Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Troisième partie. Manuscrits et imprimés, du XVe au XVIIe siècle : Perceforest et sa réception

Une lecture problématique, du manuscrit à l’imprimé : Perceforest et sa réception

Christine Ferlampin-Acher

Texte intégral

1L’auteur et la date de Perceforest restent l’objet d’enquêtes contradictoires, qui cependant confirment l’hypothèse émise par G. Roussineau dès 1982 d’un texte dont les rédactions actuellement conservées sont étroitement liées au monde bourguignon et datent du XVe siècle. Cependant l’un des grands mystères de ce récit réside peut-être dans sa longueur : comment une œuvre si ample, si elle a existé au XIVe siècle, a-t-elle pu disparaître sans laisser de traces, sans être citée par qui que ce soit avant le milieu du XVe siècle ? Tant de manuscrits ont été perdus, les temps étaient si troublés en cette fin de Moyen Âge, qu’une telle disparition n’est pas impossible : elle n’en demeure pas moins étonnante. Par ailleurs cette longueur, on le notera, n’a jamais incité les critiques à émettre l’hypothèse d’une pluralité d’auteurs, et jamais l’unité de l’œuvre n’a été soupçonnée, alors même que pour les grandes proses du XIIIe siècle, comme le Tristan en prose, Guiron le Courtois, le Lancelot en prose la longueur (bien qu’inférieure à celle de Perceforest) a, rapprochée à d’autres traits, invité à émettre l’hypothèse d’une pluralité d’auteurs, de versions. Perceforest, même s’il est conservé d’une part dans la version de David Aubert, proche de celle de la British Library de Londres, qui en est la grosse, et dans la version des séries A et B, est un texte homogène et trop solidement construit pour qu’on lui suppose plusieurs auteurs (les études thématiques et structurelles de la deuxième partie l’ont confirmé), et les différences entre les versions ne sont finalement pas aussi importantes que celles que l’on constate lorsqu’on édite le Tristan en prose.

2Il y a bien un seul Perceforest, présentant des variantes, que l’on peut imputer à un auteur unique : avant même l’invention de l’imprimerie, malgré sa longueur, ce texte témoigne, peut-être parce que sa diffusion a été restreinte, d’une fixité qui annonce les temps modernes, loin de la mouvance étourdissante des grandes proses arthuriennes. Cette fixité, cette homogénéité, ne sont pas sans surprendre quand on les compare à la longueur du texte. Peut-être parce qu’il est tardif, qu’il est volumineux et surtout parce qu’il est en décalage temporel avec les cycles arthuriens (dans la mesure où il se déroule avant), Perceforest échappe au dépeçage et à la mise en cycle, contrairement à un autre texte arthurien tardif, Artus de Bretagne. Si l’on trouve des allusions à Perceforest dans des manuscrits de Guiron, il n’y a en aucun cas insertion cyclique : simplement, ces témoins permettent de circonscrire un milieu où notre texte était connu, plus ou moins précisément. De même, lorsque Meschinot met en scène sa Table d’Honneur et se souvient de Perceforest, c’est sur le mode de l’allusion. Quoi qu’il en soit, dans la seconde moitié du XVe siècle, Perceforest semble avoir été connu dans des cours, bourguignonnes, bretonnes. Mais ce n’est pas le best-seller de l’époque, loin s’en faut.

3Paradoxalement c’est l’imprimerie, qui pourtant ne s’intéresse guère aux romans arthuriens (mais Perceforest est à la marge du monde breton), qui contribue à diffuser Perceforest, soit intégralement, soit en en extrayant un récit. Ces imprimés semblent témoigner du fait que, malgré sa longueur, Perceforest était lisible, d’autant que l’on peut mettre en évidence des stratégies typographiques qui contribuent à rendre ce texte fleuve plus accessible. Sa longueur, qui aurait pu faire obstacle à sa diffusion, a peut-être de fait contribué à son succès relatif, attesté par les échos qu’on en trouve chez Rabelais ou dans Alector : par chance le XVIe siècle aime les longs récits. Cependant ce qui vaut en France ne se retrouve pas en Italie, où l’édition du Parsaforesto de 1558 est un échec : Perceforest serait-il devenu français, après avoir été bourguignon ? Son succès, attesté par les échos qu’on en trouve dans les Contes amoureux attribués à Jeanne de Flore, dans Gerart d’Euphrate ou Alector, pourrait l’attester.

  • 1 Perceforest. The Prehistory of King Arthur’s Britain, translated by Bryant N., Cambridge, D. S. Br (...)
  • 2 A Perceforest Reader, translated by Bryant N., Cambridge, D. S. Brewer, 2011.

4En France, après les éditions intégrales de 1528 et 1531-1532, c’est le récit – possible à extraire de l’ensemble du roman – des amours du Chevalier Doré, plus bref, plus commercialisable et plus lisible peut-être, qui sera édité et que l’on retrouve, en 1611 et 1620, dans deux éditions troyennes, chez Nicolas Oudot. Composé dans un milieu curial, aristocratique, Perceforest s’ouvre, entre 1530 et 1620, à un lectorat plus large, entre récit d’amour et roman de chevalerie, avant de tomber dans l’oubli, malgré l’intérêt de quelques érudits des XVIIe et XVIIIe siècles. Avec l’entreprise de la Bibliothèque universelle des Romans, en 1776, c’est aussi sur le mode de l’extrait que le roman-fleuve est livré à la curiosité des lecteurs. Lisibilité, impératifs économiques, tout va dans le sens d’un démembrement de Perceforest, désormais trop long pour être lu intégralement. Jusqu’à ce que, dans les années 1980, cette fois-ci pour un public érudit, Gilles Roussineau commence à en donner l’édition savante. Mais qui lit Perceforest intégralement ? Aux États-Unis, il n’est actuellement ni édité, ni traduit dans son entier, mais deux volumes de morceaux choisis en anglais ont vu le jour récemment, l’une en un peu moins de 800 pages, qui traduit des extraits1, l’autre, opérant parmi ces traductions une sélection encore plus drastique, en un peu plus de 100 pages2. Peut-on imaginer une version, complète ou partielle, en français moderne ? Celle-ci est-elle nécessaire ou souhaitable ? Les éditeurs du XVIIe siècle n’avaient guère éprouvé le besoin de moderniser la langue, mais pour un lecteur contemporain, amateur de sagas par exemple, Perceforest serait-il lisible ? La longueur ou la langue seraient-elles des contraintes irréductibles ? Quel avenir pour Perceforest ?

Notes

1 Perceforest. The Prehistory of King Arthur’s Britain, translated by Bryant N., Cambridge, D. S. Brewer, 2011.

2 A Perceforest Reader, translated by Bryant N., Cambridge, D. S. Brewer, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540