Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Première partie. Clergé et jardinage (xvie-xviiie siècle)

Les allées et venues des verdures à l’âme. Des jardins ecclésiastiques parisiens au XVIe siècle

Clément Gurvil

Texte intégral

  • 1 Importante bibliographie disponible. Citons simplement Jean-Pierre Babelon, Paris au xvie siècle, (...)
  • 2 Signalons par exemple pour le prieuré de Sainte-Catherine : Maurice Dumolin, « Le lotissement de l (...)
  • 3 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une thèse intitulée Les paysans de Paris du milieu du (...)
  • 4 Afin de ne pas alourdir les notes infrapaginales, les références des actes utilisés ont été rassem (...)

1Au xvie siècle, le paysage parisien se transforme de manière remarquable, entraînant notamment une profonde modification de la répartition dans la ville des espaces voués à la culture et plus largement des espaces de verdure1. La décision royale de céder les biens de la Couronne non utilisés (1543) conjuguée aux initiatives privées émanant de propriétaires laïques et ecclésiastiques a contribué à accélérer le mouvement dans la seconde moitié du siècle. Pour les seconds, deux exemples bien connus sont fournis par le prieuré de Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers (à partir de 1545) et du Temple (au début du xviie siècle)2. Cette mutation paysagère s’observe très bien à partir du Minutier central des notaires de Paris conservé aux Archives nationales. Travaillant sur les paysans parisiens, j’ai choisi de privilégier l’étude XIX, regroupant des notaires résidant rue Saint-Antoine, laquelle aboutit à l’enceinte de Charles V à hauteur de la bastide (ou bastille) Saint-Antoine. Si sur les 65 000 actes dépouillés de la décennie 1480 à la décennie 1610, environ 4 100 concernent au moins un paysan parisien, rares sont ceux qui les mettent aux prises avec un ecclésiastique3. D’autres renseignements, provenant d’autres études notariales ainsi que de la série intitulée Biens des établissements religieux supprimés (série S des Archives nationales) ont alors été interrogés. En tout, une quinzaine d’actes couvrant la seconde moitié du siècle (de 1545 à 1613) permet de pénétrer dans les jardins ecclésiastiques parisiens. L’étroitesse de l’échantillon induit de fait une analyse résolument qualitative4.

2Dans l’agglomération parisienne, le rapport des ecclésiastiques à la terre – à l’image de Sainte-Catherine et du Temple – conjugue deux aspects paradoxaux : d’un côté, ils participent au marché de la terre, vendant aux investisseurs de nouveaux terrains à lotir et à construire, agissant dans le sens d’une densification de l’urbanisation ; d’un autre côté, ils constituent les principaux acteurs, à côté de la famille royale et des grands nobles, d’une résistance du « rural » dans le paysage urbain. À défaut de champs céréaliers, les jardins maintiennent une présence végétale à l’intérieur des enceintes et fleurissent dans les faubourgs, dans les clos des hôtels ou les enclos des monastères. Dans le Paris du second xvie siècle, il s’agit d’étudier en détail les conditions négociées dans les baux ou les marchés de jardin conclus entre un ecclésiastique et un paysan. Ces clauses révèlent un état d’esprit et des attentes spécifiques sur la fonction du jardin, tant au niveau des travaux horticoles à réaliser, qui doivent faire de cet espace privilégié un lieu de production maraîchère et fruitière, que du comportement des deux parties qui contribue à faire de ce clos privé un havre de tranquillité, de détente, voire de méditation. J’envisagerai successivement deux points : tout d’abord l’association complémentaire existant entre les acteurs et les lieux, puis les conditions révélatrices des attentes des ecclésiastiques.

Acteurs et lieux : une association complémentaire

Ecclésiastiques et jardiniers

3La rencontre entre propriétaires fonciers et paysans parisiens donne lieu à deux types d’actes distincts. Le marché de jardinage représente la première possibilité, la moins importante quantitativement. Ce contrat détermine un ensemble de travaux que le paysan doit effectuer dans un lieu précis et pour une durée variable. Le travailleur de la terre apparaît donc comme un salarié. Le bail constitue le second type d’acte. Plus fréquent, il reprend les caractéristiques des marchés de jardinage mais en en multipliant les clauses. D’autres éléments contribuent à distinguer les marchés et les baux que l’examen des acteurs et des lieux concernés va permettre de souligner.

4Parmi les ecclésiastiques qui passent bail ou marché figurent de grandes institutions, comme le prieuré de Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers, personnifié par son prieur (en 1567), le Temple en la personne du vicaire du prieur (Pierre de la Fontaine en 1551), l’abbaye de Saint-Victor, représentée soit par son administrateur (Pierre Lizet en 1551), soit par son abbé (François de Harlay en 1609), le prieuré de Saint-Lazare, incarné par son prieur (Jacques Lieuvrel en 1597 et en 1605, Adrien Lebon en 1613), et l’hôpital Saint-Gervais, dont l’administrateur s’occupe des aff aires temporelles (Guy du Val en 1551). Viennent ensuite des collèges, à savoir le collège de la Sorbonne (en 1543), le collège Saint-Bernard au nom duquel agissent son proviseur et son receveur (Jean Coquay et François Barberot en 1551), et le collège Saint-Michel, représenté par son receveur (Gabriel Bannet en 1589). Enfin, des personnages mentionnés comme « abbé » dans les actes agissent en leur propre nom pour leur demeure parisienne : l’abbé et comte de Lagny-sur-Marne (« monseigneur Jacques » en 1551), l’abbé de Bourras, aussi aumônier de la maison du Roi (François de Mailly en 1556), l’abbé de Marmoutier (en 1578) et l’abbé de Brilherbault, aussi conseiller au Parlement de Paris (Jean Jaqueslet en 1558).

5La répartition des jardins concernés dans la ville résulte logiquement de la situation des logis des ecclésiastiques. À l’exception des clos de Saint-Lazare et de Saint-Victor situés respectivement dans la partie septentrionale du faubourg Saint-Martin (rive droite) et dans le faubourg Saint-Victor (rive gauche), autrement dit à l’extérieur des remparts, les autres jardins se trouvent dans la ville même : ceux des collèges se trouvent sur la rive gauche (les collèges Saint-Bernard et Saint-Michel se situent sur et à proximité du quai Saint-Bernard) ; ceux de Sainte-Catherine, du Temple et de Saint-Gervais appartiennent aux grandes coutures couvrant une large partie nord-orientale de la rive droite ; les rues du Temple, du Petit-Marivaux (quartier du Temple) et de Saint-Antoine (quartier du même nom) accueillent les jardins des différents autres religieux mentionnés ci-dessus.

6Le lieu de résidence des paysans, salariés ou locataires, s’inscrit dans la même logique spatiale. Dix habitent à l’intérieur de l’enceinte, les autres demeurent dans les faubourgs Saint-Victor (3), Saint-Denis (1) et Saint-Laurent (3). Sans surprise, ces paysans se déclarent jardiniers. Le fait significatif réside dans la proportion de maîtres jardiniers (la moitié des individus), voire de maîtres jardiniers maraîchers, qui semble s’accroître au fil des années. Il est tentant d’y voir la volonté affirmée des propriétaires de ne confier leurs jardins qu’à des personnes dont la compétence et le savoir-faire ont été reconnus par la corporation des jardiniers au moyen du chef-d’œuvre (même si l’obtention de la maîtrise peut suivre d’autres voies, comme la reconnaissance de l’expérience ou la situation familiale avantageant les fils de maîtres). En cela, les ecclésiastiques suivent avec soin les conseils des auteurs des manuels d’agriculture qui préconisent de choisir avec discernement les gens qui auront à travailler pour eux.

  • 5 Thérèse Kleindienst, « La topographie et l’exploitation des “Marais de Paris” du xiie au xviie siè (...)

7Les jardins des collèges comme ceux des monastères ou des hôtels particuliers monopolisent l’attention de propriétaires soucieux de les faire bénéficier des efforts continus de leurs jardiniers. Les jardins des collèges de la Sorbonne et de Saint-Bernard, les grands jardins du Temple ou de Saint-Lazare se retrouvent donc au cœur des négociations et des compromis. Malheureusement, les actes contiennent bien peu de renseignements détaillés à leur sujet : la taille des jardins, par exemple, reste généralement dans l’ombre, à l’exception notable du grand jardin de Saint-Lazare qui occupe une superficie de deux arpents, soit les deux tiers d’un hectare. Les contemporains le désignent du nom explicite de « marais ». Ce terme renvoie aux marais de Paris, ensemble de parcelles mises en valeur sous forme de jardins potagers sur l’ancien bras septentrional de la Seine qui s’étend de la porte du Temple jusqu’aux Porcherons, au-delà de la porte Montmartre, au nord du faubourg Saint-Honoré5. Un seul autre jardin bénéficie d’une appellation particulière, qui ne relève certainement pas du hasard : « l’Hermitage », l’un des deux jardins de l’abbaye de Saint-Victor. Une différence fondamentale apparaît, en outre, entre les marchés de jardinage et les baux de jardin : dans les premiers, les jardiniers ne résident pas sur les lieux qu’ils s’engagent à entretenir ou à rétablir, alors que les seconds jouissent souvent d’un logis (un corps d’hôtel ou une simple chambre) situé près ou dans le jardin dont ils vont s’occuper. Par exemple, en 1567, Philippe Delaruelle bénéficie d’un petit logis situé à proximité immédiate des deux jardins du prieuré Sainte-Catherine dont il prend la charge.

Des durées et des prix variables

8Contrats bien différents, marchés et baux s’inscrivent dans des temporalités distinctes. Les marchés s’étendent sur la durée jugée nécessaire à la complète réalisation des travaux. Si l’indication manque pour l’entretien des jardins du collège de la Sorbonne (1545), nous savons que le jardinier Denis Renou s’engage en 1578 à s’occuper du jardin de l’abbé de Marmoutier jusqu’à son « entiere perfection ». Parfois, le marché s’étire dans le temps, occasionnant des dispositions spécifiques. En 1556, Nicolas Vidie prend en charge le jardin de l’abbé de Bourras pour une période de cinq ans et recevra 20 livres tournois de gages tous les trois mois. Quant à Claude Lemoyne, il entretiendra à partir de 1589 et pour trois ans le jardin du collège Saint-Michel, mais il ne sera tenu d’y travailler qu’une fois par semaine (le montant de ses gages, 5 écus par an, le confi rme). Pour leur part, les baux durent plus longtemps, entre six et neuf ans. Leur durée s’apparente ainsi aux locations de biens immobiliers – terres et maisons – tournant, sur le siècle, autour de six ans, et aux baux à ferme et à moisson qui, sur la même période, s’élèvent plutôt à neuf ans.

9Dans les baux, la négociation des loyers aboutit à deux situations distinctes : soit le jardinier en est exempt (il ne jouit pas, dans ce cas, d’un lieu d’habitation lié au bail), soit le bailleur l’y contraint (moyennant logement) en l’obligeant à un versement en argent et à un complément en nature. La combinaison d’une somme d’argent et de setiers de verjus recueille le plus de suffrages : en 1609, Toussaint Varin s’engage à verser annuellement à l’abbé de Saint-Victor 60 livres tournois et sept setiers de verjus en septembre. Mais des situations originales surgissent ici et là. En 1551, Denis de Beyne accepte de payer chaque année 40 livres tournois et de donner 24 melons, dix douzaines de concombres et de prunes, des « erbes fortes de bonnes senteurs et boucquetz de fleurs » à Pâques. Ce loyer, certainement négocié entre l’ecclésiastique et le jardinier, invite à pousser plus avant l’analyse des conditions contenues dans les différents marchés et baux.

Des conditions révélatrices

10Plus ou moins nombreuses, variées et originales, les clauses des marchés et des baux abordent quatre points : l’entretien des lieux concernés, la jouissance des productions horticoles, la vie au jardin et la durée du contrat.

Un entretien nécessaire

11Avoir un jardin présentable et donc bien entretenu, telle est la première attente des ecclésiastiques. Si les représentants du collège Saint-Bernard requièrent en 1551 l’entretien du jardin « tant en nature de pré que labourage » – ce qui laisse deviner un clos de taille respectable – d’autres se contentent d’une formule encore plus vague pour englober tout un ensemble de travaux trop connus du jardinier pour nécessiter un développement. Le représentant du Temple évoque le labourage et la culture du jardin (1551) et l’abbé de Bourras demande de faire le parterre du jardin (1556). D’autres enfin utilisent des termes plus précis : le collège de la Sorbonne ordonne ainsi à Rémond Chartier et Étienne Massonneau de faire et redresser les parterres (1545), l’abbé de Marmoutier veut que le jardin soit bien nettoyé (1578), tout comme le receveur du collège Saint-Michel qui précise de surcroît que le nettoyage concerne toutes les mauvaises herbes (1589). Si les termes changent d’un acte à l’autre, le résultat reste identique : le jardinier Michel Vaudais devra faire le parterre qui se trouve devant la salle de la maison de l’abbé de Brilherbault et le « dresser en compartiments » (1558). Quant à Jean Duchesne, travaillant pour l’abbé de Lagny-sur-Marne, il s’engage à ne laisser aucune place vide dans le jardin (1551).

12Au sein de chaque parterre, il convient tout d’abord de « redresser les planches » ou d’« entretenir les plates-formes » afi n de pouvoir y semer des graines : l’abbé de Saint-Victor n’a point d’autre exigence (1609). Les allées reçoivent toute l’attention des religieux car elles sont le moyen de circuler et elles témoignent d’emblée du soin accordé au jardin. « Tenir les allées nettes », comme la plupart des actes le stipulent, signifie les entretenir constamment, les desherber (abbé de Lagny-sur-Marne, 1551), les balayer (Saint-Victor, 1551), les maintenir bien « sablonnées » (abbé de Bourras, 1556) et bien droites (abbé de Saint-Victor, 1609). La propreté attendue requiert que ces opérations soient répétées fréquemment. Par exemple, l’abbé de Brilherbault désire des allées « toujours nettes en toutes saisons » qu’il convient de remettre en état chaque samedi (1558). Espace mouvant, le jardin demande en outre des aménagements et des réaménagements continuels. Denis Renou devra ainsi réaliser des allées là où l’abbé de Marmoutier le lui indiquera, et de la largeur qui lui sera commandée (1578). Les ecclésiastiques se soucient par ailleurs de la composition des bordures ; ces dernières doivent rendre la promenade agréable. L’abbé de Marmoutier veut de la lavande, de la rue et de la sauge (1578), l’abbé de Brilherbault rajoute du romarin (1558). Si l’abbé de Saint-Victor demande au jardinier de maintenir les bordures à « hauteur et épaisseur convenable » en les tondant régulièrement (1609), le prieur de Saint-Lazare attend du jardinier qu’il plante les bordures d’arbres fruitiers « pour l’embellissement du jardin » (1613).

  • 6 Hubert Beylier et Bénédicte Leclerc, Treillages de jardin du xive au xxe siècle, Paris, 2000.

13Liés aux allées, les berceaux et autres haies d’appui bénéficient des mêmes attentions. Seul l’abbé de Saint-Victor va plus loin et demande à son jardinier de réaliser un nouveau pavillon disposé au-dessus de la table du grand jardin (1609). N’oublions pas que le chef-d’œuvre qu’effectuent en principe les jardiniers afin de recevoir la maîtrise du métier est un ouvrage de charpenterie : fabriquer un berceau ou un pavillon ne présente en théorie aucune difficulté pour tout maître jardinier sérieux et compétent6. Les berceaux soutiennent notamment les treilles qui ornent tous les jardins de l’époque. Entretenir les treilles, autrement dit les réparer, les redresser et les ébourgeonner, pour reprendre les termes utilisés dans les actes, fait partie des attributions du jardinier, sauf quand une mention spéciale précise le contraire : le jardinier Philippe Delaruelle n’entretiendra les treilles que s’il reçoit une compensation financière (de fait, les 6 livres tournois de gages qu’il va percevoir la première année de son bail résultent sans nul doute de l’entretien des treilles [1567]). Pour ce travail, le propriétaire fournit généralement de bonne grâce le bois et l’osier nécessaires. Le jardinier doit également veiller aux déchets induits par l’entretien du jardin. Le collège de la Sorbonne demande, par exemple, de les déposer au bout du jardin. À la fin du bail, le locataire devra, dans tous les cas, rendre les lieux « en bon estat et valeur » (ou « labour »).

14Toutes ces stipulations expriment un idéal commun à nos ecclésiastiques : le jardin est un lieu où l’harmonie, qui passe par la beauté et donc la propreté, doit constituer un monde intérieur isolé de l’agitation de la ville. Espace où les sens sont éveillés par les senteurs agréables et les couleurs vivifiantes, le jardin cumule la fonction de lieu de repos et de lieu de production.

Les produits cultivés : une diversité voulue

  • 7 Catherine Legendre, « La Troisième fleur », Le jardin médiéval, colloque tenu à l’abbaye de Saint- (...)

15L’un des intérêts de posséder un jardin tient à la jouissance d’avantages matériels et symboliques. En plus du plaisir des sens, les végétaux du jardin procurent une partie de l’alimentation quotidienne et sont source de prestige aux yeux des amis et des visiteurs. En témoignent les produits que les bailleurs se réservent exclusivement et ceux qui vont approvisionner, au moins partiellement, la cuisine des ecclésiastiques. Individus ou institutions, les religieux – comme, du reste, la plupart des propriétaires laïques – jettent leur dévolu sur une partie de la production fruitière du jardin. Au Temple (1551) comme au prieuré Sainte-Catherine (1567), le bailleur se réserve l’exclusivité de la récolte fruitière. Mais d’aucuns s’avèrent moins gourmands : le prieur de Saint-Lazare se contente de la moitié des fruits (1573) tandis que l’abbé de Saint-Victor réclame des fi gues et la moitié de sept planches d’asperges (1609). Moins fréquente mais également significative, la réservation des roses souligne que les clercs ne dédaignent pas d’orner leurs lieux de culte (le Temple en 1551 ; le prieur de Saint-Lazare n’en réclame que la moitié en 1597)7. Quant au verjus, le bailleur et le locataire se le partagent le plus souvent.

16Après l’entretien du jardin, l’obligation la plus importante consiste à semer des graines ou « toutes semances accoustumées » comme le souligne le représentant du Temple (1551). L’abbé de Lagny-sur-Marne évoque, sans autre précision, des « herbes et fruitages » (1551). D’autres bailleurs établissent une liste plus développée tout en demeurant incomplète, chacun ne mentionnant que les produits qu’il veut absolument voir cultivés chez lui : libre au paysan de la compléter à son gré. En 1551, l’administrateur de Saint-Victor réclame explicitement des artichauts et des melons ; en 1556, l’abbé de Bourras requiert des artichauts, des œillets et du romarin ; en 1578, l’abbé de Marmoutier veut de la cive, des artichauts et de la chicorée. Ces plantations remplissent quatre fonctions : peupler le jardin ; semer des graines de plantes pouvant servir au jardin, tel le romarin pour les bordures ; approvisionner la cuisine du propriétaire ; assurer la subsistance du jardinier. Il apparaît ainsi que les religieux entendent voir pousser dans leur jardin le plus grand nombre possible de plantes. La liste des légumes et des fruits qu’ils se réservent en témoigne. Les représentants du collège Saint-Bernard mentionnent des choux, des poirées, des laitues, du persil, de l’oseille, entre autres choses, « à mettre au pot de la communauté » (1551). L’administrateur de Saint-Victor évoque, à l’usage de sa maison et de ses amis, des artichauts, des melons, des abricots et des amandes (1551). L’abbé de Brilherbault cite des artichauts, des melons, des courges, des cardes et des concombres (1558). Quant au prieur de Saint-Lazare, tant en 1573, 1597 que 1605, il réclame pour « la cuisine du prieuré en herbes potagères selon les saisons de l’année tant en hyver qu’en esté » des salades, vingt-cinq citrouilles, cinquante concombres, douze melons, cent pommes d’artichauts, vingt-cinq pieds de cardes d’artichauts.

  • 8 J’ai abordé cette question dans ma thèse, aux pages 528-557. Voir aussi Jean-Louis Flandrin et Mas (...)

17Ces exemples montrent que les ecclésiastiques s’inquiètent tout particulièrement de la production de leur clos. Les listes qu’ils fournissent renseignent sur leurs envies et résument plus largement les modes alimentaires des Parisiens telles qu’on peut les percevoir, par exemple, dans les inventaires après décès de ceux qui travaillent la terre8. Dans cette seconde moitié du xvie siècle, l’artichaut et le melon suscitent un fort engouement au sein des élites parisiennes. Cela dit, il serait vain de rechercher les variétés que les uns et les autres souhaitent posséder. Ce silence des sources vaut également pour les arbres fruitiers, et pour l’ensemble de la ville à quelques exceptions près. De même, le travail agricole ne semble guère intéresser les propriétaires des jardins.

Les usages du jardin : entre travaux horticoles et tranquillité

  • 9 Florent Quellier, Des fruits et des hommes. L’arboriculture fruitière en Île-de-France (vers 1600- (...)

18Même les arbres fruitiers ne bénéficient pas d’un traitement particulier, alors que leurs fruits rencontrent un succès croissant9. Sur la quinzaine d’actes de l’échantillon, seuls sept évoquent une opération concernant les arbres : les représentants du collège Saint-Bernard demandent au jardinier Robert Rabache d’une part d’émonder les arbres déjà plantés, sans en couper ou arracher aucun, et d’autre part de planter les arbres qu’ils lui fourniront (1551). L’abbé de Brilherbault exige de Michel Vaudais qu’il n’émonde pas les arbres mais au contraire les maintienne « nets » – par exemple en retirant la mousse et le petit bois – qu’il les échenille, qu’il laboure à leur pied, qu’il plante ceux qu’il lui donnera et qu’il procède à des greff es (1558). Le prieur de Saint-Lazare se contente d’imposer des greffes (1573, 1597 et 1605), tandis que le receveur du collège Saint-Michel veut des plantations de toutes sortes d’arbres (1589). Enfin, l’abbé de Saint-Victor impose d’émonder et de nettoyer les arbres mais interdit toute coupe ou arrachage sans son consentement (1609).

  • 10 Sur la question de l’eau utilisée au jardin, voir ma thèse aux pages 472-476.

19À l’exception des abbés de Bourras (1558) et de Brilherbault (1567), rares sont les religieux qui soulignent la nécessité de l’arrosage, contrairement à la majorité des contrats de location parisiens contemporains10. Quant au sarclage des mauvaises herbes, seuls Brilherbault et l’administrateur de Saint-Victor le mentionnent. De même, l’utilisation du fumier, pourtant fondamentale dans l’agriculture de ce temps, reste dans l’ombre, alors qu’il est certain que les contemporains ont conscience de son importance. Les clauses concernant l’amendement le laissent penser : l’abbé de Lagny-sur-Marne indique que le fumier de sa maison sera utilisé uniquement dans l’enceinte du jardin (1551) et le représentant du prieur du Temple souligne que le fumier des étables et des écuries servira de même au jardin concédé en bail (1551). En fait, seul l’abbé de Brilherbault – par ailleurs, rappelons-le, conseiller au parlement de Paris – semble intéressé par les travaux horticoles. Deux clauses manifestent son intérêt. Il demande tout d’abord au jardinier de « faire avancer le plus tost qu’il pourra les lauriers et les cyprès du jardin » et d’en planter d’autres là où il le faudra, et accepte ensuite que son locataire puisse faire un ou deux carreaux de pépinières (1558). Peut-être a-t-il le souhait d’épater ses amis avec ses beaux lauriers et ses précoces cyprès et de multiplier les essences arboricoles présentes dans son jardin.

  • 11 Iris Lauterbach, « Récréation et spectacle. Les usages des jardins à Paris au xviiie siècle », Tho (...)

20Beauté du jardin et détente du propriétaire11 sont au cœur de ces travaux horticoles, quand bien même les clauses demeurent imprécises. Pouvoir s’« esbattre » comme les représentants du collège Saint-Bernard (1551), se promener librement seul ou avec ses connaissances comme le prieur de Saint-Lazare (1573) et l’abbé de Lagny-sur-Marne (1551) sont autant d’usages récréatifs que laisse deviner la documentation. Ce faisant, les futurs promeneurs recherchent tranquillité et harmonie et entendent prévenir toute élément inopportun. Les propriétaires refusent ainsi l’accès du jardin à toute personne étrangère non autorisée, à l’instar du collège Saint-Bernard en 1551. L’administrateur de l’abbaye de Saint-Victor interdit au jardinier d’introduire des femmes dans le jardin, si ce n’est son épouse et d’autres femmes « anciennes ou vieilles, hors de suspicion », employées pour sarcler et arroser les lieux (1551). L’abbé de Brilherbault quant à lui refuse tout net que son locataire reçoive des marchands fruitiers intéressés par les artichauts ou les melons (1558). Les marchands achetant régulièrement les produits sur pied, l’application de cette clause n’est pas sans poser problème au jardinier. Si les représentants du collège Saint-Bernard autorisent Robert Rabache à mettre une vache, des poules et des chapons dans le grand jardin du collège, il ne pourra pas installer de place particulière pour nourrir des suidés. Nul doute que ce dernier exemple témoigne d’un compromis résultant d’une négociation entre les deux parties.

Une négociation pour un compromis

21La négociation se lit tout particulièrement dans les dernières lignes des baux. Généralement, l’acte s’achève par une formule indiquant que le locataire ne peut en aucun cas sous-louer les lieux qu’il tient en location sans le « gré et consentement » du bailleur (cette formule que l’on retrouve tout au long du siècle montre bien l’attention que porte le bailleur à sa propriété). Comme toutes les autres clauses que contient l’acte, la non observation de cette disposition peut entraîner l’annulation pure et simple du bail ou du marché. En revanche, le jardinier parvient parfois à faire entendre sa voix. Le plus souvent, à l’instar du prieur de Saint-Lazare en 1573 et de l’abbé de Saint-Victor en 1609, les deux parties s’entendent sur le devenir des plantes qui croissent encore dans le jardin à la fin du bail : si le jardin contient des végétaux pour une valeur supérieure à la prisée initiale faite au moment de l’entrée en location, le propriétaire rembourse le surplus au paysan, et inversement. Beaucoup plus rares sont les dispositions relatives à la transmission du contrat, à l’exemple de Michel Vaudais parvenant à faire inscrire dans l’acte que le bailleur ne pourra concéder à nouveau en location sans passer par sa veuve et ses héritiers. Autrement dit, à l’instar des continuations de bail à ferme et à moisson, la veuve pourra éventuellement reprendre le bail de son défunt mari.

  • 12 MC, XIX, 165, 18 août 1544.
  • 13 Geneviève Bresc-Bautier, Denis Caget et Emmanuel Jacquin, Les Jardins du Carrousel et des Tuilerie (...)

22En définitive, la majeure partie des conditions examinées à travers ces marchés et baux de jardin entre un membre du clergé et un jardinier parisien ne relève pas de l’exceptionnel. Comparés aux autres accords de la même période, ces actes montrent au contraire que les propriétaires de jardins réagissent de la même façon, répondant en quelque sorte à des règles implicites qui se répandent peu à peu dans la société parisienne. On peut par exemple citer la location pour sept ans d’un clos du faubourg Saint-Victor accordée par Guillaume Le Peuple, maître des œuvres de charpenterie pour le roi, au profit du jardinier Guillaume Coqueterre 12. L’entretien complet du lieu, la plantation de plantes potagères et d’arbres fruitiers, la réservation du jardin à l’usage des propriétaires et éventuellement du locataire et de sa famille constituent autant de clauses communes que l’on retrouve stipulées par des bailleurs ecclésiastiques ou laïques. Il n’en demeure pas moins que l’objectif fondamental des religieux consiste à faire du jardin un lieu intime, servant à la fois d’espace de détente et d’espace de production légumière et fruitière. Loin des considérations techniques qui président au travail horticole, les bailleurs ne s’intéressent qu’au résultat. Contrairement à certains jardins nobles de la capitale13, les enclos des religieux ne représentent pas encore, dans cette seconde moitié du xvie siècle, les lieux où la modernité de l’art des jardins se substitue à la tradition de la culture.

SOURCES

Bibliographie

- 1545 (nst), 17 février : marché entre le collège de la Sorbonne et les jardiniers Rémond Chartier et Étienne Massonneau (E. Coyecque, Recueil d’actes notariés relatifs à l’histoire de Paris et de ses environs au xvie siècle, t. 1 : 1498-1545, Paris, 1905, n° 3129).

- 1551 (nst), 8 février : bail entre le proviseur et le receveur du collège Saint-Bernard et le maître jardinier Robert Rabache (MC, XXXIII, 35).

- 1551 (nst), 20 mars : bail entre l’abbé et comte de Lagny-sur-Marne et le jardinier Jean Duchesne (MC, III, 79).

1551, 4 avril : bail entre l’administrateur de l’abbaye de Saint-Victor et le jardinier Jean Girart (MC, XLIX, 45).

- 1551, 25 juin : bail entre le vicaire du prieur du Temple et le jardinier Andry Harenc (S* 5589).

- 1551, 14 juillet : bail entre l’administrateur de l’hôpital Saint-Gervais et le maître jardinier Denis de Beyne (MC, CXXII, 1316).

- 1556, 28 mars : marché entre l’abbé de Bourras et le jardinier Nicolas Vidie (MC, XIX, 200).

- 1558, 24 août : bail entre un conseiller au parlement de Paris aussi abbé de Brilherbault et le jardinier Michel Vaudais (MC, XIX, 209).

- 1567, 17 février : bail entre le prieur de Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers et le jardinier Philippe Delaruelle (MC, XIX, 311).

- 1573, 28 février : bail entre le prieur de Saint-Lazare et le maître jardinier Regnault Yon (S 6631).

- 1578, 14 octobre : marché entre l’abbé de Marmoutier et le jardinier Denis Renou (MC, XIX, 132).

- 1589, 18 octobre : marché entre le receveur du collège Saint-Michel et le maître jardinier Claude Lemoyne (MC, XI, 73).

- 1597, 5 août : bail entre le prieur de Saint-Lazare et le maître jardinier Robert Vymard (S 6631).

- 1605, 31 août : bail entre le prieur de Saint-Lazare et le maître jardinier Robert Vymard (S 6631).

- 1609, 8 juillet : bail entre l’abbé de Saint-Victor et le maître jardinier Toussaint Varin (MC, XIX, 362).

- 1613, 7 août : bail entre le prieur de Saint-Lazare et le maître jardinier Philippe Thiphaine (S 6631).

Notes

1 Importante bibliographie disponible. Citons simplement Jean-Pierre Babelon, Paris au xvie siècle, Paris, 1986 et Louis Bergeron (dir.), Paris, genèse d’un paysage, Paris, 1989 (articles de Simone Roux et de Jean Nagle).

2 Signalons par exemple pour le prieuré de Sainte-Catherine : Maurice Dumolin, « Le lotissement de la culture Sainte-Catherine et l’hôtel Carnavalet », Études de topographie parisienne, Paris, 1931, t. 3, p. 289-392 ; Jean-Pierre Babelon, « De l’hôtel d’Albret à l’hôtel d’O. Étude topographique d’une partie de la couture Sainte-Catherine », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 97, 1970, p. 87-145 ; Id., « Paris, un quartier résidentiel : la Couture Sainte-Catherine durant la seconde moitié du xvie siècle », La Maison de ville à la Renaissance. Recherches sur l’habitat urbain en Europe aux xve et xvie siècles, actes du colloque tenu à Tours en 1977, Paris, 1983, p. 31-35.

3 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une thèse intitulée Les paysans de Paris du milieu du xve siècle au début du xviie siècle, soutenue à l’EHESS en novembre 2006.

4 Afin de ne pas alourdir les notes infrapaginales, les références des actes utilisés ont été rassemblées à la fi n de la contribution. Les actes proviennent des Archives nationales et notamment du Minutier central des notaires de Paris (MC).

5 Thérèse Kleindienst, « La topographie et l’exploitation des “Marais de Paris” du xiie au xviie siècle », Paris et Île-de-France, Mémoires, 14, 1963, p. 7-167.

6 Hubert Beylier et Bénédicte Leclerc, Treillages de jardin du xive au xxe siècle, Paris, 2000.

7 Catherine Legendre, « La Troisième fleur », Le jardin médiéval, colloque tenu à l’abbaye de Saint-Arnoult – Monastère des Arts, 3-4 septembre 1988, Warluis, Abbaye de Saint-Arnoult, 1990, p. 51-59.

8 J’ai abordé cette question dans ma thèse, aux pages 528-557. Voir aussi Jean-Louis Flandrin et Massimo Montanari (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, 1996 ; et Jean-Louis Flandrin, « Les légumes dans les livres de cuisine français, du xive au xviiie siècle », Allen J. Grieco, Odile Redon et Lucia Tongiorpi Tomasi (dir.), Le monde végétal (xiie-xviie siècle). Savoirs et usages sociaux, Saint-Denis, 1993, p. 71-85.

9 Florent Quellier, Des fruits et des hommes. L’arboriculture fruitière en Île-de-France (vers 1600-vers 1800), Rennes, PUR, 2003, 464 p.

10 Sur la question de l’eau utilisée au jardin, voir ma thèse aux pages 472-476.

11 Iris Lauterbach, « Récréation et spectacle. Les usages des jardins à Paris au xviiie siècle », Thomas W. Gaehtgens, Christian Michel, Daniel Rabreau et Martin Scieder (dir.), L’art et les normes sociales au xviiie siècle, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001, p. 125-143.

12 MC, XIX, 165, 18 août 1544.

13 Geneviève Bresc-Bautier, Denis Caget et Emmanuel Jacquin, Les Jardins du Carrousel et des Tuileries, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1996, 163 p. ; Jean-Pierre Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Hazan, 1991 (2e éd. 1977), 323 p. ; Hilary Ballon, The Paris of Henri IV. Architecture and Urbanism, Cambridge (Mass.), The MiT Press, 1991, 378 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540