Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

La vérité des lettres : inscriptions labiles et chiffrement dans le Perceforest

Sandrine Hériché

Texte intégral

  • 1 Perceforest, Roussineau G. (éd.), Genève, Droz, 1re partie, 2 vol. , 2007 (TLF, 592) ; 2e partie, (...)
  • 2 Jolles A., Formes simples, Paris, Seuil, 1972 : « Dans la Devinette, on pose […] une question afin (...)
  • 3 Ferlampin-Acher C., « Perceforest et ses miroirs aux alouettes », Pomel F. (dir.), Miroirs et jeux (...)

1Parmi les nombreux lais versifiés qui assurent des intermèdes lyriques dans le Perceforest, il en est un, le Lai Secret, que composent trois jeunes femmes en l’honneur de la libération de leurs amis respectifs, Lyonnel, Estonné et le Tor. Ce Lai Secret, qu’une messagère chante à la harpe lors d’une fête célébrée au Chastel Desvoyé en présence des trois chevaliers, est destiné à rester énigmatique pour les auditeurs, car, explique la jeune femme, il « est fait tant celeement que personne n’en puet sçavoir le secret s’il n’en est digne1 » (l. III, t. 1, 22, p. 275). Et, en effet, après son écoute, « il n’y avoit nul qui sceut que la substance seigniffioit, tant estoit la narration obscure » (l. III, t. 1, 22, p. 278). Afin d’être élucidé, le lai donne lieu ensuite à une activité d’exégète, avec reprise commentée des vers, de la part de Lyonnel, puis d’Estonné et du Tor ; ce qu’ils parviennent à y lire a posteriori les renvoient à l’expérience amoureuse que chacun a faite avec sa chacune. Le Lai Secret tient donc de la forme de la devinette, car son écoute suscite des questions dont la résolution est la preuve d’une certaine dignité, selon la définition qu’André Jolles en donne dans Formes Simples2. Or la mise à l’épreuve de la perspicacité d’un personnage peut passer non plus par l’ouïe, mais par la vue lorsque ce dernier est confronté à la forme textuelle extradiégétique qu’est une inscription. En quoi cette sorte de mise à l’épreuve, motif récurrent du Perceforest, s’intègre-telle à l’œuvre ? N’éclaircit-elle pas, comme a contrario, sa senefiance en plaçant au cœur de sa structure d’ensemble la thématique obsessionnelle d’un déchiffrement et donc d’un dévoilement par les signes, voire d’une révélation au sens chrétien du terme, sur une plus ou moins longue échéance ? Ne participe-t-elle pas d’un large mouvement herméneutique en relation avec le passage progressif des ténèbres à la clarté que l’ensemble du Perceforest met en scène3 ?

  • 4 Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel. Prose historique et discours versifié dans le Perceforest  (...)
  • 5 Favreau R., « Fonctions des inscriptions au Moyen Âge », Cahiers de civilisation médiévale, t. 32, (...)

2Ecrites en prose ou en vers4, les inscriptions forment donc un corpus étendu. On en compte cinquante-neuf dans les cinq premiers livres. Elles peuvent aussi bien être le fait d’un auteur manifeste qu’apparaître de façon mystérieuse sur différents supports, pierre, bois, métal. Mais si l’on a coutume d’attribuer comme traits caractéristiques à l’inscription réelle la durée et la publicité5, qui supposent un souci de clarté de la part de l’épigraphe, force est de constater que les inscriptions du Perceforest n’obéissent pas toujours à ces deux critères. Ainsi, nous avons considéré certaines d’entre elles, en prose comme en vers, dont le point commun est d’offrir une substance qui résiste à l’interprétation immédiate du passant et l’oblige parfois à réfléchir, sachant que le fruit de sa réflexion peut être stérile ou aboutir, au contraire, à une connaissance nouvelle. Ce type d’inscriptions, on le verra, possède le plus souvent un caractère ou bien éphémère ou bien labile, comme si l’indétermination du sens rencontrait la fragilité de signes instables.

  • 6 Ferlampin-Acher C., « Sibille et la maternité : du monde antique au monde arthurien dans Percefores (...)
  • 7 Sur la fortune de ce motif voir Mathieu J.-C., Écrire, inscrire. Images d’inscriptions, mirages d’ (...)

3La première inscription qui a retenu notre attention est celle qu’Alexandre grave sur un tilleul pour faire connaître son nom à la Dame du Lac, Sebille6. Alexandre, enchanté par Sebille, vient de passer avec la jeune femme deux semaines, au cours desquelles ils ont conçu un fils, Remanant de Joie, qui sera l’ancêtre du roi Arthur. C’est parce qu’elle veut connaître l’identité du père de son enfant à naître que Sebille envoie un message à sa cousine, Gloriande, chez qui elle sait que son ami se trouve à présent, pour apprendre le nom du Macédonien. Le message adressé à la cousine est doublé d’un message à l’amant où elle le supplie de révéler son nom. Dans la lettre qu’il lui adresse en réponse, Alexandre ne révèle pas son nom, mais préfère écrire à la jeune femme que « se je puis trouver voie que vous le sachiez, […] vous le sçarez dedens. III. jours » (l. I, t. 1, 252, p. 210). C’est ainsi qu’il grave peu après sur l’écorce du tilleul l’inscription destinée à Sebille : « Celui qui couronna le roy Percheforest vous envoye son nom » avant de disparaître de nouveau dans la forêt Darnant à la recherche de Perceforest. On aura reconnu, bien que détourné, le motif ancien qu’est l’inscription sentimentale sur une écorce de noms que la croissance de l’arbre hisse peu à peu jusqu’au ciel7. La découverte de l’inscription engendre chez Sebille une profonde réflexion :

« Dieux, dit Sebille, quelle chose est ce a dire ? » Quant elle eut une grant piece pensé, elle escript les parolles en ses tables et dont prinst son coutel et plana la lectre du tilloeul et retourna en son chastel. Lors entra en sa chambre et commença a estudier sur ces parolles. Et en la fin, elle pensa qu’il convenoit qu’elle sceust qui couronna Percheforest. (l. I, t. 1, 258, p. 216)

  • 8 La prévoyance du Macédonien contraste d’ailleurs avec l’imprudence de deux de ses compagnons de qu (...)
  • 9 Sur les différentes focalisations, voir Genette G., Figures III, Paris, Le Seuil, 1972, p. 206-211

4Dans l’inscription, en effet, le nom d’Alexandre est dissimulé par la tournure périphrastique, car la quête entreprise par le héros suppose l’incognito pour qu’il combatte efficacement les chevaliers du lignage de Darnant. Symbolisant la clandestinité, au sein de la forêt, du groupe des dix chevaliers partis à la recherche de Perceforest, le chiffrement est, à ce stade de l’histoire, un moyen de protection de la part d’Alexandre. La dame le sait, qui fait disparaître l’inscription aussitôt qu’elle l’a lue. Il faudra qu’elle entreprenne des recherches par l’intermédiaire d’une servante pour découvrir enfin ce qu’elle brûle d’apprendre, le nom de l’aimé8. Sebille bénéficie alors d’un dévoilement rétrospectif du contenu de l’inscription tandis que le lecteur, placé en position de supériorité sur le personnage, l’a saisi à la première lecture. Or, l’auteur aime à jouer, en recourant à l’inscription, sur des effets de décalage entre la connaissance limitée, sinon bornée, d’un protagoniste par rapport à un autre ou par rapport à celle du lecteur. Il privilégie ainsi des effets de focalisation interne9, qu’il met au service du mouvement, volontaire ou non, d’un déchiffement progressif de la lettre. Le personnage récurrent qui accomplit l’acte spécifique de compréhension de la substance d’un texte n’est-il pas d’ailleurs paradigmatique d’un miroir tendu au lecteur confronté à une œuvre dont le sens, eu égard à son ampleur, tarde à se livrer ? Si dans ce premier exemple, en effet, l’inscription procède d’un chiffrement rationnel, justifié par les circonstances extérieures, la majorité de celles qui jalonnent le roman et qui sont anonymes semble avoir pour fonction principale de troubler le passant en le faisant douter de ce qu’il croyait être la réalité.

  • 10 L’épisode du meurtre est raconté dans le roman (l. II, t. 1, 582-586, p. 326-328) au sein du grand (...)

5Il en va ainsi, de celle, récurrente, qui figure sur la tombe des deux chevaliers du lignage Darnant, tués par Estonné alors qu’il avait été métamorphosé en ours par la reine Lidoire10. L’épitaphe est mentionnée pour la première fois dans la deuxième partie de l’œuvre, alors qu’Estonné, accompagné du Tor, chemine dans la Forêt aux Merveilles et qu’il y découvre un pilier, où sont figurés ses exploits, ainsi qu’une dalle mortuaire :

[…] passa avant le Tors et troeuve une lame qui estoit assise .II. piez par-dessus terre […], et avoit par-dessus .II. ymaiges plates graveees au chisel. Sy estoient figurees en la semblance de. II. chevaliers armez et sy avoit autour lectres escriptes qui disoient : « Cy gisent deux chevaliers du lignaige Darnant que Estonné, le conte des Desers, mist a mort en figure d’ours pour .II. pucelles qu’ilz vouloient ravir par leur oultraige. » Quant le Tors eut leues les lectres, il ala appeler Estonné et dist : « Sire, venez avant, si verrez plus grant merveilles. » Adont passa avant Estonné, si regarda la lectre, dont il fut tout esbahy et dist : « Par ma foy, sire, je croy que nous sommes enchantez, car je ne descouvry oncques mon songe a personne que a vous. » (l. II, t. 2, 23-24, p. 12)

  • 11 Béguin A., L’âme romantique et le rêve. Essai sur le romantisme allemand et la poésie française, Pa (...)
  • 12 Les premiers mots d’Estonné se réveillant de sa métamorphose sont en effet : « Qui es tu ? N’es tu (...)
  • 13 Estonné continue à nier par la suite qu’il a été transformé en ours. Ainsi, il déclare à la reine (...)
  • 14 Mathieu J.-C., op. cit., p. 337.

6Estonné avait interprété, en effet, jusque-là l’expérience de sa métamorphose en ours comme une « vision merveilleusement dure » (l. II, t. 2, 2, p. 2), qu’il venait d’ailleurs de raconter comme telle à ses compagnons. L’épitaphe vient donc remettre en question sa propre perception du réel. Quand c’est le rêve qui est généralement pris pour la réalité, c’est ici au contraire la réalité qui a été prise pour un rêve par le personnage ; telle plus tard la Penthésilée de Kleist, qui raconte à sa confidente sa défaite contre Achille comme un rêve affreux11, Estonné évoque la scène de métamorphose comme une scène onirique. Or pourquoi l’auteur anonyme éprouve-t-il le besoin de confronter Estonné à l’inscription, c’est-à-dire à sa propre histoire, et de souligner encore l’effet d’illusion dont le chevalier a été victime ? Les pensées qui l’avaient agité au réveil, une fois la métamorphose achevée, trahissaient déjà explicitement l’état de somnambulisme qui l’avait fait vivre pendant longtemps sur un double plan de conscience12. L’intérêt immédiat de l’inscription serait donc de provoquer chez Estonné une sorte de déni de son expérience, lui qui dit croire que « se autres chevaliers passoient par cy, ilz ne trouveroient ne pilier ne lame » (l. II, t. 2, 24, p. 12-13)13. Epinglant son absence de clairvoyance, elle le montre victime d’un enchantement qu’il s’obstine à nier lorsqu’on lui en offre la clef, par peur de cet autre qui était soi et par rejet des sauvages instincts, peut-être aussi parce que « situer [l]es pierres [porteuses d’inscriptions] dans l’espace des rêves, c’est tâter le bloc de pierre que l’on porte en soi14 ». L’égarement d’Estonné est rendu d’autant plus patent que sa dénégation est démentie par une série d’épisodes que l’on peut lire comme autant de clins d’œil ironiques à cette première scène, depuis le moment où douze chevaliers s’interrogeront sur la même épitaphe près du Pilier et seront alors renseignés par un preudome (l. II, t. 2, 124-125, p. 70-71) jusqu’à celui où, en présence d’Estonné, un ménestrel interprète lors d’une fête donnée à la cour du roi Perceforest le « Lai de l’Ours » en expliquant que c’est la vision du Pilier Estonné qui est la source de son inspiration (l. II, t. 2, 300, p. 157-163). Mais, plus tard, lorsque l’épitaphe sera lue par le petit-fils de la Reine Fée, Ourseau, parti sur la trace de ses origines, elle lui demeurera incompréhensible, car aucun homme sage, qui serait comme la mémoire de la forêt aux Merveilles, ne surgit pour la lui expliquer. Ourseau alors

ne sceut que c’estoit a dire […] et moult voulentiers l’eust demandé, s’il sceust trouver a qui. Toutesvoies se pensa il qu’il le metteroit en mémoire pour le demander, s’il venoit a point. (l. IV, t. 1, 30, p. 661-662)

7Devenue alors complètement énigmatique, l’inscription qui ressurgit dans la quatrième partie fait mesurer l’épaisseur du temps depuis la scène de métamorphose d’Estonné, dont elle échoue à transmettre le souvenir, tandis que la volonté d’Ourseau de la garder en mémoire convoque la thématique du dévoilement progressif d’un sens perdu qui est susceptible de renaître à un moment opportun. Cependant, le fait qu’Ourseau ne rencontre jamais personne pour l’éclairer sur l’épitaphe peut être le signe que la métamorphose d’Estonné appartient à un passé définitivement révolu et que l’étrangeté de la Forêt aux Merveilles a cédé le pas à la civilisation et à la rationalité. La récurrence de l’inscription permettrait alors tout autant d’interroger le degré de réalité de la métamorphose que de donner à ressentir la perte de mémoire que tout événement est susceptible de connaître. Or si la perdurabilité des lettres gravées met en relief cette perte, leur labilité peut aussi bien jouer le même rôle.

  • 15 À la différence de Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel », art. cit., qui voit quatre inscripti (...)

8C’est elle que nous voudrions interroger maintenant en considérant les trois inscriptions versifiées successives15 qui figurent sur le Perron Merveilleux. On entre avec elles dans un réseau de significations qui devraient résister, elles aussi, de par leur nature prophétique, à l’interprétation immédiate des passants. Cependant, lorsque la Reine Fée, alarmée par tous les signes funestes qui annoncent la fin du royaume de Perceforest, décide de déplacer le Perron que la Reine Flora avait envoyé jadis pour son couronnement, elle prend soin d’y inscrire un premier message exempt de trop d’obscurités : « Elle escripvy par vers nompas trop couvertement la pestillence et mesaventure qui devoit advenir ou païs. » (l. IV, t. 1, 23, p. 521-522). Et de fait, lorsque Perceforest découvre en compagnie de ses hommes l’inscription sur le Perron nouvellement installé près du Franc Palais, il comprend aussitôt la teneur principale des alexandrins, leur substance, sans en saisir néanmoins le détail :

Ainsy qu’ilz regardoient a l’entour du perron, il perçut que au deussus avoit lettres qui disoient en telle maniere : « Ha ! terre tres noble, comme il t’iert ore avers !/Saches li aigle noire l’espee au travers/Prendra icy repoz après ton rasement./Se le grant sens la dame qui c’a enquis ne ment,/N’iert mais de tel renom, si ert l’espee sacie/Qui dedens ce perron n’est aincoires glacie. » Quant le roy eut ces vers leus si hault que les chevaliers qui la estoient les eurent plainement entendus, moult en furent esbahis, car tout appertement signiffioient la destruction du royaume. (l. IV, t. 1, 18, p. 398-399)

  • 16 La clef de l’énigme n’est donnée qu’après la bataille du Franc Palais lorsque Jules César lui-même (...)

9L’adverbe « appertement » souligne la clarté d’une inscription dont la principale obscurité réside dans la métaphore, « li aigle noire », pour désigner Jules César16.

  • 17 Caillois P., Pierres, p. 1043, dans Œuvres, Paris, Quarto Gallimard, 2008.

10En écrivant, la Reine émettait en effet le souhait que « les manans, tant nobles comme non nobles, aucunement se pourveissent pour le tamps advenir » (l. IV, t. 1, 23, p. 521-522), si bien que la lecture de cette inscription sur le Perron Merveilleux ne suscite pas d’interrogation chez Perceforest, qui est conforté au contraire dans ses sombres pressentiments. Sa seule réaction est le regret de ses péchés dans lesquels il voit la cause de la destruction à venir et la volonté de s’en remettre à Dieu. À cette première inscription sur le Perron Merveilleux succèdent, tout en s’en démarquant, deux inscriptions plus longues qui prophétisent de même le destin de la Grande-Bretagne. Les alexandrins laissent alors place à des octosyllabes puis à des décasyllabes. L’identité du scripteur n’est pas précisée cette fois et l’on peut hésiter entre la Reine Fée, qui a abjuré entre-temps ses croyances païennes, ou Dieu, à moins que cela ne soit la pierre elle-même l’instigatrice des vers – une sorte de pierre autoglyphe17 – puisque le deuxième message est écrit en son nom, ce qui n’est pas sans augmenter le mystère de la lettre :

Moult fus ja pierre esmerveillable/Mais aincoir suis sus ce vaillable,/Car j’actens a faire merveilles/Dont ne sont venues pareilles./Ours sus moy fera chevalliers./Dedens moy ert mis ly achiers/Qu’homs vivant ne pourra sachier./Jusques cy s’y vendra lachier/Qui ert chief du lignaige au Roy/Mehaignié. Cil par son arroy/Me sachera hors des entrailles,/Ja soient fors des repustailles./Le fort royaume de Bretaigne,/Qu’orendroit nul vivant ne daigne,/Dont montera en tel honneur/Que autre a lui n’avra couleur. (l. IV, t. 2, 42, p. 924-925)

  • 18 Jolles A., op. cit., p. 110.
  • 19 Szkilnik M., « Le clerc… », art. cit., p. 11. La critique suggère que les inscriptions versifiées « (...)

11Découvrant ces vers, Ourseau, Benuic et Pallidés « moult s’en esmervillerent, car ilz ne pouoient aucunement entendre a quoy ce pouoit venir » (l. IV, t. 2, 42, p. 925). Et le message est en effet chiffré à plaisir : obscurité et ambiguïté s’y mêlent pour viser au maximum de réticence informationnelle, qu’il s’agisse de la locution verbale généralisante « faire merveilles », du jeu référentiel du sème « ours » qui renvoie non à l’animal, mais au chevalier Ourseau, de la périphrase « qui ert chief du lignaige au Roy Mehaignié » qui dissimule l’identité de celui qui pourra tirer l’épée du perron, le roi Arthur, du glissement du sujet de la pierre à l’épée, avec le pronom personnel « me » qui accompagne le futur « sachera » ou de la non-expression du sujet du verbe « soient ». Mais les trois chevaliers se résignent facilement à l’opacité d’un message où le mystère l’emporte sur l’énigme ; ce n’est que lorsqu’il se sera montré l’élu digne d’adouber le Damoisel Merveilleux, Galaffur, qu’Ourseau comprendra qu’il était directement concerné par la première partie de la prophétie. À la différence d’une devinette dont la résolution permet l’admission dans un groupe d’initiés, liés par une sagesse18, l’inscription sur le Perron est destinée à être déchiffrée plus tard. Elle est donc une pierre d’attente à visée pragmatique, une promesse solennelle d’avenir. Preuve matérielle que l’histoire de la Grande-Bretagne continue et, avec elle, le texte qui la décrit de génération en génération, elle n’est lisible, à la différence d’une inscription qui requiert une compréhension immédiate, que dans un futur plus ou moins proche. Son éclaircissement, qui est inséparable de la dignité de l’acte accompli par les différents acteurs qu’elle mentionne en termes voilés, ne peut se faire qu’a posteriori, ce qui va dans le sens de la perspective inlassablement proleptique du Perceforest19.

12C’est à Gallafur qu’il est donné de lire la dernière inscription sur le Perron Merveilleux. Comme la précédente, elle ouvre sur un avenir radieux pour la Grande-Bretagne :

Le jour de may iert l’espee enfergie/En ce perron qui n’iert mes deffergie/Devant le tamps que le chief du lignaige/Perceforest par son fier vasselaige/L’en tirera. Lors iert roy couronné./Devant ne puis ne fut ne iert homs né/Roy en Bretaigne de sy haulte poissance./Cil prendera des Rommains la vengance/Pour son lignaige es ungs de Rommenie./ O lui iert Gaule et toute Germanie. (l. IV, t. 2, 50, p. 1019-1020)

  • 20 On reprend la distinction établie dans Écrire l’énigme, Reggiani C. et Magné B. (dir.), Paris, PUP (...)

13En lisant les décasyllabes, Gallaffur « fut mout esbahi et pensa moult qui cellui seroit qui seroit de tant haulte puissance » (l. IV, t. 2, 50, p. 1020). Sa brève interrogation porte donc sur l’identité de qui restaurera la puissance de la Grande-Bretagne, soit sur l’élément du texte crypté par la tournure périphrastique « le chief du lignaige Perceforest ». Pourtant, seule la première partie du texte le concerne directement et fera pour lui l’objet d’un éclaircissement : à la fin de la quatrième partie, en effet, alors qu’il coupe avec l’épée de Perceforest les chaînes liant deux dragons ailés au perron, cette dernière viendra se ficher dans le perron. Il ne semble pas qu’il y ait énigme, au sens où l’inscription ne génère pas d’activité herméneutique de la part du passant, mais que prime là encore le mystère qui dénote un certain type de réception, caractérisée par l’obscurité, voire l’opacité, qu’elle soit provisoire ou non20.

  • 21 Il est dit explicitement que les vers « estoient escripts au dessus [du Perron Merveilleux] de bla (...)
  • 22 Le Perron Merveilleux apparaît la première fois mystérieusement, comme s’il était tombé du ciel, e (...)

14La mouvance des inscriptions sur le Perron Merveilleux, que les variations métriques soulignent encore, fait de ce dernier le dépositaire d’une parole oraculaire, un bétyle de couleur noire21, venu du ciel22 vers lequel il se dresse et qui manifeste la divinité. Or l’on compte parmi ces pierres sacrées, que de nombreux peuples anciens connaissaient sous le nom de « pierre noire », l’Omphalos delphique, ce qui donne peut-être une clef d’interprétation à l’épreuve des deux dragons ailés attachés au Perron, en qui il est tentant de voir comme un avatar des deux aigles lâchés par Zeus des points extrêmes de l’orient et de l’occident et se rencontrant à l’endroit précis où l’Omphalos fut placé par le dieu. Et le Perron Merveilleux est en effet un centre de gravité géographique et spirituel du roman, un point névralgique où se disent sans se dire les voies d’un avenir qui ne se découvrira qu’à son heure. Ses mystérieuses inscriptions cristallisent, dans leur changement même, la mémoire de la totalité de l’histoire politique du royaume de Grande-Bretagne, avec ses périodes de prospérité et de déclin inévitable. Une mémoire qui dépasse le commun des mortels et que seul peut avoir le démiurge, qu’il soit une divinité ou un auteur, depuis le couronnement de Perceforest par Alexandre en passant par la destruction du royaume par Jules César jusqu’à son rétablissement ultime par le roi Arthur.

15Que le motif de la labilité de l’inscription apparaisse de façon insistante dans ce quatrième livre où sont multipliés les signes annonciateurs de la destruction du royaume n’est pas un hasard. Décliné sur un mode grave, il est destiné à rendre compte tout autant de la mémoire du texte que de l’instabilité inévitable de la fortune. Il semble cependant que ce motif avait déjà été exploité auparavant dans un contexte qui permet de l’interpréter différemment. Dans le deuxième livre, en effet, qui est marqué par l’euphorie née du retour au pouvoir de Perceforest et par une série d’adoubements, l’épisode du Chevalier aux Lettres d’Or met aussi au premier plan le thème de l’inscription labile, qui se dérobe à l’entendement immédiat. Le chevalier Troÿlus reçoit un soir, de la part de son amie Zellande dont il vient de s’éprendre, un bouclier. Lorsque le lendemain, il ôte la housse du bouclier, il découvre qu’il est peint en bleu et qu’il est semé de neuf lettres d’or.

Quant Troÿlus veyt ces lectres, il eut grant merveille qu’elles vouloient dire. Sy regarda et veyt que la premiere estoit une s, la seconde ung c, la tierce ung m, la quarte ung a, la quinte une s, la sixiesme ung b, la septiesme une l, la VIIIe. ung t, la IXe une f. Quant Troylus les eut assez regardees, il ne peult sçavoir que c’estoit a dire, sy prist une forte merancolie a sçavoir mon qu’elles vouloient dire et sur ce musa jusques a nonne. (l. II, t. 2, 381, p. 203)

16Un ermite survient alors, qui prétend résoudre l’énigme tourmentant Troÿlus mais il développe chaque lettre selon une interprétation qui plonge Troÿlus dans des tourments sans nom, puisqu’il propose, avant de disparaître soudain, l’« exposition » suivante, peu flatteuse pour le chevalier : « Sot, chetif, meschant, a sotie bees, laisse ta folie. » Troÿlus prenant le bouclier décide alors de ne plus s’arrêter « tant qu’il avroit trouvé autre exposicion » (l. II, t. 2, p. 204). On aura reconnu le motif de la quête chevaleresque, tendue non vers la confrontation avec une aventure mais vers la recherche d’une signification satisfaisante à apporter à l’inscription mystérieuse. Troÿlus se met donc en route et, grâce à la force du nouvel amour qu’il ressent pour Zellandine, abat successivement le frère de celle-ci Zellandin, ainsi que le chevalier émérite qu’est Lyonnel. Un jeune homme propose alors, en échange d’un don contraignant, à celui qui est désormais appelé le Chevalier aux Lettres d’Or une autre interprétation qui le remplit de joie :

Sans faulte, vray vous dist le viellart que chacune lectre signifioit ung mot, mais non pas tel qu’il dist. Sy pense aux lectres, car je croy que la pucelle vous pria que vous voulsissiez porter l’escu ou tournoy, selon la signifiance des lectres, car elles dient : « Sire chevalier, m’amour avrez se bien l’escu tournoier faictes », c’est a dire : « Se bien vous maintenez et chevalereusement en cest tournoy prochain legierement porrez venir a son amour. » (l. II, t. 2, 400, p. 213)

  • 23 Mathieu J.-C., op. cit., le chap. intitulé « Alphabets et lettres vives », p. 155-191.

17Précédant de peu la fête spectaculaire du Neuf Chastel qui marque la fondation de l’ordre du Franc Palais et le retour de Perceforest, l’inscription affirmerait donc le triomphe des valeurs courtoises. L’interprétation positive que le chevalier donne à Troÿlus ne peut lui être délivrée qu’après ses victoires à la lance sur Zellandin et sur Lyonnel, éclairées de la certitude que ces exploits chevaleresques sont dus à la force de l’amour qu’il porte à Zellandine. Alors qu’il a répondu précisément au désir de son amie de le voir « esprouver sa proesse » (l. II, t. 2, 390, p. 207), Troylus s’exclame en effet : « Dieu gart Amours ou demeure toute proesse ! » (l. II, t. 2, 392, p. 209). La leçon, qui affirme le lien unissant l’amour et la prouesse chevaleresque, n’est pas très originale, mais la modalité qu’elle emprunte l’est davantage. Le caractère elliptique, et non plus instable, de l’inscription sur le bouclier lui confère de nouveau une nature labile. La transcription de l’initiale des neuf mots sert ainsi la facétie d’un auteur qui s’amuse à jouer avec les codes narratifs tout en mettant en scène une sorte de quintessence de la liberté interprétative. Les lettres sont jetées comme des dés sur le bouclier23. Le choix de transcrire la seule initiale ouvre en effet la voie à une infinité de possibles qui plongent Troÿlus dans une longue et plaisante « merancolie », dont seule l’action chevaleresque, insufflée par l’amour, parviendra à l’extraire. Dans la mesure où son ethos oriente la signification de l’inscription, le sens des neuf lettres et le sens de l’existence viennent pour lui s’unir et se confondre. Et la lettre, l’initiale, devient génératrice de la lettre, l’œuvre romanesque, foisonnante et inépuisable, en faisant de cette inscription affranchie de toute signification préalable comme le souffle originel où tout semble encore léger et possible. L’inscription partielle qui figure sur le bouclier de Troÿlus est bien présentée comme la cause première de sa gloire chevaleresque. Elle n’est pas vraie ou fausse en soi ; elle ne trouve son sens que dans l’action du chevalier. C’est la suite qui oriente et éclaire sa signification. Sa vérité ne se situe pas au-delà du texte lu ; elle est la forme anticipée de ce texte. Plus tard, dans le quatrième livre, quand la série d’inscriptions politiques sur le Perron Merveilleux dessinera les contours du destin de la Grande-Bretagne, ébauchant dans ses grandes lignes une histoire encore en germe, le ton aura changé. Il sera grave et conforme à l’atmosphère de fatalité qui envahit toute la partie préludant à la chute du royaume de Perceforest. La labilité de l’inscription visera alors à rendre compte de l’histoire dans son long terme, des phases ascendantes et descendantes de tout pouvoir politique.

  • 24 Ibid., p. 380.

18Dans le Perceforest, l’inscription présente souvent cette incomplétude ou cette évanescence qui mime le principe actif de l’écriture en mettant cette dernière à l’abri non seulement de la paralysie qu’une profusion de messages définitifs pourrait lui faire encourir, mais aussi de la clôture du sens. Qu’il s’agisse de l’inscription du Pilier Estonné où se dit l’instabilité d’une réalité qui se révèle être différente de celle que l’on croyait, de l’inscription partielle sur le bouclier du Chevalier aux Lettres d’Or ou encore de celles sur le Perron Merveilleux, il semble que cela soit moins l’activité herméneutique, bien que sans cesse suggérée et en latence, du passant qui intéresse finalement l’auteur que l’inscription en tant qu’elle est forme superlative de l’écrit24, geste anonyme et fascinant d’ouverture sur des possibles que le roman se charge ensuite de développer.

Notes

1 Perceforest, Roussineau G. (éd.), Genève, Droz, 1re partie, 2 vol. , 2007 (TLF, 592) ; 2e partie, t. 1, 1999 (TLF, 506) et t. 2, 2001 (TLF, 540) ; 3e partie, t. 1, 1988 (TLF, 365) et t. 2, 1992 (TLF, 409) ; 4e partie, 2 vol., 1987 (TLF, 343).

2 Jolles A., Formes simples, Paris, Seuil, 1972 : « Dans la Devinette, on pose […] une question afin d’examiner si le questionné possède une certaine dignité et, une fois la réponse donnée, la question prouve que le questionné a cette dignité. » (p. 109)

3 Ferlampin-Acher C., « Perceforest et ses miroirs aux alouettes », Pomel F. (dir.), Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 323-338.

4 Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel. Prose historique et discours versifié dans le Perceforest », Cahiers de recherches médiévales, t. 5 : « Écrire en prose (XIIIe -XVe siècles) : histoire et fiction », 1998, p. 87-105.

5 Favreau R., « Fonctions des inscriptions au Moyen Âge », Cahiers de civilisation médiévale, t. 32, 1989, p. 203-232.

6 Ferlampin-Acher C., « Sibille et la maternité : du monde antique au monde arthurien dans Perceforest », Bouquet M. et Morzadec F. (dir.), La Sybille. Parole et représentation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 212-225.

7 Sur la fortune de ce motif voir Mathieu J.-C., Écrire, inscrire. Images d’inscriptions, mirages d’écriture, Paris, Corti, 2010, p. 515-535.

8 La prévoyance du Macédonien contraste d’ailleurs avec l’imprudence de deux de ses compagnons de quête, Porrus et Cassiel, qui n’hésitent pas, eux, à dévoiler leurs noms dans l’inscription qu’ils gravent sur un chêne à l’intention de deux demoiselles accueillantes : « Damoiselles d’onneur, graces et merciz de voz grandes courtoisies depar Porrus et Cassel qui sont voz chevaliers. » (l. I, 1, § 313, p. 275), ces mots de remerciement provoquant l’attaque presque immédiate de deux fils de Darnant.

9 Sur les différentes focalisations, voir Genette G., Figures III, Paris, Le Seuil, 1972, p. 206-211.

10 L’épisode du meurtre est raconté dans le roman (l. II, t. 1, 582-586, p. 326-328) au sein du grand ensemble consacré à l’aventure d’Estonné (l. II, t. 1, 571-595, p. 320-333). Sur le problème de la réalité ou non de la métamorphose, voir Delcourt D., « Magie, fiction et phantasme dans le Roman de Perceforest : pour une poétique de l’illusion au Moyen Âge », The Romanic Review, t. 85, 1994, p. 167-178. La critique voit en cette métamorphose une vaste illusion collective, ce que la mort des deux chevaliers et surtout la vision récurrente du Pilier Estonné nous semblent pour le moins contredire.

11 Béguin A., L’âme romantique et le rêve. Essai sur le romantisme allemand et la poésie française, Paris, J. Corti, p. 432.

12 Les premiers mots d’Estonné se réveillant de sa métamorphose sont en effet : « Qui es tu ? N’es tu pas Estonné ? Te mescongnoiz tu ? As-tu esté enyvré ? » (l. II, t. 1, 587, p. 329)

13 Estonné continue à nier par la suite qu’il a été transformé en ours. Ainsi, il déclare à la reine Ydorus : « Je tien pour certain que qui seroit au lieu ou nous veismes le pilier en la forest et le tombeau, il n’y trouveroit ne l’un ne l’autre. Songe fut et a songe est tourné. » (l. II, t. 2, 288, p. 151)

14 Mathieu J.-C., op. cit., p. 337.

15 À la différence de Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel », art. cit., qui voit quatre inscriptions sur le Perron Merveilleux, il nous semble que rien ne permet d’affirmer que celle qui est lue par Passelion se trouve sur ce même perron (l. IV, t. 2, 35, p. 796).

16 La clef de l’énigme n’est donnée qu’après la bataille du Franc Palais lorsque Jules César lui-même lit l’inscription et comprend qu’elle fait référence à son écu d’or à aigle noire.

17 Caillois P., Pierres, p. 1043, dans Œuvres, Paris, Quarto Gallimard, 2008.

18 Jolles A., op. cit., p. 110.

19 Szkilnik M., « Le clerc… », art. cit., p. 11. La critique suggère que les inscriptions versifiées « insèrent les chroniques dans une histoire universelle orientée non par la perspective du jugement dernier (pas encore !), mais par celle de l’Incarnation ». Il nous semble que si le roman tend bien d’abord vers l’Incarnation, il la dépasse ensuite et que son point ultime est l’avènement d’Arthur et le rétablissement de la puissance de la Grande-Bretagne.

20 On reprend la distinction établie dans Écrire l’énigme, Reggiani C. et Magné B. (dir.), Paris, PUPS, 2007, p. 13.

21 Il est dit explicitement que les vers « estoient escripts au dessus [du Perron Merveilleux] de blanche couleur sur noire pierre » (l. IV, t. 2, 42, p. 924).

22 Le Perron Merveilleux apparaît la première fois mystérieusement, comme s’il était tombé du ciel, et ne manque pas de susciter les interrogations de ceux qui le découvrent. C’est le roi Alexandre qui l’interprète comme un don fait par les dieux pour le couronnement de Betis (l. I, t. 1, 128, p. 103).

23 Mathieu J.-C., op. cit., le chap. intitulé « Alphabets et lettres vives », p. 155-191.

24 Ibid., p. 380.

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris 4 Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540