Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Amour et chevalerie : l'art de la conjointure

De la forêt aventureuse aux plaisirs de la cour : voies et voix

Christine Ferlampin-Acher

Texte intégral

1Les romans arthuriens, dont Perceforest se veut la préhistoire, et les romans de chevalerie, qui sont composés à la fin du Moyen Âge, mettent en œuvre, comme le rappellent souvent les prologues des XIVe et XVe siècles, des récits d’amour et de chevalerie. L’amour, courtois, féerique, matrimonial, oriente l’errance, tout comme les exploits du héros rythment son histoire. L’approche thématique engage à la fois des réflexions structurelles et des enquêtes sur l’arrière-plan idéologique et historique du récit. Dans quelle mesure Perceforest hérite-il des romans antérieurs ? Comment remanie-t-il des motifs parfois usés et s’approprie-t-il des problématiques familières aux récits arthuriens et plus généralement au roman ? Loin de n’être que la reprise paresseuse de modèles anciens, Perceforest se caractérise par des stratégies de renouvellement particulièrement habiles, et réussit, malgré sa longueur, à éviter l’usure et la répétition stérile. Cependant, en cette fin de Moyen Âge, les valeurs ont considérablement évolué, et la chevalerie telle que la dépeignait Chrétien de Troyes, tend à n’être qu’un idéal nostalgique, cultivé dans des fêtes, à la cour, mais démenti par la réalité quand un Jacques de Lalaing, parangon de prouesse, meurt, la tête arrachée par un boulet de canon. Les représentations témoignent-elles d’un effort d’adaptation, ce qui laisserait espérer que leur examen pourrait contribuer à résoudre le problème de la datation du texte ? Si la cour a toujours été dans les romans un lieu où l’on parle, la tension entre les cérémonies, dont les enjeux politiques sont fortement soulignés (par exemple autour du Franc Palais), et les plaisirs privés, semble s’accentuer. À côté des spectacles, l’art de la parole prend une importance notable, dans une configuration qui n’est sans évoquer Les Cent Nouvelles Nouvelles. À la cour, si les tournois mettent à l’épreuve les corps, il faut aussi avoir de l’esprit et savoir parler. De même, lorsque loin des châteaux le chevalier suit les voies de l’aventure, il doit savoir aussi bien se battre que lire et interpréter, car son chemin est jalonné d’inscriptions et de monuments, qui tout autant que la félonie de ses adversaires mettent en jeu son identité et sa quête. La parole et l’écrit semblent envahir l’univers romanesque, non plus seulement accidentellement, mais de façon essentielle. Le héros parle, lit, déchiffre et se déplace, tout comme le lecteur, mené au fil d’un entrelacement complexe qui noue et dénoue de multiples trames narratives, « erre » dans le texte. Celui-ci est un monument (il se doit d’avertir et de commémorer) au même titre que le Pilier Estonné ; comme le paysage il doit être parcouru, questionné, déchiffré. Tout bruit de parole, la Selve Carbonnière, la Forêt aux Merveilles, la cour avec ses conteurs, tels le Bossu et les demoiselles facétieuses ou curieuses, et le texte, si long que d’aucuns le diraient bavard.

Auteur

Professeur à l’université Rennes 2, Institut universitaire de France

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540