Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

L’abréviation et son lien avec la ponctuation dans les versions manuscrites et imprimées du roman de Perceforest

Huei-Chen Li

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Les abréviations dans les livres liturgiques du XVe siècle : pratique et théorie », Actas del VI (...)
  • 2 D’après Bergeron R. et Ornato E. (« La lisibilité dans les manuscrits et les imprimés de la fin du (...)

1D’après C. Bozzolo, D. Coq, D. Muzerelle et E. Ernato1, l’abréviation peut jouer un rôle sur trois plans : d’abord, elle sert à économiser sur le temps et l’espace nécessaires à la transcription d’un texte ; ensuite, elle augmente la vitesse de transcription pour tenter de l’adapter à celle de la parole ; enfin, elle joue sur la longueur matérielle des mots, en fonction des limites de l’espace scriptible : autrement dit, les « contraintes de fin de ligne » et les « contraintes de fin de page ». Pour ainsi dire, la fonction fondamentale de l’abréviation est l’économie du temps, de l’espace et de l’argent en préservant la lisibilité du texte2.

  • 3 « Sur l’origine des complications de l’orthographe française », Le Français Moderne, t. 8, 1940, P (...)
  • 4 Histoire de la formation de l’orthographe française. Des origines au milieu du XVIe siècle, t. I, (...)
  • 5 Pour donner quelques idées sur l’influence de la théorie de C. Beaulieux sans entamer des recherch (...)
  • 6 Fournier P.-F., (« Sur l’origine… », art. cit., p. 265-266) : « […] la mode des lettres quiescente (...)
  • 7 D’après Fournier P.- F. (art. cit., p. 260), pour enfler les écritures, il existe bien d’autres mo (...)

2C’est dans ce sens que P.-F. Fournier3, s’appuyant sur l’abondance des abréviations dans les actes, a remis en cause la théorie de C. Beaulieux4, généralement admise depuis 19275, sur la complication des graphies entre les XIIIe et XVe siècles propagée par les scribes des chancelleries et praticiens qui cherchent à accroître leur salaire par l’ajout des lettres superflues6. Selon P.-F. Fournier, si les scribes ont tout fait pour l’augmentation de leur gain par le biais de l’abus des lettres quiescentes, pourquoi ont-ils employé des signes abréviatifs pour reperdre les espaces qu’ils ont gagnés7 ?

  • 8 C’est le cas du manuscrit B de Perceforest. Entre la rubrique et le texte du chapitre II de la qua (...)

3Rappelons que dans une époque où les parchemins et les papiers coûtaient cher, le budget de chaque livre variait en fonction des commanditaires/imprimeurs ; de plus, certaines versions favorisent les espaces des miniatures au détriment de ceux du texte8. En tout état de cause, les copistes/imprimeurs sont censés produire le texte entier dans les espaces limités. De ce fait, il est légitime de s’interroger sur leur façon d’aménager des espaces limités. Comme on sait bien que la ponctuation est un système graphique qui contribue à l’organisation du texte écrit moyennant l’insertion de signes, l’emploi des signes de ponctuation signifie la prodigalité des espaces. Pour récupérer ces espaces perdus par l’ajout des signes, on fait appel aux abréviations qui ressortissent à un système cohérent destiné à économiser les espaces.

4Notre étude commencera par distinguer les différents types d’abréviations ; ensuite, nous enquêterons sur la fréquence des abréviations en fin de ligne ; enfin nous nous interrogerons sur le lien entre l’abréviation et la ponctuation dans le dessein de faire apparaître le système de compensation caractérisant chaque version.

Présentation du corpus

5Notre étude est basée sur trois versions manuscrites et imprimées du chapitre II de la quatrième partie du roman de Perceforest (i.e. le manuscrit Arsenal 3489, le manuscrit fr. BNF 109 et l’imprimé de 1528).

Le manuscrit C9 (1460)10

  • 9 Le manuscrit C (Arsenal 3483-3494) est le seul manuscrit qui conserve l’intégralité du roman de Pe (...)
  • 10 Les souscriptions précisent que le manuscrit C a été exécuté en 1459-1460. Ms. 3484, f. 517v : « C (...)
  • 11 Dans le prologue de la première partie du roman de Perceforest, à savoir le ms. 3483, f. 10r.-10v  (...)
  • 12 J’emprunte cette expression à Marchello-Nizia C., « Ponctuation et unités de lecture dans les manu (...)

6Conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal 3489, ce manuscrit en papier a été rédigé par David Aubert sur le commandement de Philippe le Bon11. Il contient 29 lignes par page pleine. Le chapitre II se divise en 10 unités de lectures12 textuelles : une lettrine ornée de 5 lignes de haut en bleu et en rouge se place au début du chapitre II ; 9 lettrines de deux lignes de haut sans filigranes alternativement en rouge et en bleu se trouvent dans les paragraphes.

Le manuscrit B13 (1471-1477)14

  • 13 Le manuscrit B (BnF fr. 106-109) est constitué de quatre volumes in-folio qui comprennent les quat (...)
  • 14 G. Roussineau (Perceforest. Quatrième partie, Genève, Droz, 1987, p. xxvi-xxvii) suppose que le ma (...)
  • 15 Taylor J. H. M. (éd. de la première partie de Perceforest, Genève, Droz, 1979, p. 12) signale que (...)

7Conservé à la Bibliothèque Nationale, français 109, écrit sur deux colonnes de 36 lignes tracées. Ce manuscrit en parchemin a été exécuté pour Jacques d’Armagnac. Malheureusement la décoration n’est pas achevée, toutes les lettrines restent virtuelles15 ; d’ailleurs au début du chapitre II, le manuscrit devrait être orné d’une miniature, car environ la moitié de la colonne droite du folio 29 verso est occupée par des blancs, à savoir 17 unités de réglure. La hiérarchie du texte est respectée, mais moins distincte que le manuscrit C par la taille des lettrines. On distingue aussi 2 types de lettrines virtuelles : lettrine du chapitre occupant trois lignes de haut (1 cas), et celle du paragraphe de deux lignes de haut (4 cas).

L’imprimé E16 (1528)17

  • 16 L’édition de 1528 est une édition complète du roman de Perceforest qui contient 6 tomes de 2 volum (...)
  • 17 Sous le titre du tome i de l’édition de Galliot de Pré (Rés. Y2 28) : « (...)
  • 18 Woledge B. dans son répertoire Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs (...)

8Conservé à la Bibliothèque Nationale, Rés. Y2 3118, l’imprimé E a été imprimé à Paris par Nicolas Cousteau pour Galliot du Pré. Papier, in-folio gothique à deux colonnes de 53 lignes. Le chapitre II contient une lettrine de chapitre occupant 6 lignes de haut, et une lettrine de paragraphe de 4 lignes de haut.

9La description des trois versions est résumée dans le tableau ci-dessous :

Tableau A

Tableau A
  • 19 Pour obtenir le nombre des occurrences-mots, nous avons d’abord transcrit le corpus sous le logici (...)

Note 1919

  • 20 J’emprunte le terme « occurrences-mots » à Lavrentiev A. (« À propos de la ponctuation dans l’Imag (...)

Note 2020

10À la lumière du tableau, le manuscrit C présente une narration beaucoup plus allongée que les versions BE, car la statistique nous révèle environ 30 % de différence entre le manuscrit C et le manuscrit B, et 24 % entre le manuscrit C et l’imprimé E. D’ailleurs, remarquons que le taux des lettrines conditionne l’étendue des unités narratives ; plus les lettrines apparaissent fréquemment, plus les unités narratives sont réduites. En conséquence, le manuscrit C est la version la plus segmentée des trois versions, car chaque unité narrative ne contient en moyenne que 226.8 mots, alors que l’imprimé E présente en moyenne 909 mots dans une unité narrative. Notons également que le manuscrit C, copié à longues lignes, comporte en moyenne plus de mots par ligne que les versions BE, disposées sur deux colonnes (C : 10.45 mots ; B : 6.56 mots ; E : 8.69 mots). Toutefois, la page de l’imprimé E est beaucoup plus dense que celle du manuscrit C, étant donné que l’imprimé E contient en moyenne 921.14 mots par page (8.69 mots × 106 lignes), par opposition au manuscrit C qui réalise en moyenne 303.05 mots par page (10.45 mots × 29 lignes).

Résultat de l’enquête

Principes d’analyse

  • 21 S’appuyant sur la définition au sens large de la ponctuation de Catach N. (La Ponctuation, Paris, (...)

11Nous entendons par ponctuation un système graphique qui participe à l’organisation du texte écrit. Nous recensons dans la présente analyse exclusivement les signes de ponctuation à l’intérieur du texte tels que le point, le comma, la barre oblique, le pied-de-mouche. Les signes peuvent s’associer avec les marques de ponctuation21 tels que les initiales, les majuscules et les blancs pour former des combinaisons différentes. Cependant, lorsque les marques de ponctuation ne sont pas accompagnées de signes, nous les excluons de notre étude.

  • 22 Au Moyen Âge, l’usage des marques de coupure n’est pas obligatoire.

12Pour mettre en évidence la corrélation entre la ponctuation et l’abréviation, nous ne tenons pas compte des doubles traits obliques en fin de lignes en cas de coupures des mots sur deux lignes22.

  • 23 Voir Li H. C. « La ponctuation dans quelques manuscrits de David Aubert », Loxias, t. 30, p. 11.

13Par ailleurs, signalons que le manuscrit C use assez régulièrement des signes composés (25 cas23) par opposition aux versions BE qui emploient le plus fréquemment des signes simples. Il faut rappeler que la transcription du texte à l’époque médiévale par les copistes reste plus souple que la composition du texte par les typographes, car les écritures des versions CB dépassent assez souvent la ligne de justification, y compris les signes de ponctuation. Nous recueillons dans le manuscrit C 16 fois le signe « barre oblique » à l’extérieur de la longueur prédéfinie des lignes. Pour faciliter le comptage, nous nous contentons d’enregistrer les signes ou les combinaisons de signes et les abréviations qu’offre notre corpus, même s’ils se trouvent dans les marges.

Tableau B

Ref.

Nombre d’abréviations

Proportion d’abréviation

Nombre de signes

Taux de ponctuation

Ms. C (1460)

69

69/2268 (3.04 %)

232 ponctuations

232/2268 (10.22 %)

Ms. B (1471-1477)

27

27/1741 (1.55 %)

47 ponctuations + 3 points abréviatifs

50/1741 (2.87 %)

Imprime E (1528)

107

107 / 1818 (5.88 %)

195 ponctuations

195/1818 (10.72 %)

Les types d’abréviations dans les trois versions

Tableau C

Tableau C
  • 24 Il est parfois difficile de faire la distinction entre les abréviations par signes spéciaux et les (...)

Note 2424

  • 25 Le signe standard « 9 » qui renvoie aux syllabes « con/ com » dans l’imprime E se présente plutôt (...)

Note 2525

Rappel historique

  • 26 « Abréviation et frontières de mots », Andrieux-Reix N. et Monsonégo S. (dir.), Langue française. (...)
  • 27 Selon Gasparri F. (Introduction à l’histoire de l’écriture, Paris, Brepols, 1994. p. 142), on util (...)
  • 28 Prou M. (Manuel de paléographie latine et française, Paris, A. Picard, 1924, p. 115) distingue cinq (...)
  • 29 Selon Prou M. (op. cit., p. 113), c’est grâce à l’importation des « nomina sacra » que les abrévia (...)
  • 30 Selon Prou M. (op. cit., p. 124), ce procédé est à l’origine une variété de l’abréviation par cont (...)
  • 31 D’après Stiennon J. (Paléographie du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1991, p. 125), à partir du IV(...)
  • 32 Op. cit., p. 144.

14D’après G. Hasenohr26, il subsiste très peu d’abréviations dans les manuscrits littéraires de l’Antiquité tardive, car ils sont généralement calligraphiés en lettres d’apparat (capitales ou onciales), sauf le tilde de nasalité, la désinence – b ; (-bus), et l’enclitique – q ; (-que27). Or, dans l’écriture courante, c’est-à-dire dans les papyrus écrits en minuscules, les abréviations se rencontrent plus fréquemment : on distingue en général deux traditions dont l’une s’appelant « notae antiquae » ou « notate juris » est profane, et l’autre se nommant « nomina sacra » est chrétienne. La première contient quatre types d’abréviations : les abréviations par suspension28 (nom = nomen, au = autem), les abréviations par contraction29 (absns = absens, hc = haec), les abréviations par signes tachygraphiques (p barré = per/par, p cédille = pro,9 = us/os/ous), ainsi que les abréviations par lettres suscrites30 (qi = qui, si = sibi) ; la deuxième implique des termes abrégés le plus souvent par contraction pour désigner Dieu, puis l’Église, et les fonctions ecclésiastiques31. Soulignons que ce sont d’abord les moines irlandais, puis les Anglo-saxons qui généralisent le système abréviatif en introduisant de nouveaux signes tachygraphiques (÷ = est) et en augmentant l’usage des abréviations par contraction dans les manuscrits. À partir du IXe siècle, les abréviations des scriptoria occidentaux cessent d’être anarchiques et grâce à l’effet unificateur de la réforme carolingienne s’élabore un répertoire d’abréviations latines harmonisé. Celui-ci reste stable jusqu’au XIIe siècle. Selon F. Gasparri, avec l’essor des écoles, les abréviations se multiplient et prolifèrent au XIIIe siècle. L’usage des abréviations se poursuit aux XVe et XVIe siècles32.

15En somme, au Moyen Âge, les copistes adoptent le système graphique du latin pour noter les textes en langue vernaculaire, c’est-à-dire l’alphabet et les abréviations. Au XVIe siècle, les imprimeurs continuent à utiliser les abréviations dont les copistes usaient.

La pratique des abréviations dans les trois versions

16Avant d’analyser le système abréviatif des trois versions, pour faciliter le classement, on inclut les tildes de nasalité et les signes tachygraphiques dans les abréviations par signes spéciaux. Il est à remarquer qu’au niveau de la variété des types d’abréviations, les versions CB disposent de quatre types d’abréviations par opposition aux deux sortes d’abréviations de l’imprimé E.

17Dans un premier temps, il n’est pas difficile de constater que les abréviations par signes spéciaux sont les plus couramment usitées dans les trois versions, en particulier dans l’imprimé E où elles représentent 96.26 % des emplois, les versions CB ayant quant à elles un taux moyen (C : 53.62 %, B : 55.55 %). Mis à part les abréviations par signes spéciaux, les manuscrits CB emploient aussi les abréviations par contraction (C : 30.43 %, B : 18.51 %) en contraste avec l’absence totale d’occurrences dans l’imprimé E. En ce qui concerne les abréviations par lettres suscrites, bien qu’elles soient présentes dans les trois versions, la proportion varie d’une version à l’autre : le pourcentage reste relativement infime dans l’imprimé E (3.73 %) en comparaison des manuscrits CB qui montrent approximativement le même pourcentage (C : 14.49 %, B : 14.81 %). De cela on est amené à supposer que l’imprimé E prend soin de ne pas user des abréviations trop efficaces comme les abréviations par contraction par peur d’embarrasser les lecteurs moins chevronnés, car l’imprimé vise un public plus large que le manuscrit. Toutefois, l’imprimé E a sporadiquement recours à l’abréviation par lettres suscrites, une variété de l’abréviation par contraction, pour aider les lecteurs à identifier plus aisément les mots (reqiers, seigner).

  • 33 Dans notre thèse basée sur le chapitre i de la quatrième partie du roman de Perceforest (op. cit.,(...)

18Il est curieux de repérer trois cas isolés concernant les noms de personnes avec abréviation par suspension dans le manuscrit B : « gad. : 2, percef. : 133 ». Notons que ces formes abrégées sont accompagnées d’un point pour signaler l’inachèvement du mot. Il est également possible de recourir au trait horizontal sur la lettre finale du mot pour indiquer l’abréviation par suspension ; on repère un cas unique dans le manuscrit C (zc). Il faut souligner que l’abréviation par suspension, le plus efficace des procédés d’abréviation, épargne couramment des lettres voire des syllabes en notant seulement la première lettre du mot ou de la syllabe, et risque de ne plus être comprise plus tard par les lecteurs moins compétents. C’est peut-être la raison pour laquelle on rencontre assez peu de cas dans les manuscrits CB.

  • 34 Dans le chapitre i de la quatrième partie du roman de Perceforest, l’imprimé E place le tilde sur (...)

19Par ailleurs, dans le cadre des abréviations par signes spéciaux, il est évident que le tilde est le signe abréviatif qui a la signification la plus large. Sauf exception34, lorsque le tilde surmonte une voyelle, il marque une nasalisation (cote, quat, getil). Les tildes de nasalité sont particulièrement fréquents dans les trois versions : on dégage respectivement 55 des 107 cas (51.40 %) dans l’imprimé E, 10 des 27 cas (37.03 %) dans le manuscrit B et 33 des 69 cas (47.82 %) dans le manuscrit C. Pourtant, lorsque le tilde se place sur une consonne, il peut avoir des valeurs très variées. Les trois versions présentent le tilde surmontant la lettre « q » pour marquer la syllabe -que (q = que). Il arrive parfois que la conjonction ou le pronom relatif « q » soit suivi d’un pronom commençant par une voyelle (il, ilz) : en l’occurrence, le signe « q » renvoie à la forme élidée (qu’i) dans « ql = qu’il » et « qlz = qu’ilz ».

  • 35 « Écrire en latin, écrire en roman », art. cit., p. 92.
  • 36 Dans notre thèse, les versions CE nous offrent des occurrences dans lesquelles le signe p barré pe (...)
  • 37 Audisio G., et Rambaud I., « Le XVIe siècle qui, avec Jean de Trittenheim (1518), redécouvre ces n (...)

20En ce qui concerne les autres signes spéciaux, on enregistre la perluette « z », d’origine tironienne, qui résulte de la ligature des lettres « e » et « t ». Elle est répandue dans l’imprimé E (26 cas), tandis que les manuscrits CB ne présentent chacun qu’un seul cas dans notre enquête. En dehors de la perluette, les versions BE font aussi appel à un autre signe tironien « 9 » (= us), constamment placé en finale de mots et en exposant, dans les quantificateurs indéfinis (E : to9 = tous) et les pronoms (BE : vo9 = vous). G. Hasenhor nous révèle que dès le XIIIe siècle, certains copistes combinent déjà le signe « 9 » avec la lettre o pour reconstituer le digramme ou qui note le son [u]35. De surcroît, les versions CE présentent le signe tachygraphique tironien p barré qui désigne per ou par, elles emploient toutes les deux ce signe dans la préposition monosyllabe « par36 ». Enfin, comme les trois signes précédents, le signe « 9 » (= con/ com) est une note tironienne ; il se repère deux fois au commencement des mots dans l’imprimé E (9me = comme, 9gé = congé). De cela il découle que l’imprimé E connaît bien le système abréviatif médiéval, surtout un certain nombre de signes particuliers ayant une valeur déterminée37. En résumé, dans la grande majorité des occurrences, l’imprimé E emploie ce type d’abréviations, alors que les manuscrits CB ne présentent qu’environ la moitié du pourcentage.

21En ce qui concerne les abréviations par lettres suscrites, de même que les abréviations par signes spéciaux, elles se rencontrent dans toutes les versions. Les paléographes pensent que ce type d’abréviations est peu rentable pour les copistes sur le plan de l’économie du temps. En effet, même si les lettres suscrites permettent d’économiser le plus souvent deux lettres tels que « por = pour », les copistes devaient prendre bien plus de temps pour réaliser avec minutie une petite lettre en exposant. Il arrive assez fréquemment que les lettres suscrites notent les caractères finaux des mots sans abréger véritablement les lettres : dans ce cas, elles sont liées soit à la décoration soit à la contrainte de fin de ligne, sur ce quoi on reviendra plus tard. (ses, tres, estot, etc). Notons que ce type d’abréviations se repère massivement en fin de ligne dans les trois versions (C : 9/10, B, 3/4, E : 4/4).

  • 38 Dans notre thèse (2007, p. 496), on enregistre deux fois le même mot qui relève de l’abréviation p (...)

22Pour ce qui est des abréviations par contraction, elles sont moins efficaces que les abréviations par suspension dans notre corpus, car elles remplacent en général deux ou trois lettres. Il est intéressant de remarquer que ce type d’abréviations est complètement absent dans l’imprimé E38, tandis que les manuscrits CB s’en servent assez régulièrement (C : 30.43 %, B : 18.51 %). Selon notre enquête, le manuscrit C montre une prédilection particulière pour abréger certains mots, par exemple : les quantificateurs « chun = chascun : 3 », une série de mots construits sur « cheval », tels que « chalier(s) : 7, chal : 2, chalerie : 2, chauchoient : 1 », les possessifs « vre : 3, nre : 1 », les substantifs « pnce = presence : 1, seignrs = seigneurs ». Soulignons que pour le mot « chevalier » qui se trouve communément dans les versions CB, le manuscrit C n’abrège pas la même syllabe que le manuscrit B (C : chalier vs. B : chevalr). Pour le reste des cas, ce sont surtout les adverbes (mlt = moult) et les adjectifs (gnde = grande, chr = chier) qui se repèrent dans le manuscrit B.

23En conclusion, les manuscrits CB ont tendance à favoriser l’emploi des abréviations par signes spéciaux et par contraction par rapport à l’imprimé E qui utilise presque exclusivement les abréviations par signes spéciaux. En outre, bien que les abréviations par lettres suscrites soient connues par les trois versions, les manuscrits CB montrent presque le même pourcentage. Il est à noter que le tilde est un signe passe-partout qui se rencontre dans tous les types d’abréviations, sauf dans celui des abréviations par lettres suscrites. Enfin, le fait que la perluette pullule dans l’imprimé E peut se traduire par la généralisation de ce signe tironien dans les éditions du XVIe siècle, tandis que les versions CB semblent préférer transcrire le joncteur « et » en toutes lettres.

Abréviation et incidence des contraintes de fin de ligne

  • 39 Op. cit., p. 26.
  • 40 Ce traité est édité en 1973 par P. Glorieux parmi les œuvres de Jean Gerson (Paris, Desclée & Cie, (...)
  • 41 Le mot « royne < lat. regīna » comporte encore deux syllabes phonétiques en moyen français, étant (...)
  • 42 La règle cinq note que -mm- et -nn- s’abrègent toujours de la première lettre. La règle 14a énonce (...)

24Selon C. Bozzolo, D. Coq, D. Muzerelle et E. Ernato, le premier traité consacré aux règles des abréviations date du troisième quart du XVe siècle39. Il s’intitule « Quedam regule de modo titulandi… » et figure dans l’appendice de « De laude scriptorum » de Jean Gerson40. En fait, ce traité est fondamentalement basé sur la « loi des jambages » et la « loi de la syllabation » pour faciliter la lecture des lettres et des syllabes à l’intérieur d’un mot. Notre corpus montre que dans la majorité des cas, les trois versions emploient le tilde pour remplacer les consonnes nasales « m » ou « n » qui terminent la syllabe : « metion, getil, euret, estrage, aisy, copaigne, etc. ». Il est rare que la nasale débute la syllabe : on ne relève qu’un seul cas dans le manuscrit B : « roye = royne41 ». En outre, lorsque les mots contiennent des jambages consécutifs, on a tendance à les éliminer pour des raisons de lisibilité. Ainsi, conformément à la recommandation du traité susdit42, on constate la réduction assez régulière des consonnes nasales doubles « -mm-, -nn- » moyennant le tilde dans les trois versions : « feme, comans, coment, renomé, home, bone, etc. ».

25Toutefois, mis à part la loi de la syllabation et la loi des jambages, il convient d’introduire un facteur aléatoire lié à la longueur prédéfinie des lignes dans les livres, c’est-à-dire les contraintes de fin de ligne.

Tableau D

Chapitre II

Nombre d’abréviations

Abréviations en fin de ligne

Fréquence des coupures de mots (nombre de coupures de mots/nombre de lignes)

Abréviations en fin de lignes en cas de chevauchement sur deux lignes

Ms. C (217 lignes)

69/2268 (3.04 %)

36/69 (52.17 %)

27/217 (12.44 %)

4/69 (5.79 %)

Ms. B (265 lignes)

27/1741 (1.55 %)

25/27 (92.59 %)

45/265 (16.98 %)

2/27 (7.40 %)

Imprimé E (209 lignes)

107/1818 (5.88 %)

27/107 (25.23 %)

68/209 (32.53 %)

7/107 (6.54 %)

26Au vu du tableau, on observe d’emblée que les abréviations en fin de ligne sont particulièrement récurrentes dans le manuscrit B (25/27, 92.59 %). Cette fréquence visiblement supérieure à celle des versions CE (C : 36/69, 52.17 %, E : 27/107, 25.23 %) contraste avec le faible emploi des abréviations (B : 1.55 % vs. E : 5.88 % vs. C : 3.04 %). D’ailleurs, il est curieux de constater que l’imprimé E nous offre le pourcentage le moins élevé (25.23 %). Ce taux bas peut s’expliquer par le fait que le typographe a toujours la possibilité de revenir sur sa composition pour condenser sa ligne. Ainsi, l’imprimé E accroît les abréviations à l’intérieur des lignes, ce qui entraîne la baisse des abréviations en fin de ligne.

27Les lignes, limitées par des espaces, ne peuvent pas coucher librement tous les mots entiers, notamment les mots polysyllabes. Lorsque les mots plurisyllabes tombent sur la fin de ligne, on s’efforce de faire coïncider la fin des mots avec la fin de la ligne au moyen d’abréviations. Néanmoins, si les mots sont trop longs pour que les lignes puissent les contenir, les copistes ou les typographes procèdent à la coupure des mots en respectant les règles de la syllabation (C : souve//rain, mar//cha, B : pu//celles, cer//taine, E : da//moiselle, sça//voir). Selon le sondage, il apparaît que les manuscrits CB montrent des pourcentages de coupures de mots moins importants (C : 12.44 %, B : 16.98 %) que l’imprimé E (32.53 %). En dépit de la haute fréquence des coupures de mots, l’imprimé E présente moins d’occurrences contenant les abréviations (7/68, 10.29 %) que le manuscrit C (4/27, 14.81 %). Remarquons que les trois versions nous offrent au total 13 mots abrégés à cheval sur deux lignes, parmi lesquels on en recense 12 qui concernent les syllabes où la consonne nasale « m/n » est finale : « C : coÞ-mans, ho-mes, estra-giere, estra-ges ; B : mai-tenant ; E : d’aco-plir, co-paigne, lyoÞ-nel, me-tion, tresboÞ-ne, mo-tez, te-ple ». Ces 12 occurrences ont recours au tilde nasal permettant de remplacer une seule lettre. Il est moins courant de rencontrer des mots plus sévèrement abrégés : on recueille un cas dans le manuscrit B (gn-de). Il en résulte qu’en cas de mots chevauchant sur deux lignes, l’abrègement ne s’effectue pas à n’importe quel endroit, les scribes ou les typographes préfèrent abréger des groupes de lettres marquant la fin de syllabe au lieu du début de syllabe.

L’abréviation et son lien avec la ponctuation

Tableau E

  • 43 Pour obtenir les résultats cités ci-dessous, il convient de préciser notre façon de faire le décom (...)

Chapitre II

Taux de ponctuation

Taux d’abréviation

Système de compensation (nombre des espaces économisés43/nombre des signes de ponctuation)

Nombre des espaces économisés/nombre des abréviations

Ms. C : 2268 Occurrences-mots

232/2268 (10.22 %)

69/2268 (3.04 %)

106/232 (45.68 %)

106/69 (1 abréviation = 1.53 espace)

Ms. B : 1741 Occurrences-mots

50/1741 (2.87 %)

27/1741 (1.55 %)

47/50 (94 %)

49/27 (1 abréviation = 1.74 espace)

Imprimé E : 1818 Occurrences-mots

195/1818 (10.72 %)

107/1818 (5.88 %)

124/195 (63.58 %)

124/107 (1 abréviation = 1.15 espace)

28À première vue, le manuscrit B est la version qui révèle le taux d’abréviation la plus faible (1.55 %) par rapport aux versions CE (C : 3.04 % ; E : 5.88 %) ; il est également la version la moins ponctuée des trois (2.87 %). Pourtant, si on établit le lien entre le nombre des espaces économisés grâce aux abréviations et le nombre des espaces occupés par les signes de ponctuation, il n’est pas inintéressant de constater que le manuscrit B récupère environ 94 % d’espaces utilisés pour la ponctuation, alors que le manuscrit C compense à peine 45.68 % des espaces. Selon le sondage, il semble que le manuscrit C ne se préoccupe pas tellement de l’économie des espaces : le copiste David Aubert utilise très fréquemment les signes de ponctuation pour mieux organiser le texte (10.22 %) sans se donner la peine de récupérer les espaces moyennant l’emploi des abréviations (3.04 %). En comparaison du manuscrit C, le manuscrit B nous présente un système de compensation particulièrement frappant (94 %) : les abréviations employées par le manuscrit B sont plus efficaces que celles des versions CE, ce qui lui permet de compenser la majorité des espaces perdus par l’insertion de signes de ponctuation. En fait, le manuscrit B, malgré la décoration inachevée, est une copie magnifique qui réserve des espaces considérables aux miniatures au début de chaque livre et chapitre, si bien que le copiste réduit inévitablement les espaces destinés au texte. De cela on est amené à croire qu’à l’époque des manuscrits, avant l’exécution de la transcription du texte, les copistes ont préalablement des idées approximatives sur les pages disponibles à leur portée, et que l’emploi des abréviations semble dépendre non seulement du budget du livre, de la mise en page et des contraintes de fin de ligne, mais probablement aussi de l’usage de la ponctuation. Il est donc peu probable que les copistes, comme l’a remarqué C. Beaulieux dans sa thèse, se soient servis exprès des lettres quiescentes pour remplir les pages.

29Quant à l’imprimé E, il est le texte à la fois le plus ponctué (10.72 %) et le plus riche en abréviations (5.88 %). En d’autres termes, l’imprimé E a tout fait pour économiser le matériau sans oublier de maintenir la lisibilité du texte. L’emploi des abréviations permet à l’imprimé E de regagner environ deux tiers des espaces occupés par la ponctuation (63.58 %).

30Pour ce qui concerne les espaces moyens économisés par une abréviation, c’est le manuscrit B qui dispose du système abréviatif le plus synthétique. La preuve en est que chaque abréviation est apte à épargner en moyenne 1.74 d’espaces par rapport à l’imprimé E dans lequel une abréviation économise à peine 1.15 espaces.

Conclusion

31À partir de l’étude du système abréviatif, basée sur le chapitre II de la quatrième partie du roman de Perceforest, nous pouvons tirer les conclusions suivantes :

  • 44 Dans le chapitre I de la quatrième partie du roman de Perceforest, on repère aussi trois fois un a (...)

32Pour ce qui est des types d’abréviations, les manuscrits CB présentent tous deux quatre sortes d’abréviations en regard de l’imprimé E qui ne nous en offre que deux. Les trois versions se servent massivement des abréviations par signes spéciaux pour omettre une ou plusieurs lettres. Parmi ces signes spéciaux, le tilde remplit des fonctions différentes : il est susceptible d’abréger une consonne nasale (come), ou plusieurs lettres (q, gnde, pnce). En d’autres termes, hormis la notation de la nasalité, le tilde signale aussi bien l’abréviation par suspension que l’abréviation par contraction. Par ailleurs, les signes tachygraphiques dans notre corpus s’emploient plus souvent dans les monosyllabes (to9 = tous, z = et) que dans les polysyllabes (9gé = congé). Quant aux lettres suscrites, on les repère dans la plupart des cas en fin de ligne. Trois abréviations par suspension au moyen d’un point dans le manuscrit B méritent une explication plus précise. Ces trois occurrences se rapportent aux noms de personnes, plus précisément aux deux personnages principaux du roman44 (gad. = gadiffer, perfor. = perceforest). On sait que l’abréviation par suspension, la plus efficace des abréviations, risque de ne plus être comprise plus tard par les lecteurs. Ainsi, la prise en compte de la mémoire des lecteurs explique probablement pourquoi l’abréviation des noms propres par suspension ne se trouve jamais en tête absolue du récit : le copiste du manuscrit B utilise ce type d’abréviation à la condition que les lecteurs se soient déjà familiarisés avec les noms des personnages principaux. Enfin, l’abréviation par contraction, un procédé aussi efficace et économique que l’abréviation par suspension, se rencontre constamment dans une série de mots construite sur « cheval » dans les manuscrits CB (chal, chalier, chalerie, chevalr, chauchoient).

33Au sujet de la fréquence des abréviations en fin de ligne, les statistiques nous amènent à opposer les manuscrits CB à l’imprimé E. En effet, les copistes à l’époque médiévale transcrivent le texte avec une certaine élasticité : pour limiter le nombre des coupures de mots, soit ils laissent des blancs en fin de ligne, soit ils étirent les lettres en bout de ligne, soit ils laissent les écritures déborder dans les marges. Malgré cette souplesse, il est difficile de revenir sur ce qu’ils ont déjà écrit : toute intervention nuit à l’esthétique de la copie. En revanche, bien qu’ils soient soumis à la rigidité de la justification, les typographes ont l’avantage de refaire leur composition autant de fois qu’ils le souhaitent pour condenser la ligne. Comme il est impossible pour les manuscrits CB de prévoir la fin de ligne lors de la transcription du texte, les copistes ont recours le plus souvent aux abréviations pour faire coïncider la fin d’un mot avec la fin de ligne (C : 52.17 %, B : 92.59 %) par opposition à l’imprimé E qui nous offre un pourcentage bien moins élevé (E : 25.23 %). Malgré l’emploi épisodique des abréviations en fin de ligne, l’imprimé E favorise la distribution des abréviations à l’intérieur des lignes (74.73 %), dans le but d’entasser le plus grand nombre de caractères dans une ligne. Cette tendance à densifier la ligne explique pourquoi l’imprimé E accuse une fréquence des coupures de mots plus élevée (32.53 %) que les manuscrits CB (C : 12.44 %, B : 16.98 %). En cas de coupures des mots en fin de ligne, l’abrègement s’effectue en obéissant aux lois de la syllabation.

  • 45 Voir la note 11.

34À travers la mise en corrélation entre la ponctuation et l’abréviation, on arrive à voir comment chaque version aménage des espaces limités. Par rapport aux versions CE, le manuscrit B se caractérise par l’usage parcimonieux des ponctuations (50 cas) et des abréviations (27 cas). Pourtant, lorsqu’on établit le lien entre le nombre des espaces économisés par les abréviations et le nombre des signes de ponctuation insérés, on observe que grâce aux abréviations, le manuscrit B réussit à récupérer environ 94 % des espaces occupés par les signes de ponctuation. Le système de compensation s’avère très saillant dans le manuscrit B, du fait que le copiste accorde des espaces aux miniatures au préjudice de ceux destinés au texte. Pour le manuscrit C, on recense un grand nombre de ponctuations (232 cas) et un nombre moindre d’abréviations (69 cas). Il n’est donc pas étonnant que le manuscrit C présente à peine 45.68 % de compensation. Autrement dit, le manuscrit C privilégie la lisibilité du texte au détriment de l’économie du support. Cette propension au gaspillage des espaces est étroitement liée au souhait du riche commanditaire Philippe le Bon, car dans le prologue de la première partie du roman de Perceforest, le copiste David Aubert dit clairement être responsable de la mise au net du texte45. Quant à l’imprimé E, il accuse le taux d’abréviation le plus élevé des trois versions (5.88 %). Cependant c’est également la version la plus ponctuée des trois (10.72 %). Cela signifie que l’imprimé E cherche à économiser les espaces en tenant compte de la lisibilité du texte. En effet, l’imprimé E, différent des manuscrits CB s’adressant à des commanditaires fortunés, vise un public bien plus large, ce dernier comprenant à la fois des lecteurs compétents et moins chevronnés. Pour ne pas gêner les lecteurs les moins aguerris, l’imprimé E a tendance à employer des types d’abréviations moins efficaces : c’est la raison pour laquelle, en dépit de la haute fréquence de l’emploi des abréviations (5.88 %), on regagne 63.58 % d’espaces environ. Enfin, l’efficacité du système abréviatif dépend du nombre de lettres qu’une abréviation est capable d’économiser ; de ce fait, s’appuyant sur le lien entre le nombre des espaces économisés et la somme totale des abréviations, on est en droit de conclure que le manuscrit B présente le système abréviatif le plus synthétique, car une abréviation y équivaut à 1.74 espaces, tandis que l’imprimé E révèle le système le plus analytique, du fait qu’une abréviation épargne à peine 1.15 espaces.

35Il convient de dire que ces conclusions ne sont valables que pour la présente étude. Pour confirmer cette hypothèse, il faudra élargir notre corpus dans la synchronie en sélectionnant le même type de textes et le même copiste/imprimeur. Ce sera un des futurs sujets de recherche que nous nous promettons de mener.

Notes

1 « Les abréviations dans les livres liturgiques du XVe siècle : pratique et théorie », Actas del VIII Coloquio del Comité Internacional de Paleografía Latina, Madrid, Joyas Bibliográficas, 1990, p. 18.

2 D’après Bergeron R. et Ornato E. (« La lisibilité dans les manuscrits et les imprimés de la fin du Moyen Âge : préliminaires d’une recherche », Scrittura e civiltà, t. 14, 1990, p. 151-159), le livre assume deux fonctions principales : la transmission du message aux lecteurs potentiels et la conservation du message le plus longtemps possible aux lecteurs contemporains et postérieurs. La fonction de transmission comporte elle-même deux volets : l’intégrité du message et le confort de lecture. Ils sont conditionnés à la fois par les compétences des scripteurs et du lecteur, et par des qualités intrinsèques de la page écrite. R. Bergeron et E. Ernato appellent les qualités qui assurent l’intégrité du message et le confort de lecture « la lisibilité du texte ».

3 « Sur l’origine des complications de l’orthographe française », Le Français Moderne, t. 8, 1940, Paris, Éditions d’Artrey, p. 257-266.

4 Histoire de la formation de l’orthographe française. Des origines au milieu du XVIe siècle, t. I, Paris, Champion, 1927 et Le projet de simplification de l’orthographe et de la langue par le retour au « bel françois » du XIIe siècle, Paris, Didier, 1953.

5 Pour donner quelques idées sur l’influence de la théorie de C. Beaulieux sans entamer des recherches exhaustives, citons deux ouvrages majeurs : Brunot F., Histoire de la langue française des origines à nos jours, de l’époque latine à la Renaissance, t. I, Paris, Armand Colin, 1966, p. 526-532 ; François A., Histoire de la langue française cultivée, des origines jusqu’à nos jours, Genève, Alexandre Jullien, 1959, p. 55-58.

6 Fournier P.-F., (« Sur l’origine… », art. cit., p. 265-266) : « […] la mode des lettres quiescentes a été le fait de l’ensemble de ceux qui se servaient alors de l’écriture, scribes administratifs et judiciaires y compris, bien entendu. […] Les graphies du XIIe siècle, même à les prendre dans les manuscrits où elles apparaissent le plus simples et le plus approchantes d’une transcription phonétique, par ce qu’elles renferment toujours d’inconséquences et de variations dans la représentation de certains phonèmes et parce qu’ils ne sont jamais complètement exempts de lettres rappelant l’orthographe latine, me paraissent contenir les germes de l’évolution subséquente. Cette évolution dut s’accomplir sous la poussée de causes multiples : tradition […], analogie […], imitation […], recherche de plus de distinction […], besoin de différenciation […] ».

7 D’après Fournier P.- F. (art. cit., p. 260), pour enfler les écritures, il existe bien d’autres moyens plus efficaces que celui des lettres superflues : l’ajout des synonymes, la répétition des verbes au présent après les avoir exprimés au passé et l’insertion des écritures antérieures in extenso.

8 C’est le cas du manuscrit B de Perceforest. Entre la rubrique et le texte du chapitre II de la quatrième partie, on constate 17 lignes blanches réservées à la miniature. Voir infra.

9 Le manuscrit C (Arsenal 3483-3494) est le seul manuscrit qui conserve l’intégralité du roman de Perceforest, il comprend 6 tomes en 12 volumes. Pour avoir une description du manuscrit C plus détaillée, lire la thèse de G. Roussineau (Édition critique et commentaire de la quatrième partie du Roman de Perceforest, université de Paris 4-Sorbonne, 1982, p. 93-100).

10 Les souscriptions précisent que le manuscrit C a été exécuté en 1459-1460. Ms. 3484, f. 517v : « Cy fine le premier volume de cestuy traittié qui fu acevé l’an mil cccc et cinquantenuef » ; Ms. 3490, f. 581r : « Cy fine le quatriesme volume des anchiennes croniques de la grant bretaigne […] ainsi que la matiere le requiert./ l’an de grace mil cccc/soixante » ; Ms. 3492, f. 470r : « Cy fine le v. e volume des anchiennes croniques […] pour le grosser et historier en vellin, l’an de grace mil cccc soixante. » En résumé, les deux premiers tomes ont été transcrits en 1459, et les quatre autres tomes en 1460.

11 Dans le prologue de la première partie du roman de Perceforest, à savoir le ms. 3483, f. 10r.-10v : « … [10r] Par le commandement et ordonnance de treshault/tresexcellent/et trespuissant prince/et mon tresredoubté seigneur./Image Phelippe par la grace de dieu/duc de bourgoingne/de Lothrijk/de brabant/et de lembourg/conte de flandres/d’artois/et de bourgoingne/palatin de haynnau/de hollande/de zeellande/et de namnur/marquis du saint empire/seigneur de frise/de salins/et de malines./Je david aubert comme [10v] l’escripvain/me suis emploié de mettre au net et en cler françois certaines anciennes histoires que l’en puet et doit nommer selon le contenu d’icelles les premieres croniques d’angleterre… »

12 J’emprunte cette expression à Marchello-Nizia C., « Ponctuation et unités de lecture dans les manuscrits médiévaux ou : je ponctue, tu lis, il théorise », Langue française, Grammaires du texte médiéval, t. 40, décembre, 1978, Paris, Larousse, p. 32-44. p. 44.

13 Le manuscrit B (BnF fr. 106-109) est constitué de quatre volumes in-folio qui comprennent les quatre premières parties du roman de Perceforest. Pour avoir une description plus complète, je me permets de renvoyer le lecteur à la thèse de G. Roussineau (p. 83-92).

14 G. Roussineau (Perceforest. Quatrième partie, Genève, Droz, 1987, p. xxvi-xxvii) suppose que le manuscrit B a été exécuté entre 1471-1477. Les folios 1 et 2 du BnF fr. 109 servant de pages de garde contiennent un fragment des Anciennes Chroniques d’Angleterre de Jean de Wavrin. Des extraits de la même œuvre, transcrits par le même copiste, servent aussi de pages de garde à deux manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale, fr. 71 (folios 1-2), et fr. 72 (folios 1-2), qui ont également appartenu à Jacques d’Armagnac et qui contiennent la première et la deuxième partie des Anciennes Chroniques d’Angleterre de Jean de Wavrin. La conjecture de la date 1471 est basée sur le prologue de l’auteur que l’on lit au fol. 16v du ms. 71 : « Et aussi adfin de fuir huyseuse, mere de tous vices, environ l’an mil quatrecens chinquante et chincq me ingeray de vouloir emprendre et achever ceste euvre jusques au couronnement du roy Edouard ve de ce nom. » Selon Hardy W. (Recueil des croniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne a present nomme Engleterre, par Jehan de Wavrin, From Albina to A. D. 688, t. 1, Londres, Longman Green Longman Roberts and Green, 1864, p. 505-506), les copistes de la seconde rédaction des Anciennes Chroniques d’Angleterre ont commis l’erreur de ne pas remplacer v par iv en corrigeant le nom du roi Henry en Edouard, puisque la restauration du roi Edouard iv est de 1471 : « […] in his prologue […] He (Jean de Wavrin) there tells us that he proposed to complete his work in four voulmes, and to bring it down to the coronation of King Edward (Henry) the fifth of that name. […] Now as this preface-which from the context can only be taken as the preface to the work originally designed […], and not a prologue to a second portion of his work published in some year between the accession of Edward IV, in 1461, and the year in which the entire work terminates, 1471 – was avowedly written in or about 1455, at which time no Edward had regined since Edward III, we must assume the name as it is written to be a blunder of the transcriber. […] When the work was subquently completed, as it is now left us, in six volumes, and carried down to the restoration of Edward iv. in 1471 ». Quant à la date 1477, il s’agit de la date de la mort de Jacques d’Armagnac. Selon G. Roussineau, le BnF fr. 109 a été relié en même temps que les BnF fr. 71 et 72, car ces trois textes comportent des fragments d’une même copie dans les feuillets de garde.

15 Taylor J. H. M. (éd. de la première partie de Perceforest, Genève, Droz, 1979, p. 12) signale que les initiales dans les tomes 1-2 sont alternativement en or et noir ou en bleu et rouge, mais inachevées dans les tomes 3-4. Surtout, selon elle, le ms. fr. 109 aurait été orné de très nombreuses miniatures d’après les places blanches retenues régulièrement à la frontière des livres et des chapitres. Je suis allée consulter le ms. fr. 106 à la BnF, les miniatures et la lettrine du livre occupant quatre lignes de haut ne sont pas achevées, pourtant les lettrines de paragraphes sont bien décorées, et surtout le ms. fr. 106 présente bien des pieds-de-mouche alternativement en or et en bleu et bien des bouts-de-ligne panachés de rouge-bleu-or qui sont absents dans le BnF fr. 109. G. Roussineau (éd. de la quatrième partie de Perceforest, p. 89) décrit le ms. 109 comme suit : « La décoration du manuscrit n’a pas été exécutée. Les initiales des chapitres et des paragraphes manquent et des lettres d’attente occupent souvent des blancs destinés à l’enlumineur. »

16 L’édition de 1528 est une édition complète du roman de Perceforest qui contient 6 tomes de 2 volumes. Le titre du tome i est : « La Treselegante Delicieuse Melliflue et tresplaisante. Hystoire du tresnoble/Victorieux et excellentissime roy Perceforest/Roy de la grand Bretaigne/fundateur du Franc palais et du temple du souverain dieu. En laquelle le lecteur pourra veoir la source & decoration de toute Chevalerie/Culture de vraye Noblesse/Prouesses & conquestes infinies/acomplies des le temps du conquerant Alexandre le grant/& de Julius cesar au par avant la nativité de nostre saulveur Jesuchrist Avecques plusieurs Propheties/Comptes D’amans et leurs diverses fortunes. » Pour avoir une description complète de l’édition de 1528, voir la thèse de G. Roussineau (éd. de la quatrième partie de Perceforest, p. 111-112).

17 Sous le titre du tome i de l’édition de Galliot de Pré (Rés. Y2 28) : « Image Avec privilege du Roy nostre sire. On les vend a Paris pres le Palais a l’enseigne de la Gallee/et au premier pillier de la grant salle dudit Palais en la boutique de Galliot du pré : Libraire juré de L’université. Image Mil Cinq cens .XXVIII. ». À la fin du tome vi, fol. 128 r, on trouve la souscription de l’imprimeur : « Cy fine le sixiesme et dernier volume des anciennes cronicques de la grant bretaigne a present dicte Angleterre/esquelles sont contenus plusieurs nobles faitz de chevalerie & autres choses dignes de memoire. Imprimees a Paris par Nicolas cousteau imprimeur demourant audit lieu/pour Galliot du pré marchant libraire juré de l’université/et fut achevé ce present volume le .XXIIIe. jour du moys de May L’an mil cinq .XXVIII. »

18 Woledge B. dans son répertoire Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, supplément 1954-1973 (Genève, Droz, 1975, p. 70) indique les cotes précises de l’édition complète de la BnF : Édition t. 1 : Lire « BnF Rés. Y2 28-33 », Édition t. 2. Lire « BnF Rés. Y2 34-39 ». De même, Pickford C. E. dans son article répertoriant les éditions imprimées des romans arthuriens en prose antérieurs à 1600, rapproche également les cotes B.N. Rés., Y2 28-33 pour l’édition de 1528, et les cotes de B.N. Rés. 34-39 pour l’édition de 1531-1532 (« Les éditions imprimées des romans arthuriens en prose antérieurs à 1600 », Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, t. XIII, 1961, p. 108).

19 Pour obtenir le nombre des occurrences-mots, nous avons d’abord transcrit le corpus sous le logiciel Word 2003 en reproduisant fidèlement la ponctuation médiévale et la segmentation graphique ou agglutination-déglutination graphique que N. Andrieux-Reix (dans Andrieux-Reix N. et Monsonégo S., « Écrire des phrases au Moyen Âge, matériaux et premières réflexions pour une étude des segments graphiques observés dans des manuscrits français médiévaux », Romania, t. 115, 1997, p. 289-336) appelle séquence graphique, ensuite nous avons utilisé la fonction « statistiques ». Il faut souligner que pour des raisons de lisibilité, nous avons décidé de développer les abréviations en toutes lettres en les soulignant excepté la perluette (z) dans l’imprimé E qui se trouve directement dans le corps du texte. Pour les abréviations par lettres suscrites, elles sont soulignées en italiques. En ce qui concerne la transcription de certaines lettres présentant deux formes en fonction de leurs positions dans le mot, on ne fait pas la distinction entre s court (s) et s long (∫), mais on prend bien soin de faire la différence entre J barré et i à l’initiale des mots, car les pronoms personnels des personnes 3 et 6 (il, ilz) commençant par « i » se repèrent assez fréquemment sous forme de la majuscule « J » lorsqu’ils se trouvent au début de la proposition principale précédée d’une subordonnée. Par ailleurs, notons que les caractères « u » médian et « v » initial renvoyant tantôt à la consonne « v » tantôt à la voyelle « u » sont transcrits en fonction de leur valeur phonétique.

20 J’emprunte le terme « occurrences-mots » à Lavrentiev A. (« À propos de la ponctuation dans l’Image du monde », La Licorne, t. 52, 2000, p. 24) qui a employé ce mot dans le tableau synthétique renseignant sur des manuscrits choisis informatisés et leurs descriptions.

21 S’appuyant sur la définition au sens large de la ponctuation de Catach N. (La Ponctuation, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » t. 2818, 1994, p. 7-8), Lavrentiev A. (art. cit., p. 25-27) distingue les signes de ponctuation et les marques de ponctuation à trois niveaux : le niveau des mots, celui des unités syntaxiques et communicatives et celui du texte. Les signes de ponctuation désignent tous les signes ajoutés à l’intérieur du texte tels que le point, le comma, la barre oblique, alors que les marques de ponctuation sont les « outils » qui participent à l’organisation graphique du texte par le jeu de l’aspect différent des lettres et des espaces.

22 Au Moyen Âge, l’usage des marques de coupure n’est pas obligatoire.

23 Voir Li H. C. « La ponctuation dans quelques manuscrits de David Aubert », Loxias, t. 30, p. 11.

24 Il est parfois difficile de faire la distinction entre les abréviations par signes spéciaux et les abréviations par contraction, car les deux types d’abréviations procèdent très souvent à l’omission d’une ou plusieurs lettres d’un mot par le biais du même trait suscrit plus ou moins horizontal qui est notre tilde (< lat. titulus).

25 Le signe standard « 9 » qui renvoie aux syllabes « con/ com » dans l’imprime E se présente plutôt sous forme de « 9 » à l’envers.

26 « Abréviation et frontières de mots », Andrieux-Reix N. et Monsonégo S. (dir.), Langue française. Segments graphiques du français, pratiques et normalisations dans l’histoire, t. 119, septembre 1998, Paris, p. 24-29 et « Écrire en latin, écrire en roman : réflexions sur la pratique des abréviations dans les manuscrits français des XIIe et XIIIe siècles », Banniard M. (dir.), Langages et peuples d’Europe : cristallisation des identités romanes et germaniques (VIIe -XIe siècle), Colloque international organisé par le Centre Européen d’Art et Civilisation Médiévale de Conques et l’Université de Toulouse – Le Mirail (Toulouse-Conques, juillet 1997), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail UMR 5136, 2002, p. 79-110.

27 Selon Gasparri F. (Introduction à l’histoire de l’écriture, Paris, Brepols, 1994. p. 142), on utilise souvent la combinaison du point et de la virgule dans les syllabes « bus » et « que » : « b ; », « q ; ».

28 Prou M. (Manuel de paléographie latine et française, Paris, A. Picard, 1924, p. 115) distingue cinq types d’abréviation : 1. par sigles (litterae singulares) ; 2. par suspension ; 3. par contraction ; 4. par lettres suscrites ; 5. par signes spéciaux. Selon lui, l’abréviation par sigle n’est qu’un mode de l’abréviation par suspension. La première abréviation représente exclusivement l’initiale du mot (C = consul), alors que la deuxième abréviation conserve les premières lettres du mot (CLAVD = Claudius).

29 Selon Prou M. (op. cit., p. 113), c’est grâce à l’importation des « nomina sacra » que les abréviations latines par contraction se développent par analogie. Ce type d’abréviation retient d’abord soit l’initiale et la finale du mot (ds = deus), soit la charpente consonantique du mot (scs = sanctus, pbr = presbyter). Plus tard, on a tendance à abandonner le schéma consonantique pour introduire les voyelles à côté des consonnes (patia = patientia, oro = oratio).

30 Selon Prou M. (op. cit., p. 124), ce procédé est à l’origine une variété de l’abréviation par contraction. On conserve le plus souvent la lettre initiale ou bien les premières lettres, au-dessus desquelles on écrit la dernière lettre ou les deux dernières lettres (st = saint, ladte = ladite). Les lettres suscrites peuvent également se placer sur la syllabe abrégée pour indiquer la suppression d’une ou de plusieurs lettres (pu dens = prudens, pe sentes = presentes).

31 D’après Stiennon J. (Paléographie du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1991, p. 125), à partir du IVe siècle, les scribes avaient pris l’habitude d’abréger les personnes et les choses sacrées, mus par le réflexe ancestral de crainte révérencielle à l’égard des noms divins.

32 Op. cit., p. 144.

33 Dans notre thèse basée sur le chapitre i de la quatrième partie du roman de Perceforest (op. cit., p. 510), on constate la coexistence de deux formes abrégées dans les noms propres : le copiste du manuscrit B alterne « gad./ percef. » et « gadif./ percefor. » pour noter « gadiffer/perceforest ».

34 Dans le chapitre i de la quatrième partie du roman de Perceforest, l’imprimé E place le tilde sur la voyelle o pour noter ou (molt = moult).

35 « Écrire en latin, écrire en roman », art. cit., p. 92.

36 Dans notre thèse, les versions CE nous offrent des occurrences dans lesquelles le signe p barré peut être isolé ou bien composante de mot (C : p barré = par, pty = party ; E : p barré = par, pceforest = perceforest).

37 Audisio G., et Rambaud I., « Le XVIe siècle qui, avec Jean de Trittenheim (1518), redécouvre ces notes tironiennes, est loin d’en utiliser la plénitude de la richesse. Seules quelques-unes subsistent toutefois de manière très commune. » (Lire le français d’hier. Manuel de paléographie moderne : XVe -XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1991, p. 65).

38 Dans notre thèse (2007, p. 496), on enregistre deux fois le même mot qui relève de l’abréviation par contraction, à savoir le substantif « seignr = seigneur ».

39 Op. cit., p. 26.

40 Ce traité est édité en 1973 par P. Glorieux parmi les œuvres de Jean Gerson (Paris, Desclée & Cie, 1973, vol. 9, 1973, p. 700-703). Par ailleurs, dans l’article de C. Bozzolo, D. Muzerelle et E. Ernato (op. cit., p. 26-27) portant sur l’étude des abréviations, ce traité est mis en appendice pour faire des rapprochements entre la théorie et la pratique du système abréviatif.

41 Le mot « royne < lat. regīna » comporte encore deux syllabes phonétiques en moyen français, étant donné que la voyelle finale [a] s’est affaiblie en [e] central à la fin du VIIe siècle, puis se labialise en [œ]. Il faut attendre jusqu’au XVIIe siècle pour que la voyelle finale [œ] s’amuïsse complètement.

42 La règle cinq note que -mm- et -nn- s’abrègent toujours de la première lettre. La règle 14a énonce que le signe abréviatif se place au-dessus de la lettre précédant la ou les lettres qu’il remplace.

43 Pour obtenir les résultats cités ci-dessous, il convient de préciser notre façon de faire le décompte. Pour les abréviations qui ont recours au tilde de nasalité se trouvant sur la voyelle, on compte la suppression d’une lettre, par ex : « coÞme = comme = 1 lettre ». En ce qui concerne les abréviations par des signes spéciaux ou par lettres suscrites, bien que les signes particuliers et les lettres suscrites permettent de supprimer un groupe de lettres, on enlève une lettre, compte tenu de l’espace qu’ils occupent dans les trois versions, par ex : « estot = estoit = 1 lettre dans le manuscrit B ; seigner = seigneur : 1 lettre dans l’imprime E ; ses = ses = 0 lettre dans le manuscrit C ; vo9 = tous = 1 lettre dans les versions BE ; 9gé = congé = 2 lettres dans l’imprimé E ». Il est à noter que pour le cas de « q », comme la lettre suscrite se situe juste au-dessus de la lettre « q », on compte deux caractères au lieu d’un. Pour les abréviations par suspension ou par contraction, comme il s’agit de la pure omission des caractères, on se contente de calculer le nombre des lettres supprimées par ces moyens, par ex : « vre = vostre = 3 lettres ; gad. = gadiffer = 5 lettres ».

44 Dans le chapitre I de la quatrième partie du roman de Perceforest, on repère aussi trois fois un autre nom de personnage principal sous forme abrégée, i. e. « alixand = alixandre ».

45 Voir la note 11.

Table des illustrations

Titre Tableau A
Légende Note 1919
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Tableau C
Légende Note 2424
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540