Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

Pratiques héraldiques dans Perceforest1

Catalina Girbea

Testo integrale

  • 1 Nous remercions Martin Aurell et Christine Ferlampin-Acher pour leurs remarques et commentaires au (...)

1Dans ce roman particulièrement long, où les aventures s’entremêlent constamment de manière foisonnante, l’emblématique offre à la fois un fil conducteur dans ce labyrinthe narratif et une clef de lecture. Les armoiries forment une chaîne sémiologique qui traverse le texte, rehaussant les écueils cachés par les torrents des chevauchées et vols merveilleux. Le système de signes ainsi que les pratiques héraldiques livrent des informations qui permettent peut-être une meilleure connaissance du contexte dans lequel le roman a été rédigé et réécrit. Ils mettent en valeur les figures féminines d’une manière sans précédent pour la littérature arthurienne. Enfin, les emblèmes affirment si fortement leur valeur de marqueurs d’identités qu’ils arrivent à se substituer aux caractères. Cette vision « héraldisée » du monde, ainsi que le rôle central accordé au héraut-ménestrel, soulèvent la question des auteurs de la rédaction tardive.

Pratiques héraldiques et contexte du roman

  • 2 Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, G (...)
  • 3 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 409-427.

2Les recherches de Gilles Roussineau et de Christine Ferlampin-Acher ont montré que le roman, dont une première version a été peut-être composée au XIVe siècle, a été réécrit en profondeur dans l’entourage de Philippe le Bon (1396-1467) à la cour de Bourgogne2. Christine Ferlampin-Acher a montré également que l’auteur de ce remaniement pourrait être le copiste David Aubert3. Une analyse de quelques signes héraldiques qui sillonnent le texte permettrait peutêtre au chercheur de continuer à explorer l’archéologie de ce vaste univers qu’est le Perceforest.

L’hommage héraldique

3Le roman s’affirme comme une chronique et semble avoir un but explicite de propagande. Dans ce contexte, la question des hommages héraldiques, à savoir la présence dans le texte d’armoiries empruntées au monde des realia, destinées à flatter un personnage historique ou une famille, s’impose et elle soulève des problèmes. La fondation de la compagnie du Franc Palais pourrait faire écho à celle de la Toison d’Or. La disposition des armoiries des chevaliers, tel que le roman la décrit, ressemble à celle qui est consignée à l’occasion des festivités de Lille autour de la célébration des premiers chapitres de l’Ordre :

  • 4 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 2, p. 249.

Lors regarda avant et veyt ou chief du palais penduz a .XII. des croqcz .XII. escus. Seigneurs, dist le roy, je voy merveilles ou chief de ce palais, car je y voy .XII. escuz penduz aux crocqz. […] Par ma foy, sire, ce sont les escuz aux .XII. chevaliers qui accomplirent les .XII. veux de l’ermite ou grant tournoy enre Scydrac et Tantalon quant le roy Gadifer votre frere fut couronne4.

  • 5 Gruben F. de, « Les premiers chapitres de l’ordre de la Toison d’or », Caron M.-T., Caluzel D. (dir (...)
  • 6 Roussineau G., op. cit., l. II, t. 2, p. XIII.

4À Lille, dans l’église Saint-Pierre, au-dessus des sièges des chevaliers sont accrochés des tableaux représentant leurs armes, peintes par Hue de Boulogne5. Pourtant, cette disposition n’apparaît pas uniquement dans le cas de l’Ordre de la Toison d’Or. Dans la chapelle de Windsor, siège de l’Ordre de la Jarretière, chaque chevalier occupe une stalle au-dessus de laquelle est suspendu son écu6.

  • 7 Gruben F. de, art. cit., p. 219.
  • 8 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 2, p. 230ss.

5La célébration du chapitre de la Toison d’Or est précédée par une procession somptueuse7, qui ne va pas sans rappeler l’entrée de Perceforest dans sa ville : elle est devancée par quatre prudhommes, suivis de quatre « sommiers », puis cent chevaux de prix bien préparés pour le tournoi8. La suite de la description met l’accent sur la lumière et le merveilleux :

  • 9 Ibid., l. II, t. 2, p. 232.

Adont ceulx des hours regarderent pardevers la forest, sy ne garderent l’eure qu’ilz en virent yssir merveilleuse clarté de plusieurs lumieres, mais ilz ne ceurent juguer se c’estoit de torches, car les lumieres s’espardoient par la praerie a si grant plenté que sans nombre, tellement qu’en pou d’heure la clarté du jour perdy la lueur et les regardans estoient si esbahis qu’ilz ne sçavoient qu’il leur estoit avenu. Et sachiez que tant approchierent les lumieres que ceuls es hours en furent alumez a tous le hault et bas et sy ne veoient pas ces lumieres porter a personne nulle, et non obstant en y avoit il tant que la clarté du jour, qui estoit encores apparant, en estoit estainte pour la clarté du feu qui estoit entor eulx plus grande9.

  • 10 Ibid., l. II, t. 2, p. 233.

6Après un tournoi fantosme qui se déroule dans le ciel, douze demoiselles accompagnées de deux ménestrels sortent de la forêt, suivies de quarante pucelles, vêtues de rouge et blanc, avec des jeunes hommes qui portent azur et gausnes10. La combinaison du bleu et du jaune rappelle les couleurs de la royauté française. Une différence importante par rapport aux festivités de la Toison s’impose toutefois : la procession ducale ne comporte pas de cortèges de femmes, comme c’est le cas dans le roman.

7Cent chevaliers, dont les cimiers sont faits de flammes, défilent par la suite :

  • 11 Ibid., l. II, t. 2, p. 235.

Et sy n’y avoit chevalier qui n’eust sur le comble de son heaulme une clarté de feu sy grande comme d’une torche embrasee et autelle clarté avoit chacun sur le chief de son cheval, sy n’estoit plus de noblesse que de les veoir, car la tainture de leurs armes resplendissoit aussi comme en plain soleil11.

  • 12 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 137.
  • 13 Pastoureau M. et Mérindol C. de (dir.), Chevaliers de la Toison d’Or. Portraits équestres du XVe si (...)

8Ces cortèges somptueux jouent à la fois sur l’imaginaire carnavalesque et sur le symbolisme universel et mythique de la souveraineté, tout en rappelant les pratiques réelles des entrées royales à la fin du Moyen Âge12. Cependant, en dépit de ces ressemblances avec la cérémonie réelle, seules les armoiries du Chevalier au Cœur Enfergié rappellent un chevalier de la Toison : elles pourraient rendre un hommage héraldique à Jacques de Crèvecœur, gouverneur de Compiègne, l’un des négociateurs de la Paix d’Arras, qui porte un heaume à lambrequins verts faisant corps avec deux larges manches vertes fourrées d’hermines, d’où s’élèvent deux bras à manches d’azur soutenant un cœur dont le sang tombe goutte-à-goutte13.

9Les armoiries de Perceforest, conquises au Temple du Dieu Inconnu, sont définies par une flamme :

  • 14 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 1, p. 191.

Dont regarda le roy le pilier et voit qu’il pendoit au pilier ung escu et estoit armorié d’or a une lampe d’azur dont il yssoit une raye de flamme vermeille. Quant le roy veyt l’escu, il luy sembla moult bel14.

  • 15 Ibid., l. II, t. 1, p. 343-348.
  • 16 Salet F., « La croix du serment de l’Ordre de la Toison d’Or », Comptes rendus des séances de l’Aca (...)
  • 17 Gruben F. de, art. cit., p. 216.
  • 18 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 1, p. 616.
  • 19 Van Anrooij W., « Hendrik Van Hessel, héraut à la cour impériale et à la cour de Bourgogne », Le Hé (...)

10La flamme de cet écu suspendu au-dessus d’un autel se divise en trois pointes : celle du milieu est blanche, plus haute que les deux autres, celle de droite est rouge sang et celle de gauche couleur de feu15. Le bouclier préfigure la future conversion du royaume d’Angleterre et le début d’une nouvelle spiritualité pour Perceforest. Outre ce rôle symbolique il rappelle en filigrane la devise de Philippe le Bon : Ante ferit quam flamma miscet (Il frappe avant que la flamme ne jaillisse). En effet, les ducs de Bourgogne arboraient parfois comme emblèmes des briquets, appelés fusils, ornés de pierres d’où jaillissaient des flammes16, comme c’est le cas dans les tapisseries de l’église Saint Pierre à Lille17. Le poursuivant du roi d’armes s’appelle d’ailleurs Fusil. Les flammes dans les armoiries de Perceforest, le bain de lumière qui domine le cortège de son entrée royale, pourraient renvoyer à la devise du duc de Bourgogne. À l’exception de ces deux possibles formes d’hommage héraldique, introduites très probablement dans le roman au moment de la maturation de son écriture, il n’y a aucune autre allusion directe à la cour de Bourgogne ou à la Toison. Quelques allusions indirectes peuvent toutefois être décelées. Les armes d’Alexandre sont l’écu d’or à l’aigle noire18, allusion aux armes germaniques, possible flatterie à l’égard de l’empereur, compte tenu du fait que Philippe était aussi duc de Brabant et maréchal de l’Empire19.

  • 20 Perceforest, l. II, t. 1, p. 107.

11Les armoiries de l’Angleterre sont d’azur à trois aigles d’or. Elles sont pour le moins audacieuses car, même si les meubles héraldiques ne correspondent pas, les couleurs sont celles des Capétiens. Tout aussi étrange semble la valorisation de la fleur de lys, que porte l’un des douze Chevaliers aux Vœux. Ce signe de la royauté française ne semble avoir rien à envier aux autres. Le cerf-volant, qui apparaît plusieurs fois dans le récit, pourrait rappeler également la maison française. Un épisode est particulièrement marquant. Lorsque Perceforest est intronisé, la couronne ne lui va pas. Une demoiselle arrive et lui en apporte une autre, bien plus adaptée à sa tête. Elle s’envole ensuite, métamorphosée en cerf20. Plus tard, pendant l’entrée royale dans le livre II, des demoiselles chevauchent des cerfs qui portent dans leurs cornes des luminaires. L’animal, volant ou pas, est donc rattaché à la légitimation du pouvoir royal.

  • 21 Il pourrait toutefois renvoyer aussi à la légitimité politique de la Bourgogne, où il semble avoir (...)
  • 22 Voir Hablot L., « Concevoir et créer la devise du prince », Cassagnes-Brouquet S., Yvernault M. (d (...)
  • 23 Hablot L., « Modes et pratiques héraldiques dans le sillage de la légende arthurienne », Aurell M. (...)
  • 24 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 104-105.

12De même que les lys, l’azur et l’or, le cerf-volant est un motif lié à la royauté française21. Charles VI le choisit pour sa devise en 1382, très probablement à cause des nombreuses légendes royales de Saint Denis, qui impliquent un cerf, et de certaines de ses lectures22. Les couleurs françaises dans les armes de l’Angleterre ainsi que le rôle de protagoniste du Chevalier à la Fleur de Lys et l’importance des cerfs dans un contexte d’exaltation de l’Angleterre ne sont pas un hommage à la France. Il s’agit plutôt d’un mimétisme armorial et sémiologique destiné à renforcer les prétentions anglaises sur la France, une réminiscence peut-être de ce que les spécialistes de l’héraldique appellent la « saisie armoriale », l’emprunt des armoiries aux ennemis, converties en emblèmes-trophées. Ce genre de mimétisme n’est pas rare au XIIe siècle, lorsque les règles du blason ne sont pas encore fixées23. Il faudrait aussi se rappeler que le roman refait la préhistoire arthurienne, la préhistoire du Graal, et montre les fondements du royaume anglais. Selon cette « chronique », les signes qui définissent les Capétiens et les Valois existent de longue date dans l’histoire anglaise, ce qui fait des Français des usurpateurs. Ce phénomène s’inscrit dans la tendance générale du roman, constatée par Christine Ferlampin-Acher, de « déposséder » la France de certains de ses symboles24.

  • 25 Beaune C., « Costume et pouvoir en France à la fin du Moyen Âge : les devises royales vers 1400 », (...)

13Une autre hypothèse pourrait être énoncée. Charles VI s’est probablement inspiré de la légende arthurienne lorsqu’il a choisi sa devise, peut-être des romans de la Vulgate comme la Queste ou le Lancelot25. Toutefois, si l’animal existe déjà dans la version du XIVe siècle de Perceforest, on pourrait supposer que le roi a lu le roman et s’est inspiré de la demoiselle qui met sur la tête de Perceforest la vraie couronne. Dans un contexte de guerre et de royauté revendiquée des deux côtés de la Manche, cet épisode est beaucoup plus chargé de significations que les autres. Les cerfs qui apparaissent dans la Queste, la Mort Artu ou Lancelot sont rarement volants et n’ont aucun rapport direct avec le pouvoir politique, ils se rattachent plutôt au contexte spirituel. En revanche, dans Perceforest c’est bien d’un signe de majesté royale qu’il s’agit et, si cet épisode préexiste au choix de la devise par Charles VI, alors c’est sa source arthurienne la plus probable.

  • 26 Hablot L., « Modes et pratiques… », art. cit., p. 138.

14Ces connexions sont parmi les seules qui peuvent être établies entre le roman et la vie politique de l’époque. On pourrait s’attendre à ce qu’un Chevalier de la Toison adopte un emblème du roman. Or, ce sont toujours les cycles en prose du XIIIe siècle qui semblent inspirer Régnier Pot, membre de l’Ordre, quand il choisit d’écarteler ses armes avec celles de Palamède, échiqueté d’argent et de sable, à deux badelaires brochantes et quand il adopte son prénom26.

  • 27 Comme le note aussi Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 142ss : elle rappelle que la Compagnie du Fra (...)

15Il serait peut-être plus prudent de penser que la Compagnie du Franc Palais ne fait allusion à aucun ordre chevaleresque en particulier27 ; les écus des élus mélangent à la fois des signes associés à l’Ordre de la Jarretière, à celui de la Toison d’Or ou de l’Étoile. Ainsi, le Chevalier à l’Étoile peut faire allusion à l’ordre qui porte ce nom, bien que les étoiles se retrouvent aussi dans les armes des membres de la Jarretière, jaune par exemple comme celle qui brille sur l’écu de Miles Stapleton (1364) ou bien noire dans les armes de Jean Beauchamp, comte de Warwick. Le Chevalier au Noir Lion rappelle que Miles Stapleton porte un Lion Noir rampant à l’étoile d’or ; le Chevalier au Griffon rappelle Franck von Halle (1374), qui porte de gueules au griffon d’or à la bordure d’azur fleurdelisé. Humphrey de Bohun, comte d’Hereford, Essex et Northampton, porte trois lions rampants d’or. Enfin, le dernier duc du Dauphiné indépendant, Humbert II, institua l’ordre du Dauphin, que rappelle peut-être le Chevalier au Dauphin. Par ailleurs, on s’étonnera de ne trouver nulle part dans ce roman particulièrement inspiré par l’Antiquité d’allusion à Jason ou à Gédéon, qui remplace Jason après 1431 dans l’imaginaire de la Toison d’Or.

Pratiques héraldiques, adoubements et concession des armes

  • 28 Hablot L., La Devise. Mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Turnhout, Brepols, sous pr (...)
  • 29 Quéruel D., L’istoire de tres vaillans princez monseigneur Jehan d’Avennes, Villeneuve-d’Ascq, 1997 (...)

16Certains épisodes du roman semblent être des rémanences du XIVe siècle : la colée est donnée par la paume dans tous les adoubements du texte, alors que cette pratique n’était plus en vigueur au XVe siècle. De même, comme Laurent Hablot l’a montré, l’usage de vêtements armoriés pendant les tournois semble disparaître au XVe siècle, un décalage entre la pratique et l’iconographie (où les armoiries sont conservées, à la fin du Moyen Âge, uniquement pour désigner les personnages ou créer un effet de distanciation temporelle) s’installant28. Dans les tournois de Perceforest, les chevaliers sont toujours dotés de leurs emblèmes, ce qui soulève, une fois de plus, la question de la datation de ces passages, peut-être importés d’une première version du XIVe siècle. Il y a cependant des romans du XVe siècle dans lesquels les chevaliers portent leurs armoiries pour participer aux tournois. Le duc de York, dans le Roman de Jean d’Avennes, se jette dans le tournoi en revêtant « sa cotte d’armez couverte d’orfaverie et entremerlee de plusieurs pierrez precieuses » et lorsque son coursier est paré et « atournez de ses armes29 ».

  • 30 Perceforest, éd. cit., L I, t. 1, p. 592.
  • 31 Hablot L., « Le héraut en tabard, image idéale du prince », Le Héraut, figure européenne, op. cit.,(...)
  • 32 Szkilnik M., Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle, Genève, Droz, 2003, p. 128.

17La reine Ydorus demande que ses chevaliers portent une rose blanche dans le quartier gauche de leur écu30, ce qui fait d’eux un groupe constitué par concession d’armoiries, pratique héraldique en train de disparaître au XVe siècle31. Toutefois, la rose n’est pas spécifiquement le signe héraldique de la reine et il est donc difficile de parler de véritable acte de concession. On peut tout au plus supposer que la fleur fait partie de la devise de la souveraine, qu’elle la définit en tant qu’individu, sans rapport à sa fonction ou à son lignage, et que son geste relève du partage emblématique. Le réflexe de constituer un groupe apparaît d’ailleurs, comme une sorte de nostalgie, dans d’autres romans de la fin du Moyen Âge, comme par exemple le Roman de Jean de Saintré, où le protagoniste prévoit des livrées pour son entourage32. Toutes ces pratiques romanesques, qui ne correspondent plus aux réalités du XVe siècle, peuvent être le résultat d’une volonté de distanciation, afin de donner une coloration archaïque au texte.

  • 33 Field P., « Morte Arthure, the Montagus and Milan », Medium Aevum, t. 78, 2009, p. 98-113.
  • 34 Autrand F., op. cit., p. 214-239.

18En revanche, d’autres épisodes liés à la remise des armes et armoiries semblent faire écho à des pratiques de la fin du Moyen Âge. L’adoubement de Passelyon à l’âge de dix mois en est un. Les mentions d’adoubements d’enfants avant l’âge de quinze ou dix-huit ans sont plus nombreuses à partir du XIVe siècle. Ainsi, Galeazzo Visconti semble avoir été fait chevalier à l’âge de six ans33. De même, les princes d’Anjou, adoubés par Charles VI en 1389, sont des enfants dont l’aîné a onze ans34.

Les pratiques héraldiques et la féminité

  • 35 Girbea C., Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (XIIe-XIIIe siècles), Paris, Classiq (...)
  • 36 Ce sont des cas rares de « chastoiement théologique », Szkilnik M., op. cit., p. 39-41. Voir aussi (...)
  • 37 Aurell M., « Les Femmes guerrières (XIe-XIIIe siècles) »,Aurell M., Deswarte T. (dir.), Famille, vi (...)
  • 38 Aurell M., Le Chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Par (...)

19À partir du XIIe siècle, dans la légende arthurienne, les femmes ont un rôle primordial comme catalyseurs de l’enthousiasme chevaleresque et même de la violence guerrière. Ce rôle n’est pas dévolu à n’importe quel type de femmes, mais particulièrement aux figures maternelles. Elles usurpent parfois les fonctions du clergé et s’arrogent le droit d’exhorter les chevaliers35. Les femmes ayant joué un rôle de ce type sont très nombreuses : on ne rappellera que les mères de Perceval ou de Parzival, la Dame du Lac, les nonnes dans la Queste del Saint Graal, Belle Cousine dans le Roman de Jean de Saintré, la mère du chevalier Louis dans L’Histoire des Seigneurs de Gavre36. Ces situations reproduisent peut-être des pratiques réelles : Martin Aurell a montré que les femmes entretenaient souvent la violence des hommes dans la société médiévale37, et qu’elles jouaient un rôle capital dans l’éducation de leurs fils38.

  • 39 Ferlampin-Acher C., art. cit., p. 276ss.
  • 40 Aurell M., Chevalier lettré…, op. cit., p. 363.

20Dans Perceforest l’implication des femmes dans le devenir des héros se trouve renforcée, qu’il s’agisse de mères, de reines ou de demoiselles. Christine Ferlampin-Acher a d’ailleurs remarqué que dans ce roman, où les mères s’occupent de la « nourreture » et de l’éducation, les divinités les plus puissantes et les plus souvent mentionnées sont également féminines39. En somme, on assiste à une sorte de « féminisation » de la chevalerie selon l’expression de Martin Aurell40, les milites étant même parfois comparés à des « pucelles ». C’est par exemple le cas au moment de la fondation de la Compagnie du Franc Palais :

  • 41 Perceforest, éd. cit., l. II, p. 255.

Sy me souvient d’une parolle que me dist une fois ung saint homme, car il dist en moy chastoyant que chevaliers et clercz devoient ressambler la pucelle, car la pucelle doit estre simple et quoye et pou parlant, courtoise, chaste et honneste en dictz et en fais, doulce, debonnaire et piteuse envers tous bons, fiere vertueuse et aspre encontre tous ceulx qui vilonnie luy requierent. Et encore doit elle avoir souffisance en sa beaulté et en biens temporelz et convoitise de vertus acquerre et de faire oeuvres qui plaisent au Dieu Souverain41.

  • 42 Ibid., l. IV, t. 2, p. 1122.
  • 43 Ibid., l. II, t. 2, p. 12.
  • 44 Cette partie disparaît à Arras, Bruges ou Mons. Caron M.-T., « Monseigneur le duc m’a fait l’honne (...)

21De même, une tête hideuse dit à Gallafur : « Chevalier sans espee, ou vas tu si nicement, car chevallier sans espee n’est que femme sans quenoulle42 ? » Dans Perceforest les femmes catalysent les vertus chevaleresque et elles usurpent les fonctions du clergé. Elles dirigent et contrôlent l’opinion publique, au point que rien ne peut être décidé « sans l’accord des dames et demoiselles43 ». Elles participent activement à la fondation de la compagnie du Franc Palais de même qu’à toutes les formes d’ostentation du pouvoir, comme l’entrée royale de Perceforest. Les douze demoiselles et les quarante pucelles servent de faire-valoir au pouvoir politique du roi, qu’elles semblent à la fois légitimer et compléter. Lorsque douze chevaliers font des vœux de prouesse pour les petites-filles de l’ermite Pergamon, cet engagement ressemble à une emprise, si ce n’est que les héros ne portent pas les signes de leurs dames : cela peut rappeler certains des vœux du Faisan, tels qu’ils ont été prononcés à Lille ou en Hollande, pour lesquels l’on disait : « Je voue aux dames et au faisan44. »

Pouvoir et féminité

  • 45 Girbea C., « Chevalerie, adoubement et conversion », Aurell M., Girbea C. (dir.), Chevalerie et chr (...)
  • 46 Ferlampin-Acher C., art. cit., p. 279.
  • 47 Zucker A., Physiologus. Le bestiaire des bestiaires, Grenoble, Jérôme Millon, 2004, p. 99.
  • 48 Cioba M., La Estoria de Gerusalén de Jacques de Vitry, Bucarest, Éditions de l’université de Bucare (...)

22Dans Perceforest, les femmes entretiennent un rapport privilégié avec les deux piliers de l’identité chevaleresque que sont l’adoubement et le tournoi. Elles participent ainsi activement à la remise des armes, phénomène sans précédent avant la fin Moyen Âge, à l’exception de quelques épisodes du Lancelot en prose45. Les romans arthuriens antérieurs confèrent parfois à la femme un rôle important pour l’entrée dans la chevalerie des jeunes hommes, mais de manière moins directe : Perceval et son homologue allemand Parzival reçoivent des conseils de leur mère avant la cérémonie ; Galaad est présenté à son père par les nonnes qui l’ont élevé ; Lancelot est instruit par la Dame du Lac et c’est une de ses servantes qui lui apporte l’écu à trois bandes. Le lien entre la femme et les armes est cependant nettement plus fort et explicite dans Perceforest. La mère de Gadiffer offre à son fils un anneau magique lors de son adoubement. Passelyon, le fils d’Estonné, naît avec une arbalète à la main et déchire le flanc de sa mère dans son impatience de sortir pour venger son père. Ces armes renvoient symboliquement au cordon ombilical46. Par ailleurs, nous pourrions ajouter que cette naissance rappelle certains épisodes de bestiaires relatifs à l’accouchement de la vipère. En effet, depuis Hérodote, l’on pense que la vipère donne naissance à des petits si impatients de sortir du ventre de leur mère qu’ils lui déchirent le flanc. La vipère est ainsi punie pour avoir tué son mâle au moment de l’accouplement. Cette description est reprise dans le Physiologus et dans le Bestiaire de Thomas de Cantimpré47. Le même type d’accouchement dramatique est associé à la panthère48. L’emploi de ces éléments dans l’épisode qui concerne Passelyon est spectaculaire. L’ardeur, voire le furor guerrier, voisins de la bestialité, sont valorisés dans un esprit profondément antiquisant. Cette « bestialisation » de Passelyon pourrait aussi s’expliquer par le fait qu’Estonné, son père, avait été métamorphosé en ours. La mère apparaît comme catalyseur de la vengeance et de la guerre au prix de sa propre vie. Elle prépare et entretient le mécanisme de la violence chevaleresque.

  • 49 Perceforest, l. II, t. 1, p. 240.
  • 50 Les discours prononcés au moment de l’adoubement rappellent certaines pages de Ramon Llull ou de G (...)

23La participation des femmes aux adoubements semble si bien ancrée dans les mentalités qu’un jeune damoiseau qui reçoit la colée de Perceforest exige que les reines s’impliquent dans la cérémonie49. Elles entretiennent à cette occasion un rapport privilégié avec les vêtements dont elles parent le nouveau guerrier : le rituel d’investiture chevaleresque rejoint la courtoisie et les manuels de civilité, qui mentionnent le fait que de nombreuses pièces vestimentaires sont remises au futur chevalier. D’autres romans du XVe siècle mettent en scène le rôle essentiel de la femme lors de l’adoubement et dans la représentation de la chevalerie. C’est par exemple le cas de Belle Cousine dans Jean de Saintré, qui explique au protagoniste la morale chevaleresque, dans un texte qui résonne en écho avec le discours de la Dame du Lac dans le Lancelot en prose50.

  • 51 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. du Fresne de Beaucourt G., Paris, Renouard, 1863-1864 et Olivier (...)
  • 52 Sommé M., « La participation de la duchesse Isabelle de Portugal et des femmes au banquet du faisan (...)

24Les « pucelles » qui arrivent avec des écus au moment de la fondation du Franc Palais forment une procession sacrée. La lumière qui précède leur apparition rappelle l’éclat du Graal : cette substitution, du Graal aux écus, semble destinée à sacraliser à la fois la féminité, les armes et les signes identitaires héraldiques dans une sorte d’alchimie mystique et chevaleresque. Dans ce contexte, les femmes qui participent à la fondation de la Compagnie du Franc Palais ressemblent aux officiants d’une cérémonie religieuse. En portant les écus des Chevaliers aux Vœux, elles deviennent les dépositaires du système de valeurs chevaleresques. Elles contribuent aussi à rendre l’emblème performatif : accrocher l’écu des meilleurs chevaliers dans la salle équivaut à nommer et ainsi à créer les élus. L’intervention féminine n’est pas sans rappeler, une fois de plus, la cérémonie du Banquet du Faisan en 1454. Dans les récits de Mathieu d’Escouchy et Olivier de la Marche51, la présence des femmes, dames et demoiselles, ainsi que celle de la reine Isabelle de Portugal sont mentionnées avec beaucoup d’insistance et douze dames, figurant les vertus, entrent dans la pièce52.

25En participant à l’adoubement, la femme détourne des prérogatives masculines en même temps qu’elle féminise un rituel éminemment guerrier. Par sa présence dans la procession des écus, elle prend en charge le rôle du clergé et s’affirme comme messager direct de Dieu. Cette féminisation de la chevalerie, associée à une sacralisation de la féminité, ne doit pas étonner dans le contexte de la fin du Moyen Âge : le premier ordre de chevalerie fondé au XIVe siècle est celui… de la Jarretière. Rédigé pratiquement entre la fondation de cet ordre et l’apparition de Jeanne d’Arc, Perceforest se fait l’écho d’une nouvelle sensibilité.

Le héraut-ménestrel

  • 53 Regnier-Bohler D., art. cit., p. 6.
  • 54 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 98.
  • 55 Szkilnik M., op. cit., p. 84.

26Le système sémiologique peut offrir des éléments pour mieux connaître le remanieur du roman, probablement David Aubert, qui a pu collaborer avec un héraut d’armes. En effet, la place de l’emblématique dans le roman est centrale. La sémiologie iconique remplace l’onomastique. L’attribution d’armoiries équivaut à un baptême : au début du roman, les Chevaliers aux Vœux refusent de dire leur nom, mais ils décrivent leurs armoiries. Le nom, si important pour les auteurs arthuriens, est détrôné. Pour Danielle Régnier-Bohler, « la culture médiévale dans le champ arthurien est la culture du Nom perdu, du Nom retrouvé, du Nom recouvré53 ». Ce n’est pas le cas de cette nouvelle construction narrative qu’est le Perceforest, où ce sont les armoiries et non les noms qui définissent les preux chevaliers. Cette capacité d’abstraction vise à construire non pas des identités indépendantes, comme c’était le cas dans les romans des siècles précédents, mais des identités de groupes. Les Chevaliers aux Vœux, la Compagnie du Franc Palais, les chevaliers de la reine Ydorus, sont autant de groupes définis en grande partie par les pouvoirs symboliques de l’héraldique. Le nombre de tournois ainsi que la longueur de leur description suggèrent de même qu’un héraut a pu être impliqué dans la réécriture du texte. De plus, l’auteur fait remonter l’origine des joutes à Alexandre et situe leur invention en Bretagne. L’attribution de leur invention à l’empereur antique se retrouve aussi sous la plume du héraut Jean Courtois, alias Sicile54, et elle semble commune à plusieurs traités d’héraldique. Cette surabondance des joutes reste toutefois problématique : Antoine de la Sale, un héraut attesté, ne décrit qu’un seul tournoi, et il le fait de manière sobre, racontant un combat qui n’est pas aussi violent et sans merci que ce que suggèrent d’autres romans55.

  • 56 Hiltman T., « Vieux chevaliers, pucelles, anges. Fonctions et caractères principaux des hérauts d’a (...)
  • 57 Ibid., p. 523.
  • 58 Spitzbarth A-B., « La fonction diplomatique des hérauts : l’exemple de la cour de Bourgogne au temp (...)
  • 59 Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel : prose historique et discours versifié dans le Perceforest(...)

27L’une des figures les plus intéressantes de Perceforest est le héraut-ménestrel Ponchonnet. Il organise des tournois, ce qui fait de lui un héraut, mais il se recommande aussi comme ménestrel, situation apparemment habituelle au XVe siècle. Dans les comptes brabançons du début du XVe siècle, plusieurs hérauts sont mentionnés comme ménestrels, fifres ou trompettes. Nicolas Villarft, alias Calabre, roi d’armes d’Anjou, est désigné comme ménestrel de bouche56. L’honneur joue un rôle essentiel pour définir l’office des hérauts ; ils ont également des fonctions diplomatiques57 ; ils bénéficient de l’immunité pendant les conflits et ils servent le duc ou le prince en transmettant des messages58. Ces fonctions rappellent celles de Ponchonnet, qui semble avoir une importante implication politique dans le roman. Son rôle dans la conservation de la mémoire est essentiel59. De même, dans le livre IV, lorsque les chevaliers restés sans roi doivent élire un chef, c’est lui qui préside leur réunion et il leur conseille d’attendre d’avoir des nouvelles de la fille de Perceforest pour procéder à l’élection.

  • 60 Verbij-Schillings J., « Un héraut-historien au début du XVe siècle : Bavière autrefois Gueldre », L (...)
  • 61 Ibid., p. 695.
  • 62 Ibid., p. 706.
  • 63 Van Anrooij W., art. cit., p. 709ss.
  • 64 Ibid., p. 715ss.

28Ponchonnet pourrait également être un reflet de l’auteur du Perceforest. Le roman se veut une chronique. Or, les hérauts du XVe siècle sont parfois historiens, comme par exemple Bavière, ou Gueldre. Au service des ducs de Bavière, comtes de Hollande, Zélande et Hainaut, Bavière finit sa carrière en Hollande60. Il est mieux payé que tous les autres hérauts, et passe avant celui du duc de Bourgogne61. Il est l’auteur de chroniques racontant l’histoire de la Hollande, comme la Wereldkroniek ou la Hollantsche cronike, une compilation de chroniques préexistantes. Chandos, qui avait composé en 1385 une vie du Prince Noir, fait également figure d’historien. Sicile, Gilles le Bouvier ou Berry, Jean le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy, et John Wrythe, héraut de la Jarretière62 sont d’autres hérauts chroniqueurs. Sigismund de Luxembourg, roi de Germanie depuis 1411, avait un héraut nommé Hendrik Van Hessel, qu’il proclama avec Philippe le Bon Sancti Romani Imperii de Ruir rex armorum63. Il est donc roi d’armes de Ruyer. Philippe le Bon était maréchal de l’Empire. C’est lui qui intervient dans la première nomination de Hessel et le prend, à partir de 1440, à son service64. Hessel participe au chapitre de l’ordre tenu en 1456 et, peu de temps après, il compose des chroniques de Hollande, Philippe étant devenu comte de Hainaut, Hollande et Zélande. Ces nombreux témoignages indiquent que les hérauts d’armes à la fin du Moyen Âge tendent à pratiquer l’écriture historiographique et romanesque. Elle permet sinon une hypothèse, au moins un questionnement prudent sur la possibilité que l’auteur de Perceforest ait pu collaborer avec un héraut d’armes.

Note

1 Nous remercions Martin Aurell et Christine Ferlampin-Acher pour leurs remarques et commentaires au sujet de cet article.

2 Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2010 et Roussineau G., Perceforest, Genève, Droz, 1988-2007.

3 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 409-427.

4 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 2, p. 249.

5 Gruben F. de, « Les premiers chapitres de l’ordre de la Toison d’or », Caron M.-T., Caluzel D. (dir.), Le Banquet du faisan. 1454 : L’Occident face au défi de l’Empire Ottoman, Artois, Presses universitaires d’Artois, 1997, p. 216.

6 Roussineau G., op. cit., l. II, t. 2, p. XIII.

7 Gruben F. de, art. cit., p. 219.

8 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 2, p. 230ss.

9 Ibid., l. II, t. 2, p. 232.

10 Ibid., l. II, t. 2, p. 233.

11 Ibid., l. II, t. 2, p. 235.

12 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 137.

13 Pastoureau M. et Mérindol C. de (dir.), Chevaliers de la Toison d’Or. Portraits équestres du XVe siècle (d’après le manuscrit 4970 de la Bibliothèque de l’Arsenal), Paris, Le Léopard d’Or, 1986, p. 83.

14 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 1, p. 191.

15 Ibid., l. II, t. 1, p. 343-348.

16 Salet F., « La croix du serment de l’Ordre de la Toison d’Or », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, 1965, 109, p. 116. Voir aussi Bonenfant P., « L’État bourguignon dans le cadre de la monocratie », Bonenfant P., Bonenfant Feytmans A-M. (dir.), Philippe le Bon, sa politique, son action, Bruxelles, De Boeck, 1996, p. 371.

17 Gruben F. de, art. cit., p. 216.

18 Perceforest, éd. cit., l. II, t. 1, p. 616.

19 Van Anrooij W., « Hendrik Van Hessel, héraut à la cour impériale et à la cour de Bourgogne », Le Héraut, figure européenne (XIVe -XVIe siècles), Revue du Nord, t. 88, 2006, p. 710.

20 Perceforest, l. II, t. 1, p. 107.

21 Il pourrait toutefois renvoyer aussi à la légitimité politique de la Bourgogne, où il semble avoir aussi un rôle symbolique important. Ainsi, lors du Banquet du Faisan il y avait un cerf aux cornes d’or monté par un garçon, voir Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 137.

22 Voir Hablot L., « Concevoir et créer la devise du prince », Cassagnes-Brouquet S., Yvernault M. (dir.), Poètes et artistes. La figure du créateur en Europe au Moyen Âge et à la Renaissance, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2007, p. 205-221. Voir aussi Autrand F., Charles VI, Paris, 1986, p. 222.

23 Hablot L., « Modes et pratiques héraldiques dans le sillage de la légende arthurienne », Aurell M. (dir.), Le roi Arthur, Revue 303, 2010, p. 134.

24 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 104-105.

25 Beaune C., « Costume et pouvoir en France à la fin du Moyen Âge : les devises royales vers 1400 », Revue des Sciences Humaines, t. 183, 1981, p. 125-146.

26 Hablot L., « Modes et pratiques… », art. cit., p. 138.

27 Comme le note aussi Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 142ss : elle rappelle que la Compagnie du Franc Palais n’est pas fondée par le roi, comme c’est le cas des autres ordres de chevalerie à la fin du Moyen Âge, et qu’elle s’inspire très probablement de la fondation, toute littéraire, de la Table Ronde. Elle souligne également la dimension supranationale du Franc Palais et ses similitudes avec d’autres ordres comme celui du Temple ou de l’Étoile.

28 Hablot L., La Devise. Mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Turnhout, Brepols, sous presse.

29 Quéruel D., L’istoire de tres vaillans princez monseigneur Jehan d’Avennes, Villeneuve-d’Ascq, 1997, p. 82.

30 Perceforest, éd. cit., L I, t. 1, p. 592.

31 Hablot L., « Le héraut en tabard, image idéale du prince », Le Héraut, figure européenne, op. cit., p. 776ss.

32 Szkilnik M., Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle, Genève, Droz, 2003, p. 128.

33 Field P., « Morte Arthure, the Montagus and Milan », Medium Aevum, t. 78, 2009, p. 98-113.

34 Autrand F., op. cit., p. 214-239.

35 Girbea C., Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (XIIe-XIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 190ss.

36 Ce sont des cas rares de « chastoiement théologique », Szkilnik M., op. cit., p. 39-41. Voir aussi Regnier-Bohler D., « La fonction symbolique du féminin : le savoir des mères, le secret des sœurs et le devenir des héros », Wolfzettel F. (dir.), Arthurian Romance and Gender, Amsterdam, Rodopi, 1995, p. 6ss.

37 Aurell M., « Les Femmes guerrières (XIe-XIIIe siècles) »,Aurell M., Deswarte T. (dir.), Famille, violence et christianisation au Moyen Âge. Mélanges offerts à Michel Rouche, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2005, p. 319-330.

38 Aurell M., Le Chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011, p. 55 et 208ss.

39 Ferlampin-Acher C., art. cit., p. 276ss.

40 Aurell M., Chevalier lettré…, op. cit., p. 363.

41 Perceforest, éd. cit., l. II, p. 255.

42 Ibid., l. IV, t. 2, p. 1122.

43 Ibid., l. II, t. 2, p. 12.

44 Cette partie disparaît à Arras, Bruges ou Mons. Caron M.-T., « Monseigneur le duc m’a fait l’honneur de moy eslire… », Caron M.-T. (dir.), op. cit., p. 233.

45 Girbea C., « Chevalerie, adoubement et conversion », Aurell M., Girbea C. (dir.), Chevalerie et christianisme, actes du colloque tenu à Poitiers les 5-6 novembre 2010, Rennes, Presses universitaires de Rennes, sous presse.

46 Ferlampin-Acher C., art. cit., p. 279.

47 Zucker A., Physiologus. Le bestiaire des bestiaires, Grenoble, Jérôme Millon, 2004, p. 99.

48 Cioba M., La Estoria de Gerusalén de Jacques de Vitry, Bucarest, Éditions de l’université de Bucarest, 2005, p. 177 et 327-328.

49 Perceforest, l. II, t. 1, p. 240.

50 Les discours prononcés au moment de l’adoubement rappellent certaines pages de Ramon Llull ou de Geoffroy de Charny, comme c’est aussi le cas dans Jean de Saintré.

51 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. du Fresne de Beaucourt G., Paris, Renouard, 1863-1864 et Olivier de la Marche, Mémoires, Beaune H. et Arbaumont J. (éd.), Paris, 1883-1888.

52 Sommé M., « La participation de la duchesse Isabelle de Portugal et des femmes au banquet du faisan », Caron M.-T. (dir.), op. cit., p. 257.

53 Regnier-Bohler D., art. cit., p. 6.

54 Ferlampin-Acher C., op. cit., p. 98.

55 Szkilnik M., op. cit., p. 84.

56 Hiltman T., « Vieux chevaliers, pucelles, anges. Fonctions et caractères principaux des hérauts d’armes d’après les légendes sur l’origine de l’office d’armes au XVe siècle », Le héraut, figure européenne, op. cit., p. 509.

57 Ibid., p. 523.

58 Spitzbarth A-B., « La fonction diplomatique des hérauts : l’exemple de la cour de Bourgogne au temps de Philippe le Bon (1419-1467) », Le Héraut figure européenne, op. cit., p. 559-576.

59 Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel : prose historique et discours versifié dans le Perceforest », Cahiers de recherche médiévale, t. 5, 1998, p. 87-105.

60 Verbij-Schillings J., « Un héraut-historien au début du XVe siècle : Bavière autrefois Gueldre », Le héraut, figure européenne, op. cit., p. 693-695.

61 Ibid., p. 695.

62 Ibid., p. 706.

63 Van Anrooij W., art. cit., p. 709ss.

64 Ibid., p. 715ss.

Autore

Maître de conférences à l’université de Bucarest

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540