Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénix et son Autre

 | 
Laurence Gosserez

Troisième partie. La femme-phénix et son autre

« Le sexe incertain » du phénix1 : de la zoologie à la théologie

Françoise Lecocq

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme l’écrit M. Tardieu, si, pour les autres animaux, il y a « passage de l’un à l’autre, la métamorphose du phénix se réalise comme passage du même au même. À la problématique de l’altérité, dominant les mythes à métamorphoses, se substitue dans la légende du phénix une problématique de l’identité et de l’unité2 ». Son mode de reproduction échappe donc aux lois communes. Dans l’évolution du mythe, il renaît d’abord de sa putréfaction, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un vermisseau, puis de ses cendres, et parfois des deux manières à la fois, dans une confusion que font les anciens, mais souvent aussi les modernes.

Il possède une beauté exceptionnelle, mais offre par ailleurs les caractéristiques d’un oiseau normal : il n’a rien de ces monstres hybrides tels que le griffon ou la chimère. S’il y a divergence sur sa taille ou sa couleur, il est uniquement doté des membres propres aux volatiles : ailes, pattes, queue, crête ou aigrette, jabot. Cela ne le distingue guère du ...

Auteur

Docteur ès Lettres, agrégée de Lettres classiques, maître de conférences en Latin, université de Caen-Basse Normandie, auteur de nombreuses publications parmi lesquelles : « L’empereur romain et le Phénix », Phénix, mythe(s) et signe(s), S. Fabrizio-Costa (dir.), Bern-Berlin-Bruxelles, Peter Lang, 2001, p. 27-56 ; « Le renouveau du symbolisme du Phénix au XXe siècle », Présence de l’Antiquité grecque et romaine au XXe siècle, R. Poignault (dir.), Collection Caesarodunum XXXIV-XXXV bis, Tours, 2002, p. 25-59 ; « Les sources égyptiennes du mythe du phénix », L’Égypte à Rome, F. Lecocq (dir.), Cahiers de la MRSH-Caen, no 41, 2005. Réédition revue et augmentée en 2008, p. 211-264 ; « L’iconographie du phénix à Rome », Images de l’animal dans l’Antiquité. Des figures de l’animal au bestiaire figuré, revue en ligne Schedae no 6.1, 2009, p. 73-106 ; « L’œuf du phénix. Myrrhe, encens et cannelle dans le mythe du phénix », L’animal et le savoir, de l’Antiquité à la Renaissance, revue en ligne Schedae no 17. 2, 2009, p. 107-130 ; « Le roman indien du phénix ou les variations romanesques du mythe du phénix », Présence du roman grec et latin, R. Poignault (dir.), coll. Caesarodunum no XL-XLI bis, Clermont-Ferrand, 2011, p. 405-429 ; « Kinnamômon ornéon ou phénix ? L’oiseau, la viande et la cannelle », Prédateurs dans tous leurs états. Evolution, biodiversité, interactions, mythes, symboles, J.-P. Brugal, A. Gardeisen et A. Zucker (dir.), Éditions APDCA, Antibes, 2011, p. 409-42 ; « Le phénix chez Claudien : la fin d’un mythe. Pour une lecture politique du phénix : quelques arguments », Claudien, histoire, mythe et science, dir. Fl. Garambois-Vasquez, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2011, p. 113-157 ; « Parfums et aromates dans le mythe du phénix », Liber aureus. Mélanges d’antiquité et de contemporanéité offerts à Nicole Fick, S. Laigneau-Fontaine et F. Poli (dir.), Nancy, ADRA, coll. « Études anciennes », no 46, 2012, 2 vol., 648 p., vol. I, p. 179-206.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540