Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

L’entrelacement : une technique narrative à l’épreuve du Perceforest

Damien de Carné

Texte intégral

1La technique de l’entrelacement consiste, comme on le sait, en un décentrement généralisé ou ponctuel du récit, qui dès lors juxtapose une ou plusieurs trajectoires à la trajectoire principale qu’il aurait pu suivre en continu, et qu’il fractionne, ou, aussi bien, démultiplie.

2Structurellement, cette technique procure à la prose narrative une faculté d’ubiquité qui tend à s’opposer à la linéarité de la lecture : on peut suivre les voies de plusieurs personnages à la fois ou successivement, même si elles se déploient dans des lieux et des temps différents et discontinus. Car l’entrelacement organise la coexistence et les interfaces entre ces espaces différents du récit, et toute une partie de l’habileté du narrateur tient à sa capacité à faire converger à nouveau les voies divergentes.

  • 1 Combes A., Les voies de l’aventure. Réécriture et composition romanesque dans le Lancelot en prose, (...)

3Formellement, le procédé fournit un efficace système de balisage et offre à la scripta continua du récit en prose une armature visuelle solide, qui en préserve la lisibilité. C’est le très évident rôle des formules de type Atant se taist li contes et Ici dist li contes au début et à la fin des chapitres, qui indexent les acteurs et les parties du récit1 et, dans le Perceforest comme ailleurs, sont les lieux entendus de tous les repères paratextuels : encre rouge, lettres ornées, rubriques et toutes formes d’illustrations.

  • 2 Les références seront faites à l’édition G. Roussineau publiée chez Droz, y compris pour la premiè (...)

4On se doute qu’il ne s’agit pas de mener ici une étude détaillée de la totalité du texte édité2. On recevra cette contribution comme des prolégomènes à une possible étude d’ensemble de l’entrelacement pratiqué par le Perceforest – destinés également à en souligner l’intérêt.

5Ce travail introductif est orienté par quelques questions principales : savoir si l’entrelacement fonctionne comme dans les premières proses arthuriennes ; si les dimensions et le personnel du Perceforest n’ont pas impliqué quelques spécificités d’application ; si un usage varié et éventuellement esthétique du procédé se décèle comme dans les prestigieux romans aînés. Les remarques que nous proposons sont regroupées en trois thèmes : ce qui concerne les seuils formulaires, puis les segmentations, puis des considérations sur l’organisation en séquences, en regroupements organisés de chapitres.

Les seuils formulaires

6On commencera cette analyse par indiquer que l’entrelacement du Perceforest respecte les normes constitutives du procédé. La succession des chapitres, ou segments, présente la double structure formulaire unissant un seuil de sortie, qui réoriente le récit en fin de chapitre, et un seuil d’entrée, qui porte la charge para-textuelle et recontextualise le nouveau chapitre.

7Leur relative fixité rhétorique est traditionnelle ainsi que structurelle : la formule de clôture doit congédier le récit en cours, annonce le contenu de la suite, sous l’égide d’une autorité narrative à laquelle il est forcément fait référence – le conte ou l’histoire, ou bien le « je » du narrateur. Autorité narrative, renvoi et convocation se retrouvent dans le seuil d’entrée sous une forme plus dispersée : à côté de la mention de l’histoire, une proposition subordonnée rappelle les derniers évènements avant que le nouveau protagoniste ne lance signalétiquement la proposition principale et le début du nouveau récit, comme dans ces deux exemples typiques :

La vraye et ancienne histoire nous racompte que, quant le jour du neufieme tournoy qui devoit estre devant le Chastel aux Pucelles fut venu, ou le plus preu chevalier devoit gaignier pour le pris l’une des pucelles, ung pou de temps devant la veille du grant tournoy quatres chevaliers, c’est asçavoir celui au Cerf d’Asur, celui aux Trois Papegais, celui au Griffon et celui au Delphin, se trouverent en la court du noble roy Percheforest. (l. III, t. 2, chap. 45, p. 314)
L’ancienne et vraye histoire racompte que quant le jeune Gadiffer d’Escoce se fut parti de Lyonnel du Glat qui de ses navrures couchoit malades en son chastel, il se mist a chemin. (l. III, t. 2, chap. 36, p. 58)

  • 3 Ce basculement vers une essence écrite était déjà perceptible dans certains aspects des premiers e (...)

8Les formules présentent quelques modifications par rapport aux seuils des romans du XIIIe siècle. La mention du conte a quasiment disparu des formules d’entrée, laissant place de façon à peu près uniforme à l’histoire, ou l’histoire ancienne, ou la cronique, ou même le gentil clerc qui Cresus estoit nommé (l. II, t. 1, chap. 69, p. 37). Par ailleurs, la mention or, qui ouvrait majoritairement les segments du Tristan, et qui avait partie liée avec le temps du récit, laisse la place à des embrayeurs spatiaux, tels icy, en ceste partie ou cy endroit. Enfin, le verbe dire de la canonique formule Or dist li contes est parfois remplacé par le syntagme faire mencion de. On peut inférer de ces trois remarques que la narration ne prétend plus mimer la parole vive du conteur, et que les bornes disposées par l’entrelacement ne sont plus des moments du récit, mais définitivement des lieux du livre ; l’histoire est de moins en moins une durée, et de plus en plus un volume3.

9Le contenu des formules de clôture est soit fort vague, désignant par exemple partie des aventures du personnage que l’on va rejoindre, ou son simple nom, soit en stricte adéquation avec le contenu du segment qui suit. Cela se traduit par la proximité redondante qu’entretiennent souvent avec elles les rubriques ; elles peuvent à la limite se dupliquer l’une l’autre :

[…] et retourne a parler des dames et des damoiselles d’honneur demourans es forestz pour compter comment elles se maintindrent ou temps d’adversité. COMMENT LES DAMES DES FORESTZ SE MAINTINDRENT EN LEURS ADVERSITEZ. (l. II, t. 1, chap. 26, p. 244)

  • 4 On trouvera une étude de l’entrelacement du Tristan en prose dans la première partie de D. de Carn (...)
  • 5 Une exception potentielle à la fin du chap. 1er de la 2e partie : « Mais l’ystoire se taira ung po (...)
  • 6 Exception faite de la fin de la 2e partie, qui semble bien annoncer tout le déroulement de la 3e : (...)

10C’est dire qu’on ne trouve plus, dans les seuils, de contenu qui dessine l’organisation séquentielle des aventures. Dans le Lancelot ou le Tristan, des formules pouvaient contenir un programme narratif qui permettait de regrouper ensemble plusieurs chapitres en séquence, parce que le programme outrepassait les limites du strict chapitre suivant4. Les cas semblent fort rares dans le Perceforest, et peu probants pour aider véritablement à la lisibilité séquentielle5. Pareillement, la fin même des livres n’est pas l’occasion de seuils plus développés, plus particuliers ou beaucoup plus englobants6. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de regroupements possibles, parfois évidents, mais cela suggère, tout comme la fixité de certains éléments formulaires mentionnés tout à l’heure, que le système des seuils s’est en quelque sorte figé par rapport à ses premiers temps.

11On notera tout de même que des variations continuent d’exister, parfois étonnantes :

12interventions du narrateur :

Pour mieulx ordonner nostre histoire et afin qu’elle soit plus plaisante aux liseurs et aux escoutans, nous parlerons du huitieme tournoy qui devoit estre devant le Chastel aux Pucelles. Et pour ce la vraye et ancienne histoire fait mencion que […] (l. III, t. 2, chap. 43, p. 268)

13ou négligences, qui prennent la forme de seuils désinvoltes (il manque dans cet exemple le renvoi du contenu en cours : « Mais ung pou vueil parler de la damoiselle du Chastel d’Estain pour compter comment il luy advint en la sieute de son amy » (l. I, t. 2, chap. 48, p. 872), de demi-seuils, présentant une seule des deux formules habituelles :

Mais cy endroit se taist l’ystoire d’eulx et retourne a parler de la gentille royne Ydorus de Bretaigne. [rubrique] Ce fu en may, que prez sont verdz et colourez de fleurz, bois revestuz de foeuilles et reparez de plusieurs manieres d’oysillons qui font retentir les bois et resonner par les doulx chants qu’il jectent par leurs gorges […] (l. II, t. 2, chap. 55, p. 225)

14ou absences pures et simples : « […] que c’est une merveilleuse chose a racompter tant seullement » [rubrique]. « Et pour ce qu’ilz soient declariez devant vous tous a l’onneur des douse chevaliers qui les veux voerent […] » (l. III, t. 1, chap. 8-9, p. 70-71)

Les segmentations

  • 7 Voir Micha A., « Les aventures d’un même héros se poursuivent sans solution de continuité par-delà (...)

15À part pour cette dernière situation, l’apparition d’une segmentation, marquée par un seuil, répondait dans les romans précédents à des configurations narratives précises. On peut en distinguer quatre grands types, hiérarchisés selon qu’ils brisent plus ou moins la linéarité du récit.7

16Les deux premières relèvent de ce qu’Alexandre Micha avait qualifié de « vrai entrelacement » : elles supposent au moment du seuil un changement d’acteur et de lieu ; en outre, elles ressortissent à une configuration très favorable aux analepses (à distinguer du récit rétrospectif), principal critère de l’entremêlement des chapitres. Les deux autres constituent un entrelacement factice, que Micha définit comme « pure apparence de décrochement » : la séparation suivie présente un changement d’acteur affecté, en général pas de changement de lieu, et une analepse réelle y est presque impossible ;a fortiori pour la dispersion.

17Or il saute aux yeux que le Perceforest se caractérise par un recours très majoritaire à la bifurcation, bien plus ample que dans les romans plus classiques. Le vrai entrelacement est représenté de façon écrasante. L’entrelacement du Perceforest brise plus profondément que dans le Lancelot ou le Tristan, semble-t-il, la linéarité du récit.

18Ce phénomène tient aux ambitions de la narration. Un nombre très élevé de voies suivies en parallèle – quatre, cinq, records atteints par certaines parties du Lancelot ou par les entrelacs virtuoses du milieu de la Queste del Saint Graal – forme dans le Perceforest la trame ordinaire du récit. Ainsi, au début de la deuxième partie sont juxtaposées les voies de Perceforest, de Gadifer, du Tor et de Lyonnel. Au début du roman, la première quête de Perceforest aligne cinq duos de quêteurs à côté de la voie sommeillante du roi d’Angleterre. En outre, chaque trajectoire peut à tout moment devenir bifide : la trajectoire de Gadifer blessé est redoublée pendant quelque temps par celle d’Anthénor et Télamon, ses quêteurs, qui eux-mêmes se séparent ; dans le début du roman, le nombre de voies en attente autour d’un chapitre peut monter à quasiment une dizaine !

  • 8 Une édition de Guiron le Courtois, celle, annoncée par N. Koble, des Prophéties de Merlin, tempére (...)
  • 9 La Queste del Saint Graal en fait usage. De même, la fin du Tristan en prose, lorsque les voies de (...)

19Il est clair que ces séparations ne façonnent pas toujours un entrelacement de la même ampleur : au siège de Falmar, Estonné et Le Tor sont séparés mais partagent un même chronotope ; l’entrelacement qui unit les chap. 17 à 21 de la deuxième partie est un entrelacement « restreint ». En revanche, les deux segments qui précèdent, dévolus à la langueur progressive de Perceforest (chap. 16) et à la réunion par Lidoire de sa famille dans la forêt autour de Gadifer (chap. 15), ne partagent ni leurs acteurs, ni leur espace, ni leur temporalité : quand l’entrelacement réunit ainsi des chronotopes si éloignés, il s’agit d’un entrelacement « général », un sur-entrelacement qui n’est pas la norme dans les romans antérieurs8 : les aventures aux chronotopes différents sont en général juxtaposées successivement et le contraire, sans être rare, est peu commun9. Dans le Perceforest, maintes parties du récit recourent systématiquement à cette immixtion formelle des voies générales du récit, à l’image du dernier exemple mentionné. Le recours à l’entrelacement général donne au récit une complexité accrue, à l’entrelacement une plus grande portée et une plus grande capacité de synthèse des différentes trajectoires éparpillées dans le temps et dans l’espace.

20Du reste, soit parce que le système a évolué ainsi, soit par une volonté expresse de lisibilité, certains traits de fonctionnement allègent considérablement la complexité apparente de ce labyrinthe.

21Tout d’abord, on constate que le marquage des segmentations s’est systématisé par rapport aux premiers romans entrelacés. À l’aide de demi-seuils, qui prennent la forme parfois d’une simple mention de l’autorité narrative, le prosateur marque scrupuleusement les lieux où la configuration du récit rend sa linéarité problématique. Ainsi, les rétrécissements sont généralement notés, surtout lorsqu’ils donnent naissance à des voies dont le parallélisme est accentué. Un cas éloquent est celui de la séparation d’Alexandre et des autres quêteurs de Perceforest au début du récit :

Lors respondy chacun que ainsi le feroient il.
Cy endroit nous fait mencion l’ystoire qu’ilz se partirent en .V. parties. Mais quant Alexandre et Floridas se furent partiz de leurs compaignons, ilz chevauchierent […]. (l. I, t. 1, chap. 13, p. 180)

  • 10 C’est ainsi par exemple que finit la première partie, qui distribue les voies de Gadifer et de Per (...)

22La segmentation suggérée ici permet de distinguer implicitement un demi-segment d’introduction à la quête, qui distribue les différentes trajectoires, du déploiement ultérieur de ces trajectoires, en premier lieu celle d’Alexandre et Floridas. La chose n’est pas neuve, mais elle est devenue, comme d’autres, à peu près automatique10. Mieux, toute forme d’écart dans le déroulement de la narration tend à bénéficier d’un marquage analogue. De façon prévisible, de courtes dispersions sont encadrées par la référence à l’autorité narrative. Ici, par exemple, l’istoire est là pour sortir du récit, puis pour y rentrer :

Et moult bien leur souffisoit, car nul delict n’avoient en mengier fors pour le corps soustenir, et pour ce vivoient ilz tant.
Or dist l’ystoire que a cellui temps tous ceuls qui estoient aournez de sens et de bonnes meurs et hardiz de cœur et fortz et personnables estoient tenus pour gentilz, dont qu’ilz venissent […]. Et pour ce ne doibt avoir nul prince fiance en planté de gens s’il n’en est amé.
Or dist l’ystoire cy endroit que quant Persidés et Lyenor furent levez la matinee, ilz prindrent congié. (l. I, t. 1, chap. 23, p. 297-298)

23C’est, on le comprend, l’écart par rapport à la ligne actuelle du récit qui est indiqué de la sorte. Le demi-seuil sert de repère, ce que l’on constate également sur des formes plus ténues de brisures : un éloignement hors du temps du récit, comme dans cet exemple :

Et sachiez que les corps n’ardoient en riens, ains demouroient entiers. Sy dist l’ystoire que le feu ardist l’espace de. XL. ans, de quoy la montaigne fut appelee des lors en avant la Montaigne Ardant. Et sachiez que quant Lisane eut ainsi les corps enchantez. (l. I, t. 1, chap. 32, p. 329),

24ou bien certaines formes d’écarts géographiques inclus dans une action un peu dense sont marquées de la même façon, comme si la formule, sous sa forme atténuée, servait à colmater une lézarde possible dans la continuité narrative – dans cet exemple, la « lézarde » mesure quelques dizaines de mètres :

Adont demoura avecques luy le Tors et Estonné tant que les damoiselles eurent prins garde a ses playes, et le roy anglois et tous les autres s’en alerent vers la bataille. Mais l’ystoire dist cy endroit que quant Bruyant veyt que le roy Percheforest luy fut eschapé par force, il fut trop courroucié. Sy prinst a escrier son enseigne. (l. I, t. 1, chap. 46, p. 492)

  • 11 « Sans faulte l’istoire ne fait point mention du Chevalier a la Fleur de Lys qui estoit en celle c (...)
  • 12 Qui peut cependant être d’une ampleur et d’une précision remarquables : lorsque s’ouvre le chap. 3 (...)

25Enfin, le Perceforest contrebalance en partie l’extrême complexité des architectures qu’il a mises en place par une gestion plus tranquille de la temporalité. L’analepse, en effet, qui contribue au premier chef à l’entremêlement des chapitres, est étonnamment peu utilisée. Il y a bien sûr des contre-exemples saillants à la mémoire du lecteur : l’étonnante révélation du narrateur sur sa manière de faire, à propos du troisième tournoi de la troisième partie11, et quelques occurrences frappantes, comme les méfaits d’Harban (racontés avant le récit de leur projet) où l’adoubement de Maronès par Alexandre (raconté après sa victoire lors du premier tournoi). Mais hors ces cas de renversement spectaculaire de l’ordre du récit, il n’est pas si fréquent que la bifurcation entre chapitres, pourtant majoritaire et propice aux analepses, en provoque une effectivement12. Elle est le plus souvent masquée par du temps rempli sans matière à récit ou bien diluée dans une mention fort imprécise :

La vraie et ancienne cronique fait mention que quant le mauvais et desleal Bruiant sans Foy fut eschappé de la bataille qu’il avoit emprinse contre Troÿlus […], il demoura tresdoulant de ce qu’il avoit esté tant vilement traitié par les deux chevaliers […]. Et quant il s’en fut longuement demené, il jura que se jamais il venoit au desseure des chevaliers du Francq Palais, qu’il ne les garderoit heure ne demye sans mort recepvoir […]. Ainsi comme il estoit au lit malade de ses navreures […] (l. IV, t. 1, p. 128)
L’ancienne histoire racompte que quant Bruiant eut avitaillié son chastel et bien garni de tous poins, il le nomma le Chastel de la Garande […]. Et aprés qu’il y eut emprisonné Carados et qu’il sceut par la responce des dieux que encores n’estoit né celui qui tuer le devoit, il dist qu’il n’avoit garde de lui tant qu’il seroit en eage d’omme […]. Sy delibera de faire aincoires pis aux chevalliers du Francq Palais qu’il n’avoit fait devant. Celle conclusion faite, il se leva un matin. (l. IV, t. 1, 10, p. 200-201)

Remarques sur l’organisation séquentielle

  • 13 Le premier, dans son Étude sur le Lancelot en prose (Paris, Champion, 1918), tout en « inventant » (...)

26En dépit de l’entrelacement, l’avancée des récits en prose, contrairement à la façon dont F. Lot ou E. Vinaver pouvaient présenter les choses13, se fait par juxtaposition successive de séquences, structures implicites qui regroupent plusieurs chapitres consacrés à un même sujet et unifiés par le personnel romanesque qu’ils mobilisent ensemble. Le Perceforest, par l’entremêlement de séquences dans lequel il s’est engagé, brouille très généralement cette lisibilité chronologique. Elle persiste néanmoins, et la balance entre éparpillement et linéarité est modulée d’un livre à l’autre. Les différents livres ont chacun leur cohérence, leur « respiration propre » (selon G. Roussineau). La troisième partie, on le sait, est scandée par les douze tournois. C’est un phénomène qui accentue l’hétérogénéité structurelle dont elle témoigne de toute façon, comme la deuxième. La première et la quatrième partie, en revanche, apparaissent plus linéaires et plus fondées sur la successivité.

27Du reste, la prose savamment orchestrée du Perceforest maintient en toutes circonstances la tension entre linéarité et éclatement de l’action. D’un côté, les parties qui étirent l’entrelacement traversent des zones où la linéarité se reconstruit : Le Tor et Estonné au siège de Falmar (l. II, t. 1, chap. 17-21), Troïlus en Chevalier aux Lettres d’Or, une partie de l’histoire Néronès et du Chevalier Doré (l. III, t. 2, chap. 39-46) ou de celle de Troïlus et Zellandine sont présentés en segments successifs. Ou bien quelques éléments mobiles louvoient d’une trajectoire à l’autre, tels Persidès et Liénor dans le début du livre II ou Remanant de Joie dans sa fin. De l’autre côté, les parties qui adoptent plus ouvertement un déroulement linéaire voient celui-ci ponctuellement contredit par des traverses que se permet le roman. Dans la fin de la première partie, par exemple, la séquence consacrée au couronnement de Gadifer se compose de trois groupes distincts et successifs de segments : la découverte des enfants de rois fêtée par le tournoi que remporte Maronès (chap. 50-52), Alexandre et Sebile (chap. 53-54), deux groupes réunis au chapitre 55 quand leurs acteurs se rejoignent, puis le tournoi du couronnement (chap. 57-60). Mais des subterfuges permettent de casser cette linéarité : l’adoubement de Maronès nous apprend que les chapitres consacrés à Alexandre sont analeptiques ; de même, la loge de feuillage où doit prendre place Pergamon est installée (l. I, t. 1, chap. 55, p. 659) avant d’être annoncée (l. I, t. 2, chap. 56, p. 692) ; le bref récit rétrospectif qui introduit Pergamon (ibid., p. 687-688) et surtout l’échappée de Péléon suivi par son amie, qui remplit l’avant-dernier chapitre de cette séquence (l. I, t. 2, chap. 59), forment des trouées dans l’univocité narrative de l’ensemble, vers le passé ou vers un avenir latéral du récit.

28Comme ses grands aînés, le Perceforest offre des éléments d’une grammaire de l’entrelacement. Certains types de segments ont une fonction syntaxique. Les segments particulièrement brefs sont souvent des structures conclusives ou introductives – mais ce caractère semble largement estompé dans le Perceforest, peut-être à cause de la multiplication des segmentations commentée plus haut. En revanche, dans la plus pure tradition arthurienne, les retours à la cour sont volontiers des rassemblements conclusifs, à partir desquels de nouvelles séquences peuvent s’élancer. Les moments de cour et les débuts de quête sont par ailleurs des moments privilégiés de distribution des acteurs : illustration majestueuse de tous ces phénomènes en même temps, l’immense chapitre de la fondation du Franc Palais (l. II, t. 2, chap. 55, long de 113 p.) rassemble tous les acteurs du livre II et donne leur élan simultanément à la série des douze tournois, à l’aventure de Gadifer à la Roide Montagne et au tournoi de Cornouailles, qui sera le ferment de la longue poursuite des Chevaliers Blanc et Doré. D’une façon tout aussi stratégique, la fête du Dieu Souverain, qui ouvre le livre IV, procède au mariage de tous les couples en gestation au cours des livres qui précédaient.

29Il aurait été étonnant que, le manipulant pendant des centaines de chapitres, le prosateur ne se soit pas montré capable d’utiliser l’entrelacement de façon à édifier des constructions originales. Le chantier sur ce point est sans aucun doute le plus vaste. On donnera à titre d’essai de détection d’une poétique de l’entrelacement l’analyse de la trajectoire suivie par Lyonnel au cours du livre II du Perceforest.

30Le livre s’ouvre, comme le seuil final du livre I l’annonçait, sur une fracture narrative : alors que Perceforest pacifie son royaume et demeure à la cour, bientôt prostré, Gadifer se fait blesser par le sanglier géant et, sous l’action de sa femme Lidoire, qui devient la Reine Fée, s’installe dans un lieu changeant et évanescent, à l’écart des hommes. La dichotomie va s’accentuant au fil des pages : plus que des trajectoires, Perceforest et Lidoire/Gadifer deviennent des pôles du récit. Un écart difficile à combler s’installe entre d’une part le pôle de la cour, espace fixe, espace de ressourcement récurrent pour les chevaliers, espace des évènements de nature politique, comme la lutte contre les débarquements, et d’autre part le pôle Lidoire/Gadifer, espace mouvant, espace indéfini qui métaphorise celui de l’aventure, où veillent des fées jalouses de leur indépendance, où la merveille règne et où les chevaliers ne font que passer.

31La voie de Lyonnel se déploie à partir de cette configuration. Son destin prend son essor lorsque Lyonnel s’affronte à la béance multiforme de l’espace de Gadifer : l’absence des enfants que Lidoire a emmenés de la cour le pousse à rechercher le roi d’Écosse disparu depuis huit ans ; le début de cette quête coïncidera avec la vision fugitive de Blanche, séparée de lui par l’eau ou par une clôture insupportablement lumineuse (l. II, t. 1, chap. 22), béance plus grave qui nécessitera une longue et pénible série d’aventures et d’exploits pour être comblée.

32De ce moment, la voie de Lyonnel prend une ampleur inattendue et devient la trajectoire majoritaire, et vorace, du récit : voie aspirante, elle s’approprie la trajectoire de Troïlus, dont les brèves aventures comme Chevalier aux Lettres d’Or (l. II, t. 1, chap. 51-53) sont intégrées à sa propre voie ; elle englobe progressivement la voie lointaine des douze chevaliers aux vœux, qui échouent juste avant lui à la Franche Garde, qui perdent les joutes qui les opposent à Troïlus et lui-même avant le retour à la cour. On sait que Lyonnel, dont descendra Tristan, est un des plus grands chevaliers du royaume, peut-être le plus grand : encore au début du livre IV, il peut remporter le tournoi où la fleur des générations chevaleresques est réunie. La façon dont l’entrelacement dessine sa trajectoire dit très exactement cela : que la grandeur que conquiert Lyonnel surclasse les autres, se traduit par l’englobement auquel sont soumis ses confrères chevaliers, tout prestigieux qu’ils soient, tous condamnés à évoluer à l’ombre de lui ; et, née de vide et d’absence, c’est pleine, gonflée et chargée des multiples trajectoires qui ont afflué dans la sienne que la voie de Lyonnel revient se jeter dans le tournoi du Franc Palais, parce que désormais Lyonnel a pris le pas sur tous les autres.

33Plus encore : tout au long de ses aventures, rayonne la tension, faite d’attractions et de répulsions concurrentes, entre sa propre voie et l’espace désiré de Blanche, Gadifer et Lidoire. Cette conjonction inéluctable attire, comme deux étoiles qui se rapprochent, tout ce qui passe à sa portée dans cette partie du roman : le rôle d’Harban, qui fluidifie et prépare la réunion, le rôle du ménestrel, qui verbalise l’union de Blanche et Lyonnel et les relie symboliquement jusqu’à la cour de Perceforest, le solitaire segment dévolu à Troïlus (l. II, t. 1, chap. 38), qui commence par la brève rencontre d’une envoyée de Blanche et qui s’achève par ses retrouvailles avec Lyonnel et réunit ainsi dans l’espace matériel d’un chapitre les deux personnages ; tout, dans cette diversité d’acteurs et de péripéties mise en scène par l’entrelacement, concourt à montrer et maintenir l’interaction entre la voie de Lyonnel et l’espace de Gadifer. C’est finalement tout le cœur de ce deuxième livre qui subit cette gravité irrésistible, qui en explique la texture narrative et les enchevêtrements.

34Si la voie de Lyonnel, qui ne reviendra auprès de Perceforest qu’avec des talismans offerts par Blanche, Lidoire et Gadifer, ne rend pourtant pas Gadifer au monde des hommes, si elle ne comble pas pour de bon la béance entre l’espace des deux rois, du moins est-elle l’évidente cicatrisation de la profonde fracture narrative qui ouvrait le livre II. Le découpage et l’organisation des chapitres lui ont conféré, tout poétiquement et avec une grande réussite, cette vertu de consolation.

Conclusion

35Voici, en conclusion, sur quelles pistes de description nous pouvons nous appuyer fermement dans l’éventualité de travaux futurs sur l’entrelacement dans le Perceforest. Le texte respecte globalement les caractéristiques formelles du procédé ; celui-ci est même appliqué avec un formalisme accru par rapport aux romans précédents. Il est manié avec expérience, ce que traduisent à la fois la fixité quelque peu routinière de sa rhétorique mais aussi, à l’inverse, la conscience à mon avis très nette des possibilités narratives qu’il offre, et qu’au besoin le prosateur a très largement extrapolées par rapport à ses devanciers. Il sait prendre ses aises parfois. Mieux, il sait construire et individualiser des ensembles. Surtout, derrière l’immuabilité apparente de ce sempiternel ballet de formules et de ces bifurcations qui pourraient passer pour gratuites, se lit bien autre chose que le respect extérieur d’une technique formelle : quelques exemples trop brièvement et ponctuellement convoqués montrent que l’auteur de la version du Perceforest dont nous disposons sait tirer de ce procédé apparemment étroit, apparemment mécanique, de quoi élargir son texte à la mesure de son ambition et de quoi lui donner le mouvement émouvant et varié du vivant.

Notes

1 Combes A., Les voies de l’aventure. Réécriture et composition romanesque dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1997 : « Le nom [qui apparaît dans la clôture d’un chapitre] indexe le segment qui s’achève », p. 417. La formule d’ouverture, elle aussi, « indexe » le chapitre de la même trame et le chapitre qui commence : Or dist li contes que, quant X… (chapitre antérieur), X ou Y… (chapitre actuel), voir ci-après.

2 Les références seront faites à l’édition G. Roussineau publiée chez Droz, y compris pour la première partie.

3 Ce basculement vers une essence écrite était déjà perceptible dans certains aspects des premiers entrelacements pratiqués. À propos de l’emploi du verbe « retorner » dans les seuils formulaires, Annie Combes (Les Voies de l’aventure…, op. cit., p. 466) estime que « le verbe semble renvoyer à un support matériel, au folio d’un manuscrit : contrairement aux verbes « se taire » et « parler », « retorner » ouvre l’espace imaginaire du texte écrit, mis à plat et non oral ».

4 On trouvera une étude de l’entrelacement du Tristan en prose dans la première partie de D. de Carné, Sur l’organisation du Tristan en prose, Paris, Champion, 2010, et une bibliographie exhaustive sur la description critique de l’entrelacement. L’observation du Lancelot, quant à elle, est fondée sur la partie « Galehaut » ; ce sont des notes personnelles, non publiées.

5 Une exception potentielle à la fin du chap. 1er de la 2e partie : « Mais l’ystoire se taira ung pou du roy d’Escoce et de sa chevalerie et parlera du roy d’Angleterre pour compter comment il luy advint depuis, ainçois qu’il oÿst nouvelles de la mort du fort roy Alexandre. » (l. II, t. 1, p. 23) Voir également l. IV, t. 2, p. 855, chap. 38-39 : « […] et parlera d’Ourseau pour racompter partie de ses aventures » semble a posteriori annoncer plusieurs chapitres consacrés au même protagoniste.

6 Exception faite de la fin de la 2e partie, qui semble bien annoncer tout le déroulement de la 3e : « Mais atant se taist l’ystoire d’euls et retorne a parler des. XII. chevaliers qui les veux de l’ermite mirent fin a leur honneur. » (l. II, t. 2, p. 418)

7 Voir Micha A., « Les aventures d’un même héros se poursuivent sans solution de continuité par-delà la limitation du chapitre-frontière [...]. Ces menues interruptions, qui vont de quelques lignes à une page ou deux, ne brisent pas vraiment la suite linéaire et créent des simultanéités de courte durée. » (Essais sur le cycle du Lancelot-Graal, Genève, Droz, 1987, p. 96). La typologie présentée ici est une synthèse du premier chap. de D. De Carné, Sur l’organisation..., op. cit., mais la séparation suivie inverse y avait été omise, alors qu’elle avait été décrite par Micha (« Inversement, mais plus rarement, le stéréotype annonce l’entrée en scène d’un nouveau personnage, alors que celui ci ne jouera qu’un rôle d’utilité », loc. cit.).

8 Une édition de Guiron le Courtois, celle, annoncée par N. Koble, des Prophéties de Merlin, tempéreraient peut-être cette affirmation.

9 La Queste del Saint Graal en fait usage. De même, la fin du Tristan en prose, lorsque les voies des quêteurs du Graal ont acquis une indépendance maximale.

10 C’est ainsi par exemple que finit la première partie, qui distribue les voies de Gadifer et de Perceforest ; mais il n’y a pas à proprement parler de changement d’acteur entre la fin de la première partie et le début de la seconde.

11 « Sans faulte l’istoire ne fait point mention du Chevalier a la Fleur de Lys qui estoit en celle compaignie, car combien que il soit declairié en l’istoire precedente qu’il eut le pris du troisieme tournoy, toutesvoies n’estoit point encores advenu. » (l. III, t. 1, chap. 22, p. 262)

12 Qui peut cependant être d’une ampleur et d’une précision remarquables : lorsque s’ouvre le chap. 32 de la première partie, Perceforest se lève à peine de table ; il y est assis depuis la fin du chap. 10, soit 22 chapitres et 167 pages en arrière…

13 Le premier, dans son Étude sur le Lancelot en prose (Paris, Champion, 1918), tout en « inventant » le concept critique d’entrelacement, insiste peut-être un peu trop sur l’unité du tissage qu’il constitue. Le second, dans les pages d’À la recherche d’une poétique médiévale (Paris, Nizet, 1970), qu’il consacre à l’entrelacement, évacue un peu systématiquement la possibilité de « débuts », « milieux » et « fins » des récits entrelacés. Leur réflexion sur le procédé était centrée sur le seul Lancelot, dont par ailleurs les éventuelles imperfections étaient escamotées – A. Micha, peu suspect de ne pas estimer le Lancelot, laisse une place à la gratuité de certains épisodes (Essais…, op. cit., p. 99 et 104).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Maître de conférences à l’université de Nancy

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540