Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Aux sources du roman fleuve

Les métamorphoses du prologue galfridien au Perceforest : matériaux pour l’histoire textuelle du roman

Géraldine Veysseyre

Texte intégral

1Nous remercions Noémie Chardonnens et Gilles Roussineau pour leur relecture, leurs corrections et leurs suggestions.

2Les abréviations suivantes seront employées :

3Croniques des Bretons, éd. = Veysseyre G., « Translater » Geoffroy de Monmouth : trois traductions en prose française de l’Historia regum Britannie (XIIIe - XVe siècle), thèse de doctorat, lettres, Paris 4, 5 t., 2002, multigr., t. III : Édition partielle des Croniques des Bretons ;

4Croniques des Bretons, fr. 2806 = ms. Paris, bnf fr. 2806 (le choix du manuscrit Paris, bnf fr. 2806 comme manuscrit de référence pour ce Brut est justifié dans Croniques des Bretons, éd., p. 1-2) ;

5dmf = Dictionnaire du moyen français, version 2010 (atilf cnrs – Nancy université, site internet : http://www.atilf.fr/​dmf ; consultations de février 2010 à juillet 2011) ;

6Estoire = Veysseyre, « Translater »…, t. II : Édition de l’Estoire de Brutus (Paris, bnf fr. 17177, f. 82v-108r) ;

7Few = Wartburg W. von, Französisches etymologisches Wörterbuch, continué Chambon J.-P. et Chauveau J.-P. (dir.), Bonn-Leipzig-Berlin-Paris-Bâle-Tübingen, 1928- ;

8Flutre I = Flutre L.-F., « Études sur le Roman de Perceforêt : premier article », Romania, t. 70, 1948-1949, p. 474-522 ;

9Flutre II = Flutre L.-F., « Études sur le Roman de Perceforêt : deuxième article », Romania, t. 71, 1950, p. 374-392 ;

10Flutre III = Flutre L.-F., « Études sur le roman de Perceforest : troisième article », Romania, t. 71, 1950, p. 482-508 ;

11Gdf = Godefroy F., Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, 10 t., Paris, 1881-1902, réimpr. Vaduz-New York, 1961 ;

12H236 = « Duo glossaria. Anonymi Montepessulanensis Dictionarius », le Glossaire latin-français du ms. Montpellier H236, éd. Grondeux A., Merrilees B. et Monfrin J., Turnhout, Brepols, coll. « Lexica latina medii aevi : nouveau recueil des lexiques latin-français du Moyen Âge » (2), 1998 ;

13HRB = Geoffrey of Monmouth, The History of the Kings of Britain. An Edition and Translation of the De gestis Britonum [Historia regum Britanniae], éd. Reeve M. D., trad. Wright N., Woodbridge, Boydell, 2007, coll. «Arthurian Studies» (69);

14Le Talleur = Guillaume Le Talleur, « Dictionarius familiaris et compendiosus ». Dictionnaire latin-français de Guillaume Le Talleur, éd. Edwards W. et Merrilees B., Turnhout, Brepols, coll. « Lexica latina medii aevi : nouveau recueil des lexiques latin-français du Moyen Âge » (3), 2002 ;

15Le Ver = Firmini Verris dictionnarius, éd. Merrilees B. et Edwards W., Turnhout, Brepols, coll. « Lexica latina medii aevi : nouveau recueil des lexiques latin-français du Moyen Âge » (1), 1994 ;

16Ms. A = Paris, bnf fr. 354 (rédaction courte du Perceforest) ;

17Ms. C = Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3483 (rédaction longue du Perceforest) ;

18Perceforest I = Perceforest, première partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, 2 t., coll. « Textes littéraires français » (592), 2007 ;

19Perceforest IV = Perceforest, quatrième partie, éd. Roussineau G., Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français » (343), 1987 ;

20Première Variante = The Historia regum Britannie of Geoffrey of Monmouth, t. II : The First Variant Version. A Critical Edition, éd. Wright N., Woodbridge, Brewer, 1988;

21Wace’s Brut = Wace’s Roman de Brut. A History of the British (Text and Translation), éd. et trad. angl. Weiss J., Exeter, University of Exeter Press, 1999 ;

22Wauquelin, Brut = Veysseyre, « Translater »…, t. IV : édition critique du Roman de Brut de Jean Wauquelin.

23Tous les passages soulignés dans les citations le sont de notre fait.

  • 1 Perceforest l. I, t. 1, 1-78, p. 1-68. Y est traduit environ un quart de la célèbre chronique de Ge (...)
  • 2 Flutre II, p. 379.

24Le Roman de Perceforest s’ouvre sur une traduction partielle de l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth1. Ce Brut a déjà suscité une abondante bibliographie : outre que sa situation liminaire lui confère de facto une position stratégique, cette « translacion » offre, par sa forme comme par son contenu, un contraste frappant avec la suite du roman. Son hétérogénéité par rapport aux développements originaux qui la suivent fut signalée en premier lieu par Louis-Fernand Flutre, qui la qualifia d’« introduction historique étrangère au roman », ou encore de « hors-d’œuvre2 ». L’âpreté de sa langue détonne par rapport aux rondeurs syntaxiques des développements qui la suivent :

  • 3 Roussineau G., « Introduction », dans Perceforest l. I, t. 1, p. lvi. Sur ce point, voir aussi Bert (...)

la traduction contraste avec le style plein d’exubérance qu’on découvre dans la relation des aventures de Perceforest et de ses compagnons3.

  • 4 Ferlampin-acher C., « La géographie et les progrès de la civilisation dans Perceforest », Guidot B. (...)
  • 5 Roussel C., « Le jeu des formes et des couleurs : observations sur “la beste glatissant” », Romania(...)
  • 6 Szkilnik M., « Deux héritiers de Merlin au XIVe siècle : le luiton Zéphir et le nain Tronc », Le Mo (...)
  • 7 Roussel C., « Tristant et Ourseau : deux destins d’enfants sauvages », Cahiers Robinson, t. 12, 200 (...)
  • 8 Ferlampin-Acher C., « Perceforest et Chrétien de Troyes »…, part. aux p. 210 et 216-217.

25En outre sa fidélité à la chronique latine du XIIe siècle fait figure d’exception, car le rédacteur du Perceforest, sans se priver de mettre en place des échos intertextuels qui contribuent à la richesse de son œuvre, n’intègre par ailleurs de ses sources que des fragments travaillés à nouveaux frais pour être greffés à une création qui les transcende. En témoignent les exemples suivants, déjà commentés par la critique : les emprunts faits par l’auteur du Perceforest à Giraud de Bari pour décrire l’Irlande font l’objet d’un « usage tout à fait personnel de la géographie4 ». La « beste glatissant », monstre récurrent dans la littérature du Moyen Âge tardif, s’orne dans le Roman de Perceforest de couleurs singulières par rapport à celles qu’elle présentait dans les avant-textes arthuriens, et en premier lieu dans le Perlesvaus5. Le « luiton » Zéphir, qui sur le plan de l’histoire littéraire a le statut de descendant rétrospectif de Merlin, s’émancipe largement de la tutelle des textes antérieurs6. De même les jeux d’intertextualité qui sous-tendent la figure d’Ourseau sont nombreux, leur combinaison conférant au personnage son originalité7. Les reprises ponctuelles d’épisodes du Perceval et du Chevalier au lion qui se laissent déceler dans la deuxième partie du Perceforest font l’objet d’une réappropriation au niveau microstructural comme macrostructural8. L’infléchissement intertextuel le plus spectaculaire concerne le personnage d’Alexandre, que

  • 9 Gaullier-Bougassas C., « Alexandre le Grand et la conquête de l’ouest dans les Romans d’Alexandre d (...)

l’auteur utilise […] pour tenter de s’imposer comme le créateur d’un nouveau mythe d’origine de la Grande-Bretagne, un mythe complexe qui reprend à son compte les légendes antérieures troyenne et chrétienne, tout en les transformant9.

  • 10 On trouvera bien des exemples complémentaires des « jeux intertextuels » du Perceforest Dans Ferlam (...)

26Notre liste est loin d’être exhaustive10. Le traitement réservé à l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth, intégrée au Perceforest sous la forme d’une citation continue, étendue et littérale, est donc exceptionnel au sein du roman.

  • 11 Chardonnens N., « De l’apocryphe à la fiction : l’intégration de l’Évangile de Nicodème dans le Per (...)
  • 12 Lansard L., « Interférences auctoriales et oscillations génériques à l’œuvre dans quelques réécritu (...)
  • 13 Dans la copie de David Aubert, la première occupe les feuillets 10r à 47v du ms. C alors que la sec (...)
  • 14 Chardonnens N., « De l’apocryphe à la fiction… », p. 90, n. 14.
  • 15 Ibid., p. 98.

27Toutefois cette insertion massive n’est pas unique : à l’issue de la sixième partie, on retrouvera en guise d’épilogue une citation fonctionnant, au même titre que la traduction partielle de l’Historia, comme une « marque d’autorité » : celle de l’Évangile de Nicodème11. Brut et Évangile de Nicodème se font pendant aux deux extrémités du Perceforest12 sans être parfaitement symétriques. D’une part la traduction de l’Historia est deux fois plus volumineuse que la citation de l’Évangile de Nicodème13. D’autre part le récit tiré de la chronique de Geoffroy de Monmouth est repris à son compte par le narrateur du roman alors que l’Évangile de Nicodème se voit placé dans la bouche du personnage de Nathanaël sous la forme d’un discours rapporté14. La traduction de l’Historia entre donc dans la catégorie des sources avec lesquelles « le récit [du Perceforest] entend ne faire qu’un » à l’inverse de l’Évangile de Nicodème qui s’inscrit parmi les avant-textes « repris sur le mode de la citation, restant extérieurs à leur texte d’accueil15 ».

28À d’autres titres, la traduction de Geoffroy de Monmouth qui fonde le récit arthurien du Perceforest demeure elle aussi au sein du roman un corps étranger.

  • 16 Szkilnik M., « Le clerc… », p. 89.

29Sa fonction consiste à placer les aventures de Perceforest et de ses compagnons sous le sceau d’une vérité historique qu’incarne volontiers Geoffroy de Monmouth à la fin du Moyen Âge – même s’il n’est pas nécessaire de mentionner son nom du fait que sa chronique n’est pas assez ancienne pour tirer de son âge un surcroît d’autorité. L’hypothèse a été émise que Geoffroy eût été considéré au Moyen Âge comme un romancier plutôt que comme un historien digne de foi16, mais elle ne tient guère face à la tradition manuscrite de l’Historia regum Britannie. En effet les textes auxquels est associée la chronique de Geoffroy dans les manuscrits médiévaux attestent la crédibilité de ce dernier en tant qu’historien :

  • 17 Crick J. C., The Historia regum Britannie, t. IV: Dissemination and Reception in the Later Middle A (...)

the work was lent sufficient credence for it to be associated with documents and ideologically important material – eschatological and prophetic17.

  • 18 Berthelot A., « Une marqueterie d’auteurs antiques : l’ouverture du Roman de Perceforest », Colombo (...)
  • 19 Veysseyre G., « L’Historia regum Britannie ou l’enfance de Perceforest », Hüe D. et Ferlampin-Acher(...)
  • 20 Pour un schéma généalogique des rois bretons d’après le Perceforest, voir Taylor J. H. M., « Percef (...)
  • 21 Pour la version brève, voir Perceforest l. I, t. 1, 79, p. 68 ; pour la rédaction longue, voir infr (...)
  • 22 Trachsler R., Disjointures…, p. 242 et 250.

30Il n’est pas plus satisfaisant de supposer que l’auteur du Perceforest, tout en reconnaissant à l’Historia regum Britannie « un haut indice d’honorabilité » la rendant incontournable à l’orée d’un ouvrage historique consacré à la Bretagne, eût passé le nom de Geoffroy sous silence dans son désir de gommer les contradictions à venir entre le Perceforest et la partie non traduite de l’Historia à laquelle le roman se substitue18 : pour avoir valeur de fondement historique du roman, la chronique traduite en guise de prologue doit être connue et identifiée, que son titre et son auteur soient explicites ou qu’ils soient tus. De fait le silence du rédacteur de Perceforest sur l’auteur de l’Historia correspond à un usage habituel chez les historiens du Moyen Âge, qui ne font référence qu’à leurs sources les plus anciennes même lorsqu’ils tirent de textes récents une part importante de leur matière19. Le Brut qui sert de prologue au Roman de Perceforest a donc des liens évidents quoique tacites avec l’Historia regum Britannie. C’est cette filiation qui en fonde l’autorité en offrant une généalogie bretonne exempte de tout soupçon de fiction aux quatre générations dont traite spécifiquement le roman : celle de Perceforest ; celle de ses enfants Betidés et Bethoine ; celle d’Alexandre Fin de Liesse, la fille de cette dernière ; enfin celle de Gallafur deuxième du nom20. Aussi rien n’est-il fait pour dissimuler ou même pour atténuer le raccord entre chronique galfridienne et création originale : avant même que le lecteur vigilant puisse constater des modifications dans le rythme de la narration, ou dans la prose mise en œuvre, une couture explicite est ménagée entre la traduction greffée de l’Historia et le roman original21. Celle-ci, loin d’éveiller l’esprit critique de son public, semble propre à endormir sa méfiance : le narrateur, en établissant une claire délimitation entre le récit authentifié par Geoffroy de Monmouth et la chronique qu’il compose, affiche une probité de nature à susciter la confiance de ses lecteurs. Chez un narrateur aussi honnête, à quoi bon chercher à déceler des contradictions entre l’histoire officielle de la Bretagne et le Perceforest ? En outre la masse du récit foisonnant que contient le Roman de Perceforest est propice à camoufler les écarts de son auteur par rapport au récit de la « vulgate » : en travaillant à une toute autre échelle que Geoffroy de Monmouth, l’auteur du Perceforest s’offre la licence de s’affranchir de son modèle de manière subreptice22.

  • 23 Sur la fréquence de ces « indices historiographiques » tout au long d’un roman qui prétend au statu (...)
  • 24 Szkilnik M., « David Aubert chroniqueur. Le prologue de Perceforest dans la compilation de l’Arsena (...)

31L’ambition historique du Roman de Perceforest s’affiche régulièrement dans tous les témoins manuscrits qui nous ont conservé ce texte23, et tout particulièrement dans la copie de David Aubert qui, « [t]out au long de sa copie, […] va […] rappeler inlassablement à son lecteur que les aventures racontées sont historiquement vraies24 ». Corollaire attendu de cette prétention constante à la vérité historique : la présence systématique d’une traduction de l’Historia regum Britannie à l’orée de chacun des témoins du Perceforest. C’est qu'

  • 25 Trachsler R., Disjointures…, p. 242.

un auteur écrivant sur l’histoire des rois de Bretagne à la fin du Moyen Âge ne pouvait guère faire autrement que de prendre en considération la tradition « officielle » de Geoffroy s’il ne voulait pas d’emblée courir le risque de voir son œuvre discréditée comme fantaisiste. Mais il n’était pas obligé, pour cela, de translater des dizaines de feuillets de la chronique galfrédienne25.

32Or ce qui est vrai des auteurs l’est aussi des copistes : non seulement le rédacteur du Perceforest tel qu’il nous est parvenu s’est astreint à cette longue citation de l’Historia, mais tous les scripteurs qui ont transmis son œuvre ont relayé son effort – du moins à l’échelle des manuscrits subsistants.

  • 26 Rubrique du ms. Paris, bnf fr. 345, f. 2va, éditée dans Perceforest l. I, t. 1, p. 3.
  • 27 Parmi les quelque 200 manuscrits subsistants de l’Historia regum Britannie, deux versions majoritai (...)
  • 28 Veysseyre G., « Translater »…, t. I, p. 11-12 ; pour une édition du texte de Jean de Wavrin, voir C (...)
  • 29 Texte édité par nos soins d’après le ms. Londres, British Library, Lansdowne 214 dans Wauquelin, Br (...)
  • 30 La dernière édition en date de ce roman est Wace’s Brut.
  • 31 Texte édité dans Estoire d’après le seul témoin de ce texte, le ms. Paris, bnf fr. 17177. Le seul p (...)
  • 32 L’hypothèse qu’ait pu être intégrée à la première partie du Perceforest du XVe siècle une traductio (...)
  • 33 Sur le recours à Orose, voir Flutre L. F., I, p. 484-485 et Perceforest I, t. 2, p. 1061 ; sur les (...)
  • 34 Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest… », p. 5-23.

33La source presque exclusive de ce Brut faisant fonction de « prologue de ce present livre du roy Percheforest de la Grant Bretaigne26 » est la version dite « vulgate » de l’Histoire des rois de Bretagne27. La traduction qui ouvre le Roman de Perceforest est indépendante de toutes les autres adaptations françaises connues de la même source. On n’y décèle aucune accointance avec les deux autres traductions de l’Historia qui, tout comme le Perceforest, ont circulé en milieu bourguignon au milieu du XVe siècle : ni avec les Croniques des Bretons anonymes, diffusées notamment au sein des Anciennes histoires d’Angleterre de Jean de Wavrin auxquelles elles ont été intégrées par ce dernier28, ni avec le Roman de Brut de Jean Wauquelin, rédigé en 1444-144529. L’ouverture du Perceforest se distingue tout aussi nettement des deux traductions antérieures de l’Historia regum Britannie : le Roman de Brut de Wace en octosyllabes (XIIe siècle30) et l’Estoire de Brutus, traduction anonyme en prose rédigée au XIIIe siècle31. Aucun Brut bourguignon n’a servi d’intermédiaire entre l’Historia regum Britannie et le Perceforest32 : le Perceforest s’ouvre sur une traduction de l’Historia au sein de laquelle on ne décèle aucune influence des autres Bruts français répertoriés à ce jour. Ses premiers développements contiennent quelques interpolations empruntées à Orose et à Darès le Phrygien, tous deux explicitement cités dans le manuscrit A33. Par la suite, ce Brut est particulièrement fidèle à la chronique de Geoffroy de Monmouth34.

34Reste que la lettre de cette traduction varie grandement d’un témoin à l’autre. L’imprimé de 1528 est celui qui réaménage le prologue galfridien de la manière la plus spectaculaire, notamment en y convoquant abondance de nouvelles sources. C’est dans la description géographique de la Bretagne que les interpolations sont les plus denses : au tableau présent dans les manuscrits,

  • 35 Flutre L. F., I, p. 490 ; ces interventions valent d’ailleurs à l’imprimeur la préférence de Louis- (...)

les éditions en substituent un autre, beaucoup plus développé, certainement plus récent, non plus traduit de Geoffroy de Monmouth, mais formé d’éléments empruntés à César, à Pline l’Ancien, à Solin, à Eusèbe, à nombre d’autres historiens et polygraphes35.

  • 36 Flutre L. F., II, p. 384-385, n. 1.
  • 37 Les manuscrits conservant le début de la rédaction dite « courte » sont A (Paris, bnf fr. 345) et B (...)
  • 38 Voir l’analyse et l’édition synoptique d’échantillons de cette partie dans Flutre L. F., II, p. 384 (...)
  • 39 Ibid., p. 485. L’hypothèse trouve un écho dans Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 426, (...)

35Par la suite, l’imprimé abrège fortement le récit de Geoffroy de Monmouth tout en l’enrichissant de matériaux tirés « de l’Énéide ou d’une œuvre qui en est dérivée », de l’Excidio de Darès le Phrygien, etc36. À un moindre degré, les manuscrits de la rédaction dite « courte » du roman et ceux de la version dite « longue37 » se distinguent nettement les uns des autres sur ce premier segment : leurs sources sont identiques, mais leur formulation diverge38. Sur ce segment du texte, l’écart entre les manuscrits A et C est même si sensible que Louis-Fernand Flutre émit l’hypothèse de deux traductions indépendantes l’une de l’autre39. Or une telle impression de lecture mérite d’être vérifiée, d’autant que cette ouverture revêt un intérêt particulier pour sonder les relations de filiation qui unissent les différentes versions connues et supposées du Perceforest : sa rédaction brève, sa rédaction longue, et une version originelle dont la date et même l’existence demeurent débattues.

  • 40 Perceforest l. IV, p. xii.
  • 41 Voir en dernier lieu Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir…, notamment p. 427-428.
  • 42 Voir Perceforest l. IV, p. xii.
  • 43 Perceforest l. I, t. 1, p. 69-73.
  • 44 Van der Meulen J. F., « Simon de Lille et sa commande du Parfait du Paon. Pour en finir avec le Rom (...)

36Gilles Roussineau fut le premier à montrer que tous les manuscrits subsistants du Perceforest correspondent à un état du roman qui trouve son origine en milieu bourguignon au XVe siècle40. Ce contexte est désormais consensuel41, mais deux questions restent débattues. La première porte sur une version antérieure du Perceforest, désormais perdue, qui aurait été achevée entre 1337 et 134442. Les caractéristiques de cet ancêtre sont difficiles à reconstituer en l’absence de manuscrit survivant, à tel point que son existence même est parfois contestée. Au-delà de la mention de Guillaume de Hainaut (+ 1337) dans le chapitre consacré à la découverte du manuscrit source du roman43, a pu être invoquée, à l’appui de l’existence d’un Perceforest du XIVe siècle, la commande par Simon de Lille à Jean de le Mote du Parfait du Paon en 1340. Il s’agirait, dans un contexte de forte tension entre France et Angleterre, de la réaction d’un Français « [agacé] par l’exaltation du passé britannique dans le Perceforest », et notamment piqué par le rôle qu’y détient Alexandre, supposé avoir « instauré la chevalerie en Angleterre, bien longtemps avant que clergie et chevalerie ne soient venues […] en France44 ». En outre

  • 45 Van der Meulen J. F., « Mystifications autour du Roman de Perceforest. Roman arthurien ou continuat (...)

une fois dégagé de son revêtement bourguignon, se dessinent les contours d’un Roman de Perceforest dont le caractère ainsi que le contenu sont mieux en accord avec la littérature en vogue dans la première moitié du XIVe siècle, et dans lequel se reflètent des aspects de la politique anglaise de cette même époque45.

  • 46 Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir…, p. 87-261 et p. 409 pour la citation.
  • 47 Ibid., p. 35-41 et p. 41 pour la citation.
  • 48 Voir Perceforest IV, p. xiv-xx, et notamment le schéma récapitulatif de la p. xx, dont les acquis s (...)
  • 49 Ferlampin-acher, Perceforest et Zéphir…, p. 409-426 et p. 427 pour la citation.

37Mais d’un autre côté, le Perceforest fourmille d’échos à la Bourgogne de Philippe le Bon, « tant au niveau de l’espace que des représentations chevaleresques et curiales46 », si bien que le prologue évoquant la découverte du manuscrit allégué comme source du Perceforest peut faire figure de « fiction écrite sous Philippe le Bon47 ». Seconde question encore ouverte : celle des relations qu’entretiennent les deux branches de la tradition manuscrite du Perceforest telle qu’elle a survécu – rédaction courte et rédaction longue – avec la version originale du Perceforest, que celle-ci eût été rédigée au XIVe ou au XVe siècle. David Aubert a été considéré jusqu’ici comme un copiste interventionniste, qui aurait remanié une version originelle dont la rédaction courte porterait un témoignage plus fidèle48. À l’opposé de cette tradition, l’hypothèse a été récemment formulée que « David Aubert constitue un auteur possible » du Roman de Perceforest49.

38Faute de résoudre d’emblée la première de ces deux questions, la traduction de l’Historia regum Britannie qui ouvre tous les manuscrits du Perceforest fournit des éclairages très nets sur la seconde.

Les manuscrits A et C : des témoins contrastés du Brut

Des différences frappantes entre rédaction courte et version longue

  • 50 Sur les efforts déployés dans la copie de David Aubert pour guider le lecteur, notamment en multipl (...)

39La copie du Perceforest qu’a consignée David Aubert porte trace du dessein d’augmenter le confort de lecture de sa source, lié à celui de se conformer aux canons de la prose bourguignonne. Aussi le manuscrit C recèle-t-il de multiples dispositifs destinés à en rendre la lecture ergonomique50 et le rythme adéquat à l’horizon d’attente de ses lecteurs.

Un lexique plus ou moins accessible

  • 51 Perceforest l. IV, p. xvi. L’analyse s’applique à l’ensemble du roman.
  • 52 Rasmussen J., La Prose narrative française du XVe siècle, étude esthétique et stylistique, Copenhag (...)
  • 53 Veysseyre G., « L’itération lexicale dans la prose de Jehan Wauquelin : outil de traduction ou proc (...)
  • 54 L’expression paraphrase David Aubert lui-même, voir infra, p. 70.
  • 55 « S’il [Geoffroy de Monmouth] a peu de style, sa phrase est claire, légère, agréable et son récit p (...)
  • 56 Buridant C., « Les binômes synonymiques. Esquisse d’une histoire des couples de synonymes du Moyen (...)
  • 57 Ms. C, f. 12r. Le binôme fait pendant, dans la rédaction brève, à « prouffitable » (Perceforest l. (...)
  • 58 Ms. C, f. 16r. Ce couple de synonymes fait pendant, dans la rédaction brève, à « hardiz » (Percefor (...)
  • 59 Ms. C, f. 13v. À ce binôme synonymique correspond, dans la rédaction brève, le simple « fourbany » (...)

40Comme la suite du roman, la chronique généalogique empruntée à Geoffroy de Monmouth telle qu’elle se présente dans les manuscrits C et D (ms. Londres, bl, Royal 15.E.v) se distingue en particulier de la version dite « brève » parce que son « rédacteur use largement des procédés de l’amplificatio51 ». On y décèle par exemple une prédilection particulière pour les binômes synonymiques, procédé particulièrement répandu dans la prose de l’époque, surtout chez les écrivains ayant gravité autour des ducs de Bourgogne52. Jean Wauquelin, contemporain de David Aubert et pourvoyeur en livres de plusieurs des commanditaires de ce dernier, fait lui aussi un usage intensif de cette figure de style, surtout dans les parties liminaires de ses traductions et compilations, ses prologues notamment53. À la lumière des pratiques observées chez Jean Wauquelin, David Aubert pouvait être incité à multiplier tout particulièrement les itérations lexicales dans la traduction de Geoffroy de Monmouth : outre que ce Brut jouait au sein du Perceforest le rôle d’un prologue étendu, il constituait, comme le reste du roman, la « mise au net » d’une version antérieure54. Or, que cette traduction eût été fondée directement sur une Historia latine, chronique dont la prose était concise55, ou qu’elle eût récrit la traduction de la version brève dont les tours resserrés rendaient la lecture ardue, son modèle méritait le recours à l’amplificatio. Les binômes synonymiques y ont donc, comme dans bien d’autres textes contemporains, une double fonction : ornementale et explicative56. De manière globale, la première prime sur la seconde dans la copie de David Aubert. Ainsi se voient régulièrement associés, sous sa plume, des vocables aussi accessibles l’un que l’autre : « fertille et prouffitable57 », « hardis et duits de guerre58 », « bany et dechassé des siens59 », etc. Le procédé participe, dans le Brut de la copie C, des dispositifs qui, systématisés jusqu’à constituer une véritable stratégie d’écriture, aboutissent à une version longue dont les périodes sont volontiers dilatées ; et surtout, dont le confort de lecture est supérieur à celui de la version brève.

  • 60 Voir notamment Perceforest l. IV, p. xv.

41Or cette opposition entre un manuscrit A ardu et un manuscrit C accessible est propre au Brut qui inaugure le Perceforest. Dans la suite originale du roman, le style des rédactions longue et brève continuera de présenter des caractéristiques divergentes60, mais les deux versions y adopteront une langue également accessible et intelligible. Pourquoi ce Brut est-il nettement plus ardu dans le manuscrit A que dans la rédaction longue ?

  • 61 Elle compte, dans son édition la plus récente, 64 pages imprimées sur les 891 qu’occupe l’ensemble (...)
  • 62 La traduction de Geoffroy de Monmouth compte 4 hapax, sur les 28 qui ont été recensés dans l’ensemb (...)
  • 63 19 des 161 difficultés lexicales de ce type qu’a pu répertorier Gilles Roussineau se trouvent dans (...)
  • 64 La première partie du Perceforest compte 108 mots ou expressions rares, dont 15 se trouvent dans la (...)
  • 65 L’ensemble de la première partie compte 21 mots signalés par l’éditeur comme des néologismes, dont (...)
  • 66 Pour des exemples du phénomène, voir infra.
  • 67 « Ce décalque du latin qui rend le texte hermétique lui donne aussi un aspect savant. […] Le narrat (...)

42D’abord en raison de choix lexicaux dont le contraste peut être illustré par quelques chiffres. Dans la rédaction brève comme dans la rédaction longue, la traduction de Geoffroy de Monmouth représente à peine plus de 7 % du volume textuel de l’ensemble de la première partie61. Or, dans le manuscrit A, ce Brut concentre des difficultés lexicales nettement plus fréquentes que la partie originale du roman : on trouve en son sein 14 % des hapax signalés dans l’étude linguistique de Gilles Roussineau à l’échelle de la première partie62, presque 12 % des mots qui y sont employés avec un sens particulier exclusif à Perceforest63, presque 14 % des mots ou locutions rares64, et surtout 38 % des néologismes que recèle l’ensemble de la première partie65. Les mots par lesquels les lecteurs du Perceforest étaient susceptibles d’être gênés, sont donc proportionnellement deux fois plus fréquents au sein de la traduction de Geoffroy de Monmouth que dans la suite de la première partie. Quant aux néologismes, pour la plupart calqués sur le modèle latin, ils sont même cinq fois plus fréquents dans la traduction de l’Historia qu’ailleurs. Ce sont là les embûches les plus manifestes de la version figurant dans le manuscrit A. S’y ajoutent des écueils liés à la syntaxe : certaines structures latinisantes peuvent y poser de sérieux problèmes d’interprétation, même à une époque où la prose française adopte des tours similaires à ceux de la langue savante. L’ordre des mots surtout a de quoi désarçonner le lecteur, car la distance volontairement réduite que maintient le rédacteur par rapport à son modèle latin l’amène à écrire en suivant des canons fort éloignés de ceux de la prose spontanée66. Au total il aboutit à une traduction dont les difficultés d’accès, déjà signalées, peuvent contribuer à asseoir l’autorité du récit67.

43Non sans afficher un souci permanent de la vérité historique, le rédacteur de la version longue fait d’autres choix de mise en forme : renonçant à épouser de près la prose du chroniqueur du XIIe siècle, il veille à produire une version confortable à lire. Son lexique, par exemple, est plus accessible du fait qu’il évite les néologismes, et plus généralement les mots peu usuels ou les sens rares qui ont pu être recensés dans le manuscrit A : soit il omet le segment de texte où se trouvent, dans la rédaction brève, ces difficultés lexicales, soit il adopte une formulation plus usuelle que celle qui prévaut dans cette dernière :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

1

Gerionem augurem (HRB, p. 19, § 16)

Gereonem le adupeour (Perceforest l. I, t. 1, 19, p. 17 ; néologisme signalé ibid., p. cxxxix)

Gereonem, son conseillier (f. 20r)

2

Contra quos Brutus etiam dispositis cateruis non muliebriter graditur (HRB, p. 25, § 20)

A l’encontre aussi Bruthus, s’en disposees ses eschielles, ne va pas feminacement (Perceforest l. I, t. 1, 29, p. 24 ; néologisme signalé ibid., p. cxxxix)

Quant Brutus apperceu si prés de lui doubta si grosse armee, il se d’avoir bataille, car il les veoit venir en tresbelle ordonnance, pourquoy il ordonna ses batailles […] (f. 24r)

3

sese sodomitanae uoluptati dedit (HRB, p. 35, § 26)

il se donna au delict sodomitain (Perceforest l. I, t. 1, 40, p. 34 ; néologisme signalé ibid., p. cxl)

et se habandonna a sodomie (f. 29r, leçon amendée : voir notre annexe p. 83, n. 204)

4

Belinus ergo, compertis hostibus, subito impetu irruptionem fecit in illos atque acriter inuasit (HRB, p. 57, § 43)

Et lors Belins, les ennemis apperceuz, par deboutement soudain il les desrompy et envahy cruellement (Perceforest l. I, t. 1, 68, p. 58 ; sens particulier signalé ibid., p. cxli)

Car tantost que le vaillant Belin, qui tenoit ses hommes en ordonnance, les perceut sans conroy et qu’ilz ne s’estoient point doubtez de son emprise, il les assailly si vertueusement que tous se mirent en desroy et fuite (f. 42v)

  • 68 Perceforest l. I, t. 1, 20, p. 17 ; emploi particulier signalé ibid., p. cxli.
  • 69 F. 20v, voir infra l’étude des avatars de la prière de Brutus à Diane, p. 70-73.

44Le traitement subi par le latin amfractus (HRB, p. 19, § 16), rendu par debrisemens dans le manuscrit A68 et omis, de même que tout son environnement syntaxique, dans le témoin C69, relève de la même logique. Plus largement, le rédacteur de la version longue privilégie les mots et les formules explicites et usuels. Ainsi dans l’extrait suivant – au moment où Antigonus, le frère de Pandrase, affolé par la manière dont Brutus et ses Troyens dispersent les troupes grecques, essaie de rassembler ces dernières – peut-on opposer une expression verbale peu commune à un verbe concis et courant en moyen français :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

5

reuocauitque uagantes socios in turmam (HRB, p. 11, § 9)

Et lors rappella en ung mont ses compaignons espars (Perceforest l. I, t. 1, 10, p. 8)

Ce fait, il rassambla le plus qu’il pault de ses hommes qui estoient espars la entour (f. 15r)

  • 70 Glose du dictionnaire de Félix Gaffiot.
  • 71 C’est d’ailleurs ainsi que l’interprètent les deux traducteurs modernes de l’Historia : Laurence Ma (...)
  • 72 Il s’accorde en cela avec les glossaires médiévaux de Firmin Le Ver ou de Guillaume Le Talleur, qui (...)
  • 73 Voir le glossaire de la première partie dans Perceforest I, t. 2, p. 1405. L’expression rappeler en (...)
  • 74 Seul l’emploi isolé du nom mont, au sens de « groupe, foule, monceau », est répertorié dans le dmf.

45Le mot latin turma signifie « troupe, escadron » et, par extension, « foule, multitude70 ». Alors que Geoffroy de Monmouth l’emploie vraisemblablement ici dans sa première acception71, le traducteur qui a œuvré à l’ouverture du Perceforest a privilégié un sens élargi72. En outre la formule à laquelle il a recours, rappeler en ung mont, est peu usuelle73 ; elle n’est d’ailleurs pas recensée dans les dictionnaires du moyen français74. Le verbe employé dans le manuscrit C est plus courant et plus simple à comprendre que la formule de la copie A. L’exemple n’est pas isolé, loin de là.

Une morpho-syntaxe plus ou moins latinisante

  • 75 On comparera notamment : – « Comme les dieux contraires moy et mon frere Antigonum aient mis en voz (...)
  • 76 Nous citons ici la leçon reconstituée par l’éditeur dans sa correction au détriment de celle, fauti (...)

46De même les tours syntaxiques qui, dans le manuscrit A, pouvaient arrêter les lecteurs ont-ils été soigneusement évités dans la copie de David Aubert. Ainsi, dans les cas où l’ordre des mots de la copie A mime la phrase latine au point de rendre la lecture difficile, le manuscrit C présente pour le segment correspondant une organisation phrastique usuelle, conforme aux traits que l’on relève couramment dans la prose spontanée75. Contrairement à la copie A, le manuscrit de l’Arsenal est également dépourvu des calques syntaxiques qui, par leur extrême proximité vis-à-vis du latin, aboutissent à des constructions peu usuelles en moyen français :76

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

6

« Egregie iuuenis, finis uitae tuae Antigonique adest… » (HRB, p. 13, § 11)

« Noble jouvenceau, la fin de ta vie et de l’Antigoni est presente… » (Perceforest l. I, t. 1, 12, p. 10)76

« Certes, noble jouvencel, ta vie est tres briefve, et celle de ton compaignon Antigonus… » (f. 16v),

  • 77 « Sy loe que vostre palefroy soit mandé et le mien et le Edea » (Perceforest, deuxième partie, éd. (...)
  • 78 Comme dans le cas précédent, David Aubert évite cette tournure dans sa copie de la deuxième partie.

47Il s’agit là des menaces proférées par Brutus envers le jeune Grec Anacletus. Dans le manuscrit A, l’article défini l’est employé avec une valeur prédicative, en tant que pronom anaphorisant le substantif vie. La tournure, quoique excessivement rare en moyen français, est employée, au-delà du Brut liminaire, au sein de la prose spontanée du roman77 – du moins dans la rédaction brève, car on ne retrouve aucune de ses deux occurrences dans la copie C78. Dans le premier cas, cette dernière préfère en outre le nom propre à valeur d’indéclinable Antigonus à la forme Antigoni, dotée dans le manuscrit A d’une marque latine de génitif.

  • 79 « [C]e qui est nouveau [en moyen français], c’est la fréquence des constructions dites absolues, co (...)

48Plus largement, la copie C est dépourvue de tous les latinismes volontairement conservés dans les deux manuscrits de la version brève, même ceux qui sont relativement usuels en français au XVe siècle. Ainsi les participales absolues sont-elles presque bannies de la copie de David Aubert, alors même qu’elles connaissent un retour en grâce en moyen français79. Ce dernier privilégie, pour exprimer les mêmes éléments circonstanciels, les propositions subordonnées (exemples no 7) ou les groupes nominaux (exemples no 9) – voire fait le deuil de telles nuances (exemple no 8), ce dernier cas de figure étant toutefois plus rare que les précédents.

  • 80 Sur cette correction, voir infra l’édition de ce passage en annexe de cet article.

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

7

Agnita igitur ueterum conciuium prosapia, moratus est Brutus apud eos (HRB, p. 9, § 7)

Pour laquelle chose, congneue l’ancienne extraction de son lignaige, Brutus demoura avecques eulx (Perceforest l. I, t. 1, 7, p. 6)

Quant le jenne prince Brutus [congnut]80 qu’il avoit illec trouvé de ceulx qui estoient anchiennement de son sang et lignage, il s’arresta avec eulx (f. 13v)

8

At Porrex, maiori cupiditate subductus, paratis insidiis Ferreucem fratrem interficere parat (HRB, p. 45, § 33)

Et lors Porrex par plus grant convoitise seduit, ordonnez ses aguetz, s’appareille pour occir Ferreucem (Perceforest l. I, t. 1, 52, p. 45)

Et lors Porrex, le mainsné, enflammé d’oultrage, cuida occir son frere Ferreux (f. 34v)

9

et facto impetu stragem ingereret (HRB, p. 27, § 20)

et, fait l’assault, il les livreroit a desconfiture (Perceforest l. I, t. 1, 31, p. 25)

et par ce party les pourroient franchement mener a desconfiture (f. 24v)

49Dans les deux derniers cas, le manuscrit C s’éloigne à une distance assez considérable de la source latine : l’intervention dont il porte trace va au-delà de la simple modification ou de l’adaptation d’une tournure grammaticale.

  • 81 La Vision de Tondale. Les versions françaises de Jean de Vignay, David Aubert, Regnaud le Queux, éd (...)
  • 82 Ibid., p. 121.

50En tant que traducteur de la Vision de Tondale, David Aubert « formule[ra] de sa propre initiative des constructions propres à la langue latine, comme des ablatifs absolus et des participes conjoints81 ». Si David Aubert est bien le rédacteur de la version longue du Roman de Perceforest, certains de ses procédés d’écriture ont donc changé entre 1460, date du manuscrit C et terminus ad quem de rédaction de la version longue, et 1475, date de rédaction de sa Vision de Tondale82 ; à moins qu’il ne procède différemment en tant que traducteur et en tant que copiste-remanieur ; ou qu’il ait eu pour modèle un témoin du roman dont la langue était déjà moins latinisante que celle du manuscrit A.

  • 83 « Condidit itaque ciuitatem ibidem eamque Troiam Nouam uocauit » (HRB, p. 31, § 22).
  • 84 « Lors fonda une cité illec et l’appella Troiam Novam, Troie la Neuve » (Perceforest l. I, t. 1, 34 (...)
  • 85 « Il y fonda une cité qu’il appella Troies la Noeuve, lequel nom lui dura depuis grant espace de te (...)
  • 86 « Le souci de serrer de près la prose latine conduit parfois l’auteur à laisser, pour les noms prop (...)

51Pour en revenir au Perceforest, le rédacteur du texte contenu dans le manuscrit C, par souci de faciliter l’accès au roman, l’a soigneusement débarrassé de ses rares citations en latin et des marques de déclinaison qui, dans le manuscrit A, avaient pu être conservées pour accroître la valeur d’autorité du texte en y préservant des consonances savantes. Ainsi en va-t-il du toponyme correspondant à la future ville de Londres qui, lors de sa fondation par Brutus, est nommée « Troiam Novam » par ce dernier83 : alors que dans le manuscrit A la forme est conservée à l’identique, quitte à être accompagnée d’une traduction française84, le manuscrit C s’en tient strictement à la forme française85. En outre la copie A est émaillée de traces de désinences latines, qui y font sciemment affleurer le modèle latin86. Ces vestiges de la prose galfridienne sont eux aussi absents de la copie de David Aubert, qui ramène presque tous les noms propres à des formes indéclinables même si la finale choisie pour le nom propre varie. On peut ainsi opposer les manuscrits A et C dans le cas suivant : « ilz retindrent Antigonum et Anacletum son compaignon » (ms. A, d’après Perceforest l. I, t. 1, 10, p. 8, l. 14-15) et « Antigonus et ung sien compaignon nommé Anacletum furent pris » (ms. C, f. 15v).

  • 87 Ms. C, ff. 16v et 17r.
  • 88 Perceforest l. I, t. 1, 12, p. 10, l. 13 ; l. I, t. 1, 13, l. 1 ; l. I, t. 1, 13, p. 11, l. 6.
  • 89 Pour des occurrences complémentaires du même phénomène, voir supra les exemples no 6 et 8.
  • 90 Perceforest l. I, t. 1, 6, p. 5, l. 9-10.
  • 91 Ms. C, f. 13v.
  • 92 « et inuenit progeniem Heleni filii Priami, quae sub potestate Pandrasi regis Graecorum in seruitut (...)
  • 93 Perceforest l. I, t. 1, 8, p. 7, l. 7.
  • 94 Ms. C, f. 14v.

52Dans le manuscrit C, les deux noms propres sont dotés de terminaisons disparates parce que le personnage d’Antigonus est déjà connu alors qu’« Anacletum » fait ici sa première apparition. Par la suite, son prénom demeurera définitivement figé sous sa forme première, « Anacletum87 ». À l’inverse alternent régulièrement selon leur fonction « Anacletus » (sujet) et « Anacletum » (objet) dans le manuscrit A88. Autre occurrence représentative des oppositions qui caractérisent les manuscrits A et C en matière de terminaisons des anthroponymes : l’inversion de la construction syntaxique entre la copie A et le manuscrit de l’Arsenal pour la proposition suivante : « la fille du roy fut mariee a Bruto » (Perceforest l. I, t. 1, 18, p. 16, l. 5) versus « Ainsi fu le noble Brutus marié » (ms. C, f. 19v). Dans le manuscrit C, la forme « Brutus » est systématiquement employée pour désigner l’ancêtre éponyme des rois bretons, quelle que soit la fonction du nom propre, si bien que la finale en –us, qui était originellement une marque de nominatif, perd là cette fonction morphologique89. En définitive les seules marques de flexion latines qui soient préservées dans la copie de David Aubert le sont comme par mégarde. Ainsi dans le cas suivant : à la formulation « lesquelz estoient tenus en servaige dessoubz la puissance Pandrasi, le roy de Grece » du manuscrit A90 correspond dans le manuscrit C « laquele lignie Pandrasy, roy de Grece, tenoit en servage91 ». Il s’agit de l’entrée en scène du personnage de Pandrasus, et donc de la première occurrence de son nom. De ce fait, le copiste qui a consigné la version C – ou les copistes qui l’ont précédé – n’a pas identifié d’abord le –y final, ici vestige d’un morphème de génitif de la déclinaison latine92. Aussi cette finale en –i / –y se voit-elle préservée lorsque le nom propre devient sujet dans la phrase remaniée de la version longue. Par la suite, il sera maintenu à l’identique dans le manuscrit C, notamment dans les cas où le manuscrit A emploie une forme à terminaison francisée en –e. Ainsi au « Pandrase » de la version brève93 fait écho le « Pandrasy » de la version longue94. En somme, au lieu de procéder à une lemmatisation intuitive – terme anachronique, mais qui correspond à une tendance lourde chez les autres traducteurs médiévaux de l’Historia –, le copiste ou le remanieur qui a œuvré dans le manuscrit C tend à uniformiser la graphie des noms propres en gravant dans le marbre la forme de la première occurrence rencontrée, faisant fi de la valeur morphologique que pouvaient y posséder des finales calquées sur la source latine.

53Il arrive même que le texte du manuscrit C révèle une totale incompréhension de la lectio difficilior dont le manuscrit A atteste l’existence. Ainsi le rédacteur ou le copiste du manuscrit de l’Arsenal a-t-il buté sur les deux formules soulignées dans le passage suivant, qui ont le même référent :

Et pour tant Brutus, regardant la multitude des hommes luy deprians et les chastiaulx Assarachi qui estoient a son commandement, il s’accorda plus seurement a leur requeste. Lors fut Brutus eslevé a roy et puis il appella de toutes pars les Troiens et les mist a garder les forteresses Assarachy. (Perceforest l. I, t. 1, 7-8, p. 6-7, l. 23-26 et 8, l. 1-3)

54Voici ce que l’on trouve dans le manuscrit C :

Mais le vaillant Brutus, voiant la bonne voulenté de ce poeuple qui le requeroient tant instamment, et qu’il avroit iceulx trois chasteaux a son commandement, s’accorda plus seurement a leur requeste, lesquelz chasteaulx l’istoire nomme seulement “Assarachy”. Adont les Troiens esleurent le vaillant Brutus et le firent leur roy, lesquelz il appella auprés de soy tant hommes comme femmes. Et quant il eut garny iceulx chasteau […]. (f. 14r-v)

  • 95 Perceforest l. I, t. 1,7, p. 6, l. 16, sous la forme « Assaracus », et ms. C, f. 14r, sous la forme (...)
  • 96 Aucun des autres traducteurs de ce passage vers le français ne semble avoir éprouvé de difficultés (...)

55Il est manifeste le rédacteur de la version longue n’a pas fait le rapprochement entre le jeune noble grec nommé Assaracus, entré en scène peu auparavant95, et le génitif qui attribue à ce dernier la possession de la forteresse contrôlée par le Troyen Brutus ; ou du moins, s’il a opéré ce rapprochement, c’est en y voyant une relation entre un héros éponyme et un lieu baptisé d’après lui, et non une relation purement grammaticale de substantif déterminé à complément déterminatif sous la forme d’un nom propre. Cette bévue fournit des indications importantes sur la nature de la source « mise au net » dans la copie de David Aubert : il s’agit à coup sûr d’un texte français, car s’il avait eu sous les yeux la forme Assarac(h)i – ou même Assarachy – dans un texte latin qui lui eût été donné à traduire, David Aubert connaissait assez de latin pour être peu susceptible de trébucher. S’il s’est trompé sur l’analyse des deux génitifs mentionnés précédemment, c’est sans doute qu’il travaillait à partir d’une version déjà mise en français de l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth, dans laquelle ne restaient que des traces de déclinaisons latines ; traces assez clairsemées, et assez inhabituelles dans le système graphique des copistes du domaine d’oïl, pour lui avoir résisté96.

Écarts stylistiques

  • 97 Tilliette J.-Y., « Invention du récit. La “Brutiade” de Geoffroy (Historia regum Britanniæ, § 6-22) (...)

56La chronique de Geoffroy de Monmouth n’offre pas une écriture aussi ciselée que l’Éneide de Virgile, œuvre à laquelle le chroniqueur gallois rend hommage, voire avec laquelle il entend rivaliser97. Reste que l’Historia regum Britannie présente quelques figures de style qui, en continuité avec la rhétorique antique, se sont volontiers acclimatées en latin médiéval et en français. Presque chaque fois que Geoffroy recourt à de telles figures, elles se retrouvent calquées en langue d’oïl dans la rédaction brève. Dans bien des cas de ce genre, David Aubert remet à plat des effets qu’il a peut-être trouvés incongrus. Tel est notamment le cas de l’hypallage suivant, éliminé dans la seule rédaction longue :

  • 98 L’auteur de cette traduction – ou, à défaut, un copiste interventionniste – a fait ici la preuve de (...)

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

10

resociatisque cateruis ad nemora cum laeta remeauit uictoria (HRB, p. 17, § 14)

Et racompaignees les gens esparses, il se repaira es forestz avec lie victoire (Perceforest l. I, t. 1, 15, p. 13)98

… et atout ce qu’il avoit de gens se retray es forestz, moult lié de celle belle victoire (fol. 18r).

  • 99 On en trouve par exemple une occurrence dans l’évocation du massacre accompli par les Troyens sous (...)
  • 100 On comparera HRB, p. 33, § 24 et Perceforest l. I, t. 1, 37, p. 31 d’une part avec la rédaction lon (...)

57Certaines métaphores communes à l’Historia et à la version brève du Perceforest sont, de la même manière, absentes de la rédaction longue, que ce soit la comparaison récurrente de combattants défaits avec des moutons chassés par les loups99 ou encore les images qui fondent le portrait de beauté d’Estrildis100.

58Les choix stylistiques du manuscrit C coïncident avec les choix linguistiques de cette même version : l’accès au texte y est facilité de toutes les manières, et le souci de se mettre à la portée du lecteur y paraît prioritaire. La mise en œuvre d’un texte aisément intelligible a primé sur le respect de la source, que ce soit dans le domaine du lexique, de la syntaxe, ou de l’ornement rhétorique.

Un écart magnifié par le travail des copistes

  • 101 Ses articles pionniers remontent à la fin des années 1940 et au début des années 1950. L’édition pa (...)

59De prime abord, Louis-Fernand Flutre fut d’autant plus frappé par le contraste opposant les parties galfridiennes des copies A et C du Perceforest qu’il travaillait directement sur les manuscrits, à un moment où aucune édition moderne du roman n’était encore disponible101. Or si la qualité de la copie est grosso-modo constante dans le manuscrit de l’Arsenal, sans rupture tangible entre traduction de Geoffroy et récit original, tel n’est pas le cas dans le manuscrit qui sert de référence pour la version brève du Perceforest. Cette copie offre, sur le segment consignant la traduction de Geoffroy de Monmouth, un grand nombre de leçons fautives, pour le sens comme pour la syntaxe ; la partie originale du roman y est beaucoup moins tourmentée.

  • 102 Le Roman de Perceforest, première partie, éd. Taylor …, p. 62 ; à comparer avec Perceforest l. I, t (...)
  • 103 HRB, p. 7, § 5.
  • 104 Perceforest l. I, t. 1, p. 2.
  • 105 Le Roman de Perceforest, première partie, éd. Taylor…, p. 432.
  • 106 Ibid., p. 61-120.
  • 107 Perceforest l. I, t. 1, p. 1-68.
  • 108 Dans Perceforest I, on recense 370 corrections dans les 64 pages qu’occupe la section traduite de G (...)
  • 109 Sur les 58 pages qu’occupe le Brut dans Le Roman de Perceforest, première partie, éd. Taylor…, on r (...)

60Tout en suivant le même manuscrit de base, Jane Taylor et Gilles Roussineau se sont forgé des cahiers des charges très différents dans leurs éditions respectives. En conséquence le même Brut a, dans leurs ouvrages, une physionomie contrastée. En effet dans son édition pionnière, Jane Taylor se contente souvent de signaler les points d’obscurité de la traduction de Geoffroy de Monmouth : elle hésite à corriger, même lorsqu’elle débusque une leçon déficiente. Tel est le cas par exemple dès le tableau géographique de la Bretagne qui sert d’introduction au récit : lorsque le narrateur évoque le murmure des cours d’eau invitant agréablement les promeneurs au sommeil sur leurs rives, il est question dans le manuscrit A des « cleres fontaines […] [qui] attraient le desir de tressouef dormir aux gisans es rieus102 ». Le dernier mot de la phrase, « rieus » (« ruisseaux »), ne fait pas sens dans le contexte. Or il n’est pas corrigé par Jane Taylor, alors même que l’on trouve en ce point dans le manuscrit B la leçon rives, qui suggérait une correction économique, en accord avec le latin ripis103 – correction adoptée dans la dernière édition du texte104. La note afférente à cette phrase éclaire les choix de Jane Taylor en exposant sa perception globale du Brut servant de préliminaire au Perceforest : « Notons une fois pour toutes que dans les pages tirées de G[eoffroy de] M[onmouth], O[rose], D[arès le] P[hrygien], les difficultés d’interprétation du texte français sont le plus souvent dues à une traduction trop littérale du texte latin105. » L’éditrice ayant jugé que la traduction était par essence déficiente pour cause de servilité à sa source, elle renonce à en corriger systématiquement les fautes, quitte à citer le latin lorsque le roman lui semble trop obscur. À l’inverse Gilles Roussineau corrige dûment le manuscrit A à chaque fois qu’il pose problème d’après les autres témoins et, le cas échéant, d’après la source latine. Ce faisant, il donne à lire une traduction partout recevable quoique la langue en reste difficile. En conséquence le contraste entre l’édition de 2007 et celle qui l’avait précédée en 1979 est considérable. L’écart de densité des amendements proposés en témoigne : Jane Taylor a apporté 125 corrections à l’ensemble de la traduction de l’Historia regum Britanniae106 – interpolations d’Orose et de Darès le Phrygien comprises –, contre 370 chez Gilles Roussineau pour le même segment textuel107. Reste que dans les deux cas, l’effort de reconstitution du texte qui incombe aux philologues a contribué, par son essence même, à niveler l’écart qualitatif tangible qui, dans le manuscrit A, oppose un premier segment traduit très chaotique à une suite originale bien plus accessible. Cet écart est attesté par la densité inégale des corrections apportées à ces deux segments textuels – traduction et roman original – dans l’édition de référence. En effet dans le manuscrit A, la traduction de Geoffroy de Monmouth appelle des corrections plus de trois fois plus fréquentes que la suite de la première partie108. Cet écart d’interventions éditoriales entre traduction et récit original, qui était moindre dans la première édition du texte, n’y était pas moins tangible109.

  • 110 L’édition du XVIe siècle est fondée sur un manuscrit de la version brève qui se rapproche davantage (...)
  • 111 Le fait a été notamment signalé dans Trachsler R., Disjointures …, p. 242, n. 97. On en trouve une (...)

61La dégradation du Brut contenu dans le Perceforest est encore plus sensible dans l’édition de Galliot du Pré : cet imprimé, qui ne prétend pourtant pas suivre servilement le roman du XVe siècle, est assez fidèle pour que sa parenté avec la version brève du Roman de Perceforest soit perceptible110. Dans son cas, l’écart qualitatif qui sépare traduction et prose spontanée est encore amplifié par rapport au manuscrit A : dans cette version, le Brut qui sert de prologue au roman de Perceforest comporte une telle quantité d’aberrations qu’il est très souvent obscur et quasiment illisible111 : sans doute l’imprimeur disposait-il, pour seule source, d’un manuscrit très fautif en ce point. La suite du roman, sans être exempte de scories, y est beaucoup plus correcte.

  • 112 Voir infra.

62Les objectifs de David Aubert ne sont pas tellement éloignés, au fond, de ceux de l’imprimeur du XVIe siècle : tous deux entendent donner à lire une « mise au net » de Perceforest. Reste que le résultat auquel parvient David Aubert est beaucoup plus probant que ne l’est la première édition incunable : outre que David Aubert semble avoir disposé d’une source plus satisfaisante que celle qui servit dans l’atelier de Galiot du Pré, le copiste bourguignon tend à éliminer de sa source tout ce qui pouvait y faire problème. Le traitement qu’il réserve à l’échange entre Brutus et la déesse Diane, largement élagué, constitue un exemple presque caricatural sa méthode112.

  • 113 On trouvera cette édition infra en annexe. L’échantillon retenu englobe trois passages du Brut : un (...)
  • 114 De fait, le troisième de ces échantillons a été corrigé 15 fois, et non pas 7, dans Perceforest I. (...)
  • 115 Voir infra les notes 202ss. Parmi ces fautes, la majorité sont très bénignes (oubli d’une lettre, d (...)

63À force d’écueils, la traduction de Geoffroy de Monmouth telle qu’elle figure dans la version brève du Perceforest a suscité bien des fautes de copies ; à l’inverse de la version longue, qui élimine en amont de la copie D (ms. Londres, British Library, 15 E V) toutes les difficultés. Lorsque l’on édite un échantillon du Brut d’après la copie C et que l’on mesure les corrections à y apporter à l’aune de celles qui ont été nécessaires pour produire une édition scientifique du manuscrit A, on obtient des chiffres largement inférieurs113 : au sein des trois échantillons examinés, la copie de référence pour la version brève mérite au minimum 19 corrections – 5 pour le premier extrait, 7 pour le deuxième et 7 pour le troisième114 – alors que, sur les segments textuels correspondants, le manuscrit de l’Arsenal ne mérite d’être amendé qu’en sept lieux115. Le manuscrit A appelle donc presque trois fois plus d’amendements que la copie C sur ces extraits, qui ne nous semblent pas atypiques du Brut inaugural qui ouvre le Perceforest.

64Dans la suite du texte, le manuscrit A continue à conserver bien des lectiones difficiliores, mais la lettre du texte devenant plus aisée, celui-ci a été transmis par les copistes sans subir les aléas qu’a connus le Brut. Ainsi les fautes matérielles se raréfient-elles dans la partie originale du Perceforest telle que la consigne la copie A. L’écart qui séparait ce témoin d’un manuscrit C plus facile d’accès s’estompe alors. Quoique circonscrite, la zone de turbulences que connaît le manuscrit A sur le Brut contribue à expliquer la sévérité que manifesta Louis-Fernand Flutre lors de sa description de la première partie du vaste Perceforest. La répulsion qu’il exprima face à la copie A résulte d’abord des choix du traducteur, qui reste si près du latin qu’il aboutit à une « translacion » d’aspect ingrat. Les bévues commises par les copistes qui ont transmis ce texte difficile ont accentué encore sa rugosité : le Brut tel qu’il est conservé dans le manuscrit Paris, bnf fr. 354 est déjà dégradé, sans doute en raison de sa langue latinisante, difficile, qui pouvait déconcerter les copistes et provoquer des erreurs en cascade. À l’inverse le manuscrit de l’Arsenal présente un Brut dont la langue a été sciemment édulcorée, les principales difficultés linguistiques ayant été résolues ou évitées. Le confort qu’offre cette copie est constant pour l’ensemble de la première partie, et donc très satisfaisant dès ce Brut. Le profil de la copie de David Aubert est si flatteur qu’il a pu tromper sur la génèse de la traduction de Geoffroy de Monmouth qui y est contenue, en suggérant que ce dernier était allé puiser directement à la source latine pour rédiger sa propre traduction.

Une seule traduction française affleure en amont des deux rédactions du Perceforest

Des similitudes lexicales trop fréquentes pour être fortuites

Ex. no

Historia regum Britannie

Perceforest, ms. A

Perceforest, ms. C

11

Ad gemitus ergo morientium euigilant ceteri (HRB, p. 15, § 13)

Mais a la complainte des mourans, les autres s’esveillent (Perceforest l. I, t. 1, 14, p. 12)

Mais a la complainte des morans, les aucuns s’esveilloient (f. 17v)

12

Cumque diu in ambiguo extitissent, surrexit unus ex illis, Mempricius nomine, rogatoque silentio […] (HRB, p. 17, § 14)

Et comme ilz fussent en doubtance, l’un d’eulx se leva qui avoit nom Mempritius et requist silence (ibid., 16, p. 14)

Estans en ces propos l’un d’entre eulx nommé Mempluchius se leva et requist d’avoir audience (f. 18r)

13

[…] puduit Corineum Aequitanos tam audacter resistere (HRB, p. 23, § 18)

Corineüs eut honte que les Acquitains resistoient si hardiement (ibid., 25, p. 21)

Corineus, veant que les Acquittains resistoient si hardiement contre eulx […], il print vergongne en soy (f. 22r-v)

14

et facto impetu stragem ingereret (HRB, p. 27, § 20)

et, fait l’assault, il les livreroit a desconfiture (ibid., 31, p. 25)

et par ce party les pourroient franchement mener a desconfiture (f. 24v)

15

Erat ibi inter ceteros detestabilis quidam (HRB, p. 29, § 21)

Il avoit la entre tous les autres ung geant esmerveillable (ibid., 33, p. 28)

En celle marche de Corineam avoit ung gaiand esmerveillable (f. 25v)

65Dès lors que l’on analyse d’assez près le vocabulaire de la traduction de Geoffroy de Monmouth telle qu’elle apparaît à l’orée des versions brève et longue du Roman de Perceforest, les intersections se multiplient entre ces deux branches de la tradition manuscrite : le tableau ci-dessus, ne relevant qu’un échantillon restreint de ces similitudes lexicales, ne donne qu’une faible idée d’un phénomène constant jusqu’à la mention du règne de Pir. Encore avons-nous laissé de côté les vocables calqués sur le latin, dont la convergence en français semblait trop attendue pour être signifiante.

  • 116 Pour une liste de ces textes, voir supra. Pour un état de leur tradition manuscrite, voir Veysseyre(...)
  • 117 Pour un panorama des outils lexicographiques bilingues disponibles à la fin du Moyen Âge, voir Nobe (...)
  • 118 Wauquelin, Brut, p. 72.
  • 119 Wauquelin, Brut, p. 82.
  • 120 En raison de leurs dates respectives de composition, il est exclu que le dictionnaire de Le Talleur (...)
  • 121 Nobel, « Le statut du français… », p. 43, part. n. 25.
  • 122 Wace’s Brut, p. 26, v. 993.
  • 123 Dans le Roman de Brut de Wauquelin, le discours indirect du latin est transposé en un discours dire (...)
  • 124 Firmin Le Ver glose quant à lui stragem par « grant ochision ».

66L’abondante glanure qui résulte d’une première lecture synoptique peut être écrémée à la lumière des autres traductions disponibles de l’Historia regum Britannie116 ainsi qu’à l’aune de quelques-uns des glossaires latin-français disponibles à la fin du Moyen Âge117. En effet, certaines des intersections lexicales observées entre les manuscrits A et C relèvent de traductions topiques ou convenues. Ainsi en va-t-il de l’emploi de « requerre » pour transposer rogare, qui rapproche non seulement les manuscrits A et C du Perceforest (exemple no 12), mais aussi le passage correspondant du Roman de Brut de Jean Wauquelin118, ou encore de la correspondance entre l’adverbe audac (i) ter et le français hardiement (exemple no 13), qui semble naturelle dans l’esprit des traducteurs, puisque au-delà des deux versions du Perceforest, l’adverbe français est employé par Jean Wauquelin pour l’occurrence correspondante de l’Historia119. Ont-ils puisé le terme dans des glossaires semblables à celui de Firmin Le Ver, qui l’emploie pour gloser audaciter120 ? Ce n’est pas impossible, et cette convergence n’est peut-être pas fortuite : si, comme on le suppose, Jean de Vignay a eu recours à un glossaire proche du manuscrit Paris, bnf lat. 7692 pour accomplir sa besogne de traducteur121, les « translateurs » du siècle suivant ont pu faire usage, à leur tour, d’outils comparables. Quoi qu’il en soit, la traduction est assez répandue pour brouiller toute recherche de filiation. Le recours à la famille lexicale de desconfire et desconfiture pour transposer l’expression latine stragem ingerere (exemple no 14) est tout aussi consensuel en ancien et moyen français : à l’expression livrer a desconfiture du Perceforest fait écho, chez Wace comme chez Jean Wauquelin, l’emploi du verbe descunfire122/desconfire123 sur le même segment de texte124.

  • 125 Dans le tableau suivant, l’usage du tiret long signale que sur le segment textuel concerné, la trad (...)
  • 126 Au lieu d’être fondé, comme toutes les autres traductions citées précédemment, sur la version « vul (...)
  • 127 L’absence de mention de l’un de ces trois glossaires dans notre tableau signifie qu’il ne propose p (...)
  • 128 Contexte plus large : « et ceux qui se sentoient ferus a mort crioient a haultes vois, a la vois de (...)

67Restent des recoupements particulièrement significatifs du fait qu’ils sont exclusifs aux manuscrits A et C du Perceforest125. En traduisant gemitus par « complainte », le seul rédacteur du Brut du Perceforest s’est démarqué aussi bien des glossaires que des autres traductions de l’Historia. De fait, lui seul a pris là par rapport à son modèle latin une légère liberté : alors que le nom « gemissement », adopté à la fois par les outils lexicographiques et par l’Estoire des Bretons, est un équivalent exact de gemitus, le substantif « complainte », intensif de « plainte », est plus expressif.126 127 128

  • 129 L’assaut de Brutus est résumé ainsi : « Les Gregois qui cuidoient estre asseur pour amour de leur g (...)
  • 130 À l’instar du vocabulaire de la version « vulgate », le nom gemitus est présent dans la première va (...)
  • 131 Contexte plus large : « En cel angle ou coron de Bretaigne avoit entre ces gayans ung grant et dete (...)
  • 132 Le rédacteur des Croniques des Bretons suit de si loin sa source lors de cette évocation du cadre d (...)
  • 133 La description du géant est tronquée dans l’Estoire des Bretons : « Entre ces jaianz en i avoit I d (...)
  • 134 La première variante diffère sensiblement de la version dite « vulgate » pour ce chapitre (comparer(...)

Note 129129
Note 130
130
Note 131
131
Note 132
132
Note 133
133
Note 134
134

  • 135 En témoignent à la fois la traduction de Jean Wauquelin et le dmf, qui propose pour l’adjectif dete (...)
  • 136 Une seule occurrence en est connue par Tobler A. et Lommatzsch E., Altfranzösisches Wörterbuch, 10  (...)
  • 137 En témoigne notamment la glose figurant dans le dictionnaire de Du Cange pour le nom correspondant  (...)
  • 138 Telles sont les gloses proposées dans l’article de synthèse rédigé par Robert Martin pour le dmf : (...)

68Un autre choix lexical s’avère plus révélateur encore parce qu’il éloigne davantage les deux versions du Perceforest de leur source : le recours à l’adjectif « esmerveillable », terme présent dans les deux versions du Perceforest et exclusif à ce roman parmi les traductions connues de l’Historia. En effet, au lieu d’un calque que le moyen français autorisait135, on trouve dans le seul prologue au Perceforest un adjectif plutôt rare136, et surtout légèrement inapproprié pour traduire detestabilis : contrairement à l’adjectif latin qui caractérisait le géant Goemagog dans l’Historia regum Britannie et dont la connotation est franchement péjorative137, l’adjectif « esmerveillable » est employé en moyen français avec une connotation neutre, voire positive138. La probabilité que deux traducteurs distincts aient eu recours à cette traduction indépendamment l’un de l’autre est mince.

69Au-delà de ces deux exemples, le Brut qui sert de prologue au Perceforest est émaillé d’échos lexicaux communs aux deux rédactions et qui ne sauraient guère s’expliquer que par un ancêtre vernaculaire commun, ou par une parenté très étroite des deux rédactions. D’autant qu’au-delà du lexique, ces deux versions du Perceforest ont bien d’autres points de contact qui les opposent à tous les autres Bruts en prose française.

Farcissures, gloses et erreurs communes

70En dépit de son extrême fidélité à sa source, le prologue galfridien du Perceforest s’écarte occasionnellement de son modèle : pour y insérer quelques gloses ou périphases, pour y interpoler des bribes d’Orose et de Darès le Phrygien, enfin pour y introduire quelques bévues. Or ces innovations, qu’elles soient ou non volontaires, se retrouvent à l’unisson dans les manuscrits A et C du Roman de Perceforest. Nous ne citerons ici qu’une poignée d’exemples, sélectionnés parmi une masse imposante, telle cette précision géographique qui, propre au Perceforest, unit ses versions brève et longue contre l’Historia regum Britannie et les autres adaptations françaises qui ont pu en être données :

  • 139 Ici et infra, les ajouts des traducteurs par rapport à l’Historia regum Britannie sont signalés, da (...)

Deinde uenerunt ad Aequitaniam » (HRB, p. 21-23, § 17)
Aprés ilz vindrent en Acquitaine, qui puis fut dicte Gascoingne (ms. A, voir Perceforest l. I, t. 1, 24, p. 20)139/et vint nagant vers Aquitaine, qui depuis fu nommee Gascongne. (ms. C, f. 21v)

  • 140 Wauquelin, Brut, p. 81 : « il ariverent au port de Ligere, en Acquitaine, et puis monterent sur ter (...)
  • 141 Estoire, p. 54 : « Puis vinrent en Aquitaigne et quant il furent prés, il fichierent lor ancres… ».
  • 142 Parmi les traductions françaises répertoriées de l’Historia, seuls le Roman de Brut de Jean Wauquel (...)

71Ni Jean Wauquelin, ni aucun de ses prédécesseurs, n’a perçu l’utilité de gloser le toponyme qui, calqué en Acquitaine140 ou Aquitaigne141, est parfaitement intelligible en ancien comme en moyen français142.

  • 143 « Regnabat tunc in Aequitania Goffarius Pictus, eiusdem patriae rex » (HRB, p. 23, § 18).exclusive (...)
  • 144 Wace’s Brut, p. 22, v. 805.
  • 145 Estoire, p. 54 : « Lors regnoit en Aquitaigne Gaifroiz ».
  • 146 Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 7vc.
  • 147 Wauquelin, Brut, p. 81 : « En ce paiis d’Acquitaine regnoit adont Goffaire le Poitevin, de ce paiis (...)

72De même, confrontés au chapitre suivant, tous les traducteurs se contentent de transposer sans explication le nom propre du duc de la région, auquel Brutus et ses compagnons seront amenés à se mesurer : « Goffarius Pictus143 » devient en français « Goffiers, ki ert reis de Peitiers » dans le Brut de Wace144, « Gaifroiz » dans l’Estoire des Bretons145, « Gaufier de Poitiers » dans les Croniques des Bretons146 ou encore « Goffaire le Poitevin » dans le Roman de Brut de Wauquelin147. Il n’y a que dans les deux versions du Perceforest que le nom de ce duc, qui fait l’objet d’un calque sous la forme « Goffarius Pictus », est accompagné d’un ajout du traducteur qui dote le personnage d’une dimension éponyme :

  • 148 Perceforest l. I, t. 1, 25, p. 20 (nous citons ici la version amendée par l’éditeur ; pour la leçon (...)

Goffarius Pictus, de qui furent dictz les Poitevins ; roy estoit de ce païs » (ms. A148)/« […] Goffarius Pictus, duquel les Poitevins portent ce nom. (ms. C, f. 21v)

  • 149 « Ce Gaifier d’Aquitaine, dont il considérait […] que la capitale était Poitiers, [Geoffroy] s’est (...)
  • 150 Avant même le présent épisode, la même substitution a prévalu au sein de la description géographiqu (...)
  • 151 Le recours aux héros éponymes n’est pas propre au Moyen Âge, et encore moins à Geoffroy de Monmouth (...)

73Tous les traducteurs, sauf celui qui a œuvré à l’orée du Perceforest, ont gommé l’archaïsme volontaire de Geoffroy de Monmouth, qui aurait volontairement substitué les Pictis aux Pictauensis149 : au vu du contexte, tous sauf lui font de Goffaire un Poitevin, le privant du lustre vénérable dont une origine picte le revêtait dans la chronique latine150. Si la dimension éponyme du personnage n’est pas soulignée par les autres traducteurs, c’est que dans l’Historia, ce processus de nomination des repères géographiques du récit, utilisé de manière topique par le chroniqueur, est cantonné aux premières générations de Bretons. Or du fait de l’épaisseur historique qu’elle confère à la géographie arthurienne, l’étroite relation qui unit anthroponymie et toponymie trouve des échos prolongés et amplifiés à l’échelle du vaste Perceforest151. La dimension éponyme dont seules les deux rédactions du Perceforest dotent le personnage de Goffarius Pictus, est doublement éclairante. En effet, outre qu’elle constitue un point d’affleurement saillant du modèle français dont découlent les deux branches de la tradition manuscrite du roman, elle suggère que l’auteur du roman a traduit lui-même l’Historia ; ou que s’il a remanié une traduction antérieure, il s’est suffisamment approprié ce passage pour songer à y greffer un mode de nomination qui lui tient à cœur, contribuant ainsi à étayer la cohérence de son vaste roman.

  • 152 HRB, p. 53, § 40.
  • 153 « Au darrain il alla tant parmi France que il vint jusques au duc des Allobrogiens, lequel s’apello (...)
  • 154 Ainsi Wace traduit-il le nom de peuple Allobroges : « Trespassez est a la parfin/Jesqu’en Burguine, (...)

74Autre précision exclusive aux deux versions du Perceforest parmi les traductions françaises de l’Historia regum Britannie : le lien de filiation explicite unissant, dans ce roman, les Bourguignons du XVe siècle aux Allobroges, qui accueillent Brennius sur le continent après qu’il eut été défait par son frère Belinus152. En effet, parmi les traducteurs de l’Historia, seul Jean Wauquelin a choisi de calquer la dénomination latine Allobroges153 : tous les autres la transposent en Bourgogne ou Bourguignons154. Quant au Perceforest, il se singularise ici en juxtaposant les deux dénominations de ce peuple :

  • 155 Sur l’ancrage bourguignon du personnage Brennius dans un roman qui s’efforcerait de dessiner une «  (...)

finablement il vint a Seginum, le duc des Allobrogois, qui ores sont nommez Bourguignons » (ms. A d’après Perceforest l. I, t. 1, 61, p. 52)/Il vint a Soginum, le duc des Allobrogois, que l’en nomme maintenant Bourgoingnons (ms. C, f. 39r155).

  • 156 Perceforest l. I, t. 1, p. 1 et p. 3-4. La source est explicitement citée à deux reprises : « Si co (...)
  • 157 Perceforest l. I, t. 1, 65-66, p. 56-57. Cet emprunt plus développé aux livres II et III des Histoi (...)
  • 158 Ainsi est-il absent de l’Estoire des Bretons comme il l’était déjà du Brut de Wace, qui s’ouvre, ap (...)
  • 159 Aucune interpolation de même provenance n’est perceptible dans le Roman de Brut de Wace, comme on p (...)
  • 160 Perceforest l. I, t. 1, p. 56.
  • 161 Ibid., t. 1, p. 57.
  • 162 Elle y figure sous la forme d’un titre noté à l’encre noire : « Oroses ou tiers livre. Incidens » ( (...)
  • 163 On ne saurait comprendre autrement l’attribution à Orose ni la rattacher, par la ponctuation, au pa (...)

75De même les seules interpolations notables qui, empruntées à Orose et à Darès le Phrygien, se greffent sur la traduction continue de l’Historia regum Britannie sont propres au Perceforest. Ainsi le Brut qui ouvre ce roman est-il, rédactions brève et longue confondues, le seul à intégrer deux extraits des Histoires (Contre les Païens) de l’historien latin Orose : la première au sein du tableau géographique de la Bretagne156, la seconde au cours du récit de la campagne italienne des deux frères Belin et Brenne157. Certes, dans le premier cas, le nombre de comparants est restreint par la tendance qu’ont les traducteurs – ou les copistes qui ont assuré la diffusion de leurs « translacions » – à omettre le tableau géographique de la Bretagne158. Mais la seconde occurrence, exempte d’un tel biais, confirme la singularité des deux versions du Perceforest à l’échelle des traductions françaises de Geoffroy : aucune autre ne présente d’emprunt comparable en ce point du récit159. Par ailleurs la référence qui est faite à Orose dans le témoin de l’Arsenal prouve que David Aubert ne le cite pas de première main. En effet, dans le manuscrit A, la source fait l’objet d’une double référence explicite prenant la forme de rubriques : « Oroses ou second livre en la fin160 », puis « Oroses ou tiers livre161 ». Or, si la seconde de ces références a été reprise à l’identique dans le manuscrit C162, la première a été mal comprise par David Aubert : par la réécriture qu’il en propose – « come Oroses tesmoingne en la fin de son second livre » (manuscrit C, f. 41r) –, il attribue à l’historien latin non pas ce qui lui revient, mais le chapitre précédent163. David Aubert trahit par là qu’il n’a pas consulté lui-même cette source, mais qu’il la cite d’après un modèle qui comportait déjà cette interpolation et cette référence. On a là une nouvelle preuve que le manuscrit de l’Arsenal ne saurait être un manuscrit d’auteur pour la traduction de Geoffroy de Monmouth : si David Aubert avait lui-même traduit l’Historia regum Britannie et qu’il eût trouvé bon de la farcir d’un fragment d’Orose, il n’eût pu trébucher sur la référence à cet auteur. Il est manifeste qu’il a ici pour modèle un manuscrit dont la substance est proche de celle du témoin A ; mais dans lequel, peut-être, la troisième des quatre rubriques mentionnant Orose posait problème, soit qu’elle eût été mal placée, soit qu’elle eût été copiée à l’encre noire.

  • 164 Pour l’édition de cet emprunt à Darès le Phrygien, voir Perceforest l. I, t. 1, 4, p. 3-4. Cet aute (...)
  • 165 Crick, The Historia regum Britannie, t. IV : Dissemination …, passim.
  • 166 Ibid., p. 38-39. Voir la liste complète des manuscrits concernés ibid., p. 37-38.
  • 167 Les Croniques des Bretons adjoignent au récit de Geoffroy un prologue troyen nettement plus dévelop (...)

76L’interpolation troyenne qui inaugure le récit invite aux mêmes conclusions164. On pourrait s’attendre à ce que cet emprunt à Darès le Phrygien trouve plus d’échos dans les autres Bruts en prose. Certes, aucun des manuscrits latins de la chronique de Geoffroy de Monmouth ne présente tout ou partie des mêmes interpolations que le Perceforest : ni les emprunts à Orose, ni l’insertion tirée de Darès le Phrygien165. Mais Geoffroy et Darès cohabitent souvent dans les manuscrits médiévaux, car le récit de la chute de Troie est un prologue si naturel à l’émigration de Brutus vers la Grande-Bretagne que l’Excidium Troiae est l’œuvre la plus fréquemment associée à l’Historia dans les manuscrits : vingt-sept témoins de cette combinaison subsistent166. Or les Bruts français non seulement conservent les préliminaires troyens de l’histoire de Bretagne d’après Geoffroy, mais en comportent parfois des versions enrichies167. On pourrait donc s’attendre à ce que leurs rédacteurs soient allés puiser au plus près, dans le récit troyen qui est le plus souvent associé à l’Historia dans les manuscrits médiévaux, comme l’a sans doute fait le rédacteur du Brut qui sert de prologue au Perceforest. Or même les Croniques des Bretons, qui font précéder l’Historia d’un récit développé de la chute de Troie, ne concordent nullement avec les manuscrits A ou C du Perceforest sur ce segment. La singularité des interpolations que comporte ce dernier, tout comme les choix lexicaux observés précédemment, invalide l’hypothèse que les Bruts contenus dans les manuscrits A et C fussent des traductions indépendantes l’une de l’autre de la chronique de Geoffroy de Monmouth.

  • 168 Veysseyre G., « “Metre en roman” les prophéties de Merlin : voies et détours de l’interprétation da (...)

77Quelques fautes de traduction communes à ces deux versions confirment, s’il en était besoin, qu’elles ont partie liée avec un même modèle français. Ces erreurs sont assez rares, la traduction étant dans l’ensemble fiable. Le prologue galfridien du Perceforest ne fait pas là exception à la règle, toutes les autres tentatives d’adaptation de Geoffroy en ancien comme en moyen français manifestant la même tendance : l’écriture de Geoffroy, y compris ses rares insertions versifiées, ne semble pas avoir posé de sérieux problème d’interprétation aux traducteurs du Moyen Âge – à l’exception notable de ses prophéties de Merlin168, qui se situent largement en aval du règne de Pir sur lequel se clôt la traduction contenue dans le Perceforest. En dépit de cela, le Brut qui sert de prologue au Perceforest n’est pas exempt de quelques traductions fautives, et les deux exemples qui suivent ne prétendent pas à l’exhaustivité en la matière.

  • 169 « Habet enim prata sub aeriis montibus amoeno situ uirentia » (HRB, p. 7, § 5). Aucune variante sur (...)
  • 170 Le dictionnaire de latin antique de Félix Gaffiot le glose par « haut, élevé dans les airs » ; celu (...)
  • 171 Guillaume le Talleur et Firmin Le Ver comprennent l’adjectif aerius autrement que Du Cange, puisqu’ (...)
  • 172 Les deux manuscrits portent respectivement les traductions suivantes : « Elle a aussi ses praeries (...)
  • 173 Voir Wauquelin, Brut, p. 56.
  • 174 Croniques des Bretons, éd., p. 60.

78Ainsi le tableau préliminaire de la Bretagne comporte-t-il, dans sa version latine, un adjectif sur lequel le traducteur ayant œuvré à l’orée du Perceforest a buté : le caractérisant aerius, employé pour qualifier le relief de l’Angleterre169. Dans les textes littéraires antiques comme médiévaux, cet adjectif signifie « haut, qui s’élève haut dans les airs170 ». Or, si le traducteur qui a rédigé l’ouverture du Perceforest discerne très clairement la racine aer au sein de cet adjectif, il en tire, ex ingenio ou d’après un glossaire171, une interprétation qui lui est propre : « plain de bon air » – « aéré » plutôt que « haut dans les airs ». Cette formule, inexacte quoiqu’elle fasse sens dans le contexte, se rencontre aussi bien dans le manuscrit A que dans la copie de David Aubert172. Elle leur est exclusive, même si les autres traducteurs de l’Historia ont eux aussi été gênés par l’emploi qui y est fait de l’adjectif aerius pour caractériser le substantif montibus : Jean Wauquelin, habituellement scrupuleux et peu enclin à élaguer sa source, s’abstient apparemment de le traduire – du moins le mot est-il absent des deux manuscrits qui nous ont conservé son Roman de Brut173. Quant à l’auteur des Croniques des Bretons, il suit d’assez loin sa source au cours ce chapitre : tournant la difficulté en inversant la construction latine, montibus aeriis, il évoque pour sa part les « doulçours de l’air montain174 ».

  • 175 HRB, § 15, p. 18. Le pronom démonstratif illis désigne ici les Troyens, asservis sous domination gr (...)
  • 176 « Qui seroit celui qui avec ceulx pourroit resister a la fierté des Gregoiz ? » (Perceforest l. I, (...)
  • 177 Même si l’édition de Michael D. Reeve ne propose pas de varia lectio en ce lieu (HRB, p. 19), il n’ (...)
  • 178 Ni le Roman de Brut de Wace, ni les Croniques des Bretons ne permettent la comparaison en ce point (...)

79L’éloge de Brutus que prononce le Grec Pandrase après sa propre défaite contre les Troyens révèle un autre écart entre l’ensemble des témoins du Perceforest et leur source latine. Plaidant pour que ses troupes se soumettent à leur vainqueur, Pandrase prononce dans la chronique de Geoffroy un discours rythmé par deux questions rhétoriques formant une anaphore en « Quis… Quis… ? ». Au sein de la seconde de ces questions – « Quis cum illis regi Grecorum resisteret175 … ? » –, le groupe nominal regi Grecorum est rendu dans les deux versions du Perceforest par « la fierté des Gregois » (manuscrit A) et par « la puissance et fierté des Gregois » (manuscrit C176). Le texte français, tout en faisant sens, prend ses distances par rapport au latin177. Cette leçon du Perceforest, isolée à l’échelle des traductions vernaculaires de l’Historia178, corrobore l’idée que l’on ne saurait avoir affaire, dans ces deux rédactions, à deux traductions autonomes à partir du latin.

  • 179 Cette hypothèse a été proposée dans le cas où David Aubert aurait « composé » le Perceforest : la t (...)

80De fait, aussi hétérogène que son style puisse sembler par rapport à la suite du Roman de Perceforest, la traduction de Geoffroy de Monmouth qui inaugure le récit est solidaire du vaste organisme auquel elle sert de fondement : en amont des actuelles versions brève et longue du roman se laisse discerner un modèle vernaculaire commun. L’hypothèse jadis émise par Louis-Fernand Flutre que les manuscrits A et C du Perceforest eussent pu comporter deux traductions indépendantes de l’Historia regum Britannie a fait long feu ; de même que celle d’un collage tardif de la traduction ouvrant le Perceforest, collage qui pourrait être postérieur à la distinction entre rédaction courte et rédaction longue179. En effet, comme le montre le détail de sa lettre, ce Brut repose sur un socle français antérieur à la scission entre les versions représentées par les manuscrits A et C, un socle ayant donc connu la même histoire textuelle que le roman déguisé en chronique auquel la traduction de Geoffroy sert de prologue. En dépit d’une facture extérieure très différente, les deux versions de ce Brut présentent assez d’intersections de tous ordres – choix lexicaux, interpolations et même fautes communes – pour laisser affleurer le modèle français commun dont toutes deux émanent.

La copie de David Aubert : une « mise au net180 » de quelle version du Perceforest ?

La prière de Brutus à Diane : un exemple emblématique

  • 181 Perceforest l. I, t. 1, p. 17-19.
  • 182 Perceforest l. I, t. 1, p. 430-432 (version en vers) et ibid., t. 2, p. 983 (version partiellement (...)

81Plusieurs comparaisons ont déjà été mises en œuvre pour tenter de préciser la nature des relations et l’éventuelle filiation qui unissent la version courte et la version longue du Perceforest. À ce titre, les arguments les plus décisifs résultent de l’examen des insertions lyriques : deux d’entre elles, en vers dans les manuscrits de la version dite courte, sont pour tout ou partie en prose dans la copie de David Aubert ainsi que dans la grosse qui en découle. Il s’agit d’une part de l’échange versifié au cours duquel Brutus adresse à Diane sa prière sur l’île de Légocie avant d’entendre la réponse, elle aussi lyrique, de la déesse des païens181 ; d’autre part du début de la Chanson du bossu182.

  • 183 Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest … », p. 6-8 ; réflexion prolongée dans (...)
  • 184 Au vu de l’ensemble des parties éditées par Gilles Roussineau, il est exclu que le ms. C ait été co (...)

82La première de ces insertions versifiées permet à elle seule de situer les couples de manuscrits A-B et C-D les uns par rapport aux autres. Les deux strophes concernées, déjà analysées très précisément, sont propices pour reconstituer la genèse des versions brève et longue à partir de la chronique latine183 : l’Historia est le modèle de la version présente dans le manuscrit A, qui a été simplifiée – par David Aubert ou par un autre dérimeur – pour mettre en œuvre la version contenue dans le manuscrit C. D’après le reste du roman, la source française dérimée dans le manuscrit de l’Arsenal n’est d’ailleurs pas la copie A, mais un témoin du roman qui en serait proche184.

83À preuve : dans la traduction de l’échange versifié entre Brutus et Diane, la version du manuscrit C est sérieusement élaguée par rapport au latin alors que dans le manuscrit A, aucune déperdition de matière n’est perceptible par rapport à la source latine. En témoigne par exemple ce bref extrait, constitué d’une apostrophe à la déesse antique :

E x. no

HRB

Ms. A

Ms. C

16

Diua potens nemorum, terror siluestris apris (HRB, p. 19, § 16)

O dyeuesse puissant ens est forestz, des sauvaiges porcz espaventemens (Perceforest l. I, t. 1, p. 17)

O, deesse poissante (f. 20v)

  • 185 L’exemple ici présent n’exclut pas que les mss A et C aient pu comporter deux traductions indépenda (...)
  • 186 Voir le volume global des deux versions dans Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Percef (...)

84De même qu’en d’autres points de cet échange composé au total de cinq quintains, la leçon du manuscrit C est tellement lacunaire par rapport à la rédaction courte qu’il est impossible d’imaginer que le rédacteur du texte figurant dans le manuscrit A ait pu se fonder sur un équivalent de la copie de David Aubert185. La copie C, à rebours de sa propension générale à la prolixité, montre d’ailleurs sur ce segment une tendance assez nette au resserrement186 : tous les segments du texte de la copie A qui posent problème y sont purement et simplement omis, comme c’est le cas ici du groupe nominal « des sauvaiges porcz espaventement », dont l’emploi en apostrophe pour interpeller Diane peut surprendre.

  • 187 L’hypothèse est suggérée dans Van Hemelryck T., « Soumettre le Perceforest à la question… », p. 375 (...)

85Le texte du manuscrit A pourrait-il résulter d’une correction du texte du manuscrit C, ou d’une version qui en serait très proche, à la lumière d’un témoin du texte latin187 ? La réponse émise par la déesse Diane, qui suit immédiatement, invalide cette hypothèse. En effet, quoique le traducteur qui a œuvré pour le Perceforest (rédaction courte) soit particulièrement scrupuleux, les difficultés qu’il s’est imposées en s’astreignant à traduire les hexamètres de Geoffroy en octosyllabes le contraignent à prendre plus de distance par rapport à son modèle qu’il ne le fait par ailleurs dans sa prose :

  • 188 Ajout du traducteur signalé par Gilles Roussineau (Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de (...)

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

17

« […] trans Gallica regna,/Insula […] est undique clausa mari »

« oultre le royaume de Galle/est une ylle […]/close de mer hideuse et male188 »

« oultre le roiaulme de Gaule, a une ysle close de mer […], laquelle mer est terrible et perilleuse (f. 20v) »

  • 189 Voir notamment, à l’issue de la réponse de Diane, l’ajout d’un modalisateur à l’impératif – « ne va (...)

86La mise en œuvre d’une forme strophique relativement élaborée génère naturellement quelques chevilles, purs ajouts du traducteur. Ainsi de l’insertion du couple d’adjectifs « hideuse et male » dans un octosyllabe où le besoin d’une rime en « – al(l)e » se fait sentir. En aval, il est difficile de rendre compte de la présence du couple correspondant, terrible et perilleuse, dans la copie C autrement que par une réduplication mécanique d’un ajout introduit en amont par le traducteur. La lecture synoptique de ces trois fragments, auxquels s’ajoutent abondance d’exemples analogues189, le démontre : alors qu’il est aisé de rendre compte de la manière dont la leçon du manuscrit C a pu découler d’une leçon conforme à celle du manuscrit A, envisager le cheminement inverse mène à une impasse.

  • 190 Supposer qu’une version originelle en partie en prose (celle du Perceforest version longue) ait pu (...)

87Il en va de même pour la Chanson du bossu190. Reste à vérifier que la filiation déductible des deux premières insertions lyriques du Perceforest est valide à l’échelle de l’ensemble de la traduction de Geoffroy de Monmouth.

À l’orée du manuscrit C : une version simplifiée du Brut de la version brève

88À chaque fois que la traduction du manuscrit A innove par rapport à Geoffroy de Monmouth, cet écart figure à l’identique dans la copie C, qu’il s’agisse d’une inexactitude, d’une lacune ou d’un ajout. Les seules particularités de la traduction présente dans la copie A qui ne trouvent pas d’écho dans la copie de l’Arsenal en sont tout simplement évacuées, mais jamais corrigées ; preuve que le rédacteur de la version longue – ou bien, en amont, un copiste – a perçu que certaines leçons étaient bancales sans avoir en main la seule source qui lui aurait permis de les amender de manière documentée : le texte latin de l’Historia regum Britannie. Les sondages effectués dans le reste de la traduction de Geoffroy viennent donc confirmer les enseignements découlant de l’échange entre Diane et Brutus.

89Les particularités propres à la copie C l’éloignent toujours du latin par rapport au témoin A. Tel est notamment le cas en matière de lexique dans les deux extraits suivants :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

18

si sibi et Antigono diuturnior uita concederetur (HRB, p. 13, 12)

s’on ottroioit a luy et a Antigone plus loingtaine vie (Perceforest l. I, t. 1, p. 11, 13)

par tel si que Antigonus et lui avroient les vies sauves (f. 17r)

19

atque suasit ut Pandrasus in medium adduceretur et nisi huic petitioni fauere, saeuissima morte dampnaretur (HRB, p. 8, § 17)

et enorta que Pandrasus fust mandé et amené emmy eulx, et s’il ne octroioit ceste requeste, il fust condempné par trescruelle mort (Perceforest l. I, t. 1, p. 15, 17)

Et ordonnerent que Pandrasy seroit amené devant eulx et s’il refusoit ceste demande, que l’en le feist morir de cruele mort (f. 18v)

90Les exemples de ce type abondent. Ils sont complétés par un certain nombre d’ajustements propres à la copie de David Aubert.

  • 191 Dans les tableaux suivants, le caractère Ø entre crochets carrés signale des suppressions propres à (...)

91Ainsi les personnages y sont-ils nommés le plus souvent lors de leur entrée en scène, ce qui n’est pas toujours le cas chez Geoffroy de Monmouth et dans la copie A191 :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

20

traditur autem ille obstetrici et uocatur Brutus. Postremo cum ter quini anni emensi essent, comitabatur iuuenis patrem in uenando » (HRB, p. 9, § 6)

« On bailla l’enfant a nourrice et l’appella on Brutus. Enaprés, comme .XV. ans fussent passez, le jouvenceau compaignoit son pere en alant vener. » (Perceforest l. I, t. 1, 5-6, p. 5)

« il fu baillié aux dames qui en penserent. [Ø] Quant Brutus eut l’eage de quinze ans, il chevauchoit avec Silvius, son pere, au gibier a la chasse… » (f. 13v)

92Il semble probable que l’omission qui caractérise le témoin de référence pour la rédaction longue résulte de la volonté de son rédacteur de nommer les nouveaux personnages au fil de l’action, sans suspendre le récit à chaque entrée en scène pour préciser leur identité. En effet, ce choix est récurrent et se manifeste notamment lorsqu’il est question pour la première fois du géant Goemagog :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

21

Erat ibi inter ceteros detestabilis quidam nomine Goemagog, staturae duodecim cubitorum (HRB, § 21, p. 29)

Il avoit la entre tous les autres ung geant esmerveillable qui avoit nom Gogmagog, qui avoit .XII. coubtees de haulteur (Perceforest l. I, t. 1, 33, p. 28)

En celle marche de Corineam avoit ung gaiand esmerveillable, [Ø] lequel avoit douze coutees de hault (f. 25v)

  • 192 Comparer le ms. C, f. 17v-18r et Perceforest l. I, t. 1, 13, p. 11-12 : dans la copie de David Aube (...)

93Ailleurs, la copie C propose une version très abrégée du passage où les Troyens mettent à mort les Grecs endormis avant que ces derniers aient le temps de s’armer ou de fuir192. Autre raccourci propre à la rédaction longue : l’élimination d’une formule gnomique que le manuscrit A avait directement traduite du latin et par laquelle le narrateur commentait la défaite attendue de Brutus et de ses Troyens contre Goffaire et ses Aquitains, nettement supérieurs en nombre :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

22

Sed ubi maior numerus hominum habundat, solet triumphus accedere (HRB, p. 12, § 20)

Mais ou le plus grant nombre des ennemis habonde, il seult escheoir la victoire (Perceforest l. I, t. 1, 30, p. 25)

Ø
(f. 24r-24v).

  • 193 Comparer Perceforest l. I, t. 1, p. 28 : « Et lors icellui, cheant par la rostaiche des chailleux, (...)

94Enfin, à rebours des deux autres versions disponibles du récit, la copie de David Aubert édulcore le récit de la mort du géant Geomagog : la mention de son sang souillant l’eau là où Corinée le jette en est absente193.

  • 194 Perceforest IV, p. xviii-xx.

95Ces particularités de la copie de David Aubert par rapport au manuscrit A éclairent la génèse des deux rédactions du Perceforest : alors qu’il est presque toujours possible de rendre compte de la manière dont la rédaction longue pourrait découler de leçons analogues à celles de la version brève par de simples remaniements ex ingenio, la relation inverse est toujours inconcevable – à moins de supposer un rédacteur de la version brève qui, ayant à la fois sous les yeux l’Historia et la rédaction longue, ferait le choix systématique de rejeter les spécificités du Brut français de la rédaction longue pour privilégier la source latine ; ou d’un David Aubert qui aurait à la fois sous les yeux la rédaction brève et la chronique latine de Geoffroy de Monmouth, mais n’amenderait jamais la première en tirant profit de la seconde. À ce compte-là, il semble plus économique d’en revenir à la doxa, et de supposer que sans découler directement de la version brève consignée dans le manuscrit A, la copie de David Aubert procéde de l’amplificatio d’un modèle qui en serait très proche194.

96D’autant que l’existence, pour le premier segment du roman, d’un modèle latin que les deux rédactions suivent toutes deux de près en dépit des nuances énoncées, fournit un repère à l’aune duquel il est permis de discerner clairement les procédés d’abreviatio et de dilatatio mis en œuvre par leurs rédacteurs ou leurs copistes. Une fois adossés à cette source commune, les analogies et les écarts entre les deux rédactions sont d’autant plus éclairants quant à la transmission du texte. Ainsi, dans les deux épisodes suivants, de raccourcis propres à la rédaction de David Aubert.

97En effet, quoique la copie de la Bibliothèque de l’Arsenal tende, dans sa totalité, plutôt à l’amplification qu’au resserrement, elle ne laisse pas de renoncer à quelques-uns des détails fournis par la rédaction brève ; surtout dans les épisodes qui nous occupent ici et qui sont communs à la rédaction brève et à sa source, l’Historia regum Britannie. Ainsi des circonstances précises de la mort de Brutus, tué par son propre fils :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

23

Nam dum famuli ceruos in occursum eorum ducerent, Brutus telum in ipsos dirigere affectans genitorem sub pectore percussit. (HRB, § 6, p. 9)

Car comme leurs varletz achassoient cerfz a l’encontre de eulx, Brutus, desirant envoier une saiette, feri son pere sur le pis. (Perceforest l. I, t. 1, 6, p. 5)

et telement comme Silvius chassoit un jour le cerf, Brutus son filz, pensant ferir le cerf d’une saiecte occist son pere (f. 13v)

98Deux des précisions puisées par la version brève du Perceforest à la source latine disparaissent dans la version longue, ici moins prolixe et fournissant un récit moins circonstancié : d’une part la mention des serviteurs qui accompagnent Silvius et son père à la chasse, d’autre part la partie du corps de Brutus qui est atteinte par la flèche mortifère.

99Lors des scènes de bataille, il est d’ailleurs très fréquent que David Aubert s’éloigne plus encore des récits concordants de l’Historia regum Britannie et de la traduction fidèle qui en est proposée dans le manuscrit A du Perceforest. Car non content d’éliminer alors certains détails, il en ajoute d’autres, procédant à une véritable récriture de la trame antérieure. En voici un exemple tiré du combat qui, au cours du règne de Brutus, met aux prises Grecs et Troyens :

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

24

Et nunc tela nunc sulphureas tedas eicientes, sese unanimiter defendere intendunt (HRB, § 11, p. 13)

Et ore dars, ore esprises plaines de souffre gectans hors, entendent tous d’un accord a eulx deffendre (Perceforest l. I, t. 1, 11, p. 9)

Et quant ce venoit aux assaulx, vous devez savoir que les Troiens se deffendoient vertueusement (f. 16r)

100La copie de David Aubert est d’abord moins circonstanciée que la rédaction dite brève. Par la suite, le volume global des deux rédactions est analogue, mais le détail des armes employées par les Troyens, semblable dans la source latine et dans la rédaction brève, a été remanié dans la copie de David Aubert où l’on a substitué au feu gréjois de la chaux vive.

Ex. no

HRB

Ms. A

Ms. C

25

Cum autem parata testudine murus suffoderetur, Greco igne atque calidarum aquarum aspersione hostes retrocedere cogebant (HRB, § 11, p. 13)

Et comme on deffouist leurs murs d’engins a ce appareilliez, ilz constraingnoient leurs ennemis a reculer par espardement de feu gregoiz et de chaulde eaue (Perceforest l. I, t. 1, 11, p. 9)

car ilz les servoient de feu gregois, de chaulx vive et d’eaue bouillant en si grant habundance que force leur estoit d’eulx retraire (f. 16r)

  • 195 Sur cette affinité entre le Perceforest tel qu’il nous est parvenu et la Bourgogne de Philippe le B (...)

101L’effet esthétique de telles modifications reste à étudier de manière plus sysmématique. Quoiqu’il en soit, il est avéré que, dans le Brut qui ouvre la copie de David Aubert, le récit proposé est plus souvent « édulcoré », allégé, abrégé, qu’enrichi. Sachant que l’on observe des procédés de récriture analogues dans le Roman de Brut de Jean Wauquelin, notamment lors des scènes de bataille, alors même que le Brut qui ouvre le Perceforest n’est jamais dépendant de cette traduction de Wauquelin, il semble probable que certains ajustements aient été dictés par l’horizon d’attente des lecteurs de la cour de Bourgogne195.

Conclusion

102Le détail textuel de la traduction de l’Historia regum Britannie qui ouvre le Perceforest, ainsi que ses variations dans les deux principales rédactions du roman, méritaient un examen approfondi. Celui-ci permet d’écarter définitivement l’hypothèse que les Bruts contenus dans les manuscrits A et C du roman eussent été mis en français par deux traducteurs distincts – hypothèse formulée en premier lieu par Louis-Fernand Flutre, et qu’une lecture par trop superficielle ne suffit pas à invalider. Les intersections qui unissent tous les représentants des versions brève et longue du roman sur ce segment dessinent les contours d’un ancêtre vernaculaire commun préalable à la différenciation entre une version brève et une rédaction longue.

  • 196 Nous remercions Anne Salamon, doctorante à l’université Paris IV-Sorbonne, de nous avoir donné à li (...)

103Cet ancêtre vernaculaire, de même que les deux familles de manuscrits qui en découlent, présente un texte indépendant des autres traductions françaises répertoriées de l’Historia regum Britannie qui ont été élaborées entre le XIIe et le milieu du XVe siècle. La chronique généalogique des rois qui ouvre le Perceforest ne descend ni du Roman de Brut de Wace, ni de l’Estoire de Brutus anonyme du XIIIe s. (manuscrit Paris, bnf fr. 17177). En dépit de ses relations privilégiées avec le milieu de la cour de Bourgogne, elle n’est pas non plus apparentée au Roman de Brut de Jean Wauquelin ni aux Croniques des Bretons anonymes qui, après avoir circulé seules, ont ensuite servi de récit fondateur à la chronique de Jean de Wavrin. On ne discerne pas plus de points de contact entre cette traduction et la partie arthurienne des Neuf Preux de Sébastien Mamerot, alors même que ce dernier, avant d’en venir à la biographie héroïque d’Arthur, a intégré à sa compilation une grande partie de l’Historia regum Britannie, traduite en français et farcie d’autres sources196 : l’œuvre de Mamerot, achevée en 1460, est trop tardive pour que le rédacteur du Perceforest ait pu y faire des emprunts, mais des convergences liées à un public analogue n’étaient pas à exclure a priori.

  • 197 Le fait est d’autant plus notable qu’au moins deux des quatre traductions françaises connues du mêm (...)
  • 198 Hypothèse brièvement envisagée dans Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir …, p. 426. Du fait qu (...)

104La singularité du Brut qui ouvre le Perceforest dans la rédaction du manuscrit A tient dans son extrême proximité vis-à-vis de l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth197. De fait, le traducteur qui a mis en français l’Historia pour fournir au Perceforest une base historique incontestable a prêté le flanc à la critique par son respect presque excessif vis à vis de sa source. Ses choix en matière d’ordre des mots en constituent sans doute l’exemple le plus frappant : il suit de si près la syntaxe latine qu’il aboutit à des phrases dont l’agencement semble peu naturel, voire déconcertant, en français. Ces relations très étroites entre l’Historia latine et l’adaptation vernaculaire qui en est donnée dans la rédaction brève du Perceforest attestent à eux seuls que le prologue de la rédaction courte du Perceforest a été élaboré directement à partir de la seule version vulgate de l’Historia regum Britannie, sans aucun intermédiaire vernaculaire. Aussi est-il impossible que le Brut du manuscrit A du Perceforest découle du texte contenu dans la copie de David Aubert. À l’inverse, celle-ci a nécessairement pour ancêtre un Brut en langue d’oïl, qui plus est très proche du manuscrit A : la copie de David Aubert découle d’un manuscrit presque identique à ce témoin de la rédaction brève, moyennant un travail de récriture qui ne fait jamais appel à l’Historia regum Britannie. Le Brut qui figure en tête du manuscrit C ne saurait donc avoir été traduit par David Aubert198.

105Au-delà, la question de l’identité du traducteur qui a adapté Geoffroy de Monmouth en langue d’oïl reste posée : s’agit-il de l’auteur du Perceforest lui-même ? Et si tel est le cas, de quel auteur s’agit-il : celui qui aurait créé au XIVe siècle un premier Perceforest et dont on sait fort peu de choses, ou bien le remanieur-modernisateur – éventuellement le créateur, si l’on nie l’existence d’un Perceforest au siècle précédent – qui a travaillé à la cour de Bourgogne au XVe siècle ? Il est impossible de le déterminer à première vue, tant la langue du manuscrit A épouse de près les contours du latin qui lui sert de modèle, tant pour le vocabulaire que pour la syntaxe et la morphologie : la flexion casuelle du latin y affleure en plus d’un lieu, ce qui constitue un phénomène unique dans les Bruts en français, et rare à notre connaissance dans les traductions en moyen français. Cette prégnance de la source latine rend délicate toute comparaison du début du Perceforest avec la prose spontanée des XIVe et XVe siècles, à tel point qu’il faut sans doute renoncer à dater ce segment d’après sa langue et donc à déterminer par ce moyen s’il était ou non présent dans une version originelle du XIVe siècle.

  • 199 Roussineau G., « Jean Wauquelin et l’auteur de Perceforest traducteurs… », art. cit., p. 22.
  • 200 Roussineau G., « Jean Wauquelin et l’auteur de Perceforest traducteurs… », art. cit., p. 7, conclus (...)

106Au demeurant la question de l’identité du traducteur va de pair avec une autre interrogation : la traduction de l’Historia regum Britannie qui ouvre le Perceforest a-t-elle toujours accompagné les développements romanesques qui la suivent ou y a-t-elle été adjointe dans un second temps ? Et, dans un cas comme dans l’autre, s’agit-il d’une traduction rédigée ad hoc ou bien s’agit-il d’un Brut ayant joui d’une existence autonome mais dont les autres témoins auraient été perdus ? Aucune traduction similaire n’a pour l’instant été repérée. Par ailleurs, plusieurs arguments ont déjà été avancés pour attribuer cette traduction au même intervenant que la suite du roman199. En tout état de cause, les différences de style qui distinguent cette traduction du reste de l’œuvre ne semblent pas décisives pour attribuer à une tierce personne la rédaction du prologue emprunté à Geoffroy200 : l’écriture par laquelle un auteur s’efforce de suivre une syntaxe latine aussi dense que celle de l’Historia présente nécessairement des différences sensibles avec sa prose spontanée. Or l’auteur du Perceforest a même dû travailler à accentuer l’écart au lieu de l’atténuer pour que l’autorité de la source qui cautionne son récit soit mise en valeur. Loin de chercher à intégrer à toute force le récit généalogique de Geoffroy au déroulement de sa propre narration, il l’a au contraire singularisé par des coutures repérables. En magnifiant l’écart de langue et de style qui opposait naturellement traduction et prose spontanée, il conférait à la chronique de Geoffroy de Monmouth le statut de texte inséré, statut propre à étayer les fondements historiques de sa construction romanesque. En aval, David Aubert, pourtant soucieux d’historicité, a travaillé à gommer cet écart entre la traduction de l’Historia regum Britannie et la suite du roman, notamment pour faciliter la lecture du premier maillon de l’histoire.

107La circulation solidaire des deux éléments de taille et de nature inégales que sont le Brut inaugural et le récit original implique aussi que tous deux ont connu la même tradition textuelle. Or, pour le premier et le plus circonscrit de ces deux développements, le manuscrit C résulte de la simplification d’un Brut français très proche de celui que conserve le manuscrit A. À l’aune de ce récit inaugural, il faut donc renoncer à envisager que David Aubert soit le rédacteur du Perceforest : il n’a agi qu’en tant que copiste zélé, voire interventionniste. Grâce à l’habileté de cet artisan du livre, le manuscrit C et la version longue du roman offrent parfois un confort de lecture supérieur à celui de la version brève du Perceforest ; ce qui ne doit pas faire oublier qu’ils représentent une branche seconde de la tradition manuscrite du texte.

Annexes

Annexe : édition d’un échantillon du Brut du manuscrit de l’Arsenal

Tout en restant fidèle aux graphies du manuscrit C, notre édition n’en respecte pas la coupure des mots : de même que pour la ponctuation, celle-ci répond aux usages modernes. Les abréviations ont été restituées d’après les formes développées présentes ailleurs dans le manuscrit. La finale -ez étant couramment atone en moyen français, elle a été accentuée lorsqu’elle est tonique. La subdivision en paragraphes rend compte de la structuration du texte par le copiste. Les caractères gras ont été utilisés pour transcrire les lettres rubriquées du manuscrit de l’Arsenal. Les lettres en exposant renvoient aux notes critiques situées à la fin de notre édition.

[D’Anchise à Brutus]a

« [12v] Aprés laquelle destruction Eneas, le filz de Anchise et mary a Creuca, fille du roy Priant, se party de Troies et emmena avec luy Ascanium, son filz, autrement appellé Yullus et print vingt deux nefz que Paris avoit amenees de Grece [13r] quant il ravy la belle Helaine, comme dit est, sur quoy il monta, et tant nagerent qu’ilz arriverent en Ytalie – et se mirent en leur compaignie, des leur partement de Troies, environ trois mil et quatre cens personnes de divers eages, tant hommes comme femmes –, ou ilz furent honnourablement receus du roy Latin, et par especial le noble Eneas, lequel eut incontinent l’amour de chascun. Sur tous autres fu en la grace de Lanine, fille du roy Latin. Quant Tornus, le roy des Ruthuliiens, sceut ces nouvelles, il en eut grant envie, et telement que par le conseil de sa tante Anatha, femme du roy Latin, se combaty a Eneas. Mais le vaillant Eneas le desconfy et l’occist de sa main. Ce fait, il se fist couronner roy d’Ytalie et espousa Lanine, fille du roy Latin. Aprés le trespas de Eneas, Ascanius, son filz, fu couronné roy, puis fist fonder la cité de Albe, sur la riviere du Tibre, a laquelle il donna a nom Albula, et engendra depuis ung filz qui ot nom Silvius, lequel, entendant secretement a luxure, s’enamoura de la cousine de Lanine, l’espousa et engendra en elle ung beau filz. Tantost que ce vint a la congnoissance de Ascanius, son pere, il commanda a ses devins qu’ilz lui deissent quel hoir la damoiselle avoit conceu. Et tantost aprés, ilz luy respondirent que ce seroit ung filz, lequel occiroit son pere et sa mere, feroit choses merveilleuses et enfin vendroit a hault honneur et grant regne [13v]. Iceulx devins ne faillirent pas, car tantost que la damoiselle fu acouchee et delivre de son enfant, elle trespassa, et il fu baillié aux dames qui en penserent. Quant Brutus eut l’eage de quinze ans, il chevauchoit avec son pere au gibier, a la chasse et autre partb, et telement que comme201 Silvius chassoit ung jour le cerf, Brutus son filz pensant ferir le cerf d’une saiette, occist son pere, de quoy il fu tres dolant. Pour quoy les parens de Brutus le dechasserent d’Italie, veans que il avoit fait ung tel mal, dont il ne pouoit mais. Lequel, se voiant ainsi bany et dechassé des siens, se retray es parties de Grece, ou il trouva la lignie de Heleny, filz du roy Priam. Laquele lignie Pandrasy, roy de Grece, tenoit en servage, car Pirhus202, filz de Achilles, avoit amené ledit Heleny et moult autres liés de groz lyens comme prisonniers aprés la destruction de Troies. Et pour ce qu’il vouloit vengier sur eulx la mort de son pere, il les tenoit en grant servage et vilté.

Quant le jenne prince Brutus congnut203 qu’il avoit illec trouvé de ceulx qui estoient anchiennement de son sang et lignage, il s’arresta avec eulx et se commença a gouverner tant chevaleureusement en toute prouesse et vaillance qu’il avoit le los et le bruit au par dessus de tous les nobles du paiis, et tant qu’il estoit amé des rois, prinches et barons de Grece, et non sans cause, car il estoit sage, discret, hardy en armes, large et habandonné a toute courtoisie. [14r] Et tantost qu’il avoit or, argent, habillemens ou quelques joiaulx, il departoit et donnoit tout aux gentilz hommes de la court, pour quoy il en estoit chery et renommé par toutes les provinces du monde. Les Troiens estans en servage veans les vertus de ce damoisel, se retrairent par devers luy et luy requirent humblement que par son moien ilz peussent estre delivrés de la servitude ou ilz estoient. Et leur sembloit que par son moien ilz conduiroient si bien leur fait qu’ilz parvendroient a leur intencion en luy remoustrant qu’ilz estoient de compte fait multipliéz jusques a sept mil hommes, sans leurs femmes et petis enfans. Aussi l’advertirent comment il y avoit en celle marce ung jenne prince nommé Asaracus qui seroit en leur ayde, car il estoit troien de par sa mere et avoit grant affinité a eulx et intention de une fois resister a l’oppression des Gregois ; et aussi comment icellui Assaracus avoit ung sien frere de par son pere qui tenoit le party des Gregois et lui faisoit moult de meschiefz, car il luy vouloit oster trois moult beaux chasteaux que son pere lui avoit laissiés a sa mort, disant qu’ilz ne lui appartenoient point a cause de ce qu’il estoit né en concubinage, et tousjours se retraioit devers le roy Pandrasy, cuidant parvenir a son intention. Mais le vaillant Brutus, voiant la bonne voulenté de ce poeuple qui le requeroient tant instamment, et qu’il avroit iceulx trois chasteaux a son commandement, s’accorda plus seurement a leur [14v] requeste, lesquelz chasteaulx l’istoire nomme seulement Assarachy.

[De Guendolenam à Membricius en passant par Madan]c

[28v] Aprés la mort de Locriusd, Guedolenam regna quinze ans. Mais Locrius n’en avoit regné que dix. Et quant elle vey que Maddan, son filz, estoit grant et parcreu, elle le couronna roy du paiis et se retray en Cornubie, ou elle usa le demourant de ses jours. Incidens du temps : Samuel, le prophete, regnoit pour lors en Judee ; Silvius et Eneas vivoient encoires ; et Omer, le souffissant clerc et poete, flourissoit en Grece.

Icellui roy Madam print femme, de laquelle il eut deux filz, l’un nommé Membricium et l’autre Malim. Il regna roy quarante ans, lequel mort discorde meut entre les deux freres pour la couronne, car chascun d’eulx vouloit possesser toute l’isle. Membricium, veant ces choses, desirant d’acomplir sa mauvaise voulenté, faindy de vouloir avoir accord et apointement a Malim, son frere. Et a ceulx qui devoient moiennere la besongne il marchanda de l’occiref, comme ilz firent. Ce fait, le desleal traittre se fist couronner roy. Et quant il se vey en tel estat, il devint cruel tirant [29r] tant envers les nobles du paiis comme a son pueple, et souvent en faisoit morir sans cause ne raison. Il haioit mortellement ceulx de son sang et s’il se doubtoit que aucun le peust grever, il ne cessoit tant qu’il l’avoit en ses mains par force ou par traÿson. Il delaissa la belle Deleslia, sa femme, dont il avoit eu le noble Eubrancium, et se habandonna a sodomie204.

Finablement, ou vingtiesme an de son regne, comme il estoit ung jour a la chasse, il s’eslonga de ses hommes et se retrouva en une vallee ou il trouva une multitude de loups esragiés qui le devourerent illec. Incidens du temps : Saul regnoit pour lors en Judee et Aristeus en Lacedomonie ou Sartemie.

[De la fin du règne d’Elidurum à Pir]g

[46v] Elidurum fu ancoires esleu en sa premiere dignité qu’il receu, et comme il gouvernast le roiaulme en toute bonne pollicie, ses deux mainsnéz freres, l’un nommé Ingemius et l’autre Perredirrus, assamblerent gens de toutes pars et a grant ostz et main armeeh, vindrent contre lui a bataille, eurent victoire et prindrent Elidurum qu’ilz emprisonnerent en la cité de [47r] Carleir ou ilz establirent gardes. Ce fait, ilz departirent le roiaulme en deux pars, et eschey a Ingemius la partie qui siet dela le fleuve du Hombre et siet vers occident. Et l’autre partie avec toute la terre d’Albanie eschey a Peredirrus. Au chief de sept ans, Ingemius trespassa et Peredirrus fu fait205 roy et ennobly du regne, ouquel il se gouverna tant doulcement avec ses subgets que l’en disoit qu’il passeroit son fere en toutes vertus. Et fu ad ceste cause Elidurum mis en oubly. Mais comme la mort n’espargne nulz, il fina sa vie par mort. Ainsi Elidurum fu jetté de prison, et fu la tierce fois restably en la dignité du regne. Et comme il eust emploié tout son temps en vertus et bontéz, il trespassa de ce monde ou il laissa a ses successeurs de beaux exemples de pitié.

Aprés la mort duquel Regin, filz a Gorboniain devant dit, receu la couronne du regne. Il ensieuvy son oncle en sens et en prudence, car en banissant de soy toute tirannie, il maintenoit avec ses subgetz justice et misericorde ne il ne laissa jamais la bonne et droitte voie. Aprés la mort duquel Margantis, filz de Archgallonis, regna roy, lequel a l’exemple de son pere et de son oncle il traittai le pueple en paix et transquillité. Aprés sa mort Ennannus, son frere, fu couronné roy. Mais il fu moriginé au contraire de son frere, pourquoy au sixieme an de son regne, il fu deposé de la couronne, car en fuiant le bien, il exaulchoit toute tyrannie [47v] et mauvaistié. Et en son lieu ung sien cousin nommé Yduvalo fu estably roy, et estoit filz de Ingemius, lequel corrigié a l’example de Ennannus, maintint justice. Aprés sa mort succeda Rirno, filz Peridirri. Aprés lui Gerontrius, filz Eliduri206. Aprés luy Cathellus, son filz, fu couronné roy. Aprés sa mort Porrex y fu constitué. Et aprés luy regna Cherin, lequel ot trois filz : Fulgentius, Aldadus et Andragius, lesquelz regnerent l’un aprés l’autre. Aprés eulx succeda Urianus, filz de Andragy ; aprés lui Eliud ; aprés Eliud, Cledancus ; aprés lui, Clotenus ; aprés lui, Gurguitius ; aprés lui, Merianus ; aprés Bledudo ; aprés Cuicap ; apréz Cenus ; aprés Sisillius ; aprés Bleddabred, lequel en instrumens et musique avoit esté le plus suppelatif de tous les rois qui avoient regné avant lui. Et a ceste cause l’en le nommoit le dieu des jongleurs. Aprés lui regna Arthinail, son frere ; aprés luy, Eldos ; aprés Redion ; apréz Redercius ; apréz Samuil ; apréz Penisil ; et aprés Pir.

L’istoire a icy fait mention de moult de rois par nom l’un apréz l’autre, mais de leurs faitz207 ne fait guaires de memoire pour ce que en leurs temps208 ilz ne firent chose digne de mettre par escript, ains l’istorien fu bien embesongnié de couchier par ordre leurs noms en continuant son pourpos, car ainsi comme les constellations se muent par climas en ung lieu en bien, en l’autre aultrement par l’ordonnance du Souverainj, en icelluy temps les constellations furent contraires au royaume et aux habitans, lesquelz avoient [48r] eu regne et accroissement de triumphe depuis que le preu Brutus peupla et habita le paiis jusques alors que petit a petit il fu si aneanty et apovry que les princes voisins n’avoient envie de le venir conquerre ne habiter, car il vint a tant que l’en n’en faisoit nulle mention, et estoit comme mis en oubly. Et ainsi les devant diz rois s’entretenoient au mieulx qu’ilz pouoient sans convoitise des biens d’autrui, pourquoy ilz demouroient paisibles avec leurs subgetz. Mais pour ce que nous avons cy devant fait mention de traittier d’une ystoire qui advint en la Grant Bretaigne en icellui temps aprés la mort du roy Pir, et pour ce le vous vueil declairier quele fu l’istoire, de qui et pourquoy elle fu celee – ou pou s’en failly – et mise hors des ystoires des rois de la Grant Bretaigne, dont il a esté et sera belle et perpetuele memoire ; par qui elle vint a la congnoissance des Bretons et de quel prince elle fu apportee en la conté de Haynnau, ou la premiere congnoissance en fu deça la mer. Et pour ce que nous avons le temps, nous ouverons ung petit la matiere cy aprés.

Notes

1 Perceforest l. I, t. 1, 1-78, p. 1-68. Y est traduit environ un quart de la célèbre chronique de Geoffroy de Monmouth (HRB, p. 6-67, § 6-52), sachant que l’ensemble de la chronique compte, dans cette édition, quelque deux cents paragraphes qui suivent le découpage opéré par Edmond Faral dans son édition pionnière (Faral E., La légende arthurienne, études et documents, t. III : Documents, Paris, 1929). Ses parties liminaires ayant été omises (HRB, p. 5-7, § 1-5), la traduction commence avec le premier chapitre véritablement narratif (HRB, p. 7-8, § 6) pour s’interrompre bien avant la partie arthurienne de l’œuvre, au niveau du règne de Pir (HRB, p. 67, § 52).

2 Flutre II, p. 379.

3 Roussineau G., « Introduction », dans Perceforest l. I, t. 1, p. lvi. Sur ce point, voir aussi Berthelot A., « Le mythe de la transmission historique dans le Roman de Perceforest », Buschinger D. (dir.), Histoire et littérature au Moyen Âge. Actes du colloque du Centre d’études médiévales de l’université de Picardie (Amiens 20 au 20 mars 1985), Göppingen, 1991, p. 39-47, à la p. 43 – où l’ensemble du Perceforest est taxé de « lourdeur de […] style » – ou Szkilnik M., « Le clerc et le ménestrel : prose historique et discours versifié dans le Perceforest », Cahiers de recherches médiévales, t. 5 : Baumgartner E. (dir.), Le choix de la prose (XIIIe-XVe siècles), 1998, p. 87-107, à la p. 90.

4 Ferlampin-acher C., « La géographie et les progrès de la civilisation dans Perceforest », Guidot B. (dir.), Provinces, régions, terroirs au Moyen Âge, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993, p. 275-290, à la p. 275 ; source identifiée dans Perceforest IV, p. 1182, n. 756/718 et p. 1189-1190, n. 978/245.

5 Roussel C., « Le jeu des formes et des couleurs : observations sur “la beste glatissant” », Romania, t. 104, 1983, p. 49-82, part. p. 56-57 et p. 62-63.

6 Szkilnik M., « Deux héritiers de Merlin au XIVe siècle : le luiton Zéphir et le nain Tronc », Le Moyen français, t. 43, 1998, p. 77-97, aux p. 96-97.

7 Roussel C., « Tristant et Ourseau : deux destins d’enfants sauvages », Cahiers Robinson, t. 12, 2002, p. 87-108, et Ferlampin-Acher C., « Perceforest et Chrétien de Troyes », Busby K., Guidot B. et Whalen L. E. (dir.), « De sens rassis ». Essays in Honor of Rupert T. Pickens, Amsterdam-New York, Rodopi, coll. « Faux titre » (259), 2005, p. 201-217, aux p. 209-217, références citées dans Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien, Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (251), 2010, p. 27-28, n. 34.

8 Ferlampin-Acher C., « Perceforest et Chrétien de Troyes »…, part. aux p. 210 et 216-217.

9 Gaullier-Bougassas C., « Alexandre le Grand et la conquête de l’ouest dans les Romans d’Alexandre du XIIe siècle, leurs mises en prose au XVe siècle et le Perceforest », Romania, t. 118, 2000, p. 83-104 et p. 394-430, aux p. 394-429 pour les développements consacrés au Perceforest, à la p. 429 pour la citation. Sur la matière d’Alexandre dans le Perceforest, voir aussi Trachsler R., Disjointures – Conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen-Bâle, 2000, p. 242-251.

10 On trouvera bien des exemples complémentaires des « jeux intertextuels » du Perceforest Dans Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 58-59 et p. 412.

11 Chardonnens N., « De l’apocryphe à la fiction : l’intégration de l’Évangile de Nicodème dans le Perceforest », dans le présent volume, p. 87-100, à la p. 98 pour l’expression citée. Nous remercions l’auteur de nous avoir donné son beau texte à lire avant sa parution.

12 Lansard L., « Interférences auctoriales et oscillations génériques à l’œuvre dans quelques réécritures en langue vernaculaire et en prose de l’Évangile de Nicodème », Charpentier H. et Fasseur V. (dir.), Les Genres au Moyen Âge. La question de l’hétérogénéité, Badol, Vallongues, 2010, p. 147-154 ; cité dans Chardonnens, « De l’apocryphe à la fiction… », p. 90, n. 14.

13 Dans la copie de David Aubert, la première occupe les feuillets 10r à 47v du ms. C alors que la seconde est consignée aux f. 375r à 391r du ms. Arsenal, 3494 (Chardonnens N., « De l’apocryphe à la fiction… », p. 88).

14 Chardonnens N., « De l’apocryphe à la fiction… », p. 90, n. 14.

15 Ibid., p. 98.

16 Szkilnik M., « Le clerc… », p. 89.

17 Crick J. C., The Historia regum Britannie, t. IV: Dissemination and Reception in the Later Middle Ages, Cambridge, Brewer, 1991, p. 222.

18 Berthelot A., « Une marqueterie d’auteurs antiques : l’ouverture du Roman de Perceforest », Colombo-Timelli M. et Galderisi C. (dir.), « Pour acquérir honneur et pris ». Mélanges de moyen français offerts à Giuseppe Di Stefano, Montréal, ceres, 2004, p. 79-85, p. 80 pour la citation et p. 84.

19 Veysseyre G., « L’Historia regum Britannie ou l’enfance de Perceforest », Hüe D. et Ferlampin-Acher C. (dir.), Enfances arthuriennes, Orléans, Paradigme, 2006, p. 99-126, aux p. 102-106, et surtout en dernier lieu Roussineau G., « La traduction de l’Historia regum Britannie », dans Perceforest l. I, t. 1, p. xlvi-lvi, aux p. xlviii-xlix, s’appuyant notamment sur Guenée B., Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 116.

20 Pour un schéma généalogique des rois bretons d’après le Perceforest, voir Taylor J. H. M., « Perceforest », Burgess G. S. (dir.), The Arthur of the French. The Arthurian Legend in Medieval French and Occitan Literature, Cardiff, 2006, p. 501-510, à la p. 505.

21 Pour la version brève, voir Perceforest l. I, t. 1, 79, p. 68 ; pour la rédaction longue, voir infra l’édition de ce raccord en annexe, p. 84-85.

22 Trachsler R., Disjointures…, p. 242 et 250.

23 Sur la fréquence de ces « indices historiographiques » tout au long d’un roman qui prétend au statut de chronique, voir Ferlampin-Acher C., « Perceforest et le temps de l’(h)istoire », Baumgartner E. et Harf-Lancner L. (dir.), Dire et penser le temps au Moyen Âge. Frontières de l’histoire et du roman, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 193-215, part. p. 194-203.

24 Szkilnik M., « David Aubert chroniqueur. Le prologue de Perceforest dans la compilation de l’Arsenal », Baumgartner E. et Harf-Lancner L. (dir.), Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, p. 209-221, à la p. 205.

25 Trachsler R., Disjointures…, p. 242.

26 Rubrique du ms. Paris, bnf fr. 345, f. 2va, éditée dans Perceforest l. I, t. 1, p. 3.

27 Parmi les quelque 200 manuscrits subsistants de l’Historia regum Britannie, deux versions majoritaires ont été distinguées par les historiens du texte : la première, la plus souvent copiée, est désignée par le terme de « vulgate » (version éditée dans HRB). Par ailleurs, six manuscrits complets et deux copies partielles consignent la « première variante » (texte édité dans Première Variante, p. 12). Les singularités de cette version par rapport à la « vulgate » sont analysées ibid., p. xi-lxxviii.

28 Veysseyre G., « Translater »…, t. I, p. 11-12 ; pour une édition du texte de Jean de Wavrin, voir Croniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne…, éd. Hardy W., Londres, Longman-Green-Roberts.

29 Texte édité par nos soins d’après le ms. Londres, British Library, Lansdowne 214 dans Wauquelin, Brut. Pour une comparaison de la traduction qui ouvre le Perceforest et de ce texte, voir Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest, traducteurs de l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth », Crécy M.-C. de (dir.), avec la collaboration de Parussa G. et d’Hériché-Pradeau S., Jean Wauquelin. De Mons à la cour de Bourgogne, Turnhout, Brepols, 2006, p. 5-23.

30 La dernière édition en date de ce roman est Wace’s Brut.

31 Texte édité dans Estoire d’après le seul témoin de ce texte, le ms. Paris, bnf fr. 17177. Le seul point commun entre l’Estoire et le Brut inclus dans le Perceforest est que tous deux sont anoures, mais ils ne s’interrompent ni au même endroit, ni selon les mêmes modalités : l’Estoire de Brutus s’étend jusqu’au chapitre 188 de l’Historia regum Britannie qui en compte 208 au total (Veysseyre G., « Translater »…, t. I, p. 11).

32 L’hypothèse qu’ait pu être intégrée à la première partie du Perceforest du XVe siècle une traduction préalable de l’Historia regum Britanniae, tout particulièrement une « translacion » produite en milieu bourguignon, a été émise dans Van Hemelryck T., « Soumettre le Perceforest à la question : une entreprise périlleuse ? », Le Moyen français, t. 57-58, 2005-2006, p. 367-379, notamment p. 371 pour l’évocation du milieu au sein duquel Jean de Wavrin et Jean Wauquelin évoluent tous deux.

33 Sur le recours à Orose, voir Flutre L. F., I, p. 484-485 et Perceforest I, t. 2, p. 1061 ; sur les emprunts faits au De excidio Troiae historia de Darès le Phrygien, voir ibid., t. 2, p. 1064. Ce bref récit de la chute de Troie, présent dans tous les manuscrits du Perceforest – ceux qui consignent la rédaction courte comme les deux séries de codices qui contiennent une rédaction longue –, n’a pas été repris dans l’imprimé, qui a substitué aux données tirées de Darès le Phrygien un développement plus conséquent tiré d’Eusèbe (Flutre II, p. 380, part. n. 1, et p. 382-383).

34 Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest… », p. 5-23.

35 Flutre L. F., I, p. 490 ; ces interventions valent d’ailleurs à l’imprimeur la préférence de Louis-Fernand Flutre, qui rend hommage à sa culture et à son esprit critique.

36 Flutre L. F., II, p. 384-385, n. 1.

37 Les manuscrits conservant le début de la rédaction dite « courte » sont A (Paris, bnf fr. 345) et B (Paris, bnf fr. 106) ; ceux qui consignent le début de la rédaction longue sont C (Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3483) et D (Londres, British Library, 15 E V). Voir les notices de ces manuscrits dans Perceforest IV, p. xxi-xxxii. Les manuscrits de l’Arsenal et de Londres sont particulièrement proches l’un de l’autre, D constituant la grosse du ms. C (ibid., p. xx). L’imprimé (E) s’apparente à la rédaction courte (ibid., p. xx, part. n. 20).

38 Voir l’analyse et l’édition synoptique d’échantillons de cette partie dans Flutre L. F., II, p. 384-392 et dans Flutre L. F., III, passim.

39 Ibid., p. 485. L’hypothèse trouve un écho dans Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 426, n. 66, qui considère de ce fait la traduction de Geoffroy comme un « lieu commun interchangeable ».

40 Perceforest l. IV, p. xii.

41 Voir en dernier lieu Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir…, notamment p. 427-428.

42 Voir Perceforest l. IV, p. xii.

43 Perceforest l. I, t. 1, p. 69-73.

44 Van der Meulen J. F., « Simon de Lille et sa commande du Parfait du Paon. Pour en finir avec le Roman de Perceforest », Croenen G. et Ainsworth P. (dir.), Patrons, Authors and Workshops : Books and Book Production in Paris around 1400, Louvain-Paris-Dudley, Peeters, 2006, p. 223-238, aux p. 230-232, à la p. 232 pour la citation.

45 Van der Meulen J. F., « Mystifications autour du Roman de Perceforest. Roman arthurien ou continuation d’Alexandre ? », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, t. 52, 2000, p. 450-451, résumé de la communication prononcée au 19e congrès international de la société internationale arthurienne, Toulouse, 26 juillet-31 juillet 1999.

46 Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir…, p. 87-261 et p. 409 pour la citation.

47 Ibid., p. 35-41 et p. 41 pour la citation.

48 Voir Perceforest IV, p. xiv-xx, et notamment le schéma récapitulatif de la p. xx, dont les acquis servent de postulat à bien des études ultérieures, par exemple Szkilnik, « David Aubert chroniqueur… », passim.

49 Ferlampin-acher, Perceforest et Zéphir…, p. 409-426 et p. 427 pour la citation.

50 Sur les efforts déployés dans la copie de David Aubert pour guider le lecteur, notamment en multipliant les renvois internes de l’aval du roman vers l’amont, mais aussi les effets d’annonces, voir Roussineau G., « David Aubert, copiste du roman de Perceforest », Quéruel D. (dir.), Les manuscrits de David Aubert « escripvain » bourguignon, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1999, p. 35-51, aux p. 39-40 et 48-50.

51 Perceforest l. IV, p. xvi. L’analyse s’applique à l’ensemble du roman.

52 Rasmussen J., La Prose narrative française du XVe siècle, étude esthétique et stylistique, Copenhague, Munksgaard, 1958, p. 46-51.

53 Veysseyre G., « L’itération lexicale dans la prose de Jehan Wauquelin : outil de traduction ou procédé ornemental ? », Crécy M.- Cl. (dir.), Jean Wauquelin. De Mons à la cour de Bourgogne…, p. 43-68, en particlier p. 49-50.

54 L’expression paraphrase David Aubert lui-même, voir infra, p. 70.

55 « S’il [Geoffroy de Monmouth] a peu de style, sa phrase est claire, légère, agréable et son récit possède ces deux mérites qui, selon les rhéteurs anciens, sont les premiers de la narration : la brièveté et la netteté. » (Faral E., La Légende arthurienne…, t. II : Geoffroy de Monmouth. La légende arthurienne à Glastonbury, Paris, Champion, 1969, p. 398)

56 Buridant C., « Les binômes synonymiques. Esquisse d’une histoire des couples de synonymes du Moyen Âge au XVIIe siècle », Bulletin du centre d’analyse du discours, t. 4 : Synonymies, 1980, p. 5-79, aux p. 14 et 18.

57 Ms. C, f. 12r. Le binôme fait pendant, dans la rédaction brève, à « prouffitable » (Perceforest l. I, t. 1, 3, p. 3).

58 Ms. C, f. 16r. Ce couple de synonymes fait pendant, dans la rédaction brève, à « hardiz » (Perceforest l. I, t. 1, 11, p. 9).

59 Ms. C, f. 13v. À ce binôme synonymique correspond, dans la rédaction brève, le simple « fourbany » (Perceforest l. I, t. 1, 6, p. 5).

60 Voir notamment Perceforest l. IV, p. xv.

61 Elle compte, dans son édition la plus récente, 64 pages imprimées sur les 891 qu’occupe l’ensemble de la première partie (voir Perceforest l. I, t. 1 et 2) ; ou encore 30 feuillets sur les 440 qui consignent l’ensemble de la première partie dans le ms. A. Dans la copie de David Aubert, la traduction de Geoffroy occupe 37 feuillets sur les 517 que comptent les deux volumes qui consignent la première partie.

62 La traduction de Geoffroy de Monmouth compte 4 hapax, sur les 28 qui ont été recensés dans l’ensemble de la 1re partie (Perceforest l. I, t. 1, p. cxxxix).

63 19 des 161 difficultés lexicales de ce type qu’a pu répertorier Gilles Roussineau se trouvent dans le segment de texte traduit de l’Historia (ibid.).

64 La première partie du Perceforest compte 108 mots ou expressions rares, dont 15 se trouvent dans la partie empruntée à Geoffroy de Monmouth (ibid., p. cxxxix-cxl).

65 L’ensemble de la première partie compte 21 mots signalés par l’éditeur comme des néologismes, dont 8 se trouvent dans le Brut qui y sert d’entrée en matière (ibid.).

66 Pour des exemples du phénomène, voir infra.

67 « Ce décalque du latin qui rend le texte hermétique lui donne aussi un aspect savant. […] Le narrateur prétend […] utiliser [la traduction] d’un “preudomme”, c’est-à-dire un sage, un érudit, un spécialiste qui s’exprime dans une langue savante et partant obscure. Le sérieux de la source, attesté par son jargon, rejaillit sur l’ensemble. » (Szkilnik, « Le clerc… », p. 90) Le jugement sévère qui y est porté sur la traduction consignée dans le ms. A, taxée d’obscurité et de maladresse (ibid.), est en partie dû aux imperfections de la seule édition alors disponible (Le Roman de Perceforest, première partie [édition partielle], éd. Taylor J. H. M., Genève, Droz, 1979, p. 61-119). Il mérite à présent d’être nuancé : dans sa dernière édition (Perceforest I), la traduction de Geoffroy telle qu’elle est insérée dans la rédaction courte reste difficile, mais tout sauf aberrante.

68 Perceforest l. I, t. 1, 20, p. 17 ; emploi particulier signalé ibid., p. cxli.

69 F. 20v, voir infra l’étude des avatars de la prière de Brutus à Diane, p. 70-73.

70 Glose du dictionnaire de Félix Gaffiot.

71 C’est d’ailleurs ainsi que l’interprètent les deux traducteurs modernes de l’Historia : Laurence Mathey-Maille (Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, Mathey-maille L. (trad.), Paris : Les Belles Lettres, coll. « La Roue à livres », 1993, p. 32 : « il rassembla en formation ses troupes dispersées ») et Neil Wright (HRB, p. 10, § 9 : « calling his fleeing comrades back to the ranks »).

72 Il s’accorde en cela avec les glossaires médiévaux de Firmin Le Ver ou de Guillaume Le Talleur, qui glosent presque à l’unisson turma par « .i. grant tourbe de gens » et « grande compaignie de hommes, tourbe de gens » (sur ces glossaires, voir infra).

73 Voir le glossaire de la première partie dans Perceforest I, t. 2, p. 1405. L’expression rappeler en un mont trouve un seul écho, dans la suite de la première partie, au sein de l’expression se mectre en ung mont, « se rassembler » (ibid.). Dans les 2e, 3e et 4e parties, l’expression en un mont, parfois renforcée par l’adverbe tout (tout en un mont), signifie régulièrement « en tas » (Perceforest, deuxième partie, éd. Roussineau G., t. 2, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français » (540), 2001, p. 727 ; etc.).

74 Seul l’emploi isolé du nom mont, au sens de « groupe, foule, monceau », est répertorié dans le dmf.

75 On comparera notamment : – « Comme les dieux contraires moy et mon frere Antigonum aient mis en voz mains, il faut obeir a vostre requeste… » (ms. A, d’après Perceforest l. I, t. 1, 17, p. 15) et « Comme ainsi soit que par la voulenté des dieux mon frere ne moy n’aions eu quelque victoire contre toy et que par fortune nous soions reboutez et moy ton prisonnier, il fault bien que je obeisse a ta requeste » (ms. C, f. 19r) ; – « Enaprés succeda Gurguiter Barbtruc, ung homme moderé et saige qui, par toutes manieres les faiz de son pere ensuivant, amoit paix et justice » (ms. A, d’après Perceforest l. I, t. 1, 71, p. 61) et « Aprés luy succeda au regne ung nommé Gurguiter Barbtruc, homme sage et moderé. Et en ensievant les manieres de son pere, amoit paix et justice » (ms. C, f. 44r).

76 Nous citons ici la leçon reconstituée par l’éditeur dans sa correction au détriment de celle, fautive, du manuscrit A où l’on trouve un est superflu. Le témoin B est la source de la correction proposée (voir Perceforest l. I, t. 1, p. 10, n. 12 et 15).

77 « Sy loe que vostre palefroy soit mandé et le mien et le Edea » (Perceforest, deuxième partie, éd. Roussineau, t. 2…, p. 237 pour le texte ; ibid., p. xlix pour la description de cette tournure dans l’étude de la langue).

78 Comme dans le cas précédent, David Aubert évite cette tournure dans sa copie de la deuxième partie.

79 « [C]e qui est nouveau [en moyen français], c’est la fréquence des constructions dites absolues, comportant un participe accompagné de son propre sujet » (Marchello-Nizia C., La langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, Nathan, 1997, p. 426). Voir aussi Martin R. et Wilmet M., Syntaxe du moyen français, Bordeaux, Bière, 1980, 360, p. 220.

80 Sur cette correction, voir infra l’édition de ce passage en annexe de cet article.

81 La Vision de Tondale. Les versions françaises de Jean de Vignay, David Aubert, Regnaud le Queux, éd. Cavagna M., Paris, Champion, 2008, p. 131.

82 Ibid., p. 121.

83 « Condidit itaque ciuitatem ibidem eamque Troiam Nouam uocauit » (HRB, p. 31, § 22).

84 « Lors fonda une cité illec et l’appella Troiam Novam, Troie la Neuve » (Perceforest l. I, t. 1, 34, p. 29).

85 « Il y fonda une cité qu’il appella Troies la Noeuve, lequel nom lui dura depuis grant espace de temps. » (ms. C, f. 26r-26v)

86 « Le souci de serrer de près la prose latine conduit parfois l’auteur à laisser, pour les noms propres de personnes, les anciennes flexions latines. » (Perceforest l. I, t. 1, p. liv) Suit une liste étoffée d’exemples.

87 Ms. C, ff. 16v et 17r.

88 Perceforest l. I, t. 1, 12, p. 10, l. 13 ; l. I, t. 1, 13, l. 1 ; l. I, t. 1, 13, p. 11, l. 6.

89 Pour des occurrences complémentaires du même phénomène, voir supra les exemples no 6 et 8.

90 Perceforest l. I, t. 1, 6, p. 5, l. 9-10.

91 Ms. C, f. 13v.

92 « et inuenit progeniem Heleni filii Priami, quae sub potestate Pandrasi regis Graecorum in seruitutem tenebatur » (HRB, p. 9, § 7).

93 Perceforest l. I, t. 1, 8, p. 7, l. 7.

94 Ms. C, f. 14v.

95 Perceforest l. I, t. 1,7, p. 6, l. 16, sous la forme « Assaracus », et ms. C, f. 14r, sous la forme « Asaracus ».

96 Aucun des autres traducteurs de ce passage vers le français ne semble avoir éprouvé de difficultés analogues, ni Wace (voir Wace’s Brut, p. 6, v. 209-216), ni l’auteur de l’Estoire de Brutus (Estoire, p. 50, § 7b-8 : « Quant Brutus vit le nombre des Troiens et les III chastiaus Assarracus qui erent a son plaisir, si otroia leur proiere. Sans plus demorer firent Brutus duc, et il assambla les Troiens et garni les chastiaus Assaracus »), ni le rédacteur des Croniques des Bretons (Croniques des Bretons, éd., p. 76-77), ni enfin Jean Wauquelin (Wauquelin, Brut, p. 60-61).

97 Tilliette J.-Y., « Invention du récit. La “Brutiade” de Geoffroy (Historia regum Britanniæ, § 6-22) », Cahiers de civilisation médiévale, t. 39, 1996, p. 217-233. Sur une approche plus descriptive, mais aussi plus exhaustive, des emprunts de Geoffroy de Monmouth à l’Énéide, voir Faral E., La Légende arthurienne…, t. II : Geoffroy de Monmouth …, p. 71 et passim.

98 L’auteur de cette traduction – ou, à défaut, un copiste interventionniste – a fait ici la preuve de son discernement en renonçant à respecter strictement l’ordre des mots latins : sentant intuitivement qu’en français le groupe nominal ne possédait pas une élasticité suffisante pour conserver la disjonction entre laeta et uictoria, il a choisi, dans sa transposition française de l’hypallage, de ne pas écarteler le groupe nominal avec lie victoire de part et d’autre du verbe. Sans cette précaution, le texte se serait sans doute dégradé rapidement d’une copie à l’autre.

99 On en trouve par exemple une occurrence dans l’évocation du massacre accompli par les Troyens sous la conduite de Brutus dans le camp des Grecs endormis : « Ad gemitus ergo morientium euigilant ceteri uisisque laniatoribus uelut oues ex inprouiso a lupis occupatae stupefacti fiunt ; nichil enim praesidii expectabant » (HRB, p. 15, § 13), traduit à la lettre dans la version brève – « Mais a la complainte des mourans, les autres s’esveillent. Et veuz les occiz, si comme brebis chassees despourveuement des leuz ilz sont espoentez, car ilz n’actendoient nul secours » (Perceforest l. I, t. 1, 14, p. 12) –, mais édulcoré dans la version longue : « Mais a la complainte des morans les aucuns s’esveilloient, lesquelz estoient moult esbahis et espouentéz, comme ceulx qui ne sçavoient qu’i leur estoit advenu. » (ms. C, f. 17v)

100 On comparera HRB, p. 33, § 24 et Perceforest l. I, t. 1, 37, p. 31 d’une part avec la rédaction longue d’autre part : « et avoir nom Estrildis. Elle estoit tant belle que l’en ne trouvoit sa pareille, et avoit la char tant blance qu’il n’estoit riens plus » (ms. C, f. 27v).

101 Ses articles pionniers remontent à la fin des années 1940 et au début des années 1950. L’édition par Jane Taylor du début de la première partie ne paraîtra pas avant 1979. Quant à l’édition par Gilles Roussineau de l’ensemble du roman, en voie d’achèvement, elle a commencé à paraître en 1987.

102 Le Roman de Perceforest, première partie, éd. Taylor …, p. 62 ; à comparer avec Perceforest l. I, t. 1, p. 2.

103 HRB, p. 7, § 5.

104 Perceforest l. I, t. 1, p. 2.

105 Le Roman de Perceforest, première partie, éd. Taylor…, p. 432.

106 Ibid., p. 61-120.

107 Perceforest l. I, t. 1, p. 1-68.

108 Dans Perceforest I, on recense 370 corrections dans les 64 pages qu’occupe la section traduite de Geoffroy, soit une moyenne de 5,8 corrections par page. Par contraste les 68 pages suivantes de texte, qui relèvent du récit original, ont suscité seulement 116 corrections, si bien que l’on obtient une moyenne de 1,7 correction par page.

109 Sur les 58 pages qu’occupe le Brut dans Le Roman de Perceforest, première partie, éd. Taylor…, on recense 125 leçons rejetées, si bien que l’on aboutit à une moyenne de 2,2 corrections par page. Dans la suite de la première partie (qui n’est éditée là que de manière partielle), on tombe à 0,9 correction par page en moyenne.

110 L’édition du XVIe siècle est fondée sur un manuscrit de la version brève qui se rapproche davantage de la copie A que du ms. B du Perceforest (Perceforest IV, p. xx, part. n. 20).

111 Le fait a été notamment signalé dans Trachsler R., Disjointures …, p. 242, n. 97. On en trouve une illustration emblématique au sein de la prière de Brutus à Diane, dont l’imprimé fournit la version suivante, dont nous avons souligné les segments les plus problématiques (à comparer avec les versions des mss A et C fournies infra) : « O, deesse trespuissante qui es icy es forestz des porcs espouentables, estranges et sauvages, et qui as puissance par les desbrisemens des chiens d’aller a ton vouloir par les mansions et lieux infernaulx, plaise toy maintenant nous monstrer et enseigner en quelle terre et region nous puissions seurement habiter » (Paris, Nicolas Cousteau pour Galliot du Pré, f. 6v, disponible en ligne sur le site internet de la bnf dans l’application « Gallica »).

112 Voir infra.

113 On trouvera cette édition infra en annexe. L’échantillon retenu englobe trois passages du Brut : un segment de la partie troyenne qui correspond au § 7 de l’Historia regum Britannie (HRB, p. 9), un segment médian qui correspond au § 26 de l’Historia (ibid., p. 35), et enfin les deux derniers chapitres traduits de la même source (ibid., p. 65-67 : le chapitre 51 en entier et le chapitre 52 partiellement, jusqu’à la hauteur du règne de Pir). Si l’on excepte son dernier paragraphe, qui contient la transition entre traduction et partie originale du Perceforest, la somme des trois extraits représente un peu plus de trois feuillets, soit 8,5 % des 37 feuillets qu’occupe, dans la copie de l’Arsenal, la traduction anoure de la chronique de Geoffroy de Monmouth.

114 De fait, le troisième de ces échantillons a été corrigé 15 fois, et non pas 7, dans Perceforest I. Mais au sein de la liste des règnes dont le récit est condensé, parfois jusqu’à l’ellipse, il nous semble que certains écarts anthroponymiques par rapport au latin sont recevables, pour peu que la traduction reste cohérente. Huit amendements de noms propres, superflus, ont de ce fait été exclus de nos calculs. Ainsi des corrections opérées § 78, l. 6 (1er) ; § 78, l. 8 ; § 78, l. 14 (1er) ; § 78, l. 15 (2e) ; § 78, l. 16 ; § 78, l. 20 ; § 78, l. 21 (1er) ; enfin § 78, l. 25.

115 Voir infra les notes 202ss. Parmi ces fautes, la majorité sont très bénignes (oubli d’une lettre, d’une barre de nasalité, d’une marque de pluriel).

116 Pour une liste de ces textes, voir supra. Pour un état de leur tradition manuscrite, voir Veysseyre G., « Translater »…, t. I, p. 29.

117 Pour un panorama des outils lexicographiques bilingues disponibles à la fin du Moyen Âge, voir Nobel P., « Le statut du français dans le glossaire latin-français du ms. de Montpellier H110 », Le Briz S. et Veysseyre G. (dir.), Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique, Turnhout, Brepols, coll. « Études médiévales de Nice » (11), 2010, p. 37-62, part. aux p. 42-44. Dans le cas présent, nous avons limité nos investigations aux trois glossaires suivants : le Dictionnaire latin-français de Firmin Le Ver, rédigé en 1440 (Le Ver) ; le Glossaire latin-français du ms. Montpellier H236, composé ca 1335-1340 (H236) ; enfin le Dictionnaire latin-français de Guillaume Le Talleur, rédigé ca 1490 (Le Talleur) ; tous trois interrogés en ligne par l’intermédiaire de la base de données Database of Latin Dictionnaries, Turnhout, Brepols, 2009.

118 Wauquelin, Brut, p. 72.

119 Wauquelin, Brut, p. 82.

120 En raison de leurs dates respectives de composition, il est exclu que le dictionnaire de Le Talleur, composé à l’extrême fin du XVe siècle, ait pu servir d’instrument de travail au traducteur qui a œuvré à l’ouverture du Perceforest.

121 Nobel, « Le statut du français… », p. 43, part. n. 25.

122 Wace’s Brut, p. 26, v. 993.

123 Dans le Roman de Brut de Wauquelin, le discours indirect du latin est transposé en un discours direct attribué à Corineus : « et je pense que par ce point nous les desconfirienmes » (Wauquelin, Brut, p. 87).

124 Firmin Le Ver glose quant à lui stragem par « grant ochision ».

125 Dans le tableau suivant, l’usage du tiret long signale que sur le segment textuel concerné, la traduction dont il est question est trop éloignée de la source latine pour qu’une comparaison soit pertinente.

126 Au lieu d’être fondé, comme toutes les autres traductions citées précédemment, sur la version « vulgate » de l’Historia regum Britannie, le Roman de Brut de Wace a pour source sa première variante (sur cette rédaction, voir supra la n. 28). Seuls les segments textuels où « vulgate » et « première variante » sont superposables ont donc été mis à contribution. Outre cette nécessaire précaution, le texte de Wace se dérobe souvent à la comparaison du fait qu’il innove davantage que les autres traductions par rapport à la chronique de Geoffroy de Monmouth.

127 L’absence de mention de l’un de ces trois glossaires dans notre tableau signifie qu’il ne propose pas de glose pour le mot considéré.

128 Contexte plus large : « et ceux qui se sentoient ferus a mort crioient a haultes vois, a la vois desquelz morans affuyoient les aultres sans nulle quelconque ordenance » (Wauquelin, Brut, p. 70).

129 L’assaut de Brutus est résumé ainsi : « Les Gregois qui cuidoient estre asseur pour amour de leur guet dormoient en leurs lis comme porceaux, si furent tous mors ou prins » (Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 6va). Toute comparaison avec les autres traductions est donc impossible.

130 À l’instar du vocabulaire de la version « vulgate », le nom gemitus est présent dans la première variante de l’Historia (Première Variante, p. 7, § 13). En dépit de cette cohérence de la tradition latine, la traduction de Wace est ici trop éloignée de sa source pour permettre une comparaison terme à terme (voir Wace’s Brut, p. 12-15, v. 467-483).

131 Contexte plus large : « En cel angle ou coron de Bretaigne avoit entre ces gayans ung grant et detestable monstre, et gaiiant oultre mesure, lequel avoit a nom Geomagog » (Wauquelin, Brut, p. 91).

132 Le rédacteur des Croniques des Bretons suit de si loin sa source lors de cette évocation du cadre de vie du géant Goemagog qu’il est impossible de savoir s’il s’inspire de Wace ou de Geoffroy de Monmouth (Veysseyre, « Translater »…, t. V, p. 165). En conséquence aucun équivalent français de l’adjectif detestabilis n’est repérable dans les Croniques des Bretons, fr. 2806 (f. 8vc).

133 La description du géant est tronquée dans l’Estoire des Bretons : « Entre ces jaianz en i avoit I de grant estature de VII coutes qui avoitnon Goemagog » (Estoire, p. 56).

134 La première variante diffère sensiblement de la version dite « vulgate » pour ce chapitre (comparer Première variante, p. 16, § 21 et HRB, p. 29, § 21). Aussi l’adjectif destabilis, qui apparaît dans la vulagte ne figurait il pas dans la source de Wace (Wace’s Brut, p. 28-29, v. 1063-1972).

135 En témoignent à la fois la traduction de Jean Wauquelin et le dmf, qui propose pour l’adjectif detestable une synthèse nourrie de très nombreux exemples.

136 Une seule occurrence en est connue par Tobler A. et Lommatzsch E., Altfranzösisches Wörterbuch, 10 t., Berlin-Wiesbaden, 1925-1976, t. III, col. 1121. Ce qualificatif n’est guère plus courant en moyen français qu’en ancien français : quatre occurrences seulement d’esmerveillable sont citées pour cette époque dans Gdf, t. III, p. 496 ; quatre autres, d’après des auteurs différents, dans le dmf. La somme demeure modeste.

137 En témoigne notamment la glose figurant dans le dictionnaire de Du Cange pour le nom correspondant : detestabilitas – « Quod […] detestandum est et abominandum » (Du Cange C. du Fresne et al., Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Niort, Favre, 1883-1887, t. II, p. 324, art. « destestabilitas », en l’absence d’un article « detestabilis » ; consultation en ligne sur http://ducange.enc.sorbonne.fr/detestabilitas). L’adjectif conserve donc en latin médiéval la connotation péjorative qu’il avait déjà en latin classique : il est glosé par « détestable, abominable » dans le dictionnaire de Félix Gaffiot.

138 Telles sont les gloses proposées dans l’article de synthèse rédigé par Robert Martin pour le dmf : « Digne que l’on s’en émerveille, admirable, extraordinaire ». La glose figurant dans le dictionnaire de Godefroy, quoique moins précise, concorde : « merveilleux » (Gdf, t. III, p. 496).

139 Ici et infra, les ajouts des traducteurs par rapport à l’Historia regum Britannie sont signalés, dans nos transcriptions, par des petites capitales.

140 Wauquelin, Brut, p. 81 : « il ariverent au port de Ligere, en Acquitaine, et puis monterent sur terre ».

141 Estoire, p. 54 : « Puis vinrent en Aquitaigne et quant il furent prés, il fichierent lor ancres… ».

142 Parmi les traductions françaises répertoriées de l’Historia, seuls le Roman de Brut de Jean Wauquelin et l’Estoire des Bretons peuvent servir ici de comparants : le Brut de Wace, suivi en ce point par les Croniques des Bretons – dont Wace est, pour ce segment de texte, la source

143 « Regnabat tunc in Aequitania Goffarius Pictus, eiusdem patriae rex » (HRB, p. 23, § 18).exclusive (Veysseyre, « Translater »…, t. V, p. 164) –, s’écartent de Geoffroy de Monmouth en évoquant ici l’« Armoriche » (Wace’s Brut, p. 20, v. 796 et Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 7vb). L’innovation remonte à Wace : sa source, la « première variante » de l’Historia regum Britannie, concorde en ce point avec la version « vulgate » (voir Première variante, p. 12).

144 Wace’s Brut, p. 22, v. 805.

145 Estoire, p. 54 : « Lors regnoit en Aquitaigne Gaifroiz ».

146 Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 7vc.

147 Wauquelin, Brut, p. 81 : « En ce paiis d’Acquitaine regnoit adont Goffaire le Poitevin, de ce paiis roy ».

148 Perceforest l. I, t. 1, 25, p. 20 (nous citons ici la version amendée par l’éditeur ; pour la leçon rejetée, voir ibid., n. 25, 2) ; l’ajout par rapport à l’Historia regum Britannie est signalé dans les notes critiques (voir ibid., t. 2, p. 1079).

149 « Ce Gaifier d’Aquitaine, dont il considérait […] que la capitale était Poitiers, [Geoffroy] s’est bien gardé de l’appeler Goffarius Pictaviensis, ou Pictavius, ou Pictonis […] : il a archaïsé en l’appelant « Gaifier le Picte, Goffarius Pictus » (Faral, La Légende arthurienne…, t. II : Geoffroy de Monmouth. La légende arthurienne à Glastonbury…, p. 85).

150 Avant même le présent épisode, la même substitution a prévalu au sein de la description géographique de la Bretagne dans toutes les traductions de Geoffroy qui s’ouvrent sur un tel tableau (sur l’absence de ce prologue dans plusieurs des traductions qui nous sont conservées, voir infra la n. 159). Ainsi, à la clôture de ce tableau, Jean Wauquelin et le traducteur qui a œuvré pour le Perceforest ont tous deux modifié à l’unisson la liste des peuples ayant occupé la Bretagne avant sa colonisation par les Troyens, « Normaniis uidelicet atque Britannis, Saxonibus, Pictis, et Scotis » (HRB, p. 7, § 5) : sous leurs deux plumes, les « Poitevins » se substituent aux Picti (voir Wauquelin, Brut, p. 57 et la leçon rejetée dans Perceforest l. I, t. 1, p. 3). Cette traduction, qualifiée de « faute commune » aux deux « translacions » dans Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest … », p. 9, est une adaptation volontaire plutôt qu’une erreur. Et en tout état de cause, elle relève des traducteurs et non pas des copistes : les témoins A, B et C du Perceforest concordent (voir Perceforest l. I, t. 1, p. 3).

151 Le recours aux héros éponymes n’est pas propre au Moyen Âge, et encore moins à Geoffroy de Monmouth et à ses émules (Guenée, Histoire et culture historique …, p. 185) ; mais l’auteur du Perceforest manifeste pour ce motif une prédilection particulière. Sur les liens qui unissent, en la matière, le prologue galfridien du Perceforest et la partie « originale » du roman, voir Veysseyre G., « L’Historia regum Britannie ou l’enfance de Perceforest », art. cit., p. 107-109. Sur la manière dont « l’auteur de Perceforest continue à utiliser ce procédé, […] même lorsqu’il ne suit plus Geoffroy de Monmouth », voir Ferlampin-Acher C., « La géographie et les progrès de la civilisation dans Perceforest », Guidot B. (dir.), Provinces, régions, terroirs au Moyen Âge, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993, p. 275-290, à la p. 276 ; sur l’importance des « toponymes [trouvant] une origine dans le nom d’un héros fondateur », voir Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 170-171. On trouvera notamment un exemple complémentaire ibid., p. 113.

152 HRB, p. 53, § 40.

153 « Au darrain il alla tant parmi France que il vint jusques au duc des Allobrogiens, lequel s’apelloit Seguin. » (Wauquelin, Brut, p. 122) Le calque est d’autant plus surprenant, dans son cas, qu’il travaille en milieu bourguignon et qu’il était donc bien placé pour appliquer ici une méthode à laquelle il a volontiers recours par ailleurs : celle qui consiste à transposer, au moins pour la toponymie des régions qui lui sont familières, les noms de lieux de sa source en toponymes usuels en son temps à la cour de Bourgogne (Veysseyre, « Translater »…, t. V, p. 385-386).

154 Ainsi Wace traduit-il le nom de peuple Allobroges : « Trespassez est a la parfin/Jesqu’en Burguine, al duc Seguin. » (Wace’s Brut, p. 68, v. 2655-2656) L’auteur de l’Estoire de Brutus procède de même : « il vint a Seguin, le duc de Borgoigne » (Estoire, p. 65). Quant aux Croniques des Bretons, tout en évoquant elles aussi la Bourgogne, elles introduisent une précision qui leur est propre : « Puis s’en ala a Segius, le duc de Sens en Bourgoigne, qui debonnairement le receut. » (Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 14rb ; il n’est pas impossible que, pour ce chapitre, Wace soit la source de ce Brut, voir Veysseyre, « Translater »…, t. V, p. 166)

155 Sur l’ancrage bourguignon du personnage Brennius dans un roman qui s’efforcerait de dessiner une « alliance historique entre Angleterre et Pays-Bas bourguignons », voir Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 238. Sur les implications de la filiation entre Allobroges et Bourguignons à l’échelle du Roman de Perceforest, voir Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 28-30.

156 Perceforest l. I, t. 1, p. 1 et p. 3-4. La source est explicitement citée à deux reprises : « Si comme dist Oroses » (ibid., t. 2, p. 1) et « Orosez » (ibid., t. 1, p. 3). Les mêmes mentions, suivies d’un texte de même teneur, figurent dans la copie de David Aubert : « Bretaigne, que l’en dist estre la meilleur des autres ysles, est assise en la mer d’occident entre Gaule et Yrlande, car comme dist Oroses, elle s’estend du long vers la bise… » (ms. C, f. 11r), puis « Oroses dist que l’isle d’Irlande est assise entre Bretaigne et Espaigne… » (ms. C, f. 12r)

157 Perceforest l. I, t. 1, 65-66, p. 56-57. Cet emprunt plus développé aux livres II et III des Histoires d’Orose (voir les notes critiques à l’édition, ibid., t. 2, p. 1107 et 1109) vient s’insérer entre la traduction du chapitre 42 et celle du chapitre 43 de l’Historia regum Britannie.

158 Ainsi est-il absent de l’Estoire des Bretons comme il l’était déjà du Brut de Wace, qui s’ouvre, après le bref prologue de l’auteur (Wace’s Brut, p. 2, v. 1-8), sur le récit de l’exil des Troyens : « Si cum li livres le devise,/Quant Greu ourent Troie conquise… » (ibid., v. 9-10). Ce tableau est présent, en revanche, dans les deux versions du XVe siècle : le Roman de Brut de Jean Wauquelin et les Croniques des Bretons anonymes.

159 Aucune interpolation de même provenance n’est perceptible dans le Roman de Brut de Wace, comme on pourra le vérifier dans Wace’s Brut, p. 72, entre les v. 2878 et 2879, qui marquent la limite des traductions des § 42 et 43 de la première variante de l’Historia (Première variante, p. 36-37, § 42-43 ; chapitres pour lesquels vulgate et première variante concordent sur le fond, moyennant quelques différences de style et de rédaction, voir ibid., p. xvii et xix, catégorie « B »), alors même que la description de la traversée de l’Italie par les deux frères Belin et Brenne y a été étoffée par rapport au récit de l’Historia (HRB, p. 57, § 42), notamment par l’adjonction d’un certain nombre de toponymes concrétisant autant d’étapes victorieuses (Wace’s Brut, p. 72, v. 2866-2874). Les Croniques des Bretons portent là quelques traces d’emprunts à Wace tout en suivant en substance le récit commun à l’Historia (« vulgate ») et au Brut de Wace (Veysseyre, « Translater »…, t. V, p. 166) ; quelle que soit en ce point l’exclusivité de Wace comme source, il ne se voit enrichir ici d’aucun emprunt à Orose (voir Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 14v). Quant au rédacteur de l’Estoire de Brutus (XIIIe siècle) et à Jean Wauquelin, ils s’en tiennent tous deux strictement au récit fourni par Geoffroy de Monmouth (Estoire, p. 66 et Wauquelin, Brut, p. 126).

160 Perceforest l. I, t. 1, p. 56.

161 Ibid., t. 1, p. 57.

162 Elle y figure sous la forme d’un titre noté à l’encre noire : « Oroses ou tiers livre. Incidens » (f. 41v).

163 On ne saurait comprendre autrement l’attribution à Orose ni la rattacher, par la ponctuation, au paragraphe suivant. En effet, après les mots « second livre », le bout de la ligne a été laissé en blanc ; s’ouvre ensuite un nouveau paragraphe, inauguré par une majuscule rubriquée haute de deux unités de réglure (ms. C, f. 41r).

164 Pour l’édition de cet emprunt à Darès le Phrygien, voir Perceforest l. I, t. 1, 4, p. 3-4. Cet auteur, qui prétend être un témoin oculaire de la guerre de Troie, resta très prisé tout au long du Moyen Âge (Faivre d’Arcier L., Histoire et géographie d’un mythe. La circulation des manuscrits du De excidio Troiae de Darès le Phrygien (XIIIe -XVe siècles), Paris, École des chartes, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes » (82), passim). Comme Orose, il est nommément cité dans le ms. A (voir ibid., p. 3-4, § 4), qui attribue à Darès ce qui lui revient par la mention introductive « Darés Frigius » (ibid., p. 3). En revanche cette référence est absente de la copie attribuée à David Aubert (ms. C, f. 12r).

165 Crick, The Historia regum Britannie, t. IV : Dissemination …, passim.

166 Ibid., p. 38-39. Voir la liste complète des manuscrits concernés ibid., p. 37-38.

167 Les Croniques des Bretons adjoignent au récit de Geoffroy un prologue troyen nettement plus développé que celui du Perceforest (Croniques des Bretons, éd., p. 58-59 pour le texte ; t. V, p. 145-156 pour les sources possibles de cette interpolation). Le phénomène n’est d’ailleurs pas propre au domaine français : l’une des traductions norroises de l’Historia a procédé à un ajout de même teneur (Tétrel H., « Trojan Origins and the Use of the Æneid and Related Sources in the Old Icelandic Brut », Journal of English and Germanic Philology, t. 109, 2010, p. 490-514).

168 Veysseyre G., « “Metre en roman” les prophéties de Merlin : voies et détours de l’interprétation dans trois traductions de l’Historia regum Britannie », Trachsler R. (dir.), Moult oscures paroles. Études sur la prophétie médiévale, Paris, pups, 2006, p. 107-166, aux p. 123-140.

169 « Habet enim prata sub aeriis montibus amoeno situ uirentia » (HRB, p. 7, § 5). Aucune variante sur le mot aerius n’est signalée dans la nouvelle édition de l’Historia qui, faute de prendre en compte l’ensemble des manuscrits ou de fournir un relevé complet des variantes, est fondée sur une vingtaine de témoins choisis dont seules certaines variantes jugées pertinentes sont prises en compte (pour la liste des manuscrits pris en considération, voir HRB, p. 1 ; pour les critères de sélection des variantes, voir Reeve M. D., « Introduction », ibid., p. vii-lxxiv, à la p. li).

170 Le dictionnaire de latin antique de Félix Gaffiot le glose par « haut, élevé dans les airs » ; celui de Du Cange par « altus » (art. « aereus »).

171 Guillaume le Talleur et Firmin Le Ver comprennent l’adjectif aerius autrement que Du Cange, puisqu’ils le glosent par « de aere existens » (« tirant son existence de l’air »). Sur l’usage possible de glossaires par certains traducteurs de la fin du Moyen Âge, voir supra la n. 122.

172 Les deux manuscrits portent respectivement les traductions suivantes : « Elle a aussi ses praeries verdoians par siege tresdoulx dessoubz les montaignes plaines de bon air » (Perceforest l. I, t. 1, 2, p. 2) et « Elle a aussi belles praieries verdoians et costoians les montaignes plaines de bon air » (ms. C, f. 11v).

173 Voir Wauquelin, Brut, p. 56.

174 Croniques des Bretons, éd., p. 60.

175 HRB, § 15, p. 18. Le pronom démonstratif illis désigne ici les Troyens, asservis sous domination grecque avant l’arrivée de Brutus.

176 « Qui seroit celui qui avec ceulx pourroit resister a la fierté des Gregoiz ? » (Perceforest l. I, t. 1,17, p. 15) ; « Qui est celluy qui atout si peu de gens eust resisté et mené a desconfiture la puissance et fierté des Gregois ? » (ms. C, f. 19r). La tendance de David Aubert à l’explicitation, voire au délayage – tendance déjà mise au jour par les études précédentes et qui s’observe bien au-delà de la traduction de Geoffroy de Monmouth (Roussineau G., « Introduction », Perceforest IV, p. ix-cxiii, aux p. xiv et xvi et Roussineau G., « David Aubert, copiste… », part. aux p. 38 et 50-51) –, est ici à l’œuvre : il précise notamment le référent du pronom démonstratif ceulx et dédouble le nom fierté en un couple de synonymes.

177 Même si l’édition de Michael D. Reeve ne propose pas de varia lectio en ce lieu (HRB, p. 19), il n’est pas exclu que le traducteur ait eu affaire ici à une variante singulière dans le manuscrit de l’Historia regum Britannie qui lui servait de source.

178 Ni le Roman de Brut de Wace, ni les Croniques des Bretons ne permettent la comparaison en ce point (Wace’s Brut, p. 16, v. 575-590 ; Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 6vc) : le premier est fondé sur la « première variante » de l’Historia regum Britannie au sein de laquelle le discours de Pandrase ne comporte pas la question ici analysée (Première Variante, § 15, p. 9). Quant aux Croniques des Bretons, elles offrent, pour le présent discours, un pur dérimage de Wace (Veysseyre G., « Translater »…, t. V, p. 164). Mais ni l’Estoire des Bretons, qui transpose en pronom de personne 1 la désignation du roi de Grèce (Estoire, p. 52 : « Qiex autres alast contre moi a si peu de chevaliers ? »), ni le Roman de Brut de Jean Wauquelin (Wauquelin, Brut, p. 74), ne contiennent d’équivalent du nom « fierté » qui est présent dans les deux versions de Perceforest.

179 Cette hypothèse a été proposée dans le cas où David Aubert aurait « composé » le Perceforest : la traduction de Geoffroy de Monmouth « constituerait un lieu commun interchangeable » (Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 426, n. 66).

180 Nous paraphrasons ici l’expression de David Aubert (« je, David Aubert, […] me suis emploié de mettre au net et en cler françois certaines anciennes histoires », édité dans Szkilnik M., « David Aubert chroniqueur… », p. 216), dont Michèle Szkilnik souligne la polysémie (ibid., p. 207).

181 Perceforest l. I, t. 1, p. 17-19.

182 Perceforest l. I, t. 1, p. 430-432 (version en vers) et ibid., t. 2, p. 983 (version partiellement dérimée du ms. C).

183 Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest … », p. 6-8 ; réflexion prolongée dans Roussineau G., « Introduction », Perceforest l. I, t. 1, p. ix-ccxxiii, à la p. liii, part. n. 155.

184 Au vu de l’ensemble des parties éditées par Gilles Roussineau, il est exclu que le ms. C ait été copié directement sur le ms. A (voir le stemma proposé dans Perceforest IV, t. 1, p. xx).

185 L’exemple ici présent n’exclut pas que les mss A et C aient pu comporter deux traductions indépendantes de l’Historia regum Britannie ; mais une telle hypothèse a d’ores et déjà été invalidée supra.

186 Voir le volume global des deux versions dans Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest … », p. 7-8. L’impression de lecture que l’on a d’emblée quant au Brut est confirmée par les chiffres : les hexamètres de Geoffroy comptent 91 mots au total (37 pour la prière de Brutus, 54 pour la réponse de Diane). Ceux-ci sont transposés en 140 mots (55 + 85) dans le manuscrit A contre 85 mots pour la version de David Aubert (39 + 46). Encore la copie C comporte-t-elle par rapport au témoin A des adjonctions qui, innovant systématiquement par rapport à l’Historia en latin, lui sont propres : « aussi vraiement que nous t’enrequerons de bon cœur » dans la prière de Brutus (Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest… », p. 7) ou encore la formule « amy des dieux » par laquelle la déesse Diane désigne le Troyen dans sa réponse (ibid., p. 8). Autant dire que, pour ce passage, c’est David Aubert qui fournit une version abrégée de la source latine.

187 L’hypothèse est suggérée dans Van Hemelryck T., « Soumettre le Perceforest à la question… », p. 375, à propos de la prière de Brutus et de la réponse de Diane dans les mss A, B, et C : « À la rigueur, on pourrait supposer que les rédacteurs de AB ont eu recours au texte latin pour re-versifier un texte en prose ». Reste que récrire en octosyllabes un texte en prose française en s’appuyant sur des hexamètres latins se fût sans doute avéré malcommode.

188 Ajout du traducteur signalé par Gilles Roussineau (Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest… », p. 8, n. 9).

189 Voir notamment, à l’issue de la réponse de Diane, l’ajout d’un modalisateur à l’impératif – « ne va doubtant » – dans le ms. A (Perceforest l. I, t. 1, p. 19), où la périphrase comble l’octosyllabe tout en fournissant une rime en « -ant ». Or l’ajout trouve un écho légèrement modifié, dans le ms. C, où l’insertion n’est pas nécessaire, puisque la déesse s’exprime là en prose : « Et ne mets en ce aucune doubte » (Roussineau G., « Jehan Wauquelin et l’auteur de Perceforest… », p. 8).

190 Supposer qu’une version originelle en partie en prose (celle du Perceforest version longue) ait pu être récrite intégralement en vers dans la rédaction brève (Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir …, p. 46-49) ne semble guère convaincant. On en restera donc au dérimage inverse envisagé dans Roussineau G., « Introduction », Perceforest IV, p. xviii.

191 Dans les tableaux suivants, le caractère Ø entre crochets carrés signale des suppressions propres à la copie de David Aubert.

192 Comparer le ms. C, f. 17v-18r et Perceforest l. I, t. 1, 13, p. 11-12 : dans la copie de David Aubert, la métaphore des brebis pourchassées par les loups, commune à la rédaction brève et à la source latine (HRB, p. 15, § 13, l. 197), est éliminée (sur la fréquence de cette intervention face à une comparaison qu’affectionnait Geoffroy de Monmouth, voir supra la n. 100). En outre moins de détails y sont fournis au lecteur sur la cruauté des différentes morts qui attendent les Grecs.

193 Comparer Perceforest l. I, t. 1, p. 28 : « Et lors icellui, cheant par la rostaiche des chailleux, remect despecié en moult de pieces et honnist le fleuve de son sang » et ms. C, f. 26r : « pour quoy ledit gaiant se desrompy en pieces parmy les pierres, et ainsi fina sa vie Goemagod ». La plupart des autres traductions du même passage concordent avec la version brève de Perceforest (voir Wace’s Brut, p. 30, v. 1164-1168 ; Croniques des Bretons, fr. 2806, f. 8vc ; enfin Wauquelin, Brut, p. 92). Il n’est guère que l’Estoire des Bretons anonyme (XIIIe siècle) qui, dans son souci général d’abrégement, ait fait le même choix que le rédacteur de la version longue du Perceforest (voir Estoire, p. 57).

194 Perceforest IV, p. xviii-xx.

195 Sur cette affinité entre le Perceforest tel qu’il nous est parvenu et la Bourgogne de Philippe le Bon, voir Perceforest IV, p. xix et Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir…, p. 87-261.

196 Nous remercions Anne Salamon, doctorante à l’université Paris IV-Sorbonne, de nous avoir donné à lire en primeur son édition de ce texte à la veille de sa soutenance.

197 Le fait est d’autant plus notable qu’au moins deux des quatre traductions françaises connues du même texte font montre, elles aussi, d’une grande fidélité à leur modèle. Tel est le cas de l’Estoire de Brutus anonyme du XIIIe siècle et surtout du Roman de Brut de Jean Wauquelin. Le prologue de ce dernier précise d’ailleurs que la « translacion » qui va suivre a été rédigée « au plus pres que je le ay trouvee en ung traitiet que fist ung apellet Gaufridus Moncmutensis » (Wauquelin, Brut, p. 54).

198 Hypothèse brièvement envisagée dans Ferlampin-Acher C., Perceforest et Zéphir …, p. 426. Du fait que cette hypothèse est invalide, il faut aussi renoncer à envisager le Perceforest comme le projet d’un David Aubert « successeur de Jean Wauquelin, cherchant à dépasser son prédécesseur et rivalisant avec lui » (ibid., p. 425).

199 Roussineau G., « Jean Wauquelin et l’auteur de Perceforest traducteurs… », art. cit., p. 22.

200 Roussineau G., « Jean Wauquelin et l’auteur de Perceforest traducteurs… », art. cit., p. 7, conclusions reprises dans l’introduction à l’édition de la première partie, p. liii.

201 Ms. C : et telement comme. Corr. pour la syntaxe et le sens.

202 Ms. C : Pirthus, avec un -t- exponctué.

203 Ms. C : congnut omis. Corr. pour la syntaxe et pour le sens d’après le ms. A.

204 Ms. C : sodomite. Ce terme n’étant attesté, en tant que substantif masculin, que pour désigner un animé humain, il constituait ici une leçon aberrante. À dire vrai, l’erreur commise par le copiste a peut-être consisté à omettre le nom qui précédait sodomite : pechié, vice ou un synonyme. Toutefois, pour éviter de choisir arbitrairement entre ces substantifs difficiles à départager, nous avons usé du nom appartenant au même paradigme morphologique que sodomite. A été privilégié le nom sodomie, terme courant et attesté dès le début de l’époque littéraire (few, t. XII, p. 22, art. « sodomita » ; voir aussi les nombreuses attestations fournies par le dmf), par rapport à sodomiterie, terme illustré par une seule occurrence dans le dmf.

205 Ms. C : fu fat.

206 Ms. C : filz Eliduni. Faute commune à A et à C, corrigée pour des raisons de cohérence interne d’après le chapitre précédent.

207 Ms. C : fait. Correction pour l’accord.

208 Ms. C : teps (la barre de nasalité a été omise).

Notes de fin

a À comparer avec la version du ms. A (Perceforest l. I, t. 1, p. 5-6 : « Lequel mort, Brutus fut enchassé… –… seurement a leur requeste »), les deux correspondant à HRB, p. 9, § 7 (« Quo mortuo … –… petitioni illorum adquieuit »).

b Cette phrase juxtapose trois compléments circonstanciels dont la dissymétrie est autorisée par la souplesse syntaxique du moyen français.

c À comparer avec la version du ms. A (Perceforest l. I, t. 1, p. 33-34 : « Enaprés regna Guendolena… –… Lacedemonie ou Sparten »), les deux correspondant à HRB, p. 35, § 26.

d On pourrait hésiter entre Locrins et Locrius si le prénom n’était pas abrégé lors de sa seconde occurence en Locri9, avec une abréviation finale qui ne saurait équivaloir qu’à -us.

e Le verbe moyenner, courant en moyen français, signifie « servir d’intermédiaire, de médiateur », avec l’idée d’une entremise ou d’une médiation (dmf).

f Le verbe marchander est attesté dans le dmf, en construction transitive indirecte (marchander d’aucune rien), au sens de « conclure un marché à propos d’(un travail) ». L’ensemble de la phrase doit donc se comprendre ainsi : « Et il soudoya ceux qui devaient servir de médiateurs dans ces circonstances afin qu’ils tuent Maddan ».

g À comparer avec la version du ms. A (Perceforest l. I, t. 1, p. 66-68 : « Et de rechief Elidurus est esleu… –… aprés Penisil, aprés Pir »), les deux correspondant à HRB, p. 65-67, § 51-52.

h À l’orée du syntagme a grant ostz et main armee, la préposition a a valeur distributive. L’expression a main armee, bien attestée en moyen français, signifie alors « avec une force armée » (dmf, avec plusieurs attestations dans la prose de Froissart et dans les Chroniques de Georges Chastellain). Elle constitue ici un couple de synonymes redondant avec le groupe nominal précédent.

i Le redoublement du sujet grammatical de part et d’autre d’un complément circonstanciel n’est pas rare en moyen français. Toutefois, dans le cas présent, le faible volume du groupe nominal « a l’exemple de son pere et de son oncle » fait de la redondance entre les pronoms « lequel » et « il » une relative exception.

j L’emploi du substantif souverain pour désigner Dieu n’est pas courant en moyen français ; on en rencontre toutefois une occurrence dans la Passion d’Arnoul Gréban (texte cité dans le dmf). Dans la suite du Perceforest, le terme désignera régulièrement le dieu souverain, figure intermédiaire entre les dieux païens et le Dieu des chrétiens.

Table des illustrations

Légende Note 129129Note 130130Note 131131Note 132132Note 133133Note 134134
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris 4 Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540