Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Le Parsaforesto et son contexte éditorial

Francesco Montorsi

Testo integrale

  • 1 Sur l’influence de la matière de Bretagne sur les poèmes italiens voir Rajna P., Le fonti dell’Orl (...)
  • 2 Se sont occupés du ParsaforestoBarchilon J. et Zago R., « Renaissance du Roman de Perceforest », L (...)

1L’histoire de la matière de Bretagne dans la Renaissance italienne est en général abordée par les spécialistes à travers les chefs-d’œuvre de l’Arioste et Boiardo1. Mais le Cinquecento n’a pas conservé le souvenir d’Arthur uniquement par le biais oblique du Roland Amoureux et du Roland Furieux. Entre 1558 et 1559 trois traductions imprimées à Venise ont essayé, sans succès il est vrai, de faire redécouvrir aux Italiens les histoires originales de la Table Ronde. Une traduction du Parsaforesto est imprimée en 15582, et sortent aussi, à très brève distance, le Lancillotto et le Meliadus, première partie du Guiron le Courtois.

  • 3 L’édition est décrite par Tinto A., Annali tipografici dei Tramezzino, Venezia/Roma, Istituto per (...)
  • 4 Tinto A., op. cit. L’intense activité de Tramezzino atteint des chiffres extraordinaires pour l’épo (...)
  • 5 À ce sujet voir Bognolo A., « La prima traduzione italiana dell’Amadís de Gaula : Venezia, 1546 »,(...)

2Le Parsaforesto3 est imprimé par Michele Tramezzino, l’un des plus prolifiques éditeurs de son temps dans le domaine des lettres vernaculaires4. Dans sa production sont surtout représentées les traductions, parmi lesquelles le rôle principal est joué par les romans chevaleresques espagnols. Le premier en Italie, il avait introduit le best-seller européen de son époque, l’Amadis de Gaule5, ainsi que ses nombreuses suites, et s’était procuré le monopole de ce marché rémunérateur grâce à des privilèges parfois assurés trente ans durant. Avec ces romans chevaleresques, la partie la plus importante de sa production était constituée par les textes de jurisprudence qui trouvaient facilement des acquéreurs parmi les nombreux juristes de Venise.

  • 6 Sur Mambrino voir la thèse de Fiumara F., « Tradotti pur hora » : Mambrino Roseo da Fabriano e la (...)
  • 7 Les caractéristiques de cette collection ont été étudiées par Fiumara F., dans « La biblioteca ita (...)

3En 1544 Tramezzino, grâce à son partenariat avec l’infatigable traducteur Mambrino Roseo6, avait lancé sa « série » de romans chevaleresques, constituée d’abord par des traductions de libros de caballerías, plus tard par des suites et des interpolations originales. Tous ces romans sortirent de ses presses suivant la même formule éditoriale, au point qu’on peut parler d’une véritable collection7. Ce sont des in-octavo maniables, aux types italiques, au papier de mauvaise qualité. Les titres sont courts par rapport à l’usage, les frontispices portent une Sibylle, la marque de l’éditeur. On ne trouve presque jamais le nom du traducteur ou de l’auteur du texte, et les dédicaces, adressées à des personnages puissants, sont écrites par l’éditeur. Ce sont autant de caractéristiques que l’on retrouve dans la traduction du Perceforest.

  • 8 Le même pacte éditorial se retrouve en France : le Chevalier Doré, épisode du Perceforest qui eut (...)

4Le lecteur italien qui s’approchait du Parsaforesto en 1558 n’était donc pas immédiatement conscient de son origine arthurienne et médiévale, mais plutôt porté à associer le roman aux récits espagnols dont il partageait en effet toutes les caractéristiques matérielles. Au XVIe l’horizon d’attente du genre littéraire est aussi un pacte stipulé entre les éditeurs et les lecteurs, fondé sur des critères typographiques. La distinction entre les genres, ou les sous-genres, littéraires se situe, entre autres, au niveau des para-textes, de la présentation matérielle. Aux yeux d’un acheteur, un roman chevaleresque italien se différencie d’un roman espagnol puisqu’il utilise des caractères gothiques (parfois ronds) au lieu de l’italique et que la première page porte une xylographie représentant un chevalier, non pas un frontispice avec la marque de l’éditeur8.

  • 9 Thomas H., Spanish and Portuguese romances of chivalry, Cambridge, University Press, 1920, p. 180-1 (...)
  • 10 Malgré son titre, L’opere magnanime dei due Tristani, cavalieri della Tavola Ritonda (Tinto A., op (...)

5De par leur origine, Parsaforesto et Lancilotto représenteraient alors les seules exceptions à cette collection par ailleurs homogène. À vrai dire, les romans imprimés par Michele Tramezzino n’étaient pas tous véritablement espagnols. Une fois épuisé le réservoir des livres de chevalerie ibériques à traduire, Mambrino Roseo avait commencé à en inventer lui-même. Ainsi étaient nés, poussés par la demande du marché, les derniers livres de la série d’Amadis – des romans qui allaient apaiser la faim d’aventures des lecteurs de toute l’Europe9. Bien qu’écrits en italien par Mambrino, ces romans étaient toujours prétendument traduits d’une source espagnole inexistante. Du point de vue de la réception au moins, le Parsaforesto et le Lancilotto sont, de par leur origine française10, les seules dérogations à la collection Tramezzino.

6Le Lancilotto parut, comme le Parsaforesto, en 1558. À la différence de leurs collègues ibériques, republiés par la suite, nos romans arthuriens essuyèrent un égal insuccès puisqu’aucun des deux ne fut réimprimé. S’agissait-il d’une mort annoncée ? C’est probable, ils ne correspondaient pas aux lectures chevaleresques de l’Italie renaissante où on lisait de préférence deux autres types de récits de chevalerie : les italiens – avec les paladins de France et leurs octaves sonores – ou les espagnols, en prose, avec leur vague déferlante de héros nouveau-venus. Pourquoi Tramezzino, un homme de commerce extrêmement habile, qui finit par s’enrichir grâce à son activité éditoriale, faisait-il donc paraître, la même année, deux textes aussi extravagants ?

  • 11 Sur F. Torresani d’Asola voir Cataldi Palau A., Gian Francesco d’Asola e la tipografia aldina, Gen (...)
  • 12 À vrai dire, il y a un autre roman arthurien français traduit en Italie au XVIe siècle, c’est le M (...)
  • 13 Cataldi Palau A., op. cit., p. 25, 30-35.
  • 14 Tinto A., op. cit., p. XIV.

7La réponse nous est peut-être fournie par les dates. En 1558-1559, toujours à Venise, parut aussi la traduction du Meliadus, imprimée par Federico Torresani d’Asola11. On publia donc dans la même période les trois romans arthuriens français traduits en Italie au XVIe siècle12, et qui plus est, ce fut pour la première et dernière fois. Coïncidence ? Peut-être, l’histoire littéraire en est pleine. Toutefois, il paraît légitime de voir, derrière cette synchronie, un seul et même dessein entrepreneurial. En effet, Tramezzino pourrait avoir joué un rôle aussi dans l’édition du Meliadus grâce à ses liens avec la famille Manuce, apparentée depuis longtemps avec celle de Torresani, l’éditeur du texte. Federico Torresani avait probablement épousé en premières noces Paola Manuce, l’une des sœurs d’Alde, devenant, pour ainsi dire, une deuxième fois son beau-frère, puisque le célèbre imprimeur avait déjà épousé la sœur de Federico, Marie13. Aussi Michele Tramezzino étaitil étroitement lié à la famille de Manuce, grâce à son amitié de longue date avec Paolo Manuce14 (qui avait épousé, on se le rappelle, la sœur de Torresani). À la lumière de ces relations familiales au sein du milieu éditorial vénitien, il paraît plausible que l’édition du Meliadus – un texte divergent par rapport à ceux que Torresani imprimait à la même époque, et qui s’accorde plutôt aux choix faits par Tramezzino – soit le fruit d’un accord commercial entre les deux éditeurs. À part le hasard, la seule autre explication possible à cette étrange synchronie est que Torresani, venu à connaissance des projets arthuriens de Tramezzino, ait essayé de le concurrencer en le suivant dans la même voie.

  • 15 Il existe des romans espagnols qui n’appartiennent pas à ces deux séries, les plus importantes. Né (...)
  • 16 Fiumara place le début de la collection Tramezzino en 1554, avec la sortie du Flortir. Bien qu’on (...)

8Quoi qu’il en soit, pourquoi lancer cette campagne arthurienne et, surtout, pourquoi à cette date ? Il nous semble qu’il y a des raisons bien identifiables à cet intérêt en 1558-59 pour des textes arthuriens. La fin des années 1550 en Italie représente, en effet, un tournant pour la production des récits chevaleresques. Après avoir fait fortune grâce aux libros de caballerías, l’éditeur Tramezzino se retrouve face au défi de l’inconnu. Le public n’a pas cessé de s’enthousiasmer pour les romans chevaleresques de sa collection alors que la source s’est tarie : celle des Amadis en 1551 avec la traduction du douzième et dernier livre espagnol, celle de la série Palmerin en 1554 après cinq volumes publiés15. Que faire ? C’est en 155816 que se dessine la solution, alors que Mambrino commence à écrire les suites et les interpolations qui vont prolonger les exploits chevaleresques des dynasties des Amadis et des Palmerin. Apparaissent dans le même temps nos traductions arthuriennes.

9Il paraît, par conséquent, très plausible qu’en ces années 1558-1559, l’habile Tramezzino, face à l’épuisement de sa réserve éditoriale, ait essayé plusieurs chemins différents. Il chargeait Mambrino de produire des suites et des interpolations originales aux romans espagnols et en même temps il faisait traduire ces romans arthuriens imprimés en France qui n’avaient jamais été publiés en Italie et pouvaient donc représenter une ressource encore intacte pour les presses Tramezzino. Ainsi, en vrai entrepreneur, lançait-il simultanément plusieurs ballons d’essai, prêt à suivre la voie qui se révélerait la plus fructueuse. Le chemin à prendre ne tarda pas à se faire évident : les suites pseudo-espagnoles des Amadis et des Palmerin connurent le succès alors que la tentative arthurienne ne récolta pas les fruits espérés. Le Parsaforesto, aussi bien que le Lancilotto et le Meliadus, ne furent jamais réimprimés par la suite.

La dédicace

  • 17 Baiocchi A., « Giovanni Correr », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 29, Roma, Istituto del (...)

10La dédicace du roman ne diffère pas des autres dédicaces que Tramezzino n’oublia jamais d’insérer dans ses romans. Le Parsaforesto est dédié à Giovanni Corraro (souvent orthographié sous la forme vénitienne Correr), âgé de 25 ans en 1558, et qui est destiné (voilà le flair du commerçant) à devenir l’un des plus prestigieux représentants de la diplomatie vénitienne17. Les poncifs rebattus de l’esthétique horatienne (l’utile et l’agréable) reviennent, comme dans tant de dédicaces du XVIe siècle, dans celle-ci. Plus surprenante, par contre, est la référence explicite à l’un des grands auteurs de la littérature italienne.

accertandola che in quello [scil. volume] potrà vedere gl’egregi fatti de gl’antichi cavalieri erranti co’maravigliosi essempi di notabili virtù, quali debbo credere, che infinito diletto le siano per recare, trascorrendo in cotal lettione varii casi d’amore, giostre, torneamenti, duelli, e molti altri dilettevoli successi, venture, e tante altre novelle, che tante, ne si piacevoli oso di dire, che non si ritrovano ne in Giovanni Boccaccio, ne in alcun altro scrittore, che fino al presente si legga. [A IIII v]

  • 18 Pour le genre des novelle en Italie au XVIe siècle voir Bruscagli R., « La novella e il romanzo », (...)

11L’éditeur réunit en une phrase deux éléments littéraires apparemment lointains : d’un côté les chevaliers errants (mais sans préciser le rôle d’Arthur, donc pouvant faire allusion aussi aux chevaliers espagnols), de l’autre côté les novelle que, si nombreuses et si plaisantes, dit-il, on ne retrouve pas chez les autres écrivains, Boccace y compris. Audace de commerçant sans doute, et pourtant Tramezzino saisit et met en évidence l’un des aspects du Perceforest, celui de sa fragmentation structurale. En même temps, il s’agit, une fois de plus, d’une stratégie commerciale, visant à exploiter le succès du genre des novelle fort goûté en Italie dans ces années 155018. Deux des plus importants recueils de novelle du Cinquecento sont, en effet, celui du Straparola, paru en 1550 (vol. I), en 1553 (vol. II) et sous sa forme complète en 1556, et celui de Matteo Bandello publié en 1554.

12Bizarre destin que celui du Parsaforesto : imprimé dans le format d’un roman espagnol, présenté comme un recueil de nouvelles. On dirait qu’Arthur n’avait pas droit de cité dans les lettres italiennes.

Aspects de la traduction

13Le traducteur du Perceforest ne nous a pas laissé son nom, comme c’est le cas pour presque toutes les traductions sorties chez Tramezzino. Sans rien exagérer des mérites de son entreprise, il est sans doute un bon traducteur et connaît bien la langue de sa source : les passages sur lesquels il achoppe ou commet des contresens sont rares. La langue du Parsaforesto n’est pas conditionnée par le français de la source : on ne trouve aucun emprunt ; les gallicismes lexicaux sont très rares, les gallicismes syntaxiques juste un peu plus fréquents. L’auteur ne dédaigne pas les latinismes. La syntaxe se distingue par l’imbrication, plusieurs phrases françaises étant agglutinées dans une longue phrase italienne, tantôt sinueuse, tantôt simplement tortueuse. Boccace, modèle normatif de la prose italienne du XVIe siècle, a sans doute influé.

  • 19 Nous avons comparé le texte italien avec l’édition de Gilles de Gourmont de 1531 (nous avons consu (...)
  • 20 D’innombrables exemples : voir, entre autres exemples, la réduction du discours d’Alexandre dans P (...)
  • 21 Perceforest l. 1 CII V-CIII r (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 565-571) et Parsaforesto l. 1 209 (...)
  • 22 Disparaissent, par exemple, le voyage d’Alexandre dans les fonds marins, Perceforest, l. 1 XXII V- (...)
  • 23 Bognolo A. parle, pour la traduction du premier livre d’Amadis, d’un « raddensamento della narrazio (...)

14Des passages représentatifs de cette traduction nous serviront pour dresser un portrait du Parsaforesto19. Le volume du Perceforest était à même de décourager jusqu’aux lecteurs les plus obstinés et le traducteur italien s’est donc senti assez libre d’intervenir pour tailler quelques-unes des branches de ce vaste buisson. On ne distingue pas à première vue un dessein cohérent dans les choix de réécriture : selon les circonstances des passages similaires peuvent être gardés ou bien effacés. Néanmoins, certains développements sont particulièrement sujets à être éliminés : les parties discursives (dialogues et monologues20), les descriptions des cérémonies (tels que les baptêmes21) ou des tournois, les récits enchâssés22. En règle générale disparaissent toutes les parties qui ne sont pas essentielles à la ligne diégétique principale, au profit d’une « condensation » du récit23.

  • 24 Ibid., p. 14.

15Un certain nombre d’omissions relève d’un souci esthétique. Ainsi, sous le couperet du traducteur tombent les passages méta-narratifs. On trouve beaucoup moins fréquemment les « Or dist le compte » et les « Or se taist le compte » qui ponctuent le texte. En outre, les quelques passages très intéressants où l’auteur français explicite de façon plus étendue sa conception de l’écriture ne sont pas non plus pris en compte. On retrouve d’ailleurs aussi cette tendance à supprimer les passages méta-narratifs dans les romans espagnols de la collection Tramezzino24.

  • 25 Pour un exemple touchant l’adoubement voir Perceforest l. 2 cxvi r-v (éd. Roussineau G., l. II, t. (...)
  • 26 Perceforest l. 2 CXXr-v (éd. Roussineau G., l. II, t. 2, p. 246-250) et Parsaforesto, l. 2 208v-20 (...)
  • 27 Perceforest l. 2 CXXII r (éd. Roussineau G., l. II, t. 2, p. 255-257) et Parsaforesto l. 2 209r.

16La transplantation d’un roman français en Italie deux siècles après sa composition imposait aussi d’adapter des motifs trop marqués par l’univers, matériel et symbolique, de la féodalité. Le public à qui ces romans s’adressaient était surtout composé de bourgeois qui n’étaient pas en mesure d’apprécier la valeur de ces rituels. Face à ces traces littéraires d’un passé perçu comme étranger, le traducteur a souvent opté pour la solution la plus rapide. Ainsi, les références aux adoubements et à la vassalité qu’on trouve dans la source sont généralement éliminées ou expédiées en quelques lignes25. De même, Arthur ayant déserté l’Italie depuis des années, le public italien ne pouvait apprécier que très imparfaitement les mythes et les motifs qui tournaient autour du roi de Bretagne. Quelques silences du Parsaforesto illustrent ce désamour. L’épisode de l’ordre du Franc Palais, considéré à juste titre comme l’un des plus significatifs du roman, tient dans la traduction une place très mince. La description du palais est éliminée, aussi bien que celle des écus accrochés dans la salle26. Plus grave, les belles doctrines de chevalerie formulées par Perceforest ne laissent presque pas de traces dans les pages italiennes27.

  • 28 Cela dépendra aussi des convictions personnelles de Tramezzino qui a reçu une éducation très relig (...)
  • 29 Perceforest l. 2 XIIII r – v (éd. Roussineau G., l. II, t. 1, p. 72-76) et Parsaforesto l. 2, 18v. (...)

17La chronologie symbolique littéraire veut que les années 1559 (traité de Cateau-Cambrésis) et 1563 (conclusion du Concile de Trente) marquent le début d’une nouvelle époque littéraire pour l’Italie. Dans le Parsaforesto nous trouvons des modifications qui visent à ne pas froisser la morale catholique. S’il serait erroné d’imputer ces changements exclusivement aux sévérités de la Contre-réforme28, ils reflètent sans doute l’esprit du temps. L’élimination d’un passage en particulier, celui où Estonné assiste à un sabbat de sorcières, pourrait être représentative du nouveau climat29. Il faut néanmoins préciser que ce n’était pas le merveilleux en lui-même qui gênait. Les aventures d’Estonné précédant et suivant le sabbat ont en effet été gardées et seul l’épisode de la mesgnie au diable a été coupé de manière chirurgicale. Il est utile de rappeler que l’année de la sortie du Parsaforesto, en 1558, on imprimait à Rome le premier Index des livres interdits. On voit à la même époque une recrudescence de la chasse aux sorcières.

18Les scènes charnelles, ou parfois simplement sentimentales, font aussi les frais d’une nouvelle esthétique, sans doute plus prude, de l’amour. Un exemple de cette intransigeance est le traitement d’un épisode imprégné de ce qu’on pourrait appeler un « merveilleux sentimental ». Ici un mystérieux valet donne aux convives assis aux tables des guirlandes magiques. Les heureux invités sont poussés sur le champ à embrasser tendrement leurs amies, qui partagent la même envie :

Quant ilz furent tous assis par les tables […] atant va venir devant la maistresse table un escuyer mout noblement vestu […] et mist sa main a la corbeille, puis tire hors deux moult beaulx chappeaulx de rozes et dist : « Sire chevalier, voicy deux chappeaulx de roze, ung pour vous, l’autre pour la damoiselle qui prés vous siet ». Tout en telle maniere, de table en table […] s’en alloit l’escuyer. Quant les chevaliers eurent mis sur les chefz des damoiselles les chappeaulx, ilz ne garderent l’heure qu’ilz se trouverent tenant chacun la sienne et d’accord par le menton moult doucement et approcher par leurs viaires de si prés qu’il y failloit fors le baiser. [l. 1, CXXX r]

19Ce délicieux passage a été transformé par le traducteur en une scène réaliste courtisane. Bien sûr, il y a encore des guirlandes, mais la magie n’y est plus. Le soleil frappe et les guirlandes ne servent qu’à se protéger de ses rayons :

Innanzi che le vivande comparissero in tavola, venne una nobil damigella con molti canestri, portati da più servitori, e a ciascun diede una ghirlanda di rose rosse, così a donne, come a cavalieri, e erano fatte a guisa di cappelli perché il sole, che se ben era del mese d’Aprile, era quel giorno molto caldo, non gli havesse potuto dar disturbo, oltre il giardino delle rose che havevano per ombrella di sopra. [l. 1, 248v]

  • 30 Franci G. et Zago E. ont étudié la réécriture, plus chaste, de l’épisode de Troÿlus et Zellandine, (...)
  • 31 Perceforest, l. 1, XCIIII v (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 632) et Parsaforesto l. 1, 228v.
  • 32 Parmi d’autres exemples, voir Perceforest, l. 1 XLVI v (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 364) et (...)

20En général, tous les développements témoignant d’une morale sexuelle qui ne connaît pas les sévérités de la Contre-réforme courent le risque d’être modifiés (bien que, ici comme ailleurs, cela ne soit pas systématique30). Dans les passages que nous avons consultés, l’une des intrigues du premier livre se trouve particulièrement affectée : c’est la relation entre Sibylle et Alexandre, qui devient beaucoup plus chaste. Même des scènes fort innocentes ont été modifiées. Une rencontre entre les deux amants, scellée par trois tendres baisers mouillés par les larmes, devient, sous la plume sévère de l’Italien, une simple accolade31. L’attention vouée à la décence du couple royal Alexandre-Sybille32, face à une sévérité moins prononcée à l’égard d’autres couples, nous pousse à croire que le traducteur a ressenti la nécessité d’une esthétique plus austère spécialement lorsqu’il s’agissait des représentations de la royauté.

21Aussi la figure d’Alexandre est-elle dotée d’une sensibilité politique qu’on chercherait en vain dans la source. Dans le texte français, le roi est poussé à la conquête de Babylone presque par un instinct belliqueux, par un besoin inné de conquête, comme si ne manquait à sa collection que la pièce la plus belle, le défi le plus grand. Ce roi n’hésite pas à brandir la menace de la force même face à des chevaliers peu belliqueux.

Et iasoit ce qu’il ait conquis tout Orient ou par force ou par amour, tout ainsi entend il avoir conquis tout Occident, Midy et Septentrion, car tous les aultres pays sont de nulle valeur au regard du pays de Orient, car le prince Alexandre sçet bien que en tous les autres pays n’y a prince ne roy qui osast contre luy lever son escu. Et pourtant il se deporte de chercher les autres troys parties du monde, car la peine n’y seroit pas bien employee. […] S’il sçavoit que vous ne voulsissiez estre dessoubz son esle avant qu’il fust troys iours passez vostre pays seroit tout destruit et gasté. [l. 1, XVII v]

22Une nouvelle conception de la mission du roi, transparaissant en plusieurs endroits, est illustrée par la traduction de ce discours que les messagers d’Alexandre adressent aux chevaliers anglais. Ici, Alexandre est présenté tout d’abord comme magnanime. Ses guerres ne sont pas dictées par le désir des richesses ou du pouvoir, mais par l’ambition humaniste de laisser à la postérité une renommée : l’emploi de la force n’est plus brandi comme une menace :

Gli è questo Imperator nostro magnanimo molto, e di tanto valore che non è stata città né regno saldo al gran poter suo, e va conquistando tutto il mondo, non per l’avidità del regnare, ò di cercar ricchezze, ma solo per gloria, et lasciar fama al mondo, e per questo non tirannizza i suoi, ma gli accarezza e essalta. [l. 1, 39r]

23Nous voudrions terminer sur un épisode qui révèle à nos yeux l’intérêt accordé par le traducteur aux thèmes religieux. Le passage est parmi les plus connus du premier livre : différents chevaliers errent dans la forêt de Darnant en quête de leur roi Perceforest, qui, parti un jour sans rien dire à personne, n’est pas revenu à la cour. Ses amis ne le savent pas, mais il a entamé sa mission civilisatrice, il a commencé à libérer la forêt du félon Darnant qui, depuis des décennies, avec sa nombreuse progéniture, domine les lieux, semant la terreur, violant les femmes. Un jour Perceforest arrive à un étrange temple sur le Mont de la Merveille. Au fond du palais, on voit un autel sur lequel brille une flamme à trois pointes. Un vieillard se tient devant. Perceforest voudrait le rejoindre mais ce bâtiment paraît inviolable. La porte, à vrai dire, est grande ouverte mais le sol est « pourplanté de lances » tandis que le plafond est « pourpendu de glaives ». Même le parangon de la chevalerie, le roi Alexandre, n’a pas pu y pénétrer.

  • 33 On lira cet épisode dans l’éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 343-361.

24Comment rejoindre l’autel malgré ces périls ? Perceforest va pouvoir traverser la salle, et ainsi arriver jusqu’à l’autel. Frappé par la spiritualité de l’endroit, il commence à réciter les seules prières qu’il connaisse, adressées à ses dieux païens. La réaction ne se fait pas attendre : des glaives tombent du plafond, le blessant et le clouant au sol. Après avoir ainsi risqué la mort, une prière inconnue surgit spontanément de ses lèvres. Elles s’adressent à un Dieu « sans pareil » qu’il connaît à peine. Prédestiné par la bonté divine, Perceforest a compris le mystère du Dieu unique. Un vieil ermite peut enfin venir le libérer. Ce passage, qui mériterait à nos yeux une étude approfondie, est une allégorie de la grâce divine, ce don gratuit de l’Esprit Saint, qui, d’après la théologie, régénère l’homme enfoncé dans le péché, en le libérant de ses chaînes33.

25Le traducteur a bien compris l’intention de l’auteur français et avec sa réécriture a souligné l’importance du concept de grâce. Dans un passage voisin, il utilise un terme théologique, qui paraît attester ses connaissances dans le domaine, ou au moins sa familiarité avec son lexique (dans le riche catalogue de Tramezzino on trouve aussi des ouvrages théologiques ou édifiants). En racontant à Perceforest sa conversion, l’ermite, qui était auparavant un clerc païen, lui explique que celleci est dérivée d’une réflexion intellectuelle, ce qu’il appelle la « science des philosophes » : « Mais la science des philosophes me firent [sic] recongnoistre qu’il n’estoit que ung seul createur et la residoit vraye bienheurté. » [l. 1, lxv r]

  • 34 C’est nous qui soulignons.

26Dans le texte italien, le traducteur parle de la « scienza dei filosofi » mais précise que, dans la conversion du personnage a surtout agi la « grâce prévenante » : « La scienza dei filosofi prima, anzi la gratia di Dio preveniente mi fece conoscere che la credenza dei molti Iddij era nuova e falsa34. » [l. 1, 140r]

  • 35 Thomas d’Aquin, Somme théologique, II/1re partie, Paris, Éditions du Cerf, 1984, p. 770-771, questi (...)
  • 36 Perceforest l. 2, XLIII r « […] Mais, la mercy du vray createur, i’ay tant fait que ie suis parven (...)

27Le traducteur fait référence ici à l’une des principales subdivisions de la grâce opérées par Thomas d’Aquin35. Dans la Somme, parmi plusieurs oppositions, on trouve la distinction entre la grâce prévenante et la grâce subséquente, la deuxième servant à raffermir ceux qui, déjà touchés par la foi, sont des justes, la première étant un don qui n’est précédé d’aucune bonne volonté de la part du pécheur. La position exprimée par l’auteur du Perceforest, selon laquelle l’ermite a atteint la foi uniquement grâce à une réflexion philosophique, n’est pas théologiquement recevable. Le traducteur a donc atténué cette thèse hétérodoxe par la référence à la grâce prévenante, que Dieu accorde gratuitement aux pécheurs (ici un païen). L’intérêt pour la thématique de la grâce est perceptible dans d’autres passages du texte italien : dans le deuxième livre, Perceforest, prosterné dans la douleur, a perdu sa foi et sa force, et le royaume, abandonné, dépérit lentement avec son maître. Une nuit le roi a un songe qu’il ne comprend pas. Au matin, il part et décide d’aller trouver l’ermite du temple pour qu’il lui déchiffre son rêve. Dans la scène italienne, l’auteur souligne l’importance de la grâce – le mot revient trois fois sous sa plume – dans cette nouvelle étape de la conversion du roi36. Il est certain que la thématique religieuse intéresse le traducteur.

28C’est avec Perceforest touché par la grâce que nous terminerons ce parcours. L’étendue de la tâche a conditionné notre approche et nous n’avons pu que fournir un avant-goût de cette traduction. Néanmoins nous avons été frappé par plusieurs caractéristiques. Nous avons vu que la traduction du Parsaforesto a été probablement un pari entrepreneurial, qui a pour cadre un tournant dans la production romanesque en Italie. De plus, le Parsaforesto nous a surpris par la pluralité de son habillage : nous l’avons vu, à sa sortie, prendre la forme d’un roman espagnol et être présenté comme un recueil de novelle. En le lisant, nous avons découvert que soufflait aussi un nouvel esprit sur les pages du roman et que le traducteur lui avait discrètement insufflé de nouvelles visions, au sujet de l’amour, la royauté et la chevalerie : cette fin de Renaissance italienne a reçu et transmis le Perceforest aussi fidèlement que possible, mais n’a pas pu s’empêcher de l’adapter à ses goûts, à ses exigences, à ses idéaux.

Note

1 Sur l’influence de la matière de Bretagne sur les poèmes italiens voir Rajna P., Le fonti dell’Orlando Furioso, Firenze, Sansoni, 1975 [réimpression de la 2e éd., Florence, 1900], Bertoni G., Nuovi studi su Matteo Maria Boiardo, Bologna, Zanichelli, 1904 et Delcorno Branca D., L’Orlando Furioso e il romanzo cavalleresco medievale, Firenze, Olschki, 1973.

2 Se sont occupés du ParsaforestoBarchilon J. et Zago R., « Renaissance du Roman de Perceforest », Les Lettres Romanes, t. 46, 1992, p. 275-292, notamment p. 286-288 et Gardner E. G., Arthurian Legend in Italian literature, London, J. M. Dent and sons, 1930, p. 304-306.

3 L’édition est décrite par Tinto A., Annali tipografici dei Tramezzino, Venezia/Roma, Istituto per la collaborazione culturale, 1968, n. 167, p. 60 et Melzi G., Bibliografia dei romanzi e poemi cavallereschi, Milano, Tosi, 1838, n. 755, p. 324. Elle est citée dans le recensement de Grohovaz V., « La traduzione dal francese all’italiano nel XVI secolo. Avvio di una catalogazione delle opere a stampa (1501-1650) », Rozzo U. (dir.), La lettere e il torchio. Studi sulla produzione libraria tra XVIe XVIII secolo, p. 71-165, n. 67, p. 136.

4 Tinto A., op. cit. L’intense activité de Tramezzino atteint des chiffres extraordinaires pour l’époque, lorsque, par exemple, en 1544, vingt-neuf titres sortent de ses presses.

5 À ce sujet voir Bognolo A., « La prima traduzione italiana dell’Amadís de Gaula : Venezia, 1546 », Annali della Facoltà di lingue e letterature straniere di Ca’Foscari, t. 23, 1984, p. 1-29 et la thèse de doctorat de Foti V., La traduzione italiana di Amadís de Gaula, Thèse de doctorat, Università di Roma III, 1997. Nous n’avons pas pu consulter ce dernier travail.

6 Sur Mambrino voir la thèse de Fiumara F., « Tradotti pur hora » : Mambrino Roseo da Fabriano e la diffusione del romanzo cavalleresco spagnolo nell’Italia della Controriforma, Thèse de doctorat, John Hopkins University, Baltimore, 2007. Nous profitons de cette occasion pour remercier Francesco Fiumara pour sa rare gentillesse.

7 Les caractéristiques de cette collection ont été étudiées par Fiumara F., dans « La biblioteca italiana dei romanzi cavallereschi spagnoli e il suo genere editoriale », article à paraître dans Romanistisches Jahrbuch. À ce sujet, voir aussi sa thèse, op. cit., p. 254-285.

8 Le même pacte éditorial se retrouve en France : le Chevalier Doré, épisode du Perceforest qui eut une vie éditoriale autonome, a été imprimé en deux formats différents, une fois selon les conventions typographiques des romans sentimentaux, et avec le titre de La plaisante et amoureuse hystoire du chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cueur d’acier, ensuite dans un format typique des romans de chevalerie, et avec le titre plus belliqueux de L’Hystoire du chevalier aux armes dorées et Bethides et de la pucelle surnommée Cueur d’Acier et des grans ioustes et combastz et fais d’armes que fist le chevalier estrange en plusieurs et diverses places pour soutenir son honneur, voir Cappello S., « La double réception de l’« Histoire du Chevalier Doré » (Denis Janot, 1541 ; Denis de Harsy, 1542 ; Jean Bonfons, s. d.) », Studi Francesi, t. 159, 2009, p. 535-548. Sur la destinée de cet épisode voir aussi les remarques de M.-D. Leclerc et J. Taylor dans ce même volume.

9 Thomas H., Spanish and Portuguese romances of chivalry, Cambridge, University Press, 1920, p. 180-199 et Fiumara F., op. cit., p. 102-131.

10 Malgré son titre, L’opere magnanime dei due Tristani, cavalieri della Tavola Ritonda (Tinto A., op. cit., p. 51-53 ; Melzi G., op. cit., p. 313) est la traduction d’un texte espagnol.

11 Sur F. Torresani d’Asola voir Cataldi Palau A., Gian Francesco d’Asola e la tipografia aldina, Genova, Sagep, 1988, p. 28-36 et 332-351, avec un recensement des ouvrages sortis de ses presses, p. 667-688. L’édition du Meliadus est décrite par Renouard A., Annales de l’imprimerie des Alde, New Castle (Delaware), Oak Knoll Books, 1991 [réimpr. de l’éd. de Paris, 1834], p. 178-189 ; Melzi G., op. cit., p. 318-319 ; Cataldi Palau A., op. cit., p. 687.

12 À vrai dire, il y a un autre roman arthurien français traduit en Italie au XVIe siècle, c’est le Merlin, dont l’editio princeps est de 1480, et qui a été imprimé à plusieurs reprises. L’une des raisons du succès de ce texte a été sans doute les prophéties qui l’accompagnaient.

13 Cataldi Palau A., op. cit., p. 25, 30-35.

14 Tinto A., op. cit., p. XIV.

15 Il existe des romans espagnols qui n’appartiennent pas à ces deux séries, les plus importantes. Néanmoins ils sont peu nombreux et leur succès en Italie a été moindre, voir Thomas H., op. cit., p. 191. Ont été publiés par Tramezzino Don Cristaliano de Beatriz Bernal imprimé en 1557 (Melzi G., p. 348, Tinto A., p. 54), le Florambello imprimé en 1560 (Melzi G., p. 350-351, Tinto A., p. 63-64) et, déjà cité, l’Opere magnanime dei Due Tristani, imprimé en 1555 (Melzi G., 40-41, Tinto A., p. 51-52).

16 Fiumara place le début de la collection Tramezzino en 1554, avec la sortie du Flortir. Bien qu’on n’ait pas conservé de modèle espagnol, il est possible que cette source existe et qu’elle ait disparu. À ce sujet voir Thomas H., op. cit., p. 101-103.

17 Baiocchi A., « Giovanni Correr », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 29, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1983, p. 493-497.

18 Pour le genre des novelle en Italie au XVIe siècle voir Bruscagli R., « La novella e il romanzo », Malato E. (dir.), Storia della Letteratura Italiana, vol. IV, Il Primo Cinquecento, Roma, Salerno, 1996, p. 835-907 avec de nombreuses références bibliographiques.

19 Nous avons comparé le texte italien avec l’édition de Gilles de Gourmont de 1531 (nous avons consulté l’exemplaire Paris, Arsenal, Rés. Fol. BL 926) qui est peut-être celle qui a été utilisée par Tramezzino, voir Perceforest. Quatrième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, p. XXXV-XXXVI. Un exemplaire de l’édition italienne se trouve à Paris, à la Bibliothèque de l’Arsenal, sous la côte 8 BL 17251. Nous avons analysé les deux premiers livres par échantillons représentatifs. Désormais la presque totalité de l’ouvrage français est accessible grâce aux travaux de G. Roussineau. Pour chaque citation de l’imprimé de Gourmont, nous renvoyons aux pages correspondantes de l’édition, voir Perceforest. Première partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 2007, 2 t. et Perceforest. Deuxième partie, éd. Roussineau G., t. 1 et 2, Genève, Droz, 1991 et 2001.

20 D’innombrables exemples : voir, entre autres exemples, la réduction du discours d’Alexandre dans Perceforest l. 1 XIX r-v (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 96-98) et Parsaforesto l. 1 40v – 41r ainsi que l’élimination de celui de Perceforest « aux bourgeois et chevaliers », Perceforest l. 1 XXIX V (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 151-152) et Parsaforesto l. 1, 55r.

21 Perceforest l. 1 CII V-CIII r (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 565-571) et Parsaforesto l. 1 209r où la longue cérémonie du baptême des fils de Gaffider n’occupe plus qu’une ligne.

22 Disparaissent, par exemple, le voyage d’Alexandre dans les fonds marins, Perceforest, l. 1 XXII V-XXIII r (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 115-116) et Parsaforesto l. 1 46r ainsi que les propos tenus pendant un gai souper Perceforest l. 1 CXXIII v (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 679-685) et Parsaforesto l. 1 241r).

23 Bognolo A. parle, pour la traduction du premier livre d’Amadis, d’un « raddensamento della narrazione », art. cit., p. 16.

24 Ibid., p. 14.

25 Pour un exemple touchant l’adoubement voir Perceforest l. 2 cxvi r-v (éd. Roussineau G., l. II, t. 2, p. 241-244) et Parsaforesto l. 2 193r.

26 Perceforest l. 2 CXXr-v (éd. Roussineau G., l. II, t. 2, p. 246-250) et Parsaforesto, l. 2 208v-209r.

27 Perceforest l. 2 CXXII r (éd. Roussineau G., l. II, t. 2, p. 255-257) et Parsaforesto l. 2 209r.

28 Cela dépendra aussi des convictions personnelles de Tramezzino qui a reçu une éducation très religieuse, a eu deux frères dans les ordres, et n’a jamais vendu ces libelles condamnés qui faisaient à l’époque la fortune de plusieurs libraires vénitiens, voir Tinto A., op. cit., p. XIX.

29 Perceforest l. 2 XIIII r – v (éd. Roussineau G., l. II, t. 1, p. 72-76) et Parsaforesto l. 2, 18v. Il est intéressant de remarquer que dans la traduction du premier livre d’Amadis les diables avaient été transformés en chouettes, voir Bognolo A., art. cit. p. 15-16.

30 Franci G. et Zago E. ont étudié la réécriture, plus chaste, de l’épisode de Troÿlus et Zellandine, voir Franci G. et Zago E., La Bella Addormentata. Genesi e Metamorfosi di una fiaba, Bari, Dedalo, 1984, notamment p. 75-77.

31 Perceforest, l. 1, XCIIII v (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 632) et Parsaforesto l. 1, 228v.

32 Parmi d’autres exemples, voir Perceforest, l. 1 XLVI v (éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 364) et Parsaforesto l. 1, 143r.

33 On lira cet épisode dans l’éd. Roussineau G., l. I, t. 1, p. 343-361.

34 C’est nous qui soulignons.

35 Thomas d’Aquin, Somme théologique, II/1re partie, Paris, Éditions du Cerf, 1984, p. 770-771, question 111, article 3 Division de cette grâce en prévenante et subséquente.

36 Perceforest l. 2, XLIII r « […] Mais, la mercy du vray createur, i’ay tant fait que ie suis parvenu desirant de votre conseil avoir sur mon meffait. » « Sire – dist Dardanus l’ancien preudhomme – benoist soit le Roy de tout le monde, le Dieu de toute largesse et de toute charité […] » (éd. Roussineau G., l. II, t. 1, p. 236) ; Parsaforesto l. 2, 84r « Hor con l’aiuto del soprano Iddio mi son qui condotto innanzi a voi, pregovi a voler dimostrarmi con la interpretatione del sogno la via che io ho da tenere, impetrando dall’aiuto celeste gratia e favore di tornare a fatto nel mio buon sentimento, e ottener gratia che più nell’avvenire non habbia da offendere Iddio. » « Sire – gli rispose Dardanone il vecchio – benedetto sia il Re dell’universo, lo Dio di gratia e di misericordia. » C’est nous qui soulignons.

Autore

Université Paris 4/université de Göttingen

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540