Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

La casuistique amoureuse dans le livre V du Perceforest

Michelle Szkilnik

Texte intégral

  • 1 Les quatre premiers livres du Roman de Perceforest ont été édités par Roussineau G. (Genève, Droz, (...)
  • 2 Le livre IV décrit l’invasion romaine qui entraîne l’anéantissement de la brillante civilisation mi (...)
  • 3 Voir l. IV, t. 2, p. 1134 et 1137-1138.

1Roman d’amour autant que d’armes, Perceforest développe une rhétorique amoureuse raffinée, bien dans la continuité du Tristan en prose1. Les chevaliers se plaisent à analyser subtilement leurs sentiments, à rivaliser les uns avec les autres dans l’expression de l’intensité amoureuse, avec une espèce d’excès joyeux pour le lecteur, douloureux pour le chevalier. Au fil des pages se construit ainsi un véritable traité sur l’amour où discours réflexifs et cas de figure concrets alternent pour soulever de nombreux points de casuistique amoureuse. La primauté donnée au discours amoureux est particulièrement sensible dans le livre V, du fait de sa position de transition entre deux livres chargés d’événements tragiques2. Le livre V forme une parenthèse encadrée par les deux fêtes du Perron Merveilleux au cours desquelles doit être choisi le nouveau roi d’Angleterre. L’élection ayant été différée à la fin du livre IV, le ménestrel Ponchonnet donne rendez-vous aux chevaliers l’année suivante3. L’élection, lors de la seconde fête, sera racontée dans le livre VI. Le livre V marque par conséquent un moment de pause heureuse où une féerie légère, orchestrée par les femmes, entraîne les chevaliers dans des aventures divertissantes dont la conclusion et même la raison d’être sont le mariage d’un jeune chevalier prometteur et d’une belle pucelle. C’est sur cette dimension ludique et la manière dont le livre V en profite pour réexaminer la vieille équation amour-prouesse que je voudrais proposer quelques réflexions.

2La structure du livre V rappelle celle du livre III dans la mesure où cette partie du Perceforest est rythmée par la description des douze tournois de la Fontaine aux Pastoureaux, organisés par Blanche la Reine Fée, en vue de réveiller la vigueur chevaleresque en Grande-Bretagne. Néanmoins le schéma connaît une variation significative d’objectif : alors que chaque tournoi organisé selon les dernières volontés de l’ermite Pergamon dans le livre III est remporté par un chevalier différent et donne lieu au mariage du vainqueur et de l’une des petites-filles de l’ermite, dans le livre V, les chevaliers combattent pour un prix unique : Blanchette, fille de Blanche, qu’épousera le vainqueur des douze tournois. La nature de la compétition en est un peu changée puisque, en théorie du moins, tous les jeunes chevaliers devraient combattre, tout au long du livre V, pour les yeux d’une seule femme, ce qui rappelle le Tristan en prose où Iseut est l’objet de l’amour de plusieurs chevaliers. L’auteur du Perceforest se contente toutefois de mettre en rivalité deux chevaliers : Essillié qui remporte la série des tournois et Norgal, son concurrent malheureux.

  • 4 La mise en place de l’épreuve est racontée dans le ms Ars. 3491, f. 18v-19v.
  • 5 Si Capraise et ses sœurs veulent se greffer indûment sur le prestigieux lignage, leur désir procède (...)
  • 6 Sur cette aventure, voir l’étude récente de Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir. Propositions (...)

3Une autre différence importante entre le livre III et le livre V est la nature des aventures courues par les chevaliers et le rôle des femmes. Dans le livre III, les principaux héros accomplissent des exploits au bénéfice de toute la communauté. La Reine Fée Lidoire, de manière plus ou moins directe, assigne les missions aux uns et aux autres et veille à ce que chaque chevalier ait largement fait preuve de sa vaillance avant de convoler avec son amie. Elle utilise l’énergie amoureuse des jeunes chevaliers dans un but social : pacifier les îles britanniques, traquer le lignage de Darnant et en détruire le pouvoir. Amour et prouesse sont intimement liés au sens où par la valeur qu’il a démontrée, le chevalier s’assure les grâces de la Reine Fée et obtient ainsi la permission d’épouser celle qu’il aime. Mais la nature de l’entreprise est indépendante de cette visée : en elle-même, l’aventure ne consiste pas à conquérir une femme. Dans le livre V, la Reine Blanche poursuit également un but élevé : ranimer la prouesse dans un pays détruit. Elle n’est cependant plus la seule instigatrice des aventures. Elle partage ce rôle avec un très grand nombre d’autres demoiselles qui entendent elles aussi exercer un pouvoir sur les chevaliers. Les femmes se cherchent en effet activement des époux et organisent des épreuves afin de vérifier la vaillance des hommes sur qui elles ont jeté leur dévolu. Les aventures sont donc créées de toutes pièces par les femmes pour tester les chevaliers. Le meilleur exemple en est l’aventure de l’épée vermeille destinée à un chevalier exceptionnel du lignage de Gadiffer d’Écosse, qui sera le futur roi de Grande-Bretagne et l’ancêtre d’Arthur. L’aventure consiste d’abord à détacher d’un arbre une épée vermeille, ce à quoi seul un chevalier du lignage élu peut parvenir. Puis il s’agit de porter l’épée dans la forêt adjacente et d’en ressortir avec l’arme intacte, c’est-à-dire toujours vermeille. De nombreux chevaliers s’y essaient. La plupart s’arrêtent à la première phase, mais quatre petits-fils de Gadiffer réussissent à détacher l’épée. Les trois premiers toutefois échouent à la seconde partie. Au fond de la forêt en effet, chacun est attiré dans la demeure d’une belle jeune fille avec qui il passe la nuit. Le lendemain, il sort de la forêt, mais l’épée est devenue noire. Seul Gallafur, bien que tenté lui aussi par la jeune Capraise qui déploie des trésors d’ingéniosité pour séduire le chevalier, sort victorieux de l’épreuve. Le lecteur finit par comprendre que l’aventure revient ultimement à résister aux séductions amoureuses imaginées par Capraise et ses trois sœurs qui espéraient ainsi, chacune, être l’aïeule d’Arthur4. L’aventure de l’épée vermeille est un enchantement qui se retourne finalement contre celles qui l’ont manigancé5. En effet, la Pucelle aux Deux Dragons, jeune fille destinée à Gallafur qui est précisément amoureux d’elle, en a détourné l’issue et pour elle, l’épreuve devient une manière de vérifier la tempérance de son futur époux. Gallafur réussit l’aventure en faisant échouer les plans de Capraise6.

  • 7 Voir par exemple, André le Chapelain, Traité de l’Amour Courtois, trad. Buridant C.., Paris, Klinck (...)

4La plupart des épreuves réservées aux chevaliers du livre V relèvent de même d’une stratégie matrimoniale mise en œuvre par les demoiselles. Fort peu ont la gravité des aventures du livre III. Elles se caractérisent au contraire par une fantaisie qui se manifeste dans la surabondance d’enchantements amusants, dont les chevaliers font les frais. Le narrateur est plein d’indulgence pour les personnages, en particulier féminins, assurant le lecteur que les pucelles de cet âge troublé sont contraintes d’imposer des épreuves aux jeunes chevaliers pour garantir la valeur et le sérieux de leurs soupirants. Conformément à ce que répètent les arts d’aimer depuis le XIIe siècle, les souffrances endurées donnent leur prix à l’amour7. Le chevalier se voit donc imposer un douloureux parcours amoureux semé d’embûches courtoises et de pénitences au moindre faux pas. S’il finit par acquérir l’amour de sa belle amie, ses prouesses consistent essentiellement à être victorieux dans des tournois et des joutes amicales, à défendre son point de vue dans des conversations avec des messagères championnes de l’argutie, à ne pas perdre la tête dans les nombreuses scènes d’enchantement dont il est victime, à souffrir l’alternance de beau maintien et de duresse que lui inflige son amie. La dimension sociale est donc quasiment absente, même s’il est rappelé de loin en loin que ce divertissement amoureux a un enjeu sérieux : le repeuplement de la Grande-Bretagne et le rétablissement des valeurs chevaleresques anéanties par les Romains.

5Traité amoureux en action, le livre V illustre ainsi une série de cas théoriques par le destin de ses personnages. L’homme doit-il n’aimer que lorsqu’il se sait payé de retour ? Non, il doit aimer sans condition. C’est à la femme d’accorder son amour selon son bon plaisir, comme le prouve l’exemple du chevalier Flamboyant. Suffit-il d’aimer parfaitement une femme de grande beauté pour devenir un chevalier exceptionnel ? Non, il faut que Fortune s’y accorde, les mésaventures de Norgal l’attestent. De la même manière que dans la plupart des Arts d’aimer, c’est presque toujours du point de vue de l’homme qu’est posée la question.

6Si le sort des personnages donne à voir concrètement les cas de figure possibles, la dimension réflexive est loin d’être négligée, car leurs mésaventures ou bonnes fortunes contraignent les chevaliers à analyser longuement leur situation. Monologues ou conversations sont l’occasion de reposer de manière théorique et générale les interrogations que suscite leur expérience, et de s’appuyer sur un savoir communément admis pour faire sens d’une situation particulière. Norgal par exemple, tentant de comprendre pourquoi Fortune lui est hostile alors qu’il aime loyalement s’en réfère à la sagesse commune qui semble lui donner pourtant raison :

L’on dit et a dit mainteffois qu’il n’est amant s’il sert loiaulment qu’il ne lui prende bien de toutes ses emprises. Et si dist l’on pour vray que nul ne puet parvenir a hault honneur s’il ne procede d’amours. (ms Ars. 3491, f. 141v)

7Proverbes, énoncés sentencieux, déclarations générales ponctuent ainsi les discours des personnages qui essaient d’inscrire leur cas particulier dans une sorte de répertoire amoureux, afin de décider leur plan d’action.

  • 8 Exemple banal, l’amour est une maladie. La vue de la femme aimée est un remède dont il faut savoir (...)
  • 9 La métaphore est développée, dans Ars. 3491, du f. 63 au f. 68. Voir en particulier f. 67.

8Un autre moyen d’analyse auquel les personnages ont souvent recours est l’analogie qui se réalise dans la métaphore ou la comparaison8. L’amant par exemple est semblable au brachet qui traque le gibier en aboyant furieusement, mais qui, une fois la bête acculée, redoute de s’en approcher et change son aboiement : il se met à glatir pour alerter le veneur. Rien de bien original, en apparence, dans cette comparaison reprise au vieux fonds ovidien, n’était la manière dont elle se transforme en réalité concrète pour le personnage. Gallafur, qui a littéralement poursuivi à travers la forêt la jeune fille qu’il aime, arrive près du château où elle se trouve et, saisi de peur, se terre dans un épais buisson où il se met à gémir, à pousser des soupirs et des plaintes, attirant ainsi l’attention d’une suivante à qui il confie sa peine. Le narrateur a beau jeu de filer longuement la comparaison que le personnage lui-même avait utilisée dans un monologue, et de présenter Gallafur comme le « gentil bracquet » qui « change son glat » à proximité de sa proie9. Toutefois, cet exemple le montre bien, le discours du narrateur se contente le plus souvent d’amplifier celui du personnage. C’est d’abord le chevalier qui entame la réflexion en se fondant sur sa situation. Le traité sur l’amour se construit doublement à partir des expériences des personnages et des analyses qu’elles leur inspirent. Le narrateur intervient tout au plus pour proposer de brèves synthèses. À l’inverse d’un traité dogmatique comme celui d’André le Chapelain qui propose des cas d’école, puis les illustre, ce sont les aventures des chevaliers et les leçons qu’ils en tirent eux-mêmes qui finissent par présenter un large éventail de situations amoureuses.

  • 10 Voir la manière dont André le Chapelain traite l’épisode de l’épervier dans le chapitre VIII du sec (...)
  • 11 Voir Méraugis de Portleguez, éd. Szkilnik M., Paris, Champion, 2004 et Le Bel Inconnu, éd. Perret M (...)

9Je voudrais à présent m’arrêter sur la manière dont le Perceforest traite la question qui est au cœur du roman courtois : quel est, au fond, le lien entre la beauté de la dame et la prouesse du chevalier ? Dans la logique du roman courtois, la plus belle revient au plus vaillant, qui est le plus vaillant parce qu’il aime la plus belle. C’est sur cette espèce d’évidence tautologique que repose l’épisode de l’épervier dans Erec et Enide10. Malheureusement cette parfaite symétrie est fort difficile à appliquer et l’on sait comment Chrétien esquive la difficulté en déplaçant le combat pour l’épervier hors de la cour d’Arthur. Raoul de Houdenc et Renaut de Beaujeu eux n’hésitent pas à faire voler en éclat l’illusion d’équivalence entre beauté et prouesse en réécrivant de manière parodique le concours de l’épervier11. Néanmoins, illusoire ou non, cette certitude résiste et le roman en prose la reprend. Le Lancelot et plus encore le Tristan enseignent qu’aimer loyalement une femme exceptionnelle par sa beauté et ses qualités courtoises assure au chevalier une prouesse incomparable. Le Tristan toutefois, du fait même qu’il réunit les deux grands amoureux de la littérature médiévale, n’ignore pas les impasses narratives ou les paradoxes auxquels risque de conduire le postulat. Que faire quand il y a plusieurs prétendantes au titre de la plus belle ? Et quand plusieurs chevaliers aiment loyalement la même dame ? Le livre V du Perceforest reprend ces interrogations implicites, mais pousse beaucoup plus loin la réflexion, jusqu’aux limites de l’absurde même, en adaptant les situations héritées des romans antérieurs.

  • 12 Encore appelé le Dieu des Desiriers. Sa mère est Nervine. L’histoire d’Essillié est racontée aux f. (...)
  • 13 Norgal expose lui-même son lignage au f. 154v (Ars. 3491) et au f. 162r. Sa mère est Camille, l’une (...)
  • 14 Pendant toute la première partie du livre, la jeune fille ne semble pas marquer de préférence pour (...)
  • 15 Cette rencontre a lieu de nuit, près de l’éternelle fontaine, où se retrouvent, par les hasards rom (...)

10Il le fait en mettant en scène trois chevaliers dont le destin est inextricablement lié. Le premier est Gallafur, petit-fils du roi Mehaignié, futur roi de la Grande-Bretagne et ancêtre d’Arthur. Tombé amoureux de la Pucelle aux deux Dragons, il la suit dans la forêt quand elle y disparaît et le livre V raconte sa quête contrariée et les épreuves que lui impose la femme qu’il aime. Le second est Essillié, de son vrai nom Tanor, fils du chevalier au Dauphin12. Amoureux de la fille de la Reine Fée, il remporte successivement les douze tournois de la Fontaine aux Pastoureaux. Le dernier est Norgal, fils du chevalier au Noir Léopard13, amoureux malheureux de la même femme14. Bien qu’ennemis mortels du fait de leur concurrence, Essillié et Norgal sont d’accord sur un point : leur amie est la plus belle et la plus parfaite des jeunes filles, affirmation qui leur vaut l’hostilité de Gallafur. La configuration dessinée par le livre V est donc complexe : d’un côté deux chevaliers amoureux de deux dames différentes, mais dont chacun soutient que la sienne est la plus belle, de l’autre deux chevaliers amoureux de la même pucelle que chacun espère conquérir. Les deux paires se croisent, puisque Norgal, le chevalier malheureux, conteste aussi à Gallafur le droit de déclarer sa dame la plus belle. L’auteur du Perceforest s’amuse à explorer les conséquences de cette combinaison en faisant se rencontrer les chevaliers deux par deux ou tous ensemble. La première rencontre oppose Essillié et Norgal, les deux rivaux, qui s’affrontent d’abord verbalement puis physiquement15. Ce premier échange permet de poser une première question. Les deux chevaliers aiment avec la même intensité la même dame ; chacun sent sa force redoubler à la pensée de son amie et considère qu’elle doit être sienne : est-ce à dire qu’ils y ont le même droit ? Leur situation rappelle le quatrième jugement évoqué par André le Chapelain dans son Traité de l’Amour courtois :

  • 16 André le Chapelain, Traité de l’Amour Courtois, trad. Buridant Cl. p. 167-168 ; éd. Walsh P. G., p. (...)

Deux hommes absolument égaux en tous points se mettent en même temps et de la même façon à servir une dame et demandent instamment à être aimés d’elle. Lequel des deux doit être choisi16 ?

  • 17 On pourrait croire que la jeune Blanche est indifféremment bien disposée à l’égard de tous les comb (...)

11À ce stade, le livre V ne prend cependant pas en compte la volonté de la jeune fille17, facteur qui permet de distinguer les prétendants, selon André le Chapelain. Le combat se solde par un statu quo.

  • 18 Ars. 3491, f. 74-76.

12La seconde rencontre oppose Norgal à Gallafur qui se battent pour défendre la supériorité de leur dame respective. La question cette fois pourrait être formulée ainsi : l’emporter au combat grâce à l’amour que l’on porte à sa dame implique-t-il ipso facto que celle-ci a plus de valeur et de beauté que la dame de son adversaire ? Les deux chevaliers joutent et Gallafur jette Norgal à terre. Norgal propose alors de continuer à l’épée contre son vainqueur. Mais Gallafur nie avoir jouté avec lui au grand étonnement de Norgal. Gallafur explique alors que c’est une femme qui a eu raison de lui. S’ensuit un amusant quiproquo, Norgal demandant à Gallafur s’il est une femme déguisée en chevalier. Mais Gallafur répond qu’il est si « transmué par force d’amour » qu’il réalise des merveilles, dont il n’est pas responsable, mais qui sont à imputer à la « plus belle du monde18 ». Gallafur prend ici au pied de la lettre l’affirmation selon laquelle l’amour que le chevalier porte à sa dame est la force agissante de sa prouesse, le chevalier n’en étant en quelque sorte que l’instrument passif. Ce qui est une image dans le discours commun devient pour Gallafur une incontestable réalité. La conséquence en est que plus la dame est belle, plus son pouvoir est fort et plus son chevalier est valeureux. Bien évidemment Norgal réfute cette prétention et les deux chevaliers se livrent alors un combat acharné heureusement arrêté par quatre chevaliers de passage. La bataille n’est donc pas décisive, bien que la première joute ait tourné à l’avantage de Gallafur. Les deux chevaliers ont l’occasion de trancher cette querelle une seconde fois et de manière claire : Gallafur l’emporte sans contredit. Norgal, désespéré par cette mésaventure qui fait suite à une série d’échecs contre Essillié aux tournois de la Fontaine aux Pastoureaux, se récrie que

  • 19 Ars. 3491, f. 154.

des lors qu’il encommença aimer, il lui meschey ne oncques puis n’eut paix ne repoz ne ne dormy de ferme somme. Et que a tous les deables fussent recommandees amours car il y renonchoit19.

  • 20 Le roman n’invoque jamais explicitement ce qui à nos yeux semble la raison la plus évidente d’un éc (...)
  • 21 Dans un long monologue, Norgal passe en revue toutes les causes possibles de ses malheurs pour les (...)
  • 22 Voir ses propos f. 161.

13Comment Norgal doit-il interpréter ses défaites successives face à Essillié et à Gallafur ? Il n’est pas question de remettre en cause sa valeur chevaleresque intrinsèque20. Seule une faute amoureuse peut expliquer ses malheurs21. Mais quelle faute ? Est-ce parce qu’il aime mal, c’est-à-dire peu loyalement ? Non, bien au contraire, sa persévérance à participer aux tournois, sa volonté inflexible de défendre jusqu’à outrance l’honneur de son amie contre la prétention de Gallafur prouvent assez qu’il est un amant parfait22. Gallafur, apitoyé par le découragement de son adversaire, lui propose alors la réponse évidente à ses yeux : il n’aime pas la plus belle. Si Norgal ne peut évidemment pas accepter que la beauté de son amie soit inférieure à celle de l’amie de Gallafur, il accepte en revanche le postulat qu’aimer la plus belle garantit au chevalier une exceptionnelle valeur, comme il le déclare dans un autre monologue inspiré par ses déconvenues :

Se nul chevallier povoit ou devoit amender en toutes honneurs et en toutes prouesses de chevallerie pour amer la fleur de toute beauté et la souveraine de toutes les pucelles du monde, je devroie amender par dessus tous aultres amans, car en autelle maniere que l’on prent plus amplement l’eaue en la fontaine que ou rieu, pareillement devroie je amender plus amplement par dessus tous aultres en honneur, en valeur et en toute bonne eureté de chevallerie car c’est la sourse et la fontaine de toute bonté et de toute valleur et aussi de toute beaulté la souveraine. (Ars. 3491, f. 161v-162r)

  • 23 Ars. 3491, f. 154v.
  • 24 « mirer en la tresgrant beauté de la belle » (Ars. 3491, f. 155r).
  • 25 En temps ordinaire elle dissimule son visage aux chevaliers, mais elle a décidé d’aider Norgal.
  • 26 Ars. 3492, f. 240r.
  • 27 Ars. 3492, f. 240v.

14Être d’accord sur les prémisses ne règle cependant pas le différend. Lorsque Norgal demande à Gallafur si lui possède l’amour de sa dame, le chevalier répond qu’il est encore « de trop petite valleur pour desservir ung tel bien23 ». La dame est si pleine de vertus qu’elle dispense ses bontés à tous les preudomes et les aide indifféremment à atteindre le comble des honneurs. Ce n’est donc pas l’amour qu’elle porte au chevalier, mais l’amour que le chevalier porte à sa dame, combiné à la beauté et à la valeur de celle-ci, qui permet au chevalier d’exceller. Norgal est malheureux aux armes parce qu’il a jeté son dévolu sur le mauvais objet. La suite du récit va démontrer que Gallafur a raison, mais pas exactement comme il l’entend. Pour Gallafur, il n’y a qu’un objet digne d’amour et d’admiration, la Pucelle aux deux Dragons. Elle seule peut amener le chevalier, quel qu’il soit, à réaliser les exploits les plus extraordinaires. Mais vanter les mérites de sa dame, c’est risquer de voir d’autres chevaliers tomber amoureux d’elle. Le chevalier est donc partagé entre le désir de proclamer la supériorité de sa dame et la volonté d’écarter un rival potentiel. Face au désespoir de Norgal, Gallafur fait toutefois preuve d’une extraordinaire générosité : il lui démontre patiemment qu’il lui suffirait d’apercevoir la beauté de la Pucelle aux deux Dragons24 pour retrouver toute sa valeur : non seulement il ne serait pas vaincu à la joute de toute la journée, mais encore il en acquerrait une valeur plus grande pour le reste de sa vie. Cette affirmation va être testée de manière très amusante dans la suite du récit. En effet, Norgal, ne sachant plus quel remède trouver à sa mauvaise fortune, décide de suivre le conseil de Gallafur. Ayant réussi à voir l’amie de Gallafur25, « la plus belle pucelle a son advis qu’il eust oncques veue26 », il se sent « tout refait et raemply de leesse et vigueur27 » et peut ainsi jeter à terre ses adversaires haïs, Essillié et Gallafur, sous les yeux même de la jeune fille. Gallafur avait donc raison : sa dame est bien la plus belle et la plus valeureuse. Toutefois cette confirmation se retourne contre lui puisqu’il a prouvé sa déclaration non pas en abattant son adversaire mais en étant abattu lui-même. Plus encore, sa victoire morale engendre un paradoxe : aimant la plus belle et aimé d’elle, bien qu’il ne le sache pas encore, Gallafur devrait logiquement être le plus preux. Comment a-t-il pu être abattu ? Le narrateur se sort de cette situation délicate en alléguant la faute de Gallafur qui a failli se laisser séduire par Capraise. La Pucelle aux deux Dragons, furieuse de ce qu’elle pense à tort être une trahison, lui a retiré momentanément sa faveur, d’où sa chute. L’épisode prouve par là un autre postulat que Gallafur avait antérieurement exposé à Norgal : le chevalier est l’instrument passif de la dame. C’est elle qui combat à travers lui, elle qui doit être louée pour les bons coups qu’il assène. Le personnage prend au pied de la lettre les images de la rhétorique amoureuse et le roman les met en scène concrètement.

  • 28 Norgal se désigne lui-même comme un chevalier « mal party des biens de ce siecle » (Ars. 3491, f. 1 (...)

15La vigueur retrouvée de Norgal menace aussi un autre fil narratif. Concurrent jusque-là malheureux d’Essillié lors des tournois de la Fontaine aux Pastoureaux, Norgal va-t-il désormais lui ravir la victoire ? Essillié a remporté la moitié des tournois. Que se passera-t-il si Norgal remporte les six autres ? La suite du livre V va s’employer, non sans artifice et humour, à dénouer la situation de crise que l’épisode a créée. Norgal entend bien en effet mettre au service de Blanchette son regain de prouesse chevaleresque. Or il est devenu l’objet de l’attention amoureuse d’une autre jeune fille, la reine des Pastoures, qu’il refuse d’aimer cependant au nom de la loyauté due à son premier attachement. L’obstination de Norgal pose un nouveau cas amoureux : faut-il rester le loyal amant d’une femme qui ne vous aime pas ou accepter un nouvel amour payé de retour ? Pour Norgal, il s’agit d’un jeu bien mal-parti28 car il a contre lui, outre son rival, la femme qu’il aime, la femme qu’il devrait aimer, la communauté des chevaliers et des jeunes filles, et même la moitié de lui-même qu’il voit agir contrairement à ce qu’il souhaite dans les épisodes de songe qui scandent ses aventures. Ses velléités d’indépendance amoureuse (il répète à qui veut l’entendre qu’il peut bien aimer où il veut) sont platement contrecarrées par Fortune qui l’assiste quand il combat, contre son gré pourtant, en faveur de la Reine des Pastoures, mais qui s’acharne contre lui quand il combat en faveur de Blanchette. Norgal finit par se résoudre à changer d’amie et s’en trouve fort bien. Le livre V tranche ainsi sans appel une question au potentiel dangereux, que le Tristan avait laissée en suspens. À chaque femme convient un et un seul chevalier et seul l’amour de la femme qui lui est réservée par le destin, c’est-à-dire par le récit, peut faire grandir en lui la prouesse chevaleresque.

16Le Perceforest, dans le livre V en particulier, profite de la réflexion sur amour et chevalerie menée par les romans en prose antérieurs, surtout le Tristan. Mais il la redirige, la corrige, la moralise pour en éviter les pièges et les impasses. Pas d’amours adultères, pas d’amant volage, sauf le très spécial Passelion dont le destin unique justifie (tout en les punissant) les excès amoureux. Les règles amoureuses auxquelles est soumis tout jeune chevalier sont simples : gagner par sa prouesse et aimer fidèlement la jeune fille que le destin, parfois sous la forme d’une Reine Fée, lui réserve ; l’épouser pour assurer le repeuplement de la Grande-Bretagne et engendrer les lignages qui assurent la perpétuation des valeurs courtoises et morales établies au temps du roi Perceforest. Mais si les règles sont simples, la manière dont le roman les expose est raffinée et précieuse. Jouant des différentes possibilités offertes par le sort de chacun des chevaliers, le romancier les entrecroise jusqu’aux limites de la vraisemblance avant de dénouer avec brio les intrigues dans la grande scène de reconnaissance et de retrouvailles qui clôt le dernier tournoi de la Fontaine aux Pastoureaux.

Notes

1 Les quatre premiers livres du Roman de Perceforest ont été édités par Roussineau G. (Genève, Droz, 1987-2010). Pour les livres qui ne sont pas encore édités, j’utilise la compilation de David Aubert conservée dans les manuscrits Paris, BnF, Arsenal, 3483-3494 (manuscrits 3491 et 3492 pour la partie V).

2 Le livre IV décrit l’invasion romaine qui entraîne l’anéantissement de la brillante civilisation mise en place au temps de Perceforest, le livre VI la nouvelle destruction provoquée par l’invasion des Saxons.

3 Voir l. IV, t. 2, p. 1134 et 1137-1138.

4 La mise en place de l’épreuve est racontée dans le ms Ars. 3491, f. 18v-19v.

5 Si Capraise et ses sœurs veulent se greffer indûment sur le prestigieux lignage, leur désir procède toutefois d’une bonne intention et le narrateur excuse leurs manipulations en expliquant qu’elles agissent moins par convoitise sexuelle que par espoir d’enfanter une lignée de grand mérite

6 Sur cette aventure, voir l’étude récente de Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir. Propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2010, p. 82-83.

7 Voir par exemple, André le Chapelain, Traité de l’Amour Courtois, trad. Buridant C.., Paris, Klincksieck, 1974, p. 134. Pour le texte latin, voir Andreas Capellanus, On Love, edited with an English translation by P. G. Walsh, London, Duckworth, 1982, p. 196.

8 Exemple banal, l’amour est une maladie. La vue de la femme aimée est un remède dont il faut savoir user avec modération car, à forte dose, il peut achever le malade. Voir Ars. 3491, f. 72, Ars. 3492, f. 385r. Voir André le Chapelain, éd. Walsh P. G., p. 194 et Buridant Cl., p. 133.

9 La métaphore est développée, dans Ars. 3491, du f. 63 au f. 68. Voir en particulier f. 67.

10 Voir la manière dont André le Chapelain traite l’épisode de l’épervier dans le chapitre VIII du second livre, sur les règles de l’amour (éd. Walsh P. G., p. 270-280 et Buridant C., p. 176-182).

11 Voir Méraugis de Portleguez, éd. Szkilnik M., Paris, Champion, 2004 et Le Bel Inconnu, éd. Perret M. et trad. Weill I., Paris, Champion, 2003.

12 Encore appelé le Dieu des Desiriers. Sa mère est Nervine. L’histoire d’Essillié est racontée aux f. 452-456 (Ars. 3492).

13 Norgal expose lui-même son lignage au f. 154v (Ars. 3491) et au f. 162r. Sa mère est Camille, l’une des petites-filles de l’ermite Pergamon.

14 Pendant toute la première partie du livre, la jeune fille ne semble pas marquer de préférence pour l’un ou l’autre des chevaliers.

15 Cette rencontre a lieu de nuit, près de l’éternelle fontaine, où se retrouvent, par les hasards romanesques, Essillié et Norgal. Ils viennent de s’affronter lors du premier tournoi et Essillié en a remporté le prix, au grand désespoir de Norgal qui en était la vedette avant l’arrivée intempestive de ce parfait inconnu qu’est Essillié. Norgal, ignorant la présence d’Essillié, se désole de son échec mais se réconforte finalement à la perspective des onze prochains tournois, sûr qu’il rattrapera ce premier échec. Essillié surprend ses plaintes, identifie son compagnon de fortune et se fait connaître. Les deux chevaliers se livrent alors à une joute verbale en attendant le jour pour se battre physiquement. Le matin, les deux chevaliers s’affrontent violemment mais le combat est arrêté sans clair vainqueur sur l’insistance de deux dames qui surviennent en compagnie de leurs époux. (Ars. 3491, f. 54v-62v).

16 André le Chapelain, Traité de l’Amour Courtois, trad. Buridant Cl. p. 167-168 ; éd. Walsh P. G., p. 254 : « Duo erant in omnibus et per omnia coaequales, qui simul et aequaliter omni modo [his] servire coeperunt, qui etiam postulant, et instanter, amari ; quaeritur ergo quis in isto sit praeferendus amore. »

17 On pourrait croire que la jeune Blanche est indifféremment bien disposée à l’égard de tous les combattants, n’était qu’Essillié est gratifié d’un songe dans lequel la pucelle lui fait bonne figure. Norgal n’hésite pas à railler l’interprétation qu’Essillié fait du songe en en proposant une bien moins favorable. Dans le cours du récit, on comprendra que les songes, loin d’être purement compensatoires et gratifiants, contiennent bel et bien une part de vérité, voire introduisent les chevaliers dans un monde parallèle au monde éveillé où leur vie continue à se dérouler, comme ils le constatent avec stupéfaction à leur réveil.

18 Ars. 3491, f. 74-76.

19 Ars. 3491, f. 154.

20 Le roman n’invoque jamais explicitement ce qui à nos yeux semble la raison la plus évidente d’un échec : il y a des chevaliers plus forts et plus habiles que d’autres !

21 Dans un long monologue, Norgal passe en revue toutes les causes possibles de ses malheurs pour les exclure : l’ascendance, la femme qu’il aime, sa vigueur et sa corpulence. Il finit par conclure, justement, que c’est la Fortune : « Ores malleureuz chevallier, dont te puelt venir ceste mesadventure ? Elle ne te vient pas par lasceté de pere ou de mere, ne par faulte d’amie sage, bonne et souffissante et de beauté la souveraine, ne par deffaulte de hardement ou de puissance de corps ou de membres pour soustenir les haulz fais. C’est dont par la constellation celestialle qui t’est contraire. » (Ars. 3491, 162v)

22 Voir ses propos f. 161.

23 Ars. 3491, f. 154v.

24 « mirer en la tresgrant beauté de la belle » (Ars. 3491, f. 155r).

25 En temps ordinaire elle dissimule son visage aux chevaliers, mais elle a décidé d’aider Norgal.

26 Ars. 3492, f. 240r.

27 Ars. 3492, f. 240v.

28 Norgal se désigne lui-même comme un chevalier « mal party des biens de ce siecle » (Ars. 3491, f. 154v).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540