Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du lin à la toile

 | 
Jean Martin
, 
Yvon Pellerin

Seconde partie. Diversité de la proto-industrie textile bretonne

Les paysans-marchands de toile du Léon

Louis Elégoët

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Attestés dès le xve siècle, les paysans-marchands de toile forment en Léon, un groupe social original jusqu’aux premières décennies au xxe siècle. Ces paysans-marchands sont dans leur territoire au cœur des activités linières et, surtout, toilières. Ils se distinguent des paysans ordinaires par leurs activités professionnelles, par le fait qu’ils sont nettement plus riches et qu’ils dominent l’ensemble de leur société.

La zone toilière et la place des paysans-marchands de toile

La zone toilière

À la fin du xvie siècle, la zone toilière est limitée au nord par les paroisses de Plouvorn et de Ploudaniel, à l’est par la rivière de Morlaix, au sud par les Monts d’Arrée, à l’ouest par les paroisses de Kersaint-Plabennec et de La Forêt Landerneau.

En 1475, cette zone toilière produit 2 000 pièces de toile de lin appelées crées. Ce terme vient du breton krez, qui veut dire chemise d’enfant. Les crées sont fines, blanches et essentiellement destinées à l’exportation vers l’Angleterre et la péni...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540