Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Réflexions sur la genèse de Perceforest

Gilles Roussineau

Texte intégral

  • 1 Perceforest, Quatrième partie, édition critique, 2 tomes, Paris-Genève, Droz, 1987.
  • 2 Perceforest, Quatrième partie, op. cit., t. 1, introduction, p. XIV.
  • 3 Édition critique et commentaire de la Quatrième partie du roman de Perceforest, thèse de doctorat d (...)
  • 4 Paris G., « Le Conte de la Rose dans le Roman de Perceforest », Romania, t. 23, 1894, p. 78-140.
  • 5 Flutre L.-F., « Études sur le Roman de Perceforest », Romania, t. 70, 1948-49, p. 474-522 ; t. 71, (...)
  • 6 Lods J., Le Roman de Perceforest. Origines, composition, caractères, valeur et influence, Genève-Li (...)
  • 7 Lods J., Les Pièces lyriques du Roman de Perceforest, Genève-Lille, Droz, 1953.
  • 8 Le Roman de Perceforest. Première partie, édition critique par Jane H. M. Taylor, Genève, Droz, 19 (...)
  • 9 Voir Perceforest, Quatrième partie, op. cit., p. XXII-XXIII. Cette datation a récemment été confir (...)
  • 10 Voir Perceforest, Quatrième partie, op. cit., introduction, p. XXVI-XXVII. La décoration des manus (...)
  • 11 Voir Perceforest, Quatrième partie, op. cit., introduction, p. XIX, note 19. Précisons que D, le q (...)

1Lorsque, en 1987, à l’occasion de la publication de la Quatrième partie1 de Perceforest, j’ai suggéré l’hypothèse d’un remaniement du roman au milieu du XVe siècle2, cette proposition, qui reprenait une réflexion sur la genèse de Perceforest que j’avais déjà formulée dans ma thèse3 en 1982, n’a guère suscité d’écho chez les chercheurs et les universitaires qui ont commenté les deux premiers volumes de mon édition du roman. Il est vrai que cette hypothèse était tout à fait nouvelle, les philologues et les spécialistes de la littérature médiévale qui s’étaient penchés attentivement sur Perceforest n’ayant jamais envisagé que le roman tel que nous le lisons aujourd’hui pût être le résultat d’un remaniement en profondeur d’une version antérieure, achevée entre 1337 et 1344 environ. Ni Gaston Paris, dans son article4 sur le Conte de la Rose, ni Louis-Fernand Flutre, dans ses études5 sur le roman de Perceforest, ni Jeanne Lods, dans son bel ouvrage6 de synthèse sur le roman et dans son édition7 des Pièces lyriques de Perceforest, ni Jane Taylor, dans son édition partielle8 de la Première partie de Perceforest n’avaient soulevé la possibilité d’une seconde rédaction du roman. Tous s’accordaient, avec des divergences mineures, à dater le Perceforest du premier ou du deuxième quart du XIVe siècle. Pourtant, l’hypothèse d’une réécriture du roman, qui pouvait paraître hasardeuse et dépasser les limites de la prudence, s’appuyait d’abord sur le résultat d’investigations portant sur la datation des manuscrits A (BnF, fr. 345-348) et B (BnF, fr. 106-109), le manuscrit C (BnF, Arsenal, fr. 3483-3494) étant explicitement daté par David Aubert de 1459-1460. À partir de l’examen des filigranes et des illustrations, j’avais daté le ms. A, exécuté sur papier pour Louis de Bruges, de 1470-14759. Quant au ms. B, copié sur papier pour Jacques d’Armagnac, il peut, selon toute probabilité, être daté entre 1470 et 1471. J’avais en effet observé que les deux premiers feuillets du ms. 109, qui servent de pages de garde, contenaient un fragment des Anciennes Chroniques d’Angleterre de Jean de Wavrin qui faisait partie de la même copie que celle qu’on retrouve dans les feuillets de garde des manuscrits fr. 71 et 72 de la BnF, qui ont également appartenu à Jacques d’Armagnac. Les trois manuscrits ont vraisemblablement été reliés ensemble, aussitôt le travail des copistes achevé. D’après les indications contenues au fol. 16v du ms. 71, la transcription des mss. 71 et 72 a été effectuée après 1471 et avant 1477, date de la mort de Jacques d’Armagnac10. On peut donc supposer que l’exemplaire de Perceforest a également été exécuté entre 1471 et 1477. De ces recherches sur la datation des manuscrits, il résultait qu’ils ont été calligraphiés à quelques années d’intervalle, entre 1459 et 1477 environ. D’autre part, deux d’entre eux ont été commandés par deux des plus grands bibliophiles de la cour de Bourgogne, le duc Philippe le Bon lui-même (ms. C) et Louis de Bruges, son chambellan (ms. A). Quant au ms. B, il est fort possible qu’il ait été copié en Flandre, Jacques d’Armagnac ayant constitué sa bibliothèque en liaison étroite avec les collectionneurs bourguignons11. Devant l’écart important – près de cent vingt ans – qui sépare la date présumée de composition du roman (vers 1340) et celle de l’exécution des copies qui l’ont conservé (entre 1459 et 1477), j’ai formulé l’hypothèse d’un remaniement de l’œuvre au milieu du XVe siècle, à la cour de Philippe le Bon. Cette proposition, qui n’avait jamais été envisagée, me mettait en mesure de supposer, dans la tradition manuscrite, une rédaction intermédiaire (X1), réfection d’un modèle ancien (O, puis O1), de laquelle seraient issues la version de David Aubert (C) et une rédaction X2, à l’origine des copies conservées dans A et B, l’imprimé E (1528) étant davantage apparenté à A qu’à B. Le résultat de ces investigations peut être résumé dans le schéma suivant, qui représente les étapes de la genèse de l’œuvre et le processus de la tradition manuscrite jusqu’aux copies qui ont conservé le roman :

  • 12 Voir les introductions linguistiques de l’édition de chacune des parties et, en dernier lieu, cell (...)
  • 13 Voir à ce sujet Première partie, introduction, p. XXX-XXXI.
  • 14 Deuxième partie, t. 1, § 384-392.
  • 15 Voir Deuxième partie, t. 1, introduction, p. XXVII-XXVIII ; Première partie, introduction, p. XXXI (...)
  • 16 Voir Première partie, introduction, p. XXXIII-XXXIV.
  • 17 Ibid., p. XXXIV-XXXVII.
  • 18 Ibid., p. XXXVI-XXXVII.
  • 19 Ibid., p. XXXVII-XL.

2À mesure que mon édition progressait, j’ai pu constater, au fil des années, que mon hypothèse de départ était confirmée par l’examen de la langue des copies qui nous ont transmis l’œuvre. Le nombre considérable de néologismes de mots et de sens du XVe siècle ne permet plus de penser que le roman, tel qu’il se présente aujourd’hui dans les manuscrits à partir desquels je l’ai édité, est une œuvre du premier ou du deuxième quart du XIVe siècle. L’état de la langue implique nécessairement une nouvelle rédaction, vers le milieu du XVe siècle, de l’œuvre12. Il offre le témoignage irrécusable d’une réécriture du roman. D’autres indices, comme, par exemple, les allusions constantes dans le roman à l’arrest de cuirasse, tendent à confirmer ce rajeunissement13. L’épisode du sabbat des vieilles barbues14 n’a sans doute pu être rédigé dans le deuxième quart du XVe siècle. L’imposition de la marque diabolique, même si elle est traitée de manière parodique, n’apparaît pas dans les récits de sorcellerie – procès séculiers et traités de démonologie – avant le milieu du XVe siècle15. En revanche, il semble peu probable que le remanieur ait pu être directement influencé par les événements relatifs à la vauderie d’Arras, qui ont certes commencé en 1459, mais qui se sont surtout développés en 1460 pour prendre toute leur ampleur16. D’autres indices tendent à accréditer l’hypothèse d’une seconde version de l’œuvre sous Philippe le Bon. Les enchantements qui accompagnent, tout au long du roman, les grandes fêtes où tous les personnages sont rassemblés, rappellent les spectacles fastueux de la cour de Bourgogne17, notamment les tableaux vivants présentés à l’occasion du banquet de Lille, en 1454. Les merveilles de mécanique, dont on était féru à la même époque dans le même milieu, sont également représentées dans le roman. Citons seulement, parmi d’autres exemples, l’étonnant cimier du heaume de Thélamon, constitué d’un magnifique paon qui fait la roue et qui jette des cris perçants. On pourrait aussi mentionner la somptueuse couronne en or que Lidoire offre à Gadiffer pour décorer son heaume, à la fin du tournoi qui clôt la Première partie. Sur chacun des fleurons des fleurs de lys qui ornent la couronne a été placé un petit oiseau en or. Lorsque le vent s’engouffre dans son bec, il se met à chanter conformément au chant propre à son espèce. Ces pièces d’orfèvrerie participent du même engouement pour les tableaux vivants qui donnent l’illusion de la vie18. J’ai également souligné l’attrait qu’exerce sur l’auteur la figure de l’homme sauvage, souvent représentée, depuis la fin du XIVe siècle, dans les manuscrits, la peinture, la tapisserie ou encore la sculpture, ainsi que comme support héraldique19.

  • 20 Genève, Droz, 2010.
  • 21 Op. cit., p. 19-32.
  • 22 p. X-XXI.
  • 23 Introduction, p. X-XIV.
  • 24 Introduction, p. XXI.
  • 25 Voir Quatrième partie, introduction, p. X-XIV et Première partie, introduction, p. XXI, ainsi que (...)
  • 26 Voir Première partie, introduction, p. X-XV.

3La récente parution du livre de Christine Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon20, ne peut donc que me réjouir. Le sous-titre même de l’ouvrage indique bien que, selon l’auteur, le roman s’inscrit dans la mouvance bourguignonne. Il fait directement écho à l’idée, que je développe depuis près de trente ans, selon laquelle le Perceforest qu’on lit aujourd’hui n’est assurément pas un texte du deuxième quart du XIVe siècle. Toutefois, je me permettrai de formuler deux réserves à propos de la genèse même de l’œuvre. La première concerne l’absence d’une première rédaction, la seconde porte sur l’auteur de l’œuvre, qui serait, selon C. Ferlampin-Acher, David Aubert. Il me semble difficile d’admettre, comme le suggère C. Ferlampin-Acher21, qu’aucune rédaction de l’œuvre n’a existé avant celle du XVe siècle. Je ne vois pas comment l’auteur de Perceforest aurait pu s’inspirer, pour la rédaction de son prologue et des épisodes du don par Alexandre de la Selve Carbonniere à Liriope ainsi que de l’expédition du Tor en Selve Carbonniere, des brèves allusions de Jacques de Guise contenues dans le chapitre XXXIV du livre III des Annales Hannoniae, intitulé : « Quod Alexander magnus dedit Liriope Silvam Carbonariam. » À ce propos, je me permettrai, pour éviter de me répéter, de renvoyer aux arguments que je développe dans l’introduction de la Première partie22. Comme je l’ai fait remarquer à l’occasion de l’édition de la Quatrième partie23, puis de celle de la Première partie24, il a bien existé une première rédaction de l’œuvre, dont le texte de Jacques de Guise porte la trace, aussi déformé soit-il. Cette première rédaction de Perceforest, dont le prologue était vraisemblablement écrit à la mémoire de Guillaume Ier de Hainaut, a dû être achevée peu après 1337, date de sa mort, et probablement avant 134425. Même s’il comporte des altérations aisément repérables26, le témoignage de Jacques de Guise, qui écrivait aux environs de 1390 et qui mourut en 1399, me paraît digne de foi : il atteste de l’existence d’un roman de Perceforest au XIVe siècle.

  • 27 Voir Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 9, note 3 et p. 422.
  • 28 Voir Quatrième partie, introduction, p. XVIII et Première partie, variante de 460, 12, p. 980. On (...)
  • 29 Voir Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 46-49.
  • 30 Voir Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 50. Mais, plus loin, à la p. 332, l’auteur reconnaît qu’i (...)
  • 31 Voir Première partie, note 2, 32, p. 1063 et note 191, 26, p. 1136.

4D’autre part, la proposition de C. Ferlampin-Acher selon laquelle David Aubert, dont la rédaction est datée de 1459-1460, serait l’auteur de Perceforest27, ne me semble pas admissible. À propos de la Chanson du Bossu (Première partie, § 460), de 59 vers dans ABE, mais dérimée à partir du onzième vers dans C28, les arguments développés par C. Ferlampin-Acher pour tenter de montrer que C présenterait l’état originel du poème, avec une « hybridation » vers/prose, ne sont guère convaincants29. On pourrait en dire de même de la substitution malencontreuse de Gerard à Bruyant/Griant dans la variante 348, 2 de C (Première partie, op. cit., p. 962), qui ne peut être considérée comme la leçon originelle30. Elle s’explique plutôt par une innovation maladroite de C, vraisemblablement dérouté par l’alternance Bruyant/Griant, dont l’origine est sans doute dans la confusion de B et de G à l’initiale de certains noms propres, comme dans Belinant/Gelinant31. Si, comme le soutient C. Ferlampin-Acher, David Aubert était l’auteur du roman, les rédactions A et B seraient directement issues de C, qui conserverait la version originelle du poème. Dans cette hypothèse, on ne comprend pas certaines erreurs personnelles de C, alors que AB ont conservé la bonne leçon. Voici, pour nous limiter à deux exemples, deux cas de fautes individuelles de C relevées dans la Première partie, où tous les manuscrits sont représentés :

5Première partie, 191, 13 (variante de C, p. 935) : C remplace malencontreusement Fromont de la Noire Forest, bonne leçon dans ACE, par Fromont de le Nuefve Forest, alors que le frère de Darnant est bien appelé Fromont de le Noire Forest dans ABCE à 190, 21 et partout ailleurs dans le roman.

6Première partie, 413, 12 (variante de C, p. 975) : C substitue par erreur cellui qui porte l’escu vert et ung blanc cerf à cellui qui porte ung escu noir a ung blanc cerf, bonne leçon conservée dans ABE. En effet, un peu plus loin, à 413, 23, C est en accord avec ABE pour porter l’escu noir au cerf d’argent.

  • 32 J’ai relevé, d’autre part, de nombreux cas de fautes communes AC ou ACE (B n’étant pas représenté) (...)

7Surtout, on relève tout au long du roman de nombreuses fautes communes de C avec les autres témoins, qui ne seraient guère compréhensibles si C était la rédaction originelle. Elles attestent que les erreurs et les altérations, loin d’être issues directement de la rédaction de l’auteur, qui serait parsemée de lapsus préjudiciables au sens, remontent à un ancêtre commun, en l’occurrence la rédaction X1 du stemma de la tradition manuscrite. Voici quelques exemples extraits de la Première partie32 :

8Première partie, 377, 3 : Et arrivasmes en ceste forest LV ans devant que Turnus arrivast en ceste ysle ABCE. Il convient de corriger Turnus en Brutus. C’est, en effet, Brutus qui a débarqué en Grande Bretagne. Voir, au début du roman, le récit emprunté à l’Historia Regum Britannie de Geoffroy de Monmouth, § 32. Arrière-petit-fils d’Enée, Brutus fut le premier roi des Bretons.

9Première partie, 410, 1 : Cy endroit dist l’ystoire que puis que Porrus et Cassel se furent partiz de la maison des religieux, ilz chevaucherent toute la journee ABCE. J’ai corrigé la maison des religieux en leur bonne hostesse d’après 406, 36, à la fin du chapitre XXXVII, où on lisait : et prindrent congié de leur bonne hostesse et se mirent au chemin grant erre.

10Première partie, 607, 14 : Et commandons a tous ceulx qui tiennent justice dessoubz nous ou pour nous que se homme, quel qu’il soit, enchiet en tel meffait, qu’il en face justice telle que dessus est dicte ABCE. À la suite d’une faute d’accord entraînée par une confusion avec homme, qu’il en face justice a été corrigé en qu’ilz en facent justice.

11Première partie, 739, 8 : la voie ou Chastel Darnant, fautif, a été amendé en la voie ou Chastel du Lac d’après 740, 7, 742, 15.

12Première partie, 811, 9 : Lyriope du Chastel Darnant ABCE, qui est erroné, a été corrigé en Lyriope du Chastel Malebranche, Lyriope étant la sœur de Malebranche.

13Première partie, 841, 6 et 847, 23 : Pedrac, fautif dans ABCE, a été amendé en Scidrac.

14Première partie, 1051, 3 : celluy a la Fleur de Lys, qu’on lit dans ABCE, a été corrigé en celluy a la Blanche Estoille d’après 1050, 10, 1051, 12, 1052, 7.

15Première partie, 1203, 8 : je feroie moult a blasmer, qui manque dans ABCE, a été restitué d’après 1200, 4

16Il est également aisé de rencontrer dans la Deuxième partie d’autres exemples où ABCE sont fautifs :

17Deuxième partie, tome II, 144, 11 : Mais le lyon, qui sur toute riens doubtoit la dame et amoit la jenne pucelle, qui le vint prendre par les oreilles, luy fist son ire reffrener ABCE. La leçon commune à ABCE, fautive, a été amendé en reffrena son ire.

18Deuxième partie, tome II, 207, 1 : la jouste qu’il fist aux. II. chevaliers qu’il abaty par sa valeur ABCE a été corrigé en aux. III. chevaliers qu’il abaty par sa valeur d’après le récit antérieur qu’on lit au tome I, § 334-335 (voir la note 207, 1, p. 555).

19Deuxième partie, tome II, 451, 16 : Madame, dist le jouvencel, vous m’avez octroié que entre vous. III. me vestirez la blanche chemise qui appartient a chevalier et le hauqueton ABCE ; le hauqueton, fautif, a été corrigé en la cote ; voir infra, 454, 10, nous vous avons vestu d’une cote vermeille, et 457, 2, sy luy ala endosser ung hauqueton moult bel.

20Deuxième partie, tome II, 474, 1 : Quant le roy vint ou palaiz et toute sa compaignie, il, qui aloit devant en la compaignie de Louvezerp et du Boceu, s’en vint devant les tables de marbre, qui estoient plus noires que arement ABCE, corrigé en la table de marbre, qui estoit plus noire que arement d’après le début du § 473 : Encores avoit autour du palaiz une table faicte de marbre assez haulte de terre.

21Deuxième partie, tome II, 519, 7 : le cinquiesme blanc a trois testes noires ABCE, corrigé en miparty de blanc et de vermeil a trois testes noires d’après 569, 7, où on lit : l’escu Troÿlus le Roux, miparty de blanc et de vermeil a. III. testes noires.

22Deuxième partie, tome II, 677, 16 : Car il advint que a ung jour de la deesse Venus, que l’on aoure en une ylle qui siet en Ynde ABCE corrigé en a une veille de la deesse Venus d’après les lignes 19, 22 et 25 du même paragraphe, ainsi que d’après 678, 2, 678, 6.

23Deuxième partie, tome II, 738, 4 : Se tu viens a autruy servir, tu dois regarder les meurs de cellui que tu voeulz servir, car se tu ne te poeulz confermer a sa maniere, a paines porras tu joïr de luy ne de son service ABCE corrigé en porra il joïr de toy ne de ton service.

24Les cas de fautes communes ABCE ne manquent également pas dans la troisième partie. On se limitera à quelques exemples :

25Troisième partie, tome I, 14/77 : Lors commencerent a darder de brandons de fer alumez, leçon commune à ABCE corrigée en brandon de feu alumez.

26Troisième partie, tome I, 33/1-6, début du chap. V : C’estoit lors belle chose a veoir, l’or et l’asur des riches joyaulx qui estoient au hourdis, car veu que le soleil luisoit a l’encontre, il les faisoit bon voir. Et comme le chevalier [qui les avoit concquis] les vey, sa joye grandement lui renouvella. La précision qui les avoit concquis, dans ABCE, est erronée et elle s’explique par une confusion avec la fin du chapitre précédent, où il est rappelé que le Chevalier au Dauphin a conquis les joyaux qui sont exposés sur une tribune du tournoi. Comme l’indique la rubrique qui précède immédiatement le début du chapitre V, le chevalier dont il est question n’est nullement le Chevalier au Dauphin, mais Lucidès, le Chevalier à l’Epervier, qui épousera Blanche (voir chap. IX, pp. 71-77).

27Troisième partie, tome II, 127/2433 : Aroés [qui] a voulu ressambler a Lucifer, qui fut creé au noble paradis le plus beau et le plus noble de tous les autres. Le relatif qui après Aroés est parasite dans ABCE et s’explique vraisemblablement par une anticipation de qui après Lucifer.

28Troisième partie, tome III, 78/76 : Et pour ce, sire, vela tout le fait, lequel, comme il me samble et consideré l’intencion de madame ma mere et la mienne, [le fait] n’est point tant lait comme il est a oïr recorder ; le fait, dans ABCE, est maladroitement répété après mienne.

29Troisième partie, tome III, 224/362 : du Chevalier au Cuer Enferré est erroné dans ABCE et en contradiction avec 132/338 et tome II, 314/7, 323/339. J’ai corrigé au Cerf Asuré pour être cohérent avec le récit qui précède (voir la note 224/362, p. 363).

  • 33 Voir supra la note 11.

30Tous les cas de fautes communes que nous avons relevés s’expliquent en fait par des déformations résultant de la transmission des copies. Ils ne peuvent que remonter à un ancêtre commun X1, issu du remaniement originel X. L’exemple de la copie D, qui suit avec une fidélité scrupuleuse la minute de C, n’incline guère à supposer que C, copie signée par David Aubert, dérive lui-même d’un autre exemplaire qui serait dépourvu de ces fautes33. On observe également, dans la Cinquième partie, des incohérences communes à ACE (B n’étant pas représenté) qui ne semblent pas pouvoir être imputées à l’auteur lui-même. Ainsi Sorrus, le fils du Chevalier à la Blanche Etoile et d’Hélène, comme il est rappelé lors de ses deux victoires, remporte la troisième et la sixième escremie des douze tournois de la Fontaine aux Pastoureaux et gagne donc deux fois (144, 4 et 236, 14) l’équipement complet de chevalier destiné au vainqueur. Il en est de même pour Panthonès, le fils du Chevalier au Cerf Azuré, qui triomphe à la cinquième (227, 21) et à la neuvième (405, 16) escremie.

31D’autre part, quand on examine les variantes de C, on est frappé par la tendance très nette de la copie de David Aubert à banaliser l’expression lorsqu’elle présente quelque originalité. Cette propension à affadir la formulation confirme que la version de David Aubert ne peut être considérée comme la rédaction originelle de l’œuvre. Voici quelques exemples tirés de la Première partie, où les trois manuscrits sont représentés :

32Première partie, 97, 5 : En ce point estoit ainsi comme la ducasse, ou le paÿs aloit, tout aussi franc que villain, pour estre a la veille AB ; Et estoit a l’eure que la grande psolempnité s’i faisoit ou chascun aloit en pellerinage, francs et villains, pour y faire la veille C ; la ou ceulx du paÿs alloient tous les ans en pellerinage le jour de la dedicasse E. Il est intéressant de voir l’auteur désigner la fête de Vénus par le substantif ducasse, qui appartient au vocabulaire de sa région et qui est encore aujourd’hui le nom donné à la fête patronale dans la plupart des paroisses de la Flandre, du Hainaut et d’une partie de l’Artois. La forme ducasse, attestée d’après le Trésor de la Langue Française depuis 1391 dans le Nord, correspond à l’ancien français commun dicasse, dicace (fin du XIIe siècle), réduction de dedicace au sens religieux.

33Première partie, 311, 22 : Ung pou après ilz voient sur la nape. II. tournés d’argent plains (plaines B) de trois manieres de rostz sy bien atournez comme se ce fust pour le roy Alexandre AB ; deux plas d’argent C ; deux broches d’argent E ;

34Première partie, 311, 28 : Aprés voient ung torchiz venir sur la nape et plain ung tournet d’argent de trois manieres de fruictz AB ; ung plat d’argent CE. Le substantif tournet, qui désigne un plat, appartient au vocabulaire régional du Nord. Il est, notamment, bien attesté à Tournai. Voir God., VII, 759b ; DMF2010, s. v. tournet1. On le retrouve dans la Cinquième partie, 349, 11, cette fois dans une leçon commune à AC.

35Première partie, 424, 39 : il fut tout estourdy de tangreté de les rescourre AB ; il fu si engrant d’y aller que plus ne pouoit C ; il fut tout remply d’envie de les rescourre E.

36Première partie, 451, 4 : Lors luy va compter la dame la grant tangresse de son mary a sa revenue et comment il l’emmena en sa chambre sy tost qu’elle n’eut loisir de l’uys clorre AB (conception du Bossu) ; Adont elle luy compta comment son amy s’estoit gouverné si tost qu’il estoit revenu de Frise, comment il l’avoit mené en la chambre et comment elle n’avoit point eu loisir de clorre l’uis C ; Lors luy va compter la dame la grant haste de son mary a sa revenue E.

37Première partie, 959, 3 : les. III. estranges chevaliers s’alerent mectre au devant par tangresce d’eulx avancier chacun a son lez AB ; par la grant haste qu’ilz avoient d’eux a. C ; pour le desir d’eulx a. E.

38Première partie, 358, 2 : pour la tangreté qu’il avoit de jouster AC ; pour la tangreté de jouster B ; pour le grant desir qu’il avoit de jouster E.

39Première partie, 748, 8 : Et par tangresse sailly jus de son cheval AE ; Et par hastiveté sailly sus son cheval B ; Et par aspreté il sailly jus de son cheval C.

40Première partie, 751, 3 : par sa grant tangresse qu’il avoit d’estre chevalier ABE ; pour le grant desir qu’il avoit d’estre fait chevalier C.

  • 34 Voir FEW, XVII, 306b, s. v. tanger ; Revue de Linguistique romane, t. 56, 1992, p. 483 et p. 645.

41Si l’adjectif tangre « désireux, impatient » est bien attesté, tangreté et tangresce « ardeur, impatience » ne sont pas signalés, à ma connaissance, par les dictionnaires. On rencontre encore tangreté dans la Deuxième partie, tome II, 358, 2 (AC ; desir E) et tangresse, tome II, 748, 8 (AE, aspreté C), 751, 3 (AE, desir C). Dans la Cinquième partie, on relève tangresse, 393, 28 (AC, angoisse E), 344, 8 C, ainsi que l’adverbe tangrement, 510, 11 (AC, estrangement E). Il semble que tous ces mots soient des régionalismes du Nord34.

42Première partie, 442, 6, Le Bossu : Sy vous prie, entre vous damoiselles, que vous ne tenez pas que ce soit par ma nicesse (hapax, « stupidité, sottise » ; nyceté dans B), car vrayement, se je le peusse amender, je ne fusse pas de telle façon AB ; q. vous ne pensez point que ce soit par moy, car certainement, se j. C ; n. tenez pas que ce soit par ma faulte, c. E.

43Première partie, 474, 35 : ilz oÿrent apertement que la guete de l’ost commençoit a esbanoyer le jour ABE ; ilz ouirent le guet de l’ost qui cornoit le jour C. La locution esbanoyer le jour « saluer gaiement le lever du jour par le son du cor », « annoncer en sonnant du cor le lever du jour » n’est attestée que dans Perceforest. On retrouve l’expression à 500, 25 : Lors escoutent que les guetes de l’ost esbanoioient le jour ABE ; Adont ouirent le guet de entour l’ost qui cornoit le jour C.

44Première partie, 950, 13 : nous ferons. III. yssues ABE ; trois batailles C ;

45Première partie, 950, 17 : ses yssues ABE ; ses batailles C ;

46Première partie, 1002, 21 : Et non obstant le sievoient a pointe d’esperons bien. C. chevaliers de son yssue AE ; Il arriva adont bien deux cens chevaliers anglois pour secourir le roy C.

47Première partie, 1020, 5 : l’issue Thelamon et Fergus AE ; l’issue de Thelamon et Fergus BC.

48Première partie, 1203, 18 : gouverneurs des. III. yssues de chascune partie ABE ; gouverneurs des trois saillies de chascune partie C.

49Le substantif issue, yssue, qu’on lit dans ABE et dans C seulement à 1020, 5, n’est pas relevé par les dictionnaires au sens de « bataillon » ; hormis dans la citation de 1020, 5, C donne un équivalent au mot ou emploie une tournure où il n’apparaît pas.

50Dans la Quatrième partie, où A n’est pas représenté, j’ai relevé un autre exemple qui illustre bien cette propension de C à retirer à la formulation son caractère et son originalité :

51Quatrième partie, 64/1927, à propos des singes découverts par le Bossu dans l’Ile de la Singesse : et aucuns en y avoit qui me monstroient leurs bulles BE. Le substantif au pluriel bulles « boules » est employé ici de manière imagée pour désigner les testicules. Il n’est attesté nulle part ailleurs, à ma connaissance, avec ce sens et il est relevé comme exemple unique par God., I, 757b. La copie de David Aubert porte culz, leçon banale qui perd toute la verdeur de la leçon de BE, représentative, selon toute probabilité, de la rédaction de l’auteur.

  • 35 Voir Première partie, introduction, p. XXVII-XXX.

52Il a vraisemblablement existé un Perceforest au XIVe siècle. Le témoignage de Jacques de Guise ne paraît pas pouvoir être éludé. Si l’on se limite aux indications qu’il donne, aussi sommaires et déformées soient-elles, on peut tirer quelques conclusions du prologue et des chapitres qui relatent l’expédition du Tor en Selve Carbonneuse. Achevée vers 1340, cette rédaction s’ouvrait sur un prologue qui honorait la mémoire du comte Guillaume Ier de Hainaut. L’auteur était, selon toute probabilité, hennuyer et il a entrepris son roman sous Guillaume Ier pour l’achever sous Guillaume II, mort en 1345. Dans son prologue et dans l’épisode de l’expédition du Tor en Selve Carbonneuse pour prendre possession du territoire donné à Liriope par Alexandre, l’auteur évoque des lieux qui lui sont familiers35 : l’abbaye de Saint-Landelin, près de Valenciennes, la Selve Carbonneuse ou Forêt Charbonnière, la forteresse de Falmar, qui est la cité de Famars, sur le mont de Castres, au sud de Valenciennes. Il fait également mention de la cité de Brane, qu’il convient d’identifier avec Braine-le-Comte, en Hainaut. La cité de Nerve, également appelée Seconde Rome, fait, dans les chapitres qui situent l’action en Selve Carbonneuse, l’objet d’évocations flatteuses et ses habitants reçoivent des éloges répétés. Elle est l’ancien nom de la ville de Tournai, qui était voisine du Hainaut, patrie de l’auteur de cette première rédaction. En dehors des indications données par Jacques de Guise, on peut présumer que les aventures du Chevalier au Dauphin en Hollande, où il tue le géant Holland, et celles de Troïlus et de Zellandine en Zélande étaient racontées dans cette première rédaction. La Hollande et la Zélande étaient, en effet, des fiefs appartenant aux comtes Guillaume Ier, puis Guillaume II de Hainaut.

  • 36 Voir Première partie, introduction, p. XLIII-XLVI.
  • 37 Voir Première partie, introduction, p. XLI-XLII.

53La cité de Tournai pouvait exercer un réel attrait sur un écrivain de la cour de Bourgogne, le duc s’étant intéressé de près à une ville qui, bien qu’elle fût un fief des rois de France, se situait au milieu de ses domaines36. La même remarque pourrait être faite à propos de la Hollande et de la Zélande, dont la possession a longtemps été convoitée par le duc Philippe le Bon. L’espace géographique où se situait l’action de la première rédaction ne pouvait que séduire le duc de Bourgogne37, qui voyait dans Alexandre un prédécesseur susceptible de glorifier sa politique d’expansion. C’est en effet en 1453, au traité de La Haye, à l’issue de longues négociations commencées en 1428 lors du traité de Delft, que Jacqueline de Bavière céda définitivement à Philippe le Bon le Hainaut, la Hollande, la Zélande et la Frise. En somme, si l’on a perdu la trace de la version primitive de Perceforest, qui a été remaniée et rajeunie dans l’entourage de Philippe aux environs de 1450, cela n’implique pas qu’elle n’a jamais existé.

  • 38 Sur la copie de David Aubert, on pourra également consulter G. Roussineau, « David Aubert, copiste (...)

54En refusant au témoignage de Jacques de Guise toute crédibilité, il pouvait certes être tentant d’envisager que David Aubert ait écrit le roman. La version C, qu’il a signée, a conservé le manuscrit le plus ancien, les deux autres copies, A et B, étant plus tardives. Il apparaît cependant que les dérimages et les innovations malencontreuses de C, les nombreuses fautes communes de ABCE dans les parties où tous les témoins sont représentés, les multiples exemples où C affadit le lexique en le privant de sa saveur ou de son originalité infirment l’hypothèse selon laquelle David Aubert serait l’auteur de l’œuvre38.

Notes

1 Perceforest, Quatrième partie, édition critique, 2 tomes, Paris-Genève, Droz, 1987.

2 Perceforest, Quatrième partie, op. cit., t. 1, introduction, p. XIV.

3 Édition critique et commentaire de la Quatrième partie du roman de Perceforest, thèse de doctorat d’État ès Lettres, 8 vol., université de Paris-Sorbonne, 1982, t. 1, p. 175-177.

4 Paris G., « Le Conte de la Rose dans le Roman de Perceforest », Romania, t. 23, 1894, p. 78-140.

5 Flutre L.-F., « Études sur le Roman de Perceforest », Romania, t. 70, 1948-49, p. 474-522 ; t. 71, 1950, p. 374-391 et 482-508 ; t. 74, 1953, p. 44-102 ; t. 88, 1967, p. 475-508 ; t. 89, 1968, p. 355-386 ; t. 90, 1969, p. 341-370 ; t. 91, 1970, p. 189-226.

6 Lods J., Le Roman de Perceforest. Origines, composition, caractères, valeur et influence, Genève-Lille, Droz, 1951.

7 Lods J., Les Pièces lyriques du Roman de Perceforest, Genève-Lille, Droz, 1953.

8 Le Roman de Perceforest. Première partie, édition critique par Jane H. M. Taylor, Genève, Droz, 1979.

9 Voir Perceforest, Quatrième partie, op. cit., p. XXII-XXIII. Cette datation a récemment été confirmée, avec un terminus ante quem légèrement reculé (« vers 1470-1480 ») par Llona Hans-Collas et Pascal Schandel dans leur notice no 46 sur le ms. français 345-348. Voir Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux, tome I : Manuscrits de Louis de Bruges, Paris, BnF, département des manuscrits, université catholique de Louvain, 2010, p. 168-173.

10 Voir Perceforest, Quatrième partie, op. cit., introduction, p. XXVI-XXVII. La décoration des manuscrits 106-109, prévue par des espaces laissés en blanc pour les miniatures, n’a pas été exécutée.

11 Voir Perceforest, Quatrième partie, op. cit., introduction, p. XIX, note 19. Précisons que D, le quatrième ms. de Perceforest, (Londres, British Library, Royal 15 E V, 19 E III, 19 E II), qui n’a conservé que les trois premières parties de l’œuvre, a directement été copié sur la minute de David Aubert conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal (C). Il n’offre donc pas d’intérêt pour l’examen de la tradition manuscrite. Sur cette copie, voir Perceforest, Première partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 2007, p. CCXXIV-CCXXV.

12 Voir les introductions linguistiques de l’édition de chacune des parties et, en dernier lieu, celle de la Première partie, p. CXXXIX-CXLVIII.

13 Voir à ce sujet Première partie, introduction, p. XXX-XXXI.

14 Deuxième partie, t. 1, § 384-392.

15 Voir Deuxième partie, t. 1, introduction, p. XXVII-XXVIII ; Première partie, introduction, p. XXXII-XXXIII.

16 Voir Première partie, introduction, p. XXXIII-XXXIV.

17 Ibid., p. XXXIV-XXXVII.

18 Ibid., p. XXXVI-XXXVII.

19 Ibid., p. XXXVII-XL.

20 Genève, Droz, 2010.

21 Op. cit., p. 19-32.

22 p. X-XXI.

23 Introduction, p. X-XIV.

24 Introduction, p. XXI.

25 Voir Quatrième partie, introduction, p. X-XIV et Première partie, introduction, p. XXI, ainsi que la note 44.

26 Voir Première partie, introduction, p. X-XV.

27 Voir Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 9, note 3 et p. 422.

28 Voir Quatrième partie, introduction, p. XVIII et Première partie, variante de 460, 12, p. 980. On observera également que, dans la partie réservée à la traduction partielle de l’Historia Regum Britannie de Geoffroy de Monmouth, la volonté de fidélité de l’auteur au texte latin se manifeste par le respect des pièces versifiées que Geoffroy a introduites dans son Historia. Alors que toutes les traductions connues, du XIIIe au XVe siècle, transposent en prose les textes versifiés, l’auteur de Perceforest est le seul à avoir conservé, dans la rédaction AB, un équivalent métrique aux hexamètres latins. La version transmise par C comme celle de l’imprimé E ont traduit en prose la prière de Brutus et la réponse de Diane. Voir Première partie, introduction, p. LII-LIII et les variantes de CE, p. 899-900.

29 Voir Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 46-49.

30 Voir Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 50. Mais, plus loin, à la p. 332, l’auteur reconnaît qu’il s’agit probablement d’une « erreur » de David Aubert. Dans ce cas, on voit mal comment AB, qui dériveraient de C, rédaction originelle de l’auteur, auraient conservé la bonne leçon.

31 Voir Première partie, note 2, 32, p. 1063 et note 191, 26, p. 1136.

32 J’ai relevé, d’autre part, de nombreux cas de fautes communes AC ou ACE (B n’étant pas représenté) dans la Cinquième partie, dont je fais état dans le chapitre de l’introduction consacré à la tradition manuscrite.

33 Voir supra la note 11.

34 Voir FEW, XVII, 306b, s. v. tanger ; Revue de Linguistique romane, t. 56, 1992, p. 483 et p. 645.

35 Voir Première partie, introduction, p. XXVII-XXX.

36 Voir Première partie, introduction, p. XLIII-XLVI.

37 Voir Première partie, introduction, p. XLI-XLII.

38 Sur la copie de David Aubert, on pourra également consulter G. Roussineau, « David Aubert, copiste du roman de Perceforest », Quéruel D., (dir.), Les manuscrits de David Aubert, « escripvain » bourguignon, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 35-51.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

Professeur à l’université Paris 4 Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540