Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Traduire le Perceforest en français contemporain ou la question du seuil en traduction intralinguale

Stéphane Marcotte

Testo integrale

  • 1 Nous citons bien sûr le texte dans la magistrale édition de Roussineau G., Perceforest, quatrième (...)

1Dans la présente contribution, je voudrais m’interroger, de manière empirique, mais aussi en partie théorique, en tout cas très incomplète, sur la possibilité de traduire le Perceforest1 en français contemporain (FC). Rappelons que ce roman (légendairement traduit du grec en latin puis du latin en « françois », I, 83-85), le plus long du moyen âge et sans doute l’un des plus longs de la littérature française, fut, sinon écrit, du moins considérablement remanié au XVe siècle, sans que l’on puisse être beaucoup plus précis (qu’un tel chef-d’œuvre ait pu voir le jour sans que son auteur eût été connu et célébré n’est pas le moindre étonnement qu’il suscite). La langue dudit roman est donc ce que l’on appelle ordinairement du moyen français (MF), c’est-à-dire un état de langue intermédiaire, à bien des égards, entre l’ancien français (AF) et le français moderne (FM), duquel procède sans trop d’à-coups le FC standard. Or c’est précisément ce statut d’intermédiaire qui pose problème, car le mot lui-même suggère l’existence d’une bande chronologique de transition entre un état de langue que l’on traduit (l’AF) et un état de langue que l’on ne traduit plus (le FM). Par sa définition médiane, donc, arbitrairement rapporté à l’état de langue qui est le nôtre, et du fait même d’un éclectisme diachronique souvent consciemment exploité, le MF participe à la fois d’un état autre (traduisible) et d’un état même (intraduisible). On pourrait formaliser cela, de façon grossière, comme suit. Soit E (le français des origines à nos jours), constitué des parties A, B et C (resp. AF, MF et FM/C) intersécantes (AB, AC, BC). De quoi l’on déduit que (où est toute unité de langue, phonétique, morphologique, syntaxique, lexicale) :

21) ᗄxAB, x AF et MF

32) ᗄxAC, x AF et FM/C

43) ᗄxBC, x MF et FM/C

54) ᗄxAB C, x AF, MF et FM/C

6Dans ces conditions serait en principe à traduire (ᗄx ∈ (AC') ⋃ (BC') où (AC') = A – C et (BC') = B – C, c’est-à-dire tout élément exclusivement vétéro-médio-français. Il est douteux qu’à la ligne (2) correspondent beaucoup d’éléments et l’on peut même supposer que AC correspond à Ø, qu’il n’y a pas, en d’autres termes, d’élément présent en AF et en FM/C mais pas en MF. Une telle solution de continuité est en effet peu vraisemblable, même si, par hypothèse, on ne peut exclure l’existence de certains phénomènes régressifs qui feraient réapparaître en FC des phénomènes disparus (en langue littéraire) dès l’AF ; peut-être trop ‘ très’, en vogue de nos jours, est-il une de ces résurgences. Inversement, et pour ainsi dire symétriquement, on pourrait supposer que l’ensemble formé de (BA') ⋃ (BC'), correspondant donc à la zone exclusivement médio-française, sans débord sur les zones antérieures et postérieures, sera vide ou presque et conclure à la fois à l’absence ou au très petit nombre d’éléments présents (I) partout sauf en MF ou (II) seulement en MF – le caractère médian de cet état de langue suffisant bien sûr à expliquer la chose. La seconde supposition, pour raisonnable qu’elle soit logiquement, conduirait toutefois à des conclusions erronées, car il est incontestable, comme on l’observe empiriquement, que le MF a développé certains traits propres (graphiques, morphologiques, syntaxiques, sémantiques) qui contribuent à sa physionomie, par régression (latine) ou progrès (analogique), et l’on sait depuis assez longtemps que cet état de langue n’est pas uniquement un mélange d’ancien français et de français moderne. Bref, la zone de transition entre AF et FM/C, une fois déduite la part du premier, laisse apparaître non seulement ce qui sera le FM/C, mais aussi autre chose, une collection de traits morpho-syntaxiques propres, plus ou moins stables et durables, qui constituent autant de directions prises par la langue dans son évolution, puis abandonnées, qui le caractérisent bien comme ‘chronolecte’ du français d’oïl, c’est-à-dire un état de langue défini dans le temps, comme le dialecte est un état de langue défini dans l’espace.

  • 2 Comme on peut supposer que le sont encore pour un moment les auteurs du Grand Siècle. La question (...)
  • 3 Cette expérience ressemble, toutes proportions gardées, à celle décrite par les spécialistes de l’ (...)

7J’ai ouvert cette intervention en évoquant la possibilité de traduire le Perceforest ; il est toutefois clair, compte tenu de ce qui vient d’être dit, que la question ne se pose pas d’abord en termes de possibilité mais de nécessité : ce n’est que si la question de la nécessité de traduire est reconnue qu’il conviendra de s’intéresser au second aspect de la question ; celle-ci n’est donc pas, en un premier temps, le Perceforest est-il traduisible ? mais : doit-il être traduit ? Si nous admettons la manière dont le problème a été précédemment posé, cela revient donc à déterminer quelle proportion de x ∈ (AC') ⋃ (BC') (c’est-à-dire de x exclusivement présents en AF ou en MF, absents en FM/C standard, comporte cette œuvre, sachant que plus cette proportion augmente, plus la nécessité de traduire paraîtra s’imposer. À mon sens, si nous répondons positivement à la question de la nécessité, nous répondons en principe positivement à la seconde : si la traduction du Perceforest est nécessaire (c’est-à-dire si l’état de sa langue rapporté au FM/C est vraiment autre) alors elle est possible, indépendamment de toutes les complications qui peuvent se présenter, car aucun traducteur, de quelque langue qu’il s’agisse, ne saurait admettre l’intraduisibilité, du moins à l’échelle d’un texte (cette notion n’est éventuellement pertinente que pour de micro-séquences) ; de là, en retournant la proposition, il découle ceci : si le Perceforest s’avérait intraduisible en FC2, cela signifierait que sa traduction n’est pas nécessaire. Notre première interrogation portera donc sur la lisibilité du Perceforest aujourd’hui, ce qui, comme on le verra, nous conduira à envisager quelques aspects de l’acte de lecture lui-même, et tout particulièrement du rapport d’un lecteur à un texte écrit dans une langue qu’il ne maîtrise qu’imparfaitement3.

  • 4 Marcotte S., « Typologie des intraduisibles de l’ancien français », Füg-Pierreville C. (dir.), Édit (...)
  • 5 De ces connaissances linguistiques dépend ce qu’en intercompréhension on appelle le « taux de tran (...)
  • 6 Il paraît assez évident (cela mériterait une étude approfondie) que la méconnaissance qu’ont nos é (...)
  • 7 À cela, il faut ajouter que les sciences cognitives permettent d’établir, sur des critères psychol (...)

8Notre approche part donc du Perceforest même pour tenter de mesurer quel degré de familiarité peut s’établir entre ce texte et le lecteur du FC. Mais comment déterminer la proportion de chronoxénie4 dans pareil texte et comment définir même cette notion ? Une première possibilité, très empirique, consiste à soumettre le texte à un panel de lecteurs normaux, solution très praticable, qui nécessite peu de moyens (un texte et un questionnaire), et dont chacun peut faire l’expérience sur un nombre plus ou moins grand de cobayes faciles à trouver : peu d’entre nous vivent dans une thébaïde entièrement peuplée de vétérofrancophones. Il est néanmoins probable, on peut le prévoir d’avance, qu’il sera délicat de donner une réponse totalement satisfaisante, non discutable, à la question que nous nous posons (le francolecteur contemporain peut-il ou non lire le Perceforest dans le texte ?), car les lecteurs contemporains potentiels, à qui l’on ferait faire l’expérience du texte et qui permettraient d’établir un profil de lecteur moyen, de par leurs idiosyncrasies, familiales, sociales, et j’en passe, selon qu’ils connaissent telle langue romane ou n’ont jamais pratiqué de langue étrangère5, selon leur familiarité avec les médiévaleries romanesques ou cinématographiques (moult, occire, pucelle, etc.), leur teinture de la littérature antérieure au XIXe siècle, ou tout simplement selon leur connaissance du lexique français standard6, lequel il est vrai tend toujours plus vers le soutenu au regard de tendances centrifuges (derechef ou incontinent sont-ils encore compris du francophone moyen ?), etc., bref, selon leur bagage, constituent un ensemble assez hétérogène ; quant à chercher parmi des lecteurs uniformément ignorants, vierges de toute connaissance diachronique, la solution est illusoire, car aucune lecture n’est possible, fût-elle du journal, sans un minimum de connaissances linguistiques et l’on ne peut évidemment prendre pour modèle, pour sujet de test, celui qui ne sait rien et de toute façon n’aura ni l’idée ni l’envie de lire quoi que ce soit. En somme, avant même de commencer l’étude, de soumettre des lecteurs à cet essai de lecture, il faudrait pouvoir définir un profil de lecteur moyen, celui qui pourrait être attiré par la lecture d’un massif comme le Perceforest et suffisamment intéressé pour franchir toute sorte d’obstacles : moyennement cultivé, ayant une connaissance moyenne des textes littéraires classiques et de la littérature du XVIe siècle (celle que l’on acquérait jadis au lycée), une habitude moyenne de lecture (avec les réflexes afférents, dont l’usage du dictionnaire7), etc.

  • 8 Voir le détail complexe d’une expérience in vivo dans Souchon M., « Lecture de textes en LE et com (...)
  • 9 Pour se faire une idée de la complexité des modèles cognitifs en matière de lecture, on peut se re (...)
  • 10 Sur la lecture en langue non maternelle, on trouvera des aperçus théoriques dans Gaonac’h D., « La (...)
  • 11 Sur cette notion en narratologie voir Eco U., op. cit., p. 95ss.

9La méthode, donc, si elle n’est pas impossible à mettre en œuvre – il existe de nombreuses expériences sur le sujet8, réalisées d’après des protocoles beaucoup plus précis que je n’en saurais proposer ici et qui ont permis d’élaborer des modèles de lecture et de compréhension des phrases9 – ne l’est pas si facilement, du moins sans quelques outils empruntés à la statistique, à la sociologie, à la psychologie10. La seconde solution consiste à faire confiance au linguiste, lequel déterminera lui-même ce qui, dans le Perceforest, est intelligible et ce qui ne l’est pas pour un lecteur contemporain (dorénavant LC). Une telle procédure, si elle n’est pas qu’une répartition mécanique, faite à l’aide de dictionnaires et de grammaires qui font office d’étalons, entre ce qui est du FC et ce qui n’en est pas, comporte bien sûr une part d’arbitraire, et le résultat de son application dépend de l’encyclopédie11 de l’examinateur, du rapport qu’il a au FM/C, de sa définition de l’archaïsme, notamment pour la phraséologie (si sans coup férir est encore du FC standard, faut-il pour autant admettre ferir, et ses formes conjuguées, et la construction prép. + N + inf. comme immédiatement interprétables ?) ; quels écarts, d’autre part, retiendra-t-on ? Telle antéposition de pronom dans la séquence vbe conj. + inf., telle inversion, inusuelle en français standard, seront-elles automatiquement cataloguées AF/MF ?

  • 12 La Classification des langues romanes, Cracovie, Universitas, 1991.
  • 13 Mańczak W., op. cit., p. 111-114.

10Je vais tenter d’apporter un embryon de réponse à la question posée en usant d’une méthode comparative simple qui s’inspire librement, en son amorce, de celle de Witold Mańczak12, appliquée non seulement à des langues apparentées pour déterminer leur position par rapport à une langue commune, mais aussi à différents états de langue13. J’ai donc choisi un texte assez long, dans le premier volume (dont la compréhension conditionne celle des autres), et qui en présente un des moments clés (Bétis de Phezon tue l’enchanteur Darnant et reçoit le nom de Perceforest). Il s’agit des § 183 à 188, p. 144-151, soient 2584 mots. Je précise (I) que je fais totalement abstraction des accents (lesquels ont cessé d’être un problème pour nos contemporains) ; (II) que je compte comme mots les déterminants élidés, et de façon générale toute unité linguistique signifiante graphiquement séparée par un blanc ou une apostrophe dans la typographie du texte imprimé, puisque ces éléments, si ténus soient-ils de sens et de forme, contribuent à l’élucidation du texte, ne serait-ce qu’en orientant par leur présence vers une interprétation substantive, par exemple (c’est le déterminant seul qui oriente l’interprétation dans il est tombé sur la schtroumpf et il est tombé sur un schtroumpf). J’ai donc effectué, sur la portion que je viens d’indiquer, un découpage en 22 points, regroupés en 8 sous-ensembles, qui se répartissent tous les mots du texte selon leur degré présumé croissant de chronoxénie ; il s’agit donc d’évaluer la proportion de chronoxènes dans un tissu textuel en partie moderne, en sachant qu’il existe là comme ailleurs un continuum qui va de la très forte à la très faible chronoxénie.

  • 14 Toute mise en texte d’un item sélectionne des traits sémiques et limite ainsi les choix interpréta (...)
  • 15 Eco U., op. cit., p. 65.
  • 16 La notion d’approximation, essentielle en intercompréhension, est notamment défendue par Blanche-B (...)

11Il va de soi que la compréhension d’un texte ne se fait pas par succession de lexèmes ou morphèmes isolés ajoutés les uns aux autres – que le sens, autrement dit, n’est pas le résultat d’une addition de mots – mais par leur enchaînement syntaxique, en groupes, syntagmes, phrases, voire en segments textuels plus amples qui s’interprètent non par la somme de leurs points mais par celle des relations que ceux-ci entretiennent entre eux. Il faudrait en particulier, ce que je ne ferai pas ici, faire une étude détaillée de l’ordre de mots, de l’expression des pronoms sujets, etc., bref passer au crible la macro-syntaxe du texte. En ne triant que des mots graphiques et de micro-agencements, je fausse bien sûr la définition de la lecture, opération qui requiert de l’amplitude. Il se peut ainsi que la définition de la capacité interprétative du lecteur contemporain à laquelle je parviendrai pèche par excès, les obstacles macro-syntaxiques étant négligés, ou par défaut, l’information contextuelle, la collocation lexicale14, divers mécanismes de supplétion – qu’il est au vrai difficile de quantifier – ne l’étant pas moins. Plus généralement, il est certain que « le code linguistique n’est pas suffisant pour comprendre un message linguistique15 », que la compréhension d’une œuvre littéraire en particulier met en jeu d’autres aspects que ceux qui ont rapport à la langue (comme l’intuition, l’imagination, la culture, l’expérience de la situation décrite, etc.). Je quantifie donc la matière brute, les éléments, en supposant que si le texte comporte une proportion suffisante de lexique FM/C, celle-ci doit permettre de pallier en partie ce qui est obscur, comme cela se produit dans n’importe quel texte, fût-ce au prix d’approximations16.

  • 17 Il y a certes accord sur le fait qu’« un texte possède des propriétés qui ne peuvent être celles d (...)
  • 18 La question du représentable est à mes yeux fondamentale dans ce dont nous traitons ici, car ce po (...)
  • 19 La connaissance des cousins italiens (targa « plaque d’immatriculation ») et anglais (target « cib (...)

12Notre point de vue étant ici restreint à la matière lexicale, je voudrais revenir sur le rôle du mot graphique, lexème ou morphème, dans notre activité de lecteur17. Il convient de ne pas le minimiser, même s’il est clair qu’il ne s’interprète pleinement que dans des ensembles de sélections co-textuelles. Soit « il jecte la targe au devant » (183,3). On pourrait avancer que, dans « la targe », « la » ne signifie que par rapport à « targe », dont il est le satellite phonétique et fonctionnel. Or dans ce SN, non seulement « la » est compris par LC (il signifie par lui-même) mais son sens (formulable en termes d’extensité et de définition) dissipe en partie l’obscurité qui enveloppe « targe » et contribue de ce fait à une certaine représentation18, même très imprécise, du référent en question, en indiquant (vs une) qu’il s’agit d’un objet unique supposé présent dans la panoplie d’un guerrier. Par déduction et exploitation du co-texte – « jeter devant » – il devrait même être aisé de comprendre qu’il s’agit d’une arme défensive19. Il serait donc inexact de dire que c’est le SN tout entier, unité phonétique et fonctionnelle, qui fait difficulté, car seul le noyau lexical est ici opaque et le déterminant, dont la signification n’est en effet pleine qu’en position de déterminant, détient néanmoins une part d’autonomie sémantique. Mais cet exemple présente une difficulté seconde qui complique la tâche de l’interprète. Je cite plus largement (lignes 1-5) :

Quant le chevalier se senty ainsi navré, il veyt bien qu’il estoit en peril quant il ne se pouoit aidier du bras senestre. Lors lieve l’espee et en fiert le roy, et il jecte la targe au devant et celluy fiert dedens ung si grant cop qu’il luy fent jusques a la boucle.

  • 20 Voir l’exemple donné par Davis J. N. et Lyman-Hager M. A., art. cit., p. 148.

13La référence du « il » souligné (également du « celluy » suivant) n’est pas d’abord évidente ; dans la continuité thématique et syntaxique, pour un lecteur du FC, il ne peut s’agir que du « chevalier » mentionné. Si le LC identifie « il » à « le chevalier », il est peu probable qu’il comprendra « targe » au sens de « bouclier » ; en réalité, il faut que cette seconde identification soit faite pour qu’il puisse dissocier les deux actants. Bref, ici, la difficulté d’interprétation doit peu au lexique, ni même à proprement parler à la grammaire – il suffirait qu’au lieu de « il » nous ayons « le roy » pour que, à mon sens, le mot « targe » fût interprété avec une bonne approximation ; ce qui est en cause tient davantage à une relative désinvolture dans le maniement des anaphoriques, laquelle empêche, ou retarde, la compréhension d’un mot disparu mais que son environnement suffirait à élucider. Du coup, il est peut-être inadéquat de considérer comme connu de LC une proforme comme il, dont le sémantisme est tributaire du contenu anaphorisé et dont l’identification formelle correcte (pronom personnel sujet masculin ou neutre de 3e pers.) ne garantit pas la bonne intégration dans le système discursif20, puisque son interprétation (i.e. la coïncidence de la forme avec sa source) dépend d’une compréhension qui l’excède ; l’on pourrait donc envisager de neutraliser toute forme ayant de telles propriétés. Pareil traitement ne semble néanmoins pas s’imposer, si l’on considère justement que il, par lui-même, n’offusque jamais le sens, mais ne fait que réfléchir, si l’on ose dire, l’obscurité ambiante.

  • 21 Davis J. N. et Lyman-Hager M. A., art. cit., p. 147, donnent l’ex. de la lexie en train de mal comp (...)
  • 22 Dans ce cas on pourrait avancer qu’il suffit de remplacer « celluy » par personne pour que le tour (...)

14Une autre situation est que l’obscurité touche toute une séquence de mots plus ou moins phraséologique21 alors qu’aucun de ces mots n’est, isolément, inconnu. Dans le cas où l’on suppose que pareille difficulté se pose, c’est bien la totalité de l’expression qui doit être considérée comme chronoxène, ce que j’ai fait, par exemple, pour « n’y a celluy qui ne » (187,12), dont le caractère inhabituel pour LC me paraît faire globalement difficulté22.

15Pour en finir avec la question des mots graphiques, lexèmes et morphèmes, je ferai abstraction des dictionnaires, et même du glossaire, qu’un lecteur moyen, non spécialiste, peu soucieux de perdre le fil de sa lecture, ne s’embarrassera qu’exceptionnellement à consulter – et qui peut du reste se trouver dans un volume autre que celui qu’il tient en main –, pour m’en remettre à l’encyclopédie personnelle de celui-ci. Notons enfin que le texte retenu (§ 183 à 188, p. 144-151) ne présente de grandes difficultés ni sur le plan macro-syntaxique (l’ordre des mots X/OV [S], au demeurant possible en FM/C, y est peu dérangeant), ni sur le plan phono-graphique (le caractère dialectal en est peu marqué, à l’exception de quelques /š/ pour /s/ : « haucha », « bachins », « drecha », « perchié »). Au demeurant, le délabrement des connaissances orthographiques ambiant, qui brouille de plus en plus les représentations graphiques de nos contemporains et finira par les contraindre à prononcer, pour le comprendre, ce qui est fait pour être lu sans la voix, leur sera peut-être un motif d’espoir, en tout cas les avantage, en les préparant au polygraphisme des textes français anciens. Voici le résultat auquel je parviens (sur 2584 mots) :

16 I – Sens identique à celui du FC ; prononciation assimilable au mot FC correspondant ; image graphique identique ou différant faiblement de l’image graphique du FC

171 – Identité totale avec le FC (ex. le chevalier, ainsi, bien qu(e), il, etc.) ; 1538 mots (59,52 %).

182 – Une ou plusieurs lettres substituées (ex. quant, luy, drece, etc.) ; 172 mots (6,66 %).

193 – Ajout ou retranchement d’une lettre (ex. deffendit, sçavoir, deffaillir, etc.) ; 45 mots (1,74 %).

204 – Diverses combinaisons de substitution, ajout, retranchement (ex. senty [sentit], sçay, suy, etc.) ; 12 mots (0,46 %).

215 – Coupes de mots différentes de celles du FC ; prononciation du FC (ex. long temps, prin temps, etc.) ou légèrement différente (ex. puis que) ; 12 mots (0,46 %).

226 – Ajout ou retranchement d’une lettre occasionnant une syllabe en plus ou en moins ; image graphique proche de celle du FC (ex. Lors [‘alors’, 17 fois], avecques) ; 18 mots (0,70 %).

23 II – Sens identique à celui du FC ; prononciation littérale différente du mot FC correspondant ou séquence graphique inhabituelle

247 – Une ou plusieurs lettres substituées (ex. jecte, donnoit, avoit, etc.) ; 120 mots (4,64 %).

258 – Ajout ou retranchement d’une lettre (ex. aidier, lieve, espee, etc.) ; 186 mots (7,20 %).

269 – Ajout ou retranchement de plusieurs lettres (ex. esmerveillié, mesmes, deshonnouré, etc.) ; 7 mots (0,27 %).

2710 – Diverses combinaisons de substitution, ajout, retranchement (ex. estoit, pouoit, copper, etc.) ; 69 mots (2,67 %).

2811 – Ajout ou retranchement d’une ou plusieurs lettres occasionnant une syllabe en plus ou en moins (ex. granment, adevancié, veoir, etc.) ; 5 mots (0,19 %).

29 III – Sens identique à celui du FC ; prononciation littérale différente du mot FC correspondant ou séquence graphique très inhabituelle

3012 – Ajout ou retranchement d’une lettre (ex. veit, vindrent, veu, etc.) ; 11 mots (0,43 %).

3113 – Ajout ou retranchement de plusieurs lettres (ex. sceust, veist, deist, etc.) ; 7 mots (0,27 %).

3214 – Diverses combinaisons de substitution, ajout, retranchement (ex. veyt, deslaiche, malfais, etc.) ; 6 mots (0,23 %).

3315 – Ajout ou retranchement d’une lettre occasionnant une syllabe en plus ou en moins (ex. voult, eaige, noncier, etc.) ; 5 mots (0,19 %).

3416 – Ajout ou retranchement d’une lettre ; homonymie (ex. char [chair], tendrez [tiendrez]) ; 2 mots (0,08 %).

35 IV – Mots ou groupes de mots non attestés comme tels en FC, mais facilement interprétables par rapprochement avec du connu

3617 – Ex. tout sec (‘aussi sec’), par ma foy (‘ma foi’), pour ce que (‘parce que’), etc. ; 47 mots (1,82 %).

37 V – Archaïsmes attestés comme tels en FC en emploi phraséologique

3818 – Ferir ; 2 fois (0,08 %).

  • 23 Je ne retiens pas ici le mot targe, bien qu’il figure dans les éditions récentes du Robert (2004, (...)

39 VI – Mots ou groupes de mots attestés comme tels en français classique, comme termes d’histoire répertoriés dans certains dictionnaires usuels du FC 23 , ou dans la langue médiévalisante de la bande dessinée ou du cinéma

4019 – Preu, moult, sire, etc. ; 34 mots (1,31 %).

41 VII – Mots ou groupes de mots conservés en FC avec même sens ou sens proche, même forme ou forme proche et un emploi grammatical différent ou dans une construction différente

4220 – Ce que, celluy, a, au… que, etc. ; 92 mots (3,56 %) : Quant le roy veit ce qu’il estoit navré (183, 9) ; il n’y avoit celluy qui n’eust (183, 15) ; .XL. ans a (183, 24) ; la conquis par force d’armes […] au plus preu que [‘qui’] onques fut (183, 25).

43 VIII – Mots conservés en FC avec même forme exactement ou forme très proche et un sens différent ou un emploi différent

4421 – Navré, boucle, demeure, etc. ; 74 mots (2,86 %).

45 IX – Mots inconnus ou exclusivement techniques ou formes non reconnaissables en FC sans connaissance externe (latin, langue romane, etc.)

  • 24 On estime qu’à partir de 80 % de mots d’une langue 1 identifiables sans apprentissage préalable pa (...)

4622 – Senestre, fiert, targe, etc. ; 121 mots (4,68 %). Il me semble que les six premiers groupements n’entravent guère la compréhension, dans la mesure où (1) le sens n’y est pas différent de celui du FC ; (2) le FC permet – grâce aux sédiments qui le composent – d’identifier une forme non vivante. La somme de ces six groupements (soit 1 + 2 +… + 19) nous donne 88,89 % du matériel lexical du texte24. Nous pouvons donc considérer par hypothèse que seuls 11,11 % de ce matériel font en principe obstacle à la compréhension d’un « lecteur moyen ». Ce chiffre, qui, nous l’avons noté, porte sur les données lexicales brutes, doit probablement être minimisé au regard des mécanismes qui facilitent l’intercompréhension entre langues parentes, tout particulièrement dans un récit dont la dynamique pallie en partie l’ignorance linguistique.

  • 25 Alector ou le Coq, éd. Fontaine M.-M., Genève, Droz [TLF 469], t. 1, p. 34-36 ; éd. de 1560. Je n’ (...)
  • 26 Sorel C., Histoire comique de Francion, présentation Y. Giraud, Paris, GF Flammarion 321, p. 315-31 (...)

47Je soumets à présent au même traitement deux autres textes qu’il n’est, en principe, pas jugé indispensable de traduire, soient respectivement de Barthélemy Aneau, Alector ou le Coq. Histoire fabuleuse, texte de difficulté moyenne rapporté à ses contemporains25, et de Charles Sorel, Histoire comique de Francion26. Précisons que, par souci de cohérence, les deux extraits choisis relatent, comme celui du Perceforest, un combat singulier. Voici d’abord les résultats obtenus, suivant les mêmes critères que précédemment ; d’abord Aneau (560 mots, 21,67 % de Perceforest) :

48 I – 1 : ex. voyant, venir, bride, etc. ; 406 mots (72,50 %) ; 2 : ex. luy, persé, menasse, etc. ; 18 mots (3,21 %) ; 3 ex. parolles, chevalline, appercevant, etc. ; 8 mots (1,43 %) ; 4 : Ø ; 5 : ex. parquoy, non obstant, de rechief ; 5 mots (0,89 %) ; 6 : ex. grand, durté, grand ; 3 mots (0,54 %).

49 II – 7 : ex. roide, allarent, relevoit, etc. ; 10 mots (1,79 %) ; 8 : ex. espée, lascha, eust, etc. ; 41 mots (7,32 %) ; 9 : Ø ; 10 : ex. soubz, genoil, povoit, etc. ; 8 mots (1,43 %) ; 11 : ex. suasion ; 1 mot (0,18 %).

50 III – 12 : Ø ; 13 : Ø ; 14 : ex. paour, voultrant, etc. ; 2 mots (0,36 %) ; 15 : Ø ; 16 : Ø.

51 IV – 17 : ex. vistement, en front, treshumainement ; 4 mots (0,71 %).

52 V – 18 : Ø

53 VI – 19 : ire ; 1 mot (0,18 %).

54 VII – 20 : bastant, lui tourna le derriere chevallin, etc. ; 14 mots (2,50 %).

55 VIII – 21 : avallée, adreça, barbotant, etc. ; 18 mots (3,21 %).

56 IX – 22 : oyant, sagette, d’ond, etc. ; 21 mots (3,75 %).

57Puis Sorel (589 mots, 22,79 % de Perceforest) :

58 I – 1 : ex. enfin, arriva, gentilhomme, etc. ; 495 mots (84,04 %) ; 2 : ex. amy, ennemy, vanger, etc. ; 27 mots (4,58 %) ; 3 : ex. meine ; 1 mot (0,17 %) ; 4 : Ø ; 5 : ex. de rechef ; 2 mots (0,34 %) ; 6 : Ø.

59 II – 7 : ex. estoit, avoit, playe, etc. ; 20 mots (3,40 %) ; 8 : ex. commençasmes, receut, eust, contrainct, tesmoing, etc. ; 31 mots (5,26 %) ; 9 : Ø ; 10 : ex. sçauroit, etc. ; 1 mot (0,17 %) ; 11 : ex. avecque ; 1 mot (0,17 %).

60 III – 12 : Ø ; 13 : Ø ; 14 : Ø ; 15 : Ø ; 16 : Ø.

61 IV – 17 : Ø.

62 V – 18 : Ø.

63 V – 19 : Ø.

64 VII – 20 : dessus, nonobstant, incontinent ; 3 mots (0,51 %).

65 VIII – 21 : trouvant, offusquez, soin, etc. ; 8 mots (1,36 %).

66 IX – 22 : Ø.

67Voici ensuite les résultats comparés des pourcentages des neuf regroupements pour chaque texte :

68Enfin, voici le pourcentage obtenu pour les six premiers groupements (I-VI) de mots et de lexies présumés intelligibles par le lecteur contemporain, dans les trois textes : Perceforest 88,89 % ; Alector 90,54 % ; Francion 98,13 %. On observe bien sûr que les deux premiers textes ne sont pas si éloignés, comme d’ailleurs dans leur quantité de mots ou de lexies ininterprétables (resp. 4,68 % et 3,75 %). Le texte de Sorel, en revanche, se détache indiscutablement. Quoi qu’il en soit, il semblerait que la décision de traduire ou de ne pas traduire devrait concerner les deux premiers textes, hormis si l’on considère que le problème se pose différemment pour chacun d’eux. Par exemple, on pourrait estimer que la difficulté de l’Alector, comme de la plupart des textes du XVIe siècle, ne tient pas à sa langue (traduisible) mais à son style (intraduisible). Toutefois, les relevés mécaniques, bêtes mais précis, que j’ai effectués conduisent à faire abstraction de cet élément stylistique. Du point de vue linguistique en effet, ces textes sont comparables dans leurs difficultés. En revanche, ils ne le sont pas tout à fait dans leurs facilités, car les chiffres respectifs de mots et de lexies en tout point identiques au FC diffèrent, eux, sensiblement ; soient 59,52 % et 72,50 %. Or il est évident que LC réagira différemment à la lecture de textes où des proportions comparables d’éléments inintelligibles sont contrebalancées par des proportions non comparables d’éléments intelligibles.

69Quelles conclusions tirer de tout ceci ? J’insiste sur le fait que la question dont nous débattons n’est pas (seulement) une question d’école, puisqu’elle concerne la survie du Perceforest comme texte littéraire. Nous savons que la littérature médio-française est bien moins connue du public cultivé que la littérature médiévale ; et le problème ne tient pas à la qualité des œuvres, tant s’en faut, ni seulement au fait que les médiévistes eux-mêmes parurent longtemps moins intéressés par cette période, mais au fait que ledit public peut lire Chrétien de Troyes ou le Roman de Renart en traduction, tandis qu’il dispose de relativement peu d’œuvres médio-françaises traduites (le Pathelin et ses innombrables versions ou adaptations étant un cas à part), alors même que ces œuvres, c’est évident, intimident le lecteur contemporain. S’agissant du Perceforest, que je tiens pour l’une des œuvres majeures de la littérature française, le problème de diffusion se pose de façon particulièrement cruciale, et elle n’est sans conséquence ni d’un point de vue économique ni culturel : le détour par la question de la traduction est donc essentiel si l’on veut que le Perceforest fasse carrière dans ce monde-ci, et pourquoi pas, irrigue, comme le fait la matière arthurienne, la littérature contemporaine. Sur le plan académique, soulignons que de cette réflexion dépend aussi la décision de proposer à nos étudiants l’étude du texte alors même qu’il n’en existe pas de traduction disponible.

  • 27 Sur les problèmes que pose au LC la lecture de Montaigne, je renvoie à Compagnon A., « Rajeunir Mo (...)

70Quelles conclusions, donc, tirer des observations rapides et quelque peu contradictoires qui précèdent ? D’abord qu’elles devraient être confirmées par d’autres relevés, qui incluraient des aspects macro-syntaxiques que je n’ai pas pris en compte, tel que l’ordre des constituants (même si je crois intuitivement mineure leur contribution à la difficulté du texte), ainsi que par des expériences de lecture in vivo (malgré les réserves que l’on a faites). D’autre part qu’il conviendrait d’appliquer à ce problème les méthodes de l’intercompréhension ; car si l’on démontre qu’un court apprentissage suffit à déchiffrer – certes, c’est beaucoup moins que lire – toute langue romane, il est envisageable que l’on puisse, par le même moyen – qui est de mettre en évidence les correspondances les plus saillantes et les plus productives entre langues voisines – comprendre le Perceforest en sa langue nôtre. Je tiens pour ma part, sans en avoir fait la démonstration, que la traduction de cette œuvre ne s’impose pas ; que sa difficulté n’est pas tant linguistique que stylistique (le matériel lexical commun entre ce texte et les productions littéraires du FM/C l’emportant nettement sur le matériel divergent et la syntaxe créant une diversion minime) ; que donc la difficulté tient moins à la grammaire du MF (mais bien sûr je ne nie pas qu’elle ajoute à la difficulté) qu’au discours, au phrasé propre du texte (comme chez Montaigne par exemple27) ; or avec une manière de dire, d’agencer des mots et des lexies dans leur majorité familiers, déconcertante, insolite, on peut se familiariser par la pratique et un minimum d’effort, ce qui n’est pas le cas pour un donné naturellement et massivement opaque. Notons au surplus que l’armature du texte, les mots grammaticaux tels les articles, les pronoms personnels, les prépositions, les conjonctions de coordination et de subordination, sont massivement ceux du FM/C ; les exceptions sont rares (mais que, ceans, cil, ainçois, pou, onques, ores, autrier, adont, ou [‘au’], jus, d’encoste [‘à côté de’], lez, sus, ains que, atant, illecques, ens, es, quantz [‘combien’]).

  • 28 « Chaque langue est marquée par des éléments graphiques qui sont l’équivalent de « bruits » à l’or (...)
  • 29 Ecueil qu’il est difficile d’éviter, pour ce type de texte et cette période, même en s’efforçant d (...)

71Supposons toutefois que l’on ne s’accommode pas de ces conclusions, au vrai insuffisamment étayées, et que l’œuvre soit jugée inaccessible en l’état, quand bien même on représenterait aux sceptiques, mieux que je n’ai pu le faire, qu’elle ne l’est pas, moyennant la persévérance qu’il faut mettre en toute chose. Est-elle traduisible en français contemporain ? Nulle tentative de la traduire n’ayant été faite, il est impossible de répondre à cette question ; la plupart du temps, en effet, les réflexions sur la traduction prennent leur matière dans les traductions existantes et procèdent par comparaison critique. De surcroît, il est intellectuellement difficile de se demander comment faire ce que l’on croit ne pas devoir être fait. Aux tenants de la traduction de proposer leur voie (mais avec l’exigence qu’elle produise une œuvre digne du modèle, et non la soupe tiède pour étudiants dont nous sommes un peu écœurés). Je me risquerais seulement à proposer, pour ces lecteurs paresseux, pressés ou craintifs desquels nous nous soucions ici, une simple modernisation des graphies, conservatrice (« vey » ➝ vis, etc.) et savante (« sçavons » ➝ savons), des formes dialectales (« capel » ➝ chapeau), ainsi que de la morphologie verbale, lorsque cela est nécessaire (« voult » ➝ voulut, etc.), comme on a pu le faire pour le Bourgeois de Paris ou les œuvres de Froissart dans telle collection destinée au grand public (la différence étant peut-être ici que l’édition rajeunie ne chercherait nullement à se faire passer pour savante). Serait ainsi supprimée une grande partie de ce qu’en intercompréhension l’on apparente aux bruits qui parasitent la communication orale28, soit les éléments non essentiels au message qui en obscurcissent la signification. Pour ma part, je serais très hostile à toute autre modification, quand cela ne serait que par crainte de voir l’entreprise tourner à la transformation aléatoire, au mélange, par une hybridation non créatrice qui dénaturerait la poétique du texte et qui ne serait, au fond, qu’une entreprise de normalisation29. De surcroît, il me semble qu’une ‘traduction’ (quelles qu’en fussent la forme et la réussite) contribuerait à accentuer le sentiment d’étrangèreté de ce moyen français qu’il faut au contraire donner les moyens d’apprivoiser. La suggestion est d’autant plus plausible que les glossaires de G. Roussineau, qui permettent de pallier toute défaillance dans les cas cruciaux, pourraient être partiellement convertis en notes de bas de page. Cette atteinte minimale au texte, pour désagréable qu’elle parût aux spécialistes que nous sommes et auxquels elle n’est pas destinée, le laisserait intact dans ses fondements lexicaux et syntaxiques et permettrait, avec un minimum d’efforts, de le goûter au plus près de lui-même. Je vais citer pour finir le § 183, 1-8 dans ses deux ‘ visualisations’ ; des notes y seraient attribuées à fiert, targe et haubergon et l’on s’en remettrait au contexte large du soin d’élucider, même approximativement, des tournures syntaxiques telles que s’aider de quelque chose, ne pas demeurer pour quelque chose que (complétive) ou les différents cas de non-expression du pronom régime direct (avec fendre et couper). N’oublions pas aussi que plus un texte est long plus s’en affine l’approximation interprétative.

« Quant le chevalier se senty ainsi navré, il veyt bien qu’il estoit en peril quant il ne se pouoit aidier du bras senestre. Lors lieve l’espee et en fiert le roy, et il jecte la targe au devant et celluy fiert dedens ung si grant cop qu il luy fent jusques a la boucle.

Le cop descend sur le capel d acier et luy va copper, puis descend sur l’espaule et ne demeure pour le haubergon qu il ne l’actainist en la char nue. »

Quand le chevalier se sentit ainsi navré, il vit bien qu’il était en péril quand il ne se pouvait aider du bras senestre. Lors lève l’épée et en *fiert le roi, et il jette la *targe au devant et celui fiert dedans un si grand coup qu’il lui fend jusques à la boucle. Le coup descend sur le chapeau d’acier et lui va couper, puis descend sur l’épaule et ne demeure pour le *haubergon qu’il ne l’atteignît en la chair nue.

Note

1 Nous citons bien sûr le texte dans la magistrale édition de Roussineau G., Perceforest, quatrième partie, Genève, Droz, 2 t., 1987).

2 Comme on peut supposer que le sont encore pour un moment les auteurs du Grand Siècle. La question se pose encore différemment pour les auteurs du XVIe siècle. Voir ici la n. 25.

3 Cette expérience ressemble, toutes proportions gardées, à celle décrite par les spécialistes de l’interaction interlingue, dans lesquelles, dans une langue donnée, communiquent deux locuteurs de compétence très inégale (voir Vasseur M.-T., Rencontres de langues. Question(s) d’interaction, Paris, Didier [LAL], 2005) ; en d’autres termes, comme un ‘ alloglotte’conversant avec un locuteur natif ou assimilé, nous ne « suivons » pas toujours ce que nous lisons dans une langue qui n’est pas ou plus la nôtre, ce qui peut occasionner quiproquos et contresens. Si la relation entre un lecteur et un texte paraît être à sens unique, celui-ci contribue néanmoins à la compréhension par des moyens analogues à ceux qui régissent une relation interactive entre locuteurs, comme la réapparition de mots incompris dans un contexte éclairant, la reformulation, etc. (p. 191ss). Tel donc un locuteur parlant dans une langue que nous maîtrisons imparfaitement et dont il nous faut interpréter, sur la base d’indices divers, les éléments qui nous sont de soi étrangers, le texte nous parle, dans une langue qui nous est plus ou moins familière, et collabore, plus ou moins, à son déchiffrement. Dans une perspective purement narratologique, sensiblement différente de la nôtre, puisqu’ici le problème posé est d’abord celui de la langue et non celui de la stratégie discursive, voir ce qu’écrit Eco U., (Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, trad. M. Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche, 1989 [1985, e.o. 1979], p. 65) : « un texte est un produit dont le sort interprétatif doit faire partie de son propre mécanisme génératif » ; c’est aussi « un mécanisme paresseux (ou économique) qui vit sur la plus-value de sens qui y est introduite par le destinataire » (ibid.). Cette perspective, formulée par U. Eco en termes de « coopération » et d’« encyclopédie », n’est pas éloignée de celles des didacticiens, qui pourraient bien s’en être inspirés (ou l’inverse). Ainsi, Y. Cossu (1995, cité par Bailly D., Les Mots de la didactique des langues. Le cas de l’anglais. Lexique, Paris, 1998, p. 145) : « La lecture est un processus actif qui implique un dialogue, une coopération entre l’auteur et le lecteur. Plus vaste est le domaine des connaissances communes […] plus la lecture en sera facilitée » (je souligne ce qui fait clairement écho à Eco).

4 Marcotte S., « Typologie des intraduisibles de l’ancien français », Füg-Pierreville C. (dir.), Éditer, traduire ou adapter les textes médiévaux, Lyon, P. U. L., 2009, p. 178.

5 De ces connaissances linguistiques dépend ce qu’en intercompréhension on appelle le « taux de transfert d’identification », c’est-à-dire la capacité à appréhender le connaissable à partir du connu. Voir Meissner F.-J., « Que peut apporter la didactique de l’intercompréhension aux systèmes éducatifs européens », Les Langues modernes, t. 102/1, 2008, p. 16ss ; Escudé P. et Janin P., Le Point sur l’intercompréhension, clé du plurilinguisme, CLE international, Paris, 2010, p. 44ss. La notion d’intercompréhension sous-tend, de façon lâche, c’est-à-dire non modélisée ni expérimentée, la réflexion menée ici. Bien que je ne partage pas entièrement l’optimisme et l’idéalisme de ses promoteurs, il convient de reconnaître que rien ne s’oppose à l’application de cette approche des langues vivantes, testée depuis une vingtaine d’années, aux langues anciennes qui s’abordent par un support exclusivement écrit. Elle repose sur l’observation empirique que les espaces linguistiques sont continus et poreux (c’est bien sûr aussi le cas en diachronie) et présuppose un lecteur apte à (et désireux de) retrouver les liens existants mais éventuellement masqués par des systèmes graphiques différents, une évolution phonétique divergente, etc. Elle s’applique tout particulièrement aux langues romanes, qui en sont le laboratoire. Voir par ex. le manuel de P. Teyssier, entièrement fondé sur cette approche, Comprendre les langues romanes, Paris, Chandeigne, 2004. Beaucoup de contributions intéressantes sur le sujet également dans Conti V. et Grin F. (dir.), S’entendre entre langues voisines : vers l’intercompréhension, Genève, Georg, 2008.

6 Il paraît assez évident (cela mériterait une étude approfondie) que la méconnaissance qu’ont nos étudiants du français standard, c’est-à-dire d’une langue qui, à l’instar de toutes les autres, charrie des sédiments qui en font à chaque moment t de son développement un ensemble polychronique, est le premier obstacle à leur compréhension de l’ancienne langue. Chacun de nous en citerait d’abondants exemples.

7 À cela, il faut ajouter que les sciences cognitives permettent d’établir, sur des critères psychologiques, une typologie de lecteurs. Voir Degache C., « Stratégies de lecture en langue étrangère voisine : l’empan du dit au fait », Publication ronéotée du colloque « Lecture à l’université II », Grenoble, 10-12 septembre 1998, consultable sur www.galanet.eu/publication/fichier/dc1998.pdf.

8 Voir le détail complexe d’une expérience in vivo dans Souchon M., « Lecture de textes en LE et compétence textuelle », Aile, t. 13, 2000, p. 15-40.

9 Pour se faire une idée de la complexité des modèles cognitifs en matière de lecture, on peut se reporter à l’ouvrage déjà ancien de Denhière G. et Baudet S., Lecture, compréhension de texte et science cognitive, Paris, PUF, 1992, p. 272ss.

10 Sur la lecture en langue non maternelle, on trouvera des aperçus théoriques dans Gaonac’h D., « La lecture en langue étrangère : un tour d’horizon d’une problématique de psychologie cognitive », Aile, t. 13, 2000, p. 5-14.

11 Sur cette notion en narratologie voir Eco U., op. cit., p. 95ss.

12 La Classification des langues romanes, Cracovie, Universitas, 1991.

13 Mańczak W., op. cit., p. 111-114.

14 Toute mise en texte d’un item sélectionne des traits sémiques et limite ainsi les choix interprétatifs (voir Denhière G. et Baudet S., Lecture …, op. cit., p. 273-274). Même réduit à des morphèmes grammaticaux, le co-texte augmente considérablement les chances interprétatives. On peut le vérifier en relisant « Le grand combat » d’Henri Michaux (L’Espace du dedans. Pages choisies, Paris, Gallimard [Poésie], 1999, p. 14), dont je cite les premiers vers : « Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;/Il le rague et le roupète jusqu’à son drâle ;/Il le pratèle et le libucque et lui barufle les ouillais… ». La co-textualisation a bien sûr ses limites, et tel croit maîtriser parfaitement le schtroumpf qui est loin du compte (en voir une divertissante illustration dans Peyo, Johan et Pirlouit. La Flûte à six schtroumpfs, Dupuis, 1959, pl. 43 et 44).

15 Eco U., op. cit., p. 65.

16 La notion d’approximation, essentielle en intercompréhension, est notamment défendue par Blanche-Benveniste C. (par ex. « Formes de compréhension approximative », Castagne É. (dir.), Les Enjeux de l’intercompréhension, Reims, Epure-éditions et P. U. de Reims, ICE, p. 167-179. Le travail de cet auteur portait en ses débuts sur la compréhension écrite, qui nous intéresse ici (P. Escudé P. et Janin P., Le Point sur l’intercompréhension…, op. cit., p. 47ss). Rappelons que nous parlons de mettre le Perceforest à disposition d’un large public et non d’une poignée d’agrégatifs. L’approximation est donc ici de mise, dès lors que l’on aborde la totalité d’une œuvre gigantesque et non vingt lignes de version. Est-il besoin de souligner qu’aucun texte littéraire digne de ce nom n’est entièrement limpide et que nous n’avons pas à viser une compréhension intégrale de la matière textuelle (en quoi justement l’habitude de la lecture joue un grand rôle dans le portrait du lecteur moyen, le lecteur entraîné étant mieux à même d’utiliser ce qu’il comprend pour déchiffrer ce qu’il ne comprend pas, toute chose égale d’ailleurs) ?

17 Il y a certes accord sur le fait qu’« un texte possède des propriétés qui ne peuvent être celles d’une phrase ; […] que l’interprétation d’un texte est aussi (voire essentiellement) due à des facteurs pragmatiques, et que, par conséquent, un texte ne peut pas être abordé à partir d’une grammaire de la phrase qui fonctionnerait sur des bases purement syntaxiques et sémantiques » (Eco U., op. cit., p. 14) ; mais si la plupart des théories textuelles admettent en effet que « pour comprendre un texte, il faut nécessairement des règles qui ne sont pas réductibles à celles d’une grammaire de l’énoncé, […] en même temps, elles n’entendent pas abandonner les résultats d’une analyse sémantique des termes isolés », lesquels sont conçus comme « des systèmes d’instructions orientées au texte » (id., p. 16). On comparera les modèles de lecture donnés par U. Eco, op. cit., p. 95ss et E. B. Bernhardt, cité par Davis J. N. et Lyman-Hager M. A., « Développement d’un ALAO convivial en lecture : étude de cas », p. 145, Duquette L. et Laurier M. (dir.), Apprendre une langue dans un environnement multimédia, Outremont, Québec, 2000. Malgré la perspective totalement différente adoptée (narratologie et FLE), ces modèles placent en tête des opérations qui concourent à la compréhension d’un texte « le recours à un lexique du format d’un dictionnaire » (Eco, U., op. cit., p. 96) et « l’identification des mots (la compréhension du sens de chaque mot) » (Davis J. N. et Lyman-Hager M. A., art. cit., p. 145).

18 La question du représentable est à mes yeux fondamentale dans ce dont nous traitons ici, car ce point constitue un bon critère, fût-il d’appréciation délicate, pour évaluer le traducendum : si le texte interdit, par l’opacité topo-ou chronoxénique de sa langue, toute représentation, même approximative, des éléments du récit (action, personnages, décor), s’il barre ainsi involontairement son propre seuil, alors la traduction s’impose.

19 La connaissance des cousins italiens (targa « plaque d’immatriculation ») et anglais (target « cible ») sont ici de peu d’utilité, dans la mesure où ils dissocient deux des composantes sémantiques du mot targe (/qui permet l’identification/et/destiné à recevoir les coups/).

20 Voir l’exemple donné par Davis J. N. et Lyman-Hager M. A., art. cit., p. 148.

21 Davis J. N. et Lyman-Hager M. A., art. cit., p. 147, donnent l’ex. de la lexie en train de mal comprise par leurs étudiants anglophones.

22 Dans ce cas on pourrait avancer qu’il suffit de remplacer « celluy » par personne pour que le tour devienne intelligible : n’i a personne qui ne, et que donc la difficulté du tour tient à un seul mot. Cette suggestion reviendrait néanmoins à dire que « celluy » est glosable par « personne » (nég.), ce qui évidemment offusque l’intuition linguistique, et pour cause : ce n’est que dans ce tour (sauf erreur) qu’une telle commutation est possible ; c’est donc bien le tour lui-même qui, produisant cette ‘ glose’insolite, fait difficulté dans son entier.

23 Je ne retiens pas ici le mot targe, bien qu’il figure dans les éditions récentes du Robert (2004, p. 2567a), pour la raison que je suppose (peut-être à tort) qu’un lecteur moyen n’imaginera pas trouver ce mot dans un dictionnaire du FC.

24 On estime qu’à partir de 80 % de mots d’une langue 1 identifiables sans apprentissage préalable par un locuteur d’une langue 2 il s’agit de dialectes mutuellement intelligibles. Voir Blanche-Benveniste C., « Comment retrouver l’expérience des anciens voyageurs en terres romanes », Conti V. et Grin F. (dir.), S’entendre entre langues voisines…, op. cit., p. 41. Comme il s’agit d’une évaluation appliquée à la pratique orale de la langue, on peut penser que la limite sera en deçà de ce chiffre pour l’écrit, dont l’approche est plus aisée pour toute sorte de raisons. Voir un exemple probant dans Escudé P. et Janin P., Le Point sur l’intercompréhension…, op. cit., p. 49, où l’on voit un paysan gersois comprendre sans y penser une courte phrase roumaine. L’approche lexicale est évidemment très partielle, dans la mesure où l’on doit faire la part de la syntaxe qui peut, avec un matériel comparable, différer fortement. Disons qu’il s’agit d’une donnée parmi d’autres. D’autre part, l’approche lexicale elle-même requiert un traitement très nuancé, le passage du transparent à l’opaque se faisant par un continuum dont nos 22 rubriques tentent de donner une idée. Je précise que la barre des 80 % jugés par nous intelligibles est dépassée dès la rubrique 8 du II (81,35 %).

25 Alector ou le Coq, éd. Fontaine M.-M., Genève, Droz [TLF 469], t. 1, p. 34-36 ; éd. de 1560. Je n’ai pas choisi ce texte au hasard. On sait en effet que l’auteur d’Alector situe son récit dans un univers où régna le « renommé Roy Perseforest » (I, p. 55).

26 Sorel C., Histoire comique de Francion, présentation Y. Giraud, Paris, GF Flammarion 321, p. 315-316 ; éd. de 1623, orthographe du ms.

27 Sur les problèmes que pose au LC la lecture de Montaigne, je renvoie à Compagnon A., « Rajeunir Montaigne », Zink M., (dir.), Livres anciens, lectures vivantes, Paris, O. Jacob, 2010, p. 218-220 ; l’auteur, dont le propos est nuancé, se prononce pour la traduction des Essais, que les éditions savantes, par leur parti ‘ diplomatique’, contribuent à éloigner davantage du LC ; le caractère ‘ philosophique’de l’œuvre en rend aussi l’accès plus difficile que celui de textes narratifs comme le Perceforest. Ce dernier point est déterminant, dans mon esprit, dans la proposition de ne pas traduire ce roman. On trouvera d’autre part quelques éléments de réflexion sur la traduction de Rabelais chez Arzoumanov A., « Comment éclaircir des textes littéraires anciens. L’exemple de deux éditions à clef de Rabelais », Denis D. (dir.), L’Obscurité. Langage et herméneutique sous l’Ancien Régime, Louvain-la-Neuve, Bruylant, 2007, p. 207-208.

28 « Chaque langue est marquée par des éléments graphiques qui sont l’équivalent de « bruits » à l’oral » (Escudé P. et Janin P., Le Point sur l’intercompréhension…, op. cit., p. 77).

29 Ecueil qu’il est difficile d’éviter, pour ce type de texte et cette période, même en s’efforçant d’y échapper. Ainsi J.-J. Vincensini ne m’en paraît pas indemne lorsqu’il traduit la Melusine de Jean d’Arras, comme le montre la série suivante, plate mais homogène en MF, inutilement dépareillée dans la traduction : « Et cilz dirent/Et ly contes dist/dist Remondin » : < Ces derniers dirent alors/Et le comte eut cette réponse/dit Raymondin > (« À quelle condition traduire la prose du XVe siècle ? Esthétique de la « bonne distance » et enjeux interprétatifs. L’exemple de Mélusine de Jean d’Arras », Corbellari A. et Schnyder A. (dir.), Translatio litterarum ad penates, Lausanne CTL 47 [2005], p. 411). Je crois rejoindre ici le point de vue, sinon la méthode, de M. Zink (« Du même au même. Traduire et récrire », Galderisi C. et Salmon G., « Translatio » médiévale, Actes du colloque de Mulhouse [11-12 mai 2000], Paris, Perspectives médiévales, 2000, p. 287).

Indice delle illustrazioni

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52251/img-1.jpg
File image/jpeg, 49k

Autore

Maître de conférences à l’université Paris 4 Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540