Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénix et son Autre

 | 
Laurence Gosserez

Première partie. Le phénix dans la tradition antique entre poésie, philosophie et politique

Le phénix, le temps et l’éternité

Laurence Gosserez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mythe solaire de l’oiseau éternel vient du fond des âges et se retrouve dans de nombreuses civilisations, comme le souligne l’approche anthropologique1. Cependant, la parenté exacte de ces divers oiseaux mythiques que sont le phénix grec et latin, le benu égyptien, le Fenghuang chinois, le Sîmorgh persan, le phénix judaïque ou la anqâ arabo-musulmane n’est pas toujours clairement établie2. Le benu est un échassier à huppe, proche du héron cendré. Le Sîmorgh aux plumes magiques, tel qu’il apparaît sur les miniatures persanes, tient du faisan et du perroquet. Le fenghuang ressemble parfois au paon ; de nombreux textes en font un être hybride, hermaphrodite, proche du griffon3. L’image d’un oiseau guidant le soleil n’est pas non plus spécifique au bassin méditerranéen. Chez les Indo-Européens, G. Dumézil cite Savitr, dieu ailé qui, par sa fonction dynamique, se rapproche du phénix4. Il évoque également une figure monstrueuse de l’Avesta, celle de l’oiseau « Kamak dont les ailes cach...

Auteur

Docteur ès Lettres, agrégée, maître de conférences (HDR) à l’université de Grenoble 3. Ses travaux portent sur la poésie latine tardive, les mythes, les symboles du christianisme ancien. Elle a publié un ouvrage, Poésie de lumière. Une lecture de Prudence. Bibliothèque d’Études Classiques no 23, Louvain-Paris, éd. Peeters, décembre 2001 (IV-298 pages) et de nombreux articles parmi lesquels : « Le phénix coloré d’Hérodote à Ambroise », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2007, no 1, p. 94-117 ; « Sous le signe du phénix (Ambroise de Milan, Exameron, V, 23, 79-80) », La création chez les Pères, édité par Marie-Anne Vannier, Bern-Berlin-Bruxelles-Frankfurt am Main-New York-Oxford-Wien, Peter Lang SA, 2011, p. 55-75 ; « La toile divine dans l’Exameron d’Ambroise de Milan », M. Briand (dir.), La trame et le tableau : poétiques et rhétoriques du récit et de la description dans l’Antiquité grecque et latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « La Licorne », 2012, p. 477-498.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540