Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Deuxième partie. Les églises chrétiennes et les premiers temps de l’agronomie

Les Pías Fundaciones du cardinal Belluga. Une entreprise de mise en valeur agricole dans l’Espagne méditerranéenne au xviiie siècle

Guy Lemeunier

Texte intégral

1L’histoire de l’Espagne médiévale et moderne est essentiellement celle d’une colonisation, au sens originel du terme, c’est-à-dire d’un processus de peuplement fondé sur une mise en valeur de l’espace progressivement contrôlé. À partir du xvie siècle, ce processus quasi millénaire se prolongera outre-Atlantique sans solution de continuité. On constate cependant qu’à l’intérieur même de la péninsule Ibérique, les progrès sont plus lents qu’ailleurs dans le Sud-Est, soit en gros dans les actuelles provinces d’Alicante, de Murcie et d’Almería. Faiblement dotée en terres et surtout perceptrice de dîmes, d’aumônes et de rentes constituées, l’Église régionale bénéficie du mouvement mais n’y participe pas activement si ce n’est en la personne de quelques membres du chapitre cathédral. Vers 1670-1680 toutefois, la conjoncture s’infléchit : les oligarchies de regidores (échevins) et de petits seigneurs relancent les travaux hydrauliques et, longtemps réticentes à ce sujet, prennent elles-mêmes la tête d’une campagne de défrichement qui provoque un bond en avant des productions agricoles ainsi que du peuplement rural.

  • 1 Archivo Histórico Provincial de Murcia (AHPM), protocolo 3675, f° 19 sq. Selon le contexte, l’expr (...)

2Lorsque le futur cardinal Belluga prend possession du siège épiscopal de Carthagène-Murcie, en 1705, le sous-encadrement religieux du diocèse le scandalise. Il stigmatisera quelques années plus tard « la constitution et le plan de cet évêché si différent des autres que quasiment la moitié se compose de petits hameaux et de maisons dispersés sur tout le territoire communal et si éloignés de leurs paroisses que la distance excède jusqu’à huit et neuf lieues, raison pour laquelle, de toute l’année, leurs habitants ne voient ces paroisses que pour obéir à l’Église », c’est-à-dire à Pâques 1. Il décide donc de développer le réseau d’institutions religieuses existant, de le compléter et de doter les différents établissements de revenus d’origine principalement agraire qui leur permettent d’accomplir leur mission.

  • 2 Voir essentiellement les textes réunis par Carmen María Cremades Griñán dans Estudios sobre el car (...)

3Au cours du dernier demi-siècle, ces fondations ont attiré l’attention de plusieurs chercheurs qui les ont considérées en fonction de leur propre discipline : l’histoire religieuse, la démographie historique 2… Afin d’en obtenir une vision globale, il semblait nécessaire de relire les études publiées, de revoir leurs sources et d’en consulter quelques autres (notamment les registres notariaux), en attendant d’aborder l’exploitation des différents documents comptables qui ont été peu à peu localisés. On se contentera ici de situer l’initiative de Belluga dans son contexte, puis d’en suivre le cheminement, de l’étape initiale (1711-1715) jusqu’au moment où l’entreprise atteint un rythme de croisière, c’est-à-dire vers 1740.

Un essai d’aggiornamento

4Le diocèse de Carthagène dont le titulaire réside à Murcie occupe alors dans l’angle sud-oriental de l’Espagne quelque 25 000 km2, soit l’actuelle province de Murcie en son entier, les deux tiers de celle d’Albacète ainsi que certains cantons aujourd’hui compris dans celles d’Alicante, de Jaén et d’Almería. Il s’agit dans sa majeure partie d’une région de climat sub-aride (moins de 350 mm de précipitations) où l’agriculture dépend largement de l’irrigation. Là où l’eau est rare, elle fait même l’objet d’un droit de propriété distinct de celui des terres. La principale ressource hydrique est constituée par le Segura. Cependant le bassin de cette rivière se trouve partagé en deux par la frontière qui, malgré l’unité politique, sépare toujours le royaume de Murcie – domaine de la couronne de Castille – du royaume de Valence – membre de la couronne d’Aragon – et qui marque également, depuis Philippe II, la limite des diocèses de Carthagène et d’Orihuela.

  • 3 Sur l’évolution démographique et économique de la région, je renvoie à la synthèse donnée dans Mar (...)
  • 4 Sur l’évolution des baptêmes, voir l’article de Guy Lemeunier, « Población y poblamiento en la reg (...)

5Côté murcien, le piétinement pluriséculaire de la Reconquête face au réduit grenadin et donc l’insécurité militaire qui s’ajoute au handicap climatique ont retardé le peuplement : vers 1700 la densité ne dépasse pas 5 habitants au kilomètre carré 3. La population se concentre encore en une soixantaine de bourgs situés sous la protection d’une forteresse et dont chacun domine un étroit périmètre irrigué au milieu d’un vaste campo à peine entamé par les cultures. Lorca, seconde ville de la région, présente un exemple extrême de ce type d’implantation humaine : la municipalité exerce sa juridiction sur 2 000 km2 étalés du nord au sud sur 95 kilomètres ; l’agglomération renferme bien six églises paroissiales et huit couvents mais la campagne ne compte que des chapelles dont la plupart ne s’ouvrent au culte public que pour la fête de leur saint patron. Pourtant, depuis les années 1670, le paysage rural s’est rapidement transformé. L’extension des surfaces cultivées entraîne un desserrement de l’habitat. À San Patricio de Lorca, paroisse dont relève tout le campo, le nombre de baptêmes augmente très fortement 4. Sur le territoire municipal, la population dispersée est en voie de dépasser celle du noyau urbain. C’est la situation, particulièrement observable dans le cas lorquin, que Belluga constate à son arrivée dans l’ensemble de la région.

La propriété de l’eau dans la province de Murcie au xviiie siècle.

La propriété de l’eau dans la province de Murcie au xviiie siècle.
  • 5 AHPM, protocolo 3676, f° 287 sq.

6Luis de Belluga y Moncada (1662-1743) occupera dix-huit ans le siège de Carthagène avant de s’en démettre pour se rendre à Rome comme cardinal « protecteur » d’Espagne. En dépit de sa date de naissance et de son origine andalouse (il est né à Motril, province de Grenade), ses portraits nouslivrent plutôt l’aspect d’un haut dignitaire castillan du Siècle d’or. À l’aube des Lumières, Belluga apparaît, en effet, comme un prêtre de la Réforme catholique. Il mène une vie ascétique. Dans son testament daté de 1716, il déclare ne posséder ni patrimoine ni argent « ni d’autres biens meubles de considération que les chaises, les rideaux de laine et les tables qui sont dans ses appartements ni de vêtements que ceux de son usage ordinaire 5… » Mais c’est aussi un prélat combatif, champion de la cause bourbonienne lors de la guerre de Succession pendant laquelle il mobilise les énergies et les ressources de son diocèse contre l’offensive des partisans de l’archiduc. Murcie tient. Et lorsqu’après la bataille d’Almansa (1707) et la reprise d’Orihuela, d’Alicante et de Carthagène le théâtre des opérations s’éloigne de la région, l’évêque peut enfin se consacrer au projet qui lui tient tant à cœur.

  • 6 AHPM, protocolo 3677, f° 255 sq.

7Il s’est proposé un triple objectif : parfaire la formation du clergé diocésain, pourvoir à l’éducation chrétienne des fidèles et améliorer les conditions de vie matérielle des classes populaires. D’où l’établissement d’un collège de l’Oratoire, d’une maison d’enfants orphelins et abandonnés et d’une autre pour les filles repenties… outre les subventions aux institutions existantes (séminaires, hôpitaux, clergé séculier et régulier). Ces dispositions visent à adapter l’encadrement religieux et charitable aux besoins d’une population en forte croissance. Mais c’est le boom contemporain de la production agricole, par le biais des dîmes, qui lui permet d’envisager le financement de ses projets. Les bonnes années de la seconde décennie du siècle vont même relancer un programme très ambitieux qu’il expose en 1715 à la municipalité d’Orihuela : « Me trouvant aujourd’hui libéré de mes dettes, ce que je n’ai pu réussir en dix ans jusqu’à cette grande récolte que Dieu nous donna l’an passé 6… » Il compte pouvoir investir à cette fin une somme annuelle de dix à douze mille ducats. Naguère encore modeste charge dans la hiérarchie ecclésiastique castillane, la dignité épiscopale de Carthagène prend désormais rang immédiatement après les quatre très riches archevêchés (Tolède, Compostelle, Séville et Grenade). Siège de passage au xvie siècle, il est devenu un évêché de fin de carrière, antichambre éventuelle du cardinalat.

Des débuts difficiles

  • 7 Sur le poids du majorat dans la répartition de la propriété en Murcie, voir María Teresa Pérez Pic (...)
  • 8 AHPM, protocolos 3670, 3671, 3673 et 3675.

8Le projet initial de Belluga consistait à doter chacune de ses fondations d’un patrimoine immobilier propre. Dans un souci de rentabilité, il désirait acquérir pour elles des parcelles de huerta, de préférence groupées et proches de la capitale : les terres irriguées donnent des rendements plus élevés et surtout plus constants que celles de culture pluviale soumises à d’énormes oscillations interannuelles, tandis que du regroupement et de la proximité géographique on est en droit d’attendre un allègement des frais de gestion. Mais l’évêque se heurte au blocage du marché foncier qu’a progressivement imposé aux abords des villes non tant l’amortissement ecclésiastique que la diffusion de la pratique du majorat parmi les oligarchies locales 7. Il ne parvient à acheter avant 1715 que 26 hectares dans un secteur périphérique de la huerta de Murcie, Santomera, et 89 autres à Almoradí, dans celle d’Orihuela, 25 kilomètres plus loin. Force lui est alors de se rabattre sur les terres sèches des communes environnantes, Lorquí, Molina et Carthagène, où il acquiert quelque 400 hectares. La valeur et la rentabilité future d’une partie de ces terres sont augmentées par des plantations que ses administrateurs entreprennent. Les 153 hectares – dont seulement un de vigne – achetés en 1711 à El Albujón (territoire de Carthagène) portent, en 1715, 110 000 ceps et 2 000 oliviers et l’encépage se poursuit 8.

  • 9 Archivo Histórico Municipal de Lorca (AHML), délibérations municipales, mai-juin 1712.

9Puisque l’accès aux terres irriguées lui est pratiquement fermé, l’évêque conçoit le projet de réaliser lui-même des travaux d’infrastructures hydrauliques. À l’instar de plusieurs cités voisines telles Almansa, Alicante, Elche et Elda, la ville de Lorca avait tenté, au siècle précédent, de construire sur le site de Puentes un barrage-réservoir pour régulariser les ressources hydriques de sa huerta peu favorisée par les apports discontinus du Guadalentín, véritable río-rambla (oued) affluent du Segura. Entrepris en 1648, les travaux avaient été presque immédiatement interrompus par une crue dévastatrice et abandonnés malgré quelques velléités de reconstruction. Belluga propose donc à la municipalité lorquine de rouvrir le chantier. Mais les intérêts économiques de l’oligarchie locale ont changé en un demi-siècle. Ses membres tirent désormais des revenus plus substantiels de la vente quotidienne de leurs droits d’arrosage que de leurs récoltes et ne tiennent nullement à une amélioration du système d’irrigation. Après discussion au sein du conseil municipal, ils éludent la proposition de l’évêque mais lui offrent en revanche la dehesa de los Ríos, défends communal anciennement réservé à la dépaissance des bœufs de labour et hors d’usage depuis l’adoption des attelages de mulets (1712). Il s’agit de 1 200 hectares de terres sèches situées en amont de la ville et dont un peu plus du quart (360 hectares) sont susceptibles d’être défrichées 9.

  • 10 AHML, protocolos 626, 633 et 645.

10Ce n’était pas là le vœu de Belluga, mais la donation municipale n’est pas à dédaigner. Le nouveau domaine est mis en valeur en trois phases correspondant à la succession des modes de gestion choisis 10. Dans un premier temps l’évêque nomme un administrateur chargé de faire construire différents bâtiments d’habitation et d’exploitation et de superviser les défrichements initiaux. Belluga confessera que ces travaux, effectués entre 1712 et 1715, lui ont coûté quelque 50 000 réaux. En 1714, 475 hectares sont donnés pour six ans en métayage à un certain Pedro Rodríguez Calatayud, déjà actif sur place l’année précédente. Le bailleur fournira les semences de blé, d’orge, de seigle et de pois chiches ainsi que l’alimentation en orge de l’attelage. Il prête en outre au preneur 300 fanègues de blé (166 hectolitres) pour ses besoins et ceux de ses laboureurs, à rendre en fi n de bail. Le preneur devra édifier dans les endroits signalés trois maisons identiques aux trois déjà construites et dont deux sont à sa disposition. Il recevra pour chacune 4 100 réaux et la moitié de la somme globale, soit 6°150 réaux, lui est avancée. Enfin pour chaque fanègue de terre (0,66 hectares) par lui défrichée, il lui sera payé un ducat (11 réaux). Différentes autres clauses du contrat règlent la jouissance des édifices, l’entretien des terrasses et l’obligation de culture.

11Il semble que la formule n’ait pas donné satisfaction car, à partir de 1719, elle laisse place à un autre mode de gestion indirecte. Les concessions concernent des surfaces plus réduites : le domaine a été divisé en treize cortijos (exploitations) cédés à part de fruits au taux de 1/6. Les clauses des contrats détaillent minutieusement les taux des primes au défrichement, variables selon la qualité des terres, stipulent l’obligation de construire des maisons dont le plan est précisé, celle de creuser un puits (les frais de construction et de creusement sont remboursés par le bailleur), celle de planter une fanègue de vigne et d’arbres fruitiers, franche de redevance, de même que les terres nouvellement irriguées grâce à des forages. Les bénéficiaires ne sont plus des laboureurs, mais des notabilités locales : les 162 hectares d’El Lentiscar sont donnés à don Francisco García Ibarguen, chanoine lectoral de Lorca, et à don Diego Antonio Alburquerque Leonés y García, chevalier de Saint-Jacques et membre du lignage dominant ; les 106 hectares de La Toba vont au licencié don Francisco Ruiz Soler, également chanoine, et l’administrateur, don Martín de Romera Sicilia, retient pour lui-même le cortijo de La Fuensanta (115 hectares). Il est clair que, moyennant diverses incitations, l’évêque tente d’associer l’oligarchie religieuse et laïque locale à son entreprise de mise en valeur agricole.

12Cependant, l’intérêt de Belluga s’est, depuis 1715, détourné vers un autre secteur. Au royaume de Murcie, il s’est heurté à un véritable blocage hydraulique. L’amortissement gèle pratiquement le marché foncier dans la vallée du Segura. Il affecte même les espaces encore non cultivés mais propices aux aménagements hydrauliques : c’est le cas de l’extrémité orientale de la huerta de Murcie que ses propriétaires, le monastère de La Ñora, la Compagnie de Jésus et le marquis de Beniel en tête, s’efforcent de raccorder au réseau principal. Et là où les droits d’arrosage sont distincts de la propriété foncière, les « seigneurs de l’eau » (señores del agua), comme à Lorca, font obstacle au perfectionnement de l’irrigation. Provisoirement, la poursuite de la croissance agricole régionale passe non plus par l’extension des périmètres irrigués mais par celle des cultures pluviales, notamment du vignoble et des oliveraies. Belluga en fait l’expérience. Exclu des huertas, il a dû s’orienter vers le défrichement des campos et, là où les conditions naturelles s’y prêtaient, vers les plantations. Sa démarche s’inscrit parfaitement dans le modèle de croissance agricole qui s’impose alors à la région.

13N’ayant pu s’exercer au royaume de Murcie, sa préférence pour les investissements dans les cultures irriguées va trouver un autre champ d’action : le secteur de la vallée ségurienne situé au royaume de Valence qu’il connaît bien puisqu’il y a déjà acquis le domaine d’Almoradí. Le succès de cette nouvelle initiative hors de son diocèse sera dû non seulement à l’augmentation de ses moyens financiers à partir de 1715 mais aussi au prestige politique que lui vaut son action au cours de la guerre de Succession : on ne refuse rien dans le sud valencien au principal artisan de la reconquête du pays pour Philippe V.

La colonisation du bas Segura

14Une fois franchie la limite entre les couronnes de Castille et d’Aragon, le Segura s’écoule au milieu d’une large plaine inondable. Au-delà des bourrelets fluviaux déjà mis en culture s’étendent, principalement sur la rive nord, de vastes zones marécageuses difficiles à drainer en raison de leur très faible élévation au-dessus du niveau de la mer. La majeure partie de cet espace est comprise dans le territoire municipal d’Orihuela. Déserte mais aisément accessible à partir de la côte et des montagnes voisines, la zone est considérée comme un refuge de bêtes sauvages et de bandits, une réputation qu’amplifie le désordre consécutif aux récentes opérations militaires. S’y ajoute la préoccupation croissante des autorités, en ce début du xviiie siècle, pour la diffusion des maladies d’origine ou de transmission hydrique. Or, les tentatives antérieures d’assainissement ont toutes échoué. C’est la chance de Belluga.

  • 11 La première concession date de 1715. Sur les tractations entre l’évêque et la municipalité d’Orihu (...)

15Ayant ainsi en vue « la santé publique, la tranquillité commune et l’abondance de fruits », la ville d’Orihuela, puis celle de Guardamar, à l’embouchure de la rivière, procèdent successivement à trois donations concernant au total 5 500 hectares de terres incultes en faveur de l’évêque de Carthagène, considéré comme seul capable de mener à bien l’entreprise 11. En fait, malgré le montant accru de ses ressources, le prélat doit emprunter 120 000 réaux à Madrid dès l’année qui suit la première concession. Il s’agit en effet de réaliser dans l’urgence des travaux d’infrastructure beaucoup plus onéreux ici qu’à Lorca : mettre d’abord en place, par remblayage, un réseau de chemins et effectuer les premières constructions destinées à abriter la main-d’œuvre ; procéder ensuite au défrichement des terres ; entreprendre l’assèchement du secteur par le creusement de fossés de drainage (azarbes) qui collectent les « eaux mortes » et les acheminent soit vers l’albufera d’Elche, soit vers le Segura et enfin prolonger les canaux d’amenée de l’eau vive (acequias) pour rattacher les nouvelles terres de culture aux systèmes hydrauliques existants. Ces opérations ne vont pas sans léser les intérêts acquis, ceux des anciens irrigants, ceux des éleveurs qui risquent de perdre leur zone de pâturage et ceux des cueilleurs de soude (sosa et barrilla) et d’autres plantes spontanées. Les litiges provoquent de longs procès quand ils n’ont pu être clos par voie de négociation.

16Quant au mode d’exploitation, la gestion directe et le fermage ne concerneront que certaines terres considérées comme de bonne qualité. C’est la formule de l’emphytéose, employée depuis l’Antiquité dans les périmètres de colonisation agricole, qui est principalement adoptée, avec ses dispositions classiques qui consacrent la distinction entre le domaine direct et le domaine utile : obligation de culture pour le preneur, lods et vente et droit de préemption pour le bailleur en cas de vente. Le prélèvement principal est fixé au quart des récoltes et il est assorti d’une taxe pour l’entretien des parties communes du réseau hydraulique. La série des acensements débute en 1730. Les emphytéotes proviennent en majorité des zones proches des pays valencien et murcien en pleine expansion démographique. Le secteur oriental de la huerta de Murcie fournit un très fort contingent d’immigrants, supérieur même à celui d’Orihuela. C’est que le second marquis de Beniel vient d’obtenir par voie judiciaire l’annulation des contrats de cens souscrits par son père : les emphytéotes sont contraints de choisir entre le fermage et l’expulsion. Ils retrouvent dans les Pías Fundaciones des conditions semblables à celles qui étaient auparavant les leurs.

17L’entreprise, que Belluga devenu cardinal continue à suivre depuis Rome, connaît cependant des retards. Elle reste déficitaire une décennie encore. La population souffre de paludisme. Les candidats à l’acensement se raréfiant, le taux de prélèvement sur les récoltes doit être ramené du quart au sixième en 1740. À partir de cette date, on voit se peupler progressivement les trois villages dont la création a été prévue dès l’origine : Dolores, ainsi dénommé en raison de la dévotion mariale préférentielle de Belluga, San Fulgencio (du nom de l’un des quatre saints de Carthagène, patrons du diocèse) et San Felipe Neri (autre dévotion personnelle du cardinal manifestée par la fondation de l’Oratoire de Murcie). Leur développement s’effectue selon un plan en damier, toujours respecté, qui ménage une place centrale sur laquelle donne l’église, à proximité du bâtiment à deux étages servant de mairie et de grenier communal. Les bourgs seront bientôt en effet érigés en paroisses et en municipes autonomes. Les dimensions des lots et le plan des maisons d’agriculteurs ont été précisés ainsi que ceux des habitations d’artisans reléguées dans les rues secondaires.

La huerta d’Orihuela (réseau hydraulique, éléments principaux).

La huerta d’Orihuela (réseau hydraulique, éléments principaux).

18Les deux premiers villages se développent rapidement, comme en témoignent les registres de baptêmes, mais le troisième, implanté dans la zone topographiquement la plus basse, donc de drainage plus délicat, conserve aujourd’hui encore un aspect proche de celui qui devait être le sien dans la seconde moitié du xviiie siècle. Toujours est-il qu’en 1794, les trois communes comptent au total 4 000 habitants et que, rapportées à l’ensemble des productions de la huerta d’Orihuela, les Pías Fundaciones fournissent 9 % des fruits (en valeur), 11 % du blé et du maïs, 16 % de la soie et 62 % des légumes (également en valeur).

19Il importe de préciser qu’à la différence des premières acquisitions foncières réalisées en ordre dispersé sur le territoire murcien (mis à part le domaine d’Almoradí) et individuellement attribuées à chacune des institutions nouvellement créées, le produit des terres du bas Segura forme un tout. La somme des revenus une fois réunie est ensuite divisée en 40 parts (dont 5,5 sont elles-mêmes partagées en 55 sous-portions) selon une clé de répartition extrêmement inégalitaire : l’orphelinat et le séminaire sont les plus favorisés des 28 bénéficiaires (ils perçoivent respectivement 14 ½ et 5 parts) tandis que la maison de l’Oratoire de Villena ne jouit que d’une seule sous-portion. En outre, afi n de lutter contre l’usure dont les agriculteurs sont victimes non seulement au début de l’exploitation sur les périmètres assainis en aval d’Orihuela mais dans tout le diocèse de Carthagène, un financement particulier est prévu, sous la forme d’un prélèvement temporaire, pour constituer le fond initial de 33 montepíos frumentarios, banques de grains pour les laboureurs pauvres qui bénéficient de facilités de remboursement.

20En dépit des différences de statut, le cardinal a pris soin de doter ses fondations d’une constitution globale, modifiée et complétée par des actes notariés successifs émis en 1715, 1729 et 1741 et dûment sanctionnés par les chancelleries royale et pontificale. Mais après sa mort ces dispositions ne seront pas respectées. Les deux commissions qu’il avait instituées sont fondues en une seule, la « Junte d’Administration et de Gouvernement des Pías Fundaciones », composée de membres du chapitre cathédral de Murcie nommés par le Conseil royal (ou par le personnage désigné comme Juge Protecteur), sur proposition de la junte elle-même. Celle-ci à son tour nomme ses différents collaborateurs au premier rang desquels l’intendant, le trésorier-comptable et le gardien des greniers. À cette modification près, le complexe institutionnel mis en place par Belluga devait subsister jusqu’aux désamortissements du xixe siècle.

21L’entreprise du cardinal n’est nullement isolée dans le Sud-Est ibérique contemporain. Côté murcien, l’heure est aux défrichements et aux plantations, comme l’illustrent les séries de dîmes aussi bien à Lorca qu’à Yecla. Les progrès de l’irrigation n’affectent guère que la partie inférieure de la principale huerta, chasse gardée de l’oligarchie et du clergé de la capitale. Mais côté valencien, subsistaient de vastes étendues susceptibles d’aménagement hydraulique. Dans les secteurs périphériques, des travaux s’effectuent en ce sens : le chapitre cathédral d’Orihuela fonde lui-même un village de colonisation, Bigastro, et la voie sera plus tard suivie par le duc d’Arcos dans les terres voisines de son marquisat d’Elche. Mais les tentatives concernant les secteurs centraux se sont révélées vaines. La mise en culture de ces terres exige des travaux de longue durée et un effort financier qui dépasse les moyens des classes dominantes locales. Exemplaires certes, les réalisations de Belluga sont donc sans commune mesure avec les entreprises similaires menées à bien dans la région.

22Il est certain que la conjoncture a favorisé les initiatives du cardinal, même si l’évolution économique et le contexte juridico-politique du royaume de Murcie ont partiellement modifié ses projets initiaux. La reprise démographique amorcée dès le dernier tiers du xviie siècle lui a fourni la main-d’œuvre nécessaire. La brusque croissance de la production agricole dont dépend directement le montant de ses revenus lui a permis de conduire à son terme un programme de travaux jugé jusqu’alors irréalisable. Mais le succès ne dépendait pas seulement de ses capacités d’investissement. Il y fallait la stature d’un tel personnage qui lui vaut dès le départ l’appui de la Monarchie et de la Papauté, qui motive la bienveillance d’Orihuela et de Guardamar (à comparer avec les réticences de Lorca) et explique largement ses victoires à l’issue des nombreux litiges que soulèvent ses initiatives.

  • 12 Le cas d’une fondation pieuse liée à la création d’un périmètre irrigué à Balkh (l’ancienne Bactre (...)

23Avec Belluga, le principal revenu ecclésiastique de la région s’investit dans l’agriculture. Le cardinal rompt avec la tradition de l’Église murcienne, bénéficiaire passive du progrès des récoltes. L’inspiration religieuse de cette entreprise singulière attire l’attention. Les réalisations du bas Segura devancent de plus d’un demi-siècle et préfigurent les initiatives de la monarchie et de l’aristocratie éclairées. Les projets sont similaires mais l’esprit diffère : des premières aux secondes, on est passé de la charité à la philanthropie. Plutôt que des colonies de la Sierra Morena et d’Andalousie, j’inclinerais à rapprocher l’œuvre de Belluga des fondations pieuses dans l’Islam médiéval et moderne, tels ces waqf si souvent liés eux aussi par leurs bases économiques ou par leur destination à des programmes de maîtrise de l’eau 12.

Annexes

Annexe. Les Pías Fundaciones : clé de répartition des revenus (40 parts)

Nota. Les revenus intégraux des deux premières années sont destinés aux montepíos.
Source : Breve confi rmatorio de la Santidad de Nuestro Señor Benedicto XIV de las pías fundaciones y memorias instituidas por el eminentísimo señor cardenal Belluga para benefi cio de la Diócesi de Cartagena que obtuvo, Rome, 1761. Exemplaire imprimé (Archivo del Cabildo Catedralicio, Murcie).

Notes

1 Archivo Histórico Provincial de Murcia (AHPM), protocolo 3675, f° 19 sq. Selon le contexte, l’expression Pías Fundaciones qui désigne le complexe institutionnel mis en place par Belluga peut aussi bien ne s’appliquer qu’au seul territoire des villages de colonisation du bas Segura.

2 Voir essentiellement les textes réunis par Carmen María Cremades Griñán dans Estudios sobre el cardenal Belluga, Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 1985, ainsi que la biographie récente de Juan Bautista Vilar, El cardenal Belluga, Grenade, Éditorial Comares, 2e éd., 2005.

3 Sur l’évolution démographique et économique de la région, je renvoie à la synthèse donnée dans María Teresa Pérez Picazo et Guy Lemeunier, El proceso de modernización de la región murciana (siglos 16-19), Murcie, Editora Regional, 1984.

4 Sur l’évolution des baptêmes, voir l’article de Guy Lemeunier, « Población y poblamiento en la región de Murcia (siglos 16 y 17) », Áreas. Revista de Ciencias Sociales, 24, 2004, p. 83-101.

5 AHPM, protocolo 3676, f° 287 sq.

6 AHPM, protocolo 3677, f° 255 sq.

7 Sur le poids du majorat dans la répartition de la propriété en Murcie, voir María Teresa Pérez Picazo, El mayorazgo en la historia económica de Murcia, expansión, crisis y abolición (s. 17-19), Madrid, Ministerio de Agricultura, 1990.

8 AHPM, protocolos 3670, 3671, 3673 et 3675.

9 Archivo Histórico Municipal de Lorca (AHML), délibérations municipales, mai-juin 1712.

10 AHML, protocolos 626, 633 et 645.

11 La première concession date de 1715. Sur les tractations entre l’évêque et la municipalité d’Orihuela, voir la cédule royale d’approbation (AHPM, protocolo 3677). Sur les deux autres acquisitions de Belluga, en date de 1720 et de 1723, et sur l’ensemble du processus de mise en valeur des terres, voir T. León Closa, « Aportación al estudio de la colonización de la Vega Baja del Segura », inclus dans la publication de Carmen María Cremades Griñán, op. cit., p. 211-268.

12 Le cas d’une fondation pieuse liée à la création d’un périmètre irrigué à Balkh (l’ancienne Bactres) a été analysé par R. D. MacChesney, Waqf in Central Asia. Four hundred years in the history of a muslim shrine, 1480-1889, Princeton University Press, 1991.

Table des illustrations

Titre La propriété de l’eau dans la province de Murcie au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5242/img-1.png
Fichier image/png, 276k
Titre La huerta d’Orihuela (réseau hydraulique, éléments principaux).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5242/img-2.png
Fichier image/png, 340k
Légende Nota. Les revenus intégraux des deux premières années sont destinés aux montepíos.Source : Breve confi rmatorio de la Santidad de Nuestro Señor Benedicto XIV de las pías fundaciones y memorias instituidas por el eminentísimo señor cardenal Belluga para benefi cio de la Diócesi de Cartagena que obtuvo, Rome, 1761. Exemplaire imprimé (Archivo del Cabildo Catedralicio, Murcie).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5242/img-3.png
Fichier image/png, 17k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540