Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

La Table d’Honneur, un motif aristocratique de la fin du Moyen Âge1

Denis Hüe

Texte intégral

  • 1 Ce travail est une version reprise et étoffée de mon intervention à la journée organisée par l’Inst (...)

1On proposera ici un excursus qui nous éloignera provisoirement du monde bourguignon et du fleuve de la tradition romanesque pour aborder un simple élément de la poésie lyrique bretonne. Quittons provisoirement David Aubert pour Jean Meschinot : ce n’est pas si insensé à Rennes.

  • 2 Jean Meschinot, Les Lunettes des princes, publiées avec préface, notes et glossaire par O. de Gourc (...)

2De Jean Meschinot, les Bretons actuels connaissent peu de chose : l’édition d’une partie de ses œuvres faite par Olivier de Gourcuff dans le Cabinet des Bibliophiles2, à la fin du XIXe siècle, semble avoir comblé les attentes du lectorat potentiel, et n’a pas soulevé un engouement particulier ; par ailleurs, plus récemment, deux éditions savantes de ce même texte ont vu le jour à quelques mois de distance, et depuis il semble que plus personne ne se soucie de ce poète, sauf à sourire du titre un peu saugrenu de son grand œuvre, les Lunettes des Princes.

3Rien de saugrenu pourtant chez ce poète, qui est au contraire d’une haute tenue morale, et qui s’efforce de donner à l’ensemble de son œuvre le sérieux et la noblesse que chaque chrétien soucieux de son salut devrait scrupuleusement observer. Ses Lunettes des Princes, après une partie autobiographique qui le montre submergé par le désespoir à la nouvelle de la mort de son prince, détaillent les conseils de bonne vie qui permettront à chacun, au prince bien sûr, mais aussi à chacun de ses sujets, de gouverner ses passions grâce à la clairvoyance que lui permettent ces Lunettes, composées des quatre vertus cardinales, Prudence, Justice, Force et Tempérance. Il n’est pas indifférent que ce soit cette suite de quatre vertus qui entoure le tombeau du duc François II, le seigneur sous le règne de qui Meschinot a composé la plus grande partie de son œuvre.

4Le texte, qui peut paraître assez pesant malgré quelques belles envolées pour qui s’attache à le lire, a eu suffisamment d’impact pour que plus d’une trentaine d’éditions se soient succédé, des tout débuts de l’imprimerie jusqu’au milieu du XVIe siècle. C’est que Meschinot a, plus que d’autres, rencontré son public, et il figure régulièrement au nombre des poètes exemplaires que citent les auteurs de la première Renaissance, à l’égal des grands anciens que sont Alain Chartier et Jean de Meung.

  • 3 Compte d’Olivier le Roux, trésorier receveur général sous le duc Artur III (1457) : « a Jehan Mesch (...)
  • 4 Voir les éditions des poésies de Charles d’Orléans par Champion P. et Taylor J. H., The Making of P (...)

5La personnalité est intéressante à double titre, car s’il se trouve dans la lignée de la poésie lyrique du premier XVe siècle, il annonce également celle des Rhétoriqueurs. Il participe du rondeau de cour et de la poésie fugitive ; il reçoit du duc de Bretagne des gratifications « pour un rondeau3 » et on le voit figurer pour quelques rondeaux et une ballade dans les manuscrits de Charles d’Orléans4 ; quelques-unes de ses pièces figurent dans le Jardin de Plaisance. Symétriquement, sa correspondance avec Chastelain, sur laquelle on reviendra, la virtuosité de ses compositions, sa réception même – il fut l’un des poètes les plus édités au début du XVIe siècle – font de lui le premier rhétoriqueur, moins resplendissant que le poète bourguignon certes, mais plus expérimental dans sa créativité poétique. Ballades anaphoriques, pièces « en série », huitain à lectures multiples… Meschinot expérimente dans les années 1460-1480 des procédés que l’on rattache bien souvent à Molinet ou Destrées, quelques dizaines d’années plus tard.

  • 5 Voir Hüe D., « Psaumes, prières, paraphrases et réécritures », Le Moyen Français, t. 51-52-53, 2002 (...)
  • 6 Il est question dans le refrain d’une ballade de « jouer les peines saint Guedas », ms B. M. Tours (...)
  • 7 Othéa est invoquée avec Palas dans la Lamentacion et complainte de la mort de madame de Bourgongne, (...)

6En même temps, originalement, ce poète n’est pas un clerc ; sa culture latine est minimale et surtout biblique – on lui doit par exemple un cycle de paraphrases de versets des psaumes5 – et les rares allusions littéraires que l’on trouve dans son œuvre renvoient tantôt à des mystères6, tantôt à Christine de Pizan7. En même temps qu’il est profondément moraliste, il s’investit dans le quotidien et dans l’actualité plus que dans la méditation religieuse ; le poète ciseleur est un homme qui a la culture de son temps.

7Meschinot est d’une certaine façon la voix de la Bretagne, sait faire corps avec le désir de la province et éclairer le projet politique de son prince. Il a assumé cette fonction à la suite du succès éclatant de l’œuvre dont on parlait plus haut, les Lunettes des Princes, où il montrait son attachement aux seigneurs que sa famille servait depuis plusieurs générations, avec une intensité et une conviction qui emportent l’adhésion. Ce texte date du début des années 1460, selon l’étude convaincante qu’a effectuée Christine Martineau. C’est à peu près le moment où François II accède au pouvoir, se sépare d’un certain nombre de serviteurs – dont Meschinot – puis les rappelle. Meschinot, disgracié comme soldat – il a environ une quarantaine d’années – entre à nouveau au service de son duc, mais comme organisateur de la vie militaire ; on le voit convoquer des « montres », des revues, s’occuper de restaurer les fortifications d’une place forte, et surtout, mettre sa plume au service de son seigneur, tantôt dans le cadre d’œuvres morales, tantôt dans un investissement plus politique.

8Le réseau des relations poétiques et diplomatiques fait que Bretagne et Bourgogne ont noué pendant cette période des liens très forts contre un même adversaire, le roi Louis XI ; en même temps, l’aura artistique du domaine bourguignon était indiscutée, et les poètes qui se pressaient à la cour du duc Philippe représentaient la fleur de la rhétorique : on connaît la correspondance presque forcée que Jean de Montferrand avait instaurée avec le prince des poètes de son temps, Georges Chastelain, qui donna naissance au volume poétique des Douze Dames de Rhétorique.

9Après avoir achevé ses Lunettes des Princes, et peut-être à l’instigation du duc de Bretagne qui a pu chercher à rivaliser avec son homologue bourguignon, Meschinot semble avoir fait parvenir son œuvre à Chastelain ; peut-être d’autres raisons ont-elles joué ; il est cependant établi que les poètes ont entretenu un embryon de correspondance, et sans doute, échaudé par l’expérience un peu malheureuse des Douze Dames, Chastelain n’a-t-il pas souhaité mettre le doigt dans l’engrenage.

10Il était d’usage cependant de répondre à un présent poétique, et Chastelain n’a pu échapper, selon toute vraisemblance, à l’obligation morale qui lui était faite. Il a donc envoyé au poète breton une œuvrette sans doute déjà écrite depuis quelque temps, une suite de 150 vers composés de sixains anaphoriques. Ici, en 25 strophes, Chastellain décrit divers aspects du Mauvais Prince :

  • 8 Piaget A., « Les Princes de Georges Chastelain », Romania, t. 47, 1921, p. 161-206, cit. p. 167.

Le poème qu’il faut intituler Les Princes n’est pas isolé. Il fait partie d’un petit cycle qui, outre les Princes, comprend les Dames, les Gouges, les Coquards et les Serviteurs. Ces cinq poèmes sont composés de mêmes sixains rimant aabccb en vers de dix syllabes8.

11Les auteurs de ces textes sont Olivier de la Marche, pour les Dames (il s’agit d’une suite de neuf strophes présentant des dames se refusant au jeu d’amour, infidèles ou méprisantes, et à qui l’auteur annonce un châtiment), Bouton et le Bâtard de Bourgogne, semble-t-il, pour les Gouges qui les font dialoguer : ce texte, conservé dans deux manuscrits, peut être la trace d’un concours de poésie à rire comme il s’en est fait en tout temps, et il est d’une tonalité plus leste et moins convenue que le texte d’Olivier de la Marche, puisqu’il est question d’y énumérer les femmes lascives et immorales :

  • 9 Ibid., p. 170.

Gouge qui veult les coquars et novice
Et qui s’en fait servir du plat des cuisses
Pour estre mieulx a son gré tricotee
Et pour sçavoir si les sotz le font bien […]9

12Chacune d’elle, « Gouge qui… », donne lieu à des descriptions sarcastiques et inventives, qui constituent plus une sorte de définition générale de ce qu’est une « gouge » qu’une vraie typologie. La dernière série est constituée de 44 sixains dévolus aux « coquards », nom générique des sots vains, présomptueux et coquins. Ici, il s’agit encore d’annoncer une typologie qui montrera les divers types d’hommes ; mais le type même de l’énumération montre combien l’on est dans une sorte de galerie de portraits dont chacun ne répond pas à une classification précise. Il existe enfin un poème, les Serviteurs, dont le projet est, de même, de faire une sorte de portrait des divers mauvais serviteurs, le déloyal, le flatteur, le négligent, l’infidèle, le bavard, le traître, le dépensier…

13Le sixain anaphorique de décasyllabes a donc pu constituer un genre en soi, au moins dans le milieu bourguignon, au moins pendant une certaine période, que l’on peut placer autour des années 1460 – c’est du moins de cette époque que datent la plupart des textes que l’on vient de mentionner. Il se caractérise, outre sa forme, par un ton satirique ou polémique, qui revient à décrire une catégorie de personnes au comportement inacceptable, dont les conséquences seront fâcheuses. C’est également ce ton qu’adoptent les Princes de Chastelain, comme un simple exemple le montrera :

  • 10 B. M. Nantes 651, f 55 v.

Prince flateur, menteur en ses parolles,
Qui blandist gens et endort en frivolles
Et riens qu’en doeul et fraude n’estudie,
Ses jours seront de petite duree,
Son regne obscur, sa mort tost desiree,
Et fera fin confuse et enlaydie10.

  • 11 On connaît d’autres exemples de ce type de correspondance regroupé dans un manuscrit de peu ultérie (...)

14Il s’agit bien pour Chastelain de s’inscrire dans une tradition textuelle établie, et d’envoyer à l’auteur des Lunettes des princes, très probablement à la suite d’une correspondance, un texte peut-être déjà écrit, et dont le titre, comme la haute teneur pouvaient correspondre au ton du poète breton. Nous en avons sans doute la trace dans le manuscrit conservé à Nantes et composé pour Claude Bouton, qui contient les Lunettes des princes et les Ballades, et ne contient qu’elles : seul manuscrit de ce type, il provient d’un milieu bourguignon et propose non seulement un bon texte pour les Lunettes, mais vraisemblablement le meilleur pour les Ballades des princes. Il s’appuie probablement sur les sources mêmes de l’échange épistolaire11 dont il conforte l’existence.

15Ce détour permet d’arriver au projet étonnant de Meschinot, qui a choisi de comprendre la suite de sixains qu’il a reçue non pas comme un texte continu, ou comme une suite de portraits caricaturaux, mais bien comme une suite de princes de ballades. On le sait, cette forme poétique est composée de trois strophes ayant le même système de rimes et se terminant par le même vers, auxquelles s’ajoute ce que l’on nomme l’Envoi, adresse d’une demi-strophe, qui commence par le nom du destinataire, Prince le plus souvent, et se conclut à nouveau sur le refrain déjà employé trois fois.

16Meschinot relève donc un défi dont on ne sait s’il se l’est imposé à lui-même ou si son correspondant le lui a suggéré. Il va composer pas moins de 25 ballades, en respectant les contraintes inhérentes à ces envois : le refrain lui est imposé, mais aussi la moitié du système de rimes de chacune des ballades, et globalement le thème.

17Heureusement, le discours stigmatisant le mauvais prince est une sorte de mine inépuisable, et le poète ne manque pas d’inspiration pour dénoncer ses travers et ses veuleries. Il ne peut, pas plus que Chastelain, dresser une typologie cohérente et méthodique ; c’est une suite de portraits-charges, qui dénoncent ses lâchetés et ses traîtrises, qui s’offre au regard ; l’unité de ton est assurée par la véhémence du propos, et réunit dans une même détestation le Breton et le Bourguignon.

18Il est bien possible que ce soit Louis XI qui fasse les frais de cette union sacrée ; c’est là une question que je ne pourrai aborder, faute de temps, mais qui a agité la critique à diverses reprises ; en effet, parmi les traits qui contribueront à forger l’image du roi marchand, de l’« universelle aragne » comme l’appelleront certains chroniqueurs, la plupart se retrouve dans la suite violente des poésies de Meschinot, qui ne fait que développer une esquisse largement brossée par les sixains de Chastelain.

19Mais il ne faut pas oublier que c’est Chastelain lui-même qui a décrit le plus complètement et le mieux instruit à charge le portrait du prince. La question n’est pas tant de savoir si celui que décrivent Chastelain et Meschinot est Louis XI, que de déterminer si l’on n’aurait pas appliqué à l’ennemi irréductible des duchés de Bretagne et de Bourgogne les traits préétablis du mauvais prince.

20On le verra ainsi, menteur, lâche, sournois, ingrat, et digne d’opprobre :

Qui prent le nom sans les faictz de noblesse
Abuse aultruy et son propre honneur blesse,
Car mentir faict ceulx qui bon los luy donnent.
Ce cas luy vient, le cueur plein de foiblesse,
Quand il ne veult conduyre gentillesse
Comme les loix des vertueux l’ordonnent :
Par ce moyen fault bien qu’il se convie
A la peine qu’il a ja desservie
Pour les deffaulx qui coupable le preuvent.
C’est que raison donnera la sentence [N, f 56 v]
Qu’il est remply de grant vice et offense
Et tous ses faictz tenebreux se repreuvent.

  • 12 J’ai développé ce point et une analyse plus fournie de cette œuvre dans « Un miroir des princes che (...)

21Je ne suis pas convaincu pour ma part que le projet des poètes ait été effectivement de stigmatiser Louis XI. La tradition des Miroirs des Princes, tradition littéraire qui domine la production morale de la fin du Moyen Âge dans la lignée de l’œuvre de Gilles de Rome, revient à considérer que tout homme est le souverain de son propre royaume ; dès lors, les conseils prodigués ont une dimension générale indiscutable, qui prend plus de nécessité et d’urgence quand l’homme concerné est effectivement muni d’un plus grand pouvoir12.

22On excusera ces préliminaires, qui auront je l’espère donné le plaisir de rencontrer une grande figure de l’histoire littéraire de la Bretagne. C’est qu’une ballade de ce cycle des ballades des Princes a longtemps donné lieu à controverse.

23Cette ballade, la dix-septième du cycle, raconte comment Honneur a dressé une table et invite tous ceux qui en sont dignes à venir y prendre réfection. Le lexique est récurrent et revient dans chaque strophe, à diverses reprises : « disner » (v. 2, 27), « réfection » (v. 10), « convy » (v. 15), « viatique » (v. 21) ; il n’est jusqu’au mot de « delectable » (v. 28) qui ne renvoie à un registre alimentaire, alors que l’on évoque un « souillard de cuisine » (v. 19).

Honneur a faict dresser sa belle table
Et veult donner ung disner tresnotable :
Rendez vous y, chevaliers sans reprouche,
[4] Tous escuyers de lignee honnorable
Qui desirez faire chose louable
Et Verité garder en cueur et bouche.
Venez aussi, l’heure je vous assigne
[8] D’huy en huit jours la feste valentine.
Mais nul de vous, tant qu’il doubte mesprendre
Ne viengne la pour refection querre
S’il n’est loyal et vaillant a la guerre,
[12] Car ce seroit pire que sang espandre.
Soit qui se peult, duc, conte ou connestable,
S’il est trouvé lache et non veritable,
Rayson ne veult qu’a ce convy approche,
[16] Et qui se sent meschant et detestable
Debvroit trop mieulx choisir d’estre a l’estable
Que soy trouver es lieux ou Honneur couche
En celluy cas, ung souillard de cuisine
[20] Qui loyaulment servir se determine
Peult mieulx venir sa viatique prendre
Au lieu d’Honneur que le roi d’Angleterre [N, f 65v]
Si en son cueur traison pense ou asserre,
[24] Car ce seroit pire que sang espandre.
Pource, qui n’est vaillant, ferme et estable,
Saige, secret, vertueux, amyable,
Garde soy bien qu’a ce disner ne touche :
[28] Car ce qui est aux bons tresdelectable
Nuyst au maulvais, et le treuvent grevable
Tant que souvent en gisent sur la couche,
Et dont apres Desespoir leur bacine
[32] La raige ou mort ou lieu de medecine,
Voyans les caz dont ilz sont a reprendre.
Ne cuyde donc aulcun honneur acquerre
Qui ne se sent aussi nect que le verre,
[36] Car ce seroit pire que sang espandre.

GEORGES
Prince qui heyst remonstrance et doctrine,
Plus est venu d’ excellent origine
Com plus luy torne en grand grief et esclandre.
[40] Et n’a dangier si grant dessus la terre
Que ne chaloir a prince quant il erre,
Car ce seroit pire que sang espandre.

24Manuscrits

25N : B. M. Nantes 651 ; T : B. M. Tours 905, fXXX ; M : Bibliothèque faculté de Médecine 339 ; P : Ms BnF 24314 ; 2206 : BnF fr 2206, f 66 v.

26Leçons non retenues

2725 : pour ce qu’il ; 31 : hacine

28Variantes

292 : donne (P) ; 9 : nul (2206) ; 11 : en (2206) ; 13 : que se fust (P) ; soit que ce fut (2206) ; 14 : lache omis (T) ; ou variable (2206) ; 16 : vilaine (?) (2206) ; 17 : choisir estre (M, P, T) ; 20 : servir omis (T) ; 21 : au lyen (?) (2206) ; 23 : traison (2206) ; si’l en son cueur (P) ; 25 : pour ce qu’il (T) ; 25 : vaillaillant (P) ; 26 : ce qui fut (2206) ; 39 : tant plus (P, T).

30Le deuxième élément qui marque cette ballade, c’est évidemment la surabondance des qualifications morales et des adjectifs « belle », « tresnotable », « honorable », « loyal », « vaillant », qui parfois se regroupent pour composer pas moins de deux vers d’affilée :

« Pource, qui n’est vaillant, ferme et estable,
Saige, secret, vertueux, amyable. »

31Autre point qui ne saurait nous échapper, la surabondance du personnage allégorique Honneur, présent tout au long de la ballade (v. 1, 18, 22) et entouré d’autres figures, Raison, Desespoir.

32Enfin, on pourra constater que, contrairement à l’habitude, il n’y a pas, du texte de Meschinot à celui de Chastelain, de continuité ; souvent, dans la vaticination morale, à défaut d’avoir une progression dans une argumentation rigoureuse, on rencontre pour le moins une unité de ton ; ici, rien dans l’envoi ne semble justifier l’image du banquet d’Honneur que développe Meschinot, et toutes les mentions de la table sont dues à Meschinot. On doit en déduire que ce texte d’un statut particulier est issu d’une initiative plus personnelle, et renvoie à des préoccupations qui dépassent la simple vaticination.

33Pour Arthur de la Borderie, qui a étudié le poète breton, il s’agirait d’une convocation poétique à une réunion préparatoire de la Ligue du Bien Public, qui a on le sait fomenté une guerre civile en 1465. Le texte constituerait une sorte d’invitation publique à se rendre à une conspiration, où les dévoués de toute sorte, quel que soit leur niveau social, pourraient trouver à s’employer.

34Arthur Piaget a beau jeu de déchiqueter à belles dents cette hypothèse qui ferait d’une conspiration l’objet d’une circulaire poétique. Mais lui-même trouve cependant nécessaire, s’accrochant à cette indication de la « feste valentine », de trouver une manifestation qui pourrait tourner autour du 14 février, et rattacherait le texte poétique à l’histoire. C’est un travers de l’époque et d’une certaine conception de la philologie de chercher un ancrage factuel dans tout texte littéraire, qui n’est à vrai dire alors guère plus qu’un médiocre document historique.

35Piaget découvre alors un lieu d’amarrage possible de la ballade qui nous intéresse. Il n’est pas embarrassé de déplacer de ce fait l’œuvre des années 1464-65 à 1454, et propose alors le célèbre banquet du Faisan, qui a eu lieu en effet le 17 février 1454 à Lille. On se demande ce que le poète aurait été faire à Lille à un moment où il n’a aucunement la carrure politique, et surtout pas l’âge, qui lui permettrait de lancer ce genre de convocation. Puisqu’il est question non pas tant de convier les bons que de détourner les méchants, on se demande ce qu’une telle « convocation » – c’est-à-dire dans l’esprit de Piaget rattachée à un élément proprement historique – pourrait avoir à proposer près de six ans avant que Louis XI accède au pouvoir, et de surcroît publiée une dizaine d’années plus tard, puisqu’on n’en a aucun manuscrit antérieur… Dès lors, le banquet du Faisan, qui est là pour compter les troupes faisant serment de partir dans la croisade que tente d’organiser le duc de Bourgogne, est assurément bien loin des préoccupations et de Meschinot et de la Bretagne en général. Il n’est pas certain qu’un texte lié à des projets de croisade trouve une place légitime dans la série des Ballades des Princes.

36Il n’y a, il faut s’y résoudre, aucune cohérence à l’hypothèse de Piaget, et celle de La Borderie si elle n’est pas beaucoup plus convaincante, en devient plus sympathique. Il est sans doute nécessaire de revenir au texte et de s’interroger sur sa signification effective.

  • 13 Le cycle se termine par une ballade « Georges, des autres le maître… », ms B.M. Nantes 651, f 70v.

37Il est très probable que le cycle des ballades des princes a été composé, je l’ai dit plus haut, au moment où se cristallisaient à la fois les alliances des grands feudataires et le mécontentement à l’égard du souverain. L’image négative du prince, si elle ne constitue pas un portrait de Louis XI, dresse cependant l’archétype du mauvais souverain auquel l’assimilent sans hésiter les Bourguignons (l’attitude bretonne est bien plus nuancée). Il n’y a pas lieu cependant d’imaginer qu’un cycle de pièces d’une telle virtuosité, conçues en réponse à celles de Chastelain et à lui dédiées13, puisse fonctionner comme une œuvre de commande à l’usage d’un prince et dans le cadre d’une actualité politique – et encore moins dans la perspective d’une convocation pour un moment donné, on l’a vu.

38En revanche, il est évident que ces textes, tout privés qu’ils sont, sont imbriqués dans le réseau des relations burgundo-bretonnes et participent du climat politique des années 1464-1465.

39Dans cette dix-septième ballade, les lecteurs sont invités à un banquet par une figure allégorique, à un moment fort de la vie sociale du XVe siècle. Il faut comprendre « D’huy en huit jours la feste valentine » « d’aujourd’hui en huit, à la saint Valentin » comme une indication non seulement du moment de la convocation (le 14 février), mais aussi de celui de la composition, le 7 février à peu près : à supposer que la ballade soit proclamée, diffusée le jour même de sa composition (réelle ou fictive), cela laisse bien peu de temps pour se réunir à un endroit peu défini, à une « heure » qui est un jour : l’hypothèse d’une convocation poétique n’a aucune validité. On voit en même temps qu’il est question ici de rassembler les plus vaillants pour une réunion sous le signe de l’Honneur, auquel s’ajoutent d’autres personnifications allégoriques : Raison, qui refuse les convives lâches (v. 15), Vérité que l’on doit « garder en cœur et bouche » (v. 6). Les personnages de cette ballade sont des figures de l’imaginaire, qu’il faut renoncer à intégrer dans une perspective réaliste et historique.

40En même temps, le texte édifie une figure intéressante, visant à fédérer ceux qui ont un cœur pur et loyal. Si cette loyauté est politique, qui renvoie au désir de « faire chose louable », de « garder vérité », sa localisation autour de la Saint-Valentin semble l’inscrire également dans le registre amoureux. Rien en revanche ne place la ballade dans la tonalité courtoise qu’induirait une valorisation de la fête des amants, si ce n’est le renvoi à la Vérité que l’on doit garder en cœur et bouche – formulation plus amoureuse, plus passionnelle que nécessaire. Il est bien probable qu’il faille percevoir ce signal non pas comme proprement amoureux, mais plutôt comme aristocratique, renvoyant au raffinement des sentiments et davantage, à celui de leur expression sociale : la Saint-Valentin étant plus encore, l’exemple d’Othon de Grandson comme celui de Charles d’Orléans nous le montrent, l’occasion de rituels mondains, avec fêtes et joutes poétiques, exaltant la sincérité des sentiments.

  • 14 « Ensuit une petite et briefve lamentacion et complainte de la mort de madame de Bourgongne, faicte (...)

41Le motif de cette table d’honneur semble ainsi quitter le registre de l’actualité politique pour celui de la référence sociale et de la culture aristocratique. Dès lors, de même qu’on avait vu Meschinot invoquer Othéa dans la Deploration sur la mort de Madame de Bourgogne14, on peut s’interroger sur le modèle particulier de cette table d’honneur, et sur son surgissement : s’il n’a pas d’origine historique, il n’est pas insensé de lui chercher un modèle littéraire. Dans la description que fait Meschinot de la Table d’Honneur, il est révélateur qu’aucun critique jusqu’ici n’ait été tenté de la rapprocher de la table littéraire par excellence, la Table Ronde : c’est le seul mot de « table » qui peut suggérer l’association, et en dehors de ce point, les éléments sont trop éloignés pour que le rapprochement soit pertinent. Il n’est pas certain cependant que la piste soit à abandonner, car il est bien possible que la source de cette ballade soit la table du Franc Palais que l’on trouve dans le roman de Perceforest.

42On sait que se trouve dans ce roman un ancêtre littéraire de la Table du Graal, une Table presque ronde, en fer à cheval. Son instauration a lieu lorsque Perceforest, revenu à la raison après une période de folie, organise dans son palais un grand tournoi ; pendant les fêtes qui s’ensuivent et le grand banquet qui se tient dans le verger, le Franc Palais est soudain envahi de bruits, les volets sont refermés à grand fracas, ils s’ouvrent ensuite pour laisser échapper une lumière éclatante. Les portes du palais restent fermées pendant que l’on entend de grands bruits « et sy y a par dedens si grant noise de marteaulx que se ce fussent fevres » :

  • 15 Perceforest, l. II, t. 1, éd. Roussineau G., Droz, 2001, 470.

Adont furent les torches alumees, sy se mirent au chemin pardevers le palaiz. Et quant ilz vindrent a ung portail qui estoit a l’entree par ou l’on montoit amont, le roy passa devant et veyt que les .II. huys estoient cloz, puis regarda amont et veyt escript en l’arceure par dessus les huys lectres d’or grandes et bien faictes qui disoient en telle maniere :
Or sachiez tous que desormais
Est cy l’entree au Franc Palais
Ou les preux acquerront honneur
Et tous les faillans deshonneur15.

43Perceforest et les siens finissent par entrer dans le palais, pour y trouver la grande salle du banquet, où se trouve une table de dimensions impressionnantes : en fer à cheval et longeant l’intérieur du donjon, elle peut en effet accueillir jusqu’à trois cents chevaliers, et les tables au centre, quant à elles, jusqu’à 1200.

44Table ronde, mais au cercle pas encore fermé, on voit comment la table du Franc Palais peut anticiper la Table Ronde du monde arthurien ; mais elle anticipe davantage encore : en effet, comme les personnages admirent la table qui a été construite,

la royne regarda sur la table de marbre et veyt qu’il y avoit lectres escriptes dessus blanches. Adont appella le roy et luy dist : « Sire, regardez merveilles, car sur ceste table a escript lectres blanches. Or sachiez qu’elles veullent dire. » Adont abaissa le roy sa veue et veyt les lectres escriptes dessus le marbre qui disoient en telle maniere :
Or entendez bien ce notable :
Nulz ne s’assiee a ceste table
S’au croc n’est pendus ses escus,
Car ja ne luy seroie escus
D’un grant dommaige a recevoir.
Je ne le vueil pas decevoir
N’aultruy lieu ne luy loe a prendre.
Ce sens luy vueil je bien aprendre.
Mais voist seoir aux basses tables,
Car la sera son lieu estables.

45En effet, des crochets sont fixés au mur, au-dessus de chaque siège ; ne peut s’y asseoir que celui dont l’écu figurera au mur. Lorsque Perceforest et les siens découvrent la salle, les douze écus des jeunes chevaliers qui ont triomphé aux tournois ont déjà été fixés, apportés par de jeunes demoiselles qui ont traversé le verger et le banquet : il n’appartient pas à un homme de décider qu’il est digne de cette table, il doit attendre d’une façon ou d’une autre d’y être appelé, par la volonté divine ou simplement par le roi.

46Voici qu’est instaurée une table d’honneur et de prouesse, qui commence par les rimes mêmes qui ouvrent la ballade de Meschinot, « table » et « notable », et se termine par le mot « estable » – utilisé dans ses deux acceptions de nom et d’adjectif par Meschinot. Elle est interdite aux gens sans noblesse de cœur, qui gagneront à rester humbles et stables sur des lieux moins élevés. On voit combien cette table s’inscrit dans la lignée de la Table du Graal et de la Table Ronde, et c’est le projet indiscutablement de l’auteur du roman. Mais on voit également comme elle peut s’inscrire comme modèle implicite de celle que présente Meschinot.

47La table du Franc Palais semble pour l’essentiel une table où il est question de manger ; nous sommes loin de la contemplation mystique du Graal, ou de la réunion préliminaire aux aventures qui caractérisera son emploi dans le cycle arthurien. Elle constitue, de fait, une sorte de regroupement de chevaliers « eslit », c’est-à-dire non seulement d’élite, mais aussi choisis pour leur valeur. Lorsque Perceforest rend compte de cette fondation, il le fait en créant la locution « Chevalier du Franc Palais », qui sera équivalente à celle de Chevalier de la Table Ronde sans pour autant que soit clairement établi un ordre de chevalerie :

  • 16 L. II, t. 2, 478. Nous soulignons.

Adont dist le roy : « Seigneurs, il m’est advis que le temps est venu que les preux seront congneuz, car il ne devera estre tenu pour excellent qui n’avra certain siege a la table de marbre et son escu pendant pardessus au croc pardedens le Franc Palaiz. Sy en verrez maint chevalier efforcer ou tournoy pour venir ou hault honneur. Ores est mestier qu’il soit sceu entre les chevaliers qui cy sont assemblez pour acquerre honneur affin qu’ilz se penent de mieulx faire, car quant ilz avront veu le nouvel establissement qui est ou palais et l’onneur qu’il acquerra qui siege y avra, moult seront desirans de venir a si hault honneur. Car je vueil et estably doresenavant que tous ceulx qui siege y avront par leurs proesses soient appellez chevaliers du Franc Palaiz a l’onneur et a la recommendacion de leurs chevaleries16.

48Ce qu’évoquait Meschinot dans sa ballade, c’est une sorte de table ronde, de rencontre de la chevalerie et de la noblesse d’âme qui serait parfaite, complète, aboutie, s’attachant à la seule valeur du cœur et de l’âme et pas aux apparences et au statut social. L’insistance de Perceforest sur le mot Honneur répond à celle que l’on a vue chez Meschinot. Si la table d’Honneur est en apparence éloignée de la Table du Franc Palais, il n’est que de voir l’égale insistance sur le mot Honneur, constante dans les deux textes.

  • 17 V. 10.

49À y regarder de près, la ballade, si elle souligne l’idée de dîner, parle surtout de « refection querre17 » : le réconfort que l’on trouve à la table d’Honneur n’est pas que de nature alimentaire. Par contraste on comprend mieux le dérisoire dans l’obstination de Verminex qui veut « manger à la table ». Le chevalier Verminex – un nom prédestiné – a l’outrecuidance de considérer qu’il doit s’asseoir à cette table ; il est en effet vaillant et d’une grande prouesse ; mais lorsqu’il cherche à décrocher un écu pour poser le sien et qu’il s’efforce de fixer la courroie à un crochet vide, il n’y parvient pas.

  • 18 L. II, t. 2, 482.

Tant se pena le chevalier pour pendre son escu que la sueur luy sailloit du front et qu’il fut sy lassé qu’il le convint reposer. Lors commanda a son escuier de coeur iré qu’il luy pendist son escu. Et cestuy monta sur la table, sy cuida pendre l’escu, mais oncques n’en peult finer. Et quant l’escuier veyt ce que a ce croc n’avroit pouoir de pendre l’escu de son maistre, il en fut tout courroucié. Lors va essayer a tous les crocqz du palais, dont il en y avait. IIIC. autour, mais il ne peult trouver croc ou il peust pendre l’escu. Quant Verminex veyt que son escu n’avait son lieu ou palais, il ala dire par grant despit comme fel et despiteux qu’il estoit : « Combien que mon escu ne puist avoir lieu, sy seray je le premier qui s’asserra a la table. » Et une voix descendy de hault, qui de tous fut oïe : « Et tu seras le premier qui en morras ! » Et ce fut vray, car sy tost qu’il fut assiz a la table et il eut dit a son varlet qu’il luy apportast a mengier, tantost aprés descendy une main d’amont tenant une espee et luy va copper la teste, tellement qu’elle luy cheyt pardevant luy sur la table. Et tantost dist une voix : « Or peulz tu mengier18 ! »

50On voit comment la mort du chevalier Verminex s’inscrit dans la lignée de ceux qui disparaissent, à la table du Graal comme à celle de la Table Ronde. Même façon mystérieuse d’y appeler les élus, de toute provenance mais d’égale dignité, même façon également d’en écarter les indignes ; la différence est que l’« enfondement » si efficacement associé au Graal et à Galaad est remplacé ici par une décapitation tout aussi efficace et également merveilleuse. C’est une mort physique qui attend le contrevenant, plus qu’une mort métaphysique qui le mène directement en Enfer.

  • 19 Op. cit., v. 29.
  • 20 Ibid., v. 31-32.

51Le discours de Meschinot n’est pas si lointain, lui qui annonce que ce qui est « aux bons tresdelectable/Nuyst au maulvais19 », et qui leur annonce désespoir, rage ou mort20. L’ambition de Meschinot n’est pas de créer, en une ballade, un univers romanesque, et il est exclu que ceux qui voudraient s’approcher indûment de la table puissent y recevoir un châtiment immédiat et en tout cas aussi merveilleux que celui que permet le roman. Le maintien de l’avertissement solennel doit être compris certes comme une façon de souligner la valeur de la Table d’Honneur ; mais peut être également comme une trace du motif narratif induit presque mécaniquement par une table d’excellence : comment écarter ceux qui n’en sont pas dignes ?

  • 21 « – Par ma foy, dist le roy, c’est ung grant embrassement de coeur aux chevaliers de bien faire, ca (...)
  • 22 V. 11.

52La question dans le roman est d’inviter chacun à se surpasser, autant dans l’ordre de la catégorie morale (honneur) que dans l’activité immédiate (prouesse21) ; un tel balancement est bien parent de celui que l’on voit chez Meschinot, où l’on attend du chevalier qu’il soit « loyal et vaillant a la guerre22 ». La ballade de Meschinot est donc nourrie de l’esprit de la chevalerie ; ce n’est pas au banquet du faisan qu’il faut renvoyer pour comprendre le texte, mais à l’imaginaire suscité par le roman de Perceforest.

53Pourquoi ne pas comprendre, alors, le renvoi à la « fête valentine » non pas comme à une indication calendaire – il est bien beau de convoquer, mais peu importe quand si on ne dit pas où… – mais comme une invitation à dépasser les valeurs frivoles du comportement amoureux ; même pendant la saint Valentin, on peut être dégrisé et s’occuper de la noblesse du cœur plus que des plaisirs de la chair.

  • 23 Je pense particulièrement au Livre des eschez amoureux moralisés, éd. Guichard-Tesson F. et Roy B., (...)

54On peut penser alors que Meschinot a pu avoir connaissance de ce roman, qui a circulé dans le domaine bourguignon, et dont l’impact a été assez grand pour qu’il ait été imprimé à Paris en 1531, en un moment où le roman de chevalerie est moins diffusé, à un moment aussi où l’on publie encore, régulièrement, les œuvres du poète breton. Meschinot a montré à diverses reprises sa capacité à s’approprier des éléments poétiques, narratifs et textuels pour en faire une œuvre personnelle : il n’y a rien que de très probable à retrouver dans ce texte des années 1464-1465 une réactivation du roman de Perceforest, qui aurait de plus l’intérêt de nous montrer comment le poète sait s’approprier des motifs romanesques pour en fabriquer des objets parénétiques autonomes. Davantage, quand on connaît les pratiques de lecture et de commentaire de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance23, il n’est pas exclu qu’il nous donne ici comme une « amplificatio » explicatrice de la portée de l’épisode romanesque.

55Ce qu’il a tenté d’instaurer, dans cette ballade, c’est une sorte de chevalerie du cœur, de noblesse imaginaire, qui réunirait tous les hommes de valeur, quelle que soit leur spécialité. Il n’est pas question de convoquer à une conspiration, ni même d’inviter à faire un vœu de croisade, choses qui disparaissent assez vite, mais de rassembler l’élite des gens de bien dans un même groupe, Chevaliers d’Honneur, ou du Franc Palais.

56Cet idéal aura une certaine audience, et une certaine descendance, qu’un chant royal rouennais permet paradoxalement de déceler. Rien dans les textes que nous avons vus ne permet d’imaginer une réutilisation de ces tables à des fins d’apologétique mariale. Cependant, en 1524, un chant royal est présenté au Puy de Palinods de Rouen, et raconte comment

  • 24 Ms BnF fr 2206, f. 66 v.

Merlin jadis de son art et pratique
Moult bien usant, selon l’ancien aage,
Edifya pour chef d’ œuvre authentique
[4] La Table Ronde en triumphant ouvraige24.

  • 25 Ms B.M. Rouen Y 226a, p. 108-110.
  • 26 Voir sur ce point Hüe D., La Poésie palinodique à Rouen, 1486-1550, Paris, Champion, 2002, p. 462-4 (...)
  • 27 Ms BnF fr 2206, f. 136v.
  • 28 Ms BnF fr 2206, f. 66v.

57On devine comment la Table parfaite, celle qui pourra accueillir le Chevalier Élu, peut être comprise comme une préfiguration de la Vierge, et ce n’est pas le lieu d’épiloguer sur cet aspect du chant royal. Ce qui me retiendra davantage, c’est la probable présence, en arrière-plan, de Meschinot dans ce poème ; il est assurément connu des poètes rouennais, l’abondance de ses éditions suffirait à le prouver ; mais on sait que son Oraison « O pere par creacion… » figure dans les Heures de Jacques le Lieur25, ce qui n’est pas étonnant, puisque se retrouve le même univers de poésie et de dévotion. Le chant royal nous est conservé par le manuscrit BnF fr 1537, celui qui conserve les poèmes majeurs des années 1519 à 152826, par le ms BnF fr 25535, composé à l’initiative de Nicolas de Coquainvilliers, prince du Puy cette année-là, à l’intention d’Anne de Graville Lavallet – et il se retrouve également en bonne place, dans les premiers textes repris par le manuscrit. On le trouve enfin dans le ms BnF fr 2206. Ce manuscrit, probablement parisien, constitue une sorte d’anthologie composée dans le deuxième quart du XVIe siècle, qui recueille non seulement un grand choix de pièces palinodiques, mais aussi quantité d’autres œuvres, au nombre desquelles un certain nombre de ballades de Meschinot. Le même manuscrit recueille donc la ballade « Honneur a fait dresser sa grande table27 » et le chant royal « Merlin jadis de son art et pratique28 ». Le refrain du chant royal est « La table ronde en honneur manifeste » ; il eût aisé au poète anonyme de souligner, pour cette table mariale, sa « beauté manifeste » ou sa « pureté céleste », plus cohérentes aussi bien dans le cadre d’une apologétique mariale que d’une reprise du Graal.

58La présence de l’honneur comme vertu principale de cette table, semble bien un héritage de Meschinot, et il est intéressant de le voir figurer ici pour qualifier la Table Ronde, comme si, par les filtres successifs du Perceforest et des Ballades des Princes, l’imaginaire marial rejoignait la tradition romanesque, mais chargé d’une symbolique enrichie.

Notes

1 Ce travail est une version reprise et étoffée de mon intervention à la journée organisée par l’Institut culturel de Bretagne : « L’imaginaire des ordres de chevalerie en Bretagne au milieu du XVe siècle : le Banquet d’Honneur dans les Ballades des Princes de Meschinot », Des Chevaliers de la Table Ronde à l’ordre de l’Hermine, Cahier de l’Institut Culturel de Bretagne, t. 13, 2009, p. 83-92.

2 Jean Meschinot, Les Lunettes des princes, publiées avec préface, notes et glossaire par O. de Gourcuff, Paris, Cabinet du bibliophile, 35, 1890. Le texte a été publié plus récemment : Martineau-Genieys C., Les Lunettes des princes de Jean Meschinot, édition précédée d’une étude sur sa vie et son œuvre et suivie de notes et d’un glossaire, Genève, Droz, 1972. Voir aussi Les lunettes des princes, éd. critique par Toscani B., Paris, Minard, 1971.

3 Compte d’Olivier le Roux, trésorier receveur général sous le duc Artur III (1457) : « a Jehan Meschinot poete, pour un rondeau, 5 escus ». (Morice Dom H., Mémoires pour servir de Preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, 3 vol., Paris, 1742-1746, rééd. Ch. Osmont, 1796, Paris, Éditions du Palais Royal, 1974. t. II, col. 1722).

4 Voir les éditions des poésies de Charles d’Orléans par Champion P. et Taylor J. H., The Making of Poetry, late medieval french poetic anthologies, Turnhout, Brepols, 2007.

5 Voir Hüe D., « Psaumes, prières, paraphrases et réécritures », Le Moyen Français, t. 51-52-53, 2002-2003, Traduction, dérimation, compilation, la Phraséologie. Actes du colloque international de l’université McGill, Montréal, 2-4 octobre 2000, p. 349-372.

6 Il est question dans le refrain d’une ballade de « jouer les peines saint Guedas », ms B. M. Tours 905, f 90.

7 Othéa est invoquée avec Palas dans la Lamentacion et complainte de la mort de madame de Bourgongne, ms Tours, f 75.

8 Piaget A., « Les Princes de Georges Chastelain », Romania, t. 47, 1921, p. 161-206, cit. p. 167.

9 Ibid., p. 170.

10 B. M. Nantes 651, f 55 v.

11 On connaît d’autres exemples de ce type de correspondance regroupé dans un manuscrit de peu ultérieur : voir le ms BnF fr. 2202, qui reprend les échanges de Perréal et de Jacques le Lieur.

12 J’ai développé ce point et une analyse plus fournie de cette œuvre dans « Un miroir des princes chez Meschinot », Dixon R., Sinclair F. E., Armstrong A., Kay S., Huot S. (dir.), Poetry, Knowledge and community in late medieval France, Cambridge, D. S. Brewer, 2008, p. 187-201.

13 Le cycle se termine par une ballade « Georges, des autres le maître… », ms B.M. Nantes 651, f 70v.

14 « Ensuit une petite et briefve lamentacion et complainte de la mort de madame de Bourgongne, faicte a la requeste de monseigneur de Croy quant il vint en Bretaigne devers le duc », v. 73, ms Tours 905, f 75.

15 Perceforest, l. II, t. 1, éd. Roussineau G., Droz, 2001, 470.

16 L. II, t. 2, 478. Nous soulignons.

17 V. 10.

18 L. II, t. 2, 482.

19 Op. cit., v. 29.

20 Ibid., v. 31-32.

21 « – Par ma foy, dist le roy, c’est ung grant embrassement de coeur aux chevaliers de bien faire, car je croy qu’il ne se porra asseoir a la table chevalier s’il ne le vault d’honneur et de proesse. » (477)

22 V. 11.

23 Je pense particulièrement au Livre des eschez amoureux moralisés, éd. Guichard-Tesson F. et Roy B., Montréal, CERES, 1993, ou au Roman de la Rose moralisé de Molinet.

24 Ms BnF fr 2206, f. 66 v.

25 Ms B.M. Rouen Y 226a, p. 108-110.

26 Voir sur ce point Hüe D., La Poésie palinodique à Rouen, 1486-1550, Paris, Champion, 2002, p. 462-477.

27 Ms BnF fr 2206, f. 136v.

28 Ms BnF fr 2206, f. 66v.

Auteur

Professeur à l’université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540