Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Profiter du Perceforest au XVIe siècle : La plaisante et amoureuse histoire du Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cœur d’Acier

Jane H. M. Taylor

Texte intégral

  • 1 Il est vrai qu’un Vérard par exemple en rédigeait parfois lui-même quelques-uns : voir Winn M.B., (...)
  • 2 « Notice sur un recueil de louanges », Romania, t. 49, 1923, p. 48-62.
  • 3 Voir Jurgens M., « Galliot du Pré et sa famille », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance t. 4, 1 (...)
  • 4 Voir Guillaume Alexis, Oeuvres poétiques, éd. piaget A. et picot E., 3 t., Paris, Firmin Didot, SA (...)
  • 5 Publié par Vérard en 1486 ou 1487 (voir BnF Rés. Ye 168).
  • 6 Voir le fac-similé éd. Droz E. and Piaget A., SATF, 2 t., Paris, Firmin-Didot, 1910-1925, t. II, p (...)
  • 7 Voir Delisle L., « Documents parisiens de la bibliothèque de Berne », Mémoires de la Société de l’ (...)
  • 8 Les historiens de l’imprimerie en parlent fugitivement : voir par exemple Parent A., Les métiers d (...)
  • 9 Sauf erreur, une seule étude est consacrée à ce texte : Cappello S., « La double réception du Chev (...)
  • 10 Les imprimeurs devaient sans doute se fier aussi à leurs typographes, parfois à leurs « correcteur (...)

1« Ce devaient être de bien misérable gens… » Nous sommes très peu renseignés sur la multitude d’écrivailleurs qui ont dû gagner leur pain en quémandant des emplois dans les ateliers des grands imprimeurs et éditeurs du XVIe siècle, et qui avaient pour tâche, entre autres choses, de préparer pour l’édition les textes médiévaux qui constituaient, dans les premières décennies de l’imprimerie, une forte partie de la publication de la fiction en langue vernaculaire. Ce devait être eux qui remaniaient et modernisaient, voire remodelaient les textes, qui composaient les prologues et les dédicaces1, qui corrigeaient les épreuves… Pour la plupart ils mènent une vie à l’ombre, parfaitement invisibles : Eugénie Droz, que je citais plus haut en commençant, a trouvé parmi les responsables d’un recueil de louanges quelques noms autrement inconnus : un Julian Lelest qui, dit-il, souffre des dents, un Colas Jougon affligé de la goutte2. Galliot du Pré a eu à ses gages un certain Pierre Rebuffi qui devait « revoir et corriger » le Concordat3 ; un certain Frère Pierre aurait préparé pour l’édition le texte du Passetemps de tout homme publié par Antoine Vérard, apposant son nom en acrostiche au prologue4 ; Guillaume Alexis explique dans son colophon que Vérard, avant de publier son Martilloge des faulces langues, l’avait fait corriger par « plusieurs nobles docteurs clers et expers en toute science5 » ; Regnault Le Queux aurait peut-être été responsable de la mise en recueil du Jardin de Plaisance que publiait le même Vérard6 ; Vérard – encore lui – versait à l’occasion de maigres sommes à des « écrivains » : un « Johannes l’Escripvain », par exemple, et à un « Anthoine l’Escripvain7 ». Leur statut, leur méthode de travail, voire même leur existence, ne se laissent donc entrevoir que rarement, bien qu’on les devine partout à l’œuvre8, harcelés sans doute par des éditeurs impatients, consciencieux parfois, plus souvent négligents. Je voudrais ici pourtant rendre quelque peu hommage à l’un d’eux, lui aussi parfaitement anonyme : celui qui doit avoir préparé pour la publication un petit roman, La plaisante et amoureuse histoire du Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cueur d’Acier9, et que j’appellerai, faute d’un terme convenu, le « copiste-éditeur10 ».

  • 11 Voir Pettegree A., Walsby M. and Wilkinson A., French Vernacular Books/Livres vernaculaires frança (...)
  • 12 Sur Janot, consulter la thèse exhaustive mais malheureusement inédite de Rawles S. : Denis Janot : (...)
  • 13 Le roman arthurien disparaît presque entièrement du marché à partir de 1540 : un Lancelot – abrégé (...)
  • 14 On trouvera les détails chez Cooper R., « ‘Nostre histoire renouvelée’ : The Reception of the Roma (...)

2Ce texte fut extrait des deuxième et troisième livres du Roman de Perceforest qui, lui, avait été publié à deux reprises au cours du seizième siècle : par Galliot du Pré en 1528, par Gilles de Gourmont en 1531-3211. Le Chevalier Doré parut pour la première fois en 1541 chez l’un des grands éditeurs parisiens de romans, arthuriens et autres, Denis Janot12. Celui-ci avait été responsable d’une édition du Tristan en prose en 1533, édition qui faisait partie de ce qu’on pourrait appeler la « dernière vague » de romans arthuriens parus dans les années 153013 : non seulement le Perceforest en 1531-32, mais aussi un Lancelot en prose en 1533 (Philippe le Noir et Jean Petit), un Perceval en 1530 (Galliot du Pré), un Isaïe le Triste en 1531 (Alain Lotrian), un Meliadus en 1540 (Pierre Sergent), un Giglan en 1539 (à Lyon, chez Claude Nourry14). Mais, fait significatif, Denis Janot, de concert avec deux autres libraires parisiens, Sertenas et Longis, venait en 1540 de faire paraître la nouveauté qui a fait leur fortune : le premier livre d’Amadis de Gaule paru le 10 juillet 1540 inaugurait une série de romans hispano-portugais qui allait transformer le marché du roman et éclipser le roman arthurien.

  • 15 L’editio princeps du Lancelot parut en 1488 chez Le Bourgeois (Rouen) et J. Dupré (Paris), mais sa (...)
  • 16 Voir par exemple Coq D., « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », Histoire de l’éditi (...)
  • 17 Pour la « modernité » de la lettre romaine, voir Martin H. J., Mise en page, op. cit., p. 180ss.
  • 18 Voir Rawles S., Denis Janot, op cit., t. II, p. 139. La majorité des bois gravés (14 sur 37) ont s (...)
  • 19 L’Amadis devait se vendre en format octavo à partir de 1548 et se faisait fort d’être ainsi adapté (...)

3Dans cette évolution, le Chevalier Doré de 1541 occupe une place intéressante. Les deux éditeurs du Perceforest par exemple, Galliot du Pré et Gilles de Gourmont, firent paraître celui-ci dans de belles éditions luxueuses destinées à un public plutôt très aisé et qui affectionnait toujours le manuscrit : format in-folio, mise en page spacieuse. Ils suivaient en cela la voie tracée par ceux – notamment Antoine Vérard – qui firent paraître par exemple très tôt les grands romans arthuriens tels le Lancelot et le Tristan en prose15, qui calquaient leur mise en page sur celle des manuscrits – texte sur deux colonnes, écriture gothique, gravures parfois enluminées – et qui prolongeaient ainsi dans la Renaissance le monde du livre médiéval16. La mise en page du Chevalier Doré fut par contre – et d’ailleurs comme celle de l’Amadis – novatrice : une écriture romaine, claire et lisible17, à longues lignes ; des bois – empruntés il est vrai au stock de Denis Janot – dans un goût Renaissance18 ; une mise en page ample et élégante ; surtout un format octavo qui devait faire que le prix de vente fût très nettement moindre et qui mettait le roman sinon à la portée de tous, du moins entre les mains d’un public bourgeois19.

  • 20 Notons qu’Amadis – et d’ailleurs d’autres romans du XVIe siècle tel Alector de Barthélémy Aneau (1 (...)
  • 21 Je simplifie quelque peu… L’histoire de Nestor et de Neronès se lisait à l’origine dans le livre I (...)

4Envie donc de nouveauté – dont témoigne peut-être aussi le choix du sujet. Il est convenu de voir dans le Perceforest un roman arthurien, du fait que nous y avons affaire aux ancêtres des héros et des héroïnes arthuriens20. Cela dit, le Chevalier Doré n’a rien d’arthurien. Rappelons la trame de l’histoire telle qu’elle est racontée, de façon interrompue mais parfaitement cohérente, à travers les livres II et III du Perceforest21 :

5Le Chevalier Doré – Nestor, neveu du roi Perceforest – est fait chevalier en s’interposant devant Perceforest au moment où celui-ci pense adouber son propre fils Betidès (le Chevalier Blanc). Nestor repart aussitôt, poursuivi par Betidès, avide de savoir le nom de celui qui l’a remplacé. Les deux jeunes chevaliers se livrent en conséquence un combat acharné. Interrompus par la nuit, ils se donnent rendez-vous quinze jours plus tard, devant le Pin de l’Estrange Merveille.

6Nestor, le Chevalier Doré, arrive le premier et quelques jours trop tôt ; il est toujours gravement blessé à la suite du combat qu’il a livré à Betidès. Pendant l’attente, il est emporté par une troupe de « mauvais esprits » qui le déposent dans le royaume de l’Estrange Marche. La fille du roi de ce royaume, Neronès, lui apporte de l’aide – et, fatalement, les deux jeunes tombent amoureux l’un de l’autre.

7Au bout d’un certain temps, remis, Nestor repart chercher le Blanc Chevalier ; arrive bientôt dans le royaume de l’Estrange Marche le roi de Norvège, Fergus, qui demande en mariage Neronès. Le père de celle-ci donne son accord, à condition que Fergus accepte à son tour de monter un pas d’armes pendant soixante jours dans l’Ile de l’Epreuve. Fergus fait semblant de se soumettre, mais enlève par traîtrise Neronès. Celle-ci parvient à envoyer un message à Nestor, mais tombe gravement malade. Elle feint d’être morte, malgré les supplices que lui inflige la soeur de Fergus, et elle est mise dans un tombeau d’où, la nuit venue, elle s’échappe secrètement. Elle s’habille en garçon et se fait appeler Cœur d’Acier. Pendant ce temps, après quelques péripéties chevaleresques (dont un combat contre la « Beste Glatissant »), Nestor est averti du péril qu’encourt Neronès : il se précipite à son secours, et commence par tuer en duel Fergus ; parti à la recherche de Neronès, il est accueilli par un berger qui lui donne une alouette. Il attache l’oiseau par un anneau que lui a donné Neronès – ce qui permet ultérieurement à celle-ci de reconnaître son amant perdu. Elle s’attache à lui, toujours vêtue en garçon et en se faisant passer pour son écuyer, sans se faire connaître.

8Les deux amants errent à l’aventure, sans d’abord s’identifier ; Neronès Cœur d’Acier comprend finalement qui est le chevalier qu’elle sert, mais malgré les quelques indices qu’elle lui met en scène, Nestor ne comprend pas que son « écuyer » est en fait son amie.

9Les deux amants sont accueillis finalement dans le manoir des père et mère de Nestor (Gadifer et la Reine-Fée) ; celle-ci a vite fait de comprendre que l’« écuyer » est une jeune fille. Elle sépare toutefois les jeunes amants : Neronès restera avec elle dans la Forêt des Merveilles, Nestor sera condamné à poursuivre longuement une carrière chevaleresque (au cours de laquelle il remportera une victoire sur Betidès, le Blanc Chevalier). Nestor et Neronès ne seront réunis et mariés qu’à la fin de cette longue séparation.

  • 22 Je dis bien grosso modo : je montrerai plus loin que la relation Perceforest-Chevalier Doré est en (...)

10Le tableau suivant situera les séquences narratives, et représentera grosso modo la relation entre l’Histoire du Chevalier Doré et sa source22 :

11À première vue, dans une très large mesure, notre copiste-éditeur a tout simplement transcrit, mot à mot, le texte d’origine, le Perceforest de 1531-32. Précisons toutefois : la construction d’une histoire autonome (nous y reviendrons) exigeait de lui un processus de repérage et de sélection qu’il importe de reconnaître. Comme le tableau 1 l’indique, l’histoire du Chevalier Doré et de son amie Neronès est répartie sur deux livres du Perceforest de 1531-32 ; les rubriques de ce dernier, peu fréquentes, ne fournissent que très peu de repères. Il s’est donc agi – au départ, et au minimum – d’une lecture attentive : apercevoir si l’on veut un roman « virtuel », en herbe ; en comprendre l’arc narratif ; saisir et articuler les éléments du récit. Tout ceci peut sembler élémentaire, mais a tout de même exigé une nouvelle stratégie éditoriale, de la part ou de Denis Janot ou de celui à qui il déléguait la préparation du texte : il ne s’agissait pas simplement de recopier intégralement un texte préexistant.

12Cela dit, notre copiste-éditeur ne s’est pas tenu à une modeste réception ; la ré-articulation d’un texte existant suppose tout de même une certaine activité éditoriale. Il a fallu qu’il s’affaire donc à gérer, ne serait-ce que de façon minimale, son texte. Il a reconnu par exemple qu’il fallait quelque peu contextualiser une histoire dont les grandes lignes avaient déjà été posées dans les deux énormes livres du Perceforest : ainsi dans le très bref synopsis qu’il a rédigé en préface à son récit, notre copiste-éditeur a voulu clarifier les liens familiaux entre « le roi » sujet du premier chapitre, son fils, et son neveu qui deviendront respectivement le Blanc Chevalier et le Chevalier Doré. Malheureusement, l’épisode qu’il introduisait comprenait deux rois, Perceforest lui-même et un certain Peleon responsable d’un tournoi ; travaillant sans doute à la hâte, notre copiste-éditeur a mal compris, et a transformé le roi Perceforest (père et oncle des futurs chevaliers) en roi Peleon :

  • 23 Les références sont données à partir du texte publié par Janot en 1541 (Paris, BnF, Rés. P Y2 3010 (...)

L’Histoire recite que le Roy Peleon se delibera de faire chevalier son filz & ses deux nepveux, affin qu’il se trouvassent au tournoy qu’il avoit ordonné, & sus le soir s’en alla au temple, ou il demoura toute la nuit pour/endoctriner son fils & ses nepveux. Or vous debves scavoir que avant que le Roy entrast au temple il y estoit entré ung jouvenceau qui avoyt intention d’estre chevalier le lendemain, & pour ce faire estoit il venu au temple. (Aiir23)

13La toilette du texte fait qu’il a fallu gommer aussi par la même occasion tout ce qui aurait, dans le Perceforest de 1531-32, marqué les articulations et les « conjointures » d’un récit très fortement entrelacé : ainsi par exemple le copiste-éditeur refait quelque peu les attaques de chapitre là où le Perceforest – reprenant après un long intervalle le fil d’une histoire – a tenu à rappeler au lecteur quelques détails utiles, et même, parfois, à signaler des principes de composition :

Tableau 2

Perceforest 1531-32

Chevalier Doré 1541

« Pource que l’hystoire ne peult pas racompter les adventures des preux en armes tout a une fois, il prent plaisir a l’acteur, pour coucher ces hystoires par ordre et pour mieulx faire que laisser, a faire mention du Chevalier Doré. Car quant il fut party de la bataille du Blanc Chevalier qui l’avoit assailly, pour laquelle cause le Noir Chevalier les feist departir ainsi que avez ouy, et leur bailla journee au XVe jour ensuyvant au Pin de l’Estrange Merveille pour veoir lequel des deux estoit le plus preux chevalier… » (III, 12r)

« Quant le Chevalier Doré fust parti de la bataille du Blanc Chevalier qui l’avoit assailly, pour laquelle cause le Noir Chevalier les feist departir, & leur bailla journee au XV. jour ensuivant au Pin de l’Estrange Merveille pour veoir lequel des deux estoit le plus preux chevalier… » (Bir)

  • 24 J’emprunte cette expression à Chartier R., « Du livre au lire », Chartier R. (dir.), Pratiques de (...)
  • 25 Je tiens à reconnaître ici ma dette envers les travaux de Colombo Timelli M. ; voir « Syntaxe et t (...)

14Mais ce qui surtout caractérise son activité éditoriale, c’est la (re)mise en texte24 du Chevalier Doré : les titres de chapitres, les bois, les rubriques25. Celles-ci se font de plus en plus explicatives, de plus en plus nombreuses, augmentant ainsi la lisibilité d’un texte destiné peut-être à la nouvelle génération de lecteurs qui pouvaient se permettre, comme on l’a vu, de faire l’acquisition de livres in-octavo. Prenons par exemple la rubrique du chapitre que je viens de citer, et qui représente une partie de ce que j’appelais plus haut la séquence A :

Tableau 3

Perceforest 1531-32

Chevalier Doré 1541

« Cy racompte comment le Chevalier Doré aprés ce qu’il se fut party de la bataille qu’il avoit eue avec le Blanc Chevalier, se trouva entre ung grant nombre d’esperitz mauvais qui le portoient en exil. Chapitre Ve. » (III, 12r)

« Aprés que le Chevalier Doré fust departi la bataille qu’il avoit eue avec le Blanc Chevalier, il print son chemin pour aller au Pin de l’Estrange Merveille & avoit tousjours vouloir de ne dire son nom à nul chevalier si non que par prouesse et force d’armes le chevalier qui jousteroit contre luy le luy fist dire. » (Aviiiv)

« Comme le Chevalier Doré arriva au Pin de l’Estrange Merveille, & se delibera de y coucher celle nuit, mais les maulvais esperis vindrent vers luy & l’emporterent en exil. » (Biir)

15Dans le Perceforest, une seule rubrique indique (il ne s’agit pas de résumer), très sommairement d’ailleurs, le contenu d’un long chapitre ; pour le Chevalier Doré par contre notre copiste-éditeur, dédoublant le rubricage, prévoit de rendre compte beaucoup plus complètement du contenu des chapitres en tête desquels il les place. Or fait intéressant : ces lieux névralgiques que sont les rubriques – je reprends la jolie expression de Maria Colombo Timelli – témoignent d’une lecture relativement sérieuse : ici par exemple le copiste-éditeur a eu soin de rappeler l’anonymat sur lequel insiste le Chevalier Doré – longuement expliqué dans le chapitre précédent, qui explique l’inimitié entre lui et le Blanc Chevalier, et qui aura des répercussions dans la suite de l’histoire puisque le Chevalier Doré refusera son nom non seulement à Betidès et à d’autres chevaliers, mais aussi à Neronès elle-même.

16Les rubriques témoignent aussi – et de façon intéressante – des « ambitions » du copiste-éditeur : de la lecture qu’il semble avoir lui-même faite, et avoir voulu provoquer chez les lecteurs, du rythme qu’il imposait à son roman. Poursuivons plus loin, dans ce que j’ai appelé la séquence B :

Tableau 4

Perceforest 1531-32

Chevalier Doré 1541

« Cy racompte comment le Chevalier Doré, aprés ce qu’il se fut party de la bataille qu’il avoit eue avec le Blanc Chevalier, se trouva entre ung grant nombre d’esperitz mauvais qui le portoient en exil. » (III, 11r)

« Aprés que le Chevalier Doré fust departi la bataille qu’il avoit eue avec le Blanc Chevalier, il print son chemin pour aller au Pin de l’Estrange Merveille & avoit tousjours vouloir de ne dire son nom à nul chevalier si non que par prouesse et force d’armes le chevalier qui jousteroit contre luy le luy fist dire. » (Aviiiv)

« Comme le Chevalier Doré arriva au Pin de l’Estrange Merveille, & se delibera de y coucher celle nuit, mais les maulvais esperis vindrent vers luy & l’emporterent en exil. » (Biir)

« La demande que fist ung des maulvais esperitz au Chevalier Doré. » (Biiiiv)

« Du bon traictement qui fust faict au Chevalier Doré par la pucelle & ses damoyselles. » (Bviir)

« Comme la pucelle donna le bon soyr au Chevalier Doré aprés qu’ils eurent devisé ensemble, & se retira en sa chambre. » (Ciiiir)

« La coustume de mariage qui est au royaume de l’Estrange Marche, quant on y marie une fille royalle. » (Cvv)

« La response de la pucelle au Chevalier Doré. » (Cviiir)

« Comme la pucelle se douta de la venue du roy son pere. » (Div)

« Le venue du roy au chasteau ou estoit le chevalier & la pucelle. » (Diiv)

« Comme le Chevalier Doré print congié de la pucelle, luy promectant de retourner dedans soixante jours, & comme il print le meilleur cheval du roy. » (Diiiir)

« Comme le Chevalier Doré se combatit contre les deux chevaliers du roy de Norvegue & les abbatit par terre. » (Dvr)

« Cy racompte comment le Chevalier a l’Aigle d’Or… » (III, f. 16v)

Manque : notre texte ne s’intéressant pas au Chevalier a l’Aigle d’or, enchaîne avec les aventures du Chevalier Doré : « De la damoiselle qui fut envoyée de par la pucelle au Chevalier Doré pour luy faire entendre de ses nouvelles. » (Dviir)

  • 26 Maria Colombo Timelli commente cette technique : voir son « Syntaxe et technique narrative », art. (...)

17Les rubriques du Perceforest ne servent ainsi qu’à marquer les (très) grandes coupures du récit, à isoler l’une de l’autre des séquences majeures, à signaler des changements d’optique : ainsi ici les rubriques n’ont d’autre fonction que d’introduire un changement de héros. Notre copiste-éditeur a réimaginé le découpage du texte ; il a par la même occasion cherché à rhythmer le texte, à l’aérer. Parfois il opte pour la facilité en tirant des premières phrases de la portion du texte qui suit quelques mots ou expressions : c’est le cas par exemple de la rubrique « La coustume de mariage qui est au royaume de l’Estrange Marche, quant on y marie une fille royalle » qui reprend tout simplement les quelques paroles d’une des damoiselles de Neronès26. Notre copiste-éditeur a peut-être trouvé intrigant cette curieuse coutume : est-ce pour cela qu’il a choisi de couper ici le texte d’origine ? Parfois au contraire il essaie de rendre compte de la totalité sémantique de ce qui suit : c’est le cas par exemple de l’avant-dernière des rubriques que je viens de citer « Comme le Chevalier Doré print congié de la pucelle, luy promectant de retourner dedans soixante jours, & comme il print le meilleur cheval du roy » où il semble avoir voulu souligner la cohérence narrative puisque les deux chevaliers abattus par le Chevalier Doré dans la dernière rubrique l’ont poursuivi précisément pour récupérer le cheval. Notre copiste-éditeur a remodelé son texte en multipliant les chapitres et les rubriques, stratégie de simplification et de signalisation qui institue d’emblée une lisibilité nouvelle correspondant, semble-t-il, aux goûts d’une génération de lecteurs formée par l’imprimerie ; cette stratégie part d’une lecture attentive et non sans intelligence.

  • 27 J’ai beaucoup parlé de nouveauté ; notons donc aussi – je cite Rawles S., Denis Janot, op. cit., p (...)
  • 28 Crenne, Hélisenne de, Le Songe de madame Helisenne, composé par la dicte dame, la consideration duq (...)
  • 29 Que S. Rawles par mégarde situe à la page Eviiv

18Non sans intelligence : le choix et l’emplacement des bois gravés – empruntés comme je l’ai dit au stock de l’éditeur – témoignent tout de même parfois d’une certaine minutie : notre copiste-éditeur aurait, semble-t-il, fait un petit effort pour assortir rubrique et image27. Prenons par exemple le bois qui accompagne la rubrique « Comme le Chevalier Doré arriva au Pin de l’Estrange Merveille, & se delibera de y coucher celle nuit, mais les maulvais esperis vindrent vers luy & l’emporterent en exil » (Biir). L’image avait servi auparavant à illustrer un ouvrage que venait de publier Janot en 1540, Le Songe de Madame Helisenne28 : un foisonnement d’abstractions et de dieux et déesses antiques. Notre image représentait à l’origine la rencontre auprès d’une fontaine d’une dame vêtue à l’antique avec son amant, tels qu’ils ont été imaginés par Helisenne de Crenne au cours de son songe ; pour le Chevalier Doré, le copiste-éditeur a sélectionné cette image sans doute parce qu’elle comprend, bien que discrètement, l’élément essentiel : un arbre rudimentaire qui pourrait représenter le Pin de la rubrique. Même constatation pour l’image parue dans le Chevalier Doré et qui enrichit la rubrique « Les peines & tourmentz que les seurs du roy Fergus firent souffrir, & endurer à la pucelle Neronnes » (Evv29). Le bois gravé emprunté par notre copiste-éditeur vient lui aussi du Songe de Madame Helisenne : il montre quatre dames vêtues à l’antique en train de fustiger… un homme nu agenouillé par terre. C’est sans doute le mot tourment de la rubrique qui a dû inspirer un choix un peu saugrenu, mais qui aide à rendre plus sensible l’organisation du roman en en soulignant les principales articulations. Nos bois gravés n’ont donc pas qu’une fonction de repérage ; ils n’illustrent certes que très imparfaitement les chapitres qu’ils sont censés accompagner, mais leur copiste-éditeur a visiblement voulu établir, ne serait-ce que lointainement, des liens thématiques entre texte et image. Lecture donc qui est non sans être consciencieuse…

  • 30 Voir là-dessus entre autres Traxler J., « Observations on the Beste Glatissant in the Tristan en p (...)

19N’exagérons tout de même pas : en parlant de « lecture attentive », de « lecture consciencieuse », je risque de faire croire à une opération ré-énonciative de grande envergure. Or si notre copiste-éditeur a soigné la mise en texte du roman, rien ne semble indiquer chez lui une véritable stratégie de recollage propre à rendre cohérent un roman fait finalement d’extraits. Un exemple flagrant : la Bête Glatissant. Elle figurait, on le sait, dans le Tristan en prose ; elle a été reprise par le Perlesvaus et le Perceforest ; elle réapparaît dans notre roman30. Les rubriques apposées aux 23e et 24e chapitres du Chevalier Doré nous signalent :

  • 31 Cette rubrique est celle du Perceforest de 1531-32, et d’ailleurs celle du roman médiéval : voir P (...)

Comme le Chevalier Doré se partist pour aller trouver la pucelle Neronnès sa dame, & par le chemin il trouva la Beste Glatissant, laquelle il subjugua, & de plusieurs autres adventures qui luy survindrent. » (Eviiiv31)
Des chevaliers qui furent desplaisans pour autant que le Chevalier Doré pouruivoit la Beste Glatissant sur leurs terres & signeuries. » (Fiiiv)

  • 32 Voir Perceforest, l. III, t. 2, p. 221.
  • 33 D’autant plus que la Beste Glatissant réapparaîtra dans le cours du roman, surtout au livre VI : v (...)
  • 34 Il est intéressant de comparer avec les procédés de notre copiste-éditeur ceux des prosateurs du X (...)

20Ce curieux et pittoresque épisode, qui retarde longuement dans notre texte les retrouvailles du Chevalier Doré et de Neronès, ne compromettait pas, dans la structure fortement entrelacée du Perceforest, la cohérence du récit : l’auteur du roman médiéval avait saisi l’occasion, pendant la chasse à la Bête Glatissant que mène le Chevalier Doré, de lui faire retrouver d’autres héros du roman qu’on a un peu perdus de vue, et qui vont reprendre leur importance au cours du récit : le Chevalier va vaincre des champions de la joute tels Lyonnel du Glat et Gadifer son cousin, et gagner ainsi le sobriquet de « Roi de Jouteurs32 ». Dans les Perceforest médiévaux et de 1531-32, ce sobriquet est d’une première importance pour la suite du roman33 ; dans l’Histoire du Chevalier Doré par contre – roman plus bref, en principe focalisé sur les amours des deux jeunes gens – il est difficile de voir que cette longue digression ait une fonction dans la suite des événements34.

21N’empêche : parmi les éditeurs et les imprimeurs du XVIe siècle, l’Histoire du Chevalier Doré a joui d’une popularité certaine, et a su survivre, vers la fin du siècle, non seulement au Perceforest (qui n’a pas été réimprimé au XVIe siècle après 1532), mais aussi aux autres grands romans arthuriens dont les dernières éditions datent, en général, des années 1530. J’ai parlé du changement de goût dont témoigne l’immense popularité des Amadis : romans idylliques, exotiques, romans d’évasion pour tout dire. Il est instructif de comparer les pages de titre et les prologues qui introduisent d’une part le Chevalier Doré et d’autre part le Perceforest. Celui-ci arbore dans son prologue et dans son colophon un programme largement pédagogique : le roman est ou bien « la vraye institution et erudition de chevalerie […], la discipline et escolle des preux et la source de magnanimité » ou bien, cette fois-ci dans le colophon, une cronicque racontant les faictz et gestes du roy Perceforest. Les lecteurs – seigneurs magnanimes – y trouveront des modèles de conduite noble et chevaleresque :

la spacieuse mer de toute noblesse, la tresample pourpris de toutes vertuz, les arcs triumphans de glorieuses victoires et finablement l’unique recueil de toute foy, loyaulté, integrité et proesse residens en voz invincibles & tresnobles cueurs…

22Le Chevalier Doré par contre se veut divertissement, plaisir, confort d’amoureux : le paragraphe de conclusion, dont notre copiste-éditeur est sans doute responsable, veut visiblement instaurer une relation de complicité entre texte et lecteur :

Amys Lecteurs, prenez en gré le recitation de la tresplaisante hystoire du noble chevalier Nestor filz du roy d’Escosse… (Oviv)

  • 35 Notons – suivant Sergio Cappello (« La double réception », art. cit.) – que le prologue de l’éditi (...)
  • 36 Voir notre article « From courtoisie to galanterie: what becomes of Tristan in the Renaissance? », (...)

23Le prologue nous promet un roman – sentimental plutôt que chevaleresque – qui va nous solacier & recreer ; nous « trouver[ons] que les amours du temps passé estoient beaucoup plus difficiles et plus penibles à supporter qu’ilz ne sont à present » (Aiv) ; le colophon invite à une histoire qui sera « tresjoyeuse, plaisante, recreative, & amoureuse ». Rien donc ici de didactique35 … Or il est intéressant de noter que lorsque Jean Maugin entreprend en 1554 un Nouveau Tristan36, lui aussi insiste non sur l’utilité mais sur le plaisir de cette lecture :

Il n’y aura Gentil-homme, ne autre d’inferieure condition d’esprit & mettable, qui n’y trouve dequoy recréer son ame, lors que tristesse & melencolie viendront pour la ranger en cage plombée et sombre.

24Maugin reprenant le Tristan s’amuse à nous donner un Tristan galant, une Iseut toute de sentimentalité. On comprend peut-être que notre modeste petit roman in-octavo, tissé de mauvais esprits obligeants, d’amours clandestines, de héros et d’héroïnes en travesti, de souffrances d’amour et de triomphants mariages, ait joui d’un modeste succès d’imprimerie… et, fait extraordinaire, de théâtre. Vers la fin du XVIe siècle, un dramaturge anonyme fit monter sur la scène londonienne une pièce inédite :

  • 37 Facsimilé Clyomon and Clamydes, 1599, (printed for the Malone society by H. Hart at t (...)

The Historie of the two valiant knights, Syr Clyomon Knight of the Golden Sheeld, sonne to the King of Denmarke: And Clamydes the white Knight, sonne to the King of Suauia. As it hath bene sundry times Acted by her Majesties Players 37 .

  • 38 Stephen Gossen, dans un traité de 1582 intitulé Playes Confuted in Five Actions, est formel: « I m (...)

25Les metteurs en scène de l’époque élisabéthaine, qui feuilletaient frénétiquement les romans à la recherche de nouveautés, avaient pris connaissance… du Chevalier Doré. Suivant la mode du « grec », le Chevalier lui-même se transforme en Clyomon, Betidès en Clamydes ; y figurent Neronis, et le roi de Norvège. Après une longue suite d’aventures plus ou moins saugrenues – un méchant Bryan sance Foy, des naufrages, des déguisements, un serpent volant, des petits rôles pour Alexandre le Grand et pour la Providence en personne descendue du ciel – les amants sont comme il se doit réunis ; s’ensuivent les célébrations, les danses, obligatoires… Belle conjointure : malgré une certaine réticence de la part des intellectuels contemporains qui dédaignaient des pièces de ce genre38, voilà qu’une jolie petite histoire extraite d’un roman né dans le Hainaut au XIVe siècle, repris à la cour de Bourgogne au XVe, refait selon les goûts des lecteurs impatients du XVIe, a su gagner les suffrages d’un public anglais avide de théâtre à sensations…

Notes

1 Il est vrai qu’un Vérard par exemple en rédigeait parfois lui-même quelques-uns : voir Winn M.B., Anthoine Vérard, Parisian publisher, 1485-1512 : prologues, poems and presentations, Genève, Droz, 1997. Cela dit, Mme Winn a pu isoler seulement une vingtaine de prologues sur l’immense production de l’imprimeur.

2 « Notice sur un recueil de louanges », Romania, t. 49, 1923, p. 48-62.

3 Voir Jurgens M., « Galliot du Pré et sa famille », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance t. 4, 1944, p. 427-35.

4 Voir Guillaume Alexis, Oeuvres poétiques, éd. piaget A. et picot E., 3 t., Paris, Firmin Didot, SATF, 1896-1908, t. II, p. 77, et Winn M. B. « Books for a Princess and her Son : Louise de Savoie, François d’Angoulême, and the Parisian Libraire Antoine Vérard », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 46, 1984, p. 603-17.

5 Publié par Vérard en 1486 ou 1487 (voir BnF Rés. Ye 168).

6 Voir le fac-similé éd. Droz E. and Piaget A., SATF, 2 t., Paris, Firmin-Didot, 1910-1925, t. II, p. 39.

7 Voir Delisle L., « Documents parisiens de la bibliothèque de Berne », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile de France, t. 23, 1996, p. 225-80, articles 24, 154.

8 Les historiens de l’imprimerie en parlent fugitivement : voir par exemple Parent A., Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974, p. 121-22; Hirsch R., Printing, Selling and Reading, 1450-1550, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1967, p. 45-48; Edmunds S., « From Schoeffer to Vérard: Concerning the Scribes Who Became Printers », Hindman S. (dir.), Printing the Written Word: The Social History of Books circa 1450-1520, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1991, p. 21-40.

9 Sauf erreur, une seule étude est consacrée à ce texte : Cappello S., « La double réception du Chevalier Doré (Denis Janot, 1541 ; Denis de Harsy, 1542 ; Jean Bonfons, s.d.) », Studi Francesi, t. 159, 2009, p. 535-48 ; son optique, bibliographique, est toutefois différente de la mienne. Anne Berthelot aurait présenté une communication « Du roman de Perceforest à l’Histoire du Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Coeur d’Acier : toilettage d’une esthétique romanesque », à un colloque Le roman à la Renaissance (Tours, 1990) : je n’ai pu trouver trace des actes.

10 Les imprimeurs devaient sans doute se fier aussi à leurs typographes, parfois à leurs « correcteurs », pour le remaniement des textes médiévaux ; voir Martin H.-J., Mise en page et mise en texte du livre français : La naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècles), Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2000, p. 204-206.

11 Voir Pettegree A., Walsby M. and Wilkinson A., French Vernacular Books/Livres vernaculaires français, Leiden, Brill, 2007.

12 Sur Janot, consulter la thèse exhaustive mais malheureusement inédite de Rawles S. : Denis Janot : Parisian Printer and Bookseller (fl. 1529-1544) : A bibliographical study (3t.; PhD diss, Warwick, 1976) [BnF, Réserve, Us, Nz 104bis], qui présente une brève étude sur le Chevalier Doré, t. II, p. 139. Pour le Chevalier Doré, Brunet J.-Ch., (Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot, 1860-65, IV, col. 686), cite à tort des éditions de la fin du XVe siècle et de 1503 ; l’editio princeps est bien de 1541. Le Chevalier Doré fut réédité plusieurs fois ; voir Cappello S., « La double réception », art. cit. L’édition de 1570, dans l’exemplaire de Lyon, se lit sur gallica.

13 Le roman arthurien disparaît presque entièrement du marché à partir de 1540 : un Lancelot – abrégé – paraîtra en 1591 chez Benoît Rigaud ; un Isaïe en 1584 ; un Nouveau Tristan (nous y reviendrons) composé par Jean Maugin en 1554.

14 On trouvera les détails chez Cooper R., « ‘Nostre histoire renouvelée’ : The Reception of the Romances of Chivalry in Renaissance France », Anglo S. (dir.), Chivalry in the Renaissance, Woodbridge, The Boydell Press, 1990, p. 175-238, et Ménard Ph., « La réception des romans de chevalerie à la fin du Moyen Age et au XVIe siècle », Bibliographical Bulletin of the International Arthurian Society, t. 49, 1997, p. 234-73. Selon Rothstein M., l’année 1540, année de la publication d’Amadis, marquerait en effet un changement de goût radical : « Introduction : Charting Change Around 1540 », Rothstein M. (dir.), Charting Change in France Around 1540, Selinsgrove, Selinsgrove University Press, 2006, p. 9-39.

15 L’editio princeps du Lancelot parut en 1488 chez Le Bourgeois (Rouen) et J. Dupré (Paris), mais sans doute avec l’appui de Vérard ; celle du Tristan parut chez Vérard en 1489 ; voir Pickford C.E., « Antoine Vérard : éditeur du Lancelot et du Tristan », Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Age et de la Renaissance offerts à M. Charles Foulon… par ses collègues, ses élèves et ses amis, 2 t., Rennes, institut de français, université de Haute-Bretagne, 1980, I, p. 277-85. Les deux romans furent republiés à plusieurs reprises dans la première moitié du XVIe siècle : voir Pettegree et al., French Vernacular Books, op. cit.

16 Voir par exemple Coq D., « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », Histoire de l’édition française, t. 1 : Le livre conquérant : Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, Paris, Promodis, 1982, p. 177-93.

17 Pour la « modernité » de la lettre romaine, voir Martin H. J., Mise en page, op. cit., p. 180ss.

18 Voir Rawles S., Denis Janot, op cit., t. II, p. 139. La majorité des bois gravés (14 sur 37) ont servi pour la première fois à l’édition du Songe de Madame Helisenne que Janot avait fait paraître en 1540 (voir Rawles S., Denis Janot, op. cit., t. II, p. 116) ; les autres sont hétéroclites.

19 L’Amadis devait se vendre en format octavo à partir de 1548 et se faisait fort d’être ainsi adapté aux désirs des femmes : voir Simonin M., « Disgrâce d’Amadis », Studi francesi, t. 28, janv-avril 1984, p. 1-35, et Rawles S., « The earliest editions of Nicolas de Herberay’s translations of Amadis de Gaule », The Library, 6th ser., 3, 1981, p. 91-108.

20 Notons qu’Amadis – et d’ailleurs d’autres romans du XVIe siècle tel Alector de Barthélémy Aneau (1500) – se déclarent au même titre arthuriens : là encore, les personnages se disent « pré-arthuriens ».

21 Je simplifie quelque peu… L’histoire de Nestor et de Neronès se lisait à l’origine dans le livre II (t. 2, 747-790, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 2001), dans le livre III (t. 2 et t. 3, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 1991-1993, chap. XXXIII, XXXIX-XLVI, XLIX, LX) et dans le livre IV (t. 1, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 1987, p. 49). Je cite le texte désormais à partir de ces éditions.

22 Je dis bien grosso modo : je montrerai plus loin que la relation Perceforest-Chevalier Doré est en fait plus complexe. Les références pour le Perceforest de 1531-32 sont données d’après l’édition du texte de Galliot du Pré conservée à la BnF (Rés. Y2 35, 36, 37). Je donne ici par commodité les références des écrans gallica : pour le Chevalier Doré de 1570, http://GALLICA.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k790237.r=chevalier+doré.langENvoir ; pour le Perceforest de 1528, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k116776x.r=perceforest.langEN

23 Les références sont données à partir du texte publié par Janot en 1541 (Paris, BnF, Rés. P Y2 3010).

24 J’emprunte cette expression à Chartier R., « Du livre au lire », Chartier R. (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 1985, p. 81-117 (surtout 104-106). Chartier entend par mise en texte tout ce qui favorise ce qu’il appelle « une nouvelle lisibilité » – par exemple, la typographie, la rubrication… ; voir aussi Chartier R., « Stratégies éditoriales et lectures populaires, 1530-1660 », Martin H.-J., Chartier R. et Vivet J.-P. (dir.), Histoire de l’édition française. t. I : Le livre conquérant : Du Moyen Age au milieu du XVIIe siècle, Paris, Promodis, 1982, p. 585-603.

25 Je tiens à reconnaître ici ma dette envers les travaux de Colombo Timelli M. ; voir « Syntaxe et technique narrative : titres et attaques de chapitre dans l’Erec bourguignon », Fifteenth-Century Studies, t. 24, 1998, p. 208-230, et « Pour une « défense et illustration » des titres de chapitres : analyse d’un corpus de romans mis en prose au XVe siècle », Bury E. et Mora F. (dir.), Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 209-232. Signalons aussi l’article de Quéruel D., « La naissance des titres : rubriques, enluminures et chapitres dans les mises en prose du XVe siècle », À plus d’un titre. Les titres des oeuvres dans la littérature française du Moyen Age au XXe siècle, Lyon, CEDIC, université Jean Moulin-Lyon 3, 2000, p. 49-60.

26 Maria Colombo Timelli commente cette technique : voir son « Syntaxe et technique narrative », art. cit., p. 214-215.

27 J’ai beaucoup parlé de nouveauté ; notons donc aussi – je cite Rawles S., Denis Janot, op. cit., p. 55 – que Janot introduisait une nouvelle esthétique du bois gravé (« a new style of woodcut… quite different from the books with gothic illustrations »).

28 Crenne, Hélisenne de, Le Songe de madame Helisenne, composé par la dicte dame, la consideration duquel est apte à instiguer toutes personnes de s’aliéner du vice, et s’approcher de vertu, Paris, Denys Janot, 1540 (Paris, Arsenal, 8-BL-19349 (1). Je consulte ce texte sur Gallica, dans l’édition de 1541, aussi de Janot, et qui est identique à l’editio princeps. L’image en question paraît à la page Civ de ce dernier.

29 Que S. Rawles par mégarde situe à la page Eviiv

30 Voir là-dessus entre autres Traxler J., « Observations on the Beste Glatissant in the Tristan en prose », Neophilologus, t. 74, 1990, p. 499-509, et surtout pour le Perceforest, Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons : croyances et merveilles dans les romans français en prose, XIIIe-XIVe siècles, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2002, p. 311 ss. Anne Berthelot commente brièvement la Bête dans le Perceforest : « Traces du Roman de Perceforest à la fin du XVIIe siècle », Du roman courtois au roman baroque, op. cit., p. 77-90.

31 Cette rubrique est celle du Perceforest de 1531-32, et d’ailleurs celle du roman médiéval : voir Perceforest III/2, p. 214. La suivante par contre est de l’invention de notre copiste-éditeur.

32 Voir Perceforest, l. III, t. 2, p. 221.

33 D’autant plus que la Beste Glatissant réapparaîtra dans le cours du roman, surtout au livre VI : voir la note 221/246 dans Perceforest, l. III, t. 2, p. 448.

34 Il est intéressant de comparer avec les procédés de notre copiste-éditeur ceux des prosateurs du XVe siècle qui, selon Georges Doutrepont, abrégeaient « les passages ennuyeux » : monologues, dialogues, analyses psychologiques : Les mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du XIVe au XVIe siècle, Bruxelles, 1939 ; réimpr. Genève, Slatkine Reprints, 1969, p. 560-99. Notons que la seule suppression majeure de notre texte – celle du « Lai Piteux » chanté par Neronès – est celle aussi du Perceforest de 1531-32, qui résume seulement : « Et Cueur d’Acier print sa harpe puis commença son lay, qui signifioit en substance toutes les adventures d’elle et du Chevalier Doré. » (III, f. 114r)

35 Notons – suivant Sergio Cappello (« La double réception », art. cit.) – que le prologue de l’édition de Bonfons revient au chevaleresque…

36 Voir notre article « From courtoisie to galanterie: what becomes of Tristan in the Renaissance? », à paraître.

37 Facsimilé Clyomon and Clamydes, 1599, (printed for the Malone society by H. Hart at the Oxford University Press, 1913); édition moderne de Littleton B. J., Clyomon and Clymydes: A Critical Edition, La Haye, Mouton, 1968. La date de la première représentation est inconnue ; impossible de savoir si en fait elle a été représentée : la troupe de « her Majesties Players » fut formée en 1583, mais il est probable que le texte fut imprimé après-coup. Il est en fait probable que le dramaturge ait connu aussi – ou plutôt – le Perceforest proprement dit, vue la présence d’un Bryan sance Foy, personnage du Perceforest et non du Chevalier Doré ; voir sur la pièce élisabéthaine notre article « ‘Mongrel Tragi-Comedy’ : Perceforest on the Elizabethan Stage », à paraître dans les Mélanges Keith Busby.

38 Stephen Gossen, dans un traité de 1582 intitulé Playes Confuted in Five Actions, est formel: « I may boldely say it because I haue seen it, that the Palace of pleasure, the Golden Asse, the Aethiopian historie, Amadis of Fraunce, the Rounde table, baudie Comedies in Latine, French, Italian, and Spanish haue been thoroughly ransackt to furnish the Playe houses in London. »

Table des illustrations

Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

Professeur à l’université de Durham

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540