Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le phénix et son Autre

 | 
Laurence Gosserez

Deuxième partie. La réinterprétation chrétienne du phénix

Le phénix de Lactance : naissance de l’élégie triomphale chrétienne

Laurence Gosserez

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Un poème énigmatique

Profondément neuve est la représentation que le poète Lactance (mort vers 325 ou 330 apr. J.-C.) donne du phénix : il en fait une figure étrange, énigmatique, qui laisse le lecteur perplexe1. Sous la forme classique d’une élégie scintillante de 85 distiques, riche de réminiscences à la fois païennes et bibliques, le poète africain crée une nouvelle sorte de fantaisie ornithologique. La date précise du poème n’est pas connue. On a même contesté longtemps son attribution à Lactance ainsi que son inspiration chrétienne. Cette paternité, attestée par Grégoire de Tours, est aujourd’hui généralement admise2. Cependant, on ne sait si le poème a été écrit vers 303-304, à Nicomédie, ou plus tard, en Gaule où Lactance s’est rendu vers 316, à l’appel de Constantin, pour y devenir le précepteur de l’un de ses fils, Crispus.

L’élégie compte trois grandes parties et cinq tableaux ou épisodes qui constituent autant d’épigrammes juxtaposées. Lactance décrit succ...

Autor

Docteur ès Lettres, agrégée, maître de conférences (HDR) à l’université de Grenoble 3. Ses travaux portent sur la poésie latine tardive, les mythes, les symboles du christianisme ancien. Elle a publié un ouvrage, Poésie de lumière. Une lecture de Prudence. Bibliothèque d’Études Classiques no 23, Louvain-Paris, éd. Peeters, décembre 2001 (IV-298 pages) et de nombreux articles parmi lesquels : « Le phénix coloré d’Hérodote à Ambroise », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2007, no 1, p. 94-117 ; « Sous le signe du phénix (Ambroise de Milan, Exameron, V, 23, 79-80) », La création chez les Pères, édité par Marie-Anne Vannier, Bern-Berlin-Bruxelles-Frankfurt am Main-New York-Oxford-Wien, Peter Lang SA, 2011, p. 55-75 ; « La toile divine dans l’Exameron d’Ambroise de Milan », M. Briand (dir.), La trame et le tableau : poétiques et rhétoriques du récit et de la description dans l’Antiquité grecque et latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « La Licorne », 2012, p. 477-498.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540