Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Les souvenirs de Perceforest dans le manuscrit de Paris, BnF, fr. 3631

Sophie Albert

Full text

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Emanuele Arioli pour la relecture attentive qu’il a faite de (...)
  • 2 Ces manuscrits ont été décrits par Van Coolput C. A., dans Verbeke W., Janssens J. et Smeyers M. ( (...)
  • 3 Bogdanow F., « The Fragments of Guiron le Courtois preserved in MS. Douce 383, Oxford », Medium Aev (...)
  • 4 Colombo Timelli, M., L’Histoire d’Erec en prose. Roman du XVe siècle, Genève, Droz, 2000, « Introdu (...)

1Cet article porte sur la réception de Perceforest telle qu’elle apparaît dans le manuscrit fr. 363 de la Bibliothèque nationale de France. Ce manuscrit fait partie d’un ensemble de six volumes copiés vers 1470 pour Louis de Bruges, qui incluent et étoffent considérablement la version de base de Guiron le Courtois. Celle-ci, dont les premières rédactions datent du milieu du XIIIe siècle, couvre les manuscrits 359-361 et les deux tiers du manuscrit 362. Viennent s’y ajouter, en amont, le manuscrit 358, qui propose un grand récit des origines et des enfances du héros et, en aval, une continuation mêlant des récits variés, qui occupe la fin du manuscrit 362 et le manuscrit 3632. Le manuscrit d’Oxford, Bodleian Library, Douce 383, réalisé vers 1480-1490 pour Englebert de Nassau, devait à l’origine contenir le même texte : des dix-sept fragments qui nous sont parvenus, sept correspondent au manuscrit 358, et dix autres au manuscrit 3633. Selon Maria Colombo Timelli, les manuscrits de Paris et d’Oxford ont été copiés à partir d’une source commune, aujourd’hui perdue4. La première rédaction du texte serait par conséquent antérieure à 1470.

2Sur le plan narratif, le manuscrit 363 s’ouvre sur une fête qu’Arthur donne pour la Pentecôte. Une messagère dépêchée par Guiron vient annoncer que le héros, retiré dans son fief du Val Brun, affrontera pendant un an tous les chevaliers qui se présenteront ; en cas de défaite, le vaincu devra révéler son nom et son lignage. Les chevaliers de la Table Ronde se succèdent donc au Val Brun, en une série d’épisodes au dénouement sans surprise : dans chaque cas, Guiron triomphe du chevalier et l’oblige à décliner son identité. Parmi la longue liste des vaincus, il en est trois, Boort, Lionel et Lucanor, qui rencontrent sur la route du Val Brun un souvenir de Perceforest. Boort et Lionel, après avoir poursuivi vainement un cerf blanc pendant deux jours entiers, apprennent que l’animal a été mandaté autrefois par Zéphir pour mener les chevaliers errants jusqu’à un château appartenant au lignage d’Estonné ; de son côté, Lucanor découvre en pleine nuit des enchantements instaurés par une dame apparentée au lignage de Darnant. J’étudierai les modalités selon lesquelles Perceforest surgit dans la compilation, en deux moments distincts. Ma première partie montrera ce que doivent les aventures de Boort, Lionel et Lucanor au monde fictionnel de l’hypotexte ; ma seconde partie examinera la manière dont les éléments empruntés à Perceforest s’inscrivent dans l’ordonnancement cyclique du manuscrit 363. Je terminerai par quelques remarques sur les conditions de production et de circulation du roman de Perceforest.

À la manière de Perceforest

Une encyclopédie venue de Perceforest

  • 5 Sur l’usage de ces termes, voir Eco U., Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 (éd. originale : 19 (...)

3Les aventures de Boort et Lionel, de même que celle de Lucanor, apparaissent comme une tentative pour écrire à la manière de Perceforest. Elles reprennent en premier lieu des éléments de l’encyclopédie – personnages et données – propres au monde fictionnel de l’hypotexte, mais totalement étrangers à la version de base de Guiron le Courtois5. On trouve dans les deux cas, en préalable aux autres explications sur l’aventure, une mention du roi. Cette mention est inscrite dans le premier passage sur un perron de marbre que déchiffrent Boort et Lionel, et est assumée par le narrateur dans le second :

Cest chastel se nomme le chastel de l’adventure au blancq cerf qui jadis y fut constitué au temps du tres noble et tres preu le roy Perceforest (I, 4, je souligne)
car il y avoit ung chastel au prez duquel avoit enchantemens qui [134c] y avoient esté establis des le temps au tres puissant roy Percheforest […] (II, 2, je souligne).

4Ces phrases, de structure analogue, font office de marqueurs temporels, et renvoient le lecteur à un univers de fiction allogène : le nom du roi devient indice signalétique.

5Chacun des épisodes attribue la fondation de l’aventure à un personnage pourvu d’une importance majeure dans Perceforest, et situé à un point extrême sur l’échelle axiologique du roman. L’aventure du blanc cerf a ainsi été mise en place par Zéphir, le « luiton » dont Perceforest narre la moralisation, la conversion chrétienne et, pour finir, l’action prosélyte :

[…] par le bon Zephir qui tant ayma son lignaige ; et pourtant que cest chastel estoit par succession de hoirrie en oirrie et de degré en degré aux successeurs du tres preu conte Estonné, et pour la [110b] cause que tant estoit le chastel desvoiez de gens, y ordonna le bon Zephir le blancq cerf qui maint vaillans chevaliers y avoit amenez pour conforter et deporter les dames et damoiselles du lignaige au bon conte qui depuis y ont demouré (I, 4, suite de la citation précédente).

  • 6 Livre V, 571, 12, citation communiquée lors du colloque par G. Roussineau.

6Conformément à l’hypotexte, l’inscription confère à Zéphir un rôle de protecteur vis-à-vis de Perceforest et, surtout, du lignage d’Estonné. Elle reprend à cet effet un type de formulation familière à Perceforest, où l’on trouve des références au « bon Zephir qui tant ama le conte Estonné et le bon roy Perceforest et ancoires aime les hoirs6 ».

7Quant à l’aventure de Lucanor, elle évoque les méfaits de Darnant et des siens, éradiqués, à l’exception de quelques périls résiduels, par le « chevalier a l’estrange signe » (II, 9) dans lequel le lecteur reconnaît Galafur. La mention, plus haut, de Gadifer d’Écosse, dont le texte fait le responsable de la mort de Darnant, est peut-être imputable à une mélecture, Gadifer et Galafur pouvant donner lieu à une confusion graphique (« une malvaise et perverse dame qui estoit parente au traittre Darnant que le roy Gadiffer d’Escoce mist a mort » II, 3). Il s’agit en tout cas de la seule erreur patente affectant dans le manuscrit 363 les allusions au personnel romanesque de Perceforest.

  • 7 Pour lire l’aventure du cerf Blanchart, voir Le Roman de Perceforest. Troisième partie, éd. Roussi (...)

8Par ailleurs, chacun des épisodes se déroule dans un univers sylvestre habité de créatures féminines dans lesquelles on peut voir la réminiscence des « dames de la forêt » de Perceforest. Boort et Lionel rencontrent tour à tour une dame et sa fille, rattachées au lignage d’Estonné ; Lucanor arrive de son côté dans un château où vivent une mère et sa fille, celle-ci d’une beauté radieuse. Plus précisément, l’aventure de Boort et Lionel combine plusieurs motifs fréquents dans Perceforest, qui abonde en animaux féeriques et en châteaux perdus au fond des bois. Ainsi, le cerf qui mène les deux frères jusqu’à une demeure habitée de nobles dames rappelle le cerf Blanchart qui, au livre III, conduit Thoas au château de ses maîtresses Crésille et Emeraude7 ; le château des descendants d’Estonné, qualifié de « desvoiez de gens » par l’inscription que déchiffrent les chevaliers (I, 4), fait écho au Château Desvoyé du livre III que Bruyant sans Foi rend invisible et qui, une fois dissipé l’enchantement, prend le nom de Château Trouvé. Sans être strictement superposable avec son hypotexte, l’épisode en recompose les données selon une configuration nouvelle.

La réception de l’aventure : merveille et illusion

  • 8 Sur ce procédé, voir Ferlampin-Acher C., « Les déceptions dans Perceforest : du fantosme au fantas (...)

9En second lieu, le texte articule merveille et illusion selon des modalités similaires à celles de Perceforest. Boort et Lionel, après avoir lu l’inscription qui révèle l’origine de l’aventure, « en eurent grans merveilles » (I, 5) ; quelques jours plus tard, en se remémorant l’épisode, ils espèrent faire « ancores esmerveillier maint preudhommes qui de ce n’aroient oÿ parler » (I, 9). Lucanor a « grant merveille(s) » (II, 3, deux occurrences), est « moult esmerveilliez « (II, 4 et II, 5, « moult estoit esmerveilliet »), voit une demoiselle « belle et grande a merveilles » (II, 4) ; une fois son adversaire évanoui, il reste « tout esbahi, tellement qu’il ne sçavoit qu’il devoit dire » (II, 6), « tant esbahi qu’il ne sçavoit qu’il devoit faire » (II, 7). Selon un procédé dont Christine Ferlampin-Acher a mis au jour la place dans Perceforest, ces aventures merveilleuses ont en partage un caractère nettement déceptif8. La poursuite du cerf apparaît comme un leurre, par le biais des verbes « sembler » et « estre advis » : le cerf

tousjours couroit, l’une fois fort et autrefois sembloit qu’il les attendist, tellement que bien sembloit aux chevaliers que tousjours estoient jusques au prendre. […] Mais le cerf tant bien les sçavoit mener que bien estoit advis aux chevaliers que a chascun coup devoit estre prins (I, 2, je souligne).

10De même, après avoir lu l’inscription, Boort et Lionel « de ce se tindrent ilz a trop deceuz pour ce qu’ilz avoient tant chassié le cerf pour neant » (I, 5).

11L’aventure de Lucanor est plus éloquente encore : de nombreux indices réduisent les perceptions sensibles du héros à de pures illusions. Le substantif « advis », pris dans les locutions « estre advis » et « a mon advis », est successivement rapporté au sens de l’ouïe, lorsque retentissent les cris de la demoiselle (II, 3), puis de la vue, dans le récit que le héros fait ensuite à la dame (II, 8). Le champ morphologique du verbe « sembler » est représenté autant par les expressions « a son semblant » (II, 4) et « faire semblant » (II, 4 et II, 5) que par le verbe conjugué, associé au lexique du regard et de la merveille : mais [Lucanor] « moult estoit esmerveilliet » car

tant plus le regardoit, tant plus lui sembloit grant ; et bien disoit en lui meismes que bien estoit [135b] creuz deux piez depuis qu’il estoit montés a cheval, et tousjours le veoit croistre (II, 5, je souligne).

12De ce fait, toutes les sensations du héros sont placées sous le signe du doute et de la suspicion : la voix de femme entendue dans la nuit, la vision du noir chevalier dont la taille ne cesse de croître, la consistance physique même de cet adversaire, qui n’a « puissance de touchier » Lucanor (II, 6) et ne résiste pas au signe de la croix. L’obscurité qui règne dans la forêt et l’heure à laquelle la scène se déroule, « ainsi que droit a heure de minuit » (II, 3), contribuent également à rattacher cet épisode à l’univers fictionnel de Perceforest, riche en enchantements nocturnes et baignés de lumières incertaines.

13Enfin, la qualification de l’aventure et son explication s’apparentent de près aux procédés de l’hypotexte. Les êtres que Lucanor rencontre sont quatre fois qualifiés de fantosme, selon une progression allant d’un contexte virtualisant à une simple assertion. Dans un premier temps, Lucanor « pensa en lui meismes que ce fust fantosme » (II, 5), où le verbe « estre » est virtualisé par l’imparfait du subjonctif. Le héros demande ensuite à Dieu « Haa, beau sire Dieu, or est ce fantosme que j’ay icy veu ? » (II, 6), avant d’en acquérir la certitude. Cette certitude reçoit une confirmation un peu plus tard, quand Lucanor rend compte de son aventure à la dame du château voisin : « Adont sceut il bien veritablement que c’estoit tout fantosme ce qu’il avoit veu ». Au héros qui lui dit avoir pensé que « c’estoit fantosme « (II, 8), elle répond « vous pensastes verité » (II, 9). Pour expliquer cette mystification, le texte invoque comme dans Perceforest, à l’orée et à la fin de l’épisode, de polysémiques « enchantemens (des forestz) » (II, 2 et II, 9), que Galafur n’aurait pas supprimés faute d’en avoir eu connaissance.

  • 9 Sur l’interprétation chrétienne des enchantements dans Perceforest, voir Ferlampin-Acher C., Fées, (...)

14Ces enchantements sont soumis à un effort de rationalisation par lequel ils sont assimilés à des manifestations diaboliques. Lucanor, pour lutter contre le chevalier noir, manie les armes bien sûr, mais surtout se signe à trois reprises : il n’agit pas autrement que Galafur qui, à la fin de Perceforest, défait les enchantements grâce à son écu marqué du signe de la croix9. Ses nombreuses adresses à Dieu prennent, à son insu même, une valeur performative, et s’ajoutent au signe de la croix pour chasser les démons. Plus tard, à l’étape, la châtelaine en appelle à la volonté divine pour souhaiter la prochaine disparition des enchantements diaboliques ; et l’on notera le « Amen » par lequel Lucanor clôt sa conversation avec son hôtesse (II, 9), parallèle, en quelque façon, au « benoit soiez tu » lancé à Zéphir par la dame du blanc cerf dans le premier épisode (I, 7).

15Les allusions au Perceforest, dans le manuscrit 363, attestent une bonne connaissance globale du roman, de son univers fictionnel et de ses procédés narratifs. Dans ce cadre, le compilateur retient certains personnages – Zéphir et Estonné, Galafur et le lignage de Darnant – et un type d’épisode particulier : des aventures déceptives, marquées éventuellement par l’indécise aura des enchantements de la nuit. Mais si les errances de Boort, Lionel et Lucanor revêtent une indéniable « couleur Perceforest », elles se distinguent des aventures de ce roman en ce qu’elles perdent toute autonomie vis-à-vis du fil principal du récit. Ce trait s’explique par leur intégration à la compilation que constitue le manuscrit 363.

Le Perceforest dans un cycle

Le manuscrit fr. 363 : compiler et faire varier

16Comme je l’ai indiqué, le manuscrit 363 est structuré par les combats que Guiron, retiré au Val Brun, mène contre les chevaliers de la Table Ronde. Cette structure permet au compilateur de passer en revue un très grand nombre de héros arthuriens. L’ordre selon lequel ils apparaissent, sans pouvoir être ramené à une logique rigoureuse, est loin d’être arbitraire. Après Gauvain, ce sont Keu et Sagremor, puis les quatre frères de Gauvain qui se rendent au Val Brun : le compilateur donne la priorité à la « garde rapprochée » d’Arthur, comme pour rattacher fermement son récit à la matière arthurienne la plus traditionnelle. Les expéditions suivantes accordent une large place aux grands héros de romans en prose : le récit met en scène Palamède, Galehaut et Lancelot, le Morholt d’Irlande, Tristan, puis Boort et Lionel pour l’aventure que l’on sait. Le compilateur obéit cependant à un principe de variété qui l’amène à faire alterner des héros célèbres et des personnages plus confidentiels, tels Lucanor ou Danebrun. Ce principe s’applique également à la teneur des aventures : sur la route du Val Brun, les chevaliers rencontrent qui un géant, qui des chevaliers discutant d’amour auprès d’une fontaine, qui des apparitions dénuées de consistance, sans lien thématique évident entre les épisodes.

  • 10 M. Colombo Timelli a édité l’insertion et le « raccord » ajouté par le remanieur pour relier l’his (...)
  • 11 Le manuscrit 363 prend l’histoire de Tristan au moment où le Morholt arrive d’Irlande à la cour de (...)

17Dans cette économie, le compilateur intègre et réemploie la matière de nombreux romans, selon des modalités diverses. Il peut d’abord se livrer à l’interpolation d’un ensemble textuel ayant par ailleurs une existence autonome. Il insère notamment Alixandre l’Orphelin aux f. 232 à 248 du manuscrit 362 et, aux f. 193 à 214 du manuscrit 363, tout le début de l’Erec en prose bourguignon10. Il peut ensuite proposer un abrégé d’un autre roman : ainsi pour les premiers exploits de Tristan, relatés aux f. 76 à 10811, ou pour de larges passages du Lancelot en prose. Dans tous les cas, il raccroche aux joutes du Val Brun le parcours du héros mis en vedette : Erec fait un passage par le Val après le tournoi de Teneborc ; Tristan, une fois chassé d’Irlande, s’y rend en compagnie de Dinadan, etc. Ces inclusions invitent à interroger les statuts respectifs des joutes au Val Brun et des parcours héroïques individuels : les premières sont-elles pour les héros un but, ou un détour ? Il est parfois malaisé d’en décider.

  • 12 Sur cette annonce, ses variantes dans la tradition manuscrite et la manière dont les continuateurs (...)

18Le Perceforest engage des stratégies bien différentes, pour la bonne raison que ses personnages sont réputés morts depuis longtemps à l’époque arthurienne : il serait difficile de raconter leurs joutes au Val Brun. Les intrusions du monde fictionnel de ce roman adviennent par conséquent sur le mode de l’allusion ou de l’emprunt, ce qui leur confère une présence moins massive que celle du Lancelot ou du Tristan en prose. Et de fait, si l’auteur de Guiron le Courtois annonce, à la fin de la version de base, l’avènement de Tristan, Lancelot et Palamède12, il ne dit évidemment rien des héros de Perceforest ; leur mention au sein de la compilation peut paraître, au premier abord, quelque peu incongrue. La position fragile et marginale de Perceforest se ressent dans les modalités de son apparition dans le récit et dans le manuscrit.

Les voies de Perceforest

19Pour parvenir aux aventures héritées de Perceforest, les chevaliers empruntent des trajets qui font l’objet d’une mise en scène particulière. Dans le premier épisode, la reprise du motif topique de la chasse au blanc cerf permet d’organiser l’égarement concerté de Boort et Lionel. La localisation du château est soumise à une double injonction. Il doit d’abord être suffisamment dissimulé pour que personne n’en ait jamais entendu parler à la cour arthurienne. Il est donc décrit, avec force formules superlatives, comme « ung chastel […] entouré de buisons et de ronces moult espessement, et n’y avoit que ung moult estroit chemin par ou l’en alloit au chastel » (I, 2). Mais il se dresse en même temps au terme d’une course programmée par le lutin Zéphir, qui ne relève nullement du hasard. L’inscription que déchiffrent les deux frères établit un lien de cause à effet entre ces deux caractéristiques : c’est précisément « pour la cause que tant estoit le chastel desvoiez de gens », loin de tout chemin familier, que Zéphir y « ordonna » la course du blanc cerf (I, 4).

20Le second épisode exprime d’une manière tout aussi nette que l’aventure héritée de Perceforest advient dans des voies détournées. Parti en quête du Val Brun, Lucanor demande son chemin à Boort – manière sans doute de signaler la parenté des épisodes, et de laisser entendre que Lucanor foule des sentiers pouvant mener aux reliquats de Perceforest. Boort rassure Lucanor et lui dit qu’il est « tres bien ou chemin » : en suivant « tousjours le grant chemin », il arrivera au Val Brun (II, 1). Or contre toute attente, Lucanor rencontre ensuite « ung grant chemin fourchiet » (II, 2) et choisit la mauvaise voie.

  • 13 Sur ce manuscrit, l’ouvrage de référence demeure celui de Pickford C. E., L’Évolution du roman art (...)

21Château « desvoiez », chemin « fourchiet », les souvenirs de Perceforest se trouvent dans les deux cas à l’écart de la « droite voie ». Le compilateur adopte un procédé également à l’œuvre dans un épisode dans lequel le manuscrit 112, copié vers 1470 pour Jacques d’Armagnac13, propose une continuation à la version de base de Guiron le Courtois. Palamède part délivrer Danain le Roux, l’ami de Guiron, qui a été emprisonné une quinzaine d’années plus tôt au Val de Faux Soulas. Après avoir parcouru neuf lieues dans une forêt glacée par les neiges hivernales, il parvient « en ung val auques parfont » (f. 58d), celui-là même où Danain a été enfermé. Ô merveille, la vallée connaît un éternel printemps. Palamède rencontre un ermite qui lui raconte l’origine de la coutume de Faux Soulas, en une relation qui reprend et abrège un récit de la version de base. Le vieil homme lui explique en outre la cause du climat printanier du val :

Et de ce que vous avés veue la vallee si fresche et si verte, tout est fait par enchantement, et l’a fait ung enchanteur qui s’appelle Arcynon le Fort a Trouver, qui demeure au fons de ceste vallee. Et est surnommé Fort a Trouver pour ce qu’on ne le voit que aux bonnes festes annuelles. Et si fait rassembler par son enchantement la vallee si verte et fait oïr par semblant les oysillons chanter. […] Si vous dy que cest Arcynon Fort a Trouver est d’un lignage moult ancien, home qui fut jadis en la Grant Bretaigne qui s’appelloit Dernant l’enchanteur. (f. 59d)

22Plus loin, l’ermite ajoute qu’il « a oÿ dire a Arcynon le Fort a Trouver que le chevalier qui occiroit la Beste Glatissant delivreroit la vallee de Faulz Soulas » (f. 59d).

23Arcynon le Fort à Trouver, capable de faire régner une reverdie perpétuelle et de prophétiser les exploits des héros, tient du bon enchanteur plutôt que de la magie noire, et ne ressemble guère aux gens de son lignage. Le lien de parenté qui l’unit à Darnant n’est vraisemblablement motivé que par une commune appartenance au corps des enchanteurs. Aussi, excepté la mention même de Darnant, rien n’évoque dans ce passage l’univers de Perceforest : la fugitive apparition de l’enchanteur maudit n’a pas grand-chose à voir avec les allusions, autrement étoffées, du manuscrit 363. On peut toutefois rapprocher les modalités selon lesquelles Perceforest fait intrusion dans les deux manuscrits. Arcynon le Fort à Trouver, comme son nom l’indique, vit à l’écart du monde, reclus au fond de la vallée : il est tout aussi « desvoiez » que le château du blanc cerf ou que les chevaliers évanescents croisés par Lucanor. Dans les manuscrits 112 et 363, les créatures et les périls hérités de Perceforest adviennent pareillement loin des sentiers battus, et restent cantonnés dans les excursus du récit.

La mise en mémoire des aventures

24Après avoir examiné l’insertion des aventures héritées de Perceforest dans la géographie du récit, je voudrais regarder quelle en est la visibilité au sein du manuscrit, et comment la compilation ordonne la mémoire et l’oubli de Perceforest.

  • 14 Selon l’expression de J. Cerquiglini-Toulet, La couleur de la mélancolie. La fréquentation des liv (...)

25L’inscription que déchiffrent Boort et Lionel invite à poser la question à deux niveaux distincts. Au niveau diégétique, son contenu et sa réception par les chevaliers soulignent sa vocation mémorielle. La formule redondante « par succession de hoirrie en oirrie et de degré en degré aux successeurs du tres preu conte Estonné » (I, 4) insiste sur l’épaisseur des strates temporelles séparant le présent et l’époque de Perceforest. Quant aux chevaliers, après avoir « leues et pourleues » les lettres gravées dans le marbre, ils jugent l’aventure « digne de grant renom » (I, 5). Au niveau matériel, l’inscription est encadrée de lettrines qui font d’elles, visuellement, une sorte de médaillon. Ce marquage graphique l’isole du récit environnant et accentue son caractère d’« écrit monumental14 ». L’inscription met donc en exergue la dimension mémorielle des allusions à Perceforest : elles sont mémoire d’un autre temps, et objets elles-mêmes d’une mise en mémoire.

  • 15 Sur ce procédé, voir Baumgartner E., « Les techniques narratives dans le roman en prose », De l’Hi (...)

26Peut-on transposer au manuscrit entier cette micro-lecture, et observer la mise en mémoire de Perceforest à l’échelle de la compilation ? Sur le plan narratif, le manuscrit 363 reprend un procédé éprouvé dans les romans arthuriens, en vertu duquel les chevaliers – et, ici, les héros vaincus par Guiron – viennent périodiquement relater leurs errances à la cour15. On peut se demander si les aventures héritées de Perceforest suscitent ce type de commémoration. La question ne se pose pas pour Lucanor, qui retourne directement en Irlande après son passage au Val Brun : aucune de ses aventures ne fait l’objet d’une mise en récit. Elle se pose en revanche pour Boort et Lionel. Les deux frères, après avoir quitté le château du blanc cerf, projettent explicitement de raconter leur aventure à la cour arthurienne :

Et bien disoient que s’ilz pouoient ancores revenir a la court du roy Artus, qu’ilz en feroient ancores esmerveillier maint preudhommes qui de ce n’aroient oÿ parler. (I, 9)

  • 16 Plet-Nicolas F., La création du monde. Les noms propres dans le Tristan en prose, Paris, Champion, (...)

27En outre, la fille de leur hôtesse, qu’ils rencontrent un peu plus tard, identifie le château de sa mère comme « le chastel a l’adventure au blanc cerf » (I, 10) : l’aventure, devenue partie du toponyme, est ancrée dans le paysage romanesque ; son nom contribue à perpétuer le souvenir de Perceforest16. Mais ces indices d’une mise en mémoire ne débordent pas le cadre de l’épisode. Lorsque les chevaliers, une fois vaincus par Guiron, se rendent à la cour d’Arthur, ils ne soufflent mot de l’aventure du blanc cerf et des œuvres de Zéphir, pour ne parler que du Val Brun et de son champion formidable : Perceforest, entre-temps, est passé à la trappe.

  • 17 La rubrique correspondante du manuscrit d’Oxford est contenue dans l’un des fragments conservés : (...)
  • 18 Voir l’introduction de L’Histoire d’Erec en prose, éd. cit.

28Le second niveau, celui du marquage matériel, confirme l’effacement de Perceforest à l’échelle de la compilation. Les rubriques ouvrant les séquences consacrées aux parcours des trois héros ne mentionnent pas l’aventure du blanc cerf ni celle des faux chevaliers. Dans le premier cas, l’ellipse est totale : la proposition « Comment Boort de Gaunes et Lyonnel son frere se mirent au chemin pour aller par devers le chastel du Val Brun » ne laisse même pas entendre que ce chemin ait pu être semé d’embûches. Dans le second cas, l’épisode imité de Perceforest est noyé dans une expression englobante, « comment en chevaulchant il [i. e. Lucanor] trouva plusieurs adventures », le pluriel renvoyant aussi bien aux autres errances du héros17. Le constat est le même lorsqu’on examine la table des rubriques qui ouvre le manuscrit, dont Maria Colombo Timelli a noté que les items ne coïncidaient pas systématiquement avec les rubriques insérées dans le texte18 : en l’occurrence, la coïncidence est totale, ce qui équivaut à dire que Perceforest n’apparaît nulle part.

29Je dirai quelques mots, en guise de conclusion, sur ce qu’apporte le manuscrit 363 à l’étude des conditions de production et de circulation des textes.

30Le premier résultat est négatif : le manuscrit 363 ne permet pas de proposer de nouveaux éléments de datation pour Perceforest. Même s’il s’agit de la copie d’un manuscrit plus ancien, l’original ne peut remonter au-delà de 1450-1460, date de la rédaction de l’Erec en prose bourguignon. Que Perceforest soit goûté dans ces années-là à la cour de Bourgogne n’est pas vraiment une découverte. Le manuscrit 363 ne permet pas davantage de se prononcer sur la diffusion relative des différents livres composant le roman de Perceforest. En effet, les emprunts du manuscrit ne privilégient aucun passage spécifique de l’hypotexte : Zéphir et Estonné interviennent dès le second livre de Perceforest, Galafur défait les enchantements à la fin du cycle romanesque. Sur le plan des conditions de production, on ne peut pas déduire de ces allusions la possession ou la maîtrise d’un livre particulier de Perceforest.

31Le manuscrit 363 montre toutefois que Perceforest n’a pas seulement suscité une faveur singulière à la cour de Bourgogne, mais qu’il y a fait l’objet d’une réception active, pouvant aller jusqu’à l’imitation. À ce sujet, on peut établir une distinction entre la mention anecdotique de Dernant l’enchanteur dans le manuscrit 112, qui n’implique pas une connaissance approfondie de l’hypotexte, et la fidélité du manuscrit 363 à son monde fictionnel, qui semble attester une pratique plus assidue de lecture ou même de copie. Cela peut signifier qu’en 1470, date de la rédaction du manuscrit 112, Jacques d’Armagnac ne détenait pas dans sa bibliothèque d’exemplaire de Perceforest, mais que les personnages les plus emblématiques du roman étaient plus ou moins connus. Cette remarque ne remet pas en cause la fourchette de 1471-1477 dans laquelle on situe la réalisation de l’exemplaire de Perceforest possédé par Jacques d’Armagnac.

32Je citerai pour finir un passage du prologue ouvrant l’imprimé Meliadus de Leonnoys, publié par Denis Janot en 1532. Cet imprimé, qui reprend le premier volet de la version de base de Guiron le Courtois, fait suite à la parution, en 1528, d’une édition de Perceforest chez Galliot du Pré. Dès lors, on ne saurait être surpris que ce roman soit familier à l’éditeur. On peut en revanche s’étonner qu’il soit cité dès le prologue :

  • 19 Meliadus de Leonnoys, Paris, Denis Janot, 1532, reproduit par le fac-similé éd. par Pickford C. E. (...)

Je trouve aux anciennes cronicques d’Angleterre que le roy Meliadus est extraict de ceulx du pays d’Angleterre, comme pourrez veoir aux anciennes cronicques du pays, ou il est parlé de Lyonnel du Glar qui florissoit du temps du roy Perceforest19.

33Par le biais de la mention du roi, les « anciennes cronicques » sont identifiées sans équivoque possible au roman de Perceforest. Ce texte est présenté comme une source d’informations sur l’ascendance de Meliadus, rattaché à Lionel du Glat. Cette source est ensuite confrontée à la généalogie proposée par la « préhistoire » du Tristan en prose, qui fait de Chelinde et Sador les ancêtres de Meliadus et de Tristan.

  • 20 Voir sur ce point Ferlampin-Acher C., « Perceforest et le temps de l’(h)istoire », Baumgartner E. (...)

34Deux éléments distinguent cette référence des allusions contenues dans le manuscrit 363. En premier lieu, le prologue de l’imprimé fait écho aux prologues mêmes de Perceforest, auxquels il reprend l’appellation d’« anciennes cronicques d’Angleterre ». Il met en exergue non pas les enchantements et les merveilles du roman, mais sa prétention à élaborer un discours historiographique20. En second lieu, il insère cette référence non pas dans les voies détournées du récit, mais à une place bien visible, au seuil de l’imprimé. Encore décalé à la fin du XVe siècle par rapport au monde de la Table Ronde, Perceforest est désormais digne de comparaître aux côtés du Tristan en prose. Il a conquis, dans le premier tiers du XVIe siècle, ses lettres de noblesse au sein du panthéon des romans arthuriens.

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Emanuele Arioli pour la relecture attentive qu’il a faite de cet article et de la transcription présentée en annexe.

2 Ces manuscrits ont été décrits par Van Coolput C. A., dans Verbeke W., Janssens J. et Smeyers M. (dir.), Arturus Rex. Volumen 1 : catalogus. Koning Artur en de Nederlanden. La matière de Bretagne et les anciens Pays-Bas, Leuven, Leuven University Press, 1987, p. 244-246 notice 4.20). Plus récemment, Barbara Wahlen leur a consacré un article : « Du recueil à la compilation : le manuscrit de Guiron le Courtois, Paris, BNF fr. 358-363 », Ateliers, t. 30, 2003, p. 89-100.

3 Bogdanow F., « The Fragments of Guiron le Courtois preserved in MS. Douce 383, Oxford », Medium Aevum, t. 33, 1964, p. 89-101.

4 Colombo Timelli, M., L’Histoire d’Erec en prose. Roman du XVe siècle, Genève, Droz, 2000, « Introduction », p. 60-66.

5 Sur l’usage de ces termes, voir Eco U., Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 (éd. originale : 1979), notamment p. 84-108 et 157-225 ; Pavel T., Univers de la fiction, Paris, Le Seuil, 1988 (éd. originale : 1986). Pour une application au roman arthurien, voir Moran P., « Le meilleur des mondes arthuriens possibles », Koble N. (dir.), Jeunesse et genèse du royaume arthurien. Les Suites romanesques du Merlin en prose, Orléans, Paradigme, 2007, p. 69-86.

6 Livre V, 571, 12, citation communiquée lors du colloque par G. Roussineau.

7 Pour lire l’aventure du cerf Blanchart, voir Le Roman de Perceforest. Troisième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, t. I, 1988, chap. 21, p. 242-244.

8 Sur ce procédé, voir Ferlampin-Acher C., « Les déceptions dans Perceforest : du fantosme au fantasme », Félonie, trahison, reniements au Moyen Âge, Les Cahiers du CRISIMA, t. 3, 1997, p. 413-430.

9 Sur l’interprétation chrétienne des enchantements dans Perceforest, voir Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2002, chap. VI, « Noirs esprits et luitons divers », p. 215-261.

10 M. Colombo Timelli a édité l’insertion et le « raccord » ajouté par le remanieur pour relier l’histoire d’Erec au leitmotiv du manuscrit, les joutes au Val Brun, dans L’Histoire d’Erec en prose, éd. cit. B. Wahlen a étudié l’interpolation de l’Erec en prose dans une intervention prononcée à Liège le 11 février 2011, à laquelle je n’ai pu assister.

11 Le manuscrit 363 prend l’histoire de Tristan au moment où le Morholt arrive d’Irlande à la cour de Marc et va jusqu’au moment où Tristan, reconnu par la reine d’Irlande comme le meurtrier du Morholt, doit retourner en Cornouaille. Le récit correspond au texte du Roman de Tristan en prose, éd. Curtis R. L., München, M. Hueber, t. I, 1963, § 287-354, p. 147-177. Les modalités de ce récit demanderaient à être étudiées précisément. En effet, en comparant rapidement le texte donné par le manuscrit 363 avec celui du Tristan, je me suis rendu compte que certains passages en proposaient moins un résumé qu’une copie conforme.

12 Sur cette annonce, ses variantes dans la tradition manuscrite et la manière dont les continuateurs s’y sont conformés ou non, je me permets de renvoyer à l’ouvrage tiré de ma thèse de doctorat, Albert S., ‘Ensemble ou par pieces’. Guiron le Courtois (XIIIe -XVe siècles) : la cohérence en question, Paris, Champion, 2010, p. 168-188.

13 Sur ce manuscrit, l’ouvrage de référence demeure celui de Pickford C. E., L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, Paris, Nizet, 1959.

14 Selon l’expression de J. Cerquiglini-Toulet, La couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au XIVe siècle (1300-1415), Paris, Hatier, 1993, p. 137.

15 Sur ce procédé, voir Baumgartner E., « Les techniques narratives dans le roman en prose », De l’Histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 1994, p. 93-116 : p. 99.

16 Plet-Nicolas F., La création du monde. Les noms propres dans le Tristan en prose, Paris, Champion, 2007, p. 363ss.

17 La rubrique correspondante du manuscrit d’Oxford est contenue dans l’un des fragments conservés : Comment Lucanor le grant oÿ nouvelles du chevalier a l’escu d’or, comment il se party et mist a chemin pour le trouver, comment en chevaulchant il trouva pluseurs adventures, et finablement comment il se combati contre lui, et de ses aultres audventures (fragment 11, f. 86, édité par Bogdanow F., « The Fragments of Guiron le Courtois … », art. cit., p. 98-99). Cette rubrique, quoique légèrement différente de celle du manuscrit 363, ne mentionne pas davantage les aventures venues de Perceforest.

18 Voir l’introduction de L’Histoire d’Erec en prose, éd. cit.

19 Meliadus de Leonnoys, Paris, Denis Janot, 1532, reproduit par le fac-similé éd. par Pickford C. E., London, Scolar Press, 1980, Prologue. La graphie Lyonnel du Glar provient sans doute de l’imprimé même de Perceforest, où elle est adoptée probablement suite à une confusion entre t et r en finale.

20 Voir sur ce point Ferlampin-Acher C., « Perceforest et le temps de l’(h)istoire », Baumgartner E. et Harf-Lancner L. (dir.), Dire et penser le temps au Moyen Âge, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 193-215. La revendication historiographique prend une importance plus grande encore dans la copie de David Aubert : voir Szkilnik M., « David Aubert chroniqueur. Le prologue du Perceforest dans la compilation de l’Arsenal », Baumgartner E. et Harf-Lancner L. (dir.), Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, t. I, p. 201-221.

Author

Maître de conférences à l’université Paris 4 Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540