Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Première partie. Clergé et jardinage (xvie-xviiie siècle)

Le jardinage, une signature du bon prêtre tridentin (XVIIe-XVIIIe siècle)

Florent Quellier

Texte intégral

  • 1 Michel Tournier et Georges Herscher, Jardins de curé, Arles, Actes Sud, 1995 ; Philippe Ferret, Ja (...)
  • 2 Honoré de Balzac, Le curé de village, 1841, rééd. Folio classique, 1975, p. 124-125 et 127 ; Colet (...)

1Type paysagiste passéiste 1 et cliché littéraire2, l’expression « jardin de curé » désigne un jardin foisonnant, abondamment fleuri, accueillant de vieilles variétés fruitières dont on a oublié le goût et le nom, des arbres conduits en espalier le long d’un mur décrépi, une treille, des légumes anciens, de bonnes herbes potagères et médicinales, des fleurs rustiques et des roses anciennes, au loin quelques marches usées, un banc en pierre émoussée à l’ombre d’un vieil arbre plusieurs fois centenaire, un portillon rouillé et, en fond musical, le bourdonnement des abeilles, proches cousines des mouches à miel d’autrefois… Soit un lieu calme, serein et paisible, un lieu intime sans prétention, hors des passions du monde et des ambitions du temps, le lieu d’une pérennité, d’une continuité et d’une humilité face à la nature. Ce jardin renvoie évidemment à une vision totalement idéalisée et mythifiée de la campagne, à un « âge d’or » d’avant l’industrialisation, l’urbanisation et l’exode rural. Mais qu’en est-il de sa profondeur historique ? Ce jardin de curé « à la Colette » pour citadins en mal de nature a-t-il une quelconque parenté avec les jardins des presbytères de l’exigeante Église tridentine ? Indéniablement les curés d’Ancien Régime ont été touchés par un engouement pour le jardinage, engouement qui a pu revêtir la forme d’un conformisme social tant le jardinage apparaît comme un habitus ecclésiastique à l’époque moderne. Évidemment, l’inégal investissement horticole des prêtres chargés d’âmes et l’hétérogénéité de leurs moyens financiers n’ont pu donner naissance à un type horticole précis mais à un spectre dans un entre-deux social allant du jardin paysan à celui des élites. Néanmoins, à cette diversité paysagère, technique et économique répond un discours remarquablement unanime. Les traités de bienséance ecclésiastique soulignent tous en effet la parfaite adéquation entre le jardinage et l’idéal tridentin du bon prêtre. Dès lors n’est-il pas envisageable que l’expression « jardin de curé » soit un héritage laïcisé non d’un type horticole précis mais d’un discours et d’un comportement ecclésiastiques en partie matérialisés par le jardin du presbytère ?

Le goût des curés pour le jardinage : un habitus ecclésiastique

  • 3 Florent Quellier, Des fruits et des hommes. L’arboriculture fruitière en Île-de-France (vers 1600- (...)

2De nombreuses sources permettent d’aborder le goût des curés de l’Ancien Régime pour le jardinage. Ainsi en est-il des traités d’horticulture et d’arboriculture dont certains ont été rédigés par des prêtres. En 1652, la réputation pour le jardinage du curé-prieur d’Hénouville, Le Gendre, est telle que ses contemporains lui ont attribué une Manière de cultiver les arbres fruitiers. Non seulement cette paternité révèle qu’un ecclésiastique peut être célèbre pour ses jardins et appartenir à un réseau d’arboristes réputés mais en plus cet ouvrage est un traité notablement novateur qui rompt avec la littérature de secrets du siècle précédent. Avec le Jardinier françois (1651), il inaugure une série de traités horticoles reflétant une réelle pratique du jardinage, et non une horticulture de cabinet puisant dans les auteurs anciens, qui contribuera à la diffusion de la technique nouvelle de l’espalier et entretiendra l’arborimanie du Grand Siècle3.

  • 4 Antoine Pluche, Le spectacle de la nature ou entretiens sur les particularités de l’histoire natur (...)
  • 5 Arch. dép. du Val-d’Oise, B95/836, inventaire après décès du 5 mai 1751.
  • 6 Arch. dép. du Val-d’Oise, 2E7/146, inventaire après décès du 6 octobre 1717.
  • 7 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G 346.
  • 8 Manuel des champs ou Recueil choisi, instructif et amusant, de tout ce qui est le plus nécessaire (...)

3Jouant avec cette réputation horticole ecclésiastique bien établie, l’abbé Antoine Pluche, dans le Spectacle de la nature, initie le jeune héros, le chevalier du Breuil, aux principes du jardinage, de la greffe et de la taille par le truchement d’un prieur-curé fictif, soucieux des espaliers de son presbytère4. Cette plaisante mise en abîme offre une lecture d’autant plus édifiante que les ecclésiastiques appartiennent au public recherché par les libraires. Des traités d’économie rurale sont effectivement prisés dans des inventaires après décès de prêtres à l’exemple du Spectacle de la nature pour le curé de Domont 5 ou de La Nouvelle maison rustique pour le curé d’Épinay-sur-Seine6. Il faudrait également, à l’instar du recteur Chatton de Pleudihen détenant un exemplaire du Cuisinier royal7, prendre en compte la possession des livres de cuisine tant alimentation et jardin sont liés à l’époque moderne. D’ailleurs, l’abbé de Chanvalon traite du jardinage, de l’agriculture, de l’élevage et de la cuisine dans son Manuel des champs8 ; l’auteur, qui se dit être ancien curé de campagne, a l’ambition d’offrir aux « agriculteurs » un ouvrage simple fondé sur son expérience et puisé dans les meilleurs traités. Malheureusement, souvent de petit format et de faible valeur, la littérature horticole est très probablement victime d’une prisée en lot dans les inventaires après décès et d’un regrettable sous-enregistrement dans notre documentation.

4La présence de ces livres dans des bibliothèques ecclésiastiques pose surtout la délicate question de leur lecture. À ce titre, le témoignage de Louis-Pierre Launay, curé de Ruillé-le-Gravelais dans le Maine de 1771 à 1790, est précieux. Pour l’année 1778, il évoque l’agrandissement de son jardin et l’édification d’un nouveau mur de clôture.

  • 9 Gentil, en religion frère François, Le jardinier solitaire, ou Dialogues entre un curieux et un ja (...)
  • 10 Ernest Laurain (éd.), Les observations de Me Launay, curé de Ruillé-le-Gravelais (1771-1790), Lava (...)

« Afin de rendre ce nouveau terrain [la bande de terre le long du nouveau mur] propre surtout à recevoir des espaliers qui viennent bien ; [il l’a] fait défoncer d’un bout à l’autre jusqu’à trois pieds de profondeur, si bien que la meilleure terre se trouve au fond, selon le conseil du Jardinier solitaire9 »10.

5Ce curé de campagne s’investit dans l’horticulture, consulte un traité de jardinage rédigé par un ecclésiastique lié à la réputée pépinière parisienne des chartreux et, surtout, applique les conseils techniques lus. Un témoignage aussi précis est extrêmement rare. Néanmoins, lorsque Christophe Sauvageon précise, dans son livre de raison, qu’

  • 11 Émile Huet (éd.), « Le manuscrit du prieur de Sennely, 1700 », Mémoire de la société archéologique (...)

« […] il est important de mesnager tous ces plans darbres qui sont dun merveilleux raport et qui ont mis le jardin dans une grande réputation. Pour cela il faut les faire tailler par dhabiles jardiniers usant de cette précaution à légard de ceux des arbres qui raportent peu de fruit de leur laisser beaucoup de bois et la taille longue, et observer tout le contraire des autres11 »,

6le prieur de Sennely-en-Sologne s’inscrit dans une controverse écrite contemporaine entre les partisans de la taille longue et ceux de la taille courte.

  • 12 Ibid., p. CXXXI-CXXXX.
  • 13 Christiane Escanecrabe (éd.), Mémoires de Jacques-César Ingrand né en 1733, Bonnes, Les Gorgones, (...)
  • 14 François-Yves Besnard, Souvenirs d’un nonagénaire, Paris, H. Champion, 1880.
  • 15 François-Alphonse Aulard (éd.), Lettres de l’abbé Barbotin, député à l’Assemblée Constituante, Par (...)

7On l’aura compris, notes, livres de raison, mémoires et correspondances nous livrent les sources les plus bavardes sur le goût des curés pour le jardinage. Rédigé en 1700, le manuscrit de Christophe Sauvageon 12 propose une description remarquablement détaillée du jardin de la maison prieurale de Sennely-en-Sologne. L’ecclésiastique consacre plusieurs pages à la description de son jardin comme il consacre des pages aux pratiques religieuses de ses ouailles, ces deux aspects sont également dignes d’intérêt pour en laisser une trace écrite destinée à ses successeurs. Sous sa plume, la charge de curé de campagne implique bien évidemment le soin des âmes mais également la bonne gestion de la maison pastorale et de ses dépendances. Certains mémoires d’ecclésiastiques évoquent même très peu la charge d’âmes mais se plaisent à détailler les activités horticoles et agricoles à l’exemple des notes du curé de Ruillé-le-Gravelais, des mémoires de Jacques-César Ingrand 13 et des souvenirs du curé François-Yves Besnard14. Quant à Emmanuel Barbotin, curé de Prouvy, près de Valenciennes, élu député du clergé aux États généraux de 1789, il écrit depuis Versailles de longues lettres à son suppléant, le père capucin Engelbert Barrate, dans lesquelles il mentionne les travaux à faire au jardin : il s’inquiète de ses tulipes – les caïeux ont-ils bien été arrachés et placés dans des caisses au sec (22 juin 1789) ? –, il rappelle de recueillir des graines pour le jardin (29 août 1789), il demande si l’on a bien semé du cerfeuil et des épinards pour l’hiver et recommande de veiller à mettre à l’abri du froid hivernal les myrtes, le jasmin et un petit oranger (4 octobre 1789), et déclare que le moment est venu de cueillir les poires de bon chrétien et que les oignons de tulipes devraient être replantés (16 novembre 1789)15. En sus d’un réel engouement pour le jardinage, cette correspondance porte témoignage d’indiscutables connaissances horticoles tant par le vocabulaire employé et les opérations techniques citées que par le calendrier suivi ; elle nous renseigne également sur des cultures non permanentes et des végétaux uniquement ornementaux peu présents dans nos autres sources, si ce n’est au détour fortuit d’une affaire de justice.

  • 16 Michèle Bardon et Michel Veissière (éd.), Journal (1676-1688) de Jean-Baptiste Raveneau, Étrépilly (...)
  • 17 Béatrix de Buffévent (éd.), Mémoires de Philippe Gourreau de La Proustière, chanoine de Saint-Vict (...)

8Cependant tous les écrits du for privé rédigés par des ecclésiastiques n’évoquent pas le jardinage, loin s’en faut, ou alors très rapidement. Jean-Baptiste Raveneau, curé de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux, diocèse de Meaux, se contente de noter la location, pour son usage personnel, du jardin du cimetière en 168416 ; il n’en dit pas plus mais ce témoignage n’en est pas pour autant négligeable tant ce prêtre zélé se montre soucieux d’appliquer la Réforme catholique, il n’y a donc pas incompatibilité, pour lui, entre exigence tridentine et exploitation économique d’un jardin. Quant à Philippe Gourreau de La Proustière, curé de Villiers-le-Bel à partir de 1647, il aborde l’entretien et l’agrandissement du jardin presbytéral entre 1653-1658 et la plantation d’arbres à côté de la maison curiale comme un passage obligé ; sans enthousiasme, il se livre à ces travaux parce qu’il a été nommé dans une paroisse de campagne et les vit comme un habitus ecclésiastique17.

  • 18 Nicole Lemaître (dir.), Histoire des curés, Fayard, 2002, p. 200.
  • 19 Jean-Baptiste de La Quintinie, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, 1690, rééd. 199 (...)

9Le conformisme est une composante essentielle de la distinction sociale dans la société de l’Ancien Régime et il est fort probable que l’application de la Réforme catholique l’ait renforcé au sein du clergé 18 contribuant ainsi à forger de solides liens entre curé et jardinage. Avec ou sans engouement, l’investissement horticole apparaît comme une réalité concrète des curés post-tridentins, voire un des devoirs du curé de campagne, et l’expression « poire de curé19 » – un fruit pierreux et peu juteux – renvoie à une réalité suffisamment tangible pour avoir un sens pour les contemporains.

Une réalité paysagère et économique polymorphe

  • 20 La législation royale depuis l’article 52 de l’ordonnance de Blois, repris par l’article 3 de l’éd (...)
  • 21 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Saint-Carné, 1 Q 1/14 ; Le Hinglé et Saint-Helen, 1 Q 1/17. Dans une (...)
  • 22 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 24 novembre 1780, 20 G 76.

10Il n’existe pas un jardin de curé mais des jardins. Cette diversité est fonction des revenus du desservant, de son investissement dans le jardinage et du « logement convenable » fourni par la communauté d’habitants20 ; pour les jardins des presbytères du Hinglé, de Saint-Carné et de Saint-Helen, trois paroisses rurales au sud de Dinan, les séquestres révolutionnaires donnent respectivement une superficie d’un peu moins de 500 m² – l’acte précise « petit jardin » –, un peu plus de 1 000 m² et presque 5 000 m², soit une différence de un à dix21 ! Si le prêtre de la trève de La Ferrière, Mathurin Lesceur, ne dispose en 1780 que d’un jardin où « il n’y a que quelques mauvais choux et quelques mauvais brin de porées, les hayes et buissons sont en très mauvais état22 », le vicaire de la cure de Groslay, Alexandre Fleuriotte, jouit en 1700 d’un beau jardin clos de murs :

  • 23 Arch. dép. du Val-d’Oise, bail du 25 octobre 1700, 2 E 7/136.

« Des arbres peschers, abricotiers et pruniers […] font la garniture des murailles au tour de lad. Cour, [un] grand jardin derrière planté en arbres buissons de différents fruits, groselliers, seps de vignes et encore de quelques grands arbres fruittiers à haute tige, icelluy jardins fermés de murs au tour desquels en dedans sont plantés des arbres poiriers, peschers, abricotiers, pruniers et autres fruits pallisés ainsy que ceux de lad. Cour23. »

11Quant au prieur de Sennely-en-Sologne, il dispose d’un grand jardin d’environ 10 000 m², clos de palissades et de haies ; une allée le long du logis est bordée d’hysope, de thym, de fraisiers et d’oseille ; des arbres fruitiers ourlent l’allée centrale et les six carrés, et d’autres, essentiellement des poiriers, forment de beaux espaliers.

  • 24 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G 527, notes du recteur de Saint-Denoual.
  • 25 Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières, Geste Éditions, 1999, p. 184.
  • 26 Jacques Bernet (éd.), Le journal d’un maître d’école d’Île-de-France (1771-1792), Silly-en-Multien (...)

12À la fois utilitaire et d’agrément, le jardin de curé peut accueillir des arbres fruitiers et des treilles, des légumes feuilles et des légumes racines, des artichauts et des asperges, comme dans les jardins de Christophe Sauvageon ou du recteur de Saint-Denoual24, des melons dans le jardin de Pierre Louis Piet de Berton, curé de Sciecq25, des épinards et des salades, mais également des légumes plus populaires comme des choux et des poireaux, des herbes aromatiques et des plantes médicinales voire des fourrages. L’agrément est présent dans le bel alignement des espaliers, la culture de fleurs, le soin d’arbustes exotiques…, et le maître d’école de Sully-en-Multien, chargé de l’entretien du jardin du curé Bourget (750 m²) distingue systématiquement le jardin (le potager-fruitier) du parterre de buis taillé, ce dernier annonçant la modernité d’un jardin exclusivement ornemental26.

  • 27 Pierre de Vaissière, Curés de campagne de l’Ancienne France, Paris, 1932, p. 139.
  • 28 Nadine Gastaldi, « Petite histoire des jardins de curé », Michel Tournier et Georges Herscher, op. (...)

13Pour les curés de campagne éloignés d’un marché, le jardin est un lieu à proprement parler vital pour approvisionner leur table en légumes, en fruits et en herbes aromatiques d’autant plus que la table curiale doit nourrir une servante, un ou plusieurs domestiques, parfois un vicaire, voire un parent à charge, et répondre au devoir d’hospitalité et de charité. En bon ménager, l’abbé Barbotin fait saler des herbes pour l’hiver (lettre du 4 octobre 1789) et la présence de thym et d’oseille à Sennely-en-Sologne ou de cerfeuil à Prouvy prouve, si besoin était, l’étroitesse des liens entre le jardin et la table tant le fond aromatique de la nouvelle cuisine française des xviie et xviiie siècles use des aromates françois. Non seulement le jardin presbytéral permet de réduire les dépenses de table, mais en plus il rend possible une rentrée de numéraire par la vente (discrète) de surplus ; les jardins ecclésiastiques contribuent à l’approvisionnement du marché en menues denrées à l’exemple du curé de Bonnière qui, en 1782, écrit aux agents du clergé de France pour se plaindre qu’on lui réclame un droit pour pouvoir faire vendre ses légumes sur le marché de Mantes27. Bien évidemment ce n’est pas l’ecclésiastique qui se charge directement de la vente au détail mais sa servante ou un intermédiaire marchand. Les traités de jardinage et ceux de bienséance ecclésiastique n’hésitent pas à présenter ce revenu d’appoint comme un des avantages à entretenir un jardin fruitier-potager et Christophe Sauvageon insiste, avec une évidente satisfaction, sur le bon rapport de ses arbres fruitiers. Et dès octobre 1789, lorsque est évoquée la mise à disposition de la Nation des biens du clergé, le jardin apparaît rapidement dans les débats portant sur la rémunération des prêtres. C’est bien ici la dimension économique du jardin qui prime, tout comme dans les réclamations qui s’élèveront au début de la période concordataire lors de la mise en place des nouveaux presbytères28. Le jardin de curé est donc une réalité économique à ne pas sous-estimer et à replacer dans un contexte plus large d’exploitation agricole. Visites et séquestres révolutionnaires permettent de se rendre compte que le jardin et la cour des presbytères ruraux accueillent des bâtiments agricoles : grange, notamment pour les curés décimateurs, étable, poulailler, mais aussi toit à porc voire pressoir à cidre en Bretagne et en Normandie. À l’époque moderne, tous les curés bénéficiers sont peu ou prou à la tête d’une exploitation agricole.

  • 29 Jacques Bernet (éd.), op. cit., p. 123.
  • 30 Ernest Laurain (éd.), op. cit., p. 19-20.
  • 31 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G 527, notes du recteur de Saint-Denoual.
  • 32 Remèdes du curé de Saint-Gaudant, près de Civray, département de la Vienne, s.d. [16 janvier 1813] (...)
  • 33 François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux xviie et xviiie siècles, P (...)

14Au cœur d’une communauté d’habitants, le jardin du presbytère a pu jouer un rôle culturel non négligeable, la description des plantations d’arbres fruitiers du prieur du village « immobile » de Sennely-en-Sologne en laisse présager l’importance. Dans les campagnes, cet espace privilégié est un des lieux possibles d’introduction et d’acclimatation de nouvelles variétés fruitières et légumières par l’achat de végétaux dans des pépinières commerciales extérieures29, par la culture des légumes et des fruits à la mode, par l’inscription d’ecclésiastiques dans des réseaux d’amateurs d’horticulture puis d’agronomie. Le curé Launay expérimente la culture du trèfle dans son jardin avant de la généraliser sur les terres dépendant de sa cure30, et le recteur de Saint-Denoual s’intéresse au rendement, à l’outillage, multiplie les expériences, témoigne d’un souci d’améliorer ses terres et d’expliquer ses travaux horticoles, et, à la fin de ses notes reliées, sont jointes des brochures diffusées par la Société d’agriculture du Mans31. Quant au curé Norbert Pressac de La Chanay, de Saint-Gaudant, il a expérimenté pendant plus de trente ans les vertus médicinales de plantes indigènes cultivées dans son jardin botanique, notamment celles de la chélidoine (herbe à verrue), de la fritillaire et du colchique32 ; à la campagne, pour pallier l’absence de médecin ou de chirurgien, le prêtre doit en effet être à la fois médecin des âmes et des corps33.

15Le prêtre s’adonne-t-il physiquement au jardinage ? Si la réponse dépend évidemment du niveau d’aisance du curé, et probablement de son origine sociale, différentes sources convergent pour souligner l’emploi de domestiques et/ou le recours à des journaliers. Le curé de Silly-en-Multien fait entretenir son jardin par le maître d’école du village et recourt, pour la création de son parterre, à un jardinier professionnel, celui de Ruillé-le-Gravelais dispose de quatre domestiques secourus lors de gros travaux par des « gens de journée » et Sauvageon fait tailler ses arbres. Comme le souligne le recteur de Malville, diocèse de Nantes, en 1769, il faut à un curé de campagne

  • 34 Pierre de Vaissière, Curés de campagne…, op. cit., p. 247.

« […] au moins un valet pour soigner les chevaux, pour planter les légumes et faire les commissions […] car quelle apparence qu’un curé que sa pauvreté réduira à planter des choux, à faucher son foin, à conduire son cheval boire, soit respecté par ses paroissiens et puisse se mettre en état de leur faire quelques instructions. Un recteur peut-il être en même temps à bêcher son jardin, à nettoyer son écurie, à acheter des provisions et en même temps à confesser un malade, à préparer un sermon, ou à administrer quelque sacrement à son église34 ? »

  • 35 Ibid., p. 116-117.

16L’évolution des conditions du tirage au sort de la milice au xviiie siècle qui n’exempte plus que « le principal valet » (art. 2, ordonnance de 1765) et non plus l’ensemble des domestiques gagés des curés entraîne le mécontentement des prêtres séculiers. Ces derniers adressent alors des lettres aux agents du clergé de France afin de justifier l’emploi de plusieurs valets et n’oublient pas d’évoquer l’entretien du jardin35. Ainsi la pratique horticole du curé se rapproche plus des élites que de la paysannerie : il supervise (livre à la main ?), fait le tour du propriétaire et, éventuellement, en amateur, taille, greffe, bouture, coupe des fleurs, cueille quelques fruits, sélectionne des graines. Le jardinage doit demeurer une bienséance d’autant plus que la lente mais progressive imposition du port de la soutane, la dignité qu’elle implique et les contraintes corporelles qu’elle crée interdisent les travaux horticoles physiques, pénibles et avilissants.

Le jardinage : une bienséance tridentine

17Dépassant les métaphores horticoles de la Bible et des Pères de l’Église, et le thème du Christ jardinier des âmes, le discours tridentin s’avère être particulièrement favorable à la pratique du jardinage. Destinés à expliquer comment les curés, notamment ceux de campagne, doivent se comporter tant dans leur charge d’âmes que dans leur vie quotidienne, les traités de bienséance ecclésiastique recommandent les activités horticoles. Inspiré du modèle italien du bon prêtre, l’Advertissemens aux recteurs, curez, prestres et vicaires, qui desirent s’acquiter dignement de leur charge… (1613) précise que la plus honnête récréation

  • 36 Advertissemens aux recteurs, curez, prestres et vicaires, qui desirent s’acquiter dignement de leu (...)

« […] qu’on puisse accorder aux Prestres, est l’entretien d’un jardin, principalement en Esté, se servant modestement des instrumens d’Agriculture pour la récréation de l’Esprit, sans indécence […] la distillation encor de diverses fleurs, et herbes est une autre recréation36 ».

18Les propos sont identiques dans Le bon curé ou advis à messieurs les curez (1630) du chanoine Dognon, de Verdun, précisant, dans le chapitre xix consacré à l’obligation d’être toujours occupé, que « le soing du jardin est bien séant à un curé de village » :

  • 37 Le bon curé ou advis à messieurs les curez, 1630, Rouen, 1638, p. 151-153.

« Or un exercice manuel qui vous duira grandement et vous desennuyera, sera de donner quelques heures du jour au jardinage. Car vostre lieu vous y convie, et la façon de vivre de vos paroissiens, puisque c’est une espèce d’agriculture qui n’est ni mal plaisante, ny mal séante. […] Beschez vostre parterre, divisez le en quarreaux, qui soient bien compartis et adjustez, et après que vous y aurez semé les herbes potagères, et légumes pour le mesnage, ou planté les simples, et les fleurs que vous avez plus agréables, bordez-les de petits canaux, si vous avez la commodité de quelques ruisseau sinon employés y vos arrousoirs, et les entretenez, entez des sauvageons, soit en greffe, soit en écusson, pour avoir le contentement de cueillir quelque jours le fruit de vostre travail, qui vous sera plus savoureux que tout autre. Ou si vous voulez quelqu’autre honneste divertissement ayez des mouches à miel pour considerer leur œconomie, qui a comme donné la règle aux Estats, et aux familles de la Religion37. »

  • 38 Claude de La Croix, Le parfaict ecclesiastique, 1665, p. 79.

19Ce texte est d’autant plus évocateur d’une orthodoxie tridentine que Le parfaict ecclesiastique (1665) de Claude de La Croix, prêtre au séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet, en recommande la lecture38. À la veille de la Révolution, La méthode pour la direction des âmes dans le tribunal de la pénitence et pour le bon gouvernement des paroisses par un prêtre du Diocèse de Besançon (1783), de l’abbé Pochard, curé de Pontarlier et ancien directeur de séminaire, précise encore que la

  • 39 Michel Vernus, Le presbytère et la chaumière, Curés et villageois dans l’ancienne France (xviie-xv (...)

« […] récréation est nécessaire après le repas, c’est un délassement de l’esprit et du corps, qui en répare les forces, et qui dispose le Pasteur à soutenir l’application et le travail que demandent ses devoirs : mais il faut en déterminer l’objet, en régler la durée, en ménager les convenances, en sanctifier l’usage. Ne prenez jamais de récréations que vous ne puissiez offrir à Dieu. Suivant ce principe, vous ne vous permettrez jamais certains divertissemens contraires à la modestie et à la gravité ecclésiastique, ou défendus par les Saints Canons […]. On peut y substituer l’honnête conversation, la promenade, quelques petits ouvrages manuels, le soin d’un parterre39 ».

20Des premiers temps de l’application en France de la Réforme catholique au xviiie siècle finissant, que les traités soient publiés à Bordeaux ou à Rouen, à Besançon ou à Paris, que les auteurs soient issus de séminaires parisiens ou provinciaux, on ne peut que souligner la permanence d’un discours tridentin favorable à l’entretien d’un jardin. Cette remarquable unanimité procède d’une parfaite adéquation entre les valeurs contemporaines attachées au jardinage et les exigences de la Réforme catholique concernant la vie réglée du prêtre.

  • 40 Florent Quellier, « Les fruits de la civilité françoise : l’engouement des élites du xviie siècle (...)

21À l’exemple bien connu de la maison presbytérale, le jardin offre au curé un signe visible de notabilité. Loisir de l’honnête homme, le jardinage est conciliable avec le modèle du prêtre policé, il permet aux ecclésiastiques de participer à la forte culture du don alimentaire qui caractérise l’époque moderne – le cadeau d’une corbeille de fruits est un signe de civilité particulièrement prisé au xviie siècle 40 – et de consommer herbes, légumes et fruits à la mode. En alimentant la table presbytérale, voire en rapportant un petit revenu, il répond également à l’idéal contemporain du bon ménager et concourt à la lutte tridentine contre le scandale du prêtre mendiant tout en lui permettant de remplir son devoir d’hospitalité.

  • 41 « Le 23 juin 1640, le vicaire de Thiais se vient plaindre qu’on a causé des dégâts à son jardin da (...)
  • 42 L’inventaire après décès du curé de Domont du 21 juin 1707 prise « vingt-trois pots à fleurs prisé (...)
  • 43 Henri Platelle (éd.), Journal d’un curé de campagne au xviie siècle, 1965, rééd. 1997, p. 96.
  • 44 Émile Huet (éd.), art. cit., p. CXXXIX.

22Tout comme le presbytère tend à se différencier de l’habitat populaire, la possession du jardin contribue à afficher une distinction sociale, comme la marque d’une reconquête de la dignité du pasteur ayant charge d’âmes. Encore faut-il que le jardin de l’ecclésiastique se distingue de celui des paysans. Et il n’est guère surprenant que la littérature tridentine et la législation royale séparent nettement l’habitat du curé des bâtiments d’exploitation ; le « logement convenable » des ordonnances royales exclut la grange, sauf si le curé est décimateur, et l’écurie, sauf si la paroisse est étendue. De même, lorsque les prêtres parlent de leur jardin, ils se plaisent à évoquer fruits, légumes et fleurs à la mode (poiriers, fi guiers, asperges, artichauts, melons, concombres, tulipes) et les conduites fruitières nobles (espalier, contre-espalier, arbre nain) mais point les choux et les poireaux pourtant également présents41. Au jardin, la distinction sociale s’inscrit dans la collection d’arbres fruitiers et de plantes en pot42, dans le bel alignement d’espaliers, dans la culture de primeurs et de fleurs ornementales. À la fin des années 1680, Alexandre Dubois, curé de Rumegies, près de Valenciennes, fait remplacer une « méchante [et paysanne] haie de fuseau [fusain] et de noir cerisier » par des charmes43, or la charmille appartient à l’art des jardins classiques ; cette nouvelle haie sera en plus bornée de deux cabinets. Et lorsque Christophe Sauvageon se laisse rêver à un nouveau jardin, il imagine une allée bien droite, un pré transformé en boulingrin, des carrés bien symétriques, des parterres dessinés par du buis taillé et plantés de fleurs… Charmille à Rumegies, bordures de buis taillé à Sillyen-Multien, collection de tulipes à Prouvy, fleurs en pot à Domont…, le jardin du curé de campagne peut parfois tendre à un entre-deux social entre le jardin ordinaire des paysans et la modernité de celui des élites ; le prieur de Sennely-en-Sologne ne dit pas autre chose lorsqu’il écrit que son projet de jardin « sera trouvé très magnifique pour des personnes de [son] rang44 ».

  • 45 Traité de la perfection de l’état ecclésiastique…, Saint-Malo, 1781, t. I, p. VI.
  • 46 « Finalement, il n’est decent qu’un Curé s’occupe pour rien que ce soit à l’exercice de la chasse  (...)

23Symbole fort de la résidence, le jardin est la marque d’un enracinement et l’œuvre d’un sédentaire qui plante des arbres et les greffe pour les années à venir. L’obligation de résidence, formulée avec force par le concile de Trente, et la fréquente stabilité du prêtre séculier ont très certainement joué un rôle capital dans cet investissement horticole. Le curé Bourget de Silly-en-Multien ne débute-t-il pas ses plantations l’année même où il prend possession de la cure ? Le prêtre de Ruilly-le-Gravelais demeure 21 ans à la tête de sa paroisse (1771-1792), Jacques-César Ingrand est resté curé de campagne à Scorbé-Clairvaux pendant 25 ans (1759-1784) et, lorsque Christophe Sauvageon, demeuré plus de vingt ans à Sennely-en-Sologne, évoque ses arbres fruitiers « de bon rapport » il précise que cela fait huit ans qui les a plantés. Non seulement le jardin matérialise l’obligation de résidence mais en plus il préserve le desservant « de la contagion du monde sans en être éloigné45 ». Le jardin et sa clôture permettent au curé d’être au milieu de ses paroissiens, et rapidement accessible en cas de nécessité sacramentelle46, tout en restant honnêtement à l’écart.

  • 47 Béatrix de Buffévent (éd.), op. cit., p. 146.
  • 48 Le curé de Courgis, le frère de Rétif de la Bretonne, se promène une heure dans son jardin, l’été, (...)
  • 49 Henri Platelle (éd.), op. cit., p. 81.

24Au milieu de ses brebis, le bon pasteur doit être un modèle moralement irréprochable et de nombreux loisirs lui sont interdits comme la chasse avec une arme à feu et avec des chiens, les jeux d’argent et de hasard, la fréquentation du cabaret, les futiles conversations de voisinage… Néanmoins le prêtre doit savoir se délasser dans la journée tout en évitant soigneusement l’oisiveté et la paresse, le jardinage et la promenade répondent à ces conditions. Philippe Gourreau de la Proustière fait planter des arbres avec le sentiment « qu’un jardin agréable, remply de fruits, délaisseroit l’esprit47 » et la promenade digestive dans le jardin a pu être un moyen d’éviter l’assoupissement48. Lieu récréatif, le jardin peut également être un lieu de recueillement, de méditation, de lectures édifiantes et de contemplation de la Création. « Observez les lis des champs » (Mat. 6-29), les traités de bienséance ecclésiastique insistent tous sur l’oraison mentale et la méditation journalière. Un des deux cabinets édifiés de part et d’autre d’une charmille par le curé jansénisant de Rumegies à la fin des années 1680 a-t-il servi de lieu de recueillement, de lecture du bréviaire49 ?

  • 50 Outre les traités déjà cités : De l’éducation des ecclésiastiques dans les séminaires où sont cont (...)
  • 51 Dominique Julia, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux xviie et xviiie siècles », Problè (...)
  • 52 Michel Lagree, « Entre monarchies et révolutions : les fonctionnaires de Dieu », N. Lemaitre, Hist (...)
  • 53 Christiane Escanecrabe (éd.), op. cit., p. 133.
  • 54 André-Jean Bourde, Agronomie et agronome en France au xviiie siècle, Paris, SEVPEN 1967, p. 1057-1 (...)

25Symbole de la résidence, loisir décent, signe de notabilité, idéal du bon ménager et de l’hospitalité chrétienne, espace de méditation, lieu au cœur de la paroisse mais en retrait des tentations du monde …, la parfaite adéquation du jardin avec les exigences de la bienséance ecclésiastique conjuguant civilité classique et économie chrétienne a rendu possible l’investissement horticole du clergé séculier. D’ailleurs les récents séminaires, inculquant « l’air ecclésiastique », diffusent un discours particulièrement favorable au jardinage 50 et, dotés de jardins et de maisons de campagne51, ils ont habitué les futurs ordinands à vivre le jardin comme lieu de délassement et de recueillement ; néanmoins il ne semble pas qu’il y ait eu dans les séminaires français d’Ancien Régime, contrairement à l’épisode joséphiste dans les États des Habsbourg52, un enseignement d’économie rurale dispensé aux futurs prêtres. Pour les hommes d’Église qui n’ont pas la vocation mais qui doivent éviter tout scandale, l’investissement dans le jardinage a même pu offrir une honnête échappatoire. Cette dimension est particulièrement visible chez Jacques-César Ingrand, ci devant-curé de Châtellerault, auteur d’un journal rédigé en l’an VIII. Destiné dès son plus jeune âge à la prêtrise, Jacques-César n’a pas la vocation, il trouve alors ses plus grands bonheurs non dans sa charge d’âmes, qu’il semble néanmoins consciencieusement remplir, mais dans l’exploitation de ses propriétés. À la fi n de son journal, il évoque les devoirs du curé de campagne avec des accents des Lumières : « Après les travaux de son état, dont on n’a jamais eu à se plaindre de lui pendant plus de 20 ans qu’il a existé dans cette commune [Scorbé], que fera un curé dans une campagne s’il ne cherche à devenir utile, à créer même, à améliorer, vivifier la nature, en donner l’exemple, et d’ajouter même s’il en trouve l’occasion une petite conquête à la patrie53. » L’idéal utilitariste des Lumières insiste en effet sur le nécessaire investissement social des curés de campagne et donne naissance à une nouvelle déclinaison du bon prêtre, qui n’oublie pas le jardin, le curé agronome54.

  • 55 Gilbert Nicolas, « Les instituteurs et la maison d’école rurale, dans l’Ouest au xixe siècle. Des (...)
  • 56 Octave Mirbeau, L’Abbé Jules, 1888, Albin Michel, 1988, p. 330-331.

26En définitive, l’actuelle expression « jardin de curé » me semble bien être une butte témoin de ce que fut l’idéal tridentin du bon prêtre, consolidée au xviiie siècle par l’idéal utilitariste des Lumières, lentement érodée au cours d’un long xixe siècle et, aujourd’hui, totalement laïcisée. Deux exemples pris dans la seconde moitié du xixe siècle confirment le fort syncrétisme entre l’image du bon curé et l’horticulture. La présence d’un jardin dans les écoles-modèles, souhaitée par les instituteurs publics, ne saurait surprendre tant l’affrontement entre l’école publique et l’Église catholique passe notamment par une récupération des attributs du bon prêtre par l’instituteur. Or ce jardin est voulu pour trois raisons qui ne sont pas sans rappeler celles des ecclésiastiques post-tridentins : le délassement, un complément en nature pour la table améliorant ainsi la situation pécuniaire, et l’éducation des enfants par des leçons de choses55 ; il faudrait également prendre en compte le désir de notabilité. Quant à la littérature, si elle a planté le topos du « jardin de curé » elle joue également avec. Dans L’abbé Jules (1888), Octave Mirbeau place sa dernière scène sciemment dans le jardin de l’ecclésiastique : dans le paisible hortus conclusus brûle l’énigmatique malle de l’abbé Jules, laissant s’échapper de peu catholiques gravures pornographiques ; en un raccourci saisissant, Mirbeau souligne la monstruosité du héros éponyme par le choix du jardin, signature du bon prêtre56.

Notes

1 Michel Tournier et Georges Herscher, Jardins de curé, Arles, Actes Sud, 1995 ; Philippe Ferret, Jardins de curé. L’art et la manière, Paris, La Maison Rustique, Flammarion, 1997.

2 Honoré de Balzac, Le curé de village, 1841, rééd. Folio classique, 1975, p. 124-125 et 127 ; Colette, La Maison de Claudine, 1922, rééd. 2004, p. 104-105 ; Henri Bosco, Le Jardin d’Hyacinthe, 1946, rééd. Gallimard, 1991, p. 20.

3 Florent Quellier, Des fruits et des hommes. L’arboriculture fruitière en Île-de-France (vers 1600-vers 1800), Rennes, PUR, 2003, p. 27-84.

4 Antoine Pluche, Le spectacle de la nature ou entretiens sur les particularités de l’histoire naturelle, Paris, t. 2, 1735, p. 99-234.

5 Arch. dép. du Val-d’Oise, B95/836, inventaire après décès du 5 mai 1751.

6 Arch. dép. du Val-d’Oise, 2E7/146, inventaire après décès du 6 octobre 1717.

7 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G 346.

8 Manuel des champs ou Recueil choisi, instructif et amusant, de tout ce qui est le plus nécessaire pour vivre avec aisance et agrément à la campagne, Paris, 1764, rééd. 1765, 1769 et 1780.

9 Gentil, en religion frère François, Le jardinier solitaire, ou Dialogues entre un curieux et un jardinier solitaire contenans la méthode de faire et de cultiver un jardin fruitier et potager, et plusieurs expériences nouvelles, Paris, 1704.

10 Ernest Laurain (éd.), Les observations de Me Launay, curé de Ruillé-le-Gravelais (1771-1790), Laval, 1900, année 1778, p. 44.

11 Émile Huet (éd.), « Le manuscrit du prieur de Sennely, 1700 », Mémoire de la société archéologique et historique de l’Orléanais, t. 32, 1908, p. CXXXIII.

12 Ibid., p. CXXXI-CXXXX.

13 Christiane Escanecrabe (éd.), Mémoires de Jacques-César Ingrand né en 1733, Bonnes, Les Gorgones, 1999.

14 François-Yves Besnard, Souvenirs d’un nonagénaire, Paris, H. Champion, 1880.

15 François-Alphonse Aulard (éd.), Lettres de l’abbé Barbotin, député à l’Assemblée Constituante, Paris, Société de l’histoire de la Révolution française, 1910.

16 Michèle Bardon et Michel Veissière (éd.), Journal (1676-1688) de Jean-Baptiste Raveneau, Étrépilly, Les Presses du Village, 1994, p. 188 et 195.

17 Béatrix de Buffévent (éd.), Mémoires de Philippe Gourreau de La Proustière, chanoine de Saint-Victor de Paris et curé de Villiers-le-Bel (1611-1694), Paris, Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 1990, p. 144, 146 et 153.

18 Nicole Lemaître (dir.), Histoire des curés, Fayard, 2002, p. 200.

19 Jean-Baptiste de La Quintinie, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, 1690, rééd. 1999, p. 337.

20 La législation royale depuis l’article 52 de l’ordonnance de Blois, repris par l’article 3 de l’édit de Melun et l’article 22 de l’ordonnance de 1695, précise que la communauté d’habitants doit fournir un « logement convenable » mais elle n’évoque pas le jardin.

21 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Saint-Carné, 1 Q 1/14 ; Le Hinglé et Saint-Helen, 1 Q 1/17. Dans une étude sur les presbytères poitevins, Jacques Marcadé a étudié une enquête lancée par le bureau des Décimes visant à estimer les revenus des curés en 1728-1729 : sur 523 réponses, seules 114 déclarent un jardin et seulement 27 une superficie. Les superficies indiquées vont d’un peu plus de 500 m² à 12 160 m² et la majorité se situe entre 760 et 1 500 m² ; Jacques Marcadé, « Les presbytères poitevins au début du xviiie siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des Musées de Poitiers, 4e trimestre 1982, t. XVI, p. 649-658.

22 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 24 novembre 1780, 20 G 76.

23 Arch. dép. du Val-d’Oise, bail du 25 octobre 1700, 2 E 7/136.

24 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G 527, notes du recteur de Saint-Denoual.

25 Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières, Geste Éditions, 1999, p. 184.

26 Jacques Bernet (éd.), Le journal d’un maître d’école d’Île-de-France (1771-1792), Silly-en-Multien, de l’Ancien Régime à la Révolution, Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 93, 94, 99, 112, 123 et 203.

27 Pierre de Vaissière, Curés de campagne de l’Ancienne France, Paris, 1932, p. 139.

28 Nadine Gastaldi, « Petite histoire des jardins de curé », Michel Tournier et Georges Herscher, op. cit., p. 41.

29 Jacques Bernet (éd.), op. cit., p. 123.

30 Ernest Laurain (éd.), op. cit., p. 19-20.

31 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G 527, notes du recteur de Saint-Denoual.

32 Remèdes du curé de Saint-Gaudant, près de Civray, département de la Vienne, s.d. [16 janvier 1813], Angoulême, 22 p.

33 François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1983, rééd. 1995, p. 95.

34 Pierre de Vaissière, Curés de campagne…, op. cit., p. 247.

35 Ibid., p. 116-117.

36 Advertissemens aux recteurs, curez, prestres et vicaires, qui desirent s’acquiter dignement de leur charge, et faire bien et sainctement tout ce qui appartien à leur office par Monseigneur Jean-Baptiste de Constanze archevesque de Cosence, traduit de l’italien en françois par I. S., Bordeaux, 1613, p. 32.

37 Le bon curé ou advis à messieurs les curez, 1630, Rouen, 1638, p. 151-153.

38 Claude de La Croix, Le parfaict ecclesiastique, 1665, p. 79.

39 Michel Vernus, Le presbytère et la chaumière, Curés et villageois dans l’ancienne France (xviie-xviiie siècle), Togirix, 1986, p. 91.

40 Florent Quellier, « Les fruits de la civilité françoise : l’engouement des élites du xviie siècle pour le jardin fruitier-potager », Polia. Revue de l’art des jardins, n° 8, automne 2007, p. 25-39.

41 « Le 23 juin 1640, le vicaire de Thiais se vient plaindre qu’on a causé des dégâts à son jardin dans la nuit. Les experts nommés constatent qu’on a brisé deux pruniers, un “serizier”, une ente de poirier, que huit pieds d’artichauts et quantité de “poreaux” ont été arrachés », Jean Jacquart, La crise rurale en Île-de-France, 1550-1670, Paris, Armand Colin, 1974, p. 315.

42 L’inventaire après décès du curé de Domont du 21 juin 1707 prise « vingt-trois pots à fleurs prisés 23 lt », arch. dép. du Val-d’Oise, B95/833.

43 Henri Platelle (éd.), Journal d’un curé de campagne au xviie siècle, 1965, rééd. 1997, p. 96.

44 Émile Huet (éd.), art. cit., p. CXXXIX.

45 Traité de la perfection de l’état ecclésiastique…, Saint-Malo, 1781, t. I, p. VI.

46 « Finalement, il n’est decent qu’un Curé s’occupe pour rien que ce soit à l’exercice de la chasse : laquelle estant blasmable aux autres prestres, est en luy une très grande et très dangereuse faute pouvant par fois arriver qu’estant extremement necessaire à son peuple, pour luy administrer les très saincts sacremens », Advertismens aux recteurs, curez, prestres et vicaires, 1613, p. 135.

47 Béatrix de Buffévent (éd.), op. cit., p. 146.

48 Le curé de Courgis, le frère de Rétif de la Bretonne, se promène une heure dans son jardin, l’été, après le repas, cité par Nicole Lemaître, Histoire des curés…, op. cit., p. 229.

49 Henri Platelle (éd.), op. cit., p. 81.

50 Outre les traités déjà cités : De l’éducation des ecclésiastiques dans les séminaires où sont contenues diverses pratiques de piété convenables à toutes sortes de personnes séculières et régulières, pour remplir saintement leur journée, Paris, 1699, p. 400-403.

51 Dominique Julia, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux xviie et xviiie siècles », Problèmes d’histoire de l’éducation, actes des séminaires de l’École française de Rome, 1988, p. 151 ; Gilbert Cussac, extrait de la Revue des Sciences ecclésiastiques, 1895, p. 19 et 504.

52 Michel Lagree, « Entre monarchies et révolutions : les fonctionnaires de Dieu », N. Lemaitre, Histoire des curés…, op. cit, p. 255.

53 Christiane Escanecrabe (éd.), op. cit., p. 133.

54 André-Jean Bourde, Agronomie et agronome en France au xviiie siècle, Paris, SEVPEN 1967, p. 1057-1058 et 1393-1395 ; N. Lemaître (dir.), Histoire des curés…, op. cit., p. 227, 229-230 et 244 ; Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, Paris, Fayard, 1999, p. 102-103.

55 Gilbert Nicolas, « Les instituteurs et la maison d’école rurale, dans l’Ouest au xixe siècle. Des réalisations contestées au sanctuaire rêvé », Annie Antoine (dir.), La maison rurale en pays d’habitat dispersé de l’Antiquité au xxe siècle, Rennes, PUR, 2005, p. 33-42.

56 Octave Mirbeau, L’Abbé Jules, 1888, Albin Michel, 1988, p. 330-331.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540