Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

Interpréter le paysage du Perceforest : forêts, jardins, monuments

Brooke Heidenreich Findley

Texte intégral

  • 1 Je remercie mon collègue Mario Longtin d’avoir corrigé le présent travail tout en offrant plusieur (...)

1Le roman de Perceforest met en scène une géographie mythique, évoquant un paysage tout aussi varié que le texte est vaste1. La lecture de ce roman est une sorte de voyage au cours duquel on croise et recroise les mêmes endroits au gré de l’enchevêtrement des histoires. Le présent travail se propose d’examiner quelques-uns des monuments significatifs et mystérieux qui agrémentent le paysage du Perceforest. Ces monuments ont pour fonction de commémorer des moments importants de l’histoire, mais ils servent également de points de repère géographiques et textuels, pour les lecteurs aussi bien que pour les personnages. Pour le lecteur attentif, un monument peut rappeler l’événement qui a inspiré sa création, esquissant ainsi des liens entre des parties différentes du texte et rajoutant à l’effet d’entrelacement. Pourtant, un personnage, ignorant les circonstances dans lesquelles ce même monument a été créé, le verra comme une simple borne en marge du chemin.

2Nous tenterons de démontrer ici que l’incompréhension des personnages face aux monuments est en quelque sorte générée par une tension entre anonymat et aliénation. Anonymat, puisque les monuments semblent surgir de la terre même : on ne voit pas le moment de leur création, uniquement celui de leur réception. Ces monuments ont toutefois été bel et bien créés par les dames fées de la forêt, mais leurs œuvres sont appréciées sans qu’elles soient pour autant présentes. On a donc l’impression que le paysage parle spontanément, émettant une voix mystérieuse et désincarnée. Aliénation, car les monuments hermétiques à la lecture pour les personnages sont ceux qui traitent de l’identité chevaleresque. Le chevalier le plus perplexe est également celui qui est le plus concerné, et qui se voit aliéné devant un objet qui est censé commémorer l’un de ses actes. Au cours de notre discussion, nous avons choisi d’aborder quatre monuments significatifs pour notre propos : la statue équestre de Perceforest, le Pilier de l’ours, le temple de la Franche Garde, et le Pin de l’étrange merveille.

3La construction des monuments dans Perceforest est une activité créatrice féminine. Celle-ci a ses origines dans l’acte fondateur, grâce auquel Perceforest a gagné son nom. En tuant Darnant, celui-ci « ouvre les chemins de la forêt », permettant aux chevaliers de traverser le paysage en quête d’aventures. En même temps, il abolit le viol, redonnant aux dames la liberté d’offrir leur amour aux chevaliers de leur choix. Une fois libérées, ces dames s’occupent à soigner leur corps et leur apparence, à édifier de belles demeures et à y ménager de ravissants jardins :

  • 2 Roussineau G., Genève, Droz, 1987-2007. Toutes les citations du texte de Perceforest seront tirées (...)

Et dames et damoiselles de honneur se prindrent a reparer et a chier tenir et a elles maintenir nectement et honnestement. […] Aprés ce emprindrent elles a enrichir et a edifier beaux manoirs sur lieux delectables de bois et de rivieres et de fontaines et emprindrent a soubtillier de faire nobles vestures et paremens2. (l. I, p. 536)

  • 3 Les enjeux de la libération des femmes par Perceforest, et le rôle de celles-ci en tant que gardie (...)

4Les dames prennent soin, et de leur corps, et des endroits où elles habitent, comme si le paysage était l’extension de leur personne3. Lorsqu’elles en viennent à créer des monuments – ce qui implique une autre sorte d’entretien du paysage – leur activité a pour but, encore une fois, d’encourager les chevaliers. Non seulement leurs monuments commémorent les faits des chevaliers, mais ils transforment l’identité chevaleresque à travers un objet qui reste foncièrement extérieur au chevalier lui-même. Un aspect du personnage, du héros, se trouve ainsi figé dans le paysage, objet parlant et mystère à interpréter.

5Prenons, à titre d’exemple, le monument commémorant la victoire de Perceforest sur Darnant. Alexandre et ses compagnons, à la recherche du roi Bétis, trouvent une statue équestre sur un pilier portant l’inscription :

  • 4 Sur la statue équestre, dont les représentations étaient rares à l’époque, voir l. II, t. 2, p. 11 (...)

Cy endroit fut feru le premier coup de lance par chevalier estrange es forestz d’Angleterre, et fut de la main Percheforest, le bon roy d’Angleterre, sur Darnant l’enchanteur4. (l. I, p. 174)

  • 5 Berthelot A. a montré que cette scène donne à Alexandre l’occasion de participer de façon atténuée (...)
  • 6 Ce sera Sébille qui expliquera à Alexandre le nouveau nom de Bétis (l. I, 185), de même que la dem (...)

6Les lecteurs, ayant lu l’épisode du combat entre Bétis et Darnant, comprendront très bien la référence, et sauront qui est Perceforest. Il n’en est pas de même pour Alexandre et ses hommes qui ne peuvent interpréter le monument, mais qui malgré cela s’efforcent de le défendre contre des ouvriers venus l’abattre. Le combat qui s’ensuit décidera qui, des hommes d’Alexandre ou de ceux de Darnant, contrôlera le paysage5. En même temps, bien que les lecteurs comprennent à quoi le monument fait référence, le monument lui-même demeure mystérieux parce que l’on ignore qui l’a construit, et comment il a pu surgir si rapidement, à peine quelques heures après la bataille qu’il immortalise. On peut même dire que ce monument apparaît pour que les chevaliers puissent découvrir la nouvelle identité de Bétis de façon détournée, avant de rencontrer quelqu’un qui la leur expliquera6.

  • 7 La fontaine interdite représente, bien sûr, un topos, et l’on rappellera qu’on trouve un épisode s (...)

7Cet épisode suggère qu’il existe un lien entre le changement d’identité chevaleresque et le paysage : non seulement l’exploit du roi, mais aussi le nouveau nom associé à ce fait, sont transformés en espace commémoratif. En même temps, l’apparition subite de ce monument pose la question de l’action humaine dans le paysage : qui a érigé la statue, et où est cette personne maintenant ? Un problème semblable ressort de la scène où Bétis pénètre dans la forêt pour la première fois : il découvre que cet endroit, réputé « sauvage », ressemble plutôt à un jardin, avec des arbres poussant en lignes droites comme s’ils avaient été plantés, et sa « fontaine » entourée de sièges et protégée par un automate7. Que la forêt porte toutes les marques de la civilisation mais reste vide – à part l’automate – soulève la question de la présence humaine, mais aussi la possibilité d’une autre animation, non-humaine, du paysage qui réagit de façon mystérieuse. Cependant, il n’est nullement question, pour le roi, d’interpréter quoi que ce soit, ni même de se demander pourquoi cette forêt « ou nul n’osoit entrer » (l. I, t. 1, p. 138) n’est pas du tout sauvage : il s’agit plutôt pour Bétis de maîtriser sans comprendre, de pénétrer dans la forêt, de boire à la fontaine, et de toucher à l’automate, ce qui provoque le combat qui, à son tour, lance le récit.

8Le texte aborde le double problème de l’identité changeante du chevalier et de sa relation mystérieuse avec l’espace dans trois autres épisodes, où un chevalier reste ébahi devant un monument qui fait référence à ses propres aventures. Il s’agit d’abord de Perceforest lui-même devant sa statue équestre transformée, puis d’Estonné contemplant le Pilier de l’ours, et finalement de Lionel dans le temple de la Franche Garde.

9Dans la deuxième partie du texte, lorsque Perceforest tombe en dépression à la mort d’Alexandre et perd raison et prouesse, on apprend que la statue équestre du roi se transforme en fonction de l’état de celui-ci. À la recherche du sage ermite Dardanon, Perceforest se retrouve devant le monument et constate que l’image « tenoit son escu la pointe dessus et sy avoit les yeulx bendez » (l. II, t. 1, p. 226). La métamorphose de la statue, en particulier l’écu porté à l’envers qui signifie la mort du chevalier qui le porte, amène le roi étonné à s’interroger : « Comment, n’es tu mie le roy d’Angleterre ? Dont vient ce que on t’a cy figuré pour mort ? » (l. II, t. 1, p. 226) Se voyant symboliquement « mort », le roi ne voit que deux possibilités : ou bien il n’est pas roi, ou bien il n’est pas vivant. Le thème de la perte d’identité se prolonge à travers une série de quatre rencontres, au cours desquelles Perceforest se voit exécré par les gens de la forêt et, à chaque reprise, cache ou renie son nom sous l’effet de la honte (« Ce ne suis je pas. Ne vous courroucez a moy » l. II, t. 1, p. 226). Finalement, Perceforest retrouve l’ermite et révèle qu’il a eu un songe dans lequel figure le double de la statue : un roi sur un pilier de marbre, le visage couvert (l. II, t. 1, p. 233-34). La « paresse » de ce roi trouve son écho dans la déchéance de la forêt qui l’entoure, où les mauvais arbres menacent d’étouffer les bons. Dans cette séquence, l’état du roi et l’état de sa « terre » s’avèrent être liés : la dégradation de la statue équestre est finalement l’indice d’une profonde dégradation du royaume. L’aliénation du roi devant sa propre image mène finalement à sa guérison. Suite aux admonitions de l’ermite, il redeviendra le « bon forestier » qui boute hors de sa terre tant les mauvais arbres que les mauvaises gens (l. II, t. 1, p. 239).

  • 8 Szkilnik M. a montré que le rôle de la Reine Fée, créatrice de tableaux artistiques, imite la natur (...)

10Deux autres monuments représentent le pouvoir qu’a la Reine Fée d’Écosse de contrôler l’identité des chevaliers de sa cour8. D’abord, le Pilier de l’ours évoque la transformation d’Estonné en ours par la Reine Fée. Nous le voyons pour la première fois, non pas au moment de sa création, mais lorsqu’Estonné, transformé à nouveau en humain et voyageant avec son ami Le Tors, le découvre au milieu de la forêt. Estonné n’arrive pas à croire à la réalité du pilier parce qu’il dépeint une histoire qu’il n’a racontée à personne sauf Le Tors. Comme il le dit à ce dernier :

Par ma foy, sire, je croy que nous sommes enchantez, car je ne descouvry oncques mon songe a personne que a vous, sy croy que se autres chevaliers passoient par cy, ilz ne trouveroient ne pilier ne lame. (l. II, t. 2, p. 12-13)

  • 9 Huot S. (« Chronicle, Lai, and Romance : Orality and Writing in the Roman de Perceforest », Doane A (...)

11Non seulement Estonné tombe sur une partie de sa propre histoire matérialisée en un lieu, mais, puisqu’il vient de raconter cette même histoire au Tors quelques pages auparavant, c’est comme si ses paroles avaient pris forme. Ce monument est d’origine mystérieuse : à ce point dans le texte, nous ne savons pas qui l’a créé, ni quand cette création a eu lieu ; ce n’est que plus tard que nous apprenons qu’il a été érigé par la Reine Fée. Avant d’accepter la réalité du pilier, Estonné doit entendre une glose du monument sous la forme d’une chanson, et le témoignage d’un ménestrel qui a vu le pilier9. Comme Alexandre et ses hommes, Estonné a besoin d’un commentaire de vive voix avant de pouvoir comprendre le monument et la transformation d’identité qu’il implique. Par contre, le lecteur comprendra tout de suite le pilier, ayant lu l’histoire qu’il dépeint.

12Après cet épisode, on retrouve le Pilier de l’ours à plusieurs reprises. Il devient un point de repère pour les personnages, et pour le lecteur, marquant la limite entre le monde réel et le monde féerique ; il est en quelque sorte le seuil du domaine de la Reine Fée. Ainsi, un ménestrel qui recherche le domaine de la Reine Fée « ala tant qu’il se trouva au Pilier Estonné » (l. II, t. 2, p. 35), un chevalier qui a passé la nuit chez la reine se retrouve au matin « au plus pres du Pillier Estonné » (l. III, t. 1, p. 237), et, lorsque Perceforest va rendre visite à sa belle-sœur, le pilier est le dernier d’une série de monuments qu’il croise (l. III, t. 3, p. 173). Finalement, ce monument devient plus qu’un simple repère géographique et offre un commentaire subtil sur les strates multiples de l’histoire, au moment où Ourseau, le petit-fils de la Reine Fée, s’étant rendu en Bretagne en quête de son héritage, voit à son tour le pilier sans le comprendre. Comme son père, qui porte le même nom que lui, Ourseau est « pelu » comme un ours ; il ne sait ni qui sont ses ancêtres ni pourquoi il est couvert de poils. Or ce trait physique lui vient de l’état d’esprit où se trouvait sa grand-mère, la Reine Fée, au moment de la conception de l’enfant : elle venait de transformer Estonné en ours, et pensait toujours à l’animal, ce qui influença l’apparence du garçon. Agacée par le pelage de celui-ci, elle l’a renvoyé de la cour et il a fini par être élevé à Rome. Le jeune Ourseau ne comprend rien au pilier : même lorsque l’épisode qu’il commémore lui est expliqué quelques pages plus tard par une sage dame, la part que cet événement a jouée dans sa propre histoire n’est pas dévoilée. Il reste aux lecteurs à se souvenir des liens entre la transformation d’Estonné, la conception d’Ourseau le père, et le fait que cet enfant ait été caché en partie pour dissimuler les conséquences de la magie de la Reine Fée. Ici, donc, la présence du monument et les associations qu’il évoque chez un lecteur attentif, ajoutent une tonalité humoristique à la situation du personnage, car celui-ci ne se rend pas compte de la situation.

13Le temple de la Franche Garde, un autre monument créé par la Reine Fée, est un édifice qui permet à celle-ci de construire et contrôler l’identité de Lionel, le futur mari de sa fille Blanche. Ce monument met en scène comme précédemment la perte de contrôle d’une identité devenue espace, et l’aliénation du chevalier devant une histoire secrète rendue publique. Lionel entreprend de ramener la tête du Géant aux Crins Dorés à la Reine Fée, afin d’obtenir en récompense un entretien avec la fille de celle-ci. Cependant, on lui vole la tête ainsi que deux autres trophées. Ces trophées témoignent des exploits qu’il a accomplis ; en les perdant, il perd aussi les preuves de son identité et est privé de son droit à rencontrer Blanche. La Reine Fée récupère les trophées de Lionel et construit un temple pour les recevoir. L’édifice sert aussi de cadre à une épreuve d’identité : personne ne peut y entrer sauf celui qui a accompli les exploits associés aux trophées. Lorsque Lionel pénètre enfin dans le temple, il est ébahi de voir toutes ses aventures dépeintes sur les murs :

Il eut trop grant merveille comment tous les fais pouoient estre sceuz, car plusieurs en y avoit dont nul ne sçavoit parler fors luy et Clamidés [son écuyer]. (l. II, t. 2, p. 112)

  • 10 Que ces peintures ressemblent à celles qu’a réalisées Lancelot et où il raconte sa vie, comme le n (...)

14Exactement comme Estonné, Lionel est stupéfait de voir son expérience personnelle rendue publique, devenue espace et œuvre d’art à la fois10.

15L’impuissance de Lionel est soulignée lorsque le temple s’avère être un piège : une fois entré, Lionel ne peut pas en sortir sans l’accord de la Reine Fée. Il ne peut pas non plus récupérer ses trophées, ni changer quoi que ce soit à l’intérieur du lieu. Il essaie de prendre son écu à l’aide d’une échelle laissée contre le mur par les peintres, mais en vain : les outils des artistes refusent de remplir leur fonction pour lui. Le temple est donc un espace qui résiste et qui remet en question la capacité du chevalier à déterminer sa propre identité. Quand il se voit piégé, Lionel s’écrie : « Je suys deshonnouré, car contre art de femme ne me sçay deffendre ! » (l. II, t. 2, p. 114). « L’art » de la Reine Fée a ici pour fonction de construire l’identité du chevalier en tant qu’espace : elle continuera d’entretenir le monument, et d’ajouter d’autres trophées, en dérobant elle-même à Lionel deux écus qu’il a portés dans un tournoi. À la suite de ce vol, elle refuse de reconnaître Lionel privé de ses écus, suggérant ainsi que l’identité du jeune homme, associée au monument, dépend entièrement du bon vouloir de la reine.

16Le dernier monument que nous examinerons, le Pin de l’étrange merveille, appartient à une catégorie différente, celle des monuments hantés, représentée par une série de tombeaux créés par les dames de la forêt afin de commémorer la défaite des mauvais chevaliers du lignage de Darnant grâce à Perceforest et ses compagnons : les enchantements qui s’y manifestent sont en suspens, en attendant qu’il y soit mis un terme à la fin du récit. Les corps préservés des félons attirent des esprits diaboliques, qui hantent les monuments et menacent les bons chevaliers.

17On rencontre le monument du Pin de l’étrange merveille pour la première fois dans la troisième partie du texte, lorsque Gadiffer le jeune passe par là. C’est un moment de crise pour le jeune chevalier : il vient de perdre Pierote, la demoiselle qui le conduisait à la Roide Montaigne : par conséquent il a décidé de teindre son écu en noir, signe, comme il le dit, de sa propre « follie » (l. III, t. 1, p. 7). C’est bien là un changement d’identité : Gadiffer sera désormais le chevalier noir. Le monument qui se trouve sur le chemin de Gadiffer ne concerne pas sa propre identité, mais celle de son père, qui porte le même nom que lui : s’y trouvent cinq morts, et on y lit une inscription. Celle-ci est très détaillée, elle donne même le nom d’Olive, qui a réalisé le monument.

Cy est atachee et lyee Bruiande, fille de Darnant l’enchanteur, en maniere de murdriere pour ce que par ses quatre filz elle voult faire mourir Gadiffer, le noble roy d’Escose, et le Tors de Pedracq, mais ilz s’en garderent par leurs prouesses. Et comme vous veés, Olive la gente damoyselle, qui fut cause d’eschever l’inconvenient, adouba par enchantemens les quatre chevalliers et la mere en la maniere qu’il appert, affin qu’il en fust memoire cy aprés. (l. III, t. 1, p. 9)

18Lorsque le jeune Gadiffer apprend l’exploit héroïque de son père, il est porté à redoubler ses propres efforts chevaleresques, parce que « honte seroit aux hoirs s’ilz n’estoient preux et hardis » (l. III, t. 1, p. 9). La question de l’identité chevaleresque prend donc une nouvelle forme : Gadiffer est amené à modifier son comportement à cause de la prouesse paternelle, ce qu’il accomplit notamment en acceptant le défi de passer la nuit devant le monument.

19Les enjeux de l’interprétation sont donc différents des cas étudiés précédemment. L’inscription sur ce monument est très claire, et Gadiffer la comprend parfaitement. Cependant, les monuments hantés posent un autre problème d’interprétation parce qu’ils comportent toujours un défi : ici, Gadiffer entend une voix qui l’invite à passer la nuit près du monument afin d’éprouver son courage (l. III, t. 1, p. 9-10). Presque tous les chevaliers qui arrivent devant des monuments hantés sont trompés par ce genre de défi, qui prend souvent la forme d’une inscription qui les met à la merci des mauvais esprits qui veulent les emporter. C’est ainsi que Nestor et Bétidés sont enlevés, tandis que Passelion et Ourseau ne parviennent à en réchapper que parce qu’ils sont prévenus par Zéphir ; la même chose arrivera à Gallafur et Blanor dans la sixième partie du texte, et au Bossu de Suave devant le tombeau de Darnant. On voit donc que non seulement les chevaliers sont incapables de comprendre les monuments hantés, mais surtout que cette interprétation n’est ni possible ni souhaitable. Si Gallafur réussit finalement à détruire ces monuments, c’est qu’il refuse de croire aux inscriptions. Au lieu d’essayer de comprendre les monuments qu’il rencontre sur son chemin, il se sert de la formule que lui a donnée sa grand-mère, en invoquant le Fils de la Vierge et cela fonctionne, les esprits prennent la fuite, même si Gallafur lui-même ignore les causes d’un tel succès. Comme Perceforest et Alexandre au début du récit, Gallafur agit sur le paysage afin de le contrôler, mais sans le comprendre, et parvient ainsi à éliminer Darnant et son héritage.

20Comme le Pilier de l’ours, le Pin de l’Estrange merveille devient un point de repère pour les personnages du roman bien après qu’on a oublié les événements qu’il commémore. Nestor et Bétidés s’y donnent rendez-vous, apparemment sans comprendre le danger. Mais ce monument hanté a finalement pour effet de transformer la géographie romanesque d’une autre façon. C’est un endroit où les chevaliers sont emportés par de mauvais esprits : il crée une rupture à l’intérieur de la quête chevaleresque. On peut analyser cette rupture comme une alternative au cheminement. D’une part, le chemin dans la forêt est l’indice de la civilisation : non seulement Perceforest « ouvre les chemins de la forêt », mais quand un incendie détruit la forêt près de Royalville en Écosse, on considère l’événement non pas comme une catastrophe, mais comme l’heureuse occasion de construire un nouveau chemin (l. II, t. 1, p. 17). En revanche, Ourseau, dans un paysage redevenu sauvage, trouve que les chemins se sont refermés :

[il] se mist ou chemin sans tenir certaine voye, car les grans et anciens chemins estoient tant herbus et plains de ronsses et buissons qu’il n’y avoit quelque difference. (l. IV, t. 1, p. 660-61)

21Il est donc significatif que lorsque les esprits du lignage de Darnant essaient de convaincre Gallafur de se joindre à eux, ils lui offrent une façon de dépasser le chemin, ce qui lui permettra, disent-ils, de maîtriser enfin l’espace sauvage.

  • 11 Pour cette partie du roman, dont on attend encore l’édition moderne, je cite l’imprimé de Gilles d (...)

[…] dist l’esperit, je te vouldroys asseurer que tu pourroys franchement chevaucher par les forestz qu’il [Darnant] tint en son vivant tant de nuyt comme de iour que garde n’auroys de luy ne de tout son lignage, et se soubdainement vouloys estre porté d’ung lieu a ung autre, tu y seroys porté a coup sans peine et sans travail. (l. V, f. 45v11)

22Gallafur préfère, bien sûr, l’amour de la Pucelle aux deux dragons – ce qui implique également une autre façon de contrôler la forêt, en la repeuplant et la civilisant à nouveau. Toujours est-il que les monuments hantés ont pour fonction de rompre continuellement la géographie de la quête chevaleresque : c’est ainsi que Nestor se retrouve au royaume de l’Étrange Marche où il rencontre Néronés, tandis que Bétidés et le Bossu de Suave sont absents de l’action pendant plusieurs centaines de pages après avoir été ravis par les mauvais esprits. Cela contribue à la structure entrelacée du roman, tout en complexifiant le voyage textuel du lecteur.

23Les monuments de Perceforest sont souvent illisibles pour les chevaliers qui les examinent, mais pas pour un lecteur attentif, qui se souviendra aisément d’autres épisodes de ce vaste roman facilitant l’interprétation de ces œuvres mystérieuses. C’est de cette façon que la géographie mythique de Perceforest structure l’expérience des lecteurs et les aide à trouver des points de repère dans le texte. En même temps, le roman nous présente un paysage parlant, animé par les efforts des dames fées qui agissent en coulisses afin de construire et de contrôler l’identité chevaleresque des personnages du récit.

Notes

1 Je remercie mon collègue Mario Longtin d’avoir corrigé le présent travail tout en offrant plusieurs suggestions très utiles.

2 Roussineau G., Genève, Droz, 1987-2007. Toutes les citations du texte de Perceforest seront tirées de l’édition G. Roussineau.

3 Les enjeux de la libération des femmes par Perceforest, et le rôle de celles-ci en tant que gardiennes de la culture, ont été examinés par Huot S., Postcolonial Fictions in the Roman de Perceforest, Woodbridge, UK, Boydell and Brewer, 2007, p. 73-8.

4 Sur la statue équestre, dont les représentations étaient rares à l’époque, voir l. II, t. 2, p. 1136-37.

5 Berthelot A. a montré que cette scène donne à Alexandre l’occasion de participer de façon atténuée à l’aventure de Bétis. « Alexandre suit le parcours d’un héros de roman, sans l’être luimême […]. [Il] se déplace dans un univers parallèle avec toujours un temps de décalage par rapport à la narration centrale. » (« La Grande Bretagne comme terre étrange/ère : le tourisme d’Alexandre dans le Roman de Perceforest », Lange W. D. (dir.), Diesseits-und Jenseitsreisen im Mittelalter, Bonn, Bouvier, 1992, p. 21).

6 Ce sera Sébille qui expliquera à Alexandre le nouveau nom de Bétis (l. I, 185), de même que la demoiselle Olive à Gadiffer et Le Tors (l. I, 238) : ce n’est qu’après ces conversations que les chevaliers commencent à appeler Perceforest par son nouveau nom.

7 La fontaine interdite représente, bien sûr, un topos, et l’on rappellera qu’on trouve un épisode semblable dans Yvain.

8 Szkilnik M. a montré que le rôle de la Reine Fée, créatrice de tableaux artistiques, imite la nature. « La Reine Fée et Nature se révèlent toutes deux à cette occasion des maîtres incomparables dans l’art de l’illusion, faisant naître à volonté des paysages magnifiques et impressionnants qui en effet frappent l’imagination des spectateurs. » (« Des blancs moutons pasturans les rais du soleil : le paysage dans les marges du Roman de Perceforest », Cahiers du SEL, t. 2, 1997, p. 41).

9 Huot S. (« Chronicle, Lai, and Romance : Orality and Writing in the Roman de Perceforest », Doane A. N. et Braun Pasternack C. (dir.), Vox in Texta : Orality and Textuality in the Middle Ages, Madison, University of Wisconsin Press, 1991, p. 211) commente également ce besoin de commentaire que suscite le pilier Estonné. Selon elle, ce trait prouve l’importance de la tradition orale et fait du ménestrel le garant de la vérité (« the importance of the oral tradition » ; « the minstrel is the guarantor of truth »).

10 Que ces peintures ressemblent à celles qu’a réalisées Lancelot et où il raconte sa vie, comme le note Roussineau G. (l. II, t. 2, 556), ne sert qu’à souligner une différence fondamentale : Lionel est ici le sujet d’une œuvre d’art qu’il n’a pas créée, et sur laquelle il n’a donc pas de contrôle.

11 Pour cette partie du roman, dont on attend encore l’édition moderne, je cite l’imprimé de Gilles de Gormont : La Treselegante, Delicieuse, Melliflue et tresplaisante Hystoire du tresnoble, victorieux et excellentissime roy Perceforest […], Paris, Gilles de Gormont, 1531-32.

Auteur

Professeur à l’université de Penn State Altoona

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540