Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Réécriture(s) et réception du Perceforest au XVIe siècle

Alexandra Hoernel

Texte intégral

  • 1 Le Roman de Perceforest, première partie, tome I et II, éd. critique par Roussineau G., Genève, Dr (...)
  • 2 Voir Polizzi G., « Deux romans déguisés à la Renaissance : Le chevalier Doré (1541) et Girard d’Eu (...)
  • 3 Le Perceforest fera également l’objet d’une traduction italienne parue en 1558 à Venise chez Miche (...)
  • 4 Nous citons d’après l’édition de 1577 : Le Quatorzieme Livre d’Amadis de Gaule (rédigé par Felicia (...)
  • 5 P. 7 (on réfère la pagination au fac-similé consultable en ligne sur le site de la BnF-Gallica).
  • 6 Passionné d’Alchimie, Jacques Gohory soutient que les romans de chevalerie recèlent, en dehors de (...)

1Somme imposante composée de six livres, le Perceforest1 connaît au XVIe siècle un succès éditorial certain, sinon éclatant. L’ouvrage fait d’abord l’objet de deux éditions parisiennes sous le titre de La tres elegante delicieuse melliflue et tresplaisante hystoire du tresnoble victorieux et excellentissime roy Perceforest roy de la grand Bretaigne. La première paraît en 1528 chez Galliot du Pré, la seconde en 1531-1532, chez Gilles de Gourmont. Son intérêt éditorial est confirmé par une contrefaçon partielle. Un extrait du Perceforest paraît en effet en 1541 à Paris chez Denis Janot sous un titre trompeur qui fait croire qu’il s’agit d’une œuvre indépendante : La Plaisante et amoureuse hystoire du Chevalier doré, & de la pucelle surnommée Cueur d’acier2 ; nous y reviendrons à propos des Contes amoureux de Jeanne Flore dont la rédaction en 1540-1542 est influencée par l’œuvre ou sa contrefaçon. Cet extrait sera lui-même réédité à Lyon en 1542 par Denis de Harsy, puis par Benoist Rigaud, en 1570 et 1577 (Lyon, François Durelle) tandis que le succès de l’ensemble est attesté dans la deuxième moitié du siècle par des traductions italienne et espagnole3. Enfin Jacques Gohory, traducteur des Amadis et défenseur des romans de chevalerie que les humanistes affectent de mépriser, mentionne le Perceforest dans sa préface au Livre XIV de l’Amadis paru en 1574 à Paris chez Galliot du Pré4. Dès la dédicace « A tresillustre princesse Henriette de Cleves Duchesse de Nevers », il mentionne « l’auteur de Perceforest5 ». Il montre par ailleurs sa connaissance de l’œuvre entière en évoquant pêle-mêle « Pergamon l’hermite en Perceforest », le « Temple de Dardanon », la « Royne faée », la « pucelle aux deux Dragons rouge et blanc », Ourseau, la « comette enflammée » (etc.) comme des preuves de la teneur « alchimique » qu’il prête à son sujet, peut-être pour les besoins de sa cause6. Bref si l’on sait assez que le Perceforest a été édité et lu à l’âge d’or du roman humaniste, la critique n’a pas encore pris la mesure de son influence sur l’écriture des « histoires fabuleuses » » dont le genre se nourrit. C’est pourquoi on se propose d’en présenter, par ordre chronologique trois exemples : la composition des Contes amoureux (1540-1542), la réécriture « archaïsante » du Gérard d’Euphrate (1549), enfin et surtout celle du modèle par excellence des romans humanistes, l’Alector de Barthélemy Aneau (1560).

Le Perceforest dans les Contes amoureux

  • 7 Contes amoureux par Madame Jeanne Flore, texte établi d’après l’éd. originale, Lyon, 1537 env., av (...)

2L’influence littéraire du Perceforest est tout d’abord sensible dans l’écriture des Contes amoureux7 attribués à la pseudo Jeanne Flore et parus eux aussi chez Denis Janot, l’éditeur du Chevalier Doré. Notre intérêt se porte sur le Conte second, dans lequel Pyrance, amant éconduit par la hautaine comtesse Méridienne, accède de nuit à la chambre de celle qu’il aime, grâce à l’intervention de Vénus. Le rôle de la déesse qui dépose secrètement Pyrance auprès de la dame endormie, s’apparente à celui du luiton Zéphir qui transportait Troïlus en la Tour où la belle Zellandine se trouvait plongée dans un sommeil enchanté :

  • 8 Contes amoureux, éd. cit., p. 144.
  • 9 Perceforest, éd. cit., troisième partie, t. III, p. 85-86.

Or sur la nuict, ô filz Pyrance, ne fauldras de venir auprès du mur du jardin, où je seray pour te transporter secretement en la chambre d’elle. […] Pyrance pervint au lieu designé du jardin sur l’heure de minuict : et lors prins entre les bras de la Dame Venus, fust sans estre apperceu d’aulcun vivant, mis dans la chambre de Meridienne8.
Je te mettray en celle tour […]. Et quant tu y seras, gouverne toy par le conseil de la déesse Vénus afin que la minuit passée […] tu viengnes à la fenestre parler à moy9.

  • 10 Transporté dans la tour, Troïlus contemple « la personne du monde qu’il aimoit le mieulx toute nue (...)

3On remarque la même mention de l’heure de minuit et la même scène de contemplation nocturne10, une fois Troïlus et Pyrance déposés auprès de leur bienaimée. Certes, il pourrait s’agir d’une coïncidence, mais c’est peu probable. D’une part, parce que Zéphir est le chapelain de Vénus dans le Perceforest, ce qui rend les deux personnages parfaitement interchangeables, d’autre part, parce qu’un autre épisode de ce Conte second réfère explicitement à une autre figure merveilleuse du roman : la fameuse « beste glatissante » à laquelle la séduisante Méridienne est d’emblée comparée :

  • 11 Contes amoureux, p. 137.

Telle fois voltigeoit les yeux avec certaine manière si très avenante que les regardans (comme jadis amusoit en l’isle de bretaigne les chevaliers errans de la table ronde celle beste qui toujours glatissoit) demeuroient raviz et amusez, ne s’appercevans de la servitude en laquelle les induisoit la grâce de si celestes yeulx11.

  • 12 Dans Perlesvaus, la Beste Glatissant qui est « blanche comme nois negiee » a « .XII. chaiaus deden (...)
  • 13 Dans le Tristan en prose, si un « glatissement terrible » sort toujours de son ventre, la bête est (...)
  • 14 Voir Bozoki E., « La « Bête Glatissant » et le Graal. Les transformations d’un thème allégorique d (...)
  • 15 Dans le Perceforest, la bête combine la leucrote et le scytalis des bestiaires. Elle tient son nom (...)
  • 16 Comme l’a montré Ferlampin-Acher C., la Beste Glatissant du Perceforest tient du basilic au regard (...)

4Déjà présente dans le Perlesvaus12 (1205-1215), cette bête qui accouche de chiots qui vont la dévorer, est à l’origine une allégorie de l’Eglise. Si elle reparaît dans la Continuation du Perceval de Gerbert de Montreuil (1226-1230), la Suite du Merlin du cycle Post Vulgate (1230-1240), le Tristan en Prose13 (après 1240), sa symbolique chrétienne s’efface petit à petit pour laisser place à une créature monstrueuse et diabolique14. Son succès est tel que le Perceforest15 la remettra en scène de manière récurrente, et tout particulièrement dans l’aventure du « Chevalier Doré et de la pucelle surnommée Cœur d’Acier ». Elle y apparaît alors sous les traits d’un monstre qui fascine par sa beauté les chevaliers qui viennent la combattre et les dévore, ce qui explique le rapprochement opéré avec Méridienne16.

  • 17 Le nom même de Perceforest disparaît, remplacé par celui du roi Péléon.

5Si c’est bien le cas, la comparaison a une fonction quasiment publicitaire puisque Janot, éditeur des Contes amoureux est aussi, on l’a dit, celui du Chevalier doré. Revenons brièvement sur cette « contrefaçon » car elle éclaire elle-même les procédés de composition des Contes amoureux. L’ouvrage ne reprend qu’une partie du récit du Perceforest, la trame des épreuves amoureuses de Nestor et Neronnès, mais sans nommer la source ni référer au cadre général du roman17. Bien qu’il ne replace pas le récit dans son contexte, qu’il omette de présenter les différents protagonistes et commence in medias res, le texte du Chevalier doré est à peu de chose près identique à celui de l’original dont il est extrait. On y trouve donc quelques allusions à l’ensemble initial dont le maintien était indispensable à l’équilibre de la narration. Ainsi voit-on intervenir l’une des figures clefs du Perceforest : le célèbre luiton Zéphir. Emporté en exil par une « compagnie de si horribles esperitz qui menoient tel bruit que c’estoit une espoventable chose » (f. Biii r°), Nestor est délivré par Zéphir qui le dépose dans le verger où il rencontrera la belle Neronnès. Le luiton rappelle alors ses accointances avec Estonné, qu’il a lui aussi transporté auprès de son amante, Priande :

  • 18 La Plaisante et amoureuse hystoire du Chevalier doré & de la pucelle surnommée Cueur d’acier, Pari (...)

Je te prie en guerdon de la courtoisie que je t’ay faicte que tu dies à Estonné, quand tu le verras, que Zephir son maistre, de qui jadis eust mestier, le salue plus de mille fois18.

  • 19 Voir sur ce sujet et la métamorphose du merveilleux dans cette réécriture notre thèse : Le lignage (...)
  • 20 Pour l’influence d’Ysaïe le Triste sur les Contes amoureux, voir Capello S., « Le corps dans les C (...)
  • 21 Voir Capello S., « La double réception du Chevalier Doré (Denis Janot, 1541 ; Denis de Harsy, 1542 (...)

6La compréhension de l’extrait passe nécessairement par la connaissance de l’ensemble. C’est un procédé analogue qui est mis en œuvre dans les Contes amoureux. L’ensemble, particulièrement hybride, juxtapose de nombreuses sources19, tantôt italiennes (Boiardo, le Songe de Poliphile) tantôt françaises (Ysaïe le triste20) pour en tirer des « contes » ou plutôt des nouvelles sur le modèle du Décameron de Boccace. L’intérêt du recueil est que tous ces contes ont des rapports les uns avec les autres par l’intermédiaire de leurs sources. On peut donc dire que la composition du Chevalier doré21 est un modèle pour celle des Contes amoureux. Toutefois les deux exemples qui suivent sont d’un plus grand intérêt car ils font valoir, à une toute autre échelle, des effets d’intertextualité fondés sur des réemplois du Perceforest.

Le Perceforest et la réécriture du Gérard d’Euphrate

  • 22 Le premier livre de l’histoire et ancienne cronique de Gerard d’Euphrate, duc de Bo (...)
  • 23 Suard F., « La légende de Gérart de Fraite en français du XIVe au XVIe siècle », Cigada S., Slerca (...)
  • 24 Polizzi G., art. cit., p. 172.

7 L’ancienne chronique de Gérard d’Euphrate 22, transcrite selon sa préface par un auteur anonyme, au début du XVIe siècle, est publiée tardivement à Paris en 1549 chez Vincent Sertenas, Étienne Groulleau et Jean Longis. Il reste difficile de savoir s’il s’agit du remaniement d’une ancienne chronique comme le pense François Suard23, ou d’un travail d’éditeur suscité par le succès des Amadis24. On remarque toutefois que ce texte composite par excellence réfère à des ouvrages aussi divers que Valentin et Orson, le Roman de Mélusine, le Roland amoureux, les Amadis et emprunte amplement à l’ensemble de la matière arthurienne. Dès lors, il n’est pas surprenant d’y voir intervenir le luiton Zéphir dont la présence est annoncée dès la table des matières dans deux chapitres situés au début et à la fin de ce volume qui en compte un total de quatre-vingt-huit.

  • 25 « Il est facile à présupposer, que, l’ayant gaignée, par mesme moyen ce Zephir est nostre. » (Gera (...)

8Ainsi, le chapitre XVI, f. XXIIII v ° intitulé « De la cruelle bataille, qui fut demeslée sus la Mer du Levant, entre Friquemouë & Zephir, par le moyen du Roy Berfunes, pour le rapt de l’enfant Gerard : Et de ce qui en avint », laisse supposer l’intervention de Zéphir dans son rôle traditionnel de protecteur, mais intrigue le lecteur familier du Perceforest du fait des accointances subites du luiton avec le personnage de Gérard d’Euphrate. À la lecture du roman, la réponse sera donnée dès le chapitre VI où Zéphir se voit associé à une figure du roman mélusinien. En effet, après le refus de Morgane, l’enchanteresse Marfurie et la reine des Fées, Oriande, sollicitent la fée Présine pour prédestiner l’enfant Gérard. Si leur choix se porte sur celle qui sera la mère de Mélusine, c’est tout bonnement parce qu’elle bénéficie de la protection de Zéphir25 :

  • 26 Ibid.

Ma Dame, respondit l’Enchanteresse [Marfurie s’adresse à Oriande], vous avez quelque foys entendu en noz congregations, de quelle reputation est la gentille pucelle Presine d’Albanie, & de quel povoir elle est, pour la faveur que lui porte Zephir le subtil, par le pourchas duquel le grand Gadiffer d’Escoce receut tant de bons services par le passé, au moyen du Comte Estonné26.

9En quelques mots, l’auteur convoque les héros du Perceforest, Zéphir, Gadiffer, Estonné, qu’il suppose connus de ses lecteurs, tout comme l’histoire de Mélusine. Apparaît alors lentement le point de jonction entre les deux romans, à savoir un territoire commun, celui de l’Écosse. Car comme on le sait, chez Jean d’Arras et Coudrette, Présine épouse le roi de cette terre, Elinas d’Albanie.

10L’auteur s’emploie alors à présenter le luiton sous ses traits habituels. À savoir ceux d’un esprit facétieux qui se moque des jeunes chevaliers, allusion aux bons tours qu’il joue en permanence et qui donnent parfois au Perceforest une tonalité comique :

  • 27 Ibid.

Or est il, comme vous n’ignorez, que ce Zephir prend sa seule felicité à décevoir par mille inventions & fraudes joyeuses (lesquelles toutesfoys en fin n’aspirent qu’à bien) les jeunes Chevaliers aspres & legiers, pleins de grand loyauté […]27.

  • 28 Voir Ferlampin-Acher C., « Perceforest et le roman : « or oyez fable, non fable mais hystoire vray (...)

11Montrant une maîtrise parfaite de son texte source, il présente encore Zéphir sous les traits d’un ange bienveillant, protecteur de toute l’Écosse et plus particulièrement d’Estonné et de son lignage, auquel il rattache Présine. Ainsi, il n’ignore pas quel a été le rôle du luiton auprès d’Estonné et de son fils Passelion, auxquels il invente une descendance. Et le phénomène est d’autant plus crédible que Passelion dans le Perceforest est déjà réputé être l’ancêtre de Merlin, Ambroise, Nimienne, Rion, Claudas, etc.28 :

  • 29 Gerard d’Euphrate, chap. VI, f. XI r°.

au moyen dequoy il eut en amitié singuliere ce jeune Comte des déserts d’Escoce, du sang illustre duquel l’Infante Presine est descendue, & luy est en tant de reverance, qu’il n’oublie un seul point pour la faire grande entre toutes les Dames de l’universelle terre29.

12L’auteur du Gérard d’Euphrate crée donc une généalogie fictionnelle entre le roman de Perceforest et celui de Mélusine. Présine bénéficierait de la protection de Zéphir en tant que descendante d’Estonné. Le luiton lui aurait d’ailleurs prédit une illustre progéniture. On y reconnaît les fils de Mélusine, guerriers redoutables et défenseurs de la foi chrétienne :

  • 30 Ibid.

Plus il luy a predit, que d’elle descendront Princes innumérables, les plus redoutez aux armes, que la terre soustienne, de sorte que par leurs effortz ilz parviendront à choses hautes & ardues, & feront excellantes conquestes sus les infideles30.

13Présine étant l’une des marraines de Gérard, c’est tout naturellement que Zéphir va se porter au secours de l’enfant, enlevé par le diable Friquemouë à la requête de Morgue. Car Friquemouë, ne parvenant pas à tuer Gérard, décide de le livrer à « l’inhumain Geant Lucabel de Palerme ». Mis au courant, le nain Berfunes use de ses charmes pour appeler Zéphir, tandis que Friquemouë convoque pareillement ses amis :

  • 31 Ibid., chap. XVI, f. XXV v °.

Cognoissant Berfunes qu’il n’auroit autre raison, retourna à ses charmes, & subit fut environné de deux legions de ministres d’enfer, l’une guidée par Zephir à la noire Capette : l’autre par Cocarnon leur prince31.

  • 32 La cape est un attribut habituel du luiton, qui peut également porter un capuchon. Élément folklor (...)

14Le combat s’engage au-dessus de la mer. Zéphir, armé d’une hache ardente, charge Friquemouë avec une telle furie qu’il lui sépare « l’espaule rez à rez des costes ». Mais le bras atteignant l’eau se transforme en « bestes monstrueuses, jetans par maints endroits feu & flamme ». Outragé, Friquemouë charge Zéphir de telle sorte qu’il « envoya au fond de l’eau la cuysse gauche, avec un pan de sa noire capette ». Remarquons l’insistance de l’auteur sur cette cape32 qui souligne l’appartenance de Zéphir au monde des luitons. Tous les membres sectionnés au cours de cette bataille des diablotins se transforment en monstres au contact de l’eau. Au final, le combat terrifiant ne permet pas de les départager. Zéphir suggère alors d’abandonner l’enfant en mer et de laisser la volonté divine s’accomplir :

  • 33 Gerard d’Euphrate, chap. XVI, f. XXVI v°.

Ah Friquemouë respondit Zephir, puys que ta puissance ne s’estend à povoir le meurdir & occire : voicy que nous ferons, pour parvenir à la paix, & te rendre libre des charmes de la Faée. Berfunes te quitera toutes querelles, permetz que ce Gerard soit mis dans un esquif sus la mer delaissé de toute ayde. Et s’il plaist au Createur qu’il meure, tu seras tresbien aquité de ta promesse. Et au contraire, s’il a ordonné qu’il vive, il n’y a point de doute, qu’il le peult garantir, & de tes mains, & de la fureur & cruauté de ton Lucabel33.

  • 34 Le nom semble emprunté à La Mort le Roi Artu. Ce roman anonyme daté de 1230 met en scène la demois (...)
  • 35 En réalité, la jeune fille est destinée à Gérard d’Euphrate. Tous deux auront un fils, Millon d’Au (...)

15Le conseil de Zéphir sera suivi. Notre luiton ne reparaît que bien plus tard, pour se porter au secours d’un autre personnage, le roi Aldéno d’Escalot34, victime des machinations de l’enchanteur Tartaron. Car Aldéno tombe éperdument amoureux de la fille de Dyonas, la belle Florie35. Enchanté par Tartaron, il croit se jeter au lit avec son amie lorsqu’il se sent choir lourdement. Il se retrouve nu à barboter dans un étang. Une deuxième tentative se solde par un nouvel échec : cette fois il se retrouve sur un monceau de pierres, dans les orties et les ronces. Cette étrange aventure semble détourner certains épisodes similaires du Perceforest, dans lesquels Zéphir roulait ses victimes dans le marais (on pense à Estonné). Mais ici le luiton se contente de secourir le roi :

  • 36 Ibid., chap. LXI, f. CIII v°.

Soudain que les charmes du vieillart Tartaron eurent perdu leurs forces. Zephir (duquel nostre hystoire a fait mention par cy devant) recueillit les habitz de ce Roy infortuné d’amour, & vint le trouver, qui ventrouilloit encores sur les cailloux, & parmy les Horties, en si piteux estat, qu’à le regarder c’estoit pitié & horreur tout ensemble. Et l’ayant levé, le porta doucement en sa chambre […]36.

  • 37 Ibid.

16Il lui garantit également qu’il sera vengé de cet outrage, avant de disparaître dans les airs : « je t’asseure tresbien, qu’un jour viendra, que nous aurons la revanche du paillard qui t’a joué ce mauvais tour. A peine eut Zephir achevé ceste parole, qu’il s’evanouit37 ». Mais impatient de découvrir qui lui a causé ce tourment, Aldéno s’en prend violemment à deux diables, Zaracocusle et Arferie, forçant Zéphir à intervenir pour rétablir la paix. Il remet alors à Aldéno le précieux livre de l’enchanteur Tartaron. Il s’agit en réalité du « livret escrit de la main de l’Hermite Blaise en la forest d’Arnantes » (chap. LIX, f. C v °), autrefois volé par Morgane, dans lequel Aldéno trouvera la réponse à ses interrogations :

  • 38 Ibid., chap. LXII, f. CV v°.

Mais ainsi que le Roy d’Ascalot s’opiniastroit, pour rengreger ce tourment, son maistre Zephir survint, tenant un livre couvert de lames d’or, enrichy de maintes pierres precieuses, qui le prit par la main, & luy dit : j’ay eu plaisir, Roy Aldéno, à te voir courroucer contre ces novices, que tu as chapitrez, en recompense dequoy je t’aporte le livre de ton ennemy Tartaron, que je luy ay fait enlever par la plus grande tromperie du monde. Car tout ainsi qu’il l’avoit aquis par le moyen d’une paillarde, il l’a perdu par une autre. […] par luy tu entendras qui t’a preparé ceste defaveur d’amour, & te pourras venger de ton adversaire, quand le lieu, & les astres le permettront38.

  • 39 Ibid., chap. LXXXVII (présenté comme le chap. LXXVII, suite à une erreur de typographie), f. CXXXV (...)

17L’ouvrage se clôt sur la conversion d’Aldéno au christianisme et sur l’autodafé de ses livres de magie, y compris celui porté par Zéphir : « Aldéno fit consommer en cendre tous ses livres, & entre autre celuy de Merlin, que Zephir luy avoit donné39. » Mêlant de nombreux hypotextes, cette réécriture ludique ne pouvait que faire la part belle au facétieux luiton. Mais le Perceforest ne nourrit pas que des réécritures archaïsantes, il influe également sur le roman humaniste.

Le Perceforest et l’Alector

  • 40 Barthélémy Aneau, Alector ou Le Coq : histoire fabuleuse, éd. critique par Fontaine M.-M., Genève, (...)

18Présenté comme une « histoire fabuleuse » qui « couvre quelque sens mythologic », Alector40, l’étrange roman de Barthélemy Aneau, déconcerte par ses différents niveaux de lecture et la multiplicité de ses sources, que revendique son auteur :

  • 41 Alector, éd. cit., Epistre dédicatoire, p. 10-11.

C’est un fragment d’une diverse et très estrange narration […]. Toutesfois bien dramatique, et d’honeste invention, d’artificielle variété et meslanges de choses en partie plaisantes, en partie graves, et admirables, et quelques fois meslée, plus toutesfois tenans de la Tragique que de la Comique41.

19S’il obéit à tout un imaginaire de la Renaissance et porte la marque d’un esprit éminemment savant, le récit ne s’en inspire pas moins des romans de chevalerie médiévaux, parmi lesquels le Perceforest. Certes Aneau place ces ouvrages dans une longue liste des arts du mensonge, mais on aurait tort de s’y fier, car cette énumération s’attaque aussi bien aux vieux romans, à la poésie, à l’alchimie, qu’à la « Jaserie », la « Plaisanterie », le « Maquerellage », pour terminer par la traduction latine du Coran :

  • 42 Ibid., chap. X, p. 73.

De là sont sortiz aussi les plaisans Rommans de Lancelot du Lac, de Tristan, Perseforest, Amadis de Gaule, Palmerin, et semblables, et mesmement en est procédé l’Alcoran en langue Arabesque, depuis traduict en latin42.

  • 43 Servet P., « Barthélemy Aneau lecteur de Rabelais », Études Rabelaisiennes, t. 29, 1993, p. 63-81.
  • 44 Alector, chap. XVI, p. 112.
  • 45 « […] il tenoit en sa main destre une arbaleste tresbien fachonné et formé de char nerveuse, et en (...)

20En bref, le procédé renvoie davantage aux listes ineptes de Rabelais43 qu’aux convictions d’un auteur qui se nourrit de la matière qu’il dénonce et la façonne à sa guise. Car déjà la naissance merveilleuse du héros éponyme, fils du Macrobe Franc-Gal et d’une femme serpente, Priscaraxe, semble s’inspirer de celle de Passelion dans le Perceforest. Alector naît en effet « tout chaulcé d’unes greves d’esquailles argentines et d’esperons dorez, en signe qu’il seroit magnanime Chevalier44 », alors que Passelion, fils d’Estonné et de Priande et ancêtre de Merlin venait au monde une arbalète45 à la main, déchirant le flanc de sa mère dans son impatience à venger son père. Certes le motif du nouveau-né armé n’est pas purement médiéval puisque l’Antiquité l’employait déjà au travers de la figure d’Athéna. Toutefois on observe d’autres similitudes : l’auteur du Perceforest insiste sur la manière dont l’enfant est dépouillé « de la chemise dont nature l’avoit enveloppé » (l. IV, p. 160), tandis que Barthélemy Aneau veille à placer Alector dans une sorte de membrane, un « vaisceau oval » (p. 112) pour ne pas blesser Priscaraxe.

21Alector et Passelion sont tous deux des enfants précoces (comme Pantagruel et Gargantua). Dès la naissance, Alector est « de corps grand et fort comme s’il fust de trois ans d’eage, se soubstenant et allant incontinent de par soy » (p. 111), tandis qu’à dix mois, Passelion est « plus corporel, plus fort et de plus grant entendement que ung enffant n’estoit a deux ans » (l. IV, p. 267). Leur adolescence est pareillement tumultueuse. À cinq ans, Alector en paraît quinze, et séduit toutes les femmes de la cour, tandis qu’il n’y a « meschine » en l’hôtel de Morgane qui ne soit « enchainte des œuvres Passelion » (l. IV, p. 701).

  • 46 Servet P., « Alector et le roman d’aventures médiéval », Réforme, Humanisme, Renaissance, t. 39, 19 (...)

22Ces enfances merveilleuses permettent d’accélérer le temps. Vient alors le moment du départ d’Alector, qui fasciné par des chevaliers, décide de se mettre en quête de son père qui doit l’adouber. Aneau s’éloigne du modèle de Passelion pour puiser à d’autres sources. Il peut aussi bien s’agir du Perceval de Chrétien de Troyes, comme l’a montré Pierre Servet46, que du Perceforest, dans lequel une scène similaire se joue. Car Ourseau, fils « pelu » de la Reine Fée, élevé par une nourrice au plus profond de la forêt, rencontre douze Romains en armes et admire tant leur équipement (« il s’en prinst mout a esmerveillier », l. IV, p. 528) qu’il décide de quitter le foyer, laissant sa mère adoptive en larmes. Cet émerveillement sera aussi celui d’Alector à la vue de vingt-quatre chevaliers armés :

  • 47 Alector, p. 122.

Mais si nul estoit à qui telz habillemens de fer ainsi durs et impénétrables et de telle refulgente splendeur semblassent estre beaux, Alector en estoit tout ravi d’admiration, tellement que en obliant toutes mignardises et amourettes, il ne desiroit rien plus que d’estre chevalier pour porter telz habitz de guerre et se veoir une fois armé et monté à cheval, garni de lance et d’escu47.

  • 48 Comme la mère adoptive d’Ourseau, Priscaraxe est en pleurs lorsque son fils la quitte. La mère de (...)

23Le jeune homme quitte aussitôt le foyer maternel laissant Priscaraxe48 « en sa chambre secrete pour plorer son saoul et par force de larmes relascher les angoisses et douleurs qui la pressoient » (p. 127). Ecuyer errant, Alector va dès lors parcourir le monde à la recherche de celui qui le fera chevalier. C’est au cours de la narration de ce périple, mêlée aux aventures de son père, qu’apparaîtront les emprunts les plus flagrants au roman de Perceforest : la présence cachée de Zéphir et la mention du temple du Dieu Souverain.

  • 49 Floridas et Alexandre sont aussi liés à un épisode féerique. Parvenus jusqu’à la demeure invisible (...)

24Fille de seigneurs orbitains (nous reviendrons sur cette ville plus avant), Noémie Gratianne deviendra l’amie d’Alector. Avant leur rencontre, la jeune femme est enlevée par un horrible centaure qui tue son frère « bastard » dans les « bois des hazardz ». Or le jeune homme dont l’intervention est très brève, se nomme Floridas, nom emprunté à l’un des personnages du Perceforest. Dans le texte source, Floridas fait en effet partie des chevaliers de la quête et chemine avec Alexandre49. Parvenus au Temple Inconnu dont ils tentent de franchir la porte, tous deux croient voir un abîme sous leurs pieds, tapissé de lances menaçantes. Ce qui fait penser à Floridas que l’obstacle est infranchissable, si ce n’est par les airs :

  • 50 Perceforest, éd. cit., première partie, t. I, p. 189.

je ne puis veoir yssue ne entree ou temple fors que ceste. Et par cy ne peult nul passer […], s’il ne va en l’air par faerie50.

25Comme tout lecteur de Perceforest le sait, pareil artifice ne sera pas mis en scène, l’aventure étant réservée au roi Perceforest, qui passera tout naturellement par la porte. Toutefois, l’envol magique joue un rôle considérable dans l’ouvrage par le biais du luiton Zéphir qui transporte les protagonistes à sa guise. Le motif sera repris par Aneau, car Alector est enlevé dans les airs « par un vent hyperboréen ou par quelque esprit » (chap. III, p. 36) et déposé dans un jardin où une voix l’enjoint d’aller sauver Noémie, enlevée par le centaure. Cette intervention qui provoque la rencontre des deux amants rappelle grandement l’histoire de Nestor, porté par Zéphir dans un jardin où il trouvera Neronnès.

26Ce thème sera repris par Aneau tout au long du récit. S’il a pu lui être inspiré par le Zéphir de la fable d’Amour et Psyché d’Apulée, nous penchons davantage pour un emprunt au Perceforest. Nous n’aborderons ici que l’épisode qui nous semble le plus intéressant, celui du chapitre XX, p. 137, dont le titre est évocateur : « Nocturne apparition du grand Chevalier noir, calangeant l’escu à Alector. Et qui estoit ce Chevalier et des propos qu’ilz eurent ensemble. Et comme le noir Chevalier emporta en l’air Alector vers son pere à Tangut, et le laissa cheoir en riant. »

  • 51 On pourra consulter les travaux de Lathuillère R., Guiron le Courtois, étude de la tradition manus (...)

27Penchons-nous tout d’abord sur ce Chevalier Noir. Nommé Gallehault le Brun, il est présenté comme l’aïeul d’Alector dès les « propos rompus » liminaires (p. 15) qui mêlent les généalogies provoquant un joyeux embrouillamini. Car Gallehault apparaît déjà dans le Lancelot en prose, dans Guiron le Courtois et dans Perceforest, ce que n’ignore pas Aneau qui superpose les hypotextes. S’il rattache Alector à ce héros, c’est parce que ce nom commençant par « Gal » évoque le coq gaulois et lui permet de rattacher le temps mythique troyen (Gallehault est fils d’Hector le Brun, descendant d’Hector de Troie dans Guiron51) à celui de la Table Ronde, dans un procédé qui rappelle Perceforest.

28L’écu de Gallehault, orné d’un coq, « un Gal, hault regardant vers le Ciel » (p. 139) est convoité par Alector qui le trouve dans une clairière, pendu au plus haut d’un arbre mort. Pour le posséder, le jeune écuyer devra parvenir à le dépendre. Le motif de la quête de l’écu est certes récurrent dans la littérature médiévale, mais on le trouve dans un épisode du Perceforest que Barthélemy Aneau connaît bien, puisque Floridas et Alexandre, parvenus au Temple Inconnu, tentent vainement pareille épreuve lorsqu’ils entendent une voix. De son côté, Alector parvient à détacher l’écu et tombe avec lui lorsqu’un rire retentit, puis une voix qui l’enjoint de lui restituer le trophée. Apparaît alors un Chevalier Noir qui n’est autre qu’un « esprit en la forme de Gallehault » (p. 141). Il nous fait penser à Zéphir « à la noire capette ». Il hérite non seulement du caractère moqueur du luiton (il ne cesse de rire), mais il transporte encore Alector (cramponné à l’écu qu’il ne veut rendre) dans les airs « plus de six cens lieues du lieu ou il l’avoit prins », avant de le jeter dans « une belle prairie herbue et molle » :

  • 52 Alector, p. 142.

Il [Alector] sentit l’escu lasché par le noir chevalier et luy tombé sur l’herbe tout estourdi, tant du port aërin que de la chute assez haute. Dond l’esprit du noir chevalier qui l’avoit là apporté pour son bien et qui prenoit plaisir à faire courroucer sa chaude jeunesse de chault sang boillante, se print à rire plus fort et plus haultement que jamais52.

  • 53 Perceforest, éd. cit., troisième partie, t. III, p. 111-120.

29Cette aventure semble superposer deux épisodes du roman de Perceforest mettant en scène Zéphir. Tout d’abord, celui où Estonné se voit privé de sa nuit de noces. Les étoiles n’étant pas favorables, le luiton l’empêche en effet de rejoindre Priande et, victime d’une hallucination, il se réveille au milieu des batraciens, dans un bassin, dont l’onde glacée éteindra son ardeur amoureuse53. Gallehault quant à lui s’emploie à calmer les élans (non pas amoureux mais bien chevaleresques) d’Alector qui n’est encore qu’un simple écuyer, en le laissant choir comme une vulgaire « grenoille » près de Tangut, en Tartarie, où se trouve Franc-Gal :

  • 54 Alector, p. 142.

je t’ay laissé couler doucement sur l’herbe et la terre molle, pour ne t’affoler, et si je t’ay un peu faict faire la grenoille pour rire du feu de ta plaisante jeunesse, ce n’a este pour mal, mais pour ton bien54.

  • 55 À l’issue de cette rencontre, Passelion revêt les armes de son père (Perceforest, l. IV, p. 761). (...)

30On pense alors à Zéphir conduisant Passelion aux Enfers et dans l’île d’Aren où il rencontre son père, Estonné55. Grâce à l’intervention de Gallehault, Alector et son père sont enfin réunis. Car Franc-Gal, héros civilisateur, n’avait pas hésité à quitter Priscaraxe alors enceinte d’à peine trente-deux jours, pour poursuivre sa quête du temple du Dieu Souverain :

  • 56 Ibid., p. 96.

Priscaraxe, treschère amie […] dedans quatre jours je departiray de vous. Car ainsi est il nécessaire, […] pour accomplir un vœu de pérégrination au temple souverain que je ne say où il est, et ne le vi oncques. Mais je y suys voué, et aller m’y convient ; et ne cesserait jamais de pérégriner tant que je l’aye trouvé56.

  • 57 Anange se présente comme un double de la mère des Moires, Nécessité-Ananké. Pour composer ce nom, (...)

31Voyons alors comment Aneau exploite ce nouvel emprunt au Perceforest. Si son histoire fabuleuse présente comme nous l’avons montré diverses merveilles caractéristiques de la littérature arthurienne, le charme n’aurait pas été complet sans la présence de quelques fées. Ce sera chose faite au travers de l’histoire de trois sœurs fées et de leur vieille mère Anange57. Toutes logent dans une « tresancienne tour ronde, édifiée avant toute la memoire des hommes » (p. 55) et curieusement placée à l’entrée de la voie qui mène au temple du Dieu Souverain. C’est alors qu’Aneau, en quelques mots, plonge explicitement le lecteur dans l’univers du roman de Perceforest :

  • 58 Alector, p. 55.

Il est par le monde une certaine voie longue, mais estroite et peu fréquentée, pour estre aspre, scabreuse et trop difficile à tenir, laquelle voie non obstant conduict au tresantique temple du souverain, sur lequel le renommé Roy Perseforest print le patron de l’architecture de celluy noble temple dedié au Dieu souverain, qu’il edifia et fonda en la diabolique forest Darnant, pour en chasser et exterminer les mauvais esperitz, qui pour lors en ces solitaires forestz habitoient, et pour donner adresse aux chevaliers errans qui par ces lieux desvoiables alloient cherchant les terribles adventures58.

  • 59 On retrouve cette forêt dans d’autres romans tels le Tristan de Pierre Sala (vers 1520-1529) ou le(...)
  • 60 Les noms de ces fées sont riches de sens. Formé sur le grec, Cleronome signifie « qui règle le sor (...)

32Ces trois fées « sœurs germaines et utérines, voire tergemelles » trouvent probablement leur source dans le Perceforest où la Forest Darnant59 est le théâtre d’affrontements entre deux groupes qui possèdent des pouvoirs surnaturels. D’un côté, les enchanteurs du mauvais lignage du chevalier Darnant, de l’autre, les Dames de la Forêt, devenues magiciennes pour se défendre contre le mauvais lignage, assistées de la Reine-Fée et de sa fille Blanchette. Mais Aneau innove. Doublet des Parques latines, les trois fées nommées Cleronome, Zodore et Termaine60 reçoivent les pèlerins qui veulent monter au temple Souverain et leur fournissent des cierges. La première le donne, la seconde l’allume et la troisième l’éteint. L’allégorie du fil des Parques est ainsi remplacée par celle des cierges de vie.

  • 61 Fontaine M.-M., « Alector de Barthélemy Aneau ou les aventures du roman après Rabelais », Mélanges (...)
  • 62 « Advertissement » à la seconde édition de la traduction de l’Utopie de Thomas More par Jean Le Bl (...)

33Aneau emprunte encore au Perceforest l’idée d’un dieu unique, le Dieu Souverain, que l’on adore dans un temple qui lui est consacré. Comme il l’avait déjà fait pour Mélusine, cachée derrière la figure de Priscaraxe, la femme serpent, Aneau inverse la chronologie des œuvres. Le temple du roman de Perceforest ne serait alors qu’un calque du temple présenté dans l’Alector qu’il ne place plus dans la profondeur de la forêt mais dans un milieu hautement urbain, l’utopique ville d’Orbe61. Si elle n’est pas la cité parfaite décrite dans l’Utopie, Orbe doit beaucoup au modèle créé par Thomas More. Aneau connaît bien ce texte dont il a préfacé une traduction française en 155962, alors même qu’il rédigeait l’Alector.

  • 63 Voir les très riches notes de l’Alector, éd. cit., t. II, p. 423.

34L’originalité d’Aneau réside dans l’agencement de ses sources et dans sa conception de la religion et de la politique. Car son histoire fabuleuse décrit un culte magnifique voué à un Dieu unique, le Dieu Souverain, adoré dans un temple bâti au cœur d’une ville présentée comme une République. Ainsi, la religion de la ville d’Orbe mêle à la fois l’univers païen gréco-latin et l’univers biblique. Comme dans le Perceforest, cette religion se situe avant l’avènement du christianisme. Le dieu de la ville d’Orbe porte plusieurs noms. Il est tantôt nommé JOVE, JOVA, Dieu Souverain, ou Soleil. Comme l’a montré Marie-Madeleine Fontaine63, Jove se présente comme une francisation de l’accusatif latin Jov(em), Jupiter, tandis que Jova serait une contraction de l’hébreu Jehovah.

35Ce temple du souverain Dieu Jove se trouve au cœur de la cité d’Orbe, dont la situation géographique et la « chorographie » s’inscrivent dans la lignée des architectures visionnaires du Quattrocento italien. « Ainsi nommée pour sa forme et figure ronde », la ville, partagée en quatre quarts selon les points cardinaux, est une représentation du cosmos, tout comme son temple, que surplombe un dôme gigantesque : « […] ce temple, duquel l’architecture est faicte à l’imitation et patron du Monde universel, qui est le vray temple du Souverain JOVA » (p. 160).

36Si Aneau tente d’imposer son temple comme le modèle de celui du Perceforest, l’influence de son texte source reste perceptible. Le Temple Inconnu découvert dans le Perceforest est déjà « un temple rond de moult souffisant ouvraige » (l. I, p. 187). Les deux édifices accentuent leur merveille architecturale par des jeux de lumière : le temple d’Orbe présente « au faist et mylieu du pinacle, […] infinies lampes pendues, ardentes et luysantes jour et nuyct » (p. 153) tandis que le Temple Inconnu est éclairé par quatre escarboucles. Aneau mise sur l’hyperbole. Si la salle du Temple Inconnu repose sur un pilier unique (l. I, p. 247), son édifice, « en parfaicte rondeur » est « elevé sur treize piliers » (p. 155). Enfin, reprenant le modèle de l’ermite Dardanon (ancien clerc de Cassandre), Aneau fait de l’Archier Crosniel « l’Archipresbtre et grand Sacrificateur » (p. 152) du temple de JOVE. Les deux hommes vivent dans une maison qui jouxte leur temple respectif et jouissent d’une extraordinaire longévité puisque Crosniel est âgé de « quatre cens quinze ans » (p. 153) alors que Dardanon a vécu « au siecle .IIIIc. ans ou plus ».

37La quête du Temple est le fil conducteur de l’ouvrage. Sa découverte marque la fin du récit et la mort de Franc-Gal qui après neuf cents ans de pèlerinage à travers le monde rejoint la demeure « paternelle » :

  • 64 Alector, p. 87.

nous sommes tous pelerins dès nostre jeunesse, et par diverses voies, adventures et dangiers, tendons au temple Souverain, où nous est promis repos, comme en retour, à notre propre maison paternelle64.

  • 65 Les fées du Perceforest assurent la fécondité, prédestinent les nouveau-nés. Elles héritent donc e (...)
  • 66 Ibid., p. 86.

38À l’instar des fées du Perceforest65, celles de l’Alector sont étroitement liées au cycle de la vie et de la mort. En effet, le cierge reçu par le Macrobe de la main de Cleronome et allumé par Zodore, « long, droict, bien ciré et temperé, durable et de claire lumiere66 », sera éteint de la main de la Sacriste Termaine « au dernier jour de sa pérégrination dans le temple du Dieu souverein, selon l’ordonnance de l’ancienne dame Anange » (p. 196).

39Ainsi, la fortune éditoriale du Perceforest, deux fois édité et piraté pour un extrait, explique l’ampleur de sa réception dont nous n’avons pas dressé une liste exhaustive. Au travers de ces quelques exemples, on décèle la bonne connaissance du texte source et tout particulièrement de certains épisodes. Différents protagonistes ou lieux ont marqué les esprits. Il s’agit de la Beste Glatissant, du facétieux luiton Zéphir, de la Forest Darnant et du temple du Dieu Souverain.

40Ces emprunts paraissent naturels dans une écriture archaïsante comme celle de Gerard d’Euphrate. Ils surprennent davantage dans les Contes amoureux où ils peuvent néanmoins s’expliquer par une intervention de l’éditeur Janot. Quant à l’Alector, roman humaniste par excellence, force est de constater qu’il s’alimente au Perceforest, clairement mentionné par Aneau, qui le suppose donc connu de ses lecteurs. Aussi bien dans Gérard que dans l’Alector, les généalogies sont à l’honneur. Présine d’Albanie devient la descendante du comte Estonné, quant à Alector, il aurait pour aïeul Gallehault, présenté comme le fils de la Belle Jeande (Galotine) et de Clamidés dans la quatrième partie du Perceforest.

41Aneau se plaît visiblement à opérer un syncrétisme entre sa culture antique, ses idées humanistes et ses souvenirs de romans médiévaux. Emprunté au Perceforest, le Temple Inconnu devenu temple du Souverain Jova renvoie désormais à la prisca theologia. De la sorte, Aneau modifie la conception que l’on peut avoir du roman humaniste puisque son Alector transpose des modèles plus anciens, médiévaux, qui ne donnent pas qu’une simple coloration à son ouvrage, mais influent en profondeur sur sa structure et la personnalité de son héros. Les romans de chevalerie et tout particulièrement le Perceforest, deviennent ainsi les modèles de l’invention fictionnelle. Sa puissance narrative et imaginative lui attribue sans aucun doute ce rôle particulier. Quoi qu’il en soit, les narrations chevaleresques permettent l’éclosion, au sein du roman humaniste, d’un genre nouveau, les histoires fabuleuses. Dès lors, à peine paradoxalement tant ce phénomène de double filiation a marqué l’esthétique narrative du Moyen Âge, le roman humaniste peut être considéré à la fois comme le prolongement de la fiction médiévale et comme le tremplin d’un genre « neuf ».

Notes

1 Le Roman de Perceforest, première partie, tome I et II, éd. critique par Roussineau G., Genève, Droz (Textes littéraires français, 592), 2007 ; deuxième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, tome i (Textes littéraires français, 506), 1999 et tome II (Textes littéraires français, 540), 2001 ; troisième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, tome I (Textes littéraires français, 365), 1988, tome II (Textes littéraires français, 409), 1991, tome III (Textes littéraires français, 434), 1993, quatrième partie, tome I, éd. Roussineau G., Genève, Droz (Textes littéraires français, 343), 1987.

2 Voir Polizzi G., « Deux romans déguisés à la Renaissance : Le chevalier Doré (1541) et Girard d’Euphrate (1549) », Réforme, Humanisme, Renaissance, t. 71, 2011, p. 165-178.

3 Le Perceforest fera également l’objet d’une traduction italienne parue en 1558 à Venise chez Michel Tramezzino et d’une adaptation espagnole donnée vers 1573-1576 à Tolède par Fernando de Mena. Sur la version italienne, voir l’étude de F. Montorsi dans ce volume.

4 Nous citons d’après l’édition de 1577 : Le Quatorzieme Livre d’Amadis de Gaule (rédigé par Feliciano de Silva traduit nouvellement de vulgaire Castillan en François par Antoine Tyron, Lyon, François Didier).

5 P. 7 (on réfère la pagination au fac-similé consultable en ligne sur le site de la BnF-Gallica).

6 Passionné d’Alchimie, Jacques Gohory soutient que les romans de chevalerie recèlent, en dehors de leur sens littéral, un sens caché. Pour lui, ces ouvrages fondés sur la féerie et les aventures possèdent un « plus haut sens », comme les récits de la mythologie antique. Voir Kahn D., « Le paracelsisme de Jacques Gohory », Paracelse et les siens, actes du colloque international de Paris, 15 au 16 décembre 1994, Paris, La Table d’Émeraude (ARIES, 19), 1996, p. 81-130.

7 Contes amoureux par Madame Jeanne Flore, texte établi d’après l’éd. originale, Lyon, 1537 env., avec introd., notes variantes et glossaire, par le Centre lyonnais d’études de l’humanisme, sous la dir. de Pérouse G.-A., Lyon, éd. du CNRS., Presses universitaires de Lyon, 1980.

8 Contes amoureux, éd. cit., p. 144.

9 Perceforest, éd. cit., troisième partie, t. III, p. 85-86.

10 Transporté dans la tour, Troïlus contemple « la personne du monde qu’il aimoit le mieulx toute nue » (p. 87) et Pyrance placé aux côtés de Méridienne « la divine beaulté d’elle contemploit » (p. 145).

11 Contes amoureux, p. 137.

12 Dans Perlesvaus, la Beste Glatissant qui est « blanche comme nois negiee » a « .XII. chaiaus dedenz sun ventre qui glatissoient » (Le Haut Livre du Graal, éd. Strubel A., Paris, Le Livre de Poche, 2007, p. 622-627).

13 Dans le Tristan en prose, si un « glatissement terrible » sort toujours de son ventre, la bête est devenue un monstre hybride : « une beste la plus diverse et la plus merveilleuse […], car cele beste avoit tot droitement piez de cerf, cuisses et queue de lion, cors de liepart », éd. Curtis R. L., Cambridge, D. S. Brewer, 1985, t. III, p. 100.

14 Voir Bozoki E., « La « Bête Glatissant » et le Graal. Les transformations d’un thème allégorique dans quelques romans arthuriens », Revue de l’histoire des religions, t. 186, 1974, p. 127-148.

15 Dans le Perceforest, la bête combine la leucrote et le scytalis des bestiaires. Elle tient son nom du cri affreux (le « glat »), qu’elle pousse lorsqu’elle se jette sur sa proie.

16 Comme l’a montré Ferlampin-Acher C., la Beste Glatissant du Perceforest tient du basilic au regard fascinant (Fées, bestes et luitons : croyances et merveilles dans les romans français en prose, XIIIe -XIVe siècles, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (Traditions & croyances), 2002, p. 321). Dans les Contes amoureux, Méridienne est elle aussi comparée au basilic : « ressemblante au serpent appellé Basilique qui occit quiconque il aura attainct de son regard venimeux » p. 140).

17 Le nom même de Perceforest disparaît, remplacé par celui du roi Péléon.

18 La Plaisante et amoureuse hystoire du Chevalier doré & de la pucelle surnommée Cueur d’acier, Paris, Denis Janot, 1541 (BnF RES P-Y2-3010), f. Bv r °.

19 Voir sur ce sujet et la métamorphose du merveilleux dans cette réécriture notre thèse : Le lignage des fées. Écriture et transmission de la féerie aux XVe et XVIe siècles (J.-J. Vincensini dir., Tours, CESR, novembre 2011).

20 Pour l’influence d’Ysaïe le Triste sur les Contes amoureux, voir Capello S., « Le corps dans les Comptes amoureux : Pyralius le jaloux », Desrosiers-Bonin D., Viennot E. (dir.), avec la collaboration de Reynolds-Cornell R., Actualité de Jeanne Flore, Paris, Champion (Études et essais sur la Renaissance, 55), 2004, p. 187-208.

21 Voir Capello S., « La double réception du Chevalier Doré (Denis Janot, 1541 ; Denis de Harsy, 1542 ; Jean Bonfons, s. d.) », Studi Francesi, t. 159, 2009, p. 535-548.

22 Le premier livre de l’histoire et ancienne cronique de Gerard d’Euphrate, duc de Bourgogne : traitant pour la plus part, son origine, jeunesse, amours, & chevaleureux faits d’armes, Paris, Étienne Groulleau pour Jean Longis et Vincent Sertenas, 1549 (BnF RES-Y2-79).

23 Suard F., « La légende de Gérart de Fraite en français du XIVe au XVIe siècle », Cigada S., Slerca A. (dir.), Rhétorique et mise en prose au XVe siècle, actes du VIe Colloque international sur le moyen français, Milan, 4-6 mai 1988, Milan, Vita e Pensiero (Centro studi sulla letteratura medio-francese e medio-inglese, vol. II), 1991, p. 139-172.

24 Polizzi G., art. cit., p. 172.

25 « Il est facile à présupposer, que, l’ayant gaignée, par mesme moyen ce Zephir est nostre. » (Gerard d’Euphrate, chap. VI, f. XI r °).

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Voir Ferlampin-Acher C., « Perceforest et le roman : « or oyez fable, non fable mais hystoire vraye selon la cronique », Études françaises, t. 42, 1, 2006, p. 57.

29 Gerard d’Euphrate, chap. VI, f. XI r°.

30 Ibid.

31 Ibid., chap. XVI, f. XXV v °.

32 La cape est un attribut habituel du luiton, qui peut également porter un capuchon. Élément folklorique, ce vêtement magique marque les accointances de Zéphir avec l’au-delà. Dans le Perceforest il est déjà vêtu de cette cape noire. Ferlampin-Acher C. (Fées, bestes et luitons, op. cit., p. 455) rapproche ce vêtement dans lequel Zéphir apparaît et disparaît de la cape follette du folklore germanique et renvoie au travail de Lecouteux C., Les Nains et les elfes au Moyen Âge, Paris, Imago, 1988, p. 41 et 64. Notons encore à quel point l’auteur du Gerard d’Euphrate maîtrise son texte source, lorsqu’il évoque « Zephir à la rousse queuë » (chap. XVIII, f. XXX r°).

33 Gerard d’Euphrate, chap. XVI, f. XXVI v°.

34 Le nom semble emprunté à La Mort le Roi Artu. Ce roman anonyme daté de 1230 met en scène la demoiselle d’Escalot, morte d’amour pour Lancelot, et dont le corps est conduit par une nef à la cour d’Arthur. Cet épisode sera déterminant dans la chute du monde arthurien. La Mort le Roi Artu, éd. critique par Frappier J., Genève, Droz et Paris, Minard (Textes littéraires français, 58), 1964, p. 87-89.

35 En réalité, la jeune fille est destinée à Gérard d’Euphrate. Tous deux auront un fils, Millon d’Auvergne, fervent défenseur de la chrétienté (Gerard d’Euphrate, chap. LXIII, f. CVI v °).

36 Ibid., chap. LXI, f. CIII v°.

37 Ibid.

38 Ibid., chap. LXII, f. CV v°.

39 Ibid., chap. LXXXVII (présenté comme le chap. LXXVII, suite à une erreur de typographie), f. CXXXVI r°.

40 Barthélémy Aneau, Alector ou Le Coq : histoire fabuleuse, éd. critique par Fontaine M.-M., Genève, Droz (Textes littéraires français, 469), 1996, 2 vol.

41 Alector, éd. cit., Epistre dédicatoire, p. 10-11.

42 Ibid., chap. X, p. 73.

43 Servet P., « Barthélemy Aneau lecteur de Rabelais », Études Rabelaisiennes, t. 29, 1993, p. 63-81.

44 Alector, chap. XVI, p. 112.

45 « […] il tenoit en sa main destre une arbaleste tresbien fachonné et formé de char nerveuse, et en la senestre une flesche d’un piet de long tant bien fachonnee qu’il n’y avoit que amender » (Perceforest, éd. cit., quatrième partie, t. I, p. 160).

46 Servet P., « Alector et le roman d’aventures médiéval », Réforme, Humanisme, Renaissance, t. 39, 1994, p. 45-73.

47 Alector, p. 122.

48 Comme la mère adoptive d’Ourseau, Priscaraxe est en pleurs lorsque son fils la quitte. La mère de Perceval quant à elle se pâme sur le pont-levis (Le Conte du Graal, éd. critique par Méla C., Paris, Librairie générale française (Le Livre de Poche/Lettres Gothiques), 1990, v. 586-589).

49 Floridas et Alexandre sont aussi liés à un épisode féerique. Parvenus jusqu’à la demeure invisible de Sebille (également appelée « Dame du Lac »), les deux chevaliers y demeurent quinze jours alors qu’ils pensent n’être restés qu’une nuit. Voir Perceforest, éd. cit., première partie, tome I, p. 186.

50 Perceforest, éd. cit., première partie, t. I, p. 189.

51 On pourra consulter les travaux de Lathuillère R., Guiron le Courtois, étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966. Somme imposante comme le Perceforest, Guiron le courtois fera l’objet de cinq éditions de 1501 à 1532, ce qui prouve sa notoriété.

52 Alector, p. 142.

53 Perceforest, éd. cit., troisième partie, t. III, p. 111-120.

54 Alector, p. 142.

55 À l’issue de cette rencontre, Passelion revêt les armes de son père (Perceforest, l. IV, p. 761). Si Alector porte l’écu de son aïeul Gallehault, c’est Franc-Gal qui l’avait suspendu à l’arbre où le jeune écuyer l’a trouvé (Alector, p. 147).

56 Ibid., p. 96.

57 Anange se présente comme un double de la mère des Moires, Nécessité-Ananké. Pour composer ce nom, Barthélemy Aneau combine la traduction du grec « Nécessité » à un jeu sur le mot français « ange ».

58 Alector, p. 55.

59 On retrouve cette forêt dans d’autres romans tels le Tristan de Pierre Sala (vers 1520-1529) ou le Nouveau Tristan de Jean Maugin (1554).

60 Les noms de ces fées sont riches de sens. Formé sur le grec, Cleronome signifie « qui règle le sort ». Zodore signifie « qui donne la vie ». Termaine, dont le nom joue sur le latin terminus signifie « qui termine la vie ».

61 Fontaine M.-M., « Alector de Barthélemy Aneau ou les aventures du roman après Rabelais », Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de Verdun-Louis Saulnier, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaissance, 202), 1984, p. 547-566.

62 « Advertissement » à la seconde édition de la traduction de l’Utopie de Thomas More par Jean Le Blond, Lyon, Jean Saugrain, 1559.

63 Voir les très riches notes de l’Alector, éd. cit., t. II, p. 423.

64 Alector, p. 87.

65 Les fées du Perceforest assurent la fécondité, prédestinent les nouveau-nés. Elles héritent donc elles aussi des Parques antiques.

66 Ibid., p. 86.

Auteur

CESR Poitiers/ université de Haute-Alsace

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540