Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénix et son Autre

 | 
Laurence Gosserez

Quatrième partie. Le phénix d'amour : entre éros et agapè

Le phénix chez Dante : entre négativité et vaporisation de l’image

Laurence Gosserez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’aire italienne, Cecco d’Ascoli semble le créateur d’une idéalisation chrétienne du mythe, où la dame-phénix devient la représentation de la divine Sagesse et conduit à la vision béatifique1. Dante (1265-1321) est à certains égards l’héritier de cette conception. Dans la Vita nova, écrite en latin, Béatrice apparaît, flamboyante, apportant la béatitude conformément au sens étymologique de son nom2. Selon certains commentateurs, elle doit être mise en rapport avec la biblique Rachel que Dante évoque assise devant son miroir au moment où il s’apprête à quitter le purgatoire (chant XXVII, 105). Grégoire Le Grand et, à sa suite, les exégètes médiévaux comme saint Thomas d’Aquin faisaient de Rachel une allégorie de la vie contemplative : sa mort a été interprétée comme un symbole du voyage de l’âme au-delà des limites humaines jusqu’à la contemplation de Dieu3. Ainsi, son apparition au seuil du paradis renverrait à la mort de Béatrice qui guide la vision mystique du poète comme la ...

Auteur

Docteur ès Lettres, agrégée, maître de conférences (HDR) à l’université de Grenoble 3. Ses travaux portent sur la poésie latine tardive, les mythes, les symboles du christianisme ancien. Elle a publié un ouvrage, Poésie de lumière. Une lecture de Prudence. Bibliothèque d’Études Classiques no 23, Louvain-Paris, éd. Peeters, décembre 2001 (IV-298 pages) et de nombreux articles parmi lesquels : « Le phénix coloré d’Hérodote à Ambroise », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2007, no 1, p. 94-117 ; « Sous le signe du phénix (Ambroise de Milan, Exameron, V, 23, 79-80) », La création chez les Pères, édité par Marie-Anne Vannier, Bern-Berlin-Bruxelles-Frankfurt am Main-New York-Oxford-Wien, Peter Lang SA, 2011, p. 55-75 ; « La toile divine dans l’Exameron d’Ambroise de Milan », M. Briand (dir.), La trame et le tableau : poétiques et rhétoriques du récit et de la description dans l’Antiquité grecque et latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « La Licorne », 2012, p. 477-498.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540