Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Deuxième partie. Les églises chrétiennes et les premiers temps de l’agronomie

« Eau bénite et vert-de-gris ». Campagnes et curés savants dans la République de Venise, xvie-xviiie siècle

Danilo Gasparini

Texte intégral

  • 1 Le phylloxéra est attesté en Italie à partir de 1879.

1« Eau bénite et vert-de-gris » : telle était la réponse que faisaient certains curés agronomes aux paysans qui leur demandaient avec insistance une bénédiction des vignes frappées par le phylloxera1. Les paysans ne contestaient pas les effets de l’eau bénite mais ils n’étaient pas opposés pour autant au vert-de-gris.

2La Terre ferme, sous domination vénitienne à l’époque moderne, était une région densément peuplée. Au xvie siècle, Venise, forte d’environ 150 000 habitants, dominait un réseau urbain composé de grandes cités – Padoue, Vicence, Vérone, Bergame, Brescia… – et de nombreuses villes petites et moyennes. L’ensemble dynamisait l’économie et stimulait la demande en produits agricoles. L’agriculture s’est fortement spécialisée afin de répondre à la demande urbaine au cours du xvie siècle. De nouvelles structures capitalistes se sont alors mises en place, entraînant une réorganisation des territoires agricoles de la Terre ferme. Il faut prendre toute la mesure des besoins immenses de la seule ville de Venise qui ne produisait aucun produit agricole : pour nourrir une population aussi nombreuse, il était nécessaire de faire parvenir quotidiennement jusqu’à la lagune d’importantes quantités de céréales, de vin, de viande, de produits laitiers…

3Terre profondément catholique, la Vénétie est la région italienne où le binôme clergé/campagnes a le mieux fonctionné. Pendant des siècles, dans les campagnes de Venise, le clergé a non seulement été actif dans son domaine réservé, assumant ses devoirs religieux et spirituels, mais il a aussi participé à la vie des communautés dans tous les domaines. Le gouvernement vénitien s’adressait souvent aux curés pour transmettre ses règlements – sanitaires ou judiciaires – mais aussi lors des enquêtes et des recensements. Les curés jouaient le rôle de médiateur entre le prince – en l’occurrence la Sérénissime – et le monde des campagnes.

  • 2 Sur la formation de la propriété foncière, tant patricienne qu’ecclésiastique, voir G.-M. Varanini(...)

4La forte présence du patriciat vénitien dans les campagnes à partir du xvie siècle marque de son empreinte la Terre ferme 2. Les Vénitiens disposaient de propriétés foncières étendues ; on compte plus de 4 000 villas possédées par des patriciens et des aristocrates. Otium et negotium, ces villas d’agrément étaient également des lieux de production et de mise en valeur du territoire. À côté de la propriété patricienne et citadine, une propriété ecclésiastique étendue existait depuis des siècles : couvents, monastères, abbayes, menses épiscopales. À partir de la seconde moitié du xve siècle, ces immenses domaines suscitèrent l’appétit des hauts dignitaires ecclésiastiques issus de l’aristocratie vénitienne. Cette double présence du clergé et du patriciat nouait une sorte d’alliance entre pouvoirs civil et religieux renforçant le contrôle social et politique exercé sur la paysannerie : à preuve le petit nombre et la faible intensité des révoltes paysannes en Vénétie. Ce rôle civil et politique, de tendance conservatrice et souvent réactionnaire, sera poursuivi et parfois amplifié lors de la domination autrichienne à partir de la première moitié du xixe siècle.

  • 3 Je renvoie à la recherche sur « Le campagne trevigiane in età moderna. Secoli 15-16 » que je dirig (...)
  • 4 G. Gullino, La politica scolastica veneziana nell’età delle riforme, Venezia, 1973.

5Schématiquement, trois grands moments peuvent être distingués quant au rôle joué par le clergé – régulier et séculier – en Vénétie. Une première période va de la seconde moitié du xve jusqu’à la fin du xviie siècle 3. Durant ces deux siècles et demi, le clergé régulier et le patriciat s’appliquent à guider le monde paysan vers des modèles de production plus modernes que l’on pourrait qualifier de capitalistes. Une deuxième période correspond à peu près au siècle des Lumières, au cours duquel le clergé séculier – surtout les curés de campagne, mais pas seulement – expérimente, publie, lit, discute et polémique sur des problèmes liés aux productions agricoles et à la société paysanne. Ces curés savants ambitionnent également d’éduquer les paysans. Une troisième période débute dans la première moitié du xixe siècle. À côté de son rôle de vulgarisation agronomique, le clergé se voit confier des fonctions d’ordre public : il participe activement à la confection des registres d’état civil mais aussi à l’instruction publique. Dans la Vénétie de 1816, presque 87 % des maîtres d’école étaient prêtres 4. Placé entre le gouvernement et les sujets, le clergé se soucie davantage de loyauté envers les souverains que de didactique agraire. Seules les deux premières phases nous retiendront donc ici : comment le clergé a-t-il pu influer sur la pratique agricole des paysans ? quels furent les résultats concrets sur les conditions de vie des contadini ?

Le temps des abbayes et des monastères (milieu XVe-fin du XVIIe siècle)

  • 5 Sur Ludovico Barbo : L. Pesce, Ludovico Barbo vescovo di Treviso (1437-1443). Cura pastorale, rifo (...)

6La réforme barbiana, (du nom du cardinal Barbo 5 qui la promulgua) s’imposa aux domaines ecclésiastiques au milieu du xve siècle. Elle substitua aux livelli – de longs contrats emphytéotiques – des contrats de courte durée (triennaux). Il en résulte une nouvelle manière d’appréhender les terres, l’agriculture et le travail. Le paysan n’est plus attaché à la terre par un lien consolidé au fil des générations. Dans cette nouvelle configuration des contrats de location, il devient un acteur économique différent. Pour améliorer la productivité et la mise en valeur des terres, les baux commandent des travaux de défrichements, de plantations de vignes et d’arbres, de construction de nouveaux bâtiments d’exploitation :

  • 6 Archivio di Stato di Treviso, Notarile I, b. 864, notaio Adamo de Fabris, 15 décembre 1579, Amitta (...)

« Qu’ils soient obligés de planter en notre lieu, là où il plaira au concédant, chaque année pendant la durée du bail, cent cinquante arbres et cent cinquante vignes fossoyées, comme il lui sera montré et désigné 6. »

  • 7 Archivio di Stato di Treviso, Notarile I, b. 495, notaio Girolamo Federici, protocollo 155-57, cc. (...)

7Les contrats se font plus détaillés, moins génériques, de véritables normes agronomiques apparaissent. Elles s’inspirent des traités contemporains d’agronomie qui proposent une nouvelle organisation des cultures pour que l’entreprise agricole devienne plus productive. Aux termes des trois années, le propriétaire a toujours la possibilité de donner congé au locataire, d’autant qu’il est facile de remplacer la main-d’œuvre en période de forte croissance démographique. Les discussions n’en sont pas moins vives lors de la rédaction des contrats, à l’exemple de ce bail à mi-fruit conclu en 1550 par le prieur de la chartreuse de Montello pour un vaste domaine de 65 hectares. De nombreux passages du texte révèlent une véritable négociation, perceptible dans les mots utilisés par le prieur pour faire admettre à son métayer des améliorations supposant un travail considérable, comme la mise en culture de 15 hectares et la plantation d’arbres et de 500 pieds de vignes. Le propriétaire propose divers avantages afin que la famille du colon « travaille avec plus d’ardeur et fasse plus allègrement de telles améliorations ». Le choix des mots est révélateur. À cette volonté du prieur s’opposent les contre-propositions du colon, perceptibles dans tel passage : « aux prières insistantes de ces colons » ou « ces paysans me sollicitent également pour que je les aide à acheter des herbes des marais pour faire des litières pour le bétail 7 », etc. Autant de passages présageant de l’existence, de part et d’autre, de discussions, propositions et contre-propositions.

  • 8 Registres consignant les rentrées de récoltes.

8Enfin, la gestion administrative des patrimoines se fait par l’utilisation d’instruments de comptabilité et d’écrits toujours plus sophistiqués et précis. En Vénétie, les couvents, les monastères et les abbayes sont les premiers à s’être dotés de véritables cadastres et de plans non dépourvus d’une certaine esthétique. Tout est documenté, numéroté, annoté, recueilli et organisé : grands livres, journaux, registres, scodaroli 8. À l’instar des réserves vinicoles, la gestion des greniers est nettement séparée par type de récolte. Un œil attentif est porté au marché urbain, aux fluctuations des prix et de la conjoncture, à la gestion des réserves et au gouvernement du quotidien. Un esprit d’entreprise émane des nefs somptueuses : une autre musique, moins céleste peut-être mais plus rentable.

9Ce modèle d’oeconomia est stimulé par les expérimentations effectuées chez les laïcs qui diffusent à grande échelle le modèle de la villa patricienne caractéristique de la Vénétie. Ce modèle productif s’accompagne d’une extraordinaire production littéraire agronomique, diffusée et reçue par un large public. Les auteurs sont très nombreux : entre Tatti Giovan Battista alias Francesco Sansovino en 1560 et Giacomo Agostinetti en 1679, on peut, entre autres, citer Augustin Gallo, Camillo Tarello, Africo Clemente, Giovanni Maria Bonardo, sans parler des traductions de Charles Estienne (autrement dit Carlo Stefano), Olivier de Serres, Gabriele Alfonso de Herrera… Toutes œuvres qui se trouvent fréquemment dans les bibliothèques monastiques.

10Outre ces livres, il faudrait également prendre en compte une production considérable de petits traités, d’opuscules consacrés à l’arpentage, à l’économie domestique, à la comptabilité du ménage et de l’exploitation. Pour n’en citer que deux, l’Iconomica de Paolo Caggio (Venise, 1552) et Della economica de Giacomo Lanteri, de Brescia tout comme Gallo (Venise, 1560). Mais le meilleur exemple est probablement fourni par Giovan Battista Barpo, un chanoine de Belluno. Dans son traité agronomique Le Delizie et i frutti dell’agricoltura e della villa (Venise, 1634), ce clerc bilieux et rancunier se répand en conseils pratiques :

« Ensuite, rédige ton contrat et accord quand tu seras sûr des qualités du fermier. Ne t’embarrasse pas d’un notaire tatillon et de peu de foi ; fais tout toi-même, avec deux témoins et exprime-toi clairement et sincèrement, sans épargner les mots ou les papiers, pour être sûr d’être bien compris… »

11Et plus loin, il insiste :

  • 9 Giovan Battista Barpo, Le Delizie et i frutti dell’agricoltura e della villa, Venezia, 1634, p. 28 (...)

« Quand le colon entend énumérer tellement d’item, il s’effraie de voir tout cela écrit. Alors, tâche d’inclure toutes ses obligations dans une seule période, afin de ne pas multiplier les item. Enfin, fais voir les contrats à ton confesseur et si quelque condition lui paraît pour le moins illicite ou déshonnête, enlève-la 9. »

La brise des Lumières

12Le chanoine Barpo ne s’adressait pas aux paysans mais aux propriétaires nobles et citadins et aux membres de sa classe, sur un ton aigre, pour défendre leurs privilèges. L’obligation de résidence des prêtres chargés d’âmes modifia la situation. Le curé commence alors à s’occuper non seulement de ses paroissiens mais aussi d’un bénéfice ecclésiastique essentiellement composé de terres et/ou de rentes foncières. Il commence à regarder et à comprendre la vie des ouailles de son troupeau, à arpenter les champs, à entrer dans les maisons, à se rendre compte de la pauvreté, parfois de la misère mais aussi de l’obsolescence de certains systèmes de production.

  • 10 Sur la société vénitienne, la Terre ferme et l’agriculture : M. Lecce, L’agricoltura veneta nella (...)

13C’est un processus de longue durée qui se développe au cours du xviiie siècle 10, mais ce ne sera qu’à partir de la seconde moitié de ce siècle que les recommandations de quelques représentants du clergé se feront clairement entendre. Tout cela se déroule dans le contexte plus profond et plus général d’un débat qui traverse, sur fond de Lumières, toutes les villes de Terre ferme. On discute de tout, notamment d’économie et d’agriculture, et à défaut de les appliquer, on imagine des réformes radicales. Même dans la Venise du xviiie siècle, celle des carnavals et de Goldoni, repliée sur elle-même à contempler son passé glorieux, les vents de réforme – une brise plus qu’un vent ? – se laissent percevoir.

  • 11 Sur les débats et les Académies agraires de la Vénétie du siècle des Lumières, la recherche indisp (...)

14Les années décisives sont ici les années 1760 : en 1768, un décret du Sénat vénitien invite les villes à fonder des académies agraires 11. Cette incitation fait suite à une importante enquête menée par Pietro Arduino, titulaire de la chaire d’agriculture à l’université de Padoue, sur l’état de l’agriculture en Terre ferme. Aux origines de celle-ci, un problème lancinant : la pénurie structurelle en bovins, tant de boucherie que de trait, liée à l’impérialisme céréalier (froment et surtout maïs) d’une agriculture qui doit faire face à une forte pression démographique. Au gré de ses visites, Arduino découvre la situation des campagnes. Parmi ses interlocuteurs, des dizaines de curés lui fournissent bon nombre de renseignements sur la condition paysanne et le retard technique et économique du système de production.

15La République élabore alors dans ces décennies une législation spécifique destinée à moderniser l’agriculture. C’est dans ce contexte que des dizaines de villes, grandes et petites, se dotent d’académies agraires sur la voie ouverte par Udine et parfois en continuité avec les vieilles académies du xviie siècle. Divulguer, simplifier et synthétiser les renseignements, multiplier les expériences, telles sont les missions des agronomes et des académiciens. Il fallait combattre les préjugés, bousculer les traditions ataviques, diffuser les connaissances techniques chez les paysans afin de changer leurs méthodes et, partant, d’influer sur leurs mentalités.

  • 12 Simone Filiberto La Salle de l’Étang, Le praterie artificiali o sia metodo di perfezionare l’agric (...)
  • 13 F. Griselini, Del debito che hanno i Parrochi della Campagna di educare ed istruire i Contadini ne (...)
  • 14 Sur Francesco Scottoni, M. Infelise, « Appunti su Francesco Scottoni illuminista veneto », Archivi (...)

16Comment instruire les paysans ? Cette renaissance académique est accompagnée d’une activité d’édition frénétique : traductions d’œuvres étrangères, notamment françaises ; la traduction vénitienne des Prairies artifi cielles de Simon Philibert de la Salle de l’Étang devient un best-seller 12. On publie des mémoires, souvent présentés devant les assemblées académiques ou primés lors des nombreux concours portant sur les questions agricoles, notamment dans des journaux comme le combatif Giornale d’Italia spettante alla scienza naturale e principalmente all’agricoltura, alle arti ed al commercio dirigé par Francesco Griselini ou le plus réputé Gentiluomo Coltivatore, 1768-1783. Il est remarquable qu’en douze années, de 1765 à 1776, 991 mémoires, soit 82 par année, aient été publiés dans le Journal de l’Italie. Griselini, en plein débat, édite une brochure au titre signifi ca-tif : De l’obligation qu’ont les curés de campagne d’éduquer et instruire les paysans dans les meilleures règles de l’agriculture et dans toutes les branches de l’économie rurale13. Sont également réédités quelques-uns des classiques de l’agronomie, notamment à l’initiative de membres du clergé, comme à Brescia – pouvait-il en être autrement ? – les Venti Giornate d’Augustin Gallo, glosées et annotées par l’abbé Cristoforo Pilati, secrétaire de l’Académie de ladite ville, et à Venise Il Ricordo d’agricoltura de Camillo Tarello, commenté par le bouillant franciscain Giovan Francesco Scottoni, qui sera par la suite conseiller-agronome éclairé de la famille des comtes de Collalto à Susegana au nord de Venise 14.

  • 15 « Qui mieux que moi, qui depuis plus de vingt ans […] vis au milieu de 500 familles rustiques, que (...)

17À parcourir les listes des membres des académies, on ne peut qu’être impressionné par la présence massive de religieux, à l’instar de celle de Conegliano, au nord de Trévise, où sur 59 inscrits, 35 sont membres du clergé. S’il peut parfois s’agir d’une présence de façade – quelques évêques, par exemple à Vicence –, on décèle aussi un réel engagement fondé sur une prise de conscience et de responsabilité. C’est dans les centres les plus petits, les marges des grandes villes et les zones montagneuses (je pense à Rovigo et au Polesine, à Belluno), que le clergé résident a stimulé l’agriculture de la manière la plus active. Une telle mission est clairement assumée par Antonio Carrera, un prêtre du diocèse de Belluno : « […] io, che da più di vent’anni mi trovo obbligato alla campagna e vivo in mezzo a 500 famiglie rustiche, che tutte ho l’occasion di conoscere intimamente per ragione del ministero ch’esercito… » Il appelle de façon pressante ses confrères à être membres actifs des académies agraires « per instruirsi anch’essi quanto alla teorica delle cose rustiche… e prender impegno di metter sempre più in credito quest’arte appresso de’ loro parrocchiani, e darne anche la direzione e l’insegnamento ». Il ajoute : « Ciò ch’essi sentissero dalla sua bocca, lo riceverebbono con venerazione, e ne conserverebbono la memoria più facilmente […]. L’agricoltura ha molti rapporti con la religione, coll’Evangelio e con la moralità delle azioni umane : sotto queste viste potrebbe anche dall’altare medesimo essere predicata a’ fedeli. Cristo si servì di molte parabole e similitudini prese dalla campagna 15. » Carrera ne se contenta pas de vœux pieux : il dénonça avec réalisme et compétence les maux de l’agriculture de la région de Belluno.

  • 16 L’un des auteurs les plus prolifiques entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle fut le cur (...)

18Lorsqu’on songera sérieusement à fonder des écoles pour instruire les paysans aux choses de l’agriculture, on pensera aux curés pour y enseigner. Les méthodes et les moyens pour y parvenir seront beaucoup discutés. On opta pour une instruction donnée en langue vernaculaire et sous la forme de petits bréviaires imprimés, justement dénommés Catechismo d’agricoltura. Ces derniers prenaient souvent la forme d’un dialogue 16, d’inspiration socratique, favorisant la mémorisation… À condition toutefois que les paysans sachent lire !

  • 17 J.-E. Bertrand, Élémens d’agriculture fondés sur les faits et les raisonnements, à l’usage du peup (...)

19L’instruction des paysans est un problème commun à une bonne partie de l’Europe des Lumières. Venise s’intéressa à la question et essaya d’animer un débat sur ce point particulier. Les expériences effectuées de l’autre côté des montagnes, notamment à Berne (Suisse), furent étudiées avec intérêt : le texte de Jean-Elie Bertrand fut traduit et imprimé à deux mille exemplaires 17. On envisagea d’instaurer des écoles tenues par les curés pour instruire les campagnards aux choses de l’agriculture et de créer un enseignement d’économie rurale dans les séminaires et les pensionnats. Mais une enquête lancée en 1783 sur les capacités des curés révèle que sur 2 500 curés, seuls vingt peuvent être identifiés comme agronomes. Les débats sont animés et peuvent déboucher sur des analyses désenchantées sur la réussite du projet, voire même sur l’inutilité des académies après tant d’années de production de mémoires savants. De surcroît, certains mettent en doute la capacité des curés qui ne seraient pas les plus aptes à diffuser un tel enseignement. La proposition est alors faite de former des maîtres laïcs.

  • 18 Sur Melchiorre Spada, S. Rossetto, « Melchiorre Spada, parroco agronomo », P. Pecorari (dir.), Ami (...)
  • 19 M. Simonetto, I Lumi nelle campagne, op. cit., 2001, p. 336.

20De nombreuses discussions portèrent sur la méthode et les moyens pour diffuser efficacement ces nouvelles techniques auprès des paysans. Il est proposé d’offrir une instruction dans le dialecte du lieu, sous la forme de courts manuels imprimés ou de feuilles volantes. Le comte de Collalto (Trévise), l’abbé Vinciguerra VII, prend l’initiative de séances d’éducation collective dans les paroisses de sa juridiction : « Les paysans sont instruits tous les dimanches par une espèce de catéchisme agraire, œuvre du savant archiprêtre Spada, de Fossalunga 18 (auteur d’un catéchisme en langue vulgaire), c’est pourquoi ils sont déjà habitués aux bonnes méthodes agricoles et aux bonnes manières ou aux meilleures pratiques de la vie quotidienne19. » À Conegliano, mais aussi ailleurs, les séances des académies sont également ouvertes aux paysans, fils de propriétaires aussi bien que de locataires.

  • 20 Biblioteca Comunale di Treviso, ms. 2775 ; Girolamo Bruni, Notizie delli mori del giardinetto dell (...)

21Cependant, l’absence d’une véritable initiative centralisée de l’État ne peut que fortement limiter les résultats de l’action entreprise par la Sérénissime ; celle-ci ne parvient pas à entamer des réformes de fond sur des sujets sensibles tels que les prairies, les labours, l’apiculture… Dès lors que sont remis en cause les équilibres sociaux, la propriété, les hiérarchies sociales, les rapports de production. Il n’en demeure pas moins vrai qu’au-delà des Académies, des mémoires imprimés et des pompeuses réunions, des dizaines de curés de campagne souvent anonymes se chargent, de leur propre chef, d’expérimenter, de diffuser, de mettre en pratique, d’expliquer, de rendre visite aux paysans dans leurs champs et leurs étables. Du Ciel à la terre, un curé de Manusè, un village du Trévisan, ne craint pas de se salir les mains : il inscrit quotidiennement ses expériences horticoles sur la culture du mûrier et l’élevage des vers de soie. Ses notes remplissent deux imposants registres 20. Il est difficile de déterminer s’il s’agit d’un simple passe-temps ou le résultat des changements intervenus au sein du clergé, cette dernière hypothèse ne pouvant être écartée.

22De ces débats et expériences, le xixe siècle ne gardera qu’un vague souvenir. Le clergé de Vénétie, lors de la Restauration, aura d’autres sujets de préoccupations et d’autres devoirs : non plus les progrès de l’agriculture mais la fidélité et la loyauté envers les pouvoirs impérial et ecclésiastique. La terre et les paysans devront attendre encore beaucoup de temps… non pour un morceau de paradis mais pour une vie moins misérable.

Notes

1 Le phylloxéra est attesté en Italie à partir de 1879.

2 Sur la formation de la propriété foncière, tant patricienne qu’ecclésiastique, voir G.-M. Varanini, « Proprietà fondiaria e agricoltura », Storia di Venezia, vol. V, Il Rinascimento, Rome, 1996, p. 807- 879.

3 Je renvoie à la recherche sur « Le campagne trevigiane in età moderna. Secoli 15-16 » que je dirige depuis 1988. Des études sont encore en cours de publication. Volumes publiés : G. Del Torre, Il trevigiano nei secoli 15 e 16. L’assetto amministrativo e il sistema fiscale, Treviso-Venezia, 1990 ; A. Bellavitis, Noale. Struttura sociale e regime fondiario di una podesteria della prima metà del secolo xvi, Treviso, 1994 ; M. Pitteri, Mestrina. Proprietà, conduzione, colture nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1994 ; M.-Teresa Todesco, Oderzo e Motta. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di due podesterie nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1995 ; A. Pozzan, Zosagna. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di un territorio tra Piave e Sile nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1997 ; G. Nicoletti, Le Campagne. Un’area rurale tra Sile e Montello nei secoli xv e xvi, Treviso, 1999 ; M. Grazia Biscaro, Mestre. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di una podesteria nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1999 ; L. Bulian, Asolo. Paesaggio, proprietà e credito nel territorio asolano del secolo xvi, Treviso, 2001 ; M. Vigato, Castelfranco. Società, ambiente, economia dalle fonti fiscali di una podesteria trevigiana tra xv e xvi secolo, Treviso, 2001 ; C. Pasqual, Quartiere del Piave. Paesaggio, proprietà e produzione di una campagna pedemontana veneta nei secoli xv e xvi, Treviso, 2006.

4 G. Gullino, La politica scolastica veneziana nell’età delle riforme, Venezia, 1973.

5 Sur Ludovico Barbo : L. Pesce, Ludovico Barbo vescovo di Treviso (1437-1443). Cura pastorale, riforma della Chiesa, spiritualità, Padova, 1969.

6 Archivio di Stato di Treviso, Notarile I, b. 864, notaio Adamo de Fabris, 15 décembre 1579, Amittadanza del Brolo con li Magri del maso della Fornase, cc. 64r.-65v. : « Siano obbligati piantare in esso loco dove piacerà ad esso concedente ogn’anno durante detta concessione CL arbori et 150 viti à fossaletto, come da lui ad essi sarà mostrato et designato. »

7 Archivio di Stato di Treviso, Notarile I, b. 495, notaio Girolamo Federici, protocollo 155-57, cc. 5 r.-6 v.

8 Registres consignant les rentrées de récoltes.

9 Giovan Battista Barpo, Le Delizie et i frutti dell’agricoltura e della villa, Venezia, 1634, p. 28-29.

10 Sur la société vénitienne, la Terre ferme et l’agriculture : M. Lecce, L’agricoltura veneta nella seconda metà del Settecento, s.e., Venezia 1958 ; M. Berengo, L’agricoltura veneta dalla caduta della Repubblica all’Unità, Milano, 1963 ; J. Georgelin, Venise au siècle des Lumières, Paris, 1978.

11 Sur les débats et les Académies agraires de la Vénétie du siècle des Lumières, la recherche indispensable est celle de M. Simonetto, I Lumi nelle campagne. Accademie e agricoltura nella Repubblica di Venezia, Treviso, 2001 (notamment chapitre iv : « Educazione agraria e ceti popolari » et « Il concorso coneglianese del 1788 sull’ “istruzione agraria della gioventù” », p. 358-389). Sur l’innovation en agriculture : G. Gullino, « Le dottrine degli agronomi e i loro influssi sulla politica agricola », G. Arnaldi et M. Pastore Stocchi (dir.), Storia della cultura veneta, vol. 5 : Il Settecento, Vicenza, 1985, t. II, p. 545-622. Sur les curés agronomes : F. Luzzato, « Ecclesiastici Veneti scrittori di politica agraria nel secolo 18 », Rivista internazionale di scienze sociali e discipline ausiliarie, XXXVII, 1928, p. 3-31 (l’auteur cite 12 curés de la Vénétie rédacteurs de mémoires).

12 Simone Filiberto La Salle de l’Étang, Le praterie artificiali o sia metodo di perfezionare l’agricoltura in tutte le Provincie de la Francia sopra tutto nella ciampagna col mantenimento e rinnovamento delle grascie, e che potrebbe usarsi in alcuni luoghi delle provincie del Veneto Stato, Venezia, Bartolomeo Occhi, 1765.

13 F. Griselini, Del debito che hanno i Parrochi della Campagna di educare ed istruire i Contadini nelle migliori regole dell’agricoltura ed in qualunque ramo dell’Economia rurale, Venezia, 1773 ; du même auteur, Ragionamento sul problema se convenga a Parochi e curati rurali l’ammaestrare i contadini ne’buoni elementi dell’economia campestre, cui va aggiunto un piano da serbarsi nella composizione d’un opera inserviente a tale istruzione, Venezia, 1778.

14 Sur Francesco Scottoni, M. Infelise, « Appunti su Francesco Scottoni illuminista veneto », Archivio Veneto, s. V, CXIII, 1982, p. 39-76.

15 « Qui mieux que moi, qui depuis plus de vingt ans […] vis au milieu de 500 familles rustiques, que je connais intimement […], pouvait les connaître ? » ; « pour instruire [les paysans] à la théorie des choses rustiques et prendre l’engagement de mettre de plus en plus à l’honneur cet art […] » ; « Ce que les hommes du peuple entendront de la bouche des prêtres, ils le recevront avec vénération […]. L’agriculture a beaucoup de rapports avec la religion, avec l’Évangile, avec la morale des actions humaines… Le Christ se servit de beaucoup de paraboles et de métaphores empruntées aux campagnes » (D. Antonio Carrera, « Sopra lo stato dell’agricoltura nel territorio bellunese », Giornale d’Italia, vol. VI, août-septembre 1769, p. 65-84).

16 L’un des auteurs les plus prolifiques entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle fut le curé de Fossalunga (Trévise) Lorenzo Crico, auteur de nombreux dialogues pour les paysans : L. Crico, Egloghe rusticali, Treviso, 1795.

17 J.-E. Bertrand, Élémens d’agriculture fondés sur les faits et les raisonnements, à l’usage du peuple de la campagne, qui ont remporté le prix de la Société économique, en 1774, Société typographique, Berne, 1775 ; traduction italienne : Elementi d’agricoltura fondati sui fatti e sui raziocini delle persone di campagna, Vicenza, 1780.

18 Sur Melchiorre Spada, S. Rossetto, « Melchiorre Spada, parroco agronomo », P. Pecorari (dir.), Amicitiae causa. Scritti in onore di mons. Luigi Pesce, Treviso, 2001, p. 285-300.

19 M. Simonetto, I Lumi nelle campagne, op. cit., 2001, p. 336.

20 Biblioteca Comunale di Treviso, ms. 2775 ; Girolamo Bruni, Notizie delli mori del giardinetto dell’orto e del cortivo e strada della Canonica e di quelli dell’orto delli coloni ; G. Bruni, Osservazioni pratiche intorno al metodo di nutrire i bachi da seta, indirizzate alla industriosa gioventù applicata al maggior incremento di sì nobile e vantaggioso prodotto, Venezia, 1776. Sur Bruni : S. Cavallaro, Un manoscritto anonimo del Settecento su gelsi e bachicoltura : Girolamo Bruni, thèse de maîtrise, université de Padoue, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540