Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Deuxième partie. Les églises chrétiennes et les premiers temps de l’agronomie

Les initiatives de Christian Philippe Schroeder, un pasteur agronome en Alsace (1772-1807)

Jean-Michel Boehler

Texte intégral

  • 1 Charles Hoffmann, L’Alsace au xviiiesiècle au point de vue historique, juridique, administratif, é (...)

1Force est de constater que les activités rurales ou agraires du clergé n’ont pas trouvé l’écho qu’elles méritent dans les publications des xixe et xxe siècles qui se sont focalisées, en Alsace, sur le ministère pastoral, soit que ces activités bassement matérielles n’aient pas laissé de traces, soit qu’elles aient été jugées marginales, sans pour autant être indignes, en regard de la mission spirituelle du pasteur des âmes. Avec Christian Philippe Schroeder (1748-1807), la démarche devient incontournable, tant l’agronome l’emporte souvent sur le pasteur1.

  • 2 Jean Vogt, « Quelques activités et problèmes du pasteur Schroeder à Schillersdorf » et « Centres d (...)

2Pour dissiper tout malentendu, il est indispensable de situer le pasteur Schroeder. Empressons-nous de le dire : il n’a pas, et de loin, l’envergure de son contemporain Jean Frédéric Oberlin, à côté duquel il fait pâle figure et dont il n’a ni les connaissances théologiques – même s’il a revêtu, entre 1803 et 1807, la fonction éminente de président du Consistoire –, ni le savoir encyclopédique – encore que sa curiosité intellectuelle englobe un champ très large puisqu’il s’intéresse à la minéralogie, à la découverte des gisements houillers et à la zoologie 2 –, ni la dimension pédagogique ni surtout l’ouverture d’esprit marquée par la philosophie des Lumières, une bonne dose d’œcuménisme et de philanthropie. Non, c’est un pasteur agronome qui a les pieds dans la glèbe, un authentique rural et non pas un citadin, comme Oberlin, « parachuté » à la campagne, qui œuvre dans cette Alsace du Nord où, Étienne Juillard et Jean Vogt l’ont montré, « il se passe quelque chose » sans qu’on ose invoquer une « révolution agricole ». Son père était déjà pasteur dans la région, successivement à Hatten, dans l’Outre-Forêt, près de Wissembourg (1745-1752), puis à Schillersdorf, dans le pays de Hanau (1752-1772) avant de passer le flambeau à son fils Christian Philippe qui sera donc pasteur dans la même paroisse que son père où il exercera 35 ans, entre 1772 et 1807 : au total plus d’un demi-siècle de pastorat dans la même localité où les Schroeder comptaient deux familles apparentées. Voilà qui confère à notre homme plus qu’une simple expérience : une véritable familiarité avec les hommes et les choses de la terre. Ce qui le caractérise enfin, c’est une culture profondément germanique qui est celle des protestants luthériens en général, culture à laquelle Oberlin n’a pas échappé avant d’arriver au Ban-de-la-Roche (puisque son père était professeur au gymnase de Strasbourg). Schroeder, dont la langue maternelle est l’allemand, passe par le gymnase de Bouxwiller, les universités allemandes de Giessen et de Tübingen, avant d’effectuer un bref séjour à Pirmasens, en tant que prédicateur (Landfreiprediger) et enseignant à l’École latine de cette ville. Son beau-père, Gebhard Pfersdorf, était par ailleurs maître des chasses des princes de Hesse-Darmstadt dont les possessions s’étendaient de part et d’autre du Rhin autour de Bouxwiller, sur la rive gauche, et autour de Darmstadt, sur la rive droite, et son grand père était le serrurier du château de Bouxwiller. Cela trahit des liens étroits que les Schroeder entretenaient avec les Hanau-Lichtenberg, mais également leur enracinement dans la vallée rhénane qui passe pour être, à bien des égards, le laboratoire des progrès agricoles.

  • 3 Arch. dép. du Bas-Rhin, 6 E 146 (1773) et E 786 (1786).
  • 4 Arch. dép. du Bas-Rhin, 6 E 36, Not. Saverne II, inv. 182 (29 novembre 1763).
  • 5 Arch. dép. du Bas-Rhin, C 671/29 (mémoire du 27 juillet 1789).
  • 6 Gerard Charles Schildberg, th. dactyl. cit., t. I, p. 241 et II, p. 475.

3Certes, Schroeder n’est pas le seul à s’occuper d’agriculture à cette époque dans cette Alsace rurale, mais son contact avec la ruralité a été permanent, moins superficiel et moins épisodique que celui de bien des collègues ministres du culte. Rappelons que les pasteurs sont bien représentés en Allemagne, tant chez les Hausväter du xvie siècle (Coler) que chez les Experimentalökonomen au xviiie siècle (Frommel). En Alsace même, au xviiie siècle, le curé Klipfel, recteur de Saint-Ludan à Hipsheim, dans le Ried méridional3, visiblement préoccupé par la rentrée des dîmes, est propriétaire d’un colombier que lui conteste le sieur Braun, conseiller au Grand Sénat de Strasbourg et coseigneur du lieu, et vend du tabac à des marchands de Strasbourg. À Jetterswiller, près de Saverne, le curé Nicolas Denninger 4 est fils de laboureur et ne fait pas mystère de ses goûts et de ses compétences pour le travail de la terre. À proximité de Strasbourg, le curé de Holtzheim, Jean Nicolas Léopold Vogel5, conçoit, dans un mémoire du 27 juillet 1789, un projet de four communal qui permettrait d’économiser 20 000 fagots par an pour confectionner les 200 miches de pain nécessaires à la population. Et quand le pasteur Jean-Michel Weydknecht 6 quitte en 1733 Sand (en pays de Bade) pour l’Alsace, il met trois jours et trois nuits à déménager, utilisant 13 chariots avec 41 chevaux et bœufs, et arrive avec 3 vaches, 6 porcs et une importante basse-cour. Il reste que ces interventions ponctuelles ou ces activités agricoles par nécessité n’ont rien à voir avec les préoccupations du pasteur Schroeder dont l’immersion dans la terre de Schillersdorf est totale.

  • 7 Gottfried Jakob Schaller, Standrede vor dem Sarge Herrn Christian Philipp Schröder, gewesener Pfar (...)
  • 8 Fritz Von Oppenau, Christian Philipp Schröder, Pfarrer von Schillersdorf und Mühlhausen (1798-1807 (...)
  • 9 Jean-Népomucène Schwerz, Beschreibung der Landwirtschaft im Nieder-Elsass, Berlin, 1816. Cet ouvra (...)
  • 10 Georges Livet, La Société académique du Bas-Rhin, 1799-1999, Bulletin de la Société académique du (...)
  • 11 Arch. dép. du Bas-Rhin, 63 J 23 : Einige Antworten auf die, von der zweiten Klasse der Gesellschaf (...)
  • 12 Arch. dép. du Bas-Rhin, 7 E 8. 2, 9-10 (not. mod. Bouxwiller II, 1806-1808) et 7 E 23.1, 28 (not. (...)
  • 13 Arch. mun. Haguenau, FF 217 (1733), Hessisches Staatsarchiv Darmstadt 35 (Hanau-Lichtenberg col. p (...)

4Comment restituer ses préoccupations et reconstituer ses activités ? Nous disposons fort heureusement de sources variées et complémentaires pour y procéder. Les notices nécrologiques 7 ou biographiques 8 ont leurs limites : en alignant les épisodes marquants d’une existence, elles risquent d’occulter le quotidien ; en faisant figure de panégyrique, elles pêchent par un excès d’éloges, surtout si elles reprennent les paroles prononcées le jour des funérailles ; en intervenant trop tardivement, elles établissent une certaine distance entre le moment de leur rédaction et la vie de l’intéressé. Les allusions constantes aux innovations du pasteur Schroeder que fait l’agronome allemand Jean-Népomucène Schwerz9, qui a une envergure européenne en tant qu’observateur avisé des pratiques agraires en Alsace et dans le Palatinat et qui est en phase avec les élites agraires de l’époque, sont irremplaçables. Elles reproduisent en partie un mémoire datant de 1805, écrit de la main de Schroeder et adressé à la Société des Sciences, Arts et Agriculture du Bas-Rhin, dont il n’était apparemment pas membre mais correspondant, et qui est conservé dans les cartons de la Société académique du Bas-Rhin qui, entre-temps, a pris le relais de la précédente10 : c’est un véritable rapport, sous forme d’observations, sur la situation de l’agriculture à Schillersdorf et dans ses environs immédiats, de 87 feuillets recto verso rédigés en langue allemande, en cursive gothique et dans une écriture en pattes de mouche, et probablement, si l’on en croit les renvois que fait l’auteur, le résumé d’un texte plus long (11 cahiers d’environ 510 feuillets, soit un millier de pages) qui n’a pas été retrouvé à ce jour11. Il aurait été souhaitable de découvrir l’inventaire après décès du pasteur afin de prendre connaissance à la fois de la nature de son exploitation et des lectures agronomiques qu’il aurait pu faire : en fait, pour voir dans quelle mesure il réussissait à concilier la pratique avec la théorie agronomique de l’époque ou si, par contre, il se contentait de procéder par tâtonnements empiriques. Si nous n’avons pas pu satisfaire ce désir, en dépit des investigations dans les notariats d’Ingwiller et de Bouxwiller12, c’est, essentiellement pour deux raisons : les lacunes constatées dans les deux fonds notariaux concernés d’une part (les déboires qu’il a essuyés à la fin de sa vie n’y sont peut-être pas étrangers) ; d’autre part, le fait, fréquemment observé, qui veut que le pasteur, ne souhaitant pas se mêler à ses ouailles, pour des raisons de culture ou de discrétion, évite le notaire local pour aller en consulter un autre en ville, auquel cas les actes risquent de nous échapper… Il nous a paru indispensable, par ailleurs, de compléter nos connaissances, compte tenu des multiples activités du pasteur Schroeder, par des sondages dans les archives seigneuriales déposées aussi bien à Haguenau et Strasbourg qu’à Spire et Darmstadt13.

  • 14 « Bauern von ihren alten Meinungen/Meiner Meinung nach… Stolz, Gewohnheit und Vorurteil/eie, das i (...)

5Mais revenons pour l’instant au mémoire de Schroeder qui se situe à deux ou trois niveaux : le texte est à la fois descriptif (ce qui est) et didactique (ce qui devrait être), le tout empreint d’une bonne dose de relativisme, l’auteur réfutant systématiquement, en ce siècle d’observation et d’expérimentation, les a priori, les affirmations abruptes, les vérités considérées comme définitives. Sont présentées à la fois la situation telle qu’elle est dans la région de Schillersdorf, avec des pratiques reposant sur une expérience ancestrale, et les solutions préconisées par le pasteur, nourries de ses propres expériences, en vue, à ses yeux, d’un nécessaire progrès. Apparaissent, de temps à autre, des réflexions désabusées qui montrent le poids de la routine et la force des résistances et qui prouvent que la « révolution agricole », en admettant qu’elle existe, est loin d’être un mouvement universellement partagé14. Souvent en opposition avec ses contemporains, Schroeder n’a pas, comme Oberlin, créé de vie associative permettant aux paysans de prendre en mains leur destin.

6L’auteur passe successivement en revue ce qui lui paraît important pour l’agriculture :

  • un paysage entièrement humanisé, totalement défriché, sans guère de buissons ni de lambeaux de forêts résiduelles, mais non dépourvu de prairies naturelles qu’on aurait tort, affirme-t-il, de négliger en ménageant drainage et fumure ;
  • des sols, tantôt glaiseux, tantôt sablonneux, qui sont loin d’être uniformément fertiles et exigent, de ce fait, une somme considérable de fumure et de labeur moyennant un matériel de labour varié ;
  • des productions très diversifiées (des blés à la pomme de terre et aux cultures fourragères, en passant par les cultures commerciales et industrielles), moyennant des assolements de plus en plus perfectionnés, mais qui sont très fragiles face aux maladies cryptogamiques qu’il convient de prévenir, autant par la préparation de la semence que par le choix judicieux de la date des semailles ;
  • un cheptel remarquable par sa quantité plus que par sa qualité qui fait l’objet, sous la plume de Schroeder, de calculs de rentabilité et pour lequel il préconise, quelles que soient les conditions météorologiques, la pratique de la stabulation continue.
  • Enfin il termine par les facteurs démographiques, le montant des salaires des journaliers et des valets de ferme, le cadre de vie des paysans (bâtiments, mobilier, alimentation et santé) pour conclure au bien-être de la population (ni indigents, ni juifs [sic] dans le village ; des gens de bonne moralité, travailleurs et bons payeurs d’impôts, qu’il compare avec ceux des villages environnants)…
  • 15 Peut-être s’agit-il de la superficie couverte par le seul Wittumgut dont il sera question plus loi (...)

7Schroeder, nous dit-on, est à la tête d’une exploitation de 200 Acker15, soit quelque 40 hectares, occupant, à elle seule 5 % d’un terroir qui s’étend sur 750 à 850 hectares. C’est considérable à l’échelle de la plaine d’Alsace : en supposant que les quelque 50 à 60 ménages de la localité disposent chacun de 40 hectares, il aurait fallu tripler la superficie du ban.

8Le problème qui se pose d’emblée est le suivant : comment faire produire un sol ingrat (caractérisé par un mélange de sable et d’argile) pour assurer la subsistance de la population estimée à environ 500 habitants ? Réponse : la terre la plus pauvre peut s’avérer productive grâce au double apport de fumure et de travail. En quoi il est très novateur et quelque peu influencé par l’esprit des Lumières, puisqu’il rejette tout fatalisme, relativise l’action contraignante de Dieu (à travers la nature des sols et les aléas météorologiques), pour donner toute son importance à la responsabilité de l’homme avec, concrètement, des effets indiscutables : à Schillersdorf, il n’y a plus un pouce de terre non cultivée, plus de jachère… Il ne s’agit pas pour autant, avant la « révolution industrielle » de préconiser l’utilisation d’un matériel coûteux, du fait du prix élevé du fer : certes la charrue, attelée de quatre chevaux ou de deux bœufs, permet de retourner, trois fois par an, un Acker par jour et le nombre de charrues a augmenté de moitié depuis 1789 ; mais gare aux labours trop profonds faisant remonter l’argile à la surface (sauf pour la garance, le chanvre et les choux qui supportent des labours de 8 à 10 pouces, soit de 20 à 25 centimètres). Dans ces terres lourdes, il préconise la « charrue allemande » qui, comparée à la « charrue française » retourne mieux et répartit mieux la terre, mais elle coûte 11 livres : un prix prohibitif pour bien des paysans. Ce n’est pas encore dans l’utilisation d’un matériel lourd que réside le progrès, mais bien dans le « creuser, fouiller, bêcher » de La Fontaine qui fait de l’agriculture alsacienne – ce que les physiocrates ne pouvaient comprendre – une forme de jardinage intensif ou d’artisanat de la culture.

9C’est, par ailleurs, la diversité des fumures qui confère des rendements intéressants à la terre. Et tout d’abord le fumier animal dont il fait l’apologie : du fumier de bovins de préférence, meilleur et moins cher que celui de cheval, mélangé à de la paille hachée et, en cas de besoin, à du feuillage (il en faut 6 chariots par arpent de céréales de 40 ares et 36 par arpent de garance, à raison de 6 livres par chariot si on doit l’acheter aux juifs) ; un mélange de fumier et de terre, pratique qu’il tente de promouvoir en faisant se décomposer le fumier dans des fosses, ce qui ne semble pas convaincre ses concitoyens ; de la colombine ou fiente de pigeon. Séchée, réduite en poudre et tamisée, répandue, après une pluie fine, sur les champs de blé ou de trèfle et sur les prés (fumer les prés, quelle ineptie, s’empresse-t-on de lui répondre !), cette dernière fait des merveilles quant à la vigueur des plantes qui en bénéficient. Schroeder préconise, en complément, l’utilisation des débris de chanvre, de la poussière des granges et surtout de la boue des chemins, vendue aux enchères, fumures auxquelles « l’homme astucieux » confère plus d’efficacité en les entassant durant l’hiver. À l’engrais organique s’ajoute l’engrais minéral : la marne (qu’il est le premier à utiliser dans la région) ; si l’épandage de la chaux est peu connu, il n’en est pas de même de l’emploi du gypse dont on recouvre les champs de trèfle parfois de façon excessive (Schroeder fixe l’optimum en volume aux deux tiers de ce qu’on sèmerait en froment). Enfin l’engrais végétal tient une place importante dans ses expériences : parce que, affirme-t-il, il est moins apte à propager les maladies que l’engrais animal, le recours aux fanes ou au trèfle coupé, voire retourné et enfoui quand il est en fleurs, est fortement conseillé.

  • 16 Jean Vogt, « Les cultures à Schillersdorf au xviiie siècle », Bull. Soc. hist. et arch. de Saverne (...)

10Il rejoint les physiocrates en proclamant la priorité des blés : céréales d’hiver (froment et seigle) et céréales de printemps (orge et avoine), le finage de Schillersdorf 16 ne concédant à la vigne que 15 Acker, soit moins de 1 % de son terroir, et aux prés naturels, au fond des vallons ou à flanc de coteau – ce qui veut dire qu’il faut tantôt les drainer, tantôt les irriguer – 200 Acker, soit 10 % du finage et un peu plus de 18 % à la forêt (Hochwald), en partie pâturée. Les labours, qui occupent donc plus de 70 % du terroir, sont prioritairement consacrés aux céréales pour lesquelles Schroeder affiche trois préoccupations majeures :

  • Le soin accordé aux semailles commence par la préparation des semences par immersion dans une saumure de sel, de chaux, de cuivre et de vitriol, dont il fait lui-même l’expérience en 1803 et qui se révèle très efficace dans le cas des blés niellés. On donnera la préférence au froment « brun », plus lourd et plus généreux en paille que le froment « blanc », et à l’orge de printemps par rapport à l’orge d’hiver. Et puis, ce qui est important, c’est la date des semailles, fixée par la tradition à une quinzaine de jours après la Saint-Michel pour les céréales d’hiver (Schroeder cite à ce sujet un proverbe paysan : « Si tu sèmes à la Toussaint, surtout ne le dis pas à tes enfants ! »), sauf pour le seigle qui peut être semé même après Noël, et en mars-avril, selon la consistance des terres, pour les céréales de printemps. Or là, Schroeder se trouve quelque peu en porte-à-faux avec la tradition ancestrale : il préconise des semailles plus tardives pour les céréales d’hiver (en novembre pour le froment) de façon à retarder l’épiage des grains et empêcher la nielle de s’y installer, et des semailles plus précoces pour les céréales de printemps, le froid n’étant pas à craindre autant que le voudrait la tradition populaire, comme le montrent les expériences de 1788 (gel) et de 1803 (froid).
  • Deuxième préoccupation : tout n’étant pas gagné après les semailles, il importe de protéger le blé qui lève contre les mauvaises herbes. La nielle qui s’y installe n’est pas due à « l’atmosphère », imputable à la puissance divine, mais au mauvais choix de la semence, à la précocité des semailles et à l’insuffisante préparation du sol, autant de facteurs qui sont dus à la négligence humaine (c’est ce qu’il appelle « les causes extérieures ») et d’ailleurs, la nielle n’a pas que des inconvénients dans la mesure où, dit-il, dans les années chaudes et humides, elle est de nature à ralentir la croissance des blés et à les empêcher de verser. À la nielle s’ajoutent quantité de mauvaises herbes, dont Schroeder indique le nom en latin, ce qui trahit une véritable culture agronomique : le chiendent, « fléau des cultivateurs » surtout par temps humide, la folle avoine, le raifort sauvage, la moutarde des champs surtout sur les sols riches (en 1804, où elle étouffe l’avoine qui voit son rendement chuter des trois quarts), la vesce à bouquets qui prolifère avec l’humidité estivale, la gesse tubéreuse qui peut être éliminée soit par les porcs sur les chaumes, soit par les pigeons dans les blés qui lèvent…
  • Troisième préoccupation : les conditions dans lesquelles doit se dérouler la moisson qui, sauf pour l’orge, se fera à la faucille de préférence à la faux, considérée comme trop chère et responsable de l’égrenage et donc synonyme de gaspillage. Schroeder indique la superficie susceptible d’être fauchée par un bon travailleur (en moyenne 40, au maximum 50 à 60 ares), pour un salaire de 7 à 8 livres. Il indique le poids des gerbes (30 à 40 livres par gerbe, ce qui porte les rendements de 1 et demi à 3 rézaux par Acker pour l’orge, de 3 à 3 et demi pour le froment, de 3 à 5 pour le seigle). Il n’a que peu de considération pour l’avoine et, en tout état de cause, il préfère l’avoine « ordinaire » à l’avoine « orientale » et à l’avoine « noire », une variété hâtive qui s’égrène facilement. Il va jusqu’à compter le nombre de grains par épi (35 en moyenne), un pied pouvant donner jusqu’à 24 épis…
  • 17 Effaner consiste à couper les extrémités des feuilles des céréales en herbe, au printemps, pour pr (...)

11Encore faut-il arriver jusqu’à la moisson et Schroeder dénonce les risques de verse qui se fait au détriment des grains et, pour l’éviter, il préconise deux solutions : faire pâturer les blés ou les effaner17. Au total, le ban de Schillersdorf produit 3 100 à 3 200 rézaux de céréales par an, toutes variétés confondues, c’est-à-dire en tenant compte du poids spécifique de chacune d’entre elles, et il nous livre des estimations quant à l’utilisation de ces céréales : 15 à 16 % de réserve pour la prochaine semence ; 47 à 48 % pour la confection du pain quotidien ; 6 % environ pour l’alimentation du bétail (il s’agit surtout d’avoine et d’orge fourragère). Il reste donc, en temps normal, un bon tiers de la récolte disponible pour la vente. À ces estimations, il ajoute des calculs de rentabilité dignes des plus grands agronomes de l’époque : à des prix qui se situent entre 1 200 et 1 600 livres l’Acker de terre labourable, la céréaliculture peut s’avérer rentable, mais gare aux achats inconsidérés de terres qui conduisent à l’endettement de ceux dont « on suce la moelle des os »…

12Mais la céréaliculture ne saurait être une fin en soi et Schroeder se fait l’apôtre d’assolements complexes faisant totalement disparaître la sole de jachère et assurant, sur les deux autres soles, dans le cadre d’un assolement triennal amélioré, des rotations particulièrement efficientes de plantes qu’il classe en trois catégories :

  • Les légumes (fèves, haricots et pommes de terre) qu’il distingue assez mal des racines (navets de chaume semés dans les champs de trèfle, raves et betteraves). La pomme de terre, et ce n’est pas pour nous surprendre, surtout après la disette céréalière de 1804, occupe une place importante dans sa présentation, encore qu’il fasse la distinction entre les topinambours (Kartoffel), cultivés dans des terrains relativement lourds, et les pommes ou poires de terre (Grundbieren) plantées sur les sols sablonneux. À raison de 50 sacs par Acker, les frais de fumure et de main-d’œuvre se chiffrent, pour la seconde, à 73 livres par an, le rapport brut étant de 100 livres, auquel il convient d’ajouter celui des haricots (plantés entre les pommes de terre) et celui des céréales (froment et seigle), ainsi que celui des navets de chaume obtenus après la récolte des pommes de terre : soit, au total, un revenu de 233 livres répartis sur deux ans et un gain net de 160 livres. Au besoin, pour quelques rézaux de grains, on pouvait se procurer, en année normale, des « gens de la montagne » 30 à 40 sacs de pommes de terre qualifiées de « pain naturel de l’Europe », ce qui permettait d’économiser des milliers de sacs de grains et de subvenir aux besoins de certains ménages « qui ne voyaient pas un morceau de pain pendant trois ou quatre semaines ». Y a-t-il apologie plus convaincante de la pomme de terre en tant que substitut des céréales ?
  • Les plantes que nous appellerions « industrielles », qualifiées par Schroeder de « plantes pour les arts », constituent la deuxième catégorie des productions agricoles. Passant rapidement sur le lin et le pavot, peu répandus dans cette région, il s’étend plus longuement sur le chanvre, qui nécessite beaucoup de travail mais assure une certaine indépendance économique, et surtout sur la garance, culture coûteuse, hasardeuse, épuisante pour les sols18, dont le repiquage précoce, des labours profonds, des sarclages répétés, une abondante fumure assurent, selon sa propre expérience réalisée en 1777, un profit en partie illusoire. En effet, il faut compter avec le fait qu’elle occupe le sol pendant plusieurs années et qu’elle requiert d’importants frais de fumure et de main-d’œuvre. Aussi Schroeder met-il ses paroissiens en garde en leur conseillant de ne pas en cultiver au-delà d’un Acker ½, de façon à pouvoir employer la seule main-d’œuvre familiale à l’exclusion des journaliers qui, dit-il, « ont toujours les mains dans les poches ». Car, du fait de la fluctuation des prix, les producteurs sont souvent « trompés dans leurs espoirs » et acculés à la ruine. Sur deux ans, on retire d’un Acker consacré aux pommes de terre et aux céréales un profit de 100 à 150 livres, alors que, selon lui, celui que procure un champ de garance n’excède pas, à superficie égale, les 50 à 60 livres.
  • Mais l’essentiel de l’effort doit porter sur les cultures fourragères, véritable clé du progrès agricole. Le raisonnement tenu n’est pas évident aux yeux des paysans : les cultures fourragères, rétorquent-ils, ne nourrissent pas les hommes et ne leur apportent pas, par la commercialisation, de profit immédiat. Au prix d’une journée de fauche, un journal de pré fournit 30 quintaux de foin, entre 15 et 18 de regain. Or Schroeder se met à ensemencer les prés – quelle idée ! – avec quelques « bonnes graminées » comme le lotus corniculé, et à protéger la prêle, l’ivraie vivace, la flouve odorante, la fétuque des prés, l’houlque laineux, le pied de lièvre, la spergule, le trèfle blanc et rouge, champêtre et rampant (pour bien des paysans, cela revient, ni plus ni moins, à semer de la mauvaise herbe !) et s’emploie à éviter le pâturage après la deuxième coupe. Et alors que la terre se couvre d’un « épais gazon », l’un de ses voisins, par négligence ou malveillance, y déverse des fanes de pomme de terre dont on craint qu’elles ne l’étouffent. Surprise : or, en se décomposant, les fanes enrichissent le pré qui produit de l’herbe magnifique de 3 pieds de haut ! Dès lors, tout l’effort porte sur les prairies artificielles : l’expérience lui montre que la luzerne, pourtant trois fois plus productive que le trèfle, ne réussit qu’après une récolte de garance parce qu’elle nécessite un sol profondément labouré et soigneusement nettoyé. Par contre, le « trèfle rouge » ou « trèfle espagnol », moins cher à la semence que le « trèfle blanc » du Palatinat, ce dernier occupant, affirme-t-il non sans exagération « la presque totalité de la sole de jachère » qui se trouve, par le fait même, transformée en « tapis vert », donne des résultats bien plus concluants à condition qu’on utilise les meilleures semences, qui feront l’objet d’un véritable commerce, sur les meilleures terres – autre aberration pour le commun des mortels –, qu’on le fauche pendant trois à quatre années de suite avant de le retourner ou qu’on le fasse sécher pour « le transformer en foin » destiné à l’alimentation hivernale du bétail. Il procède par tâtonnements successifs : en 1775, il fait un premier essai à partir du trèfle, que son père avait rapporté du Hundsrück dès 1759, en le semant, pour un an seulement, « à la place de la jachère » sur des sols médiocres : « Mes compatriotes, écrit-il, se mirent à rire. Je les laissai faire. » Après un léger labour et une discrète fumure (il n’hésite pas à laisser pourrir le trèfle sur place en y ajoutant de la terre et du fumier), le champ de trèfle était indemne de mauvaises herbes. « Cette fois ils ouvrirent les yeux, messieurs les rieurs cessèrent de se moquer et suivirent bientôt mon exemple. » Son père aura été l’introducteur et lui-même le propagateur du trèfle en pays de Hanau. Il préconise différentes variétés – Weisser Klee, Hopfschneckenklee, Horn-und Schotenklee, Lotusklee – dont seul un féru en botanique comme Schroeder peut saisir les nuances. Non seulement il remplace avec avantage la pâture (qui fait perdre, dit-il, la moitié du fumier et la moitié du lait qu’on serait en droit d’attendre) et les autres fourrages, moins nourrissants, telles que les vesces et les betteraves, mais le froment qui suit le trèfle dans l’assolement – au bout d’un an, de trois ou de quatre – est « le plus beau froment de toute la région » et notre pasteur aura donc gagné sur deux tableaux. L’élevage se met au service de l’agriculture ! Conviction simple, mais paradoxale, voire incompréhensible, selon laquelle le salut de l’agriculture réside dans le développement de l’élevage, non seulement par fumure interposée, mais par le choix d’assolements judicieux faisant alterner labours et prairies artificielles : cultiver du trèfle pour augmenter les rendements de blé, est-ce bien raisonnable ? Son maître, comme on l’affirme un peu rapidement, tant la parenté des idées est troublante, aurait-il été l’Allemand Schubart19 ?

13Il reste à « boucler la boucle » en évoquant l’état du cheptel composé, à Schillersdorf, de quelque 76 chevaux, de 25 paires de bœufs, de 200 vaches et d’un taureau communal. Schroeder n’est pas partisan de l’élevage de chevaux, de petite taille, mis au travail trop tôt (à 2 ans), sujets à toutes sortes de maladies, aveugles le plus souvent à 10-12 ans, épuisés après 15 ans de service, rentables pour les transports, mais pas pour les labours… Il dénonce la tentation, nourrie de préjugés et d’orgueil, d’élever des chevaux coûte que coûte et il leur préfère de loin les bœufs qui fournissent une meilleure fumure, un travail plus assidu et plus régulier et autorisent la vente annuelle de bœufs gras susceptibles d’être cédés à des prix intéressants : à elle seule, la ville de Strasbourg a besoin de 9 000 bœufs par an et les deux tiers d’entre eux proviennent d’Allemagne ! La même raison joue pour les moutons, dont la laine va au marché voisin de Pfaffenhoffen et dont l’élevage, à ce qu’il prétend, n’est pas aussi néfaste pour la culture qu’on veut bien le croire, et pour les porcs qui se trouvent littéralement réhabilités : on vend en moyenne à Schillersdorf 1 200 porcelets par an quand ils ont atteint l’âge de 8 à 10 semaines. Un paysan peut donc tirer de deux truies 36 porcelets à 12 livres la pièce, soit 432 livres. Une nouvelle fois, Schroeder fait part de sa propre expérience : sa truie lui a donné à Noël 9 porcelets, dont il en conserve 3 pour l’usage domestique et en vend 6, ce qui lui rapporte 72 livres ; avec un poids oscillant entre 75 et 100 kilos, les premiers valent 50 livres pièce. La même truie lui donne à la Pentecôte 9 autres porcelets qu’il élève avec du lait aigre, de la bouillie de lait, du son, de la pomme de terre et des fèves, des feuilles de vesces et de la semence de trèfle gonflée d’eau (ce qui ne convainc pas sa servante !)… Le gain total, en moins d’un an, s’élève à 446 livres et déjà notre pasteur lorgne sa truie providentielle qui s’apprête à mettre bas une troisième fois ! On soupçonne, à travers ces activités, une démarche très « moderne », ouverte sur l’économie marchande, les marchés de Bouxwiller et de Pfaffenhoffen absorbant le beurre, le fromage, les plumes d’oie, plus recherchées que les œufs, et les porcelets…

14Et pourtant le pasteur Schroeder n’a du philanthrope que les apparences, car il ne perd jamais de vue ses propres intérêts, comme l’ont montré les récentes recherches de Jean Vogt. Auteur de sa biographie, Fritz von Oppenau, tout en distinguant le pasteur d’âmes et le pionnier des progrès agricoles (Seelenhirt und Vorkämpfer) le qualifie, à la fin du xixe siècle, « d’ami du peuple » et conclut son petit livre par cette réflexion : « Il était un ami de la charrue, donc notre ami. » Certes, mais son action procède d’une volonté de rentabilisation de l’agriculture qui renverrait plutôt aux théories de Max Weber faisant de la réussite sur terre le signe de la bénédiction divine, s’il y avait, dans ses écrits, la moindre référence religieuse : tel n’est pas le cas. Pas d’allusions, comme chez Oberlin, au « Créateur », tout au plus à la « Création » et à la « Nature », ce qui, en définitive, trahit une conception très laïcisante du monde, conforme à l’esprit des Lumières. Derrière ce personnage, qui discute trèfle et fumier et s’adonne à des calculs de rentabilité, on ne perçoit guère le pasteur des âmes : pasteur agronome certes, mais plus agronome que pasteur ? Mais fallait-il avoir été pasteur pour avoir fait ce qu’il a fait ? Si l’idée même selon laquelle le bonheur matériel ici-bas pourrait être le fondement de la félicité spirituelle dans l’au-delà semble étrangère à l’époque, force est de constater néanmoins que l’autorité dont bénéficie le pasteur témoigne de l’ascendant que ce dernier pouvait exercer sur ses ouailles, même s’il arrive que ces dernières aient trouvé certaines de ses initiatives déraisonnables. Il ne saurait être crédité pour autant des progrès de l’agriculture, sinon rhénane ou alsacienne, du moins hanovienne de la fi n du xviiie et du début du xixe siècle, tant il est vrai qu’il n’a pas toujours été suivi, beaucoup s’en faut.

  • 20 Jean Vogt, « Quelques activités et problèmes du pasteur Schroeder à Schillersdorf », Bull. Soc. hi (...)
  • 21 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 2067-2068 (1789-1790) et 1 G 171 (contrats d’échange, xviiie siècle).
  • 22 Landesarchiv Speyer (comté de Hanau-Lichtenberg), liasse disparue.
  • 23 Arch. dép. du Bas-Rhin, 6 E 32/36 (not. ancien Pfaffenhoffen, 1789).
  • 24 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 1948 (1776). Voir également sa correspondance avec l’administration de B (...)
  • 25 Arch. dép. du Bas-Rhin, 2 V 295 (fonds de la Confession d’Augsbourg, an XII).
  • 26 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 91 (1766).
  • 27 Arch. dép. du Bas-Rhin, 17 J 50 et 52 : sentences du tribunal seigneurial de Bouxwiller (1780-1781 (...)

15Schroeder au service de l’intérêt général ? Sans aucun doute. Mais ce que nous saisissons, c’est un personnage très actif, procédurier, âpre au gain, comme l’illustrent les affaires 20 du Wittumgut et du Haagholz. Dès 1770, c’est au nom de son père qu’il cherche à s’octroyer le produit du Wittumgut 21 – entre 30 et 40 hectares rapportant 50 sacs de grains et 72 florins –, exploité par deux fermiers de Schillersdorf, et dont il discute d’ailleurs les titres de propriété :est-ce un bien d’Église ou un bien seigneurial relevant du comte de Hanau-Lichtenberg ? Puis il acquiert, aux confins du village voisin de Rothbach, le Haagholz22, forêt d’une dizaine d’hectares qu’il a échangée contre une autre située dans le Palatinat et provenant de l’héritage de son épouse, et se heurte à l’opposition de cette communauté attachée à ses droits de pâture immémoriaux. Et quand il cherche à la déboiser pour la replanter, la rentabiliser, y construire des bâtiments en pierre, en exigeant l’exemption des corvées pour les hommes et les bêtes qu’il investit dans l’opération, c’est le scandale. Il se heurte aux chanoines d’Offwiller au sujet du retard pris par le travail du chanvre23, aux meuniers d’Ingwiller à propos des droits de banalité24. Même avec ses paroissiens les relations n’ont pas toujours été aussi harmonieuses qu’il y paraît, comme le montrent les démêlés avec les fermiers du bien paroissial dans la filiale de Mülhausen, auxquels il impose, par de subtiles manœuvres, le quadruplement des fermages25, tout en affirmant une vieille prétention à l’exemption des droits de pâturage26. Et le fait de se trouver en position de sous-fermier de la dîme à Schillersdorf n’arrange pas les choses 27

  • 28 Jean Vogt, « Les contorsions d’une éminence grise : à propos du célèbre Schroeder et du cahier de (...)
  • 29 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 2979/12 (1789) et 1 G 171/44 (15 mai et 13 octobre 1789).
  • 30 Gottfried Jakob Schaller, op. cit.
  • 31 Ibid. : « Ein Welt- und Menschen Kenntnis ».

16Car Schroeder est indiscutablement un manœuvrier et, dans ce domaine, la Révolution 28 lui permet de déployer ses talents : voilà que, pris entre la défense des habitants et le respect dû au comte de Hanau-Lichtenberg, il est dénoncé pour sa participation au cahier de doléances de Schillersdorf, jugé attentatoire au souverain, et s’en explique en affirmant que, dans certains articles délicats (relatifs à la fiscalité, aux forêts, à la justice), il s’est contenté de mettre en forme les doléances de ses concitoyens sans les prendre à son compte, tout en écartant d’autres articles, considérés comme plus dangereux, dans l’intérêt du souverain29. Double langage ? En fait, il cherche à concilier la position du Stabhalter, défenseur des droits seigneuriaux, et les revendications de la communauté : une position d’équilibriste difficile à tenir… S’il rejette l’égalité fiscale et se refuse à inciter les sujets à la désobéissance en défendant l’autorité en place, Schroeder n’est pas pour autant un ennemi irréductible de la Révolution. Il peut tout aussi bien exprimer sa vive réaction face à l’empiètement, dans un taillis, d’un troupeau de 200 moutons sous la garde du berger communal que déplorer les vols de bois commis par les paysans, sous le prétexte que leur fournit la Révolution, aggravant de ce fait la pénurie de combustible. N’oublions pas que c’est devant la « Société patriotique » qu’il présente son mémoire en 1805 et il y compare la production des grains avant et après la Révolution, avec des progressions de l’ordre de 23 % pour le froment, de 50 % pour le seigle, de 100 % pour l’orge, la seule diminution, de l’ordre de 33 %, concernant l’avoine, progressions auxquelles, aux yeux de Schroeder, le partage des communaux et la mise en vente des biens nationaux ne sont sans doute pas étrangers. Étonnant personnage que ce pasteur, passionné pour les choses de la terre, mais très intéressé et capable de constantes compromissions et d’étranges contorsions et, de ce fait, exposé aux critiques de ses contemporains : car, écrit le pasteur Gottfried Jakob Schaller, l’auteur de son éloge mortuaire, « il n’était pas sans défaut, car personne n’est parfait sous la lune30 ». Du moins Schroeder aura-t-il, selon ce même auteur, marqué son époque par « sa connaissance du monde et des hommes31 ».

Notes

1 Charles Hoffmann, L’Alsace au xviiie siècle au point de vue historique, juridique, administratif, économique, intellectuel, Colmar, Huffel, 1898-1906, t. I, p. 276. Marie-Joseph Bopp, Die evangelischen Geistlichen und Theologen in Elsass und Lothringen von der Reformation bis zur Gegenwart, Neustadt-an-der-Aisch, Degener, 1959, p. 496, notices 4759 et 4760. Gérard Schildberg, Le pastorat du comté de Hanau-Lichtenberg de 1689 à 1789, thèse dactyl., université des Sciences humaines, Strasbourg, 1979, t. II, p. 508. Jean-Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Presses universitaires, Strasbourg, 1994, t. I, p. 664, 819, 826-827, 839, 842 et t. II, p. 1 141-1 143, 1 302, 1 335 et 1348. Voir également la notice « Schroeder » de Jean Vogt, Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, 34, 1999, p. 3 544-3 545.

2 Jean Vogt, « Quelques activités et problèmes du pasteur Schroeder à Schillersdorf » et « Centres d’intérêt géologiques et miniers du pasteur Schroeder à Schillersdorf à la fin du xviiie siècle », Bull. Soc. hist. et arch. de Saverne et environs, 135-136, 1986 II-III, p. 27-28. L’auteur utilise les fonds suivants : Arch. dép. du Bas-Rhin E 1442/1 (concession de mine d’anthracite, 1743), E 1535 (houille à Menchhoffen, 1780) et pour les recherches minières à Schillersdorf : 1 L 1513 (1791- an VIII), 133 L 336 (1793) et 340 (an II) et Arch. Nat. F 14/4246, Affaires minières d’Alsace (avec un mémoire du pasteur Schroeder daté du 6 septembre 1784).

3 Arch. dép. du Bas-Rhin, 6 E 146 (1773) et E 786 (1786).

4 Arch. dép. du Bas-Rhin, 6 E 36, Not. Saverne II, inv. 182 (29 novembre 1763).

5 Arch. dép. du Bas-Rhin, C 671/29 (mémoire du 27 juillet 1789).

6 Gerard Charles Schildberg, th. dactyl. cit., t. I, p. 241 et II, p. 475.

7 Gottfried Jakob Schaller, Standrede vor dem Sarge Herrn Christian Philipp Schröder, gewesener Pfarrer in Schillersdorf und Präsident des Ingweilers Konsistorium, Strasbourg, 1807 ; Gabriel Chr. Lembke, Rede an der Bahre, Strasbourg, 1807 ; Fürstliche Stolberg’sche Leichenpredigtensamlung, t. IV, Leipzig, 1932, p. 225.

8 Fritz Von Oppenau, Christian Philipp Schröder, Pfarrer von Schillersdorf und Mühlhausen (1798-1807). Eine biographische Skizze als Beitrag zur Entwicklungsgeschichte der niederrheinischen Laandwirthschaft, Strassburg, 1888.

9 Jean-Népomucène Schwerz, Beschreibung der Landwirtschaft im Nieder-Elsass, Berlin, 1816. Cet ouvrage fondamental a fait l’objet d’une traduction française par Victor Rendu sous le titre suivant : Assolements et culture des plantes en Alsace, Paris, 1839.

10 Georges Livet, La Société académique du Bas-Rhin, 1799-1999, Bulletin de la Société académique du Bas-Rhin, t. CXXXI-XCCCII, 2001-2002.

11 Arch. dép. du Bas-Rhin, 63 J 23 : Einige Antworten auf die, von der zweiten Klasse der Gesellschaft der Wissenschaften des Ackerbaus und der Künste im unterrheinischen Departement vorgeleget. Fragen von Christian Philipp Schröder, Pfarrer zu Schillersdorf und Mitglied dieser Gesellschaft (1805).

12 Arch. dép. du Bas-Rhin, 7 E 8. 2, 9-10 (not. mod. Bouxwiller II, 1806-1808) et 7 E 23.1, 28 (not. mod. Ingwiller 1806-1808).

13 Arch. mun. Haguenau, FF 217 (1733), Hessisches Staatsarchiv Darmstadt 35 (Hanau-Lichtenberg col. prot. 1785) et Landesarchiv Speyer (Hanau-Lichtenberg).

14 « Bauern von ihren alten Meinungen/Meiner Meinung nach… Stolz, Gewohnheit und Vorurteil/eie, das ich immer gesehen habe, ich habe immer bemerkt, die Erfahrung die ich gemacht habe… »

15 Peut-être s’agit-il de la superficie couverte par le seul Wittumgut dont il sera question plus loin.

16 Jean Vogt, « Les cultures à Schillersdorf au xviiie siècle », Bull. Soc. hist. et arch. de Saverne et environs, 84, 1973/IV, p. 21-22.

17 Effaner consiste à couper les extrémités des feuilles des céréales en herbe, au printemps, pour prévenir la verse.

18 Jean Vogt, « À propos de la garance : quelques aspects et problèmes de la spéculation garancière à Brumath. Autour de l’affaire de l’expédition des plans en Hesse (1767) », Ann. Soc. hist. et arch. de Brumath, 11, 1988, p. 10-14. Voir également : Hessisches Staatsarchiv Darmstadt 35, Hanau-Lichtenberg, col. prot. 1781.

19 Schubart (Johan Christian), propriétaire foncier et agronome allemand (1734-1787), auteur d’un mémoire remarqué sur le trèfle (1782) et d’une Correspondance économique (1786) ; conseiller des princes (successivement du prince de Hesse-Darmstadt et du duc de Saalfeld-Cobourg).

20 Jean Vogt, « Quelques activités et problèmes du pasteur Schroeder à Schillersdorf », Bull. Soc. hist. et arch. de Saverne et environs, 135-136, 1986/II-III, p. 27.

21 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 2067-2068 (1789-1790) et 1 G 171 (contrats d’échange, xviiie siècle).

22 Landesarchiv Speyer (comté de Hanau-Lichtenberg), liasse disparue.

23 Arch. dép. du Bas-Rhin, 6 E 32/36 (not. ancien Pfaffenhoffen, 1789).

24 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 1948 (1776). Voir également sa correspondance avec l’administration de Bouxwiller, 1774-1789 (E 2069) et les sentences du tribunal seigneurial de Bouxwiller, 1780-1781 (17 J 50 et 52).

25 Arch. dép. du Bas-Rhin, 2 V 295 (fonds de la Confession d’Augsbourg, an XII).

26 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 91 (1766).

27 Arch. dép. du Bas-Rhin, 17 J 50 et 52 : sentences du tribunal seigneurial de Bouxwiller (1780-1781) et Arch. mun. Haguenau, JJ 270 (1777).

28 Jean Vogt, « Les contorsions d’une éminence grise : à propos du célèbre Schroeder et du cahier de doléances de Schillersdorf », Bull. Soc. hist. et arch. Saverne et environs, 205, 2003/IV, p. 15-19.

29 Arch. dép. du Bas-Rhin, E 2979/12 (1789) et 1 G 171/44 (15 mai et 13 octobre 1789).

30 Gottfried Jakob Schaller, op. cit.

31 Ibid. : « Ein Welt- und Menschen Kenntnis ».

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540