Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Aux sources du roman fleuve

Des poissons mythiques à l’ichtus divin dans Perceforest

Cécile Le Cornec Rochelois

Texte intégral

1Même si les mentions de poissons ne sont pas aussi fréquentes dans Perceforest que dans d’autres romans – on n’y trouve pas par exemple ces listes d’espèces prestigieuses, consommées au cours des banquets, qui scandent certains textes en vers du XIIe siècle –, les passages qui évoquent les poissons, très localisés, sont d’une telle richesse et d’une telle importance qu’ils forment à l’intérieur de l’œuvre une sorte de roman du poisson. Au cœur de la somme, dans la troisième partie, se trouve le mémorable épisode des chevaliers poissons qui a retenu l’attention des commentateurs. Autour de cet épisode clé gravitent deux autres passages où le poisson joue un rôle de premier plan : le souvenir de la fameuse plongée sousmarine d’Alexandre dans la première partie et l’aventure de la Fontaine Venimeuse dans la quatrième partie. Le poisson, à travers ces trois moments du récit, occupe une place privilégiée dans la construction du roman. Il participe à la conjointure interne de l’œuvre. Ces trois histoires de poisson sont fort éloignées dans la narration, mais les jeux d’échos et l’évolution d’un épisode à l’autre plaident nettement en faveur de la cohérence de l’œuvre. Saisissons donc l’un des nombreux fils qui tissent la trame de ce roman-fleuve : quel est le rôle dévolu aux poissons par le conteur dans cette grande histoire de la chevalerie d’Alexandre à Arthur, en passant par l’incarnation du Christ ? Par ailleurs, ces trois épisodes contribuent aussi à la conjointure externe. Ils mobilisent de multiples références inter-textuelles et relient Perceforest à plusieurs traditions littéraires et scientifiques relatives au poisson. On trouve notamment dans ce texte un paradoxe, ou tout au moins une dualité, caractéristique de la représentation du poisson au Moyen Âge : le poisson est à la fois animal et aliment. Il n’est pas n’importe quel animal étrange du bestiaire ; il est d’abord, pour un homme du Moyen Âge, un mets du quotidien, un aliment que l’on consomme très régulièrement, en particulier pendant les nombreux jours maigres du calendrier. Le premier visage qu’offre le poisson dans cette œuvre est celui de l’animal. Le poisson renvoie aux personnages un miroir de chevalerie, d’abord à Alexandre, qui se remémore sa visite sous les eaux, puis à Béthidès, le Chevalier Blanc, lorsqu’il est confronté à une armée de chevaliers poissons. Dans ce dernier épisode, le poisson est aussi aliment et l’aspect alimentaire de l’initiation reçue par Béthidès n’est pas le moins important. L’épisode de la Fontaine Venimeuse répond enfin à l’aventure des Poissons chevaliers, en menant le lecteur jusqu’à un saint poisson, susceptible de se multiplier et pris par le Roi Pêcheur en personne.

De l’aventure sous-marine d’Alexandre aux chevaliers poissons rencontrés par Béthidès : le poisson animal, chevalier modèle

  • 1 Bellon-Méguelle H., « L’exploration sous-marine d’Alexandre : un miroir de chevalerie », Connochie-(...)
  • 2 Gaullier-Bougassas C., « La réécriture inventive d’une même séquence : quelques versions du voyage (...)

2Le conteur de Perceforest réécrit l’épisode extrêmement célèbre de la plongée sous-marine d’Alexandre. Comme dans les traditions les mieux attestées de la légende, notamment la version d’Alexandre de Paris, les poissons offrent au prince un miroir1. L’admirable ordonnancement du monde aquatique sert de modèle au conquérant. Mais si chez Alexandre de Paris le modèle est équivoque2, il n’en est rien ici : le souvenir des combats de poissons donne à Alexandre l’idée d’instituer les tournois, ce qui lui permet de sauver les chevaliers anglais de l’oisiveté dans laquelle ils se complaisaient alors. Il s’agit de faire renaître une communauté chevaleresque digne de ce nom. C’est l’exemple des poissons qui permettra aux chevaliers du roman d’être à la hauteur de la quête qui les attend. La leçon des poissons combattants assure la fondation d’un ordre chevaleresque dont tout le roman montre la difficile et progressive édification.

3Comme l’a remarqué Catherine Gaullier-Bougassas, c’est la première et unique mention, dans le roman, des aventures merveilleuses d’Alexandre en Orient, le seul lien direct établi par le conteur entre l’Orient merveilleux auquel sont associées la geste d’Alexandre et l’histoire de la chevalerie occidentale. La filiation est établie par l’intermédiaire d’un souvenir qui concerne à la fois la mémoire du personnage et celle du lecteur. L’aventure sous-marine d’Alexandre lui est propre ; elle ne doit rien aux exploits traditionnels d’un héros antique tel qu’Hercule. La rencontre d’Alexandre avec les poissons suffit à évoquer toutes les aventures orientales du héros, celles que relatent les romans français d’Alexandre et que les lecteurs de Perceforest ont en tête. Au moyen de cette brève analepse, la chevalerie bretonne plonge ses racines dans une tradition antérieure : elle puise son inspiration dans la mémoire de l’Orient merveilleux.

4Les éléments descriptifs donnés par le conteur ainsi que la fonction didactique remplie par les poissons dans ce passage renforcent aussi la conjointure interne de l’œuvre : un lien intra-textuel est ouvert, annonçant l’épisode des poissons chevaliers dans la troisième partie. La remarquable mention des « chevaliers de mer » aperçus par Alexandre dans Perceforest n’est pas un cas isolé dans la littérature de l’époque, puisque Catherine Gaullier-Bougassas en a relevé une autre occurrence au début du XIVe siècle dans Renart le Contrefait. Néanmoins, l’évocation de ces poissons chevaliers est originale par la description qui en est faite :

  • 3 Perceforest, première partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 115-116.

En ce penser luy souvint de ce qu’il avoit veu une maniere de poissons que on appelloit chevaliers de mer, qui ont les testes façonnees a maniere de heaulme, et au dessus tenant une espee par le pumel et par-dessus le dos ung escu3.

5On retrouve de très nets échos à cette première évocation d’hybrides marins à travers la description des chevaliers poissons combattus par Béthidès sur l’île où il a été déposé par Zéphir :

  • 4 Perceforest, troisième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 1991, t. 2, p. 274.

Mais ilz estoient larges et membrus par les poitrines et avoient chascun une longue pointe, longue de une brasse et demie, en maniere d’espee. Et sus le dos, ilz avoient comme ung escu qui toute l’eschine leur couvroit depuis la teste jusques a la queue, et estoit ce a maniere de poisson4.

6Reconnaissables à la longue épée qui les surmonte et au bouclier qui leur sert de carapace, ces animaux partagent des traits morphologiques qui ne laissent guère de doute quant à leur parenté.

  • 5 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 280 : « Mais le roy se leva sus ses piez et puis (...)
  • 6 Ce poisson fait partie des listes de toutes les grandes sommes dominicaines (chez Thomas de Cantimp (...)
  • 7 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 274 : « Mais comme il les decoppoit, il vey venir (...)

7D’où leur viennent ces particularités ? L’idée de trouver sous les eaux des contreparties marines de créatures terrestres n’a rien de nouveau. C’est même un passage obligé, dans la mesure où il se conforme aux enseignements du grand maître en matière d’histoire naturelle, Pline l’Ancien. À une époque où l’on croise des sirènes, des Néréides ou des moines marins aussi bien dans les textes qui servent de référence aux clercs et aux prédicateurs, par exemple dans les sommes encyclopédiques de Thomas de Cantimpré et de Vincent de Beauvais, que dans les images ou les sculptures qui ornent les églises, l’existence de « chevaliers de mer » semble parfaitement naturelle. Le modèle du narval, surnommé la licorne de mer, est le plus évident, d’autant plus qu’il est suggéré par une comparaison employée à propos du roi des poissons5. Ces poissons bipèdes pourvus d’une épée et d’un bouclier rappellent même en fait plusieurs espèces aquatiques décrites par les textes savants, en particulier dans les encyclopédies latines. L’épée des chevaliers poissons de Perceforest peut avoir été inspirée plus particulièrement par le gladius des encyclopédies6, doté comme son nom l’indique d’un bec en forme d’épée, à la manière de l’espadon. Quant à leur écu, il rappelle la carapace des tortues, que l’on trouve sous le nom de miles maris, par exemple chez Albert le Grand. Une comparaison avec le chien7, même si elle ne concerne que la taille, rattache les bêtes à l’univers de la chasse. Elle annonce aussi leur agressivité. L’expression chiens de mer désigne dans les encyclopédies médiévales des poissons qui mordent, sans doute des variétés de requins.

8Ces hybrides empruntent encore quelques traits aux mammifères marins, rattachés au Moyen Âge au groupe des bêtes marines. Après deux jours passés sur l’île par Béthidès, les animaux amphibies ont compris combien leur hôte était dangereux. Une troupe de poissons semblables à ceux que Béthidès a massacrés les jours précédents se dirige en rangs serrés dans sa direction. Ils s’apprêtent à venger leurs compagnons tués la veille par le chevalier : comme les dauphins de la tradition encyclopédique, ces poissons gardent une tenace rancune aux hommes qui ont agressé l’un des leurs. Un autre trait caractéristique de bêtes marines comme la baleine ou le phoque s’ajoute encore au tableau : ils projettent de l’eau de mer en hauteur par leurs narines :

  • 8 Ibid., p. 278.

Mais, ains que le chevalier eust beu son saoul, les plus rades le rataindirent et en sailly vingt en la fontaine, qui se tempestoient ens l’eaue en la debatant et la faisoient saillir par leurs narines plus hault que la haulteur d’un homme8.

  • 9 Ibid., p. 277.

9Si le lexique du combat est le même que dans les autres récits, l’auteur ne se contente pas d’adapter superficiellement des formules stéréotypées à un contexte inhabituel. La morphologie des lutteurs marins est toujours prise en compte. Une contrainte naturelle, signalée à plusieurs reprises, rappelle périodiquement leur véritable nature de poissons : « Toutesvoyes ilz ne povoient estre illecq plus de deux heures sans eulx remettre en la mer9. » Bien que ces êtres amphibies ne soient pas aussi fragiles que les harengs, morts dès l’instant où ils quittent l’eau, ils ne supportent pas un séjour prolongé à l’air. C’est là un élément de définition du genre des poissons au Moyen Âge. On peut se demander dans quelle mesure cette accumulation d’éléments hétérogènes ne donnait pas à ces créatures un côté plus grotesque qu’inquiétant. Le conteur ajoute par exemple que leurs courtes pattes ne leur permettent pas de rivaliser avec le chevalier à la course :

  • 10 Ibid., p. 278.

Mais ilz ne povoient aller sy tost que le chevalier pour leurs gambes qui estoient courtes et pour leurs piez qui estoient a la façon d’un cisne10.

  • 11 Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en pr (...)
  • 12 Le Cornec Rochelois C., Le Poisson au Moyen Âge : savoirs et croyances, université de Paris 4 [thès (...)

10Voici donc ces poissons affublés encore en plus de pattes palmées ! Les spécimens rencontrés par Alexandre et Béthidès présentent des ressemblances avec plusieurs monstres marins des cosmologies et de l’iconographie contemporaines, qui rappellent eux-mêmes par certains détails des espèces connues. Des traits empruntés à plusieurs poissons sont ainsi amalgamés pour former les chimères de Perceforest. Ces dernières incarnent aussi, comme l’a montré Christine Ferlampin-Acher, une contamination révélatrice des représentations médiévales de la figure du monstre aquatique par celle du chevalier11. Plus généralement, Perceforest en présentant à deux reprises les poissons comme les inspirateurs des tournois chevaleresques, comme les premiers porteurs d’armes, se fait l’écho d’une idée répandue à l’époque, aussi bien dans la littérature narrative que scientifique. Par divers moyens, les textes médiévaux expriment le caractère originel des mondes marins et en font une matrice du monde chevaleresque, par exemple en dotant les héros des romans antiques d’armes tirées d’os de poissons12. La tradition savante en langue vernaculaire relaie cette représentation des armes marines. Leur mention dans le Placides et Timeo témoigne de la vitalité du motif dans la culture des hommes du XIIIe siècle et nous renseigne sur les connotations qui leur étaient attachées. Les armes en poisson sont évoquées lorsque le maître brosse à grands traits l’histoire des armes des chevaliers :

  • 13 Placides et Timeo ou Li secrés as philosophes, éd. Thomasset C., Genève, Droz, 1980, p. 188, § 388.

Aucuns dient que chus qui trouva et establi premierement chevalier que ce fu Platon, car il establi ceuls qui devoient garder les passages et leur establi armeures qui furent moult anchiennement de desguisee maniere, car elles furent par la rudesse des Anciens d’escorche de bos et puis de cru cuir et puis de piaux de bestes sauvages et puis de fust et de bastons loyés et conjoins ensemble moult soutieument, et aprés les firent de cor et d’escailles de grans poissons de mer et d’os de balaine et de moult d’autres mennieres. Et au derrain furent de metail, de coeuvre et d’archas, de fer, d’achier, d’argent et d’or13.

11Les matières extraites des bêtes marines résistant mieux que les produits de la terre aux coups et au feu, leur usage préfigure la fabrication des métaux par l’homme. Les armes marines correspondent bien, d’après cette encyclopédie française, à la préhistoire de la chevalerie terrestre. Or c’est cette même préhistoire que reconstitue à sa manière le conteur de Perceforest.

12Comme les poissons observés par Alexandre, les chevaliers marins délivrent à Béthidès un enseignement moral. Le conteur puise à des sources diverses pour faire de ses monstres des modèles de chevalerie. Si la mise en récit est originale, l’interprétation morale demeure traditionnelle. L’aspect alimentaire de l’aventure est en revanche plus inhabituel.

L’épisode des chevaliers poissons : une initiation alimentaire

13En effet, les créatures affrontées par Béthidès sur l’île des chevaliers poissons se situent dans l’évidente lignée des poissons d’Alexandre, offrant de même un miroir de chevalerie au jeune héros, mais ils lui prodiguent de surcroît une initiation alimentaire.

14Après avoir contemplé à son premier réveil sur l’île l’étrange spectacle des hybrides marins, Béthidès attend que les poissons aient regagné les eaux pour partir en quête de nourriture. Il s’aperçoit alors qu’aucune créature humaine ni animale ne peuple cette terre. Or, comme l’aventure se déroule en hiver, il lui est impossible de trouver la moindre nourriture, pas même des fruits. Après une journée entière de jeûne, Béthidès est tourmenté par la faim. Il rêve de dévorer toute crue une belle cuisse de chevreuil lorsque les bêtes marines se présentent à nouveau sous ses yeux. Malgré la terreur que les monstres lui inspirent, le Chevalier Blanc se lance à l’assaut :

  • 14 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 274.

Adont il vey yssir de la mer moult de manieres de poissons, comme il avoit fait le jour precedent, et de sy terribles a regarder qu’il en eut paour. Mais famine, qui l’opressoit, lui fist tirer l’espee et assaillir les poissons, dont il en mist plusieurs a mort14.

15La cause qui provoque l’ouverture des hostilités entre l’homme et les monstres est clairement mentionnée : le chevalier est oppressé par la faim. En dépit des qualités chevaleresques qu’il leur reconnaît, Béthidès n’oublie d’ailleurs jamais qu’il tue des poissons, c’est-à-dire avant tout de la nourriture :

  • 15 Ibid., p. 276.

Se lui vint au devant la famine qui le chassoit, pourquoy de son espee il lieve l’escu que le poisson avoit sus le dos, et se treuve que dessoubz il estoit plus blancq que nesge. Sy en coupa une piece au long de l’eschine, dont il menga, et le trouva sy doulx et sy appetissant que oncques il n’avoit mengié sy bonne viande se lui sambla. Et quant le chevalier eut mengé de ce poisson a sa voulenté, il en print pour vivre trois jours et le mist sus l’escu du poisson, et puis sus une roche ou sourdoit une clere fontaine15.

  • 16 Ibid., p. 274.

16La chair blanche et succulente des bêtes marines permet au jeune guerrier de restaurer ses forces. Un seul morceau d’échine suffit à combler sa faim dévorante. L’énormité de l’animal est telle qu’une partie de son corps assure des provisions pour trois jours. Si le chevalier ne constitue pas une réserve plus importante, c’est peut-être qu’au-delà de ce délai, il ne peut espérer conserver une chair comestible. Difficile de se procurer du sel sur cette île déserte ! Béthidès prend tout de même quelques précautions pour protéger ses victuailles de la corruption, en les plaçant au frais entre le bouclier du poisson déchiqueté et un rocher humide. L’absence d’indication contraire laisse penser que la chair de la bête est consommée crue. Avant l’apparition des poissons, Béthidès rêvait d’ailleurs de viande crue16. Le fait est assez exceptionnel dans les romans de chevalerie pour être noté. Peut-être la chair de ces bêtes marines à l’aspect extraordinaire bénéficie-t-elle d’une nature hors du commun, autorisant à les manger sans cuisson. Cela renforcerait encore l’image d’une abondance illimitée : Béthidès est confronté à une armée de nourriture sur pattes, directement comestible. On peut penser aussi que Béthidès transgresse une coutume alimentaire proprement humaine. Il se conduit comme les exotiques ichtyophages de la légende d’Alexandre, comme une créature animale ou un monstre, aux limites de l’humain.

17Lorsqu’au terme d’un combat acharné qui n’a pas permis de départager Béthidès et le roi des poissons, les deux vaillants guerriers se désaltèrent à la fontaine, le jeune homme s’empresse de dévorer un morceau de poisson soldat. Son valeureux adversaire le détourne de cette chair ordinaire en lui proposant une nourriture plus bénéfique et digne d’un futur roi. Un chevalier resté auprès du roi poisson plonge dans la mer et en revient aussitôt :

  • 17 Ibid., p. 282.

Mais il aporta au roy, qu’il trouva seant sus le bort de la fontaine, ung petit poisson de la grandeur d’une tortue, vermeil comme sang. Le roy print aux dens ce poisson et le froissa, puis en menga, et tantost aprés il fut gary de toutes ses plaies ; puis en presenta au Blancq Chevalier et lui fist signe que il en mengast. Et quant le preu chevalier vey que le roy estoit gary a cause du poisson qu’il avoit mengé, et cognoissoit plainement qu’il lui en presentoit pour sa garison, il delibera qu’il en mengeroit. Adont il print le poisson et, tantost qu’il en eut mengé, il se trouva sain et gaillart comme devant, dont il eut grant merveille et dist que le poisson estoit de grant recommendacion et vertu17.

18L’alliance entre les poissons chevaliers et Béthidès est désormais scellée. Leurs relations seront dorénavant courtoises. Le lendemain du combat, le roi poisson salue Béthidès et lui donne une preuve singulière du dévouement de son peuple au chevalier puisqu’il accepte de lui sacrifier l’un des siens afin de permettre au chevalier de s’alimenter :

  • 18 Ibid., p. 283.

Et quant le roy fut sus la terre, il alla devers le Blancq Chevalier et lui fist la reverence, e puis fist coupper la teste a ung de ses chevaliers poissons. Et lors il s’approucha du chevalier et lui fist signe qu’il mengast du poisson, mais le gentil chevalier n’en voult riens faire18.

19Un poisson chevalier est ainsi décapité en hommage au Chevalier Blanc. Mais le regard porté par le guerrier humain a évolué : il refuse la chair sacrifiée de son homologue aquatique.

  • 19 Ferlampin-Acher C., « Aux frontières du merveilleux et du fantastique dans Perceforest », Revue des (...)
  • 20 Huot S., Postcolonial Fictions in the Roman de Perceforest : Cultural Identities and Hybridities, C (...)

20Ce progrès moral met un terme à la barbarie du Chevalier Blanc. Christine Ferlampin-Acher a montré comment l’apparence des animaux hybrides nous est dévoilée de manière progressive, de sorte qu’ils se rapprochent de plus en plus de l’être humain au fil de l’épisode19. On n’était donc pas loin du cannibalisme. L’analyse de Sylvia Huot, dans son ouvrage Postcolonial Fictions in the Roman de Perceforest, le confirme : Béthidès, lorsqu’il pénètre le territoire des chevaliers poissons devient un dangereux intrus, une sorte d’ogre auquel il convient, en gage de soumission, de livrer des offrandes régulières20. Le chevalier a reçu là une première leçon de civilisation, qui l’a conduit à se détourner d’un mode d’alimentation sauvage et suspect.

  • 21 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 453, note 282 (337).
  • 22 Lémery N., Dictionnaire des Drogues Simples, 3e éd., Paris, 1748, art. Erythrinus, p. 300, cité par (...)
  • 23 Guillaume Rondelet, L’Histoire entière des poissons, Laurent Joubert (trad.), Lyon, Mathieu Bonhomm (...)
  • 24 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, éd. de Douai 1624 (repr. Anastatique Akademische Druck-und (...)

21Le petit poisson rouge reçu comme un hommage par le roi des poissons, puis transmis par lui en gage d’alliance au chevalier humain est pour le moins énigmatique. Il est tentant de proposer une identification de cet aliment bienfaisant. La teinte vermeille de la chair rappelle un trait caractéristique du mythique saumon. Cependant la petite taille du poisson rouge disqualifie cette identification. Certes, le saumon pourrait passer pour petit en comparaison des lourdes bêtes de mer, mais il est toujours identifié dans les textes médiévaux comme un grand poisson. Dans une note de son édition critique, Gilles Roussineau rapproche ce poisson du rouget qui favoriserait selon certaines croyances la production de sang21. L’analogie de couleur expliquerait sa propriété de « restaurer et rétablir les forces abattues22 ». Le rouget n’est autre que le mullus des Latins. La traduction est confirmée au milieu du XVIe siècle par Guillaume Rondelet dans la notice de sa somme ichtyologique consacrée au surmulet, appelé « Mullus en Latin de la couleur rouge. » Rondelet précise : « en Languedoc nous l’appellons Rouget23 ». Si cette prestigieuse espèce est parfois parée, à la suite de Pline, de vertus thérapeutiques24, le mullus des encyclopédies latines ne présente pas de tels pouvoirs régénérateurs. Quoi qu’il en soit, la rougeur de la chair annonce la saveur du petit poisson et surtout la vigueur qu’il est susceptible d’apporter. La couleur rouge sang de ce petit poisson régénérateur s’oppose à la blancheur suave de la chair des bêtes. On assiste au passage d’une nourriture abondante, savoureuse, mais aussi suspecte à une nourriture pure, parfaitement saine et régénératrice. Manger un petit poisson, pour un chevalier de roman médiéval, est une aberration. Les personnages de roman, et à plus forte raison les grands chevaliers, se nourrissent des plus grosses espèces : esturgeon, lamproie, saumon… C’est que le petit poisson rouge de Perceforest n’appartient à aucune espèce. Sa taille et sa couleur sont les attributs symboliques d’un poisson abstrait, idéal.

  • 25 Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons, op. cit., p. 302.

22Christine Ferlampin-Acher a reconnu dans ce passage une préfiguration du rite eucharistique25. Le geste du roi qui rompt le poisson pour l’offrir à son frère humain annoncerait la distribution de l’hostie par le prêtre. La signification eucharistique du poisson soutient cette interprétation. Cette initiation reçue par un futur roi, membre d’une glorieuse dynastie, n’annonce-t-elle pas aussi la quête du Graal ? Les aventures du monde arthurien dépassent l’horizon narratif du roman puisque le dernier livre se clôt sur l’incarnation du Christ. Plusieurs analogies relient néanmoins l’épisode du séjour sur l’île aux poissons et le passage au château du Graal. Ainsi, la longue arme fixée dans le dos du roi des poissons est aussi blanche que la lance qui saigne :

  • 26 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 280.

Mais le roy se leva sus ses piez et puis dressa pardevant lui une longue pointe d’oz, plus blanche que yvoire, qui lui gisoit sus le dos par derriere, et la tenoit comme une licorne fait la sienne ; et l’espee lui estoit au sommet du heaume, toute droitte, de la longueur d’une bonne thoise. […] Atant le roy retira sa pointe plus vistement que chevalier qui fust en la Grant Bretaigne, et recouvra ung autre coup de tel vertu que la pointe lui perça l’escu et le haubert et lui entra dedens la cuisse, tant que le sang en couru aval a grant effort26.

23Les deux objets ont une matérialité trouble, entre le minéral et l’organique. Cette arme inflige à Béthidès une blessure à la cuisse qui rappelle le Coup douloureux reçu par le Roi-Méhaignié. Néanmoins, la guérison de cette plaie très grave sur le plan symbolique est presque instantanée. Le petit poisson rouge efface toute trace des coups échangés. Son action miraculeuse est comparable à celle du Graal, puisqu’en accomplissant l’épreuve du Graal, le chevalier élu a le pouvoir de rendre sa santé au roi blessé. L’épisode de Perceforest n’est pas une transposition de l’épreuve du château du Graal, mais un jeu d’échos subtil relie les deux aventures. Un roi poisson remplace le Roi-Pêcheur et le héros emprunte fugitivement certains traits à Perceval et au Roi-Méhaignié.

24Selon un fonctionnement caractéristique de ce roman, l’épisode de l’île aux poissons, si elle tisse un nouveau lien entre la destinée de Béthidès et celle d’Alexandre, préfigure aussi doublement les temps chrétiens. Cet épisode articule par ailleurs deux dimensions importantes de l’imaginaire du poisson au Moyen Âge : l’animal et l’aliment. L’épisode décline l’abondance poissonneuse sous toutes ses formes : la masse pesante des bêtes marines, leur nombre apparemment illimité, la vertu régénératrice de leur chair sacrifiée… Mais comment le poisson peut-il être à la fois une créature modèle, à laquelle le chevalier s’identifie naturellement, et une nourriture indispensable ? Le paradoxe est formulé et trouve une sorte de résolution grâce au petit poisson rouge offert par le roi des poissons à Béthidès. Le repas eucharistique a remplacé la dévoration bestiale.

La Fontaine venimeuse : de la merveille au miracle

25Toutefois les aventures poissonneuses de Perceforest n’en restent pas là. Les modèles de chevalerie que sont les chevaliers-poissons reçoivent un contrepoint diabolique à l’intérieur du roman. L’aventure s’organise à nouveau autour d’une fontaine, la Fontaine Boulant, qui prendra plus tard le nom de Fontaine Venimeuse. Elle contient des poissons merveilleux nettement situés du côté du mal :

  • 27 Perceforest, quatrième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 1987, t. 1, p. 166.

Aussy il y avoit une merveilleuse besoingne, car qui arrestoit ung petit a celle fontaine, il veoit saillir souvent ou boullon de l’eaue poissons a testes serpentines et deux piés a maniere d’asne, et estoient grans comme un saulmon. Ils estoient de couleur plus noire que arement et la teste flamboyant, tant que les aucuns disoyent que ces poissons venoient d’enffer. […] Sy chevaucherent tant qu’ilz arriverent a la fontaine, ou Estonné mist pié a terre et se sey auprez, et aussy fist le Tors, puis commencerent a regarder les merveilles. Car droit au milieu de la fontaine sailloit contremont de grant randon ung sourgon d’eaue comme ung boullon. Et en ce boullon veirent les poissons plus noirs que meures, qui avoient les testes serpentines et de couleur a feu. Et quant ce boullon les avoit jectés en l’er, ilz retournoient en l’eaue coie d’entour27.

  • 28 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 2, p. 1212 : 166/95 m. de cisne e.
  • 29 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 1, p. 167.

26Les pattes de canard (« piés a maniere d’asne ») de ces poissons apparaissent comme un écho dégradé des pattes de cygne de l’épisode précédent. Si l’on retient la leçon d’une variante du manuscrit C, ces pattes de canards pourraient bien n’être d’ailleurs que le produit d’une confusion graphique entre cisne et asne28, ce qui confirme encore la parenté entre les deux variétés de poissons. Un jeu d’inversion systématique régit la relation entre les deux merveilles. La chaleur de l’eau bouillonnante contraste avec l’eau fraîche et désaltérante de la première fontaine. À la blancheur de la chair tendre et bienfaisante des poissons soldats s’oppose la noirceur infernale des poissons serpents à la tête couleur de feu29.

  • 30 Lion de Bourges, éd. Kibler W., Picherit J.-L., Fenster t., Genève, Droz, 1980, vol. 2, v. 28395ss.

27Les têtes de serpent flamboyantes de ces spécimens pourvus de pattes n’encouragent guère le jeu des identifications. Néanmoins, la référence au saumon, isolée dans l’univers de Perceforest, retient l’attention. Outre la mention explicite du saumon à travers la comparaison, l’insistance sur les sauts de ces animaux qui hantent une source rappelle les bonds prodigieux dont le saumon est capable au cours de sa migration. La couleur de ces poissons diaboliques n’évoque-t-elle pas d’ailleurs dans une certaine mesure la robe du saumon au moment de sa migration, lorsqu’elle étincelle de reflets chatoyants, ou en fin de cycle migratoire, lorsqu’elle s’assombrit ? Si le saumon bénéficie dans la littérature des XIIe et XIIIe siècles d’une image plutôt valorisante en tant que poisson noble des banquets, il prend aussi un visage démoniaque dans la chanson de geste Lion de Bourges, lorsque le luiton Otinel investit une peau de saumon pour terroriser les marins30. Le poisson sacré des Celtes, désormais associé aux luitons et autres esprits maléfiques, semble voué à une diabolisation sans appel dans ces œuvres du XIVe siècle.

  • 31 Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons, op. cit., p. 302.
  • 32 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 1, p. 170 : « Et sans aucunement penser a ce qu’il avoi (...)

28Morphologie serpentine, noirceur et comparaison avec le saumon : ces créatures cumulent les traits diaboliques. Qu’en est-il de leur chair ? On ignore si elle est comestible, mais les qualités de l’eau qui les environne laissent mal augurer de ses qualités nutritives. En effet, devant ce lieu sinistre, il revient brutalement à la mémoire d’Estonné la malheureuse aventure du cousin de son père, qui mourut après avoir bu à cette source empoisonnée. Les poissons serpentins ne sont jamais envisagés comme des nourritures ; en revanche, ils avalent régulièrement de larges crapauds. L’inversion, commentée par Christine Ferlampin-Acher31, est là encore frappante : le poisson aliment miraculeux à la fin de l’épisode précédent est devenu ici une bête dévorante et repoussante. Estonné reste proprement médusé par le spectacle, justifiant, avant de disparaître, le nom qu’il porte. Fasciné par la merveille, obsédé peut-être par le souvenir de son cousin, le héros reste paralysé par une mélancolie foudroyante32. Un traître profite de la stupeur du chevalier pour l’assassiner et c’est ainsi que disparaît l’un des principaux protagonistes du roman.

  • 33 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 2, p. 896 ss.
  • 34 Ibid., p. 894.

29L’affaire de la Fontaine Venimeuse ne s’arrête pas là. L’histoire se poursuit lorsque Passélion, le fils d’Étonné, exorcise cette fontaine maléfique33. En la neutralisant, il parachève avec l’aide de Zéphir la vengeance de son père. Il y affronte d’abord un diable sorti de la fontaine sous un aspect encore plus hybride et monstrueux que les poissons mangeurs de crapauds : « un poisson qui la teste avoit de serpent, piés de griffon, queue de scorpion, et estoit grant a merveilles34 ». Abattu par Passélion, la bête aquatique abandonne sa peau pour regagner la fontaine, dont elle ressort sous l’aspect d’un taureau. À nouveau vaincue, elle doit consentir à quitter l’Écosse en emportant avec elle tout le venin de la fontaine merveilleuse. Après une terrible tempête, les eaux jaillissantes de la fontaine se répandent dans la vallée environnante, formant un lac. Le conteur développe alors une intéressante prolepse : c’est à cette fontaine désenchantée que le Roi Pêcheur devra son nom. Une digression réécrit, en la transformant sensiblement, l’histoire contée depuis Robert de Boron. Quand Josephus, le gardien du saint Graal, viendra en Grande Bretagne, il se trouvera confronté à l’incrédulité de son peuple. Ne s’estimant pas satisfaits par le service du Graal, certains infidèles lui réclameront d’autres nourritures. Il les enverra alors pêcher dans cet étang au passé mouvementé. Comme leur pêche sera vaine, Josephus enverra son neveu Helain le Gros vers l’étang :

  • 35 Ibid., p. 898.

Adont entra Helain en l’estang et y print ung grant poisson, puis yssi hors atout. Et lors commanda asoir tous ceulx qui estoient agravés de faim, puis pria Helain a Dieu qu’il voulsist le poisson multiplier sy que le poeuple aucunement en peust estre reconforté pour celle fois. Sa priere accomplie, il commença a servir de ce poisson partout, et Dieu le multiplia tellement qu’ilz en eurent tous a demourance. Et quant le poeuple vey le miracle que Dieu avoit fait pour Helain, ilz le nommerent depuis le Roy Peschour, comme l’istoire le met plus adplain35.

30Le conteur annonce des événements importants sur lesquels la suite de l’histoire reviendra : il rappelle la direction vers laquelle se dirige le récit, et par la même occasion, intègre à sa somme un épisode emprunté à l’Estoire del saint Graal. Le poisson apparaît ainsi comme l’un des nombreux fils conducteurs grâce auxquels l’habile conteur de Perceforest accomplit la conjointure entre-temps du mythe et temps chrétien.

31Du miroir des princes au Graal, la narration de Perceforest donne à voir un glissement chronologique de l’animal merveilleux à la nourriture chrétienne. Le poisson moralisé, merveilleux et christianisé joue un rôle de premier plan dans cette genèse du monde arthurien. Le triptyque formé par ces trois épisodes poissonneux de Perceforest dessine une longue continuité narrative qui relie les aventures orientales d’Alexandre, avec le souvenir des poissons observés sous l’eau, à l’apparition d’une figure centrale de la quête du Graal, le Roi Pêcheur. Selon cette lecture, peut-être déformée et déformante, ces histoires de poissons constituent une épine dorsale de Perceforest, l’un des fils conducteurs permettant de tenir ensemble le foisonnement de récits et d’aventures dont est composée l’œuvre, de lui donner sa cohérence.

Notes

1 Bellon-Méguelle H., « L’exploration sous-marine d’Alexandre : un miroir de chevalerie », Connochie-Bourgne C., (dir.), Mondes marins du Moyen Âge, université de Provence, publications du CUER MA, Senefiance, t. 52, 2006, p. 43-56.

2 Gaullier-Bougassas C., « La réécriture inventive d’une même séquence : quelques versions du voyage d’Alexandre sous la mer », Traduction, transposition, adaptation au Moyen Âge, Bien dire et bien aprandre, t. 14, université de Lille III (Bulletin du Centre d’études médiévales et dialectales), 1996, p. 14.

3 Perceforest, première partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 115-116.

4 Perceforest, troisième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 1991, t. 2, p. 274.

5 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 280 : « Mais le roy se leva sus ses piez et puis dressa pardevant lui une longue pointe d’oz, plus blanche que yvoire, qui lui gisoit sus le dos par derriere, et la tenoit comme une licorne fait la sienne. »

6 Ce poisson fait partie des listes de toutes les grandes sommes dominicaines (chez Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais et Albert le Grand) et figure même sous le nom français de glaive, dans la liste beaucoup plus sélective du Trésor de Brunet Latin. Brunet Latin, Tresor, édition par Beltrami P. G., Squillacioti P., Torri P., Vatteroni S., Turin, Giulio Einaudi editore, 2007, I, 130, 6, p. 232.

7 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 274 : « Mais comme il les decoppoit, il vey venir sus lui quatre poissons de la grandeur d’un chien de chasse, qui n’avoient chascun que deux piez. »

8 Ibid., p. 278.

9 Ibid., p. 277.

10 Ibid., p. 278.

11 Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose (XIIIe -XIVe siècles), Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2002, p. 299 : « Le poisson chevalier serait le résultat d’une observation déformée du réel et d’une interprétation en fonction de la réalité médiévale et chevaleresque. »

12 Le Cornec Rochelois C., Le Poisson au Moyen Âge : savoirs et croyances, université de Paris 4 [thèse de doctorat], 2008, volume 3, p. 655-661.

13 Placides et Timeo ou Li secrés as philosophes, éd. Thomasset C., Genève, Droz, 1980, p. 188, § 388.

14 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 274.

15 Ibid., p. 276.

16 Ibid., p. 274.

17 Ibid., p. 282.

18 Ibid., p. 283.

19 Ferlampin-Acher C., « Aux frontières du merveilleux et du fantastique dans Perceforest », Revue des langues romanes, t. 101, 1997, p. 96-97.

20 Huot S., Postcolonial Fictions in the Roman de Perceforest : Cultural Identities and Hybridities, Cambridge, Brewer, 2007, p. 60.

21 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 453, note 282 (337).

22 Lémery N., Dictionnaire des Drogues Simples, 3e éd., Paris, 1748, art. Erythrinus, p. 300, cité par Gilles Roussineau.

23 Guillaume Rondelet, L’Histoire entière des poissons, Laurent Joubert (trad.), Lyon, Mathieu Bonhomme, 1558 (repr. Paris, CTHS, 2002), I, p. 229.

24 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, éd. de Douai 1624 (repr. Anastatique Akademische Druck-und Verlagsanstalt, Graz, 1965), XVII, 71, col. 1287.

25 Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons, op. cit., p. 302.

26 Perceforest, troisième partie, op. cit., t. 2, p. 280.

27 Perceforest, quatrième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 1987, t. 1, p. 166.

28 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 2, p. 1212 : 166/95 m. de cisne e.

29 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 1, p. 167.

30 Lion de Bourges, éd. Kibler W., Picherit J.-L., Fenster t., Genève, Droz, 1980, vol. 2, v. 28395ss.

31 Ferlampin-Acher C., Fées, bestes et luitons, op. cit., p. 302.

32 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 1, p. 170 : « Et sans aucunement penser a ce qu’il avoit a faire, il commença a merancolier en pesantes fatrasies, telles qu’il sambloit qu’il voulsist dire : « Fortune contraire, je te atens et ne me partiray d’icy, s’avras sus moy ta voulenté acomplye. » Se le preu Estonné ne le disoit ou pensoit, sy en monstroit il le samblant si evidamment qu’il sambloit qu’il fust cause de sa mesadventure. Tant s’appesanti illecquez Estonné qu’il s’endormy quasi, et ne sçavoit comment d’illecq partir. »

33 Perceforest, quatrième partie, op. cit., t. 2, p. 896 ss.

34 Ibid., p. 894.

35 Ibid., p. 898.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Pau

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540