Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Aux sources du roman fleuve

Néronès la « vivante ensevelie », Zellandine la « belle endormie »

Emese Egedi-Kovács

Texto completo

1Le thème littéraire de la « morte vivante », pour ce qui est de la littérature française du Moyen Âge, se développait en deux variantes principales. Dans la première, que l’on appellera la « vivante ensevelie », l’héroïne ayant totalement l’apparence d’une morte sera mise dans un tombeau d’où elle s’évadera finalement : l’accent est mis sur le phénomène de la mort. Dans plusieurs récits ce motif est lié au thème du mariage repoussé par l’héroïne ou à celui du triangle amoureux. Dans la deuxième variante, la « belle endormie », on insiste avant tout sur le spectacle, sur l’image miraculeuse de la demoiselle ensommeillée qui ne sera pas ensevelie, ce qui permet de penser à un sommeil magique, et qui est renforcé par d’autres éléments merveilleux, à savoir la beauté et la fraîcheur de corps qui ne s’altèrent pas malgré le temps qui passe, l’espace extraordinaire marqué de surnaturel et dont le complet isolement ne peut être rompu que par les seuls élus, ou encore la résurrection miraculeuse. Cette seconde variante fournira le motif central du futur conte de « La Belle au bois dormant ». Dans le roman de Perceforest nous retrouvons les deux variantes dans des épisodes successifs (les aventures de Troÿlus et Zellandine et celles de Néronès et Nestor, dans le livre III). Dans cette étude, en traçant brièvement l’évolution de ces deux motifs à travers les âges et les différentes traditions littéraires européennes et en relevant des aspects d’intertextualité entre Perceforest et des récits contemporains, je vise à montrer que ces deux thèmes, malgré leurs différences, sont inséparables l’un de l’autre.

  • 1 Xénophon d’Éphèse, Les Éphésiaques, Livre III, V, 1 – VIII, 5.
  • 2 Gesner C., Shakespeare & the Greek Romance. A study of origins, Lexington, 1970, p. 62-64.
  • 3 Théodore Prodrome, Rhodanthé et Dosiclès, VIII, v. 428-520.

2En ce qui concerne la littérature européenne, le motif de la « morte vivante » est d’abord apparu dans les romans grecs de l’époque hellénistique. Dans ces œuvres ce thème prenait surtout la forme de « la vivante ensevelie ». À titre d’exemple il faut avant tout retenir le roman de Xénophon d’Éphèse Les Éphésiaques : Anthia pour éviter une union indésirable et voulant rester fidèle à son époux demande un poison à un médecin qui ayant pitié d’elle ne lui donne finalement qu’un breuvage somnifère. Anthia revient donc à elle dans sa tombe, d’où des voleurs la sortiront1. Cet épisode des Éphésiaques fournira plus tard, bien que de façon indirecte, un modèle pour la mort apparente de Juliette dans la pièce de Shakespeare2. L’héritage romanesque grec a été transmis et renouvelé au XIIe siècle à Byzance. Des quatre romans byzantins parvenus jusqu’à nous, c’est avant tout celui de Théodore de Prodrome, Rhodanthé et Dosiclès, qui est à retenir. Dans cette histoire, l’héroïne est empoisonnée par sa rivale qui lui fait absorber un breuvage paralysant. Cependant Dosiclès, étant parti à la chasse, rencontre dans la forêt une ourse affligée d’une hémiplégie, ayant une moitié du corps morte et l’autre vivante. Celle-ci se guérit elle-même devant les yeux du jeune chevalier grâce à une herbe. Dosiclès, bien qu’ignorant l’état de son amie, cueille aussitôt cette herbe grâce à laquelle, dès qu’il aura appris la mauvaise nouvelle, il pourra ressusciter sa fiancée3. Prodrome puise visiblement dans l’œuvre de Xénophon pour ce qui est du thème de la « morte vivante », qu’il modifie néanmoins à tel point que le motif commence à tendre vers la deuxième version, la « belle endormie », du fait que l’héroïne, plongée en catalepsie, montre néanmoins des signes de vie évidents et n’est pas enterrée. Le roman de Prodrome nous semble d’autant plus intéressant qu’il présente plusieurs parallèles, peu exploités d’ailleurs jusqu’à maintenant par les chercheurs, avec des œuvres contemporaines françaises, notamment Eliduc de Marie de France ou Cligès de Chrétien de Troyes.

  • 4 Kortekaas G.A.A., qui a écrit un commentaire monumental sur ce roman (Commentary on the Historia Ap (...)
  • 5 Historia Apollonii regis Tyri, chap. 25-27.

3Pour ce qui est de la littérature occidentale, il faut se référer à une œuvre latine écrite au Ve siècle, l’Historia Apollonii regis Tyri, qui joue elle aussi un rôle significatif dans le développement du thème de la « morte vivante ». Ce roman, qui est selon toute apparence une réécriture latine d’un modèle hellénistique4, se trouve au carrefour du roman grec et de la littérature hagiographique, et c’est dans cette œuvre que non seulement les auteurs des romans courtois mais aussi ceux des vies de saints ont visiblement puisé le motif de la « morte vivante ». À titre d’exemple on pourrait de nouveau citer Eliduc, dont l’héroïne, tout comme dans l’œuvre latine, devient cataleptique sur un bateau en pleine mer. Dans l’Historia Apollonii regis Tyri, le ton de cette scène est plutôt proche de celui des vies de saints, car cette fausse mort, contrairement aux préfigurations grecques et byzantines ou aux successeurs français, n’a rien à voir avec l’amour, la jalousie ou la problématique du triangle amoureux. En effet, le thème de l’amour n’occupe pas de rôle significatif dans l’ensemble de l’Historia Apollonii. La femme d’Apollonius tombe dans une mort apparente, soudainement, après son accouchement sur le bateau. Mise dans une caisse et emportée à Éphèse, la jeune femme est ressuscitée par le disciple d’un médecin5. Ce thème réapparaît plus tard dans une vie de sainte, celle de Marie-Magdeleine dans La Légende dorée de Jacques de Voragine : une femme enceinte tout comme celle d’Apollonius, accompagnant son mari pendant un voyage, accouche d’un bébé sur un bateau et semble soudainement mourir. Laissée sur une île pendant deux ans, elle sera maintenue en léthargie par Marie-Magdeleine, ce qui permet à l’enfant d’être allaité. Assez curieusement, cette légende au thème et au ton purement religieux contribuera, selon toute apparence, à l’apparition des variantes les plus piquantes de la « morte vivante ». Dans les premières attestations du conte de la « Belle au Bois dormant » qui ont comme sujet central le thème de la « belle endormie », notamment dans l’histoire de Zellandine de Perceforest ou dans la nouvelle occitane Frère de Joie et Sœur de Plaisir, le thème de l’accouchement lié à la fausse mort et le motif de la mère qui, malgré sa catalepsie, allaite son nouveau-né, sont en effet présents. Néanmoins tous ces thèmes figurent dans des contextes très différents de celui du récit hagiographique : dans les récits français et occitans, c’est en plein sommeil que la belle endormie donne le jour à un enfant qui est le fruit de la visite furtive d’un jeune chevalier. Outre ce décalage, c’est de nouveau le rapport étroit entre les deux variantes du motif qui est à souligner : pour ce qui est du thème de l’accouchement lié à la fausse mort, à partir de l’histoire d’Apollonius où le motif de la « morte vivante » se présente sous la forme de la « vivante ensevelie », en passant par la Légende dorée, on arrive finalement à la deuxième variante, celle de la « belle endormie ».

4En ce qui concerne le thème de la « morte vivante » dans les récits français, le roman de Chrétien de Troyes, Cligès, dans lequel la fausse mort de l’héroïne fournit un exemple parfait de la variante de la « vivante ensevelie », offre sans doute un modèle important aux œuvres françaises postérieures. Ce qui rapproche la mort apparente de Fénice de celle de Néronès dans Perceforest, c’est que par opposition aux autres mortes vivantes françaises celles-ci décident elles-mêmes de se faire passer pour mortes. Chrétien introduit en outre le motif du breuvage narcotique, thème qui était déjà présent dans le roman grec de Xénophon et chez Prodrome. Dans le lai d’Eliduc de Marie de France nous avons ce même motif à un stade intermédiaire, entre les deux types : en établissant les « circonstances » adéquates pour préparer la résurrection merveilleuse, à savoir laisser la belle endormie sans qu’elle soit enterrée dans un endroit extraordinaire et isolé, et permettre ainsi aux autres personnages de contempler le miracle du corps conservant sa fraîcheur, Marie de France a rassemblé (sans pouvoir se douter de sa postérité) tous les éléments fondamentaux du thème central du fameux conte de la « Belle au Bois dormant ».

  • 6 A. Micha a considéré ce roman comme un « Néo-Cligès » (Micha A., « Amadas et Ydoine », Le Roman ju (...)
  • 7 En effet, Amadas et Ydoine est un « Tristan hyper-corrigé », dans le sens où il reprend et corrige (...)
  • 8 Les Lais de Marie de France, trad. Harf-Lancner L., Paris, Le Livre de poche, collection Classique (...)
  • 9 Chrétien de Troyes, Cligès, Édition bilingue, Publication, traduction, présentation et notes par H (...)
  • 10 Perceforest, troisième partie, tome II, éd. Roussineau G., Droz, Genève, 1991.

5 Amadas et Ydoine met en scène aussi une « vivante ensevelie ». Cette œuvre se présente comme une version révisée de Cligès6 du fait que l’auteur essaie en réutilisant la plupart des éléments du texte de Chrétien de rendre l’histoire plus morale7. L’adultère, bien que déjà omis dans Cligès, disparaît complètement dans Amadas. Et surtout pour ce qui est de l’intrigue, la fausse mort d’Ydoine ne joue pas un rôle aussi décisif que celle de Fénice. Si Ydoine peut finalement se débarrasser de son mari, le comte de Nevers, c’est grâce à son éloquence et à la ruse des trois sorcières et non à une tromperie lui permettant de passer pour morte. Toutefois, bien que la mort apparente de l’héroïne n’ait aucun rôle structurant, l’auteur ne la laisse pas de côté et lui accorde toute son attention, car cette péripétie a dû lui paraître frappante et efficace sur le plan romanesque. Notons un changement lexical important par rapport aux autres textes traitant d’une mort apparente. Un élément original est introduit. La jeune fille n’est pas simplement pâle et décolorée comme dans les autres textes (Marie de France, Eliduc, v. 854 : « tute pale, desculuree8 » ; Chrétien de Troyes, Cligès, v. 5763 : « et a le vis si pale et blanc » ; v. 5443-5444 : « d’un boivre qui la fera froide,/ descoloree, pale et roide9 » ; Perceforest, l. III, t. 2, p. 210 « … elle estoit tant pale et tant deffaitte que tous ceulx qui la veoient la tenoient morte pour vray10 ») : son teint devient gris et cendré. On trouve d’abord ce détail à propos de la maladie d’amour d’Ydoine, marquée par de multiples évanouissements, maladie qui commence lors de son mariage et sa nuit de noce, et qui semble proche elle aussi d’une mort apparente :

  • 11 Amadas et Ydoine, édité par Reinhard J. R., Paris, 1974.

Pale devint, si afeblist
Et sa bele couleurs noircist,
Bien pres est atainte de mort ;
De riens que voie n’a confort,
A dolour torne tout son cors ;
As os se prent li cuirs dehors,
Sa face coulouree et tendre
Devint plus pale que n’est cendre. (Amadas et Ydoine, v. 2557-2564)11

6Puis lors de la véritable fausse mort d’Ydoine :

Devant li vienent, si la voient
En pasmisons ; mult s’en esfroient,
Quant la voient ensi gesir.
Une eure commence a noircir,
Une eure vermelle devient :
Grans est l’angousse qui le tient. (Amadas et Ydoine, v. 5252-5256)

  • 12 « La fausse mort d’Ydoine est traitée selon un mode narratif très détaillé, surchargé de détails a (...)

7Le verbe « noircir » évoque sans doute plus fortement l’image de la mort que la simple pâleur. L’auteur d’Amadas réutilise donc le thème de la « fausse mort » de façon très sophistiquée : il limite certes son importance narrative, puisqu’il ne permet pas d’éviter le mariage, mais il ne renonce pas pour autant à l’effet frappant d’une telle scène. Or, le public de l’époque connaissait certainement bien les récits concernant les deux fausses mortes que sont Fénice (dans Cligès) ou Guilliadun (dans Eliduc). Comme le contexte est presque le même, cela n’aurait rien eu de surprenant si l’auteur avait mis en scène une mort dont tout lecteur savait d’emblée qu’elle n’était qu’apparente : il aurait alors modifié quelques tournures, notamment le teint du visage de l’héroïne mourant, ce qui renouvelle le motif et renforce son potentiel dramatique. Certes Fénice a été enterrée, mais il était alors clair qu’elle se faisait volontairement passer pour morte grâce à un breuvage somnifère. Pour ce qui est de Guilliadun, quoique la poétesse ne dise rien de précis quant à savoir si elle est véritablement morte ou non, son visage tout coloré et vermeil laisse deviner un dénouement heureux. En revanche, l’agonie d’Ydoine semble bien réelle. Le lecteur, même s’il se doute d’une fin heureuse, s’effraie au moins un bref instant, devant cette héroïne en train d’agoniser, le visage gris et noirci, puis de faire semblant de mourir. Par ailleurs, à côté de cette différence concernant le teint, c’est aussi la surabondance textuelle caractérisant cette scène dans Amadas qui est à souligner, ce que F. Dubost constate également, et qui s’explique, selon lui, par « la représentation littéraire du faux » qui « nécessite un renforcement des effets de réel12 ». De notre côté, nous pensons plutôt que si la mort apparente est plus marquée physiquement (« noircie ») et si elle est ainsi dramatisée dans ce récit, c’est surtout parce que le romancier voulait s’écarter des récits antérieurs certainement bien connus à son époque, et en jouer, sur le mode de la surenchère.

  • 13 Sur le rapprochement entre ces témoins, voir Roussineau G., « Tradition littéraire et culture popu (...)

8Pour ce qui est de la deuxième variante, la « belle endormie », nous conservons, en plus de l’histoire de Zellandine dans Perceforest, deux récits occitans Frère de Joie et Sœur de Plaisir et Blandin de Cornouaille13. Comme nous l’avons remarqué, dans le roman de Perceforest, nous pouvons identifier successivement les deux variantes de la « morte vivante ». Dans l’histoire de Nestor et Néronès, nous pouvons en effet reconnaître tous les traits du premier thème, celui de la « vivante ensevelie ». Néronès enlevée par Fergus, roi de Norvège, au cours d’un voyage, complètement désespérée et épuisée, finit par simuler la mort. L’idée de la simulation lui vient de ses multiples pâmoisons spontanées. Au premier évanouissement, Néronès n’est considérée que comme malade, mais lors du deuxième elle paraît déjà morte :

  • 14 Nous soulignons.

Mais plus parlerent a la pucelle, et plus acreurent son doeul, et tellement fut oultree qu’elle ne se peut plus tenir sus son palefroy, ains chey a terre toute pasmee. (l. III, t. 2, p. 208)
Et quant la pucelle eut finee celle complainte, le cuer lui failli de foiblesse et s’estendy sus son lit comme morte. Et quant les deux damoiselles, qui estoient auprés d’elle a tel meschief qu’il sambloit que les cuers leur deussent faillir, la veirent en tel point, elles cuiderent qu’elle fust morte. Alors l’une sailli hors de la chambre hastivement et s’en vint aux deux soeurs du roy et leur dist que la pucelle rendoit l’ame et qu’elles venissent a son trespas. (l. III, t. 2, p. 209-210)14

9La demoiselle revient bientôt à elle, mais lorsqu’elle se rend compte que tout le monde est persuadé qu’elle était véritablement décédée, elle décide de ne plus montrer aucun signe de vie, et commence à simuler le trépas.

A chief de piece, la pucelle revint de pamoison, non point qu’elle feist grant signe de vie, car elle ne remouvoit fors ung petit la bouche en retirant ses levres. Adont les aucuns dirent que c’estoit ung signe de mort. Et la pucelle, qui entendy ce, pensa en elle mesmes que voirement estoit elle morte ou falloit qu’elle le fust, car pour meschief qu’elle deust souffrir elle ne monstreroit jamais samblant de vie. (l. III, t. 2, p. 210)

10Décrite ensuite comme tant « pale » et « deffaitte », son apparence ravagée soutient parfaitement l’illusion de la mort.

Et sachiez qu’elle en avoit bon commencement, car elle estoit tant pale et tant deffaitte que tous ceulx qui la veoient la tenoient morte pour vray. (l. III, t. 2, p. 210)

11L’une des sœurs du roi Fergus lui inflige alors des tourments cruels pour prouver qu’elle est bien morte. Néronès subit néanmoins les tortures sans la moindre réaction et reste complètement inerte.

Alors elle print une greffe d’argent, puis commença a poindre la pucelle es flans, es costez et es rains environ ung pous de parfont en sa char, mais la povre pucelle avoit le corps tant amorti de meschief et tant forte estoit en son oppinion que membre qu’elle eut ne se mouvoit. Quant les deux damoiselles veirent la tirannie de la perverse dame, elles lui dirent : « Certes, madame, vous faittes ung grant mal, car vous voiez plainement qu’elle est morte et qu’elle ne remeut piet ne main. (l. III, t. 2, p. 211)

12Dans ces descriptions, on reconnaît des traits caractéristiques que l’on peut retrouver dans d’autres récits concernant les « vivantes ensevelies ». L’un d’eux, que nous avons déjà rencontré, concerne la pâleur de la jeune fille, cette pâleur mortelle étant remplacée par l’image du visage coloré quand il s’agit du deuxième type, celui de la « belle endormie ». Dans le thème de la « vivante ensevelie » en revanche, où l’accent est mis sur l’apparence de la mort, la description insiste sur le fait que le personnage, quoiqu’il simule, montre l’apparence exacte de la mort, dans toutes ses caractéristiques physiques. L’autre trait propre à ce type de récit et que l’on retrouve ici, c’est la description des membres qui restent immobiles (« membre qu’elle eut ne se mouvoit » ; ou dans sa formulation la plus typique : « elle ne remeut piet ne main »). Néronès feint donc si bien la mort que Fergus ordonne finalement de l’enterrer. Elle arrive cependant à sortir du tombeau au dernier moment.

13Ces tournures topiques que nous venons de déceler à propos du motif de la « vivante ensevelie » ne sont cependant pas aussi importantes, lorsque, quelques chapitres plus tard, Néronès chante le Lai Piteux racontant son histoire à partir de son enlèvement. Il est intéressant de voir comment, dans cette deuxième évocation, itérative, le récit change dans la mesure où il devient « autobiographique ». Dans la première version, celle qui est prise en charge par la voix du narrateur, le récit suit la logique des événements : on décrit soigneusement les différentes étapes qui mènent finalement à la certitude de Fergus et ses hommes que la jeune fille est morte. Les multiples évanouissements de celle-ci sont d’abord décrits, son apparence totalement épuisée, son visage tout pâle… Dans la variante présentée par le récit de Néronès dans le Lai piteux, ces éléments perdent de leur importance. La demoiselle ne consacre que quelques vers à son état de faiblesse qui précède sa simulation :

Tout en autel doel demenant
Alerent la belle menant,
Tant qu’ilz vindrent dessus la mer.
Lors ne se va plus abstenant,
Ains se va sy fort tourmentant
Qu’elle eut pres de la mort l’amer.
Car quant assez se fut complainte,
Elle fut sy de mal attainte
Que l’on tenoit qu’elle fut morte. (l. III, t. 2, p. 352-353)

14En revanche, elle détaille longuement son martyre : c’est en 69 (!) vers qu’elle relate les différents types de tortures qui lui ont été infligées. À vrai dire, face à ce récit on penserait lire plutôt une vie de sainte qu’une histoire de fausse mort (ce qui nous renvoie au transfert du motif que nous avons relevé précédemment dans le domaine hagiographique). Dans cette version, qui est évidemment plus subjective, se lisent en outre des remarques concernant l’état d’âme de Néronès plus nombreuses : la demoiselle relève par exemple que c’est l’amour qui l’encourageait et lui donnait la force d’endurer toutes ces souffrances.

De ce la belle se taisoit,
Car par dedens Amours l’ongnoit
De sa grace, lors bien veüe.[…]
Mais elle estoit appareillie
A Amours et encouraigie
Par franc desir ouvrant en elle. (l. III, t. 2, p. 353-354)

15Le fait de simuler la mort n’est mentionné qu’en passant après la longue description du martyre de la demoiselle, qui passe au premier plan.

La pucelle qui c’endura
En son ferme propos dura,
Sans samblant de vie monstrer. (l. III, t. 2, p. 355)

16Quant à l’enterrement, dans le poème de Néronès, il est escamoté en deux vers :

Le roy, qui a ce moult cura,
La pucelle ensepultura,
Pour sa noblesse demonstrer. (l. III, t. 2, p. 355)

17Et finalement nous trouvons seulement une évocation rapide de la sortie de la demoiselle hors de sa sépulture :

Quant la belle au corps amaty
Seullette de gens se senty,
Graces rendy au dieu Marcus.
N’eut pas alors cuer alenty
Pour mal que l’on lui eust party,
Ains sailli dehors le sarcus. (l. III, t. 2, p. 356)

18La raison de ces changements est évidente. Il est clair que la version chantée par Néronès est destinée avant tout à émouvoir le public de celle-ci. Il est donc fort logique qu’elle insiste plus sur son martyre et moins sur la tromperie que constitue la ruse de la fausse mort.

19Si dans la première occurrence le motif de la « vivante ensevelie » apparaissait avec toutes ses composantes attendues et en partie topiques – l’apparence exacte de mort de la jeune fille, les rites funéraires, le tombeau magnifique et l’évasion de la demoiselle –, dans la deuxième, ces éléments ne sont que rapidement évoqués, suggérés, avec concision, les tournures et détails caractéristiques étant mis à l’écart. Un récit centré sur la « vivante ensevelie » ne nécessite donc pas automatiquement l’usage des expressions topiques, même si elles semblent attendues. Cette omission a pour conséquence que le lecteur se sent moins en face d’une scène de mort apparente que d’un martyre. La présence accentuée des éléments et des formulations attendus et caractéristiques dans la première occurrence a permis une reprise plus libre, plus épanouie, du motif dans la seconde.

20L’autre épisode de Perceforest qui présente le thème de la « belle endormie » est l’histoire de Zellandine. Celle-ci – en filant le lin à la quenouille – plonge dans une léthargie si profonde que personne n’est capable de l’en faire sortir. Dans ce récit, il est tout de suite clair qu’il s’agit de sommeil et non de mort. Comme la jeune fille n’est pas considérée comme morte, il n’est à aucun moment question de l’enterrer. Elle sera donc seulement « isolée », enfermée dans une tour inaccessible à tout le monde, sauf à quelques personnes choisies. Troïlus arrive tout de même à y monter et c’est là qu’il retrouve sa bien-aimée endormie. Que la jeune fille dorme seulement et ne soit pas morte ne fait aucun doute, car elle donne plusieurs signes évidents de vie, ne serait-ce que parce qu’elle est « tant colorée, blanche et tendre » :

Et lors vey Troÿlus plainement le viaire de la pucelle, qui sy doulcement dormoit
qu’il sambloit qu’elle fust tout droit endormie, tant estoit coulouree, blanche et
tendre. (l. III, t. 3, p. 87)

21On retrouve là l’insistance sur le teint coloré, commune à tous les récits de ce type. Cette description caractéristique est d’ailleurs répétée et développée quelques lignes plus bas :

Et lors print a regarder la pucelle qui dormoit, belle comme une deesse, tendre et
vermeille comme une rose et de char blanche comme la fleur de lys. (l. III, t. 3, p. 87)

22Il est important de remarquer que l’on ne parle pas de pâleur mais de blancheur et que cet adjectif renvoie au corps et non au teint : le « visage pâle et décoloré » est réservé, comme nous l’avons vu, au motif de la « vivante ensevelie ».

23Dans ces deux épisodes nous trouvons des réminiscences d’autres récits français ayant pour thème la « fausse mort », notamment Cligès et Eliduc. Toutefois, pour ce qui est de Perceforest, c’est surtout le roman d’Amadas et Ydoine qui semble intéressant, car, quoique dans Amadas et Ydoine le motif apparaisse sous la forme de la « vivante ensevelie », ce roman a visiblement influencé avant tout (voire uniquement) l’histoire de Zellandine. C’est d’abord la duplication du thème de la « fausse mort », par celle du héros, qui suggère un parallèle marquant entre les deux récits. Amadas devient fou pour un certain temps, tandis que Troïlus enchanté par une dame, perd la mémoire. Ces troubles mentaux, quant à leur nature et à leur fonction, sont comparables à la « fausse mort », car les personnages abandonnent provisoirement leur vie habituelle et s’isolent de la société : ils connaissent donc en apparence pour un temps bref une mort métaphorique. Dans les deux récits les jeunes hommes seront guéris grâce à la tendresse d’un personnage féminin, de toute beauté : Amadas par Ydoine, Troïlus par Vénus.

  • 15 Perceforest, l. III, t. 3, p. 86.
  • 16 Ibid.., p. 68.
  • 17 Ibid., p. 67.
  • 18 Ibid., p. 86.
  • 19 Ibid., p. 67.
  • 20 Ibid., p. 90.
  • 21 Ibid., p. 90.

24La scène de guérison de Troïlus dans Perceforest éclaire la scène de guérison de Zellandine endormie, car il existe de nombreux parallèles entre ces deux épisodes. Troïlus est enchanté par une dame, tout comme Zellandine par une déesse : à défaut de plonger le jeune homme dans un sommeil magique, elle lui fait perdre la raison et la mémoire. De plus, la guérison du jeune chevalier se déroule dans des circonstances très semblables à ce que vit la demoiselle. Troïlus reste seul dans le temple des trois déesses où l’ambiance préfigure celle de la chambre de la belle endormie, éclairée d’une « lampe ardante15 » : de même dans le « temple sans clarté », il n’y a « fors de trois lampes qui ardoient devant les trois deesses16 ». Troïlus s’endort dans ce temple, mais vers minuit (c’est aussi l’heure de sa future visite chez Zellandine endormie) Vénus lui apparaît. L’« eschauffure de corps17 » de la déesse est comparable à l’état de Troïlus, qui commence lui aussi à s’« eschauffer18 » à proximité de sa belle amie endormie. Vénus s’approche du chevalier, comme Troïlus s’approchera à pas hésitants de la princesse. Puis a lieu la guérison du jeune homme, Vénus mouillant son « grant doy de sa salive », puis en touchant « les yeulx, les oreilles et la bouche du chevalier19 », ce qui ne manque pas de piquant, quand on connaît la suite dans la scène parallèle où le chevalier finit par entrer dans le lit auprès de sa belle amie « toute nue20 » : naîtra neuf mois plus tard le « fruit » dont « la belle sera garie21 ».

25Faut-il rapprocher cette analogie entre la guérison de Troÿlus et celle de Zélandine, qui lui fait suite, de la duplication du motif de la résurrection que l’on trouve aussi dans Eliduc et dans le roman byzantin de Prodrome ? La résurrection miraculeuse de Guilliadun est en effet précédée de celle de la belette tuée (qui suggérait au héros le moyen de la guérison), dans le roman de Prodrome, c’est la guérison de l’ourse à moitié morte qui sert de préambule. Vénus dans le temple aurait-elle eu l’intention de révéler à Troïlus le moyen de ressusciter sa bien-aimée ? Le comportement peu chaste de la déesse justifierait-il alors d’avance celui, peu courtois, de Troïlus face à l’endormie ? Quoi qu’il en soit, la duplication du motif est notable.

26Un autre thème présent dans Amadas et Ydoine réapparaît dans l’histoire de Troïlus et de Zellandine : celui du repas des trois déesses (ou des Parques) lors de la naissance d’un enfant et celui de l’oubli du couteau qui entraîne la malédiction de l’une des déesses. Notons que ces thèmes constitueront dans les versions modernes de la « Belle au bois dormant » un élément essentiel. Un autre motif d’Amadas figure également dans l’histoire de Zellandine. Ce motif, qui sera encore plus élaboré dans l’autre récit médiéval reprenant la trame narrative de la « Belle au bois dormant », Frère de Joie et Sœur de Plaisir, est celui de l’« anel letré », associé à l’échange des anneaux. Dans Frère de Joie le motif de l’anneau gravé semble plus travaillé, dans la mesure où la gravure, qui ne se limite pas aux simples noms « entreposés » des amants comme dans Amadas, présente un écrit plus long (projetant le dénouement de l’œuvre comme un miroir proleptique). En réécrivant de façon inventive et raffinée le thème de la « vivante ensevelie » largement connu à l’époque avant tout grâce au roman de Chrétien de Troyes, l’auteur d’Amadas, en introduisant de nouveaux éléments dans son récit, notamment la malédiction des trois Parques ou l’échange des anneaux, contribuait à l’éclosion d’un nouveau type de récit, celui de la « Belle au bois dormant ».

  • 22 La Légende dorée présente également le motif de « l’enfermement d’une jeune fille de beauté except (...)

27Un autre parallélisme existe par ailleurs entre les deux épisodes de Perceforest. Lorsque Néronès rencontre pour la première fois le chevalier Nestor, bien avant sa mort apparente, elle est enfermée et isolée dans une tour par son père, tout comme Zellandine endormie22.

Mais je vous advertis que au plus pres de ce vergier avoit ung moult fort chastel enclos de deux rivieres a ung lez de la place, lesquelles cheoient illecques ensamble. Vray est qu’en ce chastel avoit une pucelle de quinse ans qui estoit fille au seigneur de ce païs, qui, voyant l’excessive beauté de sa fille, la faisoit illecq garder tres estroittement. (l. III, t. 1, p. 93)

  • 23 Szkilnik M., « Des femmes écrivains. Néronès dans le Roman de Perceforest, Marte dans Ysaÿe le Tris (...)

28Ici, comme le montre M. Szkilnik, « l’auteur du Perceforest reprend un motif ancien, illustré par le lai de Marie de France Guigemar, par exemple : « Néronès, comme la dame de Guigemar, est enfermée dans un fort château enclos de hauts murs. C’est son père qui joue le rôle du jaloux23. »

  • 24 Ibid.., p. 476.
  • 25 Ibid., p. 477.

29Les figures des pères de Néronès et de Zellandine se ressemblent car ils jouent tous deux le rôle du jaloux. Bien que Zelland, le père de Zellandine, agisse selon les préceptes des médecins en décidant d’enfermer sa fille dans la tour, son comportement envers celle-ci semble assez ambigu. Dans l’épisode de la rencontre de Néronès et de Nestor, « comme le mari jaloux, le père vient en effet troubler la vie agréable des deux jeunes gens en rendant visite à sa fille24 ». Dans l’épisode de la visite furtive de Troïlus chez Zellandine endormie, c’est également l’entrée du père qui clôt la scène amoureuse. Le père de Néronès se couche ensuite dans le lit de sa fille et s’endort, tandis que l’amant de celle-ci y reste caché. Même si Zelland n’entre pas dans le lit de sa fille, l’épisode n’est pas sans quelques connotations érotiques, étant donné que le père avait auparavant vu sa fille étendue nue sur le lit. M. Szkilnik décèle un élément humoristique dans la première scène : « c’est le détail réaliste du linge étendu sur le lit (et que la servante a pris soin de tordre le mieux possible) qui fait basculer la scène dans la farce25 ».

30Dans l’épisode des amours de Zellandine et de Troïlus, c’est le malentendu du père prenant, avec sérieux, Troïlus pour le dieu Mars, qui donne à la scène un goût de farce. Dans les deux épisodes, les précautions paternelles ne peuvent empêcher les jeunes filles de connaître l’amour. Seules l’issue et l’intensité diffèrent : l’amour de Néronès pour le chevalier Nestor demeure tout à fait chaste tandis que Zellandine, quoique parfaitement inconsciente, connaît l’amour charnel.

31L’étude de l’intertextualité avec d’autres récits médiévaux, en particulier Amadas et Ydoine, ainsi que du parallélisme qui existe entre les deux épisodes de Perceforest, illustre bien, selon nous, le fait qu’à l’époque, chez les romanciers, les deux thèmes de la « vivante ensevelie » et de la « belle endormie » étaient à peine séparables l’un de l’autre. Le développement et l’évolution complexe de ces motifs s’accomplissaient parallèlement avant que ceux-ci ne se séparent définitivement l’un de l’autre, ce dont témoignent des classiques inoubliables comme Roméo et Juliette de Shakespeare ou la Belle au bois dormant de Charles Perrault.

Notas

1 Xénophon d’Éphèse, Les Éphésiaques, Livre III, V, 1 – VIII, 5.

2 Gesner C., Shakespeare & the Greek Romance. A study of origins, Lexington, 1970, p. 62-64.

3 Théodore Prodrome, Rhodanthé et Dosiclès, VIII, v. 428-520.

4 Kortekaas G.A.A., qui a écrit un commentaire monumental sur ce roman (Commentary on the Historia Apollonii Regis Tyri, Leyde, Brill, 2007), prend parti pour cette hypothèse en se fondant sur des éléments philologiques et culturels (The Story of Apollonius, King of Tyre : A Study of its Greek Origin and an Edition of the Two Oldest Latin Recensions, Brill, 2004, passim).

5 Historia Apollonii regis Tyri, chap. 25-27.

6 A. Micha a considéré ce roman comme un « Néo-Cligès » (Micha A., « Amadas et Ydoine », Le Roman jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Grundriss 4, t. 1, Heidelberg, Carl Winter, 1978, p. 455). Cette idée reste toujours valable et incontestée par la critique récente (Wolf-Bonvin R., « Amadas, Ydoine et les faes de la dort-veille », Magie et illusion au Moyen Âge, Senefiance, t. 42, 1999, p. 606 ; Burch S. L., « Amadas et Ydoine, Cligès, and the impediment of crime », Forum for modern language studies, t. 36, 2000, p. 190-191).

7 En effet, Amadas et Ydoine est un « Tristan hyper-corrigé », dans le sens où il reprend et corrige la trame de Cligès qui est lui-même déjà un « Tristan moralisé ».

8 Les Lais de Marie de France, trad. Harf-Lancner L., Paris, Le Livre de poche, collection Classiques médiévaux, 1998.

9 Chrétien de Troyes, Cligès, Édition bilingue, Publication, traduction, présentation et notes par Harf-Lancner L., Paris, 2006.

10 Perceforest, troisième partie, tome II, éd. Roussineau G., Droz, Genève, 1991.

11 Amadas et Ydoine, édité par Reinhard J. R., Paris, 1974.

12 « La fausse mort d’Ydoine est traitée selon un mode narratif très détaillé, surchargé de détails annexes. Si bien que le thème de la fausse mort suscite plus d’informations et produit plus de richesses textuelles que la mort réelle. Le paradoxe n’est qu’apparent, car la représentation littéraire du faux, du simulacre, nécessite un renforcement des effets de réel ! Plus le texte ment, plus il doit avoir l’air de dire vrai. On s’attarde très longuement sur l’agonie et sur la mort d’Ydoine, précisément parce que cet état reste de l’ordre du semblant et n’a rien de définitif. Mais cela, personne ne le sait. Tout le monde pense qu’Ydoine est réellement morte : en premier lieu Amadas, mais aussi les autres acteurs du récit et, bien entendu, le lecteur. » Dubost F., « D’Amadas et Ydoine à Jehan et Blonde. La démythification du récit initiatique », Romania, t. 112, 1991, p. 396-397.

13 Sur le rapprochement entre ces témoins, voir Roussineau G., « Tradition littéraire et culture populaire dans l’histoire de Troïlus et de Zellandine (Perceforest, troisième partie), version arthurienne du Conte de la Belle au Bois Dormant », Arthuriana, t. 4, 1994, p. 30-45.

14 Nous soulignons.

15 Perceforest, l. III, t. 3, p. 86.

16 Ibid.., p. 68.

17 Ibid., p. 67.

18 Ibid., p. 86.

19 Ibid., p. 67.

20 Ibid., p. 90.

21 Ibid., p. 90.

22 La Légende dorée présente également le motif de « l’enfermement d’une jeune fille de beauté exceptionnelle par son père », dans l’histoire de sainte Barbe.

23 Szkilnik M., « Des femmes écrivains. Néronès dans le Roman de Perceforest, Marte dans Ysaÿe le Triste », Romania, t. 117, 1999, p. 475.

24 Ibid.., p. 476.

25 Ibid., p. 477.

Autor

Université Eötvös Loránd de Budapest

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540