Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceforest

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Aux sources du roman fleuve

Aux sources du roman-fleuve

Christine Ferlampin-Acher

Texte intégral

  • 1 Voir Taylor J.H.M., « Aroès the enchanter: an episode of the Roman de Perceforest and its sources  (...)

1 Perceforest est l’un des plus longs romans de la langue française, et son auteur, comme tous les romanciers médiévaux, pratique la réécriture (au sens large). L’étude des modèles littéraires, inévitable pour le corpus romanesque médiéval, prend avec Perceforest une ampleur encore difficilement évaluable. Se voulant continuation de la geste d’Alexandre le Grand et préhistoire arthurienne, l’œuvre emprunte à ces deux grands réservoirs narratifs que sont les récits centrés sur le glorieux Macédonien et sur le roi des Bretons, mais plus largement, dotée d’une culture très vaste, elle se nourrit aussi de chansons de geste, voire de textes aussi étrangers au monde du Graal que le récit de voyage de Marco Polo1. L’étude des sources est compliquée par le fait que les pratiques de réécriture varient de la traduction (en amont de son texte l’auteur traduit l’Historia regum Britannie) au collage (lorsqu’il intègre l’Évangile de Nicodème) en passant par les reprises parodiques, les transpositions (de l’histoire de Pygmalion ou de Narcisse), les allusions à peine marquées et difficilement évaluables par la critique. De plus la date de l’œuvre et l’identité de son auteur font encore débat, ce qui rend incertaine l’évaluation de la bibliothèque, réelle ou imaginaire, que celui-ci pouvait posséder. Par ailleurs, véritable somme encyclopédique (qui intègre des développements historiques, géographiques, et qui se nourrit des sommes vulgarisées qui ont fleuri au XIIIe siècle, par exemple pour inventer un monstre comme la Beste Glatissant), Perceforest témoigne aussi d’une culture savante, nourrie d’une réflexion sur les esprits et marquée par les préoccupations que partagent les lettrés de la fin du Moyen Âge. Très réceptif au folklore, aux croyances, l’auteur intègre aussi des récits qui nous paraissent proches des contes, comme celui de la Belle au Bois Dormant, que la critique a identifié depuis longtemps. Pourtant, même sur ce point les rapports entre culture écrite et culture orale ne sont pas simples. Au-delà du jeu de mots, les études qui suivent, sur les sources de ce roman-fleuve, attirent l’attention sur les lieux stratégiques où la réécriture est la plus évidente, à savoir le début et la fin du texte, envisagent dans une lecture croisée le prototype de la Belle au Bois Dormant qui se lit dans l’histoire de Troÿlus et Zélandine, entre folklore et reprise ovidienne, et examinent quelques apports du savoir encyclopédique.

Notes

1 Voir Taylor J.H.M., « Aroès the enchanter: an episode of the Roman de Perceforest and its sources », Medium Aevum, t. 47, 1978, p. 30-39.

Auteur

Professeur à l’université Rennes 2, Institut universitaire de France

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540