Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Le Chevalier Doré ou comment déconstruire l’entrelacement de Perceforest

Marie-Dominique Leclerc

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, voir par exemple les contributions aux actes du colloque La Bibliothèque bleue et les (...)
  • 2 Les deux autres titres sont : – La Plaisante et triomphante histoire des hauts et chevaleureux faic (...)

1Si la Bibliothèque bleue troyenne a accordé une très large place à la geste carolingienne1, elle a en revanche assez curieusement dédaigné la tradition arthurienne. Tout au plus relève-t-on, chez Nicolas I Oudot, considéré comme le fondateur de cette production éditoriale bon marché, trois occurrences, dont l’Hystoire du chevalier aux armes dorée (sic) et de Bethidès et de la Pucelle surnommée cueur d’acier, avec deux éditions, l’une en 1611 et l’autre en 16202. Ce maigre corpus montre que les héros de le Table ronde eurent bien peu de succès en éditions populaires bleues. Notre propos n’est toutefois pas de nous interroger sur les raisons de ce non – succès du cycle arthurien par rapport au cycle carolingien. Il est bien plutôt d’étudier la genèse de ces impressions troyennes, aboutissements imparfaits d’une suite de réécritures qui ont jalonné le XVIe siècle.

De Perceforest au Chevalier Doré

  • 3 Perceforest, éd. Roussineau G., Genève, Droz : quatrième partie, 1987 ; troisième partie, t. I, 198 (...)

2Le Chevalier Doré semble complet en lui-même bien que l’histoire, sur la fin, paraisse, de toute évidence, tourner court. Récit initiatique, il s’inscrit bien, avec ses deux principaux thèmes – le dévoilement du nom et la quête de soi – dans une tradition d’écriture relevant du cycle arthurien. Pourtant, malgré son apparente unité, le Chevalier Doré n’est pas à l’origine une histoire en soi, mais il s’agit en fait d’un fragment du très long roman Perceforest, vaste somme chevaleresque comportant au total six volumes. Gilles Roussineau, qui en a établi l’édition, la désigne ainsi : « Immense composition anonyme en prose, le roman de Perceforest est une des plus belles réussites littéraires de la fin du Moyen Âge. En une grandiose fresque divisée en six parties, il évoque les aventures des lointains ancêtres d’Arthur et des chevaliers de la Table Ronde3. »

  • 4 Pour les descriptions des manuscrits, voir Woledge B., Bibliographie des romans et nouvelles en pro (...)
  • 5 Pour la description bibliographique des éditions, voir Woledge B., op. cit., Brun R., Le livre fran (...)

3Les manuscrits connus4 de Perceforest datent tous de la seconde moitié du XVe siècle. Deux éditions5, au XVIe siècle, témoignent ensuite de l’intérêt conservé pour ce roman de chevalerie :

  • Paris, Nicolas Cousteau pour Galliot du pré, 1528 ; cette édition est constituée de 6 tomes en 3 volumes in-folio à caractères gothiques, avec encadrement de titre et illustration gothique constituée par des bois à pleine page usés.

  • Paris, Gilles de Gourmont, 1531-1533 ; cette édition est composée de 6 tomes en 2 volumes in-folio à caractères gothiques, avec bel encadrement de titre de style bâlois. Il s’agit en fait d’une réimpression de l’édition précédente, certains exemplaires portant le nom de Philippe Lenoir, de François Regnault, ou de Jacques Niverd. L’illustration aussi est identique, à l’exception de la page de titre ornée de l’Adoration des Mages.

  • 6 Voir Delcourt T., La Littérature arthurienne, Paris, PUF, 2000, p. 92 : « Les tournois, les joutes, (...)

4Si Perceforest n’emprunte pas les habituels héros de la Table ronde, il offre en revanche une somme foisonnante de motifs arthuriens6. Dans cette suite d’aventures et de rebondissements, la matière de l’Histoire du Chevalier Doré est presque entièrement contenue dans le troisième volume. L’ouverture et la fin de ce récit font d’ailleurs partie des quelques faiblesses de ce roman extrait d’une narration plus ample. Ainsi, on ne sait rien de l’enfance et de l’éducation du futur chevalier lorsque s’ouvre l’histoire. De même, l’épilogue est ressenti comme nettement tronqué : certes, le Chevalier Doré retrouve la belle Néronès, son amante, mais leur mariage n’interviendra que bien plus tard dans Perceforest, après encore nombre d’aventures ; et comme la présente histoire n’en dit rien, on ne peut donc que le supputer et l’espérer…

  • 7 Woledge B., op. cit., p. 88-90.

5Dès la fin du XVe siècle, l’Histoire du Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cueur d’Acier fut l’objet d’éditions séparées. Brian Woledge7 en établit le relevé suivant que nous complétons :

  • une édition, sans date, du XVe siècle ;

  • une édition de 1503 sans autre précision ;

  • une édition parisienne en lettres rondes chez Denis Janot, en 1541 ; il s’agit d’un in-8° de 111 feuillets, le dernier blanc, avec encadrement de titre et 35 vignettes d’un maître anonyme ayant illustré pour Janot les éditions d’Esope, de Pétrarque, d’Ovide et l’Hecatomphile. Le réemploi de ces bois gravés est évident, quoique fréquemment assez judicieux ; certains bois sont répétés plusieurs fois dans le texte.

    • 8 Voir Berthail M, Les premiers graveurs français, Nantes, musées départementaux de Loire-Atlantique, (...)

    une édition lyonnaise, chez Jaume Jacqui8, en 1542 ; il s’agit d’un in-8 ° de 88 feuillets non chiffrés, illustré de vignettes de style italianisant, dont la dernière représente « le portrait de la Belle au cœur d’acier, surprise dans une attitude légèrement détournée » ;

    • 9 Voir Brun R., op. cit., p. 273.

    une édition en lettres rondes dite « À la marque d’Icare » [Lyon, D. de Harsy], 15429 ; il s’agit d’un in-8 ° de 92 feuillets illustré de vignettes tirées d’autres ouvrages ;

  • deux éditions lyonnaises en lettres rondes, chez François Durelle pour Benoît Rigaud, l’une de 1570, l’autre de 1577 ; dans le cas de l’édition de 1570, il s’agit d’un in-8 ° de 176 feuillets non chiffrés renfermant 40 illustrations, sous forme de vignettes de réemploi, dont certaines répétées plusieurs fois ;

  • une édition parisienne, chez Jean Bonfons ; il s’agit d’un in-4 ° en 2 colonnes, de 56 feuillets non chiffrés, à caractères gothiques, avec un titre en rouge et noir. Il est orné de 17 bois gravés de différentes factures, privilégiant des scènes chevaleresques passe-partout : adoubement, bataille, tournoi… ou des scènes courtoises : rencontre entre un chevalier et deux demoiselles, quatre demoiselles à la fontaine… Certaines de ces gravures sont répétées plusieurs fois dans le texte ;

    • 10 Cette édition de 1620 est mentionnée dans Le Catalogue des livres de la bibliothèque de feu monsieu (...)
    • 11 Les bois gravés sont de style Renaissance, à l’exception de l’un d’entre eux emprunté aux Fables d’ (...)

    enfin deux éditions troyennes, chez Nicolas Oudot, l’une en 1611, l’autre en 162010. Celle de 1611 est un in-8 ° de 73 feuillets non chiffrés renfermant 18 bois gravés. Les illustrations11, tout comme pour les éditions précédentes, sont de réemploi et certaines d’entre elles sont reprises plusieurs fois.

6On pourra s’étonner au passage que seule l’histoire du Chevalier Doré et de Cœur d’Acier ait inspiré les imprimeurs pour une édition autonome. Bien d’autres héros de cette vaste épopée auraient mérité pareil sort dans la mesure où le parcours des autres chevaliers participant aux douze tournois du livre III présente nombre de similitudes : initiation chevaleresque et amours plus ou moins tourmentées. Toutefois, les aventures du Chevalier Doré et de Néronès sont sans doute parmi les plus développées et les plus singulières puisqu’il y est question d’un double itinéraire initiatique vécu, certes, de façon différente, par un jeune prince et une jeune princesse. De plus, les chapitres ayant trait à leur histoire sont relativement regroupés dans Perceforest, ce qui donne une certaine unité au récit, même si quelques agencements ont été nécessaires pour rendre le récit cohérent. Le remanieur a donc choisi d’isoler la matière de leurs aventures pour en faire un récit autonome, ainsi que nous allons le voir.

Genèse du Chevalier Doré

  • 12 Pour juger du travail du remanieur, nous mettons en parallèle, dans le tableau in fine, les titres (...)

7L’Histoire du Chevalier Doré renferme au total 48 chapitres, empruntés à seulement 11 chapitres de Perceforest. Le remanieur s’est adonné à un singulier découpage : à côté de chapitres de longueur raisonnable, apparaissent d’autres chapitres d’une extraordinaire brièveté12. Citons comme exemples le chapitre VIII ou encore le XV dont la fonction ne semble répondre à aucune exigence narrative particulière. Seul le désir de l’écrivain d’insister sur tel ou tel événement peut légitimer l’adjonction de ces deux titres, à savoir :

  • Comme la pucelle donna le bon soir au chevalier Doré après que ilz eurent devisé ensemble, & se retira en sa chambre » (32 lignes dans l’édition Roussineau) ;

  • De la damoyselle qui fut envoyée de par la pucelle au chevalier Doré pour luy faire entendre de ses nouvelles » (13 lignes dans l’édition Roussineau).

8En règle générale, les titres de chapitres, dans Perceforest, sont plus développés et ils sont aussi autrement plus longs et denses en événements.

  • 13 Citation donnée ici dans l’édition Janot.

9Recentrer l’histoire sur le Chevalier Doré signifiait, pour le nouveau prosateur, supprimer nombre d’événements et de personnages. Rappelons que l’action du Livre III, auquel est essentiellement empruntée la matière du Chevalier Doré, a pour trame principale les douze tournois du Chastel aux Pucelles. Leur déroulement rythme et aère la narration par leurs retours périodiques et attendus. Ils permettent également d’organiser le récit, en servant de points de repère dans l’écheveau complexe des innombrables aventures qui sont contées. Toute l’habileté du remanieur va consister à supprimer cette trame de fond et à conserver un récit cohérent qui puisse se passer du contexte initial. Il fait donc commencer son histoire tout à la fin du livre II, au chapitre XLII, et il la fait précéder d’un prologue, à la manière de Perceforest, mais réécrit pour les circonstances de l’Histoire du Chevalier Doré : « Nobles lecteurs, qui desirez a folacier & recreer vos esperitz, lisez la presente histoire, laquelle faict mention des faictz chevaleureux & amoureux du noble et vertueux le chevalier Doré13… »

  • 14 Selon Hubaud L.-J., Notice d’un manuscrit appartenant à la bibliothèque de Marseille…, Marseille, 1 (...)

10Avec le début de l’histoire intervient une première modification d’importance : ce n’est plus le roi Perceforest qui adoube le Chevalier Doré en même temps que son fils et ses deux neveux, mais le roi Peleon. Ce dernier, dans le roman de Perceforest, est l’un des chevaliers participant aux douze tournois. Il devient, dans l’Histoire du Chevalier Doré, la figure royale principale, celui qui autorise le récit puisque le Chevalier Doré ne saurait participer au tournoi s’il n’a pas, auparavant, été adoubé14.

11Attardons-nous un instant sur le nom que se donne le Chevalier Doré. Il n’est autre en fait que Nestor, fils de Gadiffer, roi d’Écosse et frère de Perceforest ; la Reine fée est sa mère. Le début du chapitre XLIII au livre II de Perceforest nous donne l’explication de cette appellation :

que depuis fut nomme le Chevalier dore pour ce que il vint au tournoy couvert luy et son cheval de couvertures dorees sans autre congnoissance et son escu et puis porta lescu si lõguemet que luy en demoura le nom.

12Quant à la raison de cet anonymat voulu, elle nous est fournie quelques lignes plus bas par Nestor lui-même : « iay voue que mon nom ne diray a Chevalier se ie ne le tiens a la bataille meilleur chevalier que moy ».

13Le romancier utilise ensuite le chapitre XLIII du deuxième livre de Perceforest, avant de sauter au chapitre XI du troisième livre. Il s’agit bien évidemment d’éviter les tournois et les divers chevaliers y participant, pour autant qu’ils n’entretiennent pas de rapport direct avec le Chevalier Doré : disparaissent donc les aventures du jeune Gadiffer d’Écosse, et celles du Chevalier à l’Esprivier. Un peu plus loin ce sont le Chevalier à l’Aigle d’Or, le Blanc Chevalier, Le Noir Chevalier, le Chevalier à l’Ecu d’Azur, le Chevalier à la Fleur de Lys, le Chevalier à la Blanche Mule, le Chevalier au Noir Lion, le Chevalier au Noir Luppart, le Chevalier aux Trois Papegaux qui seront sacrifiés et cette énumération ne fait pas mention de l’entrelacement avec les péripéties que connaissent Perceforest, Gadiffer et quelques autres…

14Le saut du chapitre XII au chapitre XXXIX du livre III est un peu plus délicat. On relèvera au passage que des épisodes de la vie aventureuse du Chevalier Doré disparaissent ainsi de l’histoire. Il s’agit des chapitres :

15XIII « Comment le Chevalier a l’Aigle d’Or fut emmené prisonnier et comment le Chevalier Doré le delivra et plusieurs autres aprés qu’il eut vaincu celui qui les tenoit prisonniers » ;

16XXIV « Comment Lyonnel et Troÿlus chevauchans vers le royaume d’Escoce trouverent le Chevalier Doré qui les porta par terre, et de leurs aventures » ;

17XXXIII « Comment Estonnés en cheminant vers Escoce trouva le Chevalier Doré et comment eulx deux trouverent le Thors, comte de Pedracq ».

18Comme ces péripéties sont sans rapport avec la vie amoureuse de Nestor et Néronès, l’auteur les a négligées, estimant sans doute qu’il restait à l’actif du Chevalier Doré suffisamment de vaillants faits d’armes pour le mettre en valeur aux yeux du lecteur… et à ceux de Cœur d’Acier.

  • 15 Édition de Roussineau G., op. cit., l. III, t. 2, p. 200-201.

19Ce même auteur s’appuie vraisemblablement sur les redondances propres à l’écriture médiévale pour retrouver la trace de son récit. Ainsi, dans la version manuscrite, après avoir perdu de vue les amours de Nestor et Néronès, y revient-on par cette introduction : « Le noble clercq Cresus ne voult point oublier de mettre en ces cronicques l’adventure de la belle Neronès et celle du Chevallier Doré quant il en sceut la verité. Sy nous racompte que quant le Chevalier Doré se fut party du chastel ou demouroit la belle Neronès, il se mit a chemin de grant randon sus le coursier que le roy de Noordwegue avoit donné au roy de l’Estrange Marche15. »

20Dans Perceforest, comme dans bien d’autres romans médiévaux, un même épisode peut donner lieu à trois narrations successives, rappelées tantôt par l’un des protagonistes, tantôt par le rédacteur. Dans l’Histoire du Chevalier Doré, ces rappels deviennent inutiles d’un point de vue narratif puisque l’action a été resserrée autour des deux héros ; d’un point de vue stylistique, le remanieur n’a pas jugé non plus esthétique de les conserver : on est au XVIe siècle et l’écriture s’affranchit de ce principe de récurrence et plus généralement de la pesante rhétorique médiévale, propre à segmenter un récit fleuve pouvant être lu à haute voix.

21Le bond du chapitre XII au XXXIX, au livre III, est le plus long que l’on puisse relever. Ceux qui suivront seront de moindre importance quantitativement mais pas toujours qualitativement : ainsi la totale disparition du chapitre XLIII et celle, partielle, du chapitre XLIV de Perceforest ne sont pas sans conséquence sur la cohérence du récit. Cette suppression entraîne un problème de compréhension – ou d’incompréhension – au début du chapitre XXXVII du Chevalier Doré. En effet, on voit mal comment Nestor se trouve amené à participer au tournoi et à combattre contre Béthides, son cousin, alors même que l’on ne sait rien des raisons qui opposent la Reine et Panthus, commanditaires dudit tournoi. Sera encore supprimé ensuite le chapitre XLV de Perceforest ; seule en sera conservée la toute fin qui servira de transition avec le chapitre XLVI qui, lui, est capté dans sa quasi-totalité (à l’exception du lai de Cœur d’Acier).

  • 16 Ibid., p. 351.

22Aux suppressions de chapitres entiers s’ajoutent des raccourcis plus ou moins importants à l’intérieur même des chapitres, ce qui oblige le remanieur à quelques raccords d’écriture pour rendre compatibles les suites de paragraphes. Ces transitions, dans l’ensemble, sont suffisamment correctement faites pour que le lecteur croie à la continuité de l’histoire. Au rang des omissions également, on relèvera la disparition du lai chanté par Néronès alors qu’elle est encore écuyer du Chevalier Doré : « Et Cuer d’Acier print sa harpe, puis commença son lay en telle maniere qui s’ensieut16. »

23Privilégiant la prose et le resserrement du récit, le romancier a abandonné ce lai dont l’apparition est sans doute plus légitime dans Perceforest : en effet, régulièrement le texte en prose y est entrecoupé de poèmes lyriques ou narratifs.

  • 17 Ibid., p. 237.

24À l’inverse, ont été conservées des mises en exergue typographiques pour certains passages qui donnaient déjà lieu dans la version manuscrite, comme dans l’imprimé, à un traitement éditorial spécifique. Signalons, par exemple, l’avertissement figurant dans la forêt du Pin de l’Étrange Merveille : « Nul ne doit estre tenu pour chevalier s’il n’a veillé icy une nuit pour y veoir les merveilles qui y adviennent », ou encore l’épitaphe gravée à la pointe du couteau dans l’écorce d’un arbre lors de l’enterrement du roi Fergus : « Cy gist Fergus, qui roy de Norwegue fut en son temps17. »

25On notera que, dans ces deux cas de figure, il s’agit d’inscriptions fixées dans la pierre ou le bois, donc faites pour durer et retenir l’attention. L’éditeur se doit donc de rendre, dans la matérialité même de l’ouvrage, ce désir de capter l’œil.

  • 18 Citation empruntée à l’édition Janot.

26Enfin, en pendant au prologue d’ouverture, l’Histoire du Chevalier Doré se clôt sur un épilogue de la plume du remanieur : « Amys Lecteurs, prenez en gré la recitation de la tresplaisante hystoire du noble chevalier Nestor filz du roy d’Escosse18… »

Histoire du Chevalier Doré : déconstruction de l’entrelacement et reconstruction d’un récit

  • 19 Donnée ici d’après Roussineau G., op. cit., p. XXX et suiv., sauf pour le début.
  • 20 Il s’agit en fait de Lyonnel du Glat, dit le Noir Chevalier.

27À partir du mode de construction du récit tel que nous venons de le présenter, se déroule donc l’Histoire du Chevalier Doré19. Le roi Peleon décide de faire chevalier son fils et ses deux neveux pour qu’ils puissent prendre part au tournoi. Tous passent la nuit en prières et en conseils, mais un autre chevalier profite aussi, incognito, des paroles du roi. Le lendemain, alors que le roi pense donner la colée à son fils Bethidès, il la donne en fait au chevalier inconnu qui s’est précipité pour la recevoir. Ce dernier s’éloigne sans avoir donné son nom. Le roi demande à Bethidès de s’en enquérir. Un combat les oppose mais le chevalier refuse toujours de donner son nom : il devient donc, à cause de son cheval et de son écu, le Chevalier Doré. À la nuit tombée, un chevalier étranger20 les sépare et ils se donnent rendez-vous dans quinze jours au lieu nommé le Pin de l’Étrange Merveille.

  • 21 Néronès dans Perceforest, Neronnès dans Le Chevalier Doré.

28Le Chevalier Doré part en reconnaissance et arrive au Pin de l’Étrange Merveille, où il doit de nouveau rencontrer à la joute Bethidès, dit le Blanc Chevalier. La nuit, il est abordé par de mauvais esprits, auxquels il refuse de dire son nom. Au moment où il est transporté dans les airs vers une destination inconnue, Zéphir le sauve, après avoir appris de lui qu’il est un compagnon d’Estonné, son protégé. Il est déposé dans un verger, puis il est recueilli et soigné de ses blessures par Neronnès21, la fille du roi de l’Étrange Marche, dont il tombe amoureux. À son père qui veut la marier au roi de Norvège, Neronnès rappelle la coutume de l’Étrange Marche qui impose à tout prétendant de garder pendant soixante jours une île située près du château. Avant de quitter Neronnès, le Chevalier Doré promet à la jeune fille de se soumettre à l’épreuve.

29« Fergus, le roi de Norvège, se rend chez le roi de l’Étrange Marche pour lui demander sa fille Neronnès en mariage. Après avoir consulté son conseil, le roi accepte, à condition que Fergus se soumette à la coutume du pays : pendant soixante jours, il devra rester dans l’Ile de l’Epreuve, sans être vaincu par un autre chevalier venu lui disputer la jeune fille. Inquiète des projets du roi de Norvège, Neronnès envoie une messagère en Grande-Bretagne pour prévenir le Chevalier Doré. Conformément à la coutume, Fergus plante sa tente dans l’Ile de l’Epreuve, mais, chaque nuit, il est troublé par un songe qui lui annonce sa défaite. Epouvanté, il suit l’avis de l’un de ses conseillers qui lui suggère d’agir par la force. Neronnès est enlevée par traîtrise, sans que son père puisse opposer la moindre résistance. Inconsolable, la jeune fille tombe gravement malade au cours du voyage, au point qu’on la croit morte. Elle décide alors de ne plus manifester le moindre signe de vie. Avec un courage indomptable, elle résiste sans broncher aux effroyables tortures que lui fait subir Brohande, l’une des deux soeurs de Fergus, qui veut prouver qu’elle est encore en vie. Indigné par la férocité de ce traitement, Fergus tue ses soeurs et ensevelit la jeune fille dans un magnifique tombeau. Mais, avant que la pierre qui doit la recouvrir ne soit taillée, Neronnès parvient à s’enfuir secrètement.

30En se rendant au royaume de l’Étrange Marche, le Chevalier Doré poursuit dans la forêt du Glat la Bête Glatissant, animal redoutable qui immobilise dans une contemplation extatique ceux qui regardent les couleurs flamboyantes de son cou miroiter à la lumière du soleil. En la chassant, il accomplit l’exploit insigne de la mettre en fuite. Sur son chemin, il rencontre Lyonnel et Gadiffer qu’il abat à la joute. Tandis qu’il sommeille à l’ombre d’un gros chêne, un songe l’avertit de la détresse de Neronnès. Au lever du jour, il découvre, cachée dans un creux de l’arbre, la messagère de celle-ci qui l’invite à aller en toute hâte délivrer la jeune fille. Ayant appris, à proximité du Château de l’Épreuve, que Neronnès a été lâchement enlevée par Fergus, il se lance à la poursuite du traître, parvient à le rattraper près du tombeau vide de Neronnès et le tue, au terme d’un combat acharné. Grièvement blessé pendant la bataille, le Chevalier Doré est recueilli par un ermite qui soigne ses plaies. Lorsqu’il est guéri, il laisse ses armes dans un temple dédié à la déesse Vénus et, vêtu d’une peau de mouton, il part à pied en quête de Neronnès. Après trois jours de vaines recherches, il est hébergé par un jeune berger qui lui confie la garde d’une alouette. Afin qu’elle ne lui échappe pas, il l’attache par un fil à l’anneau que Neronnès lui a autrefois donné. Mais, en se débattant, l’alouette parvient à s’envoler, emportant avec elle l’anneau. Désespéré, amaigri et affaibli, Nestor erre à pied de longues journées dans le pays désert. Il finit par trouver l’hospitalité dans un château, sis aux confins de l’Écosse et de l’Étrange Marche, dont le seigneur se nomme Pernehan. Il y reste et devient son écuyer.

31Après être sortie de sa tombe, Neronnès est hébergée par une vieille dame qui panse ses plaies. Pour ne pas être reconnue, la jeune fille s’est teint le visage. Elle porte des vêtements de garçon et se fait appeler Cœur d’Acier. Un jour, elle accueille dans la maison de sa maîtresse un jeune homme misérablement vêtu, maigre et malade, qui lui demande l’hospitalité. Tandis qu’elle rentre ses moutons à l’étable, elle lui confie une alouette qu’elle vient d’attraper. L’alouette s’échappe des mains du jeune homme, en emportant l’anneau qui la retenait. Le jeune homme disparaît sans prendre congé, tant il est affligé d’avoir perdu son précieux anneau. Avertie par un songe que le jeune homme est le Chevalier Doré, Cœur d’Acier quitte sa maîtresse et elle part, toujours habillée en garçon, à la recherche de son ami. Elle retrouve l’alouette qui s’est accrochée avec son fil à un chardon, et elle reconnaît l’anneau qu’elle a autrefois offert au Chevalier Doré. Au temple de Vénus, elle rencontre l’ermite qui lui apprend qu’il a soigné le Chevalier Doré après son combat victorieux contre Fergus. En se faisant passer pour un messager de Neronnès, Cœur d’Acier rend ensuite visite à son père et elle lui donne des nouvelles rassurantes de sa fille.

32Pernehan, le seigneur du Chastel Engagé, est injustement accusé de trahison par le redoutable Brancq, cousin germain du Géant aux Crins Dorés. Le Chevalier Doré, qui est entré au service de Pernehan sous le nom de Tarquin, propose à Pernehan d’être son champion. Le jour du combat, il défend victorieusement la cause de son seigneur en mettant à mort son perfide adversaire. Tandis qu’on le soigne de ses blessures, Tarquin apprend que le Blanc Chevalier est de retour en Grande-Bretagne et qu’il est à la recherche du Chevalier Doré. Craignant qu’on le soupçonne de lâcheté, Tarquin décide de se mettre en quête du Blanc Chevalier. Sans attendre que sa blessure au nez soit guérie, il prend congé de Pernehan, accompagné d’un écuyer qui se fait appeler Cœur d’Acier. Pendant un temps, la jeune fille ne se doute pas que le chevalier qu’elle sert est son ami. Mais, lorsque Tarquin change ses armoiries et qu’il fait dorer son écu d’or fin, elle comprend que le plus heureux des hasards l’a placée auprès du Chevalier Doré.

33Panthus demande au Blanc Chevalier de défendre sa cause contre sa sœur la reine, dont le champion est le Chevalier Doré. Pour les deux chevaliers, l’occasion est inespérée de pouvoir enfin s’affronter dans un duel sans merci. Un combat acharné s’engage où ils se couvrent de blessures devant leurs amies, Cœur d’Acier et Malaquin, qui assistent à la bataille ; elles se désolent de les voir ainsi s’entredéchirer. Les pairs du royaume ont beau leur proposer un compromis que les parties en présence sont disposées à accepter, les deux champions refusent tout accommodement tant que l’un n’aura pas contraint l’autre par les armes à lui révéler son nom. Huit chevaliers interviennent alors pour séparer de force les combattants. En s’emparant du Chevalier Doré, Gadiffer remarque sur son épaule droite un petit château vermeil, identique à la marque qu’il porte lui-même au même endroit. Il embrasse de joie son frère Nestor, à qui l’on révèle que son adversaire est son cousin germain, Béthides. Les deux cousins reconnaissent leur folie et ils se réconcilient. Le Chevalier Doré reçoit le surnom de Roi des Jousteurs, puis les chevaliers se séparent.

  • 22 Ce résumé (p. 381-384) est donné d’après celui qui est proposé par G. Roussineau, dans son éd. cit. (...)

34En compagnie de Cœur d’Acier, le Chevalier Doré chevauche à l’aventure, dans l’espoir de retrouver Neronnès. En chemin, la jeune fille invente plusieurs songes pour se faire reconnaître de son ami. Elle s’enhardit même à lui glisser au doigt, pendant son sommeil, l’anneau qu’il lui a autrefois donné. Mais toutes ses initiatives restent sans effet. Un soir, dans la Forêt aux Merveilles, ils sont conduits par un vénérable vieillard dans un manoir, où ils ont la surprise d’être accueillis par le roi Gadiffer et la Reine Fée. En observant Cœur d’Acier, la reine ne tarde pas à s’apercevoir que l’écuyer de son fils est en fait une jeune fille. Sur le point d’être découverte, Cœur d’Acier chante le Lai Piteux, qui raconte ses aventures avec le Chevalier Doré. Nestor est bouleversé par le récit de son écuyer, mais il ne soupçonne toujours rien de sa véritable identité. Plus perspicace que son fils, la reine entraîne discrètement Cœur d’Acier dans une chambre. Le visage baigné de larmes, la jeune fille évoque alors ses tourments passés et elle lui révèle qu’elle est la fille du roi de l’Étrange Marche. Émue de compassion, la Reine Fée prend Neronnès sous sa protection. Elle se joue de la crédulité de son fils en lui faisant croire que Cœur d’Acier a eu l’audace de prendre un bain avec Blanchette, sa fille, et Flamine. Mis en présence des trois jeunes filles, Nestor veut d’abord châtier son écuyer mais, en le regardant avec attention, il finit par se rendre à l’évidence. Neronnès est fêtée et la Reine prodigue de bons conseils à son fils22. »

35Ainsi se termine l’Histoire du Chevalier Doré et de Cœur d’Acier. Le lecteur reste donc sur une fin tronquée, peu satisfaisante, et à laquelle il ne s’attend sans doute pas.

36La suite de Perceforest laisse peu de répit à Nestor car, dès le lendemain du jour où il a retrouvé Neronnès, par la vertu d’un enchantement dû à sa mère, il se réveille au cœur de la forêt, sous un chêne, avec armes et cheval. Et ce sont de nouvelles aventures qui commencent… mais sans Neronnès, d’où sans doute le choix du remanieur d’arrêter là leur histoire. Le lecteur eût certainement souhaité assister au mariage des deux amants. Or, ces noces apparaissent beaucoup plus loin dans Perceforest, au chapitre I du quatrième livre. C’est au cours de grandes fêtes ordonnées par le roi Perceforest pour consacrer le temple, édifié sur son ordre au Dieu souverain, que les chevaliers épousent leurs amies : Lyonnel Blanche, Gadiffer Flamine, et Nestor Neronnès. C’est véritablement ce mariage qui aurait dû mettre un terme aux aventures de Nestor dans l’Histoire du Chevalier Doré.

  • 23 Sorval G. de, préface de La Chevalerie initiatique ou la plaisante et amoureuse histoire du Chevali (...)

37Dans ce long récit initiatique, les deux héros doivent se révéler à eux-mêmes, par les épreuves qu’ils rencontrent et aussi par l’amour ; c’est d’ailleurs ce dernier qui leur donne la force de tout endurer, de tout surmonter, pour enfin se retrouver, après toute une série de métamorphoses et de transformations. Selon Gérard de Sorval, « on peut déchiffrer ainsi un parallélisme très instructif entre les mutations qu’éprouve chacun des deux amants. Le Chevalier Doré est successivement un jeune écuyer cherchant la chevalerie, le chevalier doré assoiffé d’honneur, un jeune homme désemparé, égaré, malade, au bord de la mort, un pauvre errant dépouillé de ses armes, un valet vêtu de peau de mouton, un écuyer connu sous le nom de Tarquin, à nouveau Chevalier Doré, puis Nestor, son vrai nom, enfin prince et fils de roi. De son côté, la belle Neronnès épouse successivement les apparences de la jeune princesse de l’Étrange Marche vivant au verger d’amour, d’une amoureuse soignant son bien-aimé, d’une jeune fille fiancée malgré elle, enlevée et torturée ; puis après avoir été ensevelie à demi-morte, elle se déguise en jeune garçon gardant le bétail, elle est surnommée Cœur d’Acier et vêtue en compagnon, et elle devient écuyer du chevalier Tarquin. Enfin, au fur et à mesure que ce dernier redevient le Chevalier Doré, puis le prince Nestor, elle est amenée à redécouvrir et dévoiler son identité véritable de pucelle et de belle princesse Neronnès. Ainsi, à travers les tribulations subies par chacun à la rencontre de l’autre, vrai miroir de soi-même, qui sont aussi des épreuves réciproques provoquées parfois à distance par les amants, se forge la force intérieure qui permet d’épanouir la personnalité véritable et d’accomplir l’identité glorieuse qui est la vocation des deux héros23 ».

  • 24 Sous l’habit « cependant ses seins croissaient de jour en jour, ce qui la rendait moins apte à remp (...)

38Une des singularités de ce récit est de retracer le schéma d’une initiation féminine de nature chevaleresque, parallèlement à celle, plus traditionnelle, du guerrier. Un tel schéma est peu fréquent, et l’on notera, dans le même temps, le rôle de premier plan joué par tous les personnages féminins dans le roman : les « Dames » sont non seulement des catalyseurs des énergies masculines, selon la tradition de la « fin amor », mais elles ont aussi leur propre autonomie et apparaissent même parfois plus valeureuses – voire intelligentes – que les hommes eux-mêmes : Neronnès subit le martyre mais elle devine aussi, bien plus tôt que son compagnon, sa véritable identité. De plus, elle a beau multiplier les signes pour se faire reconnaître, lui s’obstine à ne voir en Cœur d’Acier que son écuyer, alors même que ses attributs féminins la trahissent24.

  • 25 Que l’on pense à la Manekine et à La Belle Hélène de Constantinople par exemple : l’anneau est alor (...)
  • 26 La princesse qui abandonne ses robes somptueuses pour une peau de bête, c’est un peu Cuir d’Annette
  • 27 Voir Lods J., Le Roman de Perceforest, origines, composition, caractères, valeur et influence, Genè (...)

39Dans leurs multiples aventures, plusieurs motifs narratifs sont dignes d’intérêt et ont d’ailleurs retenu l’attention des médiévistes. On y a souvent vu des emprunts à des œuvres antérieures, des réinterprétations de motifs déjà existants, ou au contraire des amorces en germe de motifs appelés à être amplifiés ultérieurement par d’autres romanciers : l’anneau perdu, retrouvé, et qui sert par deux fois de reconnaissance25, le déguisement de Cœur d’Acier en jeune pâtre, se cachant sous une peau de mouton pour ne pas être reconnue26, le thème de la morte vivante qui permet de souligner ici le tempérament et la vaillance de Néronès, ce qui lui vaudra plus tard son surnom de Cœur d’Acier27. Tous ces motifs font partie intégrante de l’histoire et ne subiront pas d’altérations dans les éditions successives de l’Histoire du Chevalier Doré.

Réécritures du Chevalier Doré

40L’inventaire des éditions conservées effectué, se dégagent alors, de par le titre, deux familles éditoriales. L’édition parisienne de 1541, chez D. Janot, les lyonnaises de 1542, chez Jaume Jacqui d’une part et D. de Harsy d’autre part, celle de 1570 chez B. Rigaud portent toutes quatre le titre de La plaisante et amoureuse histoire du Chevalier Doré, & de la pucelle surnommée Cueur d’Acier. En revanche, les deux éditions plus tardives, chez J. Bonfons à Paris (s. d.) et chez N. Oudot à Troyes (1611) s’intitulent toutes deux L’Hystoire du Chevalier aux armes dorée (sic) et de Bethidès, et de la Pucelle surnommée Cueur Dacier, Et des grandes ioustes, conquests & faicts d’armes que fist le Chevalier estrange en plusieurs places pour soustenir son honneur.

41À quelques variantes près, reflétant essentiellement l’évolution de la langue, le texte des quatre premières éditions ne subit pas de modifications notoires. L’histoire y est invariablement contée en 48 chapitres portant les mêmes titres. On a donc un découpage du texte stable entre 1541 et 1570.

42En revanche, une scission semble s’instaurer avec l’apparition de l’édition parisienne de Jean Bonfons. Le titre se modifie, s’allonge, paraissant vouloir s’inscrire ainsi dans le registre désuet du mode médiéval. Le Chevalier Doré devient, d’une manière peut-être plus explicite, Le Chevalier aux armes dorée, avec une coquille typographique sur l’accord de l’adjectif « dorée ». Simple fantaisie éditoriale au niveau du titre ? En fait non, car il y a bien eu réécriture pour modifier le nom du héros tout au long du roman, en particulier au moment où intervient, dans le récit, la justification de son nom.

  • 28 On notera que le Chevalier Doré est qualifié, en page de titre, de « Chevalier étrange ». Or, il ex (...)

43En outre, l’histoire devient aussi celle de Bethidès, son cousin. En effet, sa présence, sans véritablement jalonner l’œuvre, ouvre et ferme le roman : c’est à lui que Nestor usurpe la colée au moment de l’adoubement, et c’est contre lui que Nestor combat lors du tournoi organisé par Panthus et sa sœur ; enfin, c’est au cours du même tournoi qu’ils se révéleront l’un l’autre leur véritable identité. On peut donc comprendre que le remanieur ait souhaité l’introduire, dès le titre, dans l’histoire de Nestor et Neronnès. D’une certaine manière, il est d’ailleurs aussi celui qui empêche leur amour : Nestor quitte Neronnès parce qu’il doit, pour défendre son honneur, retrouver le Blanc Chevalier, c’est-à-dire Bethidès, et entrer en lice contre lui ; plus loin, dans le roman, Neronnès/Cœur d’Acier tremble quand le Blanc Chevalier, lors du tournoi qui l’oppose au Chevalier Doré, manque de faire passer son amant de vie à trépas. Donc, étant donné le rôle qu’il joue dans leur histoire personnelle, sa présence, dès le titre, peut paraître légitime. On notera que symboliquement, il s’immisce d’ailleurs entre les noms des deux amants. Enfin, ce titre très long insiste sur les hauts faits d’armes de Nestor28 et sur la notion d’honneur qui gouverne d’ailleurs toute la conduite du Chevalier Doré. Le jeu redondant sur les termes « ioustes et combastz et fais Darmes » chez Bonfons, et « ioustes, conquets & faicts d’armes » chez Oudot laisse déjà présager de la multitude des batailles qui jalonneront l’œuvre.

44Ces deux éditions sont également en 48 chapitres. Cependant leur agencement n’est pas rigoureusement le même. En effet, si l’édition parisienne suit bien le découpage des impressions antérieures, il n’en est pas de même de l’édition troyenne. Par une fantaisie éditoriale que l’on s’explique mal, Nicolas Oudot propose les 48 chapitres dans un aménagement légèrement différent : entre les chapitres II et III des éditions précédentes en apparaît un nouveau intitulé « Comme ainsi que les deux Chevaliers se combattoient il arrive devers eux un Chevalier estrange lequel les separa ». En fait, il ne s’agit pas à proprement parler d’un nouveau chapitre avec adjonction de matière au récit, mais simplement de la scission du chapitre II en deux parties portant chacune un titre. Qu’elle provienne du remanieur ou de l’éditeur, cette décision peut paraître surprenante dans la mesure où le chapitre ne présente pas une longueur excessive légitimant sa division. En revanche, il est certain que l’arrivée du Chevalier Etrange, dont on ne saura jamais le nom dans le Chevalier Doré, crée un rebondissement dans l’action qui peut justifier l’apparition d’un nouveau chapitre et donc d’un nouveau titre… mais pour un passage bien court au bout du compte.

45Parallèlement, la décision – éditoriale ou autre – semble avoir été de s’en tenir malgré tout à 48 chapitres, d’où la suppression, sur la fin, du chapitre XLVI des impressions précédentes ; ou plus exactement la suppression du titre de ce chapitre car en fait son contenu a été joint, chez Nicolas Oudot, à la fin du XLV, ce qui en fait un chapitre plutôt long.

46Cette légère divergence entre l’édition de Bonfons et celle de Oudot laisse perplexe. En effet, on rappellera que les imprimeurs de la Bibliothèque bleue avaient pour habitude éditoriale de recopier des imprimés déjà existants. Nous avons eu fréquemment l’occasion de le montrer et notamment dans des cas où Nicolas Oudot, pour ses impressions de romans de chevalerie, paraissait s’être servi d’éditions lyonnaises ou parisiennes du XVIe siècle. Nous pensions donc avoir affaire à un exemple supplémentaire de plagiat qui, généralement, s’effectuait très servilement. Dans le cas présent, il convient donc de s’interroger sans toutefois pouvoir fournir de réponse satisfaisante : ou bien on a innové dans l’atelier de Nicolas Oudot en restructurant légèrement le texte, ou bien l’imprimeur troyen ne s’est pas servi de l’édition Bonfons comme modèle, auquel cas il nous manque l’impression qui lui a servi de référence. Impossible de trancher pour l’heure…

47Toujours est-il que Nicolas Oudot n’a pas même cherché à moderniser la langue : le texte semble pétrifié dans une écriture du XVIe siècle, et les archaïsmes de style et de vocabulaire voisinent avec quelques rares rénovations de graphies. Certains mots fleurent même encore bon la langue médiévale. S’agissait-il, pour l’imprimeur, d’inscrire la conservation d’une langue archaïsante par le roman de chevalerie dans son époque médiévale, ou tout simplement d’intervenir le moins possible sur le texte par souci de rapidité d’impression, et donc de rentabilité commerciale ? En fait, Nicolas Oudot n’avait pas pour habitude – du moins si l’on en juge par les éditions que l’on a étudiées, de pratiquer des aménagements textuels, contrairement à ses confrères qui lui succéderont sur les presses troyennes. Tout au plus a-t-il supprimé la postface adressée aux « amis lecteurs » alors que le prologue à l’attention des mêmes a été conservé. On ne sait si l’édition de 1620 reprit exactement celle de 1611, mais la brève carrière du Chevalier Doré dans la Bibliothèque bleue semble bien s’être arrêtée avec cette ultime impression. Comme nous l’avons dit en ouverture, ce sont surtout les romans carolingiens qui perdureront jusqu’au XIXe siècle dans la littérature de colportage.

Conclusion : roman d’amour ou roman de chevalerie ?

48Quoi qu’il en soit, et en conclusion, Le Chevalier Doré, avant de s’éteindre dans la Bibliothèque bleue, ou du moins ce qui en fut les prémices, avait connu, comme œuvre à part entière, son heure de gloire au XVIe siècle, si l’on en juge par les réimpressions régulières dont il fut l’objet tout au long dudit siècle.

  • 29 Cappello S., art. cit., p. 547.

49Une fois démarqué de Perceforest, le roman, par sa relative brièveté – surtout si on le compare à l’interminable Perceforest – sut trouver son public et le conserver sur quelque cent vingt ans. Ceci tient peut-être à ce que Sergio Cappello a appelé « la double réception du Chevalier doré » : « le roman, imprimé six fois jusqu’au début du XVIIe siècle, a eu le privilège d’avoir été lu par deux publics différents et d’avoir eu en somme deux vies, l’une dans la lignée Janot-Harsy-Rigaud, comme roman d’amour, l’autre dans la lignée Bonfons-Oudot, comme roman chevaleresque29 ».

50Plus aucun éditeur, semble-t-il, ne se risqua ensuite à l’exhumer, du moins jusqu’à la récente réimpression des éditions Pardès. Mais le but est autre : il s’agit cette fois peut-être davantage de ressusciter la « beauté du mort » plutôt que d’entrer dans le monde de la chevalerie comme y entraient vraisemblablement autrefois les lecteurs du XVIe siècle. Avec cette récente édition, on part à la quête de l’exotisme médiéval plutôt qu’à la quête de soi et l’on tente de retrouver « l’imaginaire » d’une époque, d’un style de vie, et d’un genre littéraire, celui du roman de chevalerie.

Annexes

Annexe

Concordance entre l’édition G. Roussineau de Perceforest et Le Chevalier Doré de Denis Janot

Perceforest éd. Roussineau

Chevalier Doré Paris, Denis Janot

prologue du remanieur

Livre II, chap. XLII
Des remonstrances et beaulx enseignemens que fist le roy a son filz Bethidès et à ses nepveux.

chap. I
Comme le iouvenceau aux armes d’or fut fait chevalier par le moyen de la colée…

chap. II
Du roy Peleon qui s’advisa du iouvenceau aux armes d’or…

Livre II, chap. XLIII
Des adventures de Béthides en suyvant le chevalier doré.

suite du chap. II

idem

chap. III
Comme le chevalier Doré & Bethidès se departirent de leur combat…

Livre III, t. 1, chap. XI 85, l. 6
Comment le Chevalier Doré se mist en chemin pour trouver le pin de l’estrange merveille ; comment plusieurs esperis l’emporterent en exil ; et comment Zephir le sauva et l’emporta au royaume de l’estrange marche.

chap. IV
Après que le chevalier Doré fust departy de la bataille qu’il avoit eue avec le Blanc chevalier, il print son chemin pour aller au pin de l’estrange merveille…

idem, p. 87, l. 71

chap. V
Comme le chevalier Doré arriva au pin de l’estrange merveille…

idem, p. 92, l. 214

chap. VI
La demande que fist ung des maulvais esperitz au chevalier Doré.

idem, p. 95, l. 337

chap. VII
Du bon traictement qui fust faict au chevalier Doré par la pucelle et ses damoyselles.

idem, p. 105, l. 665

chap. VIII
Comme la pucelle donna le bon soir au chevalier Doré après qu’ils eurent devisé ensemble…

idem, p. 106, l. 696

chap. IX
La coustume de mariage, qui est au royaulme de l’estrange marche, quãd on marie une fille royale.

Livre III, t. 1 chap. XII 114, l. 154
Comment le Chevalier Doré s’enamoura de Nerones la fille du Roy de l’Estrange Marche, et elle de lui ; comment ilz se deviserent enssamble par longue espace ; et comment le Chevalier Doré se parti d’elle après ce qu’elle l’eut gary de ses maladies.

chap. X
La response de la pucelle au chevalier Doré.

idem, p. 117, l. 262

chap. XI
Comme la pucelle doubta de la venue du Roy son pere.

idem, p. 118, l. 303

chap. XII
La venue du Roy au chasteau ou estoit le chevalier & la pucelle.

idem, p. 121, l. 394

chap. XIII
Comme le chevalier Doré print congé de la pucelle, luy promettant de retourner dedans soixante iours…

Livre III, t. 2, chap. XXXIX 201, l. 15
Comment le Chevalier Doré porta par terre deux des chevaliers du roy de Norwegue, et de plusieurs autres aventures, et comment l’en fist souffrir tres grans peines a la jeune pucelle Neronés.

chap. XIV
Comme le chevalier Doré se combatit contre les deux chevaliers du roy de Norvegue & les abbattit par terre.

idem, p. 203, l. 95

chap. XV
De la damoyselle qui fut envoyée de par la pucelle au chevalier Doré…

idem, p. 203, l. 107

chap. XVI
Les songes qui advindrent au roy Fergus en l’ysle de l’espreuve.

idem, p. 204, l. 143

chap. XVII
Du conseil que donnerent les chevaliers au roy Fergus.

idem, p. 205, l. 182

chap. XVIII
La harengue d’un des chevaliers du roy Fergus au roy de l’estrange marche.

idem, p. 206, l. 213

chap. XIX
La response que feist le roy de l’estrange marche aux chevaliers.

idem, p. 207, l. 246

chap. XX
Le ravissement de la pucelle par les chevaliers du roy Fergus.

idem, p. 211, l. 369

chap. XXI
Les peines & tormentz que les soeurs du Roy Fergus firent souffrir, & endurer à la pucelle Neronnes.

idem, p. 212, l. 416

chap. XXII
Comme le Roy Fergus commanda de preparer la sepulture pour ensevelir la pucelle Neronnes…

Livre III, t. 2, chap. XL 214, l. 2
Comment le Chevalier Doré se parti pour trouver Neronés sa Dame ; comment il trouva la beste glatissant qu’il subjuga, et de plusieurs autres aventures qui lui advindrent.

chap. XXIII
Comme le Chevalier Doré se partit pour aller trouver la pucelle Neronnes sa dame, & par le chemin il trouva la beste glatissant, laquelle il subiugua, & de plusieurs aultres adventures qui luy survindrent.

idem, p. 218, l. 140

chap. XXIV
Des chevaliers qui furent desplaisantz pour autant que le chevalier Doré poursuyvoit la beste glatissant…

idem, p. 220, l. 188

chap. XXV
Du chevalier Doré qui fist signe de loing à deux chevaliers qui se appareillassent pour iouster.

idem, p. 222, l. 261

chap. XXVI
Le songe du chevalier Doré estant couché soulz ung gros chesne.

idem, p. 224, l. 328

chap. XXVII
Comme la messagiere de la pucelle Nerõnes parla au chevalier Doré, & ne cuidoit pas que ce feust luy.

idem, p. 227, l. 451

chap. XXVIII
Comme le chevalier Doré se complaignoit, mais une bonne dame le recõforta…

idem, p. 228, l. 482

chap. XXIX
Comme le chevalier Doré print congé de la bõne dame pour aller poursuyvre le roy de Norvegue.

idem, p. 231, l. 595

chap. XXX
Comme le chevalier Doré s’approcha pour aller combatre le Roy Fergus, & le chevalier qui estoit avec luy.

idem, p. 239, l. 888

chap. XXXI
Oraison du chevalier Doré à la déesse Venus, & comme il luy laissa ses armeures iusques à son retour.

 

Livre III, t. 2, chap. XLI 243, l. 1
Comment la pucelle Neronès yssi de sa sepulture, ou l’en le avoit mise pour morte ; comme elle servi en guise d’escuier le chevallier doré son amy, et de plusieurs autres aventures qui lui advindrent.

chap. XXXII

De la pucelle qui sortit de la sepulture ou l’on l’avoit mise pour morte, & de plusieurs adventures qui luy advindrent.

idem, p. 250, l. 233

chap. XXXIII
Comme la pucelle recongneut l’anneau qu’elle avoit donné au chevalier Doré.

Livre III, t. 2, chap. XLII 256, l. 1
Comment le Chevalier Doré servi en guise d’escuier Pernehan, seigneur du chastel engagé, et se faisoit nommer Tarquin ; et comment il se combati contre Brancq en lieu de Pernehan.

chap. XXXIV

Comme le chevalier Doré servit en guise d’escuyer le seigneur du chasteau engaigé, & se faisoit nommer Tarquin, & comment il se combatit contre ung chevalier.

idem, p. 261, l. 168

chap. XXXV
Comme le chevalier Doré estant es mains des chirurgiens & barbiers, pour avoir guerison de ses playes…

idem, p. 264, l. 281

chap. XXXVI
Comme le chevalier Doré print congé du seigneur du chasteau engagé, & luy feist bailler chevaulx & armeures…

Livre III, t. 2, chap. XLIV 299, l. 922
Comme le Blancq Chevallier, aprés qu’il fut porté par les espris en excil en une isle de mer, trouva plusieurs grans poissons ausquelz il se combati ; et comment il revint en la Grant Bretaigne.

chap. XXXVII
Comme le chevalier Doré arriva au tournoy qui se faisoit devant le chasteau aux pucelles ou il trouva Bethidès lequel il recongneut, & estoient la venuz pour soustenir la querelle de la royne à l’encontre de Panthus son frere.

idem, p. 302, l. 1037

chap. XXXVIII
De Gadisfer qui s’aperceut du dueil que demenoit Cueur d’acier…

idem, p. 304, l. 1126

chap. XXXIX
Comme plusieurs chevaliers qui estoient la presens, avoient grand merveille de veoir…

idem, p. 308, l. 1248

chap. XL
Comme huyt chevaliers furent envoyez par le vouloir de la royne, & de Panthus son frere…

Livre III, t. 2, chap. XLV 338, l. 855
Comment le chevallier au serf d’asur, celui aux papegaulz, celui au griffon et celui au delphin se partirent pour aler au IX tournoy, dont le chevalier au serf d’asur emporta le pris, et de leurs aventures.

chap. XLI
Comme le chevalier Doré print congé de Gadisfer son frere, de Bethidès son cousin, & de plusieurs aultres chevaliers qui estoient a la compaignie.

 

Livre III, t. 2, chap. XLVI 340, l. 6
Comment le Chevalier Doré fut adverty que son escuier, qui le servoit estoit la pucelle Neronés qu’il avoit tant quise ; comment la royne d’Escoce la retint devers elle et comment elle fut quitte du Chevalier Doré son filz.

chap. XLII
Comme le chevalier Doré se meist en chemin accompagné de Cueur d’acier pour aller trouver la belle Nerõnes.

idem, p. 342, l. 3

chap. XLIII
Comme le chevalier Doré estant endormy aupres d’une fõtaine, Cueur d’acier luy meist ung anneau en son doigt.

idem, p. 344, l. 126

chap. XLIV
Comme Cueur d’acier racompta au chevalier Doré ce qu’il avoit songé, dont il en eut grand merveilles.

idem, p. 348, l. 288

chap. XLV
Comme le chevalier Doré par le moyen d’ung preud-homme qu’il trouva en une forest entra dedans ung chasteau…

idem, p. 362, l. 711

chap. XLVI
Comme le Roy, la Royne & leur compaignie eurent grand pitié…

idem, p. 365, l. 844

chap. XLVII
Comme la Royne fist baigner Cueur d’acier avec Blanchette sa fille…

idem, p. 368, l. 946

chap. XLVIII
Comment la royne s’en alla devers le roy pour luy compter l’adventure de la belle Neronnes…

épilogue du remanieur

Illustrations

Illustration I
Lyon, Benoît Rigaud, 1570
Page de titre
BM Lyon, 811 535

Illustration II
Lyon, Benoît Rigaud, 1570
Chapitre I (f° Aij v)
BM Lyon, 811 535

Illustration III :
Lyon, Benoît Rigaud, 1570
Chapitre XXVIII (f° K (8) v)
BM Lyon, 811 535

Illustration IV : Lyon, Benoît Rigaud, 1570
Chapitre 31, Épitaphe du roi Fergus BM Lyon, 811 535

Avec l’aimable autorisation de la bibliothèque municipale de Lyon et tous nos remerciements à Yves Jocteur Montrozier

Notes

1 Sur ce sujet, voir par exemple les contributions aux actes du colloque La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, Delcourt T. et Parinet E. (dir.), Paris/Troyes, École des Chartes/Maison du Boulanger, 2000.

2 Les deux autres titres sont : – La Plaisante et triomphante histoire des hauts et chevaleureux faicts d’armes, du très-puissant & très-magnanime, & tres-victorieux Prince Meliadus …, Troyes, Nicolas Oudot, 1612 – Histoire des Merveilleux faictz du preux et vaillant chevalier Artus de Bretaigne. Et des grandes Adventures où il s’est trouvé en son tems, Troyes, Nicolas Oudot, 1628. Vérification faite, cette brève liste se limite même à deux éditions puisque ce Meliadus imprimé par Nicolas Oudot n’est pas Meliadius de Leonois et qu’il ne relève finalement pas de la geste arthurienne. Voir Brunet J.-C., Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, 1863, t. 3, col. 1588, qui collationne les deux histoires avec deux héros différents portant le même nom : Meliadus. Dans la version imprimée par N. Oudot, l’auteur déclare, dans le prologue, qu’il a traduit cet ouvrage de l’espagnol. Le présent relevé a été établi d’après Morin A., Catalogue descriptif de la bibliothèque bleue de Troyes, Genève, Droz, 1974, et Oddos J.-P., « La Bibliothèque bleue dans les collections publiques », Les cahiers aubois d’histoire de l’éducation, t. 12, 1989, numéro spécial consacré au colloque de 1988 « Troyes et la Bibliothèque bleue », p. 17-29. Mais rien n’indique qu’il n’y eut pas d’autres éditions dont nous aurions perdu la trace. On peut néanmoins penser que si jamais il y en eut, elles restèrent peu nombreuses. Pour les historiens du livre, un point semble acquis : les héros de la Table ronde n’eurent aucun succès en éditions populaires bleues. Non seulement on ne relève pas de réimpression de ces titres chez Nicolas Oudot, à l’exception des deux éditions du Chevalier doré, mais en plus ses confrères, contemporains ou successeurs, n’en reprirent aucun.

3 Perceforest, éd. Roussineau G., Genève, Droz : quatrième partie, 1987 ; troisième partie, t. I, 1988 ; troisième partie, t. II, 1991 ; troisième partie, t. III, 1993 ; deuxième partie, t. I, 1999 ; deuxième partie, t. II, t. III, 2001 ; première partie, 2007.

4 Pour les descriptions des manuscrits, voir Woledge B., Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, Genève, 1975, p. 88-89, ainsi que l’étude de Roussineau G., op. cit. Ce dernier ajoute cette précision, à propos de manuscrits disparus : « mention dans l’inventaire de 1516 de la librairie de Marguerite d’Autriche, fille de Maximilien Ier et de Marie de Bourgogne « six gros livres de Persefouret, en parchemin, couvertz de velours cramoisy a fermaulx et dos dorez, et escriptz a la main » (copie perdue) ».

5 Pour la description bibliographique des éditions, voir Woledge B., op. cit., Brun R., Le livre français illustré de la Renaissance, Paris, Picard, 1969, p. 269, et Brunet J.-C., op. cit., t. IV, col. 486-487. Voir aussi Roussineau G., op. cit., quatrième partie, t. 1, qui précise qu’« un magnifique exemplaire de l’édition de 1528 en 6 volumes in-folio, décoré de 5 grandes miniatures, de capitales et de cadres peints en or et en couleurs, a été tiré sur vélin pour François Ier (conservé à Chantilly) ».

6 Voir Delcourt T., La Littérature arthurienne, Paris, PUF, 2000, p. 92 : « Les tournois, les joutes, les enchantements, les intrigues amoureuses, les lais chantés, les scènes piquantes, comiques, ou dramatiques se succèdent et s’enchevêtrent, constituant un tableau particulièrement complet de l’imaginaire chevaleresque à la fin du Moyen Age. »

7 Woledge B., op. cit., p. 88-90.

8 Voir Berthail M, Les premiers graveurs français, Nantes, musées départementaux de Loire-Atlantique, 1986, p. 184, et Polain L., Catalogue de la bibliothèque du musée Thomas Dobrée, Nantes, 1903, t. 2, p. 356-357 ; tous nos remerciements au musée Dobrée et plus particulièrement à Martine Le Jeune. D’après S. Cappello, qui a étudié cette édition (« La double réception du Chevalier doré », Studi francesi, t. 159, 2009, p. 535-548), B. Woledge semble avoir commis une erreur dans l’identification des éditions : l’édition Jaume Jacqui et celle « À la marque d’Icare » n’en formeraient qu’une seule ; signalons toutefois que les bibliographies ne les donnent pas avec le même nombre de feuillets : 88 dans un cas et 92 dans l’autre.

9 Voir Brun R., op. cit., p. 273.

10 Cette édition de 1620 est mentionnée dans Le Catalogue des livres de la bibliothèque de feu monsieur Larchevesque, Rouen, 1749, n ° 2759. Nous remercions Helwi Blum de nous avoir apporté cette information.

11 Les bois gravés sont de style Renaissance, à l’exception de l’un d’entre eux emprunté aux Fables d’Esope. Voir notre étude sur ce sujet, « À la recherche du livre perdu : identification de quelques bois gravés dans la Bibliothèque bleue de Troyes », La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, op. cit. Il s’agit du bois no 22.

12 Pour juger du travail du remanieur, nous mettons en parallèle, dans le tableau in fine, les titres de chapitre d’un manuscrit de Perceforest avec une édition imprimée du Chevalier Doré. La tâche sera simplifiée par l’édition de Gilles Roussineau établie essentiellement à partir des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, à savoir fr. 347 et fr. 108. En regard, nous ferons figurer les titres de l’édition la plus ancienne que nous ayons pu consulter, celle de 1541 (Paris, Denis Janot).

13 Citation donnée ici dans l’édition Janot.

14 Selon Hubaud L.-J., Notice d’un manuscrit appartenant à la bibliothèque de Marseille…, Marseille, 1853, p. 93, c’est pour masquer le plagiat que l’éditeur a substitué au nom de Perceforest celui du roi Peleon ; dans ce cas, il paraît singulier que les noms des autres protagonistes n’aient pas été modifiés.

15 Édition de Roussineau G., op. cit., l. III, t. 2, p. 200-201.

16 Ibid., p. 351.

17 Ibid., p. 237.

18 Citation empruntée à l’édition Janot.

19 Donnée ici d’après Roussineau G., op. cit., p. XXX et suiv., sauf pour le début.

20 Il s’agit en fait de Lyonnel du Glat, dit le Noir Chevalier.

21 Néronès dans Perceforest, Neronnès dans Le Chevalier Doré.

22 Ce résumé (p. 381-384) est donné d’après celui qui est proposé par G. Roussineau, dans son éd. cit. du livre III, t. 2, p. XXII ss.

23 Sorval G. de, préface de La Chevalerie initiatique ou la plaisante et amoureuse histoire du Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cœur d’Acier, Pardès, Puiseaux, 1989, p. 12-13.

24 Sous l’habit « cependant ses seins croissaient de jour en jour, ce qui la rendait moins apte à remplir sa tâche » écrit l’auteur, non sans humour. Tout cela est évidemment peu crédible, nous sommes dans le domaine du conte et des songes. Ces derniers jouent d’ailleurs un rôle important dans le cheminement vers la vérité : vécus et/ou racontés, ils participent au dévoilement final pour ceux qui sont en quête d’amour.

25 Que l’on pense à la Manekine et à La Belle Hélène de Constantinople par exemple : l’anneau est alors retrouvé dans le ventre d’un poisson.

26 La princesse qui abandonne ses robes somptueuses pour une peau de bête, c’est un peu Cuir d’Annette.

27 Voir Lods J., Le Roman de Perceforest, origines, composition, caractères, valeur et influence, Genève, 1951, p. 76-77 et aussi Hubaud L.-J., op. cit., p. 94. Signalons ici que Le Chevalier Doré a donné lieu à très peu d’études. Outre celle déjà mentionnée de Cappello S., on peut signaler la communication de Berthelot A., « Du roman de Perceforest à l’Histoire du Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cœur dAcier : toilettage d’une esthétique romanesque », Le roman à la Renaissance (organisé par M. Simonin), XXXIIIe Colloque international d’études humanistes, CESR, Tours, 2-8 juillet 1990 et son article « Traces du Roman de Perceforest à la fin du XVIIe siècle », Bury E. et Mora F. (dir.), Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 77-90.

28 On notera que le Chevalier Doré est qualifié, en page de titre, de « Chevalier étrange ». Or, il existe bien, dans Perceforest, un Chevalier Estrange, qui n’est autre que Lyonnel du Glat, dit aussi le Noir Chevalier. Toutefois, dans Le Chevalier Doré, il n’occupe qu’une place mineure puisqu’il n’intervient qu’aux chapitres III et IV de la présente édition Bonfons pour séparer Nestor et Bethidès. En conséquence, nous pensons que ce qualificatif de « Chevalier Estrange » renvoie plus vraisemblablement dans ce titre au Chevalier Doré lui-même.

29 Cappello S., art. cit., p. 547.

Table des illustrations

Légende Illustration ILyon, Benoît Rigaud, 1570Page de titreBM Lyon, 811 535
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Illustration IILyon, Benoît Rigaud, 1570Chapitre I (f° Aij v)BM Lyon, 811 535
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Illustration III :Lyon, Benoît Rigaud, 1570Chapitre XXVIII (f° K (8) v)BM Lyon, 811 535
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Illustration IV : Lyon, Benoît Rigaud, 1570Chapitre 31, Épitaphe du roi Fergus BM Lyon, 811 535
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Maître de conférences à l’université de Reims

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540