possesseurs d’une centaine de pieds favoriseraient l’essor de ces arbres. Le curé offre sa collaboration pour diriger la mise en place de ce jardin royal d’oliviers.

Un bilan très modeste

  • 23 . 23. Arch. dép. de la Gironde, C 1318, doc. 96, lettre du 29 août 1761.

28Quelques prêtres avouent l’inanité de leurs efforts personnels. Le curé de Luxey, village du nord des Landes, indique que des expériences antérieures menées à Bazas l’ont dégoûté des innovations agricoles. Il a fait venir des mûriers blancs pour la soierie mais rien n’a réussi. Une dernière tentative pour se procurer des pommes de terre par l’intermédiaire d’un marin n’a pu aboutir, faute de plants23. Son collègue de Poussignac, toujours dans le Bazadais, dans le cadre de l’enquête sur les « amateurs de cultures », avoue que ses compétences se réduisent à une très bonne connaissance des sols et des cultures adéquates pour en obtenir une meilleure productivité ; ce prêtre ne fait pas la moindre allusion aux plantes fourragères ou au recours au marnage qui font partie des innovations agricoles les plus recommandées.

  • 24 Arch. dép. de la Gironde, C 1330, doc. 4, lettre du 27 février 1762.

29Les ecclésiastiques jouent un rôle de plus en plus reconnu, comme correspondants ordinaires de l’administration, surtout dans la seconde moitié du siècle, mais échouent la plupart du temps dans le rôle de conseillers agricoles auprès de leurs ouailles. Un curé périgourdin du pays de Gourçon montre le refus farouche des habitants de Montazeau à mettre en pratique l’arrêt du Conseil du roi en date du 16 avril 1761. Malgré des entretiens particuliers avec plusieurs petits propriétaires, ceux-ci se sont réfugiés derrière la lourdeur des impôts pour rejeter la mise en culture de champs restés en friche. Les avis, en provenance de l’intendance de Bordeaux, n’ont suscité aucun écho favorable chez ses paroissiens, malgré leur grande misère24.

  • 25 Arch. dép. de la Gironde, C 1318, doc. 85, lettre du 10 juin 1761.

30Quand une expérience personnelle est, parfois, couronnée de succès, le plus dur commence pour le curé : la résistance du monde paysan aux innovations agricoles s’avère très vive. Le curé de la bourgade de Grateloup, en Agenais, avoue son échec de 1758 dans sa lettre à l’intendant Boutin. Ses fidèles ont, certes, été impressionnés par ses propres résultats mais ont ignoré son encouragement à semer le froment beaucoup moins dru. Ils ne voulaient s’engager à adopter sa technique de semailles que contre la promesse d’un dédommagement en cas d’une moisson infructueuse. La crainte d’aléas climatiques a poussé le curé à refuser le marché. Pour sa part, le prêtre placé à la tête des paroisses de Callen et de Luxey s’est borné à faire connaître à ses paroissiens l’exemplaire remis par le subdélégué Bourriot sur les objectifs relatifs à l’agriculture ; il n’a pu obtenir la moindre réponse. Des rapports, en apparence tendus avec les fidèles, « parmi des gens qui sont d’un esprit singulier et fort difficiles », l’empêchent de se livrer à la moindre innovation agricole. Sans évoquer des rapports difficiles avec ses ouailles, le curé Cardouat insiste sur le conservatisme des agriculteurs de sa paroisse du Bazadais : « Ils veulent suivre les usages et, comme les juifs du temps de Jésus-Christ, les traditions de leurs pères. Je les trouverais encore heureux s’ils voulaient suivre les usages de leurs pères qui étaient bien attachés à leur labourage et ne perdaient pas un jour, au lieu que ceux-ci perdent les trois-quarts de l’année à courir les foires qui sont, dans cette province trop fréquentes25. »

  • 26 Arch. dép. de la Gironde, C 283.

31Certains ecclésiastiques ont, cependant, plus de succès dans leur rôle d’assistance auprès de leurs fidèles. Pourtant, les aliments inconnus suscitent la réticence des masses paysannes, comme l’écrit le curé du Porge, paroisse située au nord du Bassin d’Arcachon, en janvier 1772 : « J’ai mis en usage le riz économique. Les premiers jours, les pauvres n’en voulaient pas manger et il n’y eut que très peu d’enfants qui en acceptèrent, mais depuis huit jours le nombre des enfants ainsi que des adultes croît considérablement… Je prévois n’avoir du riz que pour quinze jours26. » Mais, dans ce domaine de l’assistance aux nécessiteux de la paroisse, les curés de village préfèrent solliciter les administrateurs de la Guyenne, intendant et subdélégués, afin d’obtenir les secours alimentaires traditionnels, sous la forme d’envoi de sacs de grains ou de fèves. Les problèmes de ravitaillement qui affectent le monde des vignerons, au début de l’été 1789, poussent le curé de Monprimblanc, paroisse de la rive droite de la Garonne, près de Cadillac, à mentionner l’explosion du nombre de pauvres dans sa paroisse et réclamer la distribution de sacs de fèves. Cette démarche s’avère fructueuse car le prêtre obtient, de l’intendance de Bordeaux, six boisseaux.

  • 27 Arch. dép. de la Gironde, C 1321.

32Force est de constater que la majeure partie de la Guyenne accorde toujours, à la veille de la Révolution, une grande place à la culture de la vigne. En dépit des problèmes de surproduction et de mévente, les Aquitains restent profondément attachés à la viticulture. L’intendant Fargès le montrait, en 1768, pour la sénéchaussée de Bordeaux en écrivant « Ce territoire ne contient, pour ainsi dire que des vignes27. » La céréaliculture, à la différence de la viticulture, présente, d’après la correspondance administrative, un triste bilan pour l’ensemble de la généralité de Bordeaux. Les progrès du froment en Aquitaine, par exemple dans le Ribéracois, partie occidentale du Périgord, paraissent néanmoins limités en comparaison de l’expansion du maïs. Le blé d’Espagne ou maïs joue désormais un rôle essentiel dans l’alimentation humaine et permet d’élever des volailles et, surtout, d’engraisser les cochons dont la vente, hors du Périgord, facilite le règlement des impôts. La Guyenne souffre, tout au long de ce xviiie siècle, de la persistance du déficit céréalier, en raison de l’insuffisance des surfaces consacrées aux labours et de la faiblesse des rendements céréaliers. La faible quantité des engrais animaux utilisés explique le maintien du recours à la jachère, dans le cadre de l’assolement biennal, y compris dans la subdélégation d’Agen, toujours considérée comme la plus riche en céréales de la généralité, au début du règne de Louis XVI. La grande épizootie de 17741776, par la cherté des bestiaux qui en a résulté, accentue les difficultés des propriétaires à se procurer des animaux de labourage.

  • 28 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 2, lettre du 16 juillet 1761.

33Le clergé a sa part de responsabilité dans cette apparente inertie de l’agriculture aquitaine, à la veille de la Révolution. Beaucoup de curés ont refusé de s’investir dans le rôle de diffuseur des innovations agricoles ou ont échoué dans leur mission de persuasion auprès de leurs ouailles. Biran, subdélégué de Bergerac, dénonçait, au début des années soixante, le comportement des curés qui n’avaient pas fait le moindre effort, auprès de leurs paroissiens, pour promouvoir les prairies artificielles. L’administrateur expliquait ce comportement par la peur de subir des pertes sur leurs dîmes. À la décharge de ces prêtres, il faut mentionner la force d’inertie du monde paysan. Le curé de Grateloup en laisse une trace exemplaire, en écrivant : « La pauvreté qui rétrécit le génie indispose contre toute culture dont on n’a pas vu, par soi même, le profit et dont on ne doit recueillir le fruit qu’après un long temps28. » Seules, les élites rurales se livrent à des expérimentations, en matière de sélection de races d’ovins ou d’adoption de plantes nouvelles, au premier rang desquelles figurent les plantes fourragères. Mais la multiplication des échecs a découragé maints grands propriétaires, confortés par l’assurance d’un revenu assez régulier que leur procure le vin récolté.

  • 29 Arch. dép. de la Gironde, C 2479, lettre du 24 juillet 1789.
  • 30 Arch. dép. de la Gironde, C 4567, doc. 39, lettre du 7 mars 1790.

34Si le clergé rural a échoué dans son rôle de relais administratif des innovations agricoles, il reste, en revanche, fidèle à sa mission de compassion envers les fidèles victimes de la cherté des grains et de la série de mauvaises récoltes qui frappent l’Aquitaine pendant deux décennies. Les multiples demandes de secours transmises par des curés au subdélégué général de l’intendance de Bordeaux, en 1789 et 1790, soulignent l’ampleur de la détresse que connaissent les populations de l’Aquitaine. Mais les comportements des prêtres divergent, dès le début de la Révolution française. Une très faible minorité choisit la voie du mouvement révolutionnaire. Très revendicatif, le curé de Laurenque, Minvielle, souligne la volonté de ses paroissiens, exaspérés, de « secouer le joug », à défaut d’aide matérielle29. Cependant, beaucoup plus compréhensif à l’égard des autorités provinciales, dans une supplique adressée au sieur Duchesne, toujours en fonction à l’intendance, le curé de Loupès, petite localité de l’Entre-deux-Mers, après avoir rappelé l’ampleur de la misère qui sévit en Guyenne, quémande toute forme de secours pour ses paroissiens30.

Notes

1 Louis Papy, Le Midi Atlantique, Paris, 1982, p. 15.

2 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, 1983.

3 Jean-Marc Moriceau, Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation xiie-xixe siècle, Paris, Fayard, 2002, p. 236. L’éminent historien ruraliste utilise cette expression pour la seconde moitié du xviiie siècle.

4 Archives nationales, G 7/137, pièce 379.

5 Jacques Peret, « Climat et mentalités en Haut-Poitou, xviie-xviiie siècle », Actes du 102e congrès national des sociétés savantes, Paris, 1978, t. I, p. 51-65 ; Stéphane Minvielle, « Les malheurs des temps en Gironde au xviii siècle », Annales du Midi, t. 117, n° 249, janvier-mars 2005, p. 45-73. Ce jeune et talentueux historien a relevé 167 mentions, relatives à l’actuel département de la Gironde, pour la période 1700-1792.

6 Arch. nat., G 7/145, pièce 15.

7 Arch. dép. de la Gironde, C 475, doc. 43.

8 Arch. dép. de la Gironde, C 1463, lettre du 19 mai 1778.

9 Arch. dép. de la Gironde, C 369, doc. 61, lettre du 4 mai 1762.

10 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 79.

11 M. Combet, « Agronomes et agromanes en Périgord, 1750-1850 », La modernisation du monde rural en Aquitaine, Actes du LIe congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1999, p. 111-133. Cet universitaire bordelais distingue les purs théoriciens de l’agronomie et les simples amateurs tentés par des innovations agricoles.

12 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 2, lettre du 16 juillet 1761.

13 Arch. dép. de la Gironde, C 1330, lettre du 24 février 1762.

14 Arch. dép. de la Gironde, C 1330, doc. 95, lettre du 14 février 1762.

15 Arch. dép. de la Gironde, C 1322, doc. 115, lettre du 29 janvier 1771.

16 Michel Morineau, Pour une histoire économique vraie, Presses universitaires de Lille, 1985, p. 131.

17 Arch. dép. de la Gironde, C 283.

18 Alain Molinier, Stagnations et croissance. Le Vivarais aux xviie et xviiie siècles, Paris, Jean Touzot, 1985.

19 Guy Mandon, La société périgorde au siècle des Lumières. Le clergé paroissial, Périgueux, Médiapress, 1982.

20 Arch. dép. de la Gironde, C 49, doc. 3, lettre du 28 juillet 1771.

21 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 3, expérience faite en 1758.

22 Arch. dép. de la Gironde, C 1318, doc. 38, lettre du 9 juillet 1761.

23 . 23. Arch. dép. de la Gironde, C 1318, doc. 96, lettre du 29 août 1761.

24 Arch. dép. de la Gironde, C 1330, doc. 4, lettre du 27 février 1762.

25 Arch. dép. de la Gironde, C 1318, doc. 85, lettre du 10 juin 1761.

26 Arch. dép. de la Gironde, C 283.

27 Arch. dép. de la Gironde, C 1321.

28 Arch. dép. de la Gironde, C 1317, doc. 2, lettre du 16 juillet 1761.

29 Arch. dép. de la Gironde, C 2479, lettre du 24 juillet 1789.

30 Arch. dép. de la Gironde, C 4567, doc. 39, lettre du 7 mars 1790.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les « Pays de Guyenne ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5248/img-1.png
Fichier image/png, 56k
Titre Fig. 2 : La céréaliculture en Aquitaine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5248/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 3 : La viticulture en Aquitaine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5248/img-3.png
Fichier image/png, 52k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540