Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les personnages mythiques dans la littérature de jeunesse

 | 
Sylvie Servoise
, 
Nathalie Prince

Quatrième chapitre. Constellations mythiques

Topos, trope ou paradigme ?

Le mythe de l’orphelin dans la littérature pour la jeunesse

Laurent Bazin

Texte intégral

Tout le monde ne peut pas être orphelin.
Jules Renard, Poil de carotte

Un motif obsessionnel

  • 1 Rasmussen O. W., « Le Personnage de l’orphelin dans le roman français pour enfants. Analyse d’un m (...)
  • 2 Snicket L., A Series of Unfortunate Events (Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire), (...)
  • 3 Haddix M., The Missing (Les Orphelins du temps), New York, Simon & Schuster Books for Young Reader (...)
  • 4 Legendre N., Les Orphelins de Naja, Paris, Mango, 2008.

1Le propos de cette contribution n’est pas tant de rendre compte de la diversité des modélisations du thème de l’orphelin que de tenter une lecture panoptique en essayant de voir comment, et surtout pourquoi, la littérature pour la jeunesse semble avoir une prédilection pour ce motif parmi tant d’autres. Car c’est peu dire de la figure orpheline qu’elle revient de façon insistante dans le corpus jeunesse, en particulier dans le roman pour adolescents : les récurrences sont telles qu’on finit par se demander jusqu’à quel point ce thème ne serait pas devenu un véritable topos, sorte de passage obligé auquel un auteur se doit de sacrifier pour inscrire toute œuvre nouvelle dans le panthéon de celles qui l’ont précédée. Si un chercheur a pu identifier pour le seul roman français plus de cent occurrences entre 1968 et 19721, que dire si l’on rapporte l’analyse à un corpus élargi dans l’espace et dans le temps ? Des Orphelins Baudelaire2 aux Orphelins du temps3 ou aux Orphelins de Naja4, le motif est devenu une pierre d’angle quasi incontournable de l’édition contemporaine, toutes catégories génériques (fantasy, science-fiction, récits réalistes, romans d’aventure…) et tous domaines confondus (français, anglo-saxon, allemand, espagnol ou encore japonais). On aurait tort de croire qu’une prolifération aussi appuyée relève du seul effet de mode ; tout se passe au contraire comme si cette tendance lourde renvoyait à quelque chose de plus profond dont on s’efforcera ici de dessiner quelques contours.

  • 5 Spyri J., Heidi, Gotha, F. A. Perthes, 1880.
  • 6 Dalens S., Le Prince Éric, Paris, Signe de Piste, 1937-1943.
  • 7 Volkoff V., Langelot, Paris, Hachette, Bibliothèque verte, 1965-1986.
  • 8 Chaulet G., Fantômette, Paris, Hachette, Bibliothèque rose, 1961-2011.
  • 9 Bruno G., Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1877.
  • 10 Verne J., Voyage au centre de la terre, Paris, Hetzel, 1864.
  • 11 Malot H., Sans Famille, Paris, E. Dentu, 1878.
  • 12 Kipling R., The Jungle Book, London, Macmillan Publishers, 1894.
  • 13 Dickens C., Oliver Twist, London, Bentley’s Miscellany, 1837.
  • 14 Barrie J., Peter and Wendy, London, Hodder & Stoughton, 1911.
  • 15 Twain M., The Adventures of Tom Sawyer, American Publishing Company, 1876.
  • 16 Sôseki N., Botchan, in Hototogisu, Tokyo, 1906.
  • 17 Fenelon, Le Voyage de Télémaque, Cologne, Pierre Marteau, 1699.
  • 18 Renard J., Poil de Carotte, Paris, Flammarion, 1894.

2Il n’est que de remonter quelques décennies pour se rendre compte que le thème ne date pas d’aujourd’hui : témoins les Heidi5, Prince Éric6, Langelot7 et autres Fantômette8 qui ont rythmé l’histoire de l’édition au XXe siècle. Mais c’est en se rapportant à l’essor du genre au XIXe siècle qu’on mesure à quel point la figure de l’enfant privé de ses parents domine de façon massive le paysage romanesque dédié aux jeunes lecteurs : ainsi les deux enfants du Tour de la France9, Axel dans le Voyage au centre de la terre10, Rémi de Sans famille11, Mowgli dans Le Livre de la jungle12, Oliver Twist13, Peter Pan14, Tom Sawyer15 ou encore Botchan16. Et si l’on se souvient que le premier récit tenu pour ancêtre de la littérature de jeunesse17 met en scène un héros qui se croit privé de père pendant la grande majorité du livre, on sera fondé à penser qu’on tient là un paramètre important sinon décisif dans le déploiement d’une littérature dédiée aux jeunes publics. Nonobstant la remarque ironique que Jules Renard plaçait dans la bouche de son Poil de Carotte18 pour l’inciter à la résignation, on en viendrait même à penser que, en littérature pour la jeunesse, tout le monde ou presque semble porter en soi une part d’orphelinat.

3Il s’agira dès lors de qualifier la nature de ce paramètre dont la récurrence incite à y voir davantage qu’une facilité d’écriture ou un procédé littéraire : plutôt un thème obsessionnel ou une métaphore obsédante, pour reprendre des expressions à travers lesquelles la critique littéraire s’est efforcée de dégager les constantes constitutives d’un univers d’auteur, de culture voire de civilisation selon qu’elle y lisait des mythes personnels, collectifs ou bien universels. Or justement : à se pencher sur certaines de ces figures célèbres, on y découvrira plus souvent qu’à son tour le motif de l’orphelin – Œdipe, Romulus et Rémus, Moïse, Bouddha, Cyrus, Semiramis, Siegfried… Peut-on alors, sur la base d’une telle permanence, faire de la condition orpheline en littérature jeunesse une configuration suffisamment structurée pour accéder au rang de constellation mythique ? On peut penser que oui, et ce pour plusieurs raisons. D’abord précisément cette multiplication des actualisations possibles, qui répond au critère palingénésique de la prolifération des variations à partir d’un même schème : c’est le cas ici où un même principe organisateur préside à la totalité des occurrences par-delà la diversité des actualisations. On trouve certes dans le corpus une série de distinctions possibles : orphelinat de père, de mère ou bien des deux parents ; orphelinat par ignorance ou en connaissance de cause ; orphelinat vécu comme manque ou comme chance ; orphelinat décidé (quand les parents se séparent de leur enfant) ou subi (enlèvement, disparition, catastrophe, assassinat). Mais ce qui est remarquable, c’est que le déploiement d’une telle typologie, aussi variée soit-elle, n’altère en rien la part d’invariant qui dépasse l’idiosyncrasie des versions et les réunit dans une cohérence plus globale qui constitue le noyau dur du mythe.

Un moteur narratif

  • 19 Vereecken K., Ik denk dat het liefde was (Léon ou les confessions d’un orphelin ordinaire), Tielt, (...)
  • 20 Vaglio M., Kitty Lord, Paris, Hachette, 2005-2008 ; Tasset E., Thomas Passe-Mondes, Paris, Alice J (...)
  • 21 Selznick B., The Invention of Hugo Cabret (L’Invention de Hugo Cabret), New York, Scholastic Press (...)
  • 22 Takami K., Batoru Rowaiaru (Battle Royale), Tokyo, Ohta Shuppan, 1999 ; Collins S., The Hunger Gam (...)

4Dans tous ces textes en effet, l’orphelinat n’est jamais présenté comme une simple composante descriptive parmi les traits qui constituent le capital existentiel du personnage, mais plutôt comme un élément d’ordre narratif s’inscrivant dans une trame où il occupe une fonction décisive en jouant le double rôle de déclencheur et d’argument. Autrement dit, être orphelin dans un roman n’est pas seulement un statut, c’est aussi et surtout une histoire – ce qui participe de la fonction mythique qui est précisément de se donner dans l’ordre du récit. Un tel récit s’organise autour d’une unité fondamentale, matrice première à partir de laquelle se déploiera une variété de modélisations. Mais quel que soit le déroulé de surface, la linéarité reste la même en profondeur avec, en amont, une tension conflictuelle qui induit la situation de solitude ; au centre, la condition orpheline qui distingue le personnage du reste de la communauté, le qualifiant ou le disqualifiant selon le regard porté sur son statut ; enfin, en aval, une succession d’événements déclinant la situation initiale (par remédiation, réparation, vengeance réelle ou symbolique, dépassement, etc.). Dans certains cas, la narration insistera sur la tentative du héros de résoudre le mystère de ses origines, comme dans le roman d’aventures19 ; dans d’autres, elle valorisera son ascension à un rang supérieur, comme souvent en fantasy20 ; elle explorera la dimension fantastique d’une figure spectrale21 ; ou encore elle en accompagnera les tribulations dans un monde privé d’adultes comme dans les robinsonnades pour adolescents22. Pour synthétiser cette évolution en mythèmes de type lévi-straussien, on pourrait dire que le mythe de l’orphelin procède de la relation difficile que le sujet entretient avec ses origines, puis dépasse dans une dialectique permettant de transcender une privation vécue comme faiblesse en lui substituant une reconnaissance acquise à la force de ses talents.

  • 23 Rank O., Der Mythos von der Geburt des Helden (Le Mythe de la naissance du héros), Wien, Franz Deu (...)
  • 24 Freud S., Der Familienroman der Neurotiker (Le Roman familial des névrosés), dans Rank O., op. cit (...)
  • 25 Campbell J., The Hero with a thousand faces (Le Héros aux mille et un visages), London, Pantheon B (...)
  • 26 Sellier P., Le Mythe du héros, Paris, Bordas, 1993.
  • 27 Dickens C., Great Expectations (Les Grandes Espérances), London, Chapman & Hall, 1861.
  • 28 Malte M., Scarrels, Paris, Syros, 2008.
  • 29 Jay F., Les Enfants-rats, Paris, Plon Jeunesse, 2009.

5On retrouve alors, mais en partie seulement, un déroulement bien connu des anthropologues autant que des psychanalystes, à savoir le mythe de la naissance du héros théorisé entre autres par Otto Rank23, Sigmund Freud24, Joseph Campbell25 ou plus récemment Philippe Sellier26. Et de fait, dans tous les mythes par eux traités, la condition orpheline occupe une position déterminante dans un canevas qui conduit un personnage de naissance illustre à être exposé aux vicissitudes du destin avant de renouer avec une légitimité contestée en conquérant son statut de héros. Cette thématique, particulièrement prégnante dans la culture antique comme dans les grands textes fondateurs des religions, n’est toutefois qu’une des façons d’envisager le devenir de l’être humain, la privation des parents n’induisant pas nécessairement des racines ni un destin hors du commun. En revanche, cette situation particulière confère presque toujours à l’orphelin une place à part, qui lui vaut dans nombre de cultures un statut symbolique reconnu (ainsi dans les contes arabes, les légendes asiatiques ou encore les mythes dogons ou mélanésiens). On retrouve ces deux approches dans la littérature romanesque pour la jeunesse : le protagoniste peut être, et à vrai dire il l’est souvent, un être privilégié promis à un brillant avenir de toute éternité ; mais il peut s’avérer tout aussi bien un inconnu sans héritage ni lignée, dont la trajectoire sera parsemée d’autant d’erreurs et d’errances que de réussites, et qui ne parviendra à assumer son rang de personnage qu’au prix d’un itinéraire complexe d’anti-héroïsation (c’était déjà le cas avec le Pip de Dickens27, ça le sera pareillement pour les personnages de Scarrels28 ou encore des Enfants-rats29).

  • 30 Rowling J. K., Harry Potter, London, Bloomsberry Publishers, 1997-2007 ; Bottero P., Ewilan, Paris (...)
  • 31 Horowitz A., Alex Rider, London, Walker Books, 2000-2013; Muchamore R., Cherub, London, Hodder & S (...)
  • 32 De la Hire J., Les Voyages extraordinaires d’un petit parisien dans la stratosphère, la lune et le (...)
  • 33 Mourlevat J.-C., Le Combat d’hiver, Paris, Gallimard, 2006 ; Rozenfeld K., Les Clés de Babel, Pari (...)
  • 34 Murail M.-A., Oh Boy, Paris, L’école des loisirs, 2000 ; Ferdjoukh M., Les Quatre Sœurs, Paris, BD (...)
  • 35 Pouget-Tolu A., Les Brumes de Montfaucon, Paris, Casterman, 2005.

6Ce jeu de modulations se renforce de ce que chaque œuvre s’inscrit dans un système de valeurs ponctuelles, propres à un genre particulier ou caractéristiques d’une société donnée à un moment particulier de son évolution. D’un point de vue générique on peut ainsi admettre que la présence de l’orphelin participe des codes de genre : ainsi en fantasy, où elle catalyse le principe d’élection qui structure le régime de la quête30 ; dans le roman d’espionnage, où elle métaphorise la condition d’un sujet choisi pour son absence de liens familiaux et promenant sa solitude aux quatre coins de la planète31 ; en science-fiction, où l’exploration spatiale emblématise la tentative de l’individu de dilater au niveau intersidéral la perception qu’il a de ses origines terrestres32 ; en dystopie, où la séparation forcée des enfants de leurs familles est un indicateur de dénonciation politique des totalitarismes33 ; dans le récit réaliste34, où l’éclairage porte cette fois sur le travail de deuil corrélé à l’apprentissage du vivre ensemble ; ou encore dans le roman historique à l’instar des Brumes de Montfaucon35 dont l’enjeu est lié à l’étude du rôle prescripteur des religions. On voit dans tous ces cas que le scénario premier est actualisé au gré de codes spécifiques, eux-mêmes porteurs de valeurs distinctes qui orientent plus ou moins différemment la résonance que l’auteur choisit de donner à son exploitation du mythe.

7De la même manière, mais en se plaçant cette fois dans une perspective diachronique, on peut penser que la prolifération des résurgences à une époque donnée peut être tenue pour représentative d’un certain état de la société comme de la vision du monde qui lui est attribuée : ainsi l’orphelinat du XIXe siècle peut être lu à la lumière de la visée émancipatrice allouée alors au roman, laboratoire où se joue au degré politique la rupture identitaire d’avec les origines enclenchée par la Révolution française ; tandis que la surenchère d’orphelins dans l’édition contemporaine peut quant à elle être corrélée à l’évolution du tissu social marqué par une recomposition de la cellule familiale et une redéfinition des liens de parenté (en témoignent les débats récents sur la problématique de l’adoption).

Un miroir de la vie psychique

  • 36 Grevet Y., Meto, Paris, Syros, 2008-2010.

8Il n’empêche : qu’on se place dans une perspective générique ou historique et quelles que soient les dérivations suivies, le schéma directeur n’en reste pas moins le même, à savoir une relation problématique du personnage à son ancrage dans le monde – relation symbolisée par la mise à distance des parents. Dans la plupart des récits, ce principe organisateur est posé dès l’ouverture du récit comme un état de fait d’où procèderont comportements et orientations du héros ; dans certaines œuvres, il est redoublé au fil de l’intrigue par des rappels complexifiant la problématique en l’étendant à d’autres personnages. Ainsi dans Harry Potter, dont la condition est rejouée en écho par son antagoniste Tom Jedusor ; ce jeu de miroirs a pour effet de polariser le mythe, comme si l’orphelinat était porteur de valences par-delà le Bien et le Mal. Une dialectique similaire se retrouve dans la trilogie Meto36 : les enfants arrachés à leurs parents sont gardés prisonniers dans une maison dirigée par un certain Jove et ses deux fils Romu et Rémus, lesquels se déchireront à la façon d’Abel et de Caïn tandis que le héros parviendra à s’évader avec le concours de la jeune Ève, qui a, elle, quitté ses parents qu’elle ne respectait plus. Le récit fait ainsi entrer en conflagration des séries symboliques plurielles, en l’occurrence la Genèse biblique et la naissance de Rome, revisitées à l’aune de la même matrice programmatique : l’orphelinat, imposé ou choisi, est le point de départ de toute fondation d’envergure.

9Cette articulation difficile, pour ne pas dire conflictuelle et parfois même clivée, que le sujet entretient avec son ascendance peut être tenue pour le schème princeps, la configuration mentale qui préexiste au déploiement du récit : si tout mythe se donne comme l’effort de l’humain pour penser la complexité du monde, alors le mythe de l’orphelin constitue sans doute la tentative de poser la redoutable question de l’origine – de soi-même, du réel et du langage. Ce triple enjeu, qui justifie la prégnance de la figure orpheline dans l’imaginaire collectif, engage ce faisant trois grands axes de développement – psychologique, anthropologique et sémiologique – auquel on pourra le rapporter en quête d’interprétations possibles.

  • 37 Robert M., Roman des origines, origines du roman, Paris, Gallimard, 1972.
  • 38 Grunberger B., Le Narcissisme : essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1971.

10En premier lieu la dimension psychologique, minorée dans les mythes antiques mais surdéterminée en littérature jeunesse. On ne s’en étonnera pas : si la figure de l’orphelin occupe dans ce corpus une place encore plus déterminante que dans d’autres formes culturelles, c’est probablement parce qu’elle renvoie à une disposition mentale inhérente au devenir de l’enfant. Cette configuration est celle du roman familial, à savoir ce stade du développement où l’adolescent prend ses distances d’avec la relation fusionnelle qu’il entretenait jusque-là avec ses parents pour s’inventer une histoire personnelle à la mesure de ses désirs – d’où les rêveries diurnes de l’enfant trouvé et du bâtard. Je n’entre pas dans le détail, développé par Otto Rank et Sigmund Freud puis revisité par Marthe Robert37 ; mais on note que dans cette expérience de filiation conflictuelle, le jeune trouve dans la figure orpheline une configuration particulièrement riche en cristallisation psychique, une sorte de tremplin qui permet au sujet de se forger une appartenance créée plutôt qu’imposée – au point qu’on pourrait même envisager une relecture des textes de Dickens, Twain ou Malot sur le mode purement fantasmatique d’un personnage s’inventant une famille idéalisée. Comme le suggère Bela Grunberger dans sa théorie du narcissime, le héros est quelqu’un qui ne veut devoir la vie à personne38. Or comment vivre ici si l’on se sent d’ailleurs ? Etre issu de ces gens-ci quand on aurait rêvé tenir de ces gens-là ? Et comment gérer l’envie de tuer le Père ou d’écarter la Mère quand toute la tradition culturelle et religieuse se fonde sur le culte des ancêtres et le respect des géniteurs ? L’orphelinat permet de dépasser un clivage véritablement psychotique s’il n’était pas transcendé par voie de catharsis ; si bien que le mythe devient une opportunité privilégiée de penser le paradoxe, autrement inconcevable parce que profondément tabou, d’une relation antagoniste avec son propre milieu.

  • 39 Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne, 1756.

11À cette problématique s’ajoute une double inquiétude, d’ordres philosophique et politique, dans le cadre élargi de l’appartenance à la famille humaine. Résumée par le célèbre vers de Voltaire « Qui suis-je, où suis-je, où vais-je et d’où je suis tiré39 ? », la première interrogation porte sur l’origine du monde, dont Courbet a brillamment montré qu’elle se posait simultanément à plusieurs niveaux, comme si la question d’identifier de quel ventre je suis issu condensait de façon métaphorique celle de savoir d’où vient la vie sur terre. L’originalité de la figure orpheline est de poser le problème sans y apporter de réponse, à la différence des autres mythes qui tendent à proposer une explication étiologique des phénomènes naturels ; ici au contraire tout se passe comme s’il s’agissait pour l’humain de mettre en scène son besoin d’identifier une Origine avec un grand « O » tout en énonçant l’aporie d’une telle démarche. Cette incapacité est à la fois sa faiblesse et sa force ; faiblesse, parce que l’être est livré à cette ignorance radicale qu’il ne saurait combler par la vanité de ses spéculations métaphysiques ; force, dans la mesure où il se déprend de croyances léguées par un hypothétique Père fondateur. Le personnage orphelin tire donc sa puissance de fascination de ce qu’il emblématise le mélange de mysticisme et de lucidité qui fonde la condition humaine : être homme, au fond, c’est ne pas savoir d’où l’on vient, mais c’est aussi faire de cette ignorance ce qui permettra de choisir seul dans quelle direction aller. Cette liberté acquise sur le plan philosophique se redouble d’une libération d’ordre éthique et même politique puisqu’au lieu de dépendre d’une lignée qui le contraigne, il revient à l’orphelin de définir seul ses modèles et ses exemples de vie. À cette aune l’orphelinat pourrait presque être considéré comme une chance, celle d’échapper à la détermination sociale en lui substituant une communauté d’appartenance construite. Rien d’étonnant alors que nombre de dystopies organisent leur révolte autour d’orphelins bâtisseurs et non plus héritiers : grandir, c’est se poser en s’opposant, tant à l’échelle individuelle (en apprenant à se passer de l’autorité parentale) que collective (en contestant l’autorité politique quitte à en faire l’économie).

  • 40 Brunel P., Mythopoétique des genres, Paris, PUF, coll. « Écriture », 2003.

12Enfin, le mythe de l’orphelin est aussi et simultanément un mythe qui parle des autres mythes, rappelant l’illusion qu’il y aurait à chercher dans ces récits l’hypothétique événement premier censé leur donner naissance : comme l’a rappelé Pierre Brunel40, il est vain de chercher l’origine de mythologies qui ne se donnent jamais que dans l’ordre du discours. Eriger un orphelin en héros de l’histoire, c’est au fond entrer dans l’univers du mythe en en refusant les présupposés essentialistes : « Je suis un enfant trouvé », annonce le récit en guise d’unique genèse, et cet incipit qui fait tabula rasa de la généalogie revient à dénier tout statut ontologique au langage comme à la pensée. Dans l’ordre diégétique, cela consiste à faire dire au personnage : j’avance sans attaches ni contraintes originelles ; je suis une cire vierge en attente d’être façonnée, un signifié flottant qui prendra sens dans le temps d’une aventure où je gagnerai mes galons de héros. Dans l’ordre sémiotique, cela revient à rappeler que tout texte n’existe que dans le regard performatif qui, posé sur lui, lui donnera naissance. On pourrait alors considérer que la condition orpheline accrochée à l’orée du récit fonctionne à la façon d’un embrayage fictionnel, à l’instar du « Il était une fois » qui suspend l’incrédulité au profit de l’imagination ; de même ici, l’entrée dans le mythe institue la position de feintise ludique en enclenchant l’immersion fictionnelle, tout en signalant au lecteur que, au moins le temps de sa lecture, il sera orphelin de son univers de rattachement.

Un paradigme structurant

13Quand bien même la surabondance d’orphelins dans la production contemporaine pourrait laisser croire à un stéréotype aux allures de lieu commun, la prégnance de ce motif dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse incite à considérer qu’on est en présence d’une configuration à capital symbolique puissant qui traduit une constante de la pensée. Cette dimension mythique ne lui appartient pas en propre, d’autres formes en ayant exploré les méandres par-delà la diversité des époques et des aires géoculturelles ; mais l’originalité de la littérature de jeunesse reste de réinvestir pour son propre compte ces interrogations universelles et de les retravailler au prisme de sa poétique propre. Dès lors, et plutôt qu’un simple topos, on choisira d’y voir dans le même élan :

  • une topique au sens freudien du terme, c’est-à-dire une configuration mentale cristallisant une disposition structurellement inscrite dans le développement psycho-cognitif du jeune sujet à qui elle permet d’assumer son besoin d’émancipation ;
  • une théorie de l’Histoire, déplaçant la question des causes premières à celle des effets et pariant ainsi pour l’avènement des générations nouvelles plutôt que sur l’apologie d’aïeux qu’il conviendrait de dépasser, sinon de remplacer ;
  • un trope, soit une figure de discours détournant le langage du quotidien dans le sens d’une fiction qui rende hommage au pouvoir des rêves tout en enseignant à maîtriser les pouvoirs de l’imaginaire et appréhender la fonction poïétique du langage ;
  • en somme, un paradigme structurant qui nous parle de nous dans la relation que nous entretenons aux autres, au monde et à la signification ; et qui, par le jeu de miroirs qu’il tend aux jeunes lecteurs, participe de leur devenir autant qu’il contribue à leur évolution.

Notes

1 Rasmussen O. W., « Le Personnage de l’orphelin dans le roman français pour enfants. Analyse d’un motif persistant », thèse de doctorat, soutenue à l’université d’Aarhus le 30 septembre 1994.

2 Snicket L., A Series of Unfortunate Events (Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire), New York, Harper Collins, 1999-2006.

3 Haddix M., The Missing (Les Orphelins du temps), New York, Simon & Schuster Books for Young Readers, 2008-2013.

4 Legendre N., Les Orphelins de Naja, Paris, Mango, 2008.

5 Spyri J., Heidi, Gotha, F. A. Perthes, 1880.

6 Dalens S., Le Prince Éric, Paris, Signe de Piste, 1937-1943.

7 Volkoff V., Langelot, Paris, Hachette, Bibliothèque verte, 1965-1986.

8 Chaulet G., Fantômette, Paris, Hachette, Bibliothèque rose, 1961-2011.

9 Bruno G., Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1877.

10 Verne J., Voyage au centre de la terre, Paris, Hetzel, 1864.

11 Malot H., Sans Famille, Paris, E. Dentu, 1878.

12 Kipling R., The Jungle Book, London, Macmillan Publishers, 1894.

13 Dickens C., Oliver Twist, London, Bentley’s Miscellany, 1837.

14 Barrie J., Peter and Wendy, London, Hodder & Stoughton, 1911.

15 Twain M., The Adventures of Tom Sawyer, American Publishing Company, 1876.

16 Sôseki N., Botchan, in Hototogisu, Tokyo, 1906.

17 Fenelon, Le Voyage de Télémaque, Cologne, Pierre Marteau, 1699.

18 Renard J., Poil de Carotte, Paris, Flammarion, 1894.

19 Vereecken K., Ik denk dat het liefde was (Léon ou les confessions d’un orphelin ordinaire), Tielt, Lanoo, 2009 ; Lenormand F., L’Orphelin de la Bastille, Paris, Milan Poche, 2002 ; Sadaune S., Aimeri et le secret du temps, Paris, Millefeuilles, 2011…

20 Vaglio M., Kitty Lord, Paris, Hachette, 2005-2008 ; Tasset E., Thomas Passe-Mondes, Paris, Alice Jeunesse, 2008-2013 ; Payet J.-M., Aerkaos, Paris, Panama, 2007…

21 Selznick B., The Invention of Hugo Cabret (L’Invention de Hugo Cabret), New York, Scholastic Press, 2007 ; Laroche A., Le fantôme de Sarah Fisher, Paris, Rageot Éditeur, 2011 ; Riggs R., Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children (Miss Peregrine et les enfants particuliers), Philadelphie, Quirk Books, 2011…

22 Takami K., Batoru Rowaiaru (Battle Royale), Tokyo, Ohta Shuppan, 1999 ; Collins S., The Hunger Games, Scholastic Press, 2008-2010 ; Chattam M., Autre monde, Paris, Albin Michel, 2008-2010 ; Hubert J.-P., Sa Majesté des Clones, Paris, Mango Jeunesse, 2002…

23 Rank O., Der Mythos von der Geburt des Helden (Le Mythe de la naissance du héros), Wien, Franz Deuticke, 1909.

24 Freud S., Der Familienroman der Neurotiker (Le Roman familial des névrosés), dans Rank O., op. cit., p. 64-68.

25 Campbell J., The Hero with a thousand faces (Le Héros aux mille et un visages), London, Pantheon Books, 1949.

26 Sellier P., Le Mythe du héros, Paris, Bordas, 1993.

27 Dickens C., Great Expectations (Les Grandes Espérances), London, Chapman & Hall, 1861.

28 Malte M., Scarrels, Paris, Syros, 2008.

29 Jay F., Les Enfants-rats, Paris, Plon Jeunesse, 2009.

30 Rowling J. K., Harry Potter, London, Bloomsberry Publishers, 1997-2007 ; Bottero P., Ewilan, Paris, Rageot, 2003-2008 ; Bottero P., L’Autre, Paris, Rageot, 2006 ; L’Homme E., Le Livre des étoiles, Paris, Gallimard, 2001-2003.

31 Horowitz A., Alex Rider, London, Walker Books, 2000-2013; Muchamore R., Cherub, London, Hodder & Stockton, 2004-2013.

32 De la Hire J., Les Voyages extraordinaires d’un petit parisien dans la stratosphère, la lune et les planètes, Paris, Ferenczi, 1935-1937 ; Grenier G., La Fille des étoiles, Paris, Nathan, 2005.

33 Mourlevat J.-C., Le Combat d’hiver, Paris, Gallimard, 2006 ; Rozenfeld K., Les Clés de Babel, Paris, Syros, 2009 ; Malley G., The Declaration (La Déclaration), London, Bloomsbury Publishing plc, 2008.

34 Murail M.-A., Oh Boy, Paris, L’école des loisirs, 2000 ; Ferdjoukh M., Les Quatre Sœurs, Paris, BD Kids, 2013.

35 Pouget-Tolu A., Les Brumes de Montfaucon, Paris, Casterman, 2005.

36 Grevet Y., Meto, Paris, Syros, 2008-2010.

37 Robert M., Roman des origines, origines du roman, Paris, Gallimard, 1972.

38 Grunberger B., Le Narcissisme : essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1971.

39 Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne, 1756.

40 Brunel P., Mythopoétique des genres, Paris, PUF, coll. « Écriture », 2003.

Auteur

Maître de conférences en littérature française des XX-XXIe siècles à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et membre du 3L.AM (Laboratoire de Langues, Littératures, Linguistique des universités d’Angers et du Maine). Spécialiste des littératures de l’imaginaire, il est l’auteur de nombreux articles sur le sujet.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site