Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Aux sources du roman fleuve

De l’apocryphe à la fiction : l’intégration de l’Évangile de Nicodème dans le Perceforest

Noémie Chardonnens

Texte intégral

  • 1 Calvino I., Si par une nuit d’été un voyageur, Sallenave D. et Wahl F. (trad.), Paris, Le Seuil, 19 (...)

– Pour moi, au contraire, c’est la fin qui compte, constate un septième ; mais la fin véritable, ultime, cachée dans l’obscurité, le point d’arrivée où le livre veut vous conduire. Moi aussi je cherche une brèche quand je lis […] mais si mon regard creuse entre les mots, c’est pour chercher ce qui se profile au loin, dans les espaces qui s’étendent au-delà du mot « fin1 ».

  • 2 Wahlen B., L’Écriture à rebours. Le Roman de Meliadus du XIIIe au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2010 (...)
  • 3 G. Roussineau a entrepris l’édition de ce texte il y a plus d’une vingtaine d’années, et a édité, (...)
  • 4 Le terme d’« emprunt » se réfère à la présence manifeste d’un texte préexistant clairement identif (...)
  • 5 Genette G., Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 79.
  • 6 Concept littéraire élaboré par R. de Saint-Gelais, la transfictionnalité « suppose la mise en rela (...)
  • 7 Voir Estoire del Saint Graal, Ponceau J.-P. (éd.), Paris, Champion, 1997, § 879-888.
  • 8 Le prosateur s’autorise de nombreuses modifications de sa source, notamment en améliorant l’image (...)
  • 9 Du mariage de la fille de Gallafur et de Josué, naîtra en effet un petit garçon, nommé Aminadap da (...)

1Tout comme le septième lecteur d’Italo Calvino, c’est avec un intérêt particulier que le critique littéraire aborde la fin d’une œuvre, « lieu stratégique, un élément essentiel de la lisibilité du texte2 ». Celle du Roman de Perceforest, non éditée à ce jour3, n’a jusqu’à présent que peu retenu l’attention des spécialistes. Le sixième et dernier livre de ce gigantesque roman en prose tardif se clôt pourtant sur un passage particulier, véritable patchwork alliant pièces reprises et nouveaux fils. Le tout se révèle être un emprunt4 à l’Estoire del Saint Graal, effectué sur le mode de la simultanéité, soit ce que Gérard Genette décrit comme un degré zéro, « qui serait un état de parfaite coïncidence temporelle entre récit et histoire5 ». L’ultime phase du processus de civilisation décrit par le prosateur du Perceforest coïncide en effet avec l’arrivée, ou la découverte, dans le champ du récit, de personnages empruntés à ce texte du XIIIe siècle. Ainsi le public comprend-il que le dernier héros du Perceforest, Gallafur deuxième du nom, est un personnage transfictionnel6 : descendant des grands souverains du texte, il n’est pas inventé, mais recyclé par le prosateur du Perceforest, qui donne un passé à un personnage mineur de l’Estoire del Saint Graal nommé Gallifés. S’il n’apparaît que sur l’extrême fin de ce texte, il y tient malgré tout un rôle important. Une fois converti par Alain le Gros, ce seigneur breton bâtira en effet le fameux château de Corbenic, avant de marier sa fille au frère d’Alain, Josué7. Le prosateur du Perceforest s’approprie ces épisodes et les absorbe, dans ce qui s’apparente à une véritable réécriture (l. VI, fol. 369r-405r8). Il parvient ainsi non seulement à clore son récit sur l’arrivée du Graal et du christianisme en Bretagne, à se lier au cycle du Lancelot-Graal, mais aussi à faire de ses principaux héros les ancêtres de l’élu arthurien ultime : Galaad9. Surtout, du fait qu’il en double l’épilogue, le Perceforest devient littéralement l’Estoire. Il se positionne alors comme une alternative à cette œuvre, alternative davantage focalisée sur la Bretagne.

  • 10 En faisant prendre en charge ces récits analeptiques par un personnage secondaire s’adressant à un (...)

2Au sein de ce passage d’un genre particulier se trouvent plusieurs emprunts analeptiques. Sans surprise, y figurent en bonne place des extraits de l’Estoire del Saint Graal : les histoires de Joseph d’Arimatie (fol. 369v-370v), de Mordrain (403r-404v) et de Nascien (fol. 404v) sont relatées par Alain le Gros à Gallafur, sous la forme de résumés10. Le choix de cette temporalité confirme le statut de l’emprunt et de son texte d’accueil : en relatant le contenu de l’Estoire au passé, le prosateur du Perceforest signale ce texte comme dépassé et renforce le positionnement de son œuvre comme une autre option pour lire la préhistoire arthurienne. Mais ce procédé de reprise n’est pas réservé à ce seul texte : l’Évangile de Nicodème est lui aussi inséré sur la fin du Perceforest à la faveur d’une analepse (fol. 375r-391r). Nous nous focaliserons ici sur ce passage. Il s’agira, en étudiant les modalités de son intégration, sa fonction au sein du récit, mais aussi en le comparant aux autres emprunts analeptiques de la fin du Perceforest, d’éclairer la structure et l’intentionnalité des derniers folios de ce texte foisonnant.

Du Graal au Christ : une intégration en trois mouvements

  • 11 Nous nous sommes ici basée sur les éditions présentant le texte en ancien français, à savoir d’une (...)
  • 12 À mi-chemin entre apocryphe et canonique, il a ainsi été largement utilisé comme outil exégétique, (...)
  • 13 Ce personnage est donné par l’Évangile de Jean comme un aide de Joseph d’Arimatie lors de la mise (...)
  • 14 Notons toutefois l’attribution, très fréquente au Moyen Âge, de l’apocryphe au procurateur de l’em (...)
  • 15 Sur les différentes recensions du texte, voir Gounelle R. et Izydorczyk Z., op. cit., p. 86-119.
  • 16 Ce à la fois en latin et en français, en prose et en vers, dans des versions abrégées et amplifiée (...)
  • 17 Elle apparaît ainsi dans plus de la moitié des manuscrits répertoriés par Z. Izydorczyk (Manuscrip (...)
  • 18 Voir Zink M., Poésie et conversion au Moyen Âge, Paris, PUF, 1993, chap. IX et Baumgartner E., « E (...)
  • 19 Il est difficile de savoir si l’Estoire del Saint Graal s’est directement inspirée de l’Évangile d (...)
  • 20 H. O. Sommer a proposé une édition de cette suite du Roman de Merlin (datant vraisemblablement du (...)

3Récit apocryphe originellement composé en grec au IVe siècle, l’Évangile de Nicodème ne se positionne pas en rival des évangiles canoniques : il se fonde au contraire sur eux, et les confirme, en apportant le récit de témoins des derniers jours du Christ sur terre11. D’où le statut particulier d’autorité donné au texte au Moyen Âge12. Le prologue qui l’ouvre dans la plupart des manuscrits rapporte qu’il a été écrit par Nicodème13, masque d’auteur qui permet évidemment d’assurer l’autorité du récit en garantissant son authenticité14. Texte maintes fois transformé au cours de sa diffusion, il relatait, dans sa forme ancienne, le procès et la Passion de Jésus, en mettant largement en scène le personnage de Joseph d’Arimatie. Au VIe siècle lui a vraisemblablement été ajouté un récit de la descente du Christ aux Enfers15, et c’est sous cette forme qu’il a été largement diffusé dans l’Occident médiéval16. Dès le IXe siècle, l’Évangile de Nicodème est suivi, dans un très grand nombre des versions répertoriées, d’un court texte, la Lettre de Ponce Pilate à l’empereur Claude17, qui présente une missive, dans laquelle Pilate relate les événements entourant la mort du Christ. Si l’adjonction de cette fiction, qui prétend confirmer l’histoire chrétienne par un document officiel, à l’Évangile de Nicodème renforce assurément le positionnement de ce texte comme un document à portée historique, l’apocryphe a également laissé son empreinte dans le domaine fictionnel. On sait ainsi que Robert de Boron s’en est servi pour l’ouverture de son Merlin, et davantage encore pour la composition de son Joseph d’Arimatie18, texte lui-même repris et remanié par l’Estoire del Saint Graal19. L’apocryphe est en outre repris de manière extrêmement fidèle par deux romans arthuriens en prose : le Livre d’Artus20 et, comme on l’a signalé, le Roman de Perceforest.

  • 21 Les deux textes sont formellement séparés par la périphrase « Et apres ce Pillate meismes escrypvy (...)
  • 22 Voir le résumé de la vie du Christ que fait Joseph d’Arimatie à Evalach, § 69-86.
  • 23 Relevons, à la suite de C. Ferlampin-Acher, le déplacement qui est ici opéré : le Graal du Percefo (...)
  • 24 Les événements résumés appartiennent certes tout autant à la trame du Joseph d’Arimatie de Robert (...)

4Ce dernier soigne particulièrement son intégration. L’Évangile de Nicodème apparaît, suivi de La Lettre de Pilate à Claude21, comme le dernier de trois récits analeptiques relatant la Passion du Christ. Il donne ainsi à voir l’évolution des priorités du prosateur, par une focalisation progressive sur le Christ, en lieu et place du Graal. Le premier des trois récits, discours de présentation d’Alain le Gros à Gallafur (fol. 369v-370r), fait en effet largement référence à cet objet. Alors qu’Alain se donne comme un « message et disciple du vray crucefix » (fol. 369v), il résume brièvement la vie et la Passion du Christ dans le but de convertir son interlocuteur. Cet usage de l’histoire sainte, qui se relie à la fonction mathésique, n’est pas propre à Perceforest : son prosateur ne fait qu’intégrer les méthodes de son prédécesseur de l’Estoire, qui multiplie les conversions de païens à la suite d’exposés reprenant la trame biblique22. Cependant, de la vie du Christ, Alain bifurque rapidement sur celle de Joseph d’Arimatie, dont il se donne comme un disciple. Il s’attache à relater le long emprisonnement de son maître, avant de clore son récit sur la visite de Jésus et sur l’objet qu’il lui donna : le « vaissel ou l’aignel fu mis […] le jeudy absolut23 » (fol. 370r). Au vu de ce final, qui rejette la libération dominicale de Joseph par le Christ, il apparaît clairement que ce n’est pas un texte biblique, pas plus que l’Évangile de Nicodème, que le prosateur emprunte ici, mais bien, sous forme de résumé, la tradition fictionnelle représentée notamment par l’Estoire del Saint Graal24. S’il prétend montrer l’instruction et la conversion de Gallafur au christianisme, ce passage vise donc également à introduire dans l’univers du Perceforest cet objet ineffable qu’est le Graal.

  • 25 On en voudra pour preuve, notamment, la diminution de son importance, au profit de celle du christ (...)

5Pourtant, le saint veissel est rapidement mis de côté par le prosateur, au profit de la religion chrétienne. On ne s’en étonnera guère : ce qui l’intéresse visiblement, c’est de relater la christianisation de la Bretagne, et non les merveilles liées au Graal25. Une fois Gallafur baptisé, le texte entreprend de relater, en guise d’épilogue, la conversion de ses principaux héros, à savoir la Reine Fée, Perceforest, Gadifer, Gallafur premier du nom, et l’ermite Dardanon, tous en attente de la nouvelle « loy » sur l’Ile de Vie. Le temps des merveilles et des aventures est à cet instant clairement révolu ; il a fait place à l’âge tant attendu de la révélation chrétienne.

6De fait, le deuxième récit analeptique de la Passion, énoncé sur l’Ile de Vie par Gallafur fils, ne mentionne plus le Graal. Face à ses ancêtres et à Dardanon, Gallafur résume les fondements du christianisme, de l’origine divine et virginale de Jésus à son amour des créatures de Dieu, avant de se focaliser sur le sacrifice du fils du créateur (fol. 374r). Tout comme le discours d’Alain le Gros à Gallafur, celui-ci remplit une fonction mathésique vis-à-vis des personnages : il s’agit, avant leur conversion, de les instruire de la « nouvelle loy ». Mais les paroles de Gallafur constituent également une préparation, pour ne pas dire un prologue, au troisième et dernier récit, emprunt de l’Évangile de Nicodème. C’est dans ce but qu’est convoquée la figure de Joseph d’Arimatie : elle permet à Gallafur d’introduire l’homme qui l’accompagne, et qui prendra en charge ce récit, Natanaël :

Et est certainement sceu, comme vous ourez, par ce preudomme, qui alors estoit en Jherusalem ou celle benoitte œuvre fu acomplie, et estoit adont clerc de Joseph d’Arimatie qui de ses mains despendy le benoit Jhesus de la croix et le coucha en son noeuf monument, pourquoy il fu depuis emprisonné par les Juifs faulx et obstinez. (fol. 374r)

  • 26 Même si aucun élément ne permet de l’attester avec certitude, le prosateur pourrait s’être inspiré (...)

7L’utilisation de Joseph suit ici celle des évangiles canoniques, et, bien sûr, de l’Évangile de Nicodème. Ses liens avec le Graal, et avec les fictions qui en découlent, sont gommés : il apparaît comme une figure d’autorité qui, par son statut de témoin de la Passion, légitime l’orateur à venir, Natanaël. Ce dernier est quant à lui un personnage propre au Perceforest26. Présenté comme un prêtre accompagnant les gardiens du Graal en Bretagne, mis à la disposition de Gallafur par Josué pour « donner baptesme aux convertis en la foy » (f. 372v), il fait l’objet d’une démarche appuyée visant à l’établir comme un énonciateur autorisé de l’Évangile de Nicodème. Cette stratégie repose d’une part sur son insertion dans l’histoire chrétienne, et d’autre part sur son érection en figure auctoriale.

Illusions référentielles

  • 27 On ne s’étonnera guère du rôle d’instigatrice tenu ici par Lidoire : elle joue en effet un rôle ma (...)

8Si Gallafur prête à Natanaël des liens avec Joseph d’Arimatie, c’est aussi le cas du narrateur (fol. 372v-373r), et du personnage lui-même. Il légitime ainsi sa prise de parole, alors que la Reine Fée réclame des détails supplémentaires sur la Passion27 :

J’en scay bien a parler, car lors que mes sires et mes maistres que je servoie adont, qui estoit appellé Joseph de Arimatie, Pilate estoit souverain chevallier des Juifz, car c’est raison que vous sachiés que si tost que Joseph mon maistre eut despendu de la croix le vray crucefié et mis en son sepulcre, Nicodemus, qui estoit des maistres de la loy manda Joseph mon maistre et je alay avec luy. (fol. 374v)

9Cet énoncé, qui ancre le personnage au cœur même des épisodes bibliques, ne constitue que la première étape de son infiltration de l’histoire chrétienne : elle se poursuit jusqu’à le lier intrinsèquement à l’Évangile de Nicodème. Natanaël explique en effet que Nicodème a mis en garde Joseph contre les seigneurs de la loi. Il s’est alors offert de garder Natanaël à ses côtés, afin de lui faire « mettre par escript toute la Passion du Prophete a toutes les eures que [il] aur [a] […] loisir » (fol. 375r). Et, de fait, conclut Natanaël :

Je demouray avecques Nicodemus et Joseph se party, qui en ce jour fu prins des ministres de la loy et mis en prison […]. Touteffois me fist depuis Nicodemus escripre toute la Passion du Saint Prophete et comment il fut accusé et traittié. (fol. 375r)

10C’est donc à une véritable genèse d’écriture de l’Évangile de Nicodème que se livre le prosateur du Perceforest : après l’avoir érigé en contemporain de la Passion, il pose Natanaël comme le rédacteur originel du texte, tandis que Nicodème est relégué à la place de commanditaire. L’illusion référentielle est complète. De fait, le prosateur retravaille les seuils de l’apocryphe, supprime la mention de Nicodème comme auteur, et introduit le passage par le biais de Natanaël. Ce dernier présente l’œuvre comme un texte, au sens matériel du terme :

Et je vous liray celle Passion, tout ainsi que Nicodemus la me fist descripre mot a mot car il fu tousjours present, laquelle Passion j’ay sur moi, escripte de ma main […]. Adont print Natanael la Passion du Saint Prophete, si la lut en telle manière. (fol. 375r)

  • 28 Ford A. E., op. cit., p. 15-18. La dénomination d’Évangile de Nicodème, passée à la postérité, ne r (...)

11Comme les autres emprunts analeptiques de la fin du Perceforest, l’Évangile de Nicodème est pris en charge sous forme de discours direct, par un personnage secondaire qui lui est intrinsèquement lié, et qui le destine à un personnage de premier plan, qu’il s’agit d’instruire d’un passé influençant le présent de la fiction. Mais s’il se détache de l’œuvre qui l’accueille, c’est avant tout par son exhibition comme texte. L’intitulé qui lui est donné, « Passion du Saint Prophete », va dans ce sens, puisqu’il correspond à la périphrase sous laquelle apparaît l’apocryphe dans la plupart des versions en ancien français28.

  • 29 La mise en page pourrait de fait indiquer une copie directe à partir d’un manuscrit, contrairement (...)

12On n’est en somme plus tant dans le registre de la réécriture, que dans celui du collage. Même si son intégration est soignée, notamment par les échanges verbaux au sein desquels il s’inscrit, l’Évangile de Nicodème ne fait pas totalement corps avec le Perceforest et son prosateur ne l’absorbe pas, contrairement aux cas d’emprunts de l’Estoire del Saint Graal. Cette attitude se reflète également dans les choix de mise en page du manuscrit BnF Arsenal 3494 : sur les presque vingt folios qu’occupe l’Évangile de Nicodème, seules deux lettrines sont introduites, l’une pour le début du texte, l’autre qui correspond à la fin du récit de la descente aux Enfers du Christ. Le reste se donne à voir comme un bloc de texte compact, pratique tout à fait inhabituelle pour le scribe des manuscrits de l’ensemble C29. Il ne s’agit en somme plus tant d’infiltrer un univers fictionnel préexistant, de ne faire qu’un avec lui, comme dans le cas des fictions arthuriennes, mais bien de s’inscrire à côté d’un texte antérieur et de postuler une coexistence avec lui.

Une fidélité à l’épreuve de la tradition

  • 30 Pour O’Gorman R., art. cit., p. 108-110, le prosateur du Perceforest suivrait la recension C
  • 31 (éditée par B. Lindström, op. cit.). Si certains passages se rapprochent effectivement clairement d (...)

13De ce fait, le prosateur n’a aucun besoin de modifier l’Évangile de Nicodème pour le faire correspondre à son propre univers fictionnel. Cela explique la proximité frappante entre la version donnée par le Perceforest et les autres versions connues de l’apocryphe. Le prosateur a visiblement eu connaissance du texte dans sa version courte. S’il est difficile d’établir avec certitude quelle recension (sans même parler du manuscrit) il a utilisée30, une comparaison avec les versions éditées montre une grande proximité avec sa source. L’exemple de la libération de Joseph donné en annexe l’illustre. Cet extrait expose également sa fidélité envers et contre d’autres traditions. La tentation était grande en effet, pour un prosateur qui entend appartenir au cycle du Lancelot-Graal, de modifier la fin de l’histoire de Joseph, pour la faire correspondre à la version de Robert de Boron, que l’on retrouve par ailleurs dans l’Estoire del Saint Graal. C’est en l’occurence ce que fait l’autre texte arthurien qui intègre l’Évangile de Nicodème, le Livre d’Artus31.

  • 32 L’apocryphe est donc bel et bien présenté ici comme un évangile, visiblement rapproché des textes (...)
  • 33 Voir O’Gorman R., art. cit., p. 109. Le fait est intéressant car cette recension a été peu diffusé (...)
  • 34 La mention de la christianisation de la Bretagne permet de postuler une reprise de l’Estoire del S (...)

14Son emprunt possède plusieurs points communs avec celui du Perceforest. Le prosateur de cette suite du Merlin insère également l’apocryphe dans un récit analeptique en discours direct, qui tient au sein du texte une fonction mathésique. C’est ici un chevalier nommé Nascien, et descendant de Joseph d’Arimathie (p. 261), qu’il s’agit d’instruire des fondements du christianisme. Un ermite, à qui il a confié qu’il « ne trouu [a] onques qui la uerité [lui] en contast de chief en chief » (p. 247), s’en charge. Après lui avoir relaté la conception, la naissance et les miracles du Christ, il entame le récit de la Passion, et, pour ce faire, « li comenca a retraire tout mot a mot einsi come li euuangiles le nos raconte la grant semaine32 » (p. 247). S’ensuit l’emprunt de l’Évangile de Nicodème, qui suit fidèlement une version appartenant vraisemblablement à la recension C (voir l’exemple de la libération de Joseph en annexe33). Pourtant, accolé à l’apocryphe, ce n’est pas la Lettre de Pilate à Claude que l’on trouve, mais un résumé de l’Estoire del Saint Graal, avec la mention de l’enfermement de Joseph pendant quarante-deux ans, sa libération lors de la venue de Vespasien en Judée, et bien sûr, la « sainte escuele » qu’il mena ensuite à Sarras, puis en Grande-Bretagne (p. 260, reproduit ci-dessous en annexe34). Le prosateur du Livre d’Artus conjoint de fait, au risque de la contradiction, deux versions incompatibles des mêmes épisodes dans la bouche d’un seul personnage.

15Le prosateur du Perceforest, qui se retrouve, tout comme son prédécesseur, confronté à deux traditions entourant l’emprisonnement de Joseph d’Arimatie, partage visiblement le désir de conjoindre l’apocryphe et la fiction. Il choisit néanmoins de le faire en deux temps, et en sélectionnant soigneusement ses énonciateurs. Il commence par un bref récit de la Passion placé sous le signe du Graal, pris en charge par un personnage de l’Estoire. Puis, après en avoir longuement préparé l’insertion, il se tourne vers la version évangélique, et donne la parole à un personnage présenté comme un acteur de l’histoire chrétienne, pour faire place, sur plus de vingt folios, à l’Évangile de Nicodème. Il parvient ainsi à concilier les deux traditions, tout en marquant son penchant pour la seconde, qui cadre au mieux avec l’intentionnalité avouée de son œuvre.

Une auctoritas ?

  • 35 Sur le rôle de la religion dans le texte, voir Taylor J. H. M., « Reason and Faith in the Roman de (...)
  • 36 Rappelons que le texte se donne comme une chronique, ce que cautionne notamment l’emprunt de l’His (...)
  • 37 Lansard L., art. cit. Sur Geoffroy de Monmouth et Perceforest, voir Veysseyres G., « L’Historia Reg (...)

16De fait, l’apocryphe a une fonction bien précise au sein du Perceforest. De sa lecture découlent les baptêmes des principaux héros du texte (fol. 391r), but ultime du prosateur, annoncé depuis le livre I35. Mais les effets de l’emprunt de l’Évangile de Nicodème vont au-delà : en installant son épilogue dans un temps historique, celui de la chrétienté, il assied les prétentions historiographiques du Perceforest36. Après que le texte eut annoncé à maintes reprises la venue au monde d’un fils de vierge, il signale, par le biais de cet emprunt, que la Passion a eu lieu et que l’heure est à présent à la diffusion de la doctrine chrétienne. Cet emprunt pourrait alors se lire, ainsi que le suggère Lydie Lansard, comme un contrepoint à l’ouverture du roman sur une traduction partielle de Geoffroy de Monmouth37. Outre leur rôle de caution historique, tous deux partagent en effet une fidélité à leur source qui confine à la citation, et qui tranche avec le mode de reprise de la plupart des emprunts du Perceforest, littéralement avalés, absorbés par le roman et ses prétentions fictionnelles.

  • 38 Voir notamment notre article sur l’emprunt des Vœux du Paon, « Broderies alexandrines : l’intégrat (...)

17En somme, deux catégories d’emprunts semblent coexister dans Perceforest : certains, la plupart en fait, avec lesquels le récit entend ne faire qu’un, avec lesquels il cherche à se fondre38, et d’autres qui semblent fonctionner comme des marques d’autorité, repris sur le mode de la citation, restant extérieurs à leur texte d’accueil. Cette distinction se dévoile clairement dans les derniers folios de l’œuvre, où voisinent des emprunts faits à l’Estoire del Saint Graal, totalement intégrés aux prétentions du Perceforest, et à l’Évangile de Nicodème, avec lequel le texte garde ses distances. Mais c’est avant tout l’intentionnalité du Perceforest qui se devine dans ses derniers folios : le lire c’est non pas tant arriver aux portes du Lancelot-Graal que pénétrer au cœur même de ce cycle, par une voie autre que celle de l’Estoire del Saint Graal, une voie tournée vers l’histoire, qui se focalise sur la Bretagne et, au fur et à mesure de la progression du récit, sur l’arrivée en son sein du christianisme.

Annexes

Annexe : la libération de Joseph d’Arimathie

Évangile de Nicodème – Recension A (BnF fr. 19525)39

Respundi Josep et dist : « Quant vos m’eüstes pris et mis en la chartre, entor mïenuit s’esleva la chambre par les quatre angeles, si vi Jesu si cumme foudre de lumiere. Et de la poour si chaï a terre. Et il prist ma main, si me leva de terre ; et de rose [e] arosa mun vis ; puis si me terst et baisa et dist : « Josep, n’aies poour ; regarde ceo sui jeo ». Et jo l’esgardai, si dis : « Maistre Helÿas ! » Et il me dist : « Jeo ne sui pas Helÿes, einz sui Jesu qui cors vos ensevelistes. » Et jo li dis : « Sire, mostrés mei le monument ou je vos mis. » Et il prist ma main, si m’amena el lieu ou jeo l’enseveli, si me mostra le drap ou je l’envolepai et le suaire de sun chief. Dunc soi jo bien que ço fu Jesus, si l’aourai et dis : « Beneit seit qui vint el nun Nostre Seignor. » Puis si m’amena par la main a ma maisun en Arimathie […]

Évangile de Nicodème – Recension C (BnF fr. 1850, fol. 86a40)

Et Joseph lor dist : Quant vos m’eustes enclos en la chartre, si com j’estoie le jor del sabbat en oroison, a la mie nuit la meison fu pendue en l’eir de quatre parz. Si levai le chief, si vi Jesum, resplendissant ausi com grant clarté de lumiere. Et de la peor que je oi, chai je a terre. Donc si prist ma main, si me leva de terre, et si m’arosa d’eve, et essuia mon vis. Et si me beisa, et me dist : Frere Joseph, tu es mondez par l’eve de ta foi et ti pechié te sont tuit relessié. N’eies peor, mes amis. Regarde moi, et si voies qui je sui. Et je le regardé, si li dis : Mestres, missires Helies ? Et il respondi : Je ne sui pas Helyes, mes je sui Jesu Crist, cui cors tu sevelis enorablement. Et je li dis : Mostre moi le monument ou je te mis. Si me prist par la main, si me mena au leu, et si me mostra le sidoyne de quoi je l’envolepé. Donc si conui que ce estoit Jesus, si l’aoré, et si li dis : Tu es benoez, sire Dex, qui venis a moi, et me visitas, et covris, et delivras. Et il me tint par main, si me mena en la cité d’Arimathie et en ma meison […]

Perceforest (BnF Arsenal 3494, fol. 383v)

Et Joseph respondant dist : « Quant par vous je fus encloz le vendredy au soir, tandis que j’estoie en oroisons le jour du sabbat en la moienne de la nuit, la maison fu esprise de quatre angles et lors je vey Jhesus ainsi que resplendissement de lumiere. Et de grant paour je chey contre terre. Et lui, tenant ma main, me releva, et de rosee d’eau me respandy, et en escuant ma face il me baisa et dist : « Amy Joseph ne vueilles doubter mais regardes contre moy, voy qui je suis ». Et je le regarday et dis « Maistre tu es Helie ». Et il me respondy « Je ne suis pas Helie mais je suis Jhesus, lequel corps tu ensevelis. Et je lui diz : « Moustre moy le monument ou je te mis. » Et tenant ma main, il me mena au lieu ou je l’ensevelis, et me moustra le sindone et le coeuvrechief ou j’envoulepay son chief. Adont je congneuz que c’estoit Jhesus et lors je l’aouray disant : « Beney soit qui vient ou nom de Nostre Seigneur. » Et tenant ma main, me mena en Arimatie en ma maison […]

Le Livre d’Artus (BnF fr. 337)

La libération de Joseph au sein de l’intégration de l’Évangile de Nicodème (fol. 287b41)

& Ioseph lor dist.

Qvant uos meustes enclos en la chartre. si com ge estoie le ior de sabat en oroison. a la mie nuit fu la meson fendue en lair de. iiij. parz. si leuai mon chief & ui Ihesum replendissant. au [s] si come grant clarte de lumiere. & de la paor que ioi chai a terre adenz. si prist ma main si me leua de terre. & si marousa daiue. & si messuia mon uis & me baisa. & si me dist Ioseph tu es mondes par laiue de ta foi. & tes pechiez te sont tuit relaschie. naies paor mes amis & si uoies qui ge suj. & Ie le regardai & si li dis. Maistre messire Elias. & il me respondi ge ne sui mie Elias. mes ie sui Ihesus cui cors tu enseuelis honorablement. & Ie li dis mostrez moi le monument ou ge uos mis. si me prist par la main & me mena u leu & si me mostra le sidoine de que ge lenuelopai. donc si conuj que ce estoit Ihesus si laoroi & si li dis. tu es beneoiz sire dex qui uenis a moi & si me gitas de la prison & deliuras. & il me prist par la main si menmena en la cite dArimathie […]

La libération de Joseph accolée à l’intégration de l’Évangile de Nicodème (fol. 290c42)

[…] lors [l’ermite] li reconte les poines que Ioseph dArimathie soufri por Ihesu & coment li iuif le pristrent & mistrent en la prison Cayphas. & coment il i demora. xl. ij. anz. tant que Vaspasiens len gita le filz Titus lempereor de Rome. & prist ueniance des iuis qui Ihesu auoient liure a mort & Ioseph deliura por ce que il lauoit gari de la meselerie einsi come lestoire le tesmoigne. & coment Ioseph dArimathie sen parti de luj & emmena son lignage en estranges contrees & enporta la sainte escuele o luj o [u] Ihesu menia a la cienne […]

Notes

1 Calvino I., Si par une nuit d’été un voyageur, Sallenave D. et Wahl F. (trad.), Paris, Le Seuil, 1995, p. 284-285.

2 Wahlen B., L’Écriture à rebours. Le Roman de Meliadus du XIIIe au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2010, p. 39-40.

3 G. Roussineau a entrepris l’édition de ce texte il y a plus d’une vingtaine d’années, et a édité, à ce jour, les quatre premiers livres (Genève, Droz, 1987-2010). Travaillant dans cet article sur la fin du texte, nous nous reportons quant à nous au sixième livre du Perceforest, conservé uniquement dans la compilation de David Aubert (C) – Paris, BnF, Arsenal, 3493-3494 (voir Roman de Perceforest. Première partie, p. ix-xlvi). Nous suivons pour les passages reproduits les conseils de l’École Nationale des Chartes, tels qu’ils figurent dans Conseils pour l’édition des textes médiévaux, Bourgain P., Guyojeannin O. et Vieillard F. (dir.), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques/École nationale des chartes, 2002, et plus particulièrement le fascicule III, Textes littéraires.

4 Le terme d’« emprunt » se réfère à la présence manifeste d’un texte préexistant clairement identifiable, que ce soit par le biais de résumé, de paraphrase, de fragment textuel, de citation ou de traduction, au sein d’une œuvre distincte du texte qui l’a engendrée.

5 Genette G., Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 79.

6 Concept littéraire élaboré par R. de Saint-Gelais, la transfictionnalité « suppose la mise en relation de deux ou de plusieurs textes sur la base d’une communauté fictionnelle » (« La Fiction à travers l’intertexte. Pour une théorie de la transfictionnalité », Gefen A. et Audet R. (dir.), Frontières de la fiction, Québec/Bordeaux, éditions Nota Bene/Presses universitaires de Bordeaux, 2001, p. 45). Elle se distingue ainsi de l’intertextualité, puisqu’elle lie « à hauteur de fiction » plutôt qu’à hauteur de texte (Wahlen B., op. cit., p. 24), et s’applique de ce fait particulièrement bien aux fictions arthuriennes.

7 Voir Estoire del Saint Graal, Ponceau J.-P. (éd.), Paris, Champion, 1997, § 879-888.

8 Le prosateur s’autorise de nombreuses modifications de sa source, notamment en améliorant l’image des Bretons qui y est donnée. Gallafur y est ainsi dépeint comme un souverain modèle, aimé de son peuple, très pieux, et guidant ses sujets dans cette voie en les poussant à adorer le Dieu qu’il attend (l. vi, fol. 358r). Tout le contraire de l’Estoire, qui dépeignait un souverain païen, adorant de nombreuses idoles (§ 881).

9 Du mariage de la fille de Gallafur et de Josué, naîtra en effet un petit garçon, nommé Aminadap dans l’Estoire del Saint Graal (§ 885 et 889), et Aminadam dans le Perceforest (BnF Arsenal, 3494, fol. 372v). On se reportera à l’Estoire pour le détail des descendants de ce personnage jusqu’à Galaad (§ 889-892).

10 En faisant prendre en charge ces récits analeptiques par un personnage secondaire s’adressant à un protagoniste central, le prosateur du Perceforest ne fait que reprendre les techniques narratives de ces prédécesseurs du Lancelot et du Tristan en prose : voir Martin J.-P., « Remarques sur les récits rétrospectifs et les genres narratifs de la Chanson de Roland au Tristan en prose », Aubailly J.-C., Baumgartner E., Dubost F., Dulac L. et Faure M. (dir.), Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble, Hommage à Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, II, p. 911-923.

11 Nous nous sommes ici basée sur les éditions présentant le texte en ancien français, à savoir d’une part Ford A. E., L’Évangile de Nicodème. Les versions courtes en ancien français et en prose, Genève, Droz, 1973, qui présente les recensions A et B, et d’autre part Lindström B., A Late Middle English Version of the Gospel of Nicodemus, edited from British Museum ms. Harley 149, Upsala, Almqvist & Wiksell, 1974, qui présente la recension C.

12 À mi-chemin entre apocryphe et canonique, il a ainsi été largement utilisé comme outil exégétique, y compris dans les milieux scolastiques, et a notamment influencé la littérature homilétique. Voir Gounelle R. et Izydorczyk Z., L’Évangile de Nicodème, Turnhout, Brepols, 1997, p. 17-48.

13 Ce personnage est donné par l’Évangile de Jean comme un aide de Joseph d’Arimatie lors de la mise au tombeau (Jn, 19, 39-42). Sur cette attribution, ibid., p. 21-23.

14 Notons toutefois l’attribution, très fréquente au Moyen Âge, de l’apocryphe au procurateur de l’empire romain en Judée, Pilate. Sur ces questions, voir Lansard L., « Interférences auctoriales et oscillations génériques à l’œuvre dans quelques réécritures en langue vernaculaire et en prose de l’Évangile de Nicodème », Charpentier H. et Fasseur V. (dir.), Les genres au Moyen Âge. La question de l’hétérogénéité, Bandol, Vallongues, 2010, p. 147-154.

15 Sur les différentes recensions du texte, voir Gounelle R. et Izydorczyk Z., op. cit., p. 86-119.

16 Ce à la fois en latin et en français, en prose et en vers, dans des versions abrégées et amplifiées, voire en étant intégré à d’autres textes (voir Izydorczyk Z. (dir.), The Medieval Gospel of Nicodemus. Texts, Intertexts, and Contexts in Western Europe, Tempe, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1997, et notamment, pour la littérature médiévale francophone, la contribution de O’Gorman R., « The Gospel of Nicodemus in the Vernacular Literature of Medieval France », p. 103-131).

17 Elle apparaît ainsi dans plus de la moitié des manuscrits répertoriés par Z. Izydorczyk (Manuscripts of the « Evangelium Nicodemi ». A Census, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1993). Sur ce texte, voir Dubois J.-D. et Gounelle R., Écrits apocryphes chrétiens, op. cit., p. 357-361. Sur ses liens avec l’Évangile de Nicodème, voir Izydorczyk Z., « The Evangelium Nicodemi in the Latin Middle Ages », Izydorczyk Z. (dir.), op. cit., p. 55-57.

18 Voir Zink M., Poésie et conversion au Moyen Âge, Paris, PUF, 1993, chap. IX et Baumgartner E., « Enfances du Graal », Hüe D. et Ferlampin-Acher C. (dir.), Enfances arthuriennes, Orléans, Paradigme, 2006, p. 87-97. E Baumgartner montre qu’aux données de l’Évangile de Nicodème, qui présente Joseph d’Arimatie comme un acteur de l’ensevelissement du corps du Christ, une victime des Juifs, enfermé le vendredi de la Passion, puis comme un témoin de la résurrection, libéré le dimanche et mené par Jésus devant son tombeau vide, Robert de Boron substitue un récit « construisant par étapes l’origine d’une relique de papier » (p. 91). Il introduit ainsi le recueillement du sang du Christ dans un veissel, le don de cet objet à Joseph par Jésus, lors d’une visite dans sa prison, puis la survie de Joseph grâce au Graal. Le disciple est dans cette version emprisonné durant près de quarante ans, et ne doit sa libération qu’à la venue de Vespasien en Judée.

19 Il est difficile de savoir si l’Estoire del Saint Graal s’est directement inspirée de l’Évangile de Nicodème, ou si elle l’a repris à travers le Joseph de Robert de Boron. Sur les sources de l’Estoire, voir Szkilnik M., L’Archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 70-73, et Lot F., Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918, p. 204-214.

20 H. O. Sommer a proposé une édition de cette suite du Roman de Merlin (datant vraisemblablement du début du XIIIe siècle) en 1913 (The Vulgate Version of Arthurian Romances, The Carnegie Institution, 1908-1916, vol. 7). On y trouve, entre les folios 251r et 290v (p. 247-260 de l’édition Sommer), une version de l’Évangile de Nicodème.

21 Les deux textes sont formellement séparés par la périphrase « Et apres ce Pillate meismes escrypvy unes lettres en la cité de Romme a Claudio Chesar » (fol. 390r). Cette manière de marquer la différence entre les textes n’est pas propre à Perceforest, puisque la plupart des manuscrits les présentent entrecoupés d’une phrase de transition (voir Izydorczyk Z., « The Evangelium Nicodemi in the Latin Middle Ages », op. cit., p. 56-57). Cela semble montrer la conscience qu’avaient les scribes médiévaux de l’indépendance de ces deux textes. Le prosateur du Perceforest le marque également dans la rubrique qui précède l’Évangile de Nicodème : « Comment le roy Arfasen s’en ala en l’ille de Vie publier la foy catholique et racompter au long la passion et resurrection de Jhesucrist au roy Gadiffer d’Escoce et au roy Perceforest d’Angleterre, a la sage roine et a autres. Et du contenu des lettres que Pilate escrit a Claudius empereur des Rommains. » (fol. 372v) Par souci de concision, on utilisera cependant dans cet article le terme d’Évangile de Nicodème, dans le contexte de son emprunt par le Perceforest, pour se référer à l’ensemble constitué par ce texte et par la Lettre de Pilate.

22 Voir le résumé de la vie du Christ que fait Joseph d’Arimatie à Evalach, § 69-86.

23 Relevons, à la suite de C. Ferlampin-Acher, le déplacement qui est ici opéré : le Graal du Perceforest est celui de la Cène, et non celui de la Passion (« Perceforest et le roman : « Or oyez fable, non fable mais hystoire vraye selon la cronique », Études Françaises, t. 41, 2006, p. 49).

24 Les événements résumés appartiennent certes tout autant à la trame du Joseph d’Arimatie de Robert de Boron, mais, vu le contexte de l’intégration (la christianisation de la Bretagne, développée exclusivement par l’Estoire) et les nombreux autres emprunts à l’Estoire que présente le Perceforest, on peut raisonnablement postuler que c’est de ce texte que le prosateur s’est servi. Rien ne permet en revanche de déterminer si ce dernier a travaillé à partir de souvenirs de lecture ou d’un texte précis.

25 On en voudra pour preuve, notamment, la diminution de son importance, au profit de celle du christianisme, dans les différents emprunts faits à l’Estoire. Signalons par exemple le cas de la guérison de la lèpre de Gallafur, qui était explicitement liée au Graal dans l’Estoire (§ 882, l. 10-14), et qui devient le fruit de son baptême dans le Perceforest (f. 371r, l. 9-10). Davantage que l’objet « Graal » lui-même, c’est l’univers narratif qu’il représente que vise le Perceforest. Cherchant à s’y relier, il utilise le veissel, mais reste à bonne distance.

26 Même si aucun élément ne permet de l’attester avec certitude, le prosateur pourrait s’être inspiré, pour ce nom, d’un homonyme présenté par l’évangile de Jean comme un disciple de Jésus, originaire de Cana en Galilée, qui lui avait été présenté par l’apôtre Philippe (1, 45-51 ; 21, 2).

27 On ne s’étonnera guère du rôle d’instigatrice tenu ici par Lidoire : elle joue en effet un rôle majeur dans l’annonce de la religion du Dieu Souverain, ce notamment à travers ses prophéties (voir Taylor J. H. M., « La Reine Fée in the Roman de Perceforest, Rewriting, Rethinking », Wheeler B. (dir.), Arthurian Studies in Honour of J. C. Field, Cambridge, D. S. Brewer, 2004, p. 81-91).

28 Ford A. E., op. cit., p. 15-18. La dénomination d’Évangile de Nicodème, passée à la postérité, ne rend en effet pas compte de la réalité médiévale, puisque cette appellation n’apparaît que dans un nombre très restreint de manuscrits. Elle provient sans doute de son usage dans deux œuvres très connues du XIIIe siècle : le Speculum historiale de Vincent de Beauvais et la Légende dorée de Jacques de Voragine, voir Gounelle R. et Izydorczyk Z., op. cit., p. 23-27.

29 La mise en page pourrait de fait indiquer une copie directe à partir d’un manuscrit, contrairement aux autres emprunts qui semblent pour la plupart être des résumés ou des reprises de mémoire.

30 Pour O’Gorman R., art. cit., p. 108-110, le prosateur du Perceforest suivrait la recension C

31 (éditée par B. Lindström, op. cit.). Si certains passages se rapprochent effectivement clairement de cette version, d’autres rappellent en revanche davantage la recension A, éditée par A. Ford, op. cit.

Nous reproduisons fidèlement, pour ce texte, l’édition de H. O. Sommer, op. cit.

32 L’apocryphe est donc bel et bien présenté ici comme un évangile, visiblement rapproché des textes sur la Passion du Christ lus durant la semaine pascale. Le prologue continue en outre de mentionner Nicodème comme l’auteur du récit (p. 247). Sur cette désignation et son importance dans un cadre romanesque, voir Lansard L., art. cit.

33 Voir O’Gorman R., art. cit., p. 109. Le fait est intéressant car cette recension a été peu diffusée (on compte 3 manuscrits, contre 80 pour la recension A par exemple). Il est peu probable toutefois que le Perceforest ait connu ce texte à travers le Livre d’Artus. D’une part le manuscrit qui contient cette suite du Merlin, le BnF fr 337, est un manuscrit unique, inachevé de surcroît, et de la diffusion duquel on peut douter, et d’autre part, plusieurs différences importantes séparent les deux emprunts de ces textes arthuriens, dont la Lettre de Pilate à Claude, qui apparaît dans le Perceforest mais pas dans le Livre d’Artus.

34 La mention de la christianisation de la Bretagne permet de postuler une reprise de l’Estoire del Saint Graal, puisque c’est la spécificité de ce texte. La périphrase « come l’estoire le tesmoigne » (p. 260) pourrait alors se lire comme une référence précise à ce texte, même s’il est délicat de le certifier : il pourrait en effet tout aussi bien s’agir d’un terme générique. Quoiqu’il en soit, ce retour à l’Estoire peut s’expliquer par le statut du Livre d’Artus, qui prétend compléter le cycle du Lancelot-Graal en se donnant comme une continuation du Merlin en prose et une suite rétrospective du Lancelot, et qui se doit par conséquent d’élaborer des liens cycliques. Notons en outre que ce n’est pas le seul endroit où le Livre d’Artus se réfère à l’Estoire, puiqu’il lui emprunte la description de l’Isle Tornoiante (p. 299-301).

35 Sur le rôle de la religion dans le texte, voir Taylor J. H. M., « Reason and Faith in the Roman de Perceforest », Rothwell W., Barron W. R. J., Blamires D. et Thorpe L. (dir.), Studies in Medieval Litterature and Language in Memory of Frederick Whitehead, Manchester, Manchester University Press, 1973, p. 303-322.

36 Rappelons que le texte se donne comme une chronique, ce que cautionne notamment l’emprunt de l’Historia Regum Britannie qui ouvre le texte. Voir notamment Ferlampin-Acher C., « Perceforest et le roman, « Or oyez fable, non fable mais hystoire vraye selon la cronique », art. cit., p. 39-61.

37 Lansard L., art. cit. Sur Geoffroy de Monmouth et Perceforest, voir Veysseyres G., « L’Historia Regum Britannie, ou l’enfance de Perceforest », Hüe D. et Ferlampin-Acher C. (dir.), Enfances arthuriennes, Orléans, Paradigme, 2006, p. 99-126, ainsi que sa contribution au présent volume, « Les métamorphoses du prologue galfridien au Perceforest : matériaux pour l’histoire textuelle du roman ».

38 Voir notamment notre article sur l’emprunt des Vœux du Paon, « Broderies alexandrines : l’intégration des Vœux du Paon dans le Roman de Perceforest », Gaullier-Bougassas C. (dir.), Les Vœux du Paon de Jacques de Longuyon. Originalité et rayonnement, Paris, Klincksieck, 2010, p. 171-187.

39 Il s’agit de l’édition de A. E. Ford, op. cit., p. 51.

40 Nous reprenons l’édition de B. Lindström, op. cit., p. 92-93.

41 Nous reproduisons ici l’édition de H. O. Sommer, op. cit., p. 255.

42 Ibid., p. 260.

Auteur

Assistante à l’université de Lausanne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540