Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

Le roi s’amuse : célébrations officielles et divertissements privés dans le Roman de Perceforest

Anne Delamaire

Texte intégral

  • 1 Berthelot A., « Des fêtes arthuriennes classiques aux fêtes ritualisées dans le Roman de Percefores (...)
  • 2 Cette esthétique de la répétition a été étudiée par Berthelot A. dans son article « Répétition et (...)

1Couronnements, baptêmes, noces ou célébration du Dieu Souverain, Perceforest est ponctué par un grand nombre de fêtes et de cérémonies grandioses. Ces réjouissances assument un rôle d’importance tant sur plan du récit que sur celui de la composition du roman. Dans la narration, d’une part, elles sont à la fois un signe et un moyen politique1. Temps fédérateurs pendant lesquels, et sur lesquels, se fondent l’unité et l’identité de l’Écosse et de l’Angleterre, elles assurent la cohésion de ces deux royaumes. Ainsi les sacres de Perceforest et Gadifer marquent l’instauration d’un pouvoir stable à la tête de deux terres longtemps plongées dans le chaos. La fête du Dieu Souverain, quant à elle, elle aussi garante d’unité (voire d’unicité), marque, de plus, une avancée vers les temps chrétiens et arthuriens. Moyen d’atteindre la stabilité politique, ces fêtes sont en même temps signal, témoignage de la bonne marche du pouvoir. D’autre part, ces fêtes jouent un rôle structurant dans la composition du roman en conférant rythme et tenue à cette vaste fresque qu’est Perceforest. Par exemple, le livre III est scandé par les douze tournois organisés en l’honneur des petites-filles de l’ermite Pergamon2.

2Parallèlement à ces temps forts de la vie politique et sociale, le roman met en scène des réjouissances d’un tout autre genre, des divertissements confidentiels exclusivement destinés au bon plaisir du (des) souverain(s) et d’un petit cercle de privilégiés. La singularité de ces menus plaisirs est mise en évidence par le contraste (parfois soutenu par une proximité temporelle, textuelle ou thématique) entre ces festivités confidentielles et les divertissements officiels. Mais, tout comme les célébrations éclatantes dont elles sont le pendant nimbé d’ombre, ces fêtes privées semblent porteuses d’une réflexion autour du pouvoir et de la figure du souverain. Deux scènes doivent particulièrement retenir l’attention : le repas organisé sous le pavillon de Sébille au livre I et la seconde occurrence de l’enchantement des vieillards réalisé par Lidoire au livre III.

Alexandre et la joyeuse compagnie

3Le premier de ces épisodes se situe au moment du tournoi entre Sydrac et Tantalon. Alexandre y retrouve Sébille qui l’invite à dîner sous le pavillon qu’elle a fait tendre à l’occasion des célébrations. Les joyeux convives, au nombre desquels figurent également Gloriande, Lise et Floridas sont bientôt rejoints, sur l’initiative d’Alexandre, par Lidoire, Liriopé, Le Tors et Gadifer. La compagnie partage alors dans l’allégresse un repas durant lequel fusent le rire et les « bons motz ». Cependant pour saisir et comprendre pleinement la singularité de ce dîner, il convient de revenir sur le festin qui le précède de façon presque immédiate.

  • 3 D’abord nommé Bétis, il tire le nom sous lequel il règne de son action conquérante (perce/forest). (...)
  • 4 « Pour laquelle chose je vouldroie qu’il m’eust cousté moult plus que on en cuide et tous les fais (...)

4Ce précédent repas, offert par Perceforest pour le couronnement de son frère se distingue d’abord par son ampleur. De fait, outre « le roy Alexandre et le roy d’Écosse » (Gadifer), Perceforest convie « la royne et toutes les dames et les damoiselles et la chevalerie qui la estoit » (l. I, t. 1, 820) : c’est une assemblée considérable qui tend à faire de ce festin un événement public. Comme il sied à ce type de réjouissance, l’atmosphère est empreinte d’une courtoisie qui adopte parfois des accents protocolaires. Ainsi, invitation, placement des convives et séparation se font de manière quasi rituelle, ce qui n’est guère le cas du repas sous la tente, il en sera de nouveau question. Cependant ce qui confère à ce festin son caractère officiel, c’est avant tout sa portée politique. Tout comme le couronnement de Gadifer, qu’il précède de peu, il participe à la construction politique et identitaire des royaumes d’Écosse et d’Angleterre. En effet, que ce soit les honneurs réservés par Perceforest aux demoiselles de la forêt ou les remerciements que ces dernières adressent, par la bouche de Sara, à leur nouveau souverain, les paroles prononcées pendant le repas reviennent sur l’exploit fondateur du jeune roi. Son entrée dans la forêt et la mise à mort du lignage rebelle représentent à la fois une conquête territoriale, une épiphanie identitaire3 et le premier pas vers la constitution d’un royaume uni sous une même autorité. Quant au souhait (exprimé par Sara, appuyé par Alexandre et exaucé par Perceforest) de voir ces hauts faits consignés4, il revient à doter le pays d’une mémoire, c’est-à-dire d’une identité pérenne dans le temps. Garder la trace et le souvenir de la fondation du royaume, c’est chercher à préserver sa stabilité et son unité. Bien plus que de simples réjouissances, le festin chez le roi Perceforest représente donc un moment clé de l’histoire de l’Angleterre et de l’Écosse. De tels enjeux sont totalement étrangers au repas organisé sous la tente de Sébille.

5L’état d’esprit qui préside à ce dîner est résumé dans les paroles qu’Alexandre adresse à son amie :

En tresgrant seignourie gist souvent desplaisance. Je le dy pour moy, car les honneurs que j’ay acquises me tournent souvent a fais. Tousjours ay desiré a mengier a privee compaignie afin que moy et ceulx qui avecques moy seroient osassent dire leurs bons motz sans gueterie. Or, y suy venu, sy prie chacun qu’il die pour nous mesmes esjoïr tout ce que devant luy vient, sauves toutes honneurs. (l. I, t. 1, 831)

6L’épisode est donc conçu comme un espace (temps/lieu) de délassement, par et pour un souverain las de sa charge. Ce mot d’ordre s’accomplit à travers deux aspects complémentaires et interdépendants : le secret et l’amusement.

  • 5 Par exemple Liriopé juge qui des quatre hommes présents se démène le plus, ou le moins, pour sa vo (...)
  • 6 « Or seez tout quoy, cy n’affiert reverence. Mais seez jus et nous serrons aprés. » (l. I, t. 1, 8 (...)

7Explicitement énoncée par Alexandre, la volonté de se distraire se manifeste également dans le choix des convives. Lorsque le roi décide de rééquilibrer la tablée jusqu’alors disparate (deux hommes seulement pour servir trois femmes), il nomme précisément les renforts qu’il souhaite voir arriver. Bien que cela ne soit pas explicite, il semble que ce soit le joyeux caractère du couple royal écossais, du Tors et de Liriopé, qui leur vaut d’être ainsi conviés. De fait, dans d’autres épisodes, Gadifer se montre friand de plaisanteries et Lidoire habile à jouer des tours (parfois cruels). Quant à Liriopé elle est décrite comme une « tresbonne bourderesse » (l. I, t. 1, 838) et se trouve largement félicitée pour l’amusement qu’elle a procuré à l’assemblée. Les accolades et les remerciements qu’elle reçoit à l’issue du repas illustrent l’estime portée aux personnes de bonne compagnie et, plus précisément, à celles qui savent manier l’art de la plaisanterie. En effet, les réjouissances consistent exclusivement ici en remarques plaisantes ou en anecdotes amusantes5. Ce que cultivent Alexandre et ses comparses, c’est l’art des « bons motz ». Outre un esprit vif, cette sorte de divertissement requiert de la spontanéité, caractéristique qui marque de son empreinte l’ensemble de l’épisode. De sorte que, comparé au festin de Perceforest, le repas offert par Sébille s’affranchit totalement du protocole. Ainsi une partie des convives est appelée, à l’improviste, au cours du repas et chacun s’assied, comme il lui agrée, sans souci des règles de préséance6. De même, la séparation se fait de manière informelle par des embrassades et des accolades. La décontraction se perçoit aussi dans les propos échangés. Alors que, chez Perceforest, il est question de politique, d’histoire et de hauts faits, sous la tente, Alexandre prie ses convives de dire « tout ce que devant [leur] vient » (l. I, t. 1, 831) si bien que les discours y sont galants quand ils ne se font pas discrètement grivois. L’illustration la plus marquante de cette spontanéité réside dans les multiples fous rires qui secouent de manière incontrôlable les dîneurs réunis autour d’Alexandre : « ilz emprindrent sy fort a rire que on les peust desvetir touts nudz » (l, I, t. 1, 837) ou encore : « Lors fut la risee sy grande entre eulx tous qu’ilz ne sçavoient qu’ilz peussent devenir. Et Lyriope, qui tresbonne bourderesse estoit, rioit sy fort qu’elle s’assit a terre de force de riz. » (l, I, t. 1, 838)

  • 7 Dans ce court épisode on dénombre presque une dizaine d’éclats de rire, le plus souvent qualifiés (...)
  • 8 Le mot revient à trois reprises, d’abord dans la bouche de Lidoire : « dirons noz risees plus hard (...)

8Cependant, la spontanéité qui caractérise ces réjouissances s’illustre surtout par les mouvements de relance qui rythment le repas. L’assemblée, par exemple, se réunit en deux étapes. Dans un premier temps, Sébille invite son ami et Floridas puis, dans un second temps, Alexandre convie, à son tour, Gadifer, Lidoire, Le Tors et Liriopé afin de rééquilibrer une assemblée majoritairement féminine. C’est aussi par un mouvement continu de relance que progresse la conversation entraînant, dans le même temps, un glissement du registre galant au registre grivois. Ainsi, la raison pour laquelle Liriopé désigne Gadifer comme le moins empressé à servir sa voisine de table (à savoir son épouse) repose sur un fond de rancune. En effet, plus tôt dans la journée, le roi a voulu chasser l’enfant du lit où elle dormait avec Lidoire. Son jugement sévère s’accompagne donc d’un rappel de l’incident, et la mention de cet épisode débouche à son tour sur une narration étendue faite par Gadifer. Enfin, les multiples manifestations d’hilarité des personnages7 connaissent elles aussi un phénomène de redoublement (« adont recommença la feste trop grande » l. I, t. 1, 839), parfois suscité volontairement par l’un ou l’autre des rieurs. C’est, par exemple, le cas de Sébille qui rebondit sur les propos d’un autre pour prolonger la plaisanterie : « aprés ce qu’ilz eurent riz tant qu’il leur pleut, Sibille dist pour la feste recommencier » (l. I, t. 1, 837). Le souhait d’Alexandre, cette aspiration d’un roi à un divertissement sans contrainte, ne saurait se réaliser seulement en réunissant des gens d’esprit et en laissant libre cours à leur langue et à leur fantaisie. Cette spontanéité, cette liberté de ton et de parole poussée jusqu’à la « hardiesse8 », ne saurait être sans un facteur supplémentaire : celui de la confidentialité.

  • 9 « Nous ne voulons autre servant que vous. Les aultres s’en voisent, sy dirons noz risees plus hard (...)
  • 10 Loin des « gueteries » selon le mot d’Alexandre (l. I, t. 1, 831).
  • 11 Plus loin dans le récit, une anecdote fort similaire fait d’ailleurs l’objet d’une narration à la (...)

9Deuxième impératif de ce dîner, le secret est assuré par plusieurs mesures dont la première est la restriction du nombre de convives. Alors que le festin chez le roi d’Angleterre regroupe plusieurs dizaines d’invités, le nombre de personnages présents sous la tente de Sébille se borne à neuf (Sébille, Lise, Gloriande, Alexandre, Floridas, Lidoire, Gadifer, Le Tors, Liriopé). Cette limitation confère un caractère d’autant plus confidentiel à l’événement que le petit cercle fermé s’entoure de précautions. D’une part, il cultive une forme d’incognito. Lidoire, Gadifer et Le Tors arrivent « en simples vestures que on ne les congneust » (l. I, t. 1, 834). Quant à la jeune Liriopé elle est emmitouflée dans une ample « cloque » (l. I, t. 1, 836) qui semble autant destinée à la protéger du froid que des regards indiscrets. D’autre part, les joyeux noceurs suppriment les éventuels témoins gênants. Ainsi les domestiques sont renvoyés au profit de Liriopé qui fera seule le service à table9. De la même manière c’est Floridas et non un quelconque messager qui va quérir les convives supplémentaires. La volonté explicite de rester entre soi, loin des oreilles indiscrètes10, s’explique par la qualité des personnages qui s’appliquent à se divertir et par la nature des distractions qu’ils entendent se donner. Malgré des propos légers, voire grivois, et la révélation de quelques secrets d’alcôves, ces réjouissances restent cependant relativement innocentes. Certes Lidoire « hontoie » et menace de se venger mais l’ambiance demeure bon enfant et l’honneur est sauf, conformément au souhait d’Alexandre. Si ces badineries doivent être cachées ce n’est donc pas en raison de leur indécence11, mais parce qu’il se produit une tension entre le rang des personnages et leur aspiration à la spontanéité. En effet, en tant que souverains, Alexandre, Lidoire et Gadifer sont tous trois des figures publiques dont le comportement est régi par la fonction. Représentants de l’autorité, ils ne peuvent renouer avec la liberté de paroles et d’actions inhérente à leur jeune âge que dans l’intimité d’un repas partagé à l’abri des regards et en très petit comité.

10L’épisode de la tente peut être rapproché d’autres scènes à la tonalité similaire telles que le retour de Gadifer (l. II, t. 1, 37 ss), qui donne lieu à un bon mot de Liriopé, ou encore l’ivresse de l’écuyer de Floridas (l. I, t. 1, 392 ss). Cependant, bien qu’il mette en scène les mêmes personnages et des distractions de même nature, le repas chez Sébille reste particulier du fait qu’il présente la réalisation opportuniste d’un projet longtemps caressé par Alexandre. Contrairement au retour de Gadifer ou aux élucubrations de l’écuyer ivre, le divertissement n’est pas le fruit du hasard des circonstances, mais émane directement de la volonté et de l’action du roi. Autre singularité, le souverain est ici saisi dans son intimité. Il n’est pas question d’une causerie improvisée au coin du feu alors qu’Alexandre parti à l’aventure se fait plus chevalier errant que roi mais bien d’une scène de la vie de cour dans laquelle quelques privilégiés, dûment sélectionnés, partagent, sous le sceau du secret les distractions du souverain.

Gadifer et les vieillards

  • 12 La dimension comique de Perceforest ne doit pas être sous-évaluée. Voir ma thèse, soutenue à l’uni (...)
  • 13 Alors que l’épisode de la Maison Penancière donne lieu à un dialogue comique rapporté dans le déta (...)

11Ce second épisode se distingue du fait qu’il se produit en dehors de tout banquet ou célébration, événements qui focalisent d’ordinaire la plupart des divertissements. Il présente, de plus, la particularité d’être la redite moins développée d’une scène antérieure : celle de la « Maison Penanciere ». Pour les protéger (ou se divertir à leurs dépens), Lidoire fait en sorte que deux couples formés par Gadifer et Flamine d’un côté, Lyonnel et Blanche de l’autre soient incapables de se reconnaître. Les jeunes filles voient les jeunes hommes sous les traits de vieillards et réciproquement. Il s’ensuit un double quiproquo comique12 : Lyonnel et Blanche s’étonnent des égards qu’ils se rendent l’un à l’autre, tandis que Gadifer est repoussé par Flamine qui croit avoir été embrassée par un vieux. Peu de temps après, Lyonnel et Gadifer, parvenus au manoir de Lidoire, racontent au couple souverain leur peu commune aventure, ce qui ne manque par de faire rire le roi. Lidoire demande alors aux deux jeunes hommes d’identifier les vieilles et fait revenir les jeunes filles que l’illusion maquille toujours et qui continuent à voir leurs amants comme des vieillards. C’est cette seconde rencontre, constituant une reprise synthétique13 de la première, qui fait office de divertissement royal.

  • 14 « Et le roy print grant plaisir au fait des deux anciennes dames qu’il cuidoit plainement veoir de (...)
  • 15 « Mais quant la royne sy sceut qu’il fut temps, elle deffist son enchantement et tantost les deux (...)
  • 16 Gadifer en appelle à son amie : « Comment, gente pucelle, dist Gadiffer, me mescognoissiez vous, q (...)

12Là où le repas sous la tente se définissait par sa spontanéité, l’enchantement des vieillards revêt un caractère théâtral. Celui-ci tient d’abord à la dimension visuelle de l’épisode qui se présente comme un jeu de masques. Sous l’effet de l’enchantement, les quatre jeunes gens sont grimés en vieillards à ce point décrépits qu’ils en deviennent caricaturaux. Ce travestissement se trouve compliqué par le fait que les personnages n’ont pas conscience d’être ainsi déguisés et ignorent, évidemment que les autres le sont. Cette confusion produit un double décalage. D’une part l’identité des personnages ne coïncide pas avec la façon dont ils sont désignés, écart qui entraîne une distorsion de l’ordre d’un champ contre champ perverti. Ainsi, lorsque Lidoire fait « venir les deux pucelles », ce sont « illecq deux dames de merveilleuse viellesse » (l. III, t. 2, p. 192) qui arrivent. D’autre part, l’attitude des personnages ne s’accorde pas avec leur apparence. Plus que sur les désignations mouvantes (destinées au lecteur), c’est sur cette inadéquation entre le paraître et le parler que se fonde le divertissement offert à Gadifer. De fait ce sont les bons mots des vieilles qui suscitent son rire14, comique oral qui contribue également au caractère théâtral de l’épisode. Cependant la dimension dramaturgique de la scène repose aussi sur la façon dont les personnages se voient allouer différentes fonctions. Inconscients des costumes qu’ils ont revêtus par le biais de la magie, les deux couples d’amoureux sont les comédiens involontaires de la farce. Instigatrice de l’illusion et de la rencontre, Lidoire pourrait être assimilée à un metteur en scène. Elle est en effet celle qui décide, non seulement de l’apparence mais également des entrées et sorties de chacun. C’est elle qui fait venir les jeunes filles à fin de confrontation et elle encore qui décide de mettre un terme au sort, rétablissant la coïncidence entre l’être et le paraître15. Gadifer, pour sa part, est explicitement désigné par son épouse comme le spectateur et le bénéficiaire de cette mascarade. « Laissiez deduire le roy » (l. III, t. 2, p. 193), enjoint-elle à son fils qui dénonce la supercherie16. De fait, si Gadifer l’aîné occupe le rôle du témoin ravi par l’artifice, Gadifer fils est, quant à lui, l’irréductible incrédule. Protégé des sorts par un anneau magique, il est, avec Lidoire, le seul protagoniste, à évoluer en dehors du cercle enchanté. Spectateur sceptique, réfractaire au charme de la fiction, il est un potentiel briseur de jeu, une menace pour l’illusion (théâtrale ?). Telle est la raison du rappel à l’ordre qui lui est adressé par la Reine Fée :

Taisiez vous, Gadiffer, dist la royne, vous l’avez trop bel ! Laissiez deduire le roy, et se vous voiez autre chose que les autres ne voient, il vous souffisse. (l. III, t. 2, p. 193)

  • 17 À cette occasion le verbe « divertir » doit d’ailleurs se comprendre de deux façons. Désireuse de (...)

13Spécialiste des mises en scène élaborées (il suffit pour s’en convaincre de penser au Temple de la Franche Garde), Lidoire semble s’être donné, entre autres missions, le devoir d’égayer son royal époux dans sa retraite sylvestre. L’enchantement des vieillards n’est en effet que l’une des distractions qu’elle s’attache à lui offrir : le roman la présente également en train d’appeler un ménestrel pour divertir Gadifer17, ou de se promener avec lui dans les bois (l. II, t. 1, 581). De sorte que le manoir de la Forêt aux Merveilles apparaît surtout comme un lieu de divertissement, un havre de paix et d’oubli loin de l’exercice du pouvoir.

Conclusion

14À la lumière de ces épisodes il ressort que loin de présenter une série homogène de fêtes et de célébrations, Perceforest propose deux types des réjouissances : les unes, officielles, et les autres, officieuses. Les premières sont des événements publics investis d’enjeux historiques, politiques ou religieux et constituent la tribune d’un pouvoir en représentation. Le festin chez Perceforest au cours duquel le clerc Cresus se voit confier la rédaction des chroniques d’Angleterre et d’Écosse en est un exemple. Étrangères au devenir du royaume, les secondes ne sont plus destinées à la communauté mais au souverain, que ce dernier soit lui-même le maître d’œuvre de son propre divertissement (comme Alexandre) ou qu’il se contente d’être le spectateur de la distraction élaborée à son intention. Tel est le cas de Gadifer, témoin passif d’un amusement tendant vers la farce, que lui procure l’enchantement réalisé par Lidoire. Concentrés autour du souverain ces évènements se font privés, confidentiels. D’une part parce qu’ils impliquent un nombre extrêmement restreint de participants. D’autre part parce qu’ils prennent place dans des lieux clos, protégés des regards et des oreilles indiscrètes. Cette inscription dans une parenthèse enchantée, qu’elle soit Forêt aux Merveilles ou simple pavillon de toile, possède une portée à la fois pragmatique et symbolique. Garant de l’autorité et de l’ordre, le roi ne saurait se laisser aller à l’humour leste et aux fous rires en public. Sa fonction représentative ne pourrait le souffrir. L’isolement est donc une condition nécessaire pour que le souverain (et conquérant tout puissant dans le cas d’Alexandre) puisse goûter les distractions de tout un chacun sans répercussion sur la vie politique du royaume et sans atteinte à sa dignité. La coupure opérée est également symbolique et correspond à la volonté de nier la réalité durant une période plus au moins longue. Ainsi, Gadifer, roi mehaigné, se soustrait, pour une part involontairement et grâce au secours ambigu de Lidoire, à l’amertume de ne plus pouvoir régner. Alexandre, quant à lui, se dérobe au poids de sa charge et de sa réputation.

  • 18 Sur ces rapprochements voir Taylor J., Le Roman de Perceforest, première partie, Genève, Droz, 197 (...)

15L’attention portée aux coulisses du pouvoir, le glissement vers un divertissement mondain réservé à un cercle très fermé semblent présenter un aspect assez inédit pour susciter un intérêt prolongé. Ne serait-il pas envisageable, par exemple, de trouver un écho de ces épisodes dans les faits historiques, tout comme leurs pendants somptueux (couronnements et tournois) ont pu être rapprochés des entremets et des entrées royales18 ? Par ailleurs, dans une œuvre aussi riche que Perceforest qui entre autres sujets brasse les concepts d’histoire, de temps et de mémoire, cette peinture singulière et intime du souverain se fait également porteuse d’une réflexion sur le pouvoir et ceux qui le détiennent. Interrogation qui tendrait presque à devenir psychologique et sociologique tant l’auteur semble suggérer, bien avant Pascal, qu’un roi sans divertissement est un homme plein de misères.

Notes

1 Berthelot A., « Des fêtes arthuriennes classiques aux fêtes ritualisées dans le Roman de Perceforest », Altenburg D., Jarnut J. et Steinhof H.-H. (dir.), Feste und Feiern im Mittelalter, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1991, p. 432-440.

2 Cette esthétique de la répétition a été étudiée par Berthelot A. dans son article « Répétition et efficacité narrative dans le Roman de Perceforest », Le Moyen Français, t. 30, 1992, p. 7-17.

3 D’abord nommé Bétis, il tire le nom sous lequel il règne de son action conquérante (perce/forest). Voir Taylor J., « Perceval/Perceforest: naming as hermeneutic in the Roman de Perceforest », Romance Quarterly, t. 44, 1997, p. 201-214.

4 « Pour laquelle chose je vouldroie qu’il m’eust cousté moult plus que on en cuide et tous les fais, ainsy qu’ilz advindrent, par la recongnoissance vraye de ceulx a qui il avint fussent mis es escriptz, par quoy nous et ceulx qui aprés nous vendront sceussent comment et par qui les forestz d’Angleterre furent perchees et ouvertes encontre Darnant l’enchanteur et son lignaige, qui closes les tenoient et serrees par leurs enchantements. » (l. I, t. 1, 822)

5 Par exemple Liriopé juge qui des quatre hommes présents se démène le plus, ou le moins, pour sa voisine de table. Ou bien encore, Gadifer, faisant preuve d’indiscrétion, révèle comment son épouse Lidoire a trompé Liriopé pour profiter d’un moment d’intimité avec lui. Pour une description plus détaillée de ces propos, voir l’article de Corinne Denoyelle publié dans ce volume.

6 « Or seez tout quoy, cy n’affiert reverence. Mais seez jus et nous serrons aprés. » (l. I, t. 1, 834) Au contraire d’Alexandre, Perceforest veille à ce que ses convives soient placés de manière significative. Ainsi il fait asseoir Sara à côté de lui pour lui rendre hommage : « le roy Percheforest fist asseoir Sarra toute premiere » (l. I, t. 1, 820).

7 Dans ce court épisode on dénombre presque une dizaine d’éclats de rire, le plus souvent qualifiés de manière hyperbolique. À cette hilarité s’ajoutent, par ailleurs, de nombreuses occurrences du vocabulaire de la joie et des réjouissances, par exemple « esjouir », « esbaudir », « se deduire », « feste ».

8 Le mot revient à trois reprises, d’abord dans la bouche de Lidoire : « dirons noz risees plus hardiement » (l. I, t. 1, 837) puis dans celle d’Alexandre : « Dictes hardiement Lyriopé. » (l. I, t. 1, 839) et « Par ma foy, dist le roy Alexandre, vecy bon compte. Mais dictes hardiement bons motz n’espargnent personne ! » (l. I, t. 1, 843)

9 « Nous ne voulons autre servant que vous. Les aultres s’en voisent, sy dirons noz risees plus hardiement. » (l. I, t. 1, 837)

10 Loin des « gueteries » selon le mot d’Alexandre (l. I, t. 1, 831).

11 Plus loin dans le récit, une anecdote fort similaire fait d’ailleurs l’objet d’une narration à la cour. Preuve que le sujet, s’il est délicat, n’est néanmoins pas tabou (l. II, t. 1, 37 ss).

12 La dimension comique de Perceforest ne doit pas être sous-évaluée. Voir ma thèse, soutenue à l’université Rennes 2 sous la direction de C. Ferlampin-Acher le 11 décembre 2010 : « ‘ Dictes hardiement, bons motz n’espargnent personne.’Approche typologique, esthétique et historique du comique dans Perceforest. »

13 Alors que l’épisode de la Maison Penancière donne lieu à un dialogue comique rapporté dans le détail, la seconde occurrence de l’enchantement restreint l’échange aux bons mots prononcés par les vieilles, bons mots qui renvoient de façon condensée et anaphorique à la première scène.

14 « Et le roy print grant plaisir au fait des deux anciennes dames qu’il cuidoit plainement veoir devant lui, car elles avoient de trop bons mots. » (l. III, t. 2, p. 193)

15 « Mais quant la royne sy sceut qu’il fut temps, elle deffist son enchantement et tantost les deux chevaliers veirent les deux pucelles, et elles pareillement veirent les deux chevaliers. » (l. III, t. 2, p. 193)

16 Gadifer en appelle à son amie : « Comment, gente pucelle, dist Gadiffer, me mescognoissiez vous, qui me tenez a ancien homme ? » (l. III, t. 1, p. 193)

17 À cette occasion le verbe « divertir » doit d’ailleurs se comprendre de deux façons. Désireuse de faire oublier certaines nouvelles au roi, Lidoire cherche autant à l’égayer qu’à faire diversion : « Lors appella ung menestrel qui estoit en sa compaignie et luy commanda a jouer devant le roy affin qu’il oubliast ces nouvelles. » (l. II, t. 2, 91)

18 Sur ces rapprochements voir Taylor J., Le Roman de Perceforest, première partie, Genève, Droz, 1979, p. 218 ss et Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2011, p. 104 ss.

Auteur

CELLAM Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540