Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Perceforest démantibulé dans la Bibliothèque universelle des romans : des noms, douze vœux, un lai

Fanny Maillet

Texte intégral

  • 1 Janvier 1776, vol. 1, p. 23-74. Nous utilisons la réimpression en fac-similé, Genève, Slatkine, 19 (...)
  • 2 Mémoires sur l’ancienne chevalerie, considérée comme un établissement politique et militaire, Pari (...)
  • 3 Nous donnons les titres tels qu’ils apparaissent dans la BUR.
  • 4 Où l’on trouve employée l’expression de « miniature » (BUR, juillet 1775, vol. 1, p. 5). Voir auss (...)
  • 5 BUR, juillet 1775, op. cit., p. 138.
  • 6 Ibid., p. 134.
  • 7 La classification des textes en quatorze catégories proposée par Lenglet Du Fresnoy en 1734 a insp (...)

1En suivant obligeamment les préceptes de ce que nous pourrions appeler l’école de lecture du XVIIIe siècle, brillamment représentée par La Curne de Sainte-Palaye, nous nous arrêterons sur l’extrait du roman de Perceforest qui parut dans la Bibliothèque universelle des romans (BUR) au début de l’année 17761, pour faire à notre tour un mérite, non plus aux romans, mais aux extraits de romans, « de la connaissance générale qu’ils nous donnent des mœurs, du génie et du goût des siècles dans lesquels ils furent écrits2 ». Il est utile de rappeler brièvement le contexte dans lequel se situait l’écriture de cet extrait. En janvier 1776, la BUR n’en est pas à son premier essai d’échantillon de gros vieux roman. En effet depuis le mois de juillet de l’année précédente, le Roman de Merlin, le Triomphe des Neuf Preux, les Cent Nouvelles, le Roman de Mélusine, le Saint Gréaal, le Prince Erastus ou les Sept-Sages de Rome, Lancelot du Lac, et un Perceval3 ont fait leur entrée dans la collection sous la baguette studieuse du marquis de Paulmy, et sous des indicatifs divers : roman de chevalerie, roman merveilleux, roman historique ou roman de la Table Ronde, ce dernier n’étant qu’une sous-catégorie des romans de chevalerie. La « miniature » du Perceforest trouve sa place dans un environnement discrètement chevaleresque mais décidément médiéval qui s’efforce de répondre au programme éditorial annoncé dans le Prospectus4. Rappelons néanmoins que la curiosité ambiante pour le Moyen Âge et l’intérêt porté à la leçon des anciens textes ne signifient pas une déférence aveugle, et que dès cette époque n’intègre pas la BUR qui veut. Certains textes sont rejetés. Tel fut le sort réservé aux Prophéties de Merlin, littéralement proscrites pour vice de crédibilité : « ces Prophéties », lisait-on dans le premier volume du périodique, « sont controuvées, et faussement attribuées à Merlin ; considération qui prive leur lecture de toute espèce d’intérêt5 ». Même si l’intégralité était la règle, le lecteur dut cette fois-ci se contenter d’un « aperçu de l’ennui qu’on lui épargne6 » pour compléter sa bibliothèque. À l’instar d’un abonné de la BUR, on peut donc se flatter doublement de lire un Perceforest, si réduit soit-il, dont la présence au sein de la collection n’était pas gagnée d’avance. Réjouissons-nous d’abord que la critique d’un autre usager des romans aussi influent que Lenglet Du Fresnoy n’ait pas découragé l’heureuse initiative du rédacteur de l’extrait7. C’est selon l’auteur de la notice bibliographique

  • 8 Lenglet Du Fresnoy N. (sous le pseudonyme M. le C. Gordon de Percel), De l’usage des Romans, où l’o (...)

[un] Ouvrage très-recherché des Amateurs de ces sortes de Romans, très-ample et très-étendu ; mais cependant assez languissanment écrit et ennuyeux, malgré le nombre de batailles qu’on y voit8.

  • 9 Lucinge R. de, La manière de lire l’Histoire, éd. Heath M. J., Genève, Droz, 1993, p. 64-65. Il ajo (...)
  • 10 La notion de « romans de chevalerie » est déjà problématique à cette époque. La BUR s’était engagé (...)
  • 11 BUR, janvier 1776, vol. 1, p. 25.

2Le jugement est sans appel mais il relève d’un critère esthétique. En réalité, une condamnation bien plus lourde pèse sur le Perceforest, fondée celle-ci sur le critère historique. On connaît les accusations de longue date portées par René de Lucinge contre l’emploi inconsidéré de prétendues mannes historiques parmi lesquelles Fierabras, Les Quatre Fils Aymon, Pierre de Provence, Galien restauré, Maugis d’Aigremont, Ogier le Danois, Robert le Diable, et bien sûr Perceforest, autant de sources mal fondées « que le mespris doit eclypser de la cognoissance des studieux9 ». Il est entendu que sa « Manière de lire l’Histoire » reprend davantage le mauvais lecteur que le roman lui-même, auquel il reconnaît par ailleurs bien des mérites. Mais le rédacteur de l’extrait qui nous occupe, peut-être encore imprégné de ces considérations et conscient de sa responsabilité vis-à-vis d’un lectorat inexpert, a mis d’emblée le Perceforest à l’abri des attaques de ce genre, en le classant dans le registre plus discret des Romans de chevalerie10. Conscient de la complexité qui préside à la conception d’un tel ouvrage et des contradictions qui en animent le fonds narratif, notre auteur, lui, sait qu’il « ne résulte, sans doute, rien de tant de licences chronologiques et de tant de faits qui se détruisent11 », et présente adroitement les faiblesses de la Chronique comme un fait acquis, un détail sans importance, en tout cas facile à contourner, à l’aide d’un « quoi qu’il en soit » bien placé.

  • 12 « Histoire Celtique, où, sous les noms d’Amendorix [sic] et de Célanire, sont comprises les princi (...)
  • 13 Ibid., p. 126.
  • 14 On prête sans scrupule à Blaise de Vigenère la célèbre association entre le Perceforest et « notre (...)
  • 15 Ce format de boudoir fut conservé au fil des rééditions. Le projet d’une édition de luxe au format(...)

3Quoi qu’il en soit, ces précautions ne font pas oublier le premier défaut du Perceforest puisqu’il suffit de tourner quelques pages du même volume de la BUR pour lire, juste à la suite de notre extrait, une nouvelle critique. À la fin de l’Histoire Celtique12 on apprend, dans une note relative à la « Bretagne », qu’il s’en fallait de beaucoup que les Bretons du IIIe siècle av. J.-C. « connussent les tournois, les casques, les visières, ni même les châteaux », et qu’il n’y a en somme « que le Roman de Brutus, celui de Perceforest et celui-ci, auxquels il soit permis de faire de pareils anacronismes en fait de costume13 ». Cet énorme roman de Perceforest qui paraissait avoir sombré dans un oubli relatif après son passage sous les presses n’en a pas moins conservé une réputation tenace de chronique anachronique. Pour notre auteur assurément le Perceforest n’est pas le fruit d’un nouvel Homère, et il ne s’agit pas d’en faire la défense ni de l’ériger en modèle à l’imitation d’un Vigenère ou d’un Sarasin14, ni de faire valoir son statut exemplaire pour l’édification d’une jeunesse galante. C’est plutôt un joli morceau de littérature qu’il faudra encore morceler pour en concentrer l’intérêt. Et il n’y réussit que trop bien. Voilà donc six volumes réduits à 51 pages d’un in-12° écrit gros15, un mini Perceforest dont on distingue un peu toutes les facettes, mais en petit.

  • 16 Middleton R., « Le Grand d’Aussy and the Bibliothèque universelle des romans », Nottingham French S (...)

4L’ancien roman auquel le rédacteur de l’extrait reconnaît qu’il est difficile d’assigner une date précise, se voit donc morcelé, presque disloqué à la manière d’un gros corps encombrant. Les dimensions du roman de Perceforest, sa structure répétitive, ou si l’on préfère, fragmentée, ont sans doute prescrit une telle redistribution du texte en tiroirs, donnant à lire une sorte de « Perceforest pratique » à l’usage des lecteurs paresseux. Mais ici, force est de se demander si le rédacteur a lui-même poussé la lecture après le premier volume, et si différentes mains ne se sont pas partagé la tâche de rendre compte de tel et tel aspect. Jusqu’à la démission du marquis de Paulmy en décembre 1778, les extraits sont anonymes, entre autres raisons parce qu’ils étaient le plus souvent relus, révisés, corrigés par Paulmy lui-même, véritable rédacteur en chef d’une collection qui met à l’honneur la parole du romancier et qui préconise la circonspection de celui qui n’est jamais qu’un porte-parole. Il n’empêche que la rédaction de notre extrait fut attribuée à Legrand d’Aussy, un médiéviste avant l’heure associé pour un temps à Paulmy. Mais Roger Middleton a justement combattu l’attribution avancée par Geoffrey Wilson, Legrand d’Aussy ne pouvant être l’auteur d’un extrait qu’il désapprouve en tous points16 :

  • 17 Legrand referme sa critique sur ces mots : « Je ne sais pas pourquoi dans la bibl. des Rom. on a m (...)

L’auteur de l’extrait paroit n’avoir pas eu le courage de suivre le romancier dans sa marche vagabonde ; il fait connoître le commencement de l’ouvrage et puis annonçant qu’il est rempli d’épisodes il l’abandonne tout à fait en citant d’après la table des chapitres quelques-uns de ces héros. Cependant dans les deux volumes et demi dont il n’extrait rien, il y a des aventures qu’il pouvoit donner, même comme épisodiques ; telles sont entres autres celles de Passelion neveu de Morgain que la fée fait élever auprès d’elle, que Zephir protège, qui vient à bout par le moyen de ce dieu de tromper la vigilance de la fée, de coucher avec sa fille ; qui joue le même tour à une autre fée ; met fin à différentes entreprises, et occupe une moitié environ des deux derniers volumes dans le ms17.

  • 18 Peut-être trop. Au XIXe siècle surtout, Tressan s’est vu attribuer à tout vent des extraits de la (...)
  • 19 La BUR est la première référence à compter parmi les « 600 volumes qui doivent être placés dans le (...)
  • 20 Le volume M des Mélanges parut à Paris chez Moutard à la fin de l’année 1780, soit presque cinq an (...)
  • 21 Le premier extrait de Perceval parut en novembre 1775, le second en novembre 1783, refonte qu’on a (...)
  • 22 BUR, septembre 1785, p. 3-26.
  • 23 Plusieurs éditions paraissent à partir du XVIe siècle avec quelques changements dans le titre et l (...)

5Certains y ont reconnu la plume de Tressan, un autre collaborateur non moins fameux18, et si cette attribution est aussi hasardeuse que la première, l’aspect particulièrement décousu de l’extrait, d’abord, aux tons disparates, indique quand même une écriture à plusieurs mains. Puis la réaction de Paulmy, cinq ans plus tard, qui travaillait alors aux Mélanges tirés d’une grande Bibliothèque, est plutôt inattendue. Malgré des tensions évidentes qui l’auraient poussé à abandonner ses fonctions à la BUR pour entamer un travail plus en adéquation avec sa conception d’une Bibliothèque idéale, les Mélanges n’avaient pas tant vocation à rompre avec la BUR qu’à lui servir de complément et à continuer une œuvre bibliographique déjà bien amorcée par le marquis19. Or ce dernier réussit largement à faire oublier ce qu’il appelle le « léger extrait » de la BUR, sous le poids d’un volume des Mélanges entièrement consacré au roman de Perceforest20. Contrairement à la réplique d’un auteur de la BUR qui proposait sa propre version du Perceval quelques années après la parution d’un premier extrait du même roman déjà paru dans la BUR, il ne s’agit pas pour Paulmy de proposer autre chose mais bien de faire ce qui n’a pas été fait cinq ans plus tôt21. Une seule concession est faite au prologue pour lequel il renvoie à l’extrait. Réaction étonnante donc, qui est peut-être seulement l’expression d’un repentir vis-à-vis d’un travail mal fait et auquel il a participé, mais qui nous paraît plutôt révéler un défaut de coordination et de concertation entre les différents rédacteurs de la BUR, ou du moins les discordances déjà vives aux premiers temps de la publication et dont on a encore un écho dans un extrait tardif : en septembre 1785, soit presque dix ans après le premier extrait du Perceforest et cinq ans après le « résumé » des Mélanges, la BUR donne à part l’Histoire du Chevalier aux armes dorées, et de la princesse au cœur d’acier, mais à aucun moment on ne parle de la relation de cet épisode avec le Perceforest22. Les raisons ne manquent pas : outre que cette histoire forme un livre autonome sur le plan narratif (le nom de Perceforest n’apparaît pas une seule fois) et le plan matériel (elle fut publiée séparément23), le rédacteur de l’extrait de ce « roman fort court », pour reprendre ses mots, non seulement n’a jamais lu le Perceforest, mais il n’a jamais eu connaissance du travail de ses prédécesseurs. Loin d’être la règle, l’indépendance des rédacteurs se vérifie néanmoins à travers des remarques mal avisées, parfois contradictoires ou des erreurs qui n’auraient plus lieu d’être si les auteurs avaient seulement su tirer l’enseignement de leur propre maxime, à savoir qu’une lecture attentive de la BUR peut épargner bien des égarements.

  • 24 Ainsi parle Grimm, pour qualifier les siècles auxquels s’est intéressé La Curne, dans la Correspon (...)
  • 25 Pour plus de précisions sur l’histoire du ms. Arsenal 3483-3494, dit manuscrit C, voir Perceforest(...)

6Mais revenons à notre extrait, en considérant un échantillon du XVIIIe siècle avec l’indulgence qu’un érudit des Lumières aurait témoignée à l’égard des « siècles ignorans, galans et barbares24 ». Conformément à la règle de la BUR, le texte est précédé d’une notice d’introduction, destinée à donner des indications sur la nature de l’ouvrage utilisé pour support, à identifier le roman présenté et à justifier sa présence dans l’économie générale de la collection. On sait que le fonds de livres recueillis par Paulmy formait la principale ressource de la BUR. Notre rédacteur avait alors le choix entre le seul manuscrit complet du Perceforest acquis en 1764 et l’exemplaire in-folio de l’édition gothique de 1531-1532 aujourd’hui encore présents à l’Arsenal25. Comme il est d’usage, c’est finalement le support imprimé qui est retenu, et décortiqué : le rédacteur, dans son rôle d’amateur de livres, se prête à un véritable échange de libraire avec l’objet qu’il a sous les yeux, décline sans impatience le titre complet, les noms de l’éditeur puis de l’imprimeur, en prenant soin de noter qu’il ne s’agit pas des véritables auteurs du roman, et rapporte encore le contenu des inscriptions de la main de Paulmy visibles sur la page de garde, et celles d’une autre main indiquant la provenance, en l’occurrence la bibliothèque Colbertine. Puis vient la restitution du prologue, effort suivi sur plus de quatre pages qui gagne les faveurs de Paulmy. Mais cette égale minutie liminaire appelle aussi une rapide perte de vigueur. Bâties sur la formule récurrente « vous verrez », les promesses d’un prologue très loquace ne sont pas celles du rédacteur, comme il s’en explique :

  • 26 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 30.

Nous nous garderons bien de promettre à nos lecteurs de leur faire voir rigoureusement tant de choses. Nous ne leur supposons pas la curiosité peu délicate, et l’avidité indistincte de nos bons aïeux pour les fictions les plus grossières26.

7Il faudra faire un choix. Le rédacteur va donc trier la matière dont il dispose pour, littéralement, en extraire le fond, malheureusement moins avec l’art d’un conteur qu’avec celui d’un magasinier.

  • 27 Paulmy possédait alors une copie du Brut de Wace établie par Barbazan d’après le ms. 2447 de la bi (...)
  • 28 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 31.
  • 29 Cette information tient dans une deuxième note, ibid., p. 34.

8Il n’est pas question pour nous de faire le procès de ce barbare extrait, ni de compter les meurtrissures infligées au roman de Perceforest. Restons optimiste : le rédacteur l’a aussi épargné à bien des égards. Et s’il est capable de dédain, il est aussi capable de s’étonner avec plaisir devant les surprises que lui réserve la lecture du roman. Et ce dès l’entrée en matière. L’érudition de l’auteur du Perceforest attire d’abord son attention ; sa faculté de passer de parfait historien au plus suspect fabulateur l’intrigue davantage. Aussi longtemps que le rédacteur est en proie au charme qu’exerce sur lui la qualité du romancier, le Perceforest est placé sous la protection d’un discours tranquille et plein de précaution. La preuve en était dans le sous-titre : « roman de chevalerie », qui équivaut dans le langage de la BUR à « roman d’intérêt général » et qui dénote a priori un certain respect pour l’œuvre. En effet cette classe de romans fait alors l’objet d’une redécouverte critique mais curieuse. Le statut d’« antiquité » lui acquiert ainsi une place au sein d’une famille de textes édifiants, non tant pour les valeurs qui y sont exaltées que pour la constitution d’un patrimoine littéraire. Le Perceforest brasse une infinité d’informations, de thématiques qui, vraies ou fausses, grossières ou non, décrivent un panorama de la chevalerie au sens large. Mais c’est bien là ce qui embarrasse notre rédacteur : devant l’imprécision que recouvre un tel terme, comment rendre compte avec mesure d’un roman si complexe, ni tout à fait historique, ni tout à fait merveilleux ? Par la mise en relation avec un autre roman d’abord, le Roman de Brut, dont il est fait mention dans une note de bas de page27, renfort tant affectionné par les rédacteurs de la BUR quand ils doivent mêler leurs savoirs et par conséquent leurs plumes, ou, peut-être, quand ils ne veulent pas assumer la portée d’un passage ennuyeux ; puis par la restitution des noms, qui contribue bien évidemment à l’ennui de ce passage : il s’agit en fait de dérouler dans un seul souffle la fameuse généalogie d’ouverture qui a tout l’air d’introduire une « histoire réelle ». Qu’à cela ne tienne : « c’est le temple du mensonge, & le vestibule de la vérité28 ». Assurément l’exposé dynastique dans sa forme originale était déjà aride ; notre rédacteur, lui, n’en fait plus qu’un mauvais souvenir. Le lecteur retiendra tout au plus de ce débit effréné que l’on jouait encore en 1776, corrigée sous le nom de Gorboduc, la plus ancienne tragédie du théâtre anglais dont le héros est le roi Porrex29.

  • 30 Ibid., p. 42.
  • 31 Id.
  • 32 Mélanges, vol. M, p. 12-14.
  • 33 Ars. FOL-BL-926 (1), fol. 25d ; BUR, janvier 1776, op. cit., p. 43 ; Mélanges, vol. M, p. 12.
  • 34 Le terme, emprunté à Paulmy, est discuté par Jaugin É., « La lexicographie comme amusement dans le (...)

9Nous l’avons dit : le Perceforest est complexe et ne se limite certainement pas à une liste onomastique. Il faut donc rendre compte de tout, un peu, et notamment de son univers chevaleresque puisque chevalerie il y a. Le moyen le plus pratique et le plus honnête d’illustrer cette littérature est encore la citation, dont le rédacteur use et abuse. Cette pratique est très habituelle dans les extraits de la BUR, mais ne doit rester qu’un mode d’illustration. Or elle occupe ici plus de la moitié du texte, et intervient parfois sans que l’on sache trop pourquoi, au détriment de certaines indications préalables qui semblent bien aménager le fond du Perceforest. On apprend par exemple qu’une effroyable tempête jette la flotte d’Alexandre sur les côtes britanniques, mais on ne sait pas que cette tempête était annoncée, puisque le songe d’Alexandre, raconté au chapitre XIX de l’imprimé, est tu : il doit pourtant diriger les événements qui suivent, notamment le couronnement de Bétis et Gadifer. On attend le rédacteur au tournant. Que nous dira-t-il de l’institution des tournois, véritable pierre de touche d’un roman exemplaire qui ne pouvait que susciter l’intérêt d’un disciple de La Curne ? Peu de chose, sinon que « nous ne nous arrêterons point à la description de la plupart de ces joûtes, dont les récits se ressemblent presque tous30 ». Mais nous découvrons que le motif du combat, parfois source d’ennui, est aussi source de distraction. À défaut d’apprécier le manuel d’héraldique, le rédacteur retient la « bizarrerie du personnage » et la « singularité du tableau31 ». Ce sont les termes employés au sujet du tournoi qui fait exception entre tous, où Gadiffer affronte le Bossu de Suave. En effet, la citation est à présent en bonne place et encore motivée : on y trouve quelques tentatives de traductions inscrites entre parenthèses, selon l’usage de la BUR, qui témoignent enfin d’un réel intérêt pour la lettre. Certes l’emploi des traductions est assez maladroit, tantôt erroné (leans traduit par « dolants, condoléants »), tantôt répétitif (cuidier est le verbe le plus traduit dans la collection) ou à l’inverse lacunaire, mais il s’inscrit dans la droite ligne d’une philologie naissante. Ce passage est aussi d’un intérêt particulier pour nous puisqu’on peut constater que le marquis de Paulmy, dans le résumé qu’il fait du Perceforest, cite exactement le même32, et reprend de surcroît les « gloses » de la BUR. Telle cette interprétation du texte d’origine : là où l’imprimé donnait « le haterel ou le col », les deux versions du XVIIIe siècle ne conservent dans leur citation que « le haterel » et transforment son pendant, « le col », en traduction, apposée comme il se doit entre parenthèses et en italiques33. On pourrait crier au simulacre philologique. Ou parler simplement d’une adaptation économe dans la récriture, d’une révision éditoriale, d’un amusement34.

10Un mystère demeure cependant : si les deux auteurs ont bien utilisé pour support l’édition de 1531, comment s’expliquer que leurs citations respectives divergent parfois de l’imprimé et parfois entre elles ? Prenons l’exemple suivant :

Ars. FOL-BL-926 (1), fol. 26a

BUR, janvier 1776, vol. 1, p. 44

Mélanges, vol. M, p. 13

« […] et le Bossu ne se bougea oncques car il avoit la teste plus dure que pierre. Lors fiert et refiert quatre coups tous de route si grans qu’il peut ramonner sur le dos : mais le Bossu ne s’en mouvoit aucunnement : car il avoit l’eschine et la bosse du dos aussi dure que fer »

« Mais le Bossu ne se bougea oncques, car il avoit la teste plus dure que pierre. Lors fiert (frappe) et refiert (refrappe) quatre coups, tous de route (si grands qu’il put luy ramener) sur le dos : mais le Bossu ne s’en mouvoit aucunement ; car il avoit l’eschine et la bosse du dos aussi dures que pierre »

« Mais le Bossu ne se bougea oncques, car il avoit la tête plus dure que pierre ; lors, le Tors, le fiert et refiert (frappe & refrappe) de quatre furieux coups sur le dos : mais le Bossu ne s’en mouvoir [sic] aucunement ; roche sembloit être sa bosse »

  • 35 L’auteur des Mélanges mentionne en tête de l’extrait une édition qui n’existe pas : « Les grandes (...)
  • 36 Il s’agit du manuscrit Moreau 1694, les extraits du Perceforest couvrent les feuillets 118 à 305. (...)

11Inutile d’envisager l’éventuel recours à l’édition de 1528 comme la source de ces disparités, puisqu’elle sert de patron à celle de 1531 et fournit un texte identique. On pouvait supposer que Paulmy pour sa part, armé de courage, avait utilisé son manuscrit, mais la leçon est encore différente35. Une autre hypothèse pouvait être soulevée, celle d’un réemploi de la citation, qui aurait épargné du moins à notre rédacteur la lecture complète du Perceforest. Mais si nous allons voir du côté des papiers de La Curne, force est de constater que la lecture en plein texte était encore la solution la plus simple, car les extraits de Perceforest du manuscrit de La Curne, copiés en grande partie par Mouchet, sont d’une écriture beaucoup plus difficile à déchiffrer36. Comment s’expliquer alors que le fer devient de la pierre, voire de la roche ? Que des mots, voire des segments, disparaissent ? Il faut croire que les divergences entre la citation de notre extrait et le texte de l’imprimé ne sont que le fruit d’une mauvaise retranscription ou d’une modification sciemment faite. Du reste, ne serait-ce que dans l’exemple cité, le glissement d’une version à l’autre paraît assez clair quand on regarde la structure répétitive du passage concerné. Retenons de cette brève comparaison que les gloses visibles dans notre extrait et dans celui de Paulmy sont exactement les mêmes, et qu’elles n’ont peut-être jamais été que le fait de Paulmy et de lui seul.

  • 37 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 46.
  • 38 Ibid., p. 47.
  • 39 Ibid., p. 50-51.
  • 40 Ibid., p. 51.
  • 41 Ibid., p. 50.

12Toujours est-il qu’un épisode au moins a provoqué l’enthousiasme et a même donné lieu à quelques bons mots représentatifs du style emporté qui fait volontiers agir les personnages médiévaux dans le théâtre profondément anachronique du XVIIIe siècle. L’épisode du Bossu débouche ainsi sur une terrible mêlée, que le rédacteur se plaît à décrire comme le jeu de tensions insoutenables, et tranche sur ces mots : « l’appareil de la guerre alloit devenir une guerre réelle ; l’émulation faisoit place à l’animosité, et un simple jeu de chevalerie alloit dégénérer en une atroce boucherie37 […]. » C’est certainement le même goût de l’image, du tableau, qui sauve les amours de Sebille et Alexandre d’un jugement globalement acerbe à l’égard des « manies romancières38 ». Ce qui était un épisode fractionné dans le roman de Perceforest devient ici un petit drame serré. La relation des amours entre la fée et Alexandre occupe même le centre de l’extrait, au mépris d’événements qui nous semblaient constituer le fond de l’histoire du Perceforest. Au mépris, pourrions-nous dire, de Perceforest lui-même, qui n’est plus qu’un prête-nom au roman. En effet la « naïveté assez précieuse39 », et ce n’est plus là un défaut, avec laquelle le romancier dépeint le commerce des deux amants, absorbe toutes les intrigues parallèles. L’indifférence du rédacteur pour le sort de Perceforest lèse sérieusement la majesté du personnage, et sa constitution. Seuls comptent la rencontre des amants, leurs retrouvailles puis leurs adieux qui ont, selon le rédacteur, « quelque chose de noble ensemble et de touchant40 », des amants finalement réunis au centre d’un mini roman d’amour, au prix de nombreux dommages : le désintérêt non feint du rédacteur pour tout ce qui excède l’idylle amoureuse donne lieu à un style extrêmement rudimentaire, comme les aventures du nain Puignet, rendues précipitamment par une suite de propositions relatives41. Des chapitres entiers disparaissent sous la coupe de ce nouveau roman de Perceforest, désormais plus fleur bleue que roman de chevalerie. Par exemple le chapitre XLVI de l’imprimé (« Comment le roy Perceforest envoya deux chevaliers prisonniers devant la royne d’Angleterre sa femme »), passage important dans l’équilibre du roman puisqu’il concerne l’identité du roi d’Angleterre fraîchement intronisé, est passé sous silence, bien qu’il mette en scène un système de reconnaissance très courtois, fondé sur le motif de l’anneau, qui aurait pu plaire au rédacteur.

  • 42 Ibid., p. 61. Ici le rédacteur nous explique que c’est pour observer la « règle de l’unité d’intér (...)
  • 43 Vulson de La Colombière M., Le vray théâtre d’honneur et de chevalerie ou le miroir héroïque de la (...)
  • 44 À propos du Chevalier au Griffon qui remporterait le prix réservé au plus brave : « Ce prix étoit (...)
  • 45 L’auteur des Mélanges en propose une différente après avoir déploré que le rédacteur de la BUR n’a (...)

13Le reste, « c’est-à-dire la majeure partie de l’Ouvrage42 », est résumé en trois pages dans une énumération d’exploits remarquablement indigeste. Mais on y apprend tout, tout ce que l’on rate en vérité, et qui ne se limite pas à la fin du premier volume. Le rédacteur aurait donc lu le reste ? Il nous paraît plus probable, comme le suggérait déjà Legrand, qu’il a su profiter des joies de la table des matières, car son exposé final, à tout prendre, n’est guère autre chose qu’un sommaire rédigé. Et l’on croit en avoir fini, mais selon sa promesse formulée en début d’ouvrage, les dernières pages sont consacrées à la description des douze vœux, puis à l’imitation du lai de Complainte (car un seul devrait suffire à rendre le ton). Ces deux morceaux proposés en guise d’épilogue sont encore dignes d’intérêt pour leur apparente érudition. Les vœux sont en fait reproduits et commentés d’après les précieuses indications données par Vulson de La Colombière dans son Théâtre d’honneur et de chevalerie43. Celui-ci est bien nommé et célébré, à la fois comme historien et comme auteur, auquel on emprunte désormais ses termes et sa science, en réorganisant quelque peu l’exposé, en laissant quelquefois aussi place au doute quant à l’origine de ces remarques. Tout l’art du compilateur consiste à faire passer pour son propre cru ce qui revient à d’autres. Ainsi, au milieu de cette retranscription voilée, notre rédacteur parvient à glisser une note dont le contenu n’est encore tiré que du Théâtre d’honneur44. On pourrait ici discuter le statut de la note, adjointe au texte comme un élément adventice : simple recherche d’un effet de rythme ou enseigne du soi-disant savant rédacteur, dont les prétentions exactes restent difficiles à distinguer. Quant à l’imitation du lai, elle pourrait être de lui : d’un caractère galant, à mille lieues du lai original, dont il reproduit quand même le premier couplet comme à la mémoire de la leçon des Anciens. Et qui sait, peut-être le fait-il par scrupule historique45.

  • 46 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 28.

14Notre extrait se prête ainsi à une analyse linéaire, dont les parties sont prédécoupées par un rédacteur finalement bon pédagogue. Que fait-il sinon nous donner la preuve que le Perceforest n’est pas accessible à tous, et qu’il ne faut pas tenter d’en ouvrir tous les tiroirs en même temps, au risque d’être définitivement perdu ? Au sujet des douze vœux – ces douze travaux d’Hercule, pour reprendre une comparaison qui lui agrée –, il prenait soin de renvoyer son lecteur à la fin de l’extrait pour ne pas, disait-il, en « couper le fil46 », justement parce qu’il nous livre une sorte de roman-commode que l’on peut aussi bien apprécier au coin du feu (pour découvrir les amours d’Alexandre et de Sebille par exemple) que consulter comme un aide-mémoire. Il n’hésite pas d’ailleurs à employer le terme « précis » pour qualifier son ouvrage, et il ne nous semble pas si loin de la vérité. Où aurait-on pu trouver ailleurs le Perceforest si bien mis en pièces, si méticuleusement disséqué, mis à nu avec si peu de pudeur, à la fois si loin et si proche du théâtre d’honneur et de chevalerie ?

  • 47 Les manuscrits françois de la bibliothèque du roi, t. I : Formats in-folio maximo, Paris, Techener (...)
  • 48 Ibid., p. 144.
  • 49 Ibid.
  • 50 Mémoires sur l’ancienne chevalerie, op. cit., p. 135.

15Bien après le passage sans merci de notre extrayeur de roman, Paulin Paris déplorait encore de trouver dans le Perceforest « des détails de tournois, des descriptions héraldiques, de l’érudition mythologique en quantité ; mais des scènes de tendresse fort peu tendres, des peintures et des descriptions d’amour fort peu contagieuses47 ». Et l’on s’étonne de la critique qu’il adresse ensuite au texte de la BUR, qualifié de « très-méchant extrait48 ». Certes il ne fait pas mention du roi Lear, seul reproche, au fond, que lui adresse le philologue. Mais si c’était là vraiment le seul reproche que l’on puisse lui faire, nous n’en aurions certainement pas parlé ici. Et à sa manière ne comble-t-il pas l’absence de « cet esprit, cet aimable et gracieux enjouement qui fait passer les récits les plus invraisemblables du monde49 » ? À moins qu’il ne soit que l’aveu d’un égarement passager. La Curne de Sainte Palaye ne disait-il pas qu’il « y auroit une mauvaise foi et une mauvaise honte à laisser ignorer aux autres les routes où nous nous serions égarés50 » ?

Notes

1 Janvier 1776, vol. 1, p. 23-74. Nous utilisons la réimpression en fac-similé, Genève, Slatkine, 1969.

2 Mémoires sur l’ancienne chevalerie, considérée comme un établissement politique et militaire, Paris, Vve Duchesne, 1781, p. 131. La Curne vante aussi les mérites de ce qui devient presque un genre littéraire au xviiie siècle, l’extrait, du moins pour ce qui concerne les mauvais ouvrages, « où il est aisé de faire choix des choses utiles et curieuses qui s’y trouvent, comme par hasard » (ibid., p. 134).

3 Nous donnons les titres tels qu’ils apparaissent dans la BUR.

4 Où l’on trouve employée l’expression de « miniature » (BUR, juillet 1775, vol. 1, p. 5). Voir aussi le discours préliminaire, ibid., p. 11-22.

5 BUR, juillet 1775, op. cit., p. 138.

6 Ibid., p. 134.

7 La classification des textes en quatorze catégories proposée par Lenglet Du Fresnoy en 1734 a inspiré celle de la BUR, qui les réduit à huit classes dans un premier temps. Mais les rédacteurs de la BUR savent aussi porter un regard critique sur le travail de leur prédécesseur, même si la critique ne se justifie pas toujours.

8 Lenglet Du Fresnoy N. (sous le pseudonyme M. le C. Gordon de Percel), De l’usage des Romans, où l’on fait voir leur utilité et leurs différens caractères, t. II : Bibliothèque des Romans, Amsterdam, Vve de Poilras, 1734, p. 176. Le Perceforest est enregistré sous le titre Les Grandes Chroniques de Bretagne, ou la très-élégante et plaisante Histoire de Perceforest Roy de la Grande Bretagne.

9 Lucinge R. de, La manière de lire l’Histoire, éd. Heath M. J., Genève, Droz, 1993, p. 64-65. Il ajoute : « Cependant ce furent les premiers trophees que mon enfance mena en triomphe sur le project de l’Histoire et de mes conquestes en cet estude, après les dix et vers la douziesme de mes premieres annees. »

10 La notion de « romans de chevalerie » est déjà problématique à cette époque. La BUR s’était engagée à suivre une subdivision en trois catégories : la première, celle des « romans de la Table Ronde », commencée avec Merlin, est censée s’étoffer avec le Perceforest, erreur de classification que tente de corriger une notice ultérieure destinée à rétablir l’ordre de lecture des extraits présentés jusque-là : « C’est mal-à-propos que, dans le Volume de Janvier 1776, nous avons inséré l’Extrait du beau Roman de Perceforest. L’Histoire de ce Chevalier, Instituteur d’un Ordre particulier, intitulé du Franc Palais, n’a rien de commun avec la Chevalerie de la Table Ronde ; & c’est faute d’avoir bien connu le sujet & le Héros de ce Roman, que nous l’avons placé où il est. » (BUR, octobre 1777, vol. 1, p. 112-113)

11 BUR, janvier 1776, vol. 1, p. 25.

12 « Histoire Celtique, où, sous les noms d’Amendorix [sic] et de Célanire, sont comprises les principales actions de nos Rois, & les différentes fortunes de la Gaule et de la France ; dédiée au Cardinal de Richelieu, par le Sieur de la Tour Hotman, année 1634 », ibid., p. 75-128. L’édition de Paris, chez M. Guillemot, mentionnée dans le titre de l’extrait, est la seule qui nous soit connue de cette histoire très libre et très tardive.

13 Ibid., p. 126.

14 On prête sans scrupule à Blaise de Vigenère la célèbre association entre le Perceforest et « notre Homère », que mentionne Chapelain et à laquelle souscrit M. de Trilport dans le dialogue de Sarasin (S’il faut qu’un jeune homme soit amoureux, Œuvres de Jean-François Sarasin, rassemblées par Festugière P., t. II : Œuvres en prose, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion, 1926, p. 146-232, notamment p. 209 et 212). Pourtant, elle n’est pas attestée dans l’œuvre de Vigenère. On y trouve en revanche une comparaison analogue, qui ne concerne plus Perceforest mais la Jérusalem délivrée : « les fictions qui y peuvent estre semees pour en esgayer la lecture, vont à pair de celles d’Homère » (La Hierusalem du seigneur Torquato Tasso, rendue françoise par Blaise de Vigenère, bourbonnois, Épistre dédicatoire, Paris, Imprimerie Anthoine du Brueil, 1610, fol. aiii r°).

15 Ce format de boudoir fut conservé au fil des rééditions. Le projet d’une édition de luxe au format in-4° fut avorté très rapidement (voir Martin A., La Bibliothèque Universelle des Romans (1775-1789) : présentation, table analytique et index, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985 (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 231), p. 13-17).

16 Middleton R., « Le Grand d’Aussy and the Bibliothèque universelle des romans », Nottingham French Studies, t. 27, 1988, p. 1-12; Wilson G., A Medievalist in the Eighteenth-Century: Le Grand d’Aussy and the Fabliaux ou contes, The Hague, Nijhoff, 1975, p. 297.

17 Legrand referme sa critique sur ces mots : « Je ne sais pas pourquoi dans la bibl. des Rom. on a mis celui-ci dans la classe de ceux de la table ronde. Il n’y a pas le moindre mot qui y ait rapport. Il n’est d’aucune classe. » (ms. Ars. 6608, fol. 12r °.) Comme le fait remarquer Middleton, cette notification est certainement à l’origine de la révision qu’on a observée dans le volume d’octobre 1777.

18 Peut-être trop. Au XIXe siècle surtout, Tressan s’est vu attribuer à tout vent des extraits de la BUR parce qu’il était certainement celui qui faisait le plus parler de lui et que son nom se trouvait tenacement attaché au périodique. Mais plusieurs raisons nous incitent à rejeter l’hypothèse : d’abord sa contribution au sein de la BUR ne commence officiellement qu’avec le Tristan de Léonois paru en janvier 1776. De plus tous les extraits dus à Tressan sont authentifiés dans les pages mêmes de la collection, soit par une signature directe, soit par une allusion sans équivoque, ce qui n’est pas le cas ici. Derrière la BUR, Tressan aura pris l’habitude de publier séparément ses œuvres sous le titre de Corps d’extraits de romans de chevalerie, où le Perceforest ne figure pas. On n’y reconnaît pas non plus sa manière libérée, même si l’extrait de janvier 1776 est encore sous la coupe « austère » de Paulmy.

19 La BUR est la première référence à compter parmi les « 600 volumes qui doivent être placés dans le boudoir romanesque de Madame de *** ». Le conseiller restreint toutefois la sélection « jusqu’au commencement de la présente année 1779 exclusivement », ce qu’il justifie en ces termes : « De ce moment-là, j’ai cessé de le lire, & je ne peux plus vous en parler ; mais j’avoue que j’ai des raisons particulières, & peut-être personnelles, de vous recommander la lecture de cet Ouvrage, au moins pour les trois années & demie qui ont fini avec l’année 1778. » (Mélanges, vol. B, p. 1). Si Contant d’Orville a la responsabilité de ce volume, c’est la parole de Paulmy qui est en jeu. Sur la querelle qui l’opposa au comte de Tressan notamment, voir Martin H., Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal, t. VIII : Histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1889, p. 38-41.

20 Le volume M des Mélanges parut à Paris chez Moutard à la fin de l’année 1780, soit presque cinq ans après l’extrait de la BUR. La critique qui lui est adressée apparaît en page 2. Là encore on n’est pas sûr de l’identité de l’auteur (Paulmy ou Contant d’Orville), mais pour plus de commodité nous citerons par la suite le nom de Paulmy, qui avait de toute façon la mainmise sur l’intégralité de la production.

21 Le premier extrait de Perceval parut en novembre 1775, le second en novembre 1783, refonte qu’on attribue couramment à Tressan. Pour les mêmes raisons citées plus haut, l’attribution est difficile à admettre, à ceci près qu’on est forcé de reconnaître en la personne du comte nombre d’affinités avec l’« homme de beaucoup d’esprit, et d’un esprit très-fin, déjà très-avantageusement connu » auquel il est fait allusion dans l’introduction de cet extrait. Voir Imperiali C., En quête de Perceval. Étude sur un mythe littéraire, Thèse de doctorat de l’université Paris IV, 2008, p. 137ss.

22 BUR, septembre 1785, p. 3-26.

23 Plusieurs éditions paraissent à partir du XVIe siècle avec quelques changements dans le titre et le texte. Nous renvoyons aux articles de M.-D. Leclerc et J. Taylor publiés dans le présent volume.

24 Ainsi parle Grimm, pour qualifier les siècles auxquels s’est intéressé La Curne, dans la Correspondance littéraire du 1er décembre 1758 (Correspondance littéraire, t. II : « 1756-1760 », Paris, Furne, 1829, p. 276), annonçant la nouvelle parution des Mémoires sur l’ancienne chevalerie.

25 Pour plus de précisions sur l’histoire du ms. Arsenal 3483-3494, dit manuscrit C, voir Perceforest. Quatrième partie, t. I, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1987, p. xxvii-xxxi, et Le roman de Perceforest. Première partie, éd. J. H. M. Taylor, Genève, Droz, 1979, p. 13. L’exemplaire imprimé est conservé sous la cote Rés. FOL-BL-926.

26 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 30.

27 Paulmy possédait alors une copie du Brut de Wace établie par Barbazan d’après le ms. 2447 de la bibliothèque Sainte-Geneviève et qu’il avait acquise en 1770 ou 1771 à la mort de son ancien propriétaire. Le rédacteur a pu avoir connaissance de l’œuvre de Wace directement par ce ms. Ars. 2982 (no 1518 et no 1747 de la bibliothèque de Paulmy), mais aussi indirectement, par le biais des notices bibliographiques de Fauchet, Moreri et Huet.

28 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 31.

29 Cette information tient dans une deuxième note, ibid., p. 34.

30 Ibid., p. 42.

31 Id.

32 Mélanges, vol. M, p. 12-14.

33 Ars. FOL-BL-926 (1), fol. 25d ; BUR, janvier 1776, op. cit., p. 43 ; Mélanges, vol. M, p. 12.

34 Le terme, emprunté à Paulmy, est discuté par Jaugin É., « La lexicographie comme amusement dans les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque », Autour de Féraud : la lexicographie en France de 1762 à 1835. Actes du colloque international organisé par le G. E. H. L. F. les 7, 8 et 9 décembre 1984, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1986, p. 233-242.

35 L’auteur des Mélanges mentionne en tête de l’extrait une édition qui n’existe pas : « Les grandes Chroniques de Bretagne, ou la très-élégante, délicieuse, melliflue & trés-plaisante Histoire du tres-noble, victorieux & excellentissime Roi Perceforest, Roi de la Grande-Bretagne, Fondateur du franc Palais & du Temple du souverain Dieu, avec les merveilleuses entreprises, faits & adventures du tres-belliqueux Gadifer Roi d’Ecosse, lesquels l’Empereur Alexandre le Grand couronna Rois sous son obéissance : en laquelle Histoire le Lecteur pourra veoir la source & décoration de toute Chevalerie, culture de vraie noblesse, prouesses & conquestes infinies, accomplies dans le temps de Julius César, avecques plusieurs Prophéties, Contes d’Amans, & leurs diverses fortunes, dédiées a la noble Chevalerie Françoise, & divisées en six Livres (Paris 1558, trois vol. in-folio). » Le Perceforest est donné sous ce titre par Lenglet (voir supra). Pour la date, il doit s’agir d’une simple coquille (on aimerait « 1528 »), à moins que le rédacteur ait reproduit un peu trop hâtivement la notice de Lenglet qu’il avait sous les yeux, et lu la date de la référence suivante, c’est-à-dire le Parsaforesto italien, effectivement édité en 1558 (sur ce texte, voir dans ce présent volume l’article de F. Montorsi).

36 Il s’agit du manuscrit Moreau 1694, les extraits du Perceforest couvrent les feuillets 118 à 305. Voir Omont H., Inventaire des manuscrits de la collection Moreau [repr. en fac-sim. de l’édition Paris, A. Picard, 1891], Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003, p. 145. Voir aussi Steinfeld N., « L’apport du roman de Perceforest pour la mise à jour des notices étymologiques du TLF (i) », Buchi É. (dir.), Actes de la Journée d’étude « Lexicographie historique française : autour de la mise à jour des notices étymologiques du Trésor de la langue française informatisé », (Nancy/ATILF, 4 novembre 2005), Nancy, ATILF (CNRS/Université Nancy 2/UHP), publication électronique (http://www.atilf.fr/atilf/evenement/JourneeÉtude/LHF2005/Steinfeld.pdf), p. 1.

37 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 46.

38 Ibid., p. 47.

39 Ibid., p. 50-51.

40 Ibid., p. 51.

41 Ibid., p. 50.

42 Ibid., p. 61. Ici le rédacteur nous explique que c’est pour observer la « règle de l’unité d’intérêt » qu’il n’a pas cru bon de livrer la suite, dont les événements n’ont qu’un vague rapport avec l’histoire de Perceforest, et même de Gadifer.

43 Vulson de La Colombière M., Le vray théâtre d’honneur et de chevalerie ou le miroir héroïque de la noblesse, Paris, Augustin Courbé, 1648, p. 284-295.

44 À propos du Chevalier au Griffon qui remporterait le prix réservé au plus brave : « Ce prix étoit un chapelet de perles, qu’on appelloit le chapelet de prouesse » (BUR, janvier 1776, op. cit., p. 67).

45 L’auteur des Mélanges en propose une différente après avoir déploré que le rédacteur de la BUR n’ait donné qu’une seule imitation. Faut-il donc nuancer l’attribution à Paulmy dans l’ouvrage de J. Lods (Les pièces lyriques du roman de Perceforest, Genève, Droz, 1953, p. 30), qui reproduit le lai de la BUR et non celui des Mélanges ? L’auteur des différents lais ne fait peut-être qu’un (Paulmy ? Contant d’Orville ?) mais nous n’avons trouvé aucun indice confirmant ou infirmant cette hypothèse.

46 BUR, janvier 1776, op. cit., p. 28.

47 Les manuscrits françois de la bibliothèque du roi, t. I : Formats in-folio maximo, Paris, Techener, 1836, p. 143.

48 Ibid., p. 144.

49 Ibid.

50 Mémoires sur l’ancienne chevalerie, op. cit., p. 135.

Auteur

Université Paris 4 / université de Göttingen

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540