Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Introduction

Florent Quellier et Georges Provost

Texte intégral

  • 1 François Lebrun, « Le calendrier agro-liturgique dans la société traditionnelle de la France de l’ (...)
  • 2 Marcello Fagiolo, Maria Adriana Giusti, Lo specchio del Paradiso. Il giardino e il sacro dall’ Ant (...)

1Tenu à Rennes les 7, 8 et 9 septembre 2006, le colloque international Du Ciel à la terre se proposait d’étudier les influences concrètes des Églises chrétiennes des Temps modernes (xvie-xixe siècle) sur les activités agricoles et horticoles contemporaines. Au-delà du rôle normatif joué par le clergé sur les travaux et les jours 1, de la symbolique agro-pastorale de la Bible et des Pères de l’Église 2, et du discours chrétien bien connu sur le vertueux monde rural opposé aux perditions des « lumières » de la ville, les vingt-cinq historiens communicants ont tenté d’évaluer le poids et les résultats de l’investissement humain, pédagogique et économique du clergé, tant régulier que séculier, dans l’agriculture.

  • 3 À titre d’exemple : le frère Davy de l’abbaye Saint-Vincent du Mans est l’auteur d’un Traicté de l (...)
  • 4 Jean-Marc Moriceau, Histoire du méchant loup. 3 000 attaques sur l’homme en France xve-xxe siècle, (...)

2Nous savons que les ecclésiastiques ne dédaignent pas de rédiger des traités d’économie rurale dès le xvie siècle 3 ni de participer aux sociétés d’agriculture du xviiie siècle ; en revanche les résultats concrets de leurs activités horticoles et agricoles, voire agronomiques, sur la civilisation matérielle du monde rural demeurent largement méconnus. Pourtant, le monde rural est un cadre de vie quotidien pour nombre de desservants de paroisse et pour les communautés religieuses des champs. Dotés de bénéfices et rentés, nombre d’ecclésiastiques et d’établissements religieux se trouvent, de fait, à la tête d’exploitations agricoles. Même le clergé urbain tire une part importante de ses ressources du monde rural. La richesse des Églises chrétiennes des Temps modernes provient essentiellement du travail de la terre. Par la perception des dîmes et de rentes foncières et seigneuriales payées en nature, le clergé est alors un collecteur incontournable de grains et de fourrages. Le clergé est d’autant plus au fait des choses agricoles que son action ne saurait se limiter à la seule administration des sacrements et à l’instruction des fidèles, il doit également tenir le rôle d’informateur, d’administrateur et de protecteur, notamment lors des grandes calamités ; une étude récente a souligné le rôle actif joué par les curés de campagne dans la lutte contre les loups en France à l’époque moderne 4. Par son ancrage terrien, son capital économique et son rôle social, le clergé se trouve alors à un poste clef pour intervenir dans le domaine agricole ; l’horticulture pourrait renvoyer davantage au rang de l’ecclésiastique dans le monde, dans et hors du siècle.

  • 5 Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, Paris, Fayard, 1999.

3Dans l’introduction de nouvelles techniques agraires, dans l’acclimatation de nouvelles plantes, dans la lutte contre les épizooties…, le clergé a-t-il joué un rôle d’intermédiaire culturel, de vulgarisateur actif ? Peut-on étudier les rapports entre le clergé et l’agriculture à l’aune de la problématique de l’imitation, de l’introduction et de l’innovation ? A contrario, les grandes propriétés ecclésiastiques, les biens de mainmorte, la perception de la dîme… ont-ils été des freins à l’innovation agricole ? À ce titre, le développement de l’élevage constitue un point d’observation stratégique dès le xvie siècle et le mouvement des enclosures, tant il peut affecter le rendement des dîmes mais aussi procurer de nouvelles ressources aux institutions ecclésiastiques. Dans l’attitude ambivalente des Églises face à la modernité du xixe siècle – entre acceptation et refus 5 –, qu’en fut-il de leur investissement dans la modernisation de l’agriculture occidentale et dans les prémices des industries agroalimentaires (laiteries, fromageries, brasseries…) ? Plus largement, est-il possible d’évaluer les raisons de cette préoccupation agricole des Églises chrétiennes ? Des granges bien garnies aux brebis bien gardées, leurs intérêts sont à coup sûr multiples mais les niveaux d’implication demeurent très inégaux, du bénéficiaire passif à l’initiateur déterminé. Dans quel sens joue le processus de notabilisation/gentrification connu par les clergés catholique et protestant : éloignement des réalités de la terre, agronomie de cabinet ou implication concrète dans la mise en valeur des domaines ? Telles sont les questions qui ont présidé à ces trois journées de communications et de débats conclues par deux regards croisés, celui d’un spécialiste du fait religieux et celui d’un spécialiste du monde rural ; le colloque se voulait, en effet, un lieu de rencontre et d’échanges entre historiens de ces deux grandes spécialités qui, ordinairement, se fréquentent peu.

  • 6 Loïc Chalmel, Oberlin. Le pasteur des Lumières, Strasbourg, La nuée bleue, 2006. Voir également Él (...)
  • 7 Sylvain Hilaire, « Paysages culturels du Grand Siècle classique. Entre Port-Royal et Versailles : (...)
  • 8 Michel Baridon, Les jardins. Paysagistes – jardiniers – poètes, Paris, Laffont, 1998, p. 610 sq.

4Du Levant espagnol à la montagne libanaise, de l’Italie du Nord aux confins de l’Angleterre, des provinces françaises à la « belle province » québecoise, les espaces géographiques embrassés ont été voulus étendus et variés afin de pouvoir comparer l’attitude, au sein du catholicisme, de différents clergés « nationaux » et, au sein du christianisme, des différentes Églises, catholique (y compris maronite) et protestantes (notamment anglicane, luthérienne et anabaptiste). L’univers catholique nous invite également à distinguer plus finement la part qui revient aux réguliers et aux séculiers, et peut-être à nuancer la thèse courante du relais des premiers par les seconds entre Moyen Âge et xixe siècle. La dimension nationale est essentielle afin de pouvoir apprécier l’influence directe ou indirecte des pouvoirs civils, notamment par leur politique religieuse – la réforme d’Henri VIII en Angleterre, les monarchies éclairées du xviiie siècle européen, la IIIe République anticléricale en France… – sur l’investissement du clergé dans l’agriculture. La dimension comparative au sein du christianisme permet de savoir si les choix confessionnels des Temps modernes, à l’origine de structures ecclésiales différentes, ont également induit des préoccupations agricoles distinctes. « Comme un bon père de famille », cette formule classique des baux agraires pourrait bien recouvrir, pour les pasteurs protestants mariés et pères de famille, une réalité autre que celle de prêtres catholiques célibataires sans descendance. Il est vrai que certains pasteurs des Lumières jouissent d’une excellente réputation quant à leur investissement dans les activités agricoles. Le plus célèbre d’entre eux demeure Jean-Frédéric Oberlin (1740-1826). Pasteur du Ban-de-la-Roche, il s’appuie sur le mouvement agronome et physiocrate ainsi que sur la philanthropie pour lutter contre la misère des paysans et développer une agriculture raisonnée et efficace. Pour réussir, son projet repose sur l’encadrement des agriculteurs dès leur plus jeune âge pour leur enseigner « le divin ordre du monde ». Oberlin entreprend la vulgarisation de ses recherches par des sermons et par la création d’une Société agricole 6. Versant agraire méconnu des Réformes, y a-t-il eu émulation entre curés et pasteurs quant à leur investissement dans les activités agricoles voire horticoles ? En effet, nous pouvons également nous interroger sur l’existence d’un jardin de la Réforme catholique – n’oublions pas que Port-Royal-des-Champs en est doté 7 – au moment où le monde protestant est crédité, lui, d’un rapport particulier à la nature, celui de Bernard Palissy et d’Olivier de Serres puis, au xviiie siècle, de l’homme sensible du jardin paysager dit à l’anglaise 8.

  • 9 Dominique Julia, « Le prêtre », Michel Vovelle (dir.), L’homme des Lumières, Paris, Le Seuil, 1996 (...)
  • 10 Michel Lagree, « Entre monarchies et révolutions : les fonctionnaires de Dieu », Nicole Lemaître ( (...)
  • 11 N. Lemaître (dir.), Histoire des curés…, op. cit., p. 227, 229-230 et 246.
  • 12 Voltaire, Dictionnaire philosophique, Genève, 1764, éd. Gallimard, 1994, p. 137.
  • 13 Marcel Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. (...)

5Le choix d’un champ chronologique relativement large, xvie-xixe siècles, nous a permis de souligner les permanences et les ruptures. Le xviiie siècle recherche l’utilité sociale du prêtre9 – l’enseignement de l’économie rurale est même prévu dans les séminaires généraux mis en place par l’empereur Joseph II dans la décennie 1780 10 –, et l’amélioration des techniques agricoles deviendrait, en Occident, une préoccupation majeure d’une partie non négligeable ( ?) du clergé à partir des années 1740-1750 11. Combien d’ecclésiastiques ont, comme le bon curé Théotime, étudié assez de jurisprudence pour éviter que leurs paroissiens ne se ruinent en procès, assez de médecine pour « leur indiquer des remèdes simples quand ils seront malades » et « assez de connaissance de l’agriculture pour leur donner quelquefois des conseils utiles » 12 ? S’agit-il d’une véritable inflexion des relations entre clergé et agriculture ou d’un effet déformant d’une documentation plus abondante et de l’écho d’un thème fort des Lumières ? Il convenait d’interroger, à ce sujet, le début des Temps modernes, notamment pour un xviie siècle traînant derrière lui une très mauvaise réputation agronomique malgré de réels progrès à l’image de l’amélioration des techniques de vinification du champagne due à un ecclésiastique, procureur cellerier de l’abbaye bénédictine de Hautvillers, près d’Épernay, le célèbre Dom Pérignon (1639-1715) 13. En aval, la prise en compte du xixe siècle, un siècle crucial dans l’histoire de la modernisation de l’agriculture occidentale, s’imposait afin de s’intéresser au rôle joué par le clergé dans le développement des comices, l’enseignement agricole, la mécanisation des campagnes, la fondation des caisses rurales… Ce choix nous permettait également de travailler l’hypothèse, pour le monde catholique, d’une possible filiation entre les formes d’intervention d’Ancien Régime et celles contemporaines de Rerum Novarum. Afin d’éviter un déséquilibre thématique, le champ d’étude s’arrête à la veille du premier conflit mondial, excluant de fait les prolongements plus contemporains tel l’impact de la Jeunesse Agricole Catholique (JAC).

  • 14 Clercs et changement matériel. Travail et cadre de vie (xve-xxe siècle), Annales de Bretagne et de (...)

6Ce colloque s’insère dans deux axes du Cerhio (Centre de Recherches Historiques de l’Ouest), l’axe « Sociétés littorales et rurales. Espaces et échanges » et l’axe « Cultures politiques et religieuses ». Il s’inscrit également – nous le soulignons avec plaisir – dans la tradition rennaise de recherche en histoire religieuse et culturelle et revendique une parenté avec le colloque « Clercs et changement matériel : travail et cadre de vie (xve- xxe siècle) » organisé en 1987 par Jean Quéniart et Michel Lagrée 14. Il s’inscrit enfin dans l’histoire de Rennes et de la Bretagne. En effet, à l’instar des abbés Trochu et Thomas, le clergé catholique de la fin du xixe siècle a joué un rôle essentiel dans la fondation de la plupart des caisses rurales bretonnes ; un siècle plus tôt, en 1757, Rennes avait été la première ville française à accueillir une société royale d’agriculture ; et même l’artichaut, plante emblématique de la Bretagne contemporaine, aurait été introduit, dit-on, par l’évêque de Saint-Pol-de-Léon vers 1660 !

7Jouant à la fois sur la thématique et la chronologie, l’édition des actes du colloque Du Ciel à la terre propose un parcours en quatre temps. La question est d’abord abordée par le détour horticole, tant le jardin, présent dans l’univers matériel et spirituel des ecclésiastiques de l’Ancien Régime, peut être un lieu d’innovation, d’acclimatation et d’instruction. Axées autour d’un xviiie siècle européen agronomaniaque, les communications suivantes étudient l’investissement agricole du clergé dans les premiers temps de l’agronomie. Un troisième thème regroupe les communications suivant sur plusieurs siècles la dynamique des liens entre le clergé et la terre, tant en France qu’en Angleterre ou au Liban. Les dernières communications analysent les préoccupations agronomiques et rurales des Églises chrétiennes de part et d’autre de l’Atlantique dans la modernité du xixe siècle.

Notes

1 François Lebrun, « Le calendrier agro-liturgique dans la société traditionnelle de la France de l’Ouest (xviie-xixe siècle) », François Lebrun et Normand Séguin (dir.), Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l’Ouest, xviie-xxe siècle, Trois-Rivières/Rennes, 1987, p. 347-351.

2 Marcello Fagiolo, Maria Adriana Giusti, Lo specchio del Paradiso. Il giardino e il sacro dall’ Antico all’ Ottocento, Milan, Silvana Editoriale, 1998 ; Jean Delumeau, Une histoire du Paradis. Le jardin des délices, Paris, Fayard, 1992 ; Sur la terre comme au ciel. Jardins d’Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Réunion des Musées nationaux, 2002, p. 16-81 ; Flore au paradis. Emblématique et vie religieuse aux xvie et xviie siècles, actes du colloque organisé par l’Équipe de recherches sur l’emblème, université de Bourgogne (2002), Glasgow Emblem Studies, 9, 2004 ; Virginie Ortega-Tillier, « Iconographie du paradis terrestre : topographie du jardin d’Éden du xve au xviiie siècle », Polia. Revue de l’art des jardins, n° 4, automne 2005, p. 75-91.

3 À titre d’exemple : le frère Davy de l’abbaye Saint-Vincent du Mans est l’auteur d’un Traicté de la manière de semer et faire pépinières de sauvageaux, enter toutes sortes d’arbres (1560) remarquable par son contenu, fruit d’une réelle expérience de l’horticulture, rompant avec les codes de l’ancestrale littérature agronomique de secrets.

4 Jean-Marc Moriceau, Histoire du méchant loup. 3 000 attaques sur l’homme en France xve-xxe siècle, Paris, Fayard, 2007, p. 55-56.

5 Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, Paris, Fayard, 1999.

6 Loïc Chalmel, Oberlin. Le pasteur des Lumières, Strasbourg, La nuée bleue, 2006. Voir également Élisabeth Sablayrolles, « Un pasteur des Lumières. Jean-Frédéric Oberlin », Alain Croix, André Lespagnol et Georges Provost (dir.), Église, éducation, Lumières… Histoires culturelles de la France (1500-1830). En l’honneur de Jean Quéniart, Rennes, PUR, 1999, p. 187-195.

7 Sylvain Hilaire, « Paysages culturels du Grand Siècle classique. Entre Port-Royal et Versailles : “les deux versants d’un seul jardin français” ? », Polia. Revue de l’art des jardins, n° 6, automne 2006, p. 25-44.

8 Michel Baridon, Les jardins. Paysagistes – jardiniers – poètes, Paris, Laffont, 1998, p. 610 sq.

9 Dominique Julia, « Le prêtre », Michel Vovelle (dir.), L’homme des Lumières, Paris, Le Seuil, 1996, p. 391-429.

10 Michel Lagree, « Entre monarchies et révolutions : les fonctionnaires de Dieu », Nicole Lemaître (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 254-255.

11 N. Lemaître (dir.), Histoire des curés…, op. cit., p. 227, 229-230 et 246.

12 Voltaire, Dictionnaire philosophique, Genève, 1764, éd. Gallimard, 1994, p. 137.

13 Marcel Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. 271-280.

14 Clercs et changement matériel. Travail et cadre de vie (xve-xxe siècle), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 95, 1987, n° 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540