Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Normes et transgressions dans l’Europe de la première modernité

 | 
Florence Piat
, 
Laurey Braguier-Gouverneur

Permanence et fluctuation de la norme dans la sphère politique

Du « valido » au « Premier ministre » : restauration, transgression ou réinvention de la norme ?

Le cas de don Juan José de Austria (1665-1679)

Héloïse Hermant

Texte intégral

  • 1 La littérature consacrée au valido est immense. On pourra consulter, parmi beaucoup d’autres : J.H.(...)

1Il n’est jamais anodin d’observer un glissement terminologique. Le passage de la dénomination de « valido » à celle de « Premier ministre », qui se produit à la fin de la minorité de Charles II dans les années 1676-1677, témoigne d’une intense réflexion sur la figure institutionnelle du conseiller, le valido, sur ce qu’il doit être, sur les mécanismes de contournement de la norme et sur son adaptation aux évolutions du système monarchique. Le valido est un ministre qui seconde le prince dans ses tâches de gouvernement et qu’on a parfois comparé à un double du roi. Cette figure extra-institutionnelle est apparue sous Philippe III en raison de la complexification de la gestion des affaires, du retour au premier plan d’une noblesse tenue éloignée du pouvoir par Charles Quint et Philippe II et de l’arrivée sur le trône de souverains jeunes et inexpérimentés. La succession de validos (Lerma, Uceda, Olivares, Haro) façonne par à-coups, sur le mode mimétique du modèle ou oppositionnel du repoussoir, une figure prototypique qui précise aussi bien un rôle qu’un profil. De cette pratique gouvernementale de plus d’un demi-siècle il appert donc que le valido, ami du roi et du bien commun, conseille le souverain. Il exerce un pouvoir de coordination, de médiation et de patronage permettant de faire régner une certaine harmonie dans les décisions et parmi les élites curiales. C’est pourquoi, contrairement à la figure du secrétaire qui avait prévalu sous Philippe II, le valido est d’abord un homme de cour et un noble qui se définit moins par des compétences spécifiques que par un réseau, des vertus et une expérience indispensables à un art du gouvernement efficace pensé comme praxis. Le valimiento relève bien d’une pratique qui définit des modalités de gouvernement non codifiées par écrit mais qui repose sur quelques principes. Cependant, les discours qui théorisent progressivement le valimiento, étrangers à tout esprit de système malgré leur vocation normative, sont parfois discordants et laissent des zones d’ombre. Le raisonnement par aphorismes et la pensée emblématique favorisent une approche impressionniste qui ne hiérarchise pas les caractéristiques. Ainsi, quelles doivent être les compétences du bon conseiller ? Est-ce un savoir ? Un savoir-faire ? Quelle place ont les vertus dans l’économie d’ensemble ? La possession de ces vertus et de ces savoirs dépend-elle intrinsèquement d’une origine nobiliaire ? Ce flou provient aussi de l’origine même de la privanza qui est un lien d’amitié entre le roi et un individu conditionnant la confiance du souverain. L’arbitraire des modalités de désignation fait courir le risque de voir un individu non adéquat propulsé à la tête du gouvernement Le mauvais valido abuse de l’amitié de son roi, s’empare de sa volonté et du pouvoir effectif en confondant domaine privé et domaine public. Cette figure repoussoir pose les premiers jalons d’une réflexion inclinant le roi à ne pas obéir à ses seules affinités1.

2La crise politique qui suit la mort de Philippe IV oblige à préciser ce canevas. La mise à mal de la figure du valido en fait éclater les contours. En réaction, la pratique s’institutionnalise en redécoupant les contours de son modèle grâce à un travail d’objectivation qui tente de résoudre les contradictions et de combler certains points aveugles. La transgression d’un modèle non codifié aboutit à sa normalisation au prix d’une transformation. La norme du valido, au sens de modèle, se voit ainsi refondue pour devenir une norme au sens de règle et renvoyer à la fonction de « Premier ministre ».

3En 1665, la « norme » du valimiento est transgressée par la régente Mariana de Austria qui élève successivement Nithard et Valenzuela à cette fonction. Le premier est un jésuite allemand qui a suivi la souveraine de la cour de Vienne à celle de Madrid et qui lui doit tout. Le second est un parvenu qui a su conquérir la royale amitié. Cette façon de gouverner atypique où un individu obscur, sans mérites ni clientèle, détient l’effectivité du pouvoir provoque une crise. Les élites s’offusquent de cette pratique aberrante qui bouleverse les hiérarchies et secoue le corps sociopolitique. Ce type de gouvernement où la reine subit l’emprise de sa créature devenue omnipotente inverse scandaleusement les rapports de forces entre le souverain et son valido.

  • 2 J. Castilla Soto, Don Juan José de Austria (hijo bastardo de Felipe IV). Su carrera política y mili (...)

4La résistance s’organise autour de la figure du prince don Juan José de Austria, fils bâtard de Philippe IV, couvert de gloire par ses exploits militaires et sa longue carrière politique2. Orchestrant une campagne d’opinion pour mettre un terme à cette transgression de la norme gouvernementale, les partisans du prince dépeignent leur champion en parfait valido et exigent de le voir appelé à la cour. Au terme de la première campagne de libelles, Nithard est exilé et don Juan est nommé vice-roi d’Aragon. Au terme de la seconde, Valenzuela est banni et le prince obtient la charge de Premier ministre.

5Or, la défense du retour à la norme dans les libelles, les sermons et les traités politiques, se traduit paradoxalement par un glissement de l’idée d’un « valido-sombra del rey » à celle d’un « valido-retrato del rey ». Le travail du langage métaphorique et du raisonnement analogique accompli à travers la littérature polémique permet alors d’analyser comment on a pu justifier non pas tant une restauration qu’une réinvention de la norme et comment cette norme a pu s’institutionnaliser en dépit des contradictions insolubles qu’elle portait en elle.

« Hechuras » et « advenedizos » : Mariana de Austria et la transgression du valimiento aristocratique

Mariana et ses validos : contournement des règles et dysfonctionnements du gouvernement

  • 3 F. Tomás y Valiente, Los Validos en la monarquía española del siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1982, (...)

6En 1665, les modalités de l’exercice du pouvoir avaient été fixées par le testament de Philippe IV. Jusqu’à l’avènement de la majorité de Charles II, Mariana détenait le pouvoir de décision aidée d’une Junte de gouvernement. Philippe savait la reine inexpérimentée et souhaitait qu’elle ne soit pas la seule maîtresse de l’autorité3. La Junte, qui devait assurer la stabilité du gouvernement, présentait aussi l’avantage d’éviter le recours à un valido, dans la droite ligne instituée par Philippe IV qui, depuis la mort de Luis de Haro en 1661, avait prêté une attention accrue aux affaires de l’État et s’était dispensé de cette figure institutionnelle.

  • 4 J. Contreras, Carlos II el hechizado. Poder y melancolía en la corte del último Austria, Madrid, Te (...)
  • 5 Mariana a tendance à cantonner les conseils dans un rôle consultatif et la présence de Nithard au s (...)

7Or, Mariana trahit l’esprit du testament en imposant à la junte un valido en la personne de son confesseur Nithard, un jésuite allemand. La régente, isolée, tente de faire de son directeur spirituel l’homme-fort du système car elle y voit un allié solide. En 1666, Mariana obtint la nomination du jésuite au sein du Conseil d’État puis comme Inquisiteur Général afin de lui ouvrir les portes de la Junte puisque le chef de la Suprême y avait sa place d’office4. Nithard devient le pilier du gouvernement, participant à la Junte et au Conseil d’État et détenant une véritable emprise sur la reine. À travers Nithard, la reine joue la carte de la Junte contre les conseils et celle du valido contre les rouages de la polysynodie5. Cette pratique du pouvoir inédite, où une simple créature devient incontournable, peut tarir la fontaine des honneurs. Menacée dans ses intérêts catégoriels, l’aristocratie désireuse de détenir un rôle-clef dans la monarchie réagit à la transgression de la norme gouvernementale.

8Le scénario se répète en 1675-1676 lorsque Fernando Valenzuela, page du duc de l’Infantado, devient le nouveau valido de Mariana. La trajectoire de ce personnage met en évidence un cas de privanza où un outsider détient des pouvoirs démesurés par le seul bon vouloir de la souveraine et bouleverse l’équilibre des rapports de force établi pour que toutes les composantes des élites participent au processus décisionnel. L’omniprésence de Valenzuela dans les arcana imperii qui cumule charge et fonctions, jusqu’à être nommé Premier ministre le 3 novembre 1676, et son influence sur la reine menacent donc le système monarchique en réintroduisant sans l’avouer le valimiento sous la forme d’un monstrueux avatar. D’autant que l’acharnement de Mariana à entraver toute alternative au système qu’elle bâtit laisse augurer une mutation majeure de la polysynodie. En novembre 1675, Charles II avait appelé don Juan pour l’aider au gouvernement mais ce dernier avait dû s’en retourner le jour même à Saragosse, suite à une intrigue de la régente. Ces sombres perspectives déchaînent l’ire des élites qui inclinent vers un gouvernement d’ordre collégial favorisant la ventilation des charges et des honneurs entre les grandes familles du royaume.

9Avec Nithard puis Valenzuela, la régente impose ainsi ses créatures au gouvernement en leur octroyant des privilèges exorbitants et en concentrant entre leurs mains des charges stratégiques. Elle opère une double transgression de la norme. Elle contourne les règles du testament en rétablissant sans le dire explicitement un valido au détriment d’un gouvernement collégial. Les contemporains, lucides, emploient le terme de valido pour désigner les favoris de la reine. Mais Mariana transgresse aussi la norme du valimiento en désignant à ce rang des individus sans clientèle, sans mérites et dont la multiplication des charges vise à pallier le manque de reconnaissance de leurs pairs.

La réaction de la noblesse face à la transgression de la norme

10Effrayée par le pouvoir disproportionné des créatures de la régente, la noblesse redoute la mise en place d’une dyarchie où Mariana et son protégé régneraient en marginalisant la grandeza. La reine a phagocyté la polysynodie en y introduisant des outsiders qui, par un cumul des fonctions, altèrent la logique institutionnelle et entravent un partage harmonieux des pouvoirs voire son autorégulation par la dynamique clientélaire. La majorité de Charles II approchant, les débats ne portent pas sur le bien-fondé du valimiento mais sur la définition du bon valido soucieux du bien commun, d’une juste répartition des charges au sein des élites et opposé à son faux jumeau, le privado. En creux, la démarche revient aussi à circonscrire la norme du valimiento en objectivant un faisceau de critères et elle conduit à mieux en appréhender les mécanismes de transgression.

  • 6 Sobre la estancia de Valenzuela en Granada, AHN, Estado, libro 912, f° 273r°-273v°.

11Dans sa lutte, la noblesse trouve un champion en don Juan José de Austria qui orchestre en 1668-1669 et en 1676-1677 deux campagnes d’opinion demandant le renvoi du valido et la nomination du bâtard royal au gouvernement. Notre analyse se concentrera sur la deuxième guerre de plumes car il faut attendre la fin de minorité de Charles II pour que les mécontents livrent une réflexion normative sur le valimiento. Cette pensée intègre les leçons tirées de l’épisode Nithard. C’est à travers ces discours polémiques dénonçant dans Valenzuela un parvenu qu’une réflexion sur le valimiento se déploie. Par la violence des mots, les publicistes escomptent ainsi mobiliser l’aristocratie sensible aux thèmes développés. Dans ce crescendo de violence, la réflexion sur la norme et sa transgression ne se désolidarise jamais de l’action. Les libelles déclinent les spécificités identitaires de la noblesse pour les refuser à Valenzuela et nier son droit à conseiller le roi (le lignage qui traduit l’excellence transmise par le sang de génération en génération, les exploits militaires, le sens de l’honneur, etc.6). La dénonciation de la transgression des règles et le travail corollaire d’objectivation de la norme ont permis de définir, à partir d’un cas concret ce que n’était pas un bon valido : l’anti-noble qu’incarne Valenzuela, surnommé le « duende ».

Privado contre valido

12Prolongeant la pensée, les adversaires de la régente cherchent à déterminer le principe même de transgression de la norme. Les détracteurs de la reine identifient ainsi la racine du mal au pouvoir qu’a le souverain de nommer qui il veut au valimiento, selon son bon plaisir. Les exemples de Nithard et de Valenzuela entretiennent une méfiance généralisée à l’égard de la privanza. Il devient alors systématique d’assimiler privado à hechura (créature). Une créature doit tout au roi et n’a pas de clientèle, sa promotion est en général arbitraire et la relation qui l’unit au souverain apparaît de l’ordre de l’emprise et travaille contre la majesté royale. Le rejet de la privanza résulte aussi de la prise en compte de la faillibilité de la personne du souverain, qu’il s’agisse d’une femme dont la faiblesse du sexe incline à se laisser berner ou qu’il s’agisse d’un roi inexpérimenté et manipulable.

  • 7 « Formar al fuego, es hechura de prisa : fabricar al torno, es hechura con pereza. Y fabricar de re (...)
  • 8 M. Guerra y Ribera, Sermón de San Andrés, in Sermones de varios santos, Madrid, Paredes, 1677.
  • 9 Ibid., p. 252.

13Les premières condamnations argumentées contre la désignation arbitraire d’un privado à la tête du gouvernement trouvent un lieu d’expression privilégié à la chapelle royale de l’Alcazar. Face à un public de courtisans et de ministres où trônent la régente et Valenzuela, une guerre de clercs par prêches interposés s’y livre. Dans plusieurs sermons, Manuel Guerra s’offusque de l’ascension fulgurante du privado et s’attache aux motifs qui ont présidé au choix du conseiller. Dans un sermon consacré à sainte Anne, prononcé le 26 juillet 1675, Guerra énonce des principes susceptibles de guider le roi dans son choix du valido : la sagesse, la retenue et l’expérience sans interférence des passions7. Ces caractéristiques supposent que l’élévation d’un individu à cette charge doit être progressive et raisonnée. Creusant l’idée, il évoque, le 30 novembre 1675, dans un sermon consacré à saint André, la rencontre que fait Jésus, de Simon (Pierre) et d’André, humbles pêcheurs8. La glose des paroles du Christ « faciam vos fieri piscatores hominum » – « je ferai de vous des pêcheurs d’hommes » – fournit l’occasion de méditer sur l’attribution des grâces humaines et divines et de critiquer les honneurs immérités de Valenzuela. Jésus nomme les deux frères pêcheurs d’hommes en raison de leur profession de pêcheurs de poissons. Guerra en déduit que pour conférer des offices, il convient de considérer les compétences de la personne élevée sans se laisser fléchir par une quelconque affinité, afin d’établir une continuité entre les états successifs qu’occupe cette dernière conformément aux lois de la nature9. Le clerc transforme l’épisode en une parabole du choix du bon valido. Pour qu’une grâce soit accordée en fonction des mérites, il faut qu’elle sanctionne un état déjà présent, qu’elle s’inscrive dans un continuum sans saut qualitatif. Par ailleurs, le sermon dégage un autre critère du bon valido : il doit se distinguer par des mérites qui doivent se manifester avec éclat et qui le désignent comme le bon conseiller.

14La personnalité de Charles II impose un conseiller soucieux du seul bien commun. Pour l’aristocratie s’offusquant de la transgression de la norme par la régente, la situation se pose ainsi : il faut un valido, il doit défendre les intérêts de la noblesse tout en se souciant de justice, sa nomination ne doit pas être arbitraire et ne doit donc pas résulter d’une privanza octroyée par le seul bon vouloir du prince. Le valido doit être un noble défendant le groupe social dont il émane et il doit être choisi selon des critères objectifs et objectivables, c’est-à-dire pour ses mérites et ses qualités justifiant la confiance qu’on lui donne.

De la « sombra del rey » au « retrato del rey » : don Juan José de Austria en parfait valido

15Dans la guerre de plumes qui s’ouvre avec le manifeste des grands, la noblesse assimile ses requêtes à un plaidoyer désintéressé pour le rétablissement d’une norme transgressée. La quête du bien commun est posée comme le moteur et la fin de l’entreprise de la grandeza tandis que le retour à la norme, qui passe par l’éviction du duende, serait son moyen. Mais le parti de la noblesse ne se contente pas de formuler des revendications, il les justifie. Dans ce but, les publicistes élaborent une nouvelle théorie du valido où la norme est revisitée pour s’adapter aux aléas politiques qui l’ont émoussée. Les ajustements proposés visent à remettre la norme en accord avec elle-même afin de la revivifier en lui donnant la possibilité d’une mise en œuvre concrète. Il s’agira de voir s’il s’agit effectivement d’un retour à une norme adaptée aux avatars du système politique ou s’il s’agit d’une « réinvention » de la norme.

Un valido primus inter pares de l’aristocratie

  • 10 Pour l’Amador de la Paz, « Le fruit de la branche est de la même qualité que l’arbre » [« El fruto (...)

16Le discours défense de la norme repose sur une maxime simple : la noblesse est garante de l’excellence d’un individu. En étayant ce principe qui fait du valido un primus inter pares, le parti de la grandeza identifie un critère supposé garantir le choix d’un bon conseiller et elle s’assure de voir ses intérêts défendus. La totalité des textes tisse donc un lien de causalité entre la noblesse du valido et son excellence10. Adolfo Carrasco Martínez trouve une formulation pertinente du gouvernement mixte monarchico-nobiliaire que les partisans de don Juan proposent :

  • 11 « En términos político-cristianos, los nobles eran virtuosos, participes de una virtud completa que (...)

En termes politiques et chrétiens, les nobles étaient vertueux et participaient à une vertu complète qui trouvait son expression la plus achevée chez le souverain, insérés qu’ils étaient dans un « système de vertus » qui comprenait le corps social dans son entier11.

  • 12 « Esta ciencia eminente y arte sublime, no se adquiere en los colegios y seminarios sino en el cont (...)
  • 13 Amador de la Paz, RAH, 9/643, f° 228v°.

17Une telle définition permet à la noblesse de s’accommoder de la théorie des deux corps du roi en allouant une place à part aux grands dans le corps social. Ainsi, l’extraction noble garantit les qualités morales. Mais face à la complexité du gouvernement des hommes, les qualités morales et chrétiennes ne suffisent pas. Un savoir-faire est nécessaire qui ne correspond à aucune discipline autonome ni à une « science politique ». Les compétences requises ne sont pas celles du letrado et de l’homme d’église dont Nithard incarne le repoussoir, mais plutôt celles du noble aussi bien versé dans les armes que dans les lettres. Il n’est que d’écouter l’Amador de la paz : « Cette science éminente, cet art sublime ne s’acquiert pas dans les collèges ou dans les séminaires mais par la pratique continue d’affaires d’État et de guerre12. » L’acquisition de compétences ne saurait pallier l’excellence du gouvernant, indissociable de son essence noble qui permet d’activer à bon escient les vertus nécessaires à la conduite de la monarchie. Si l’on poursuit le recensement des avantages à avoir un valido-Premier ministre noble, force est d’admettre qu’un noble dégage une autorité naturelle qui lui permettra de se faire obéir sans difficultés13.

Un valimiento por merecimiento : don Juan José de Austria

18La noblesse ne pouvait miser sur la seule argumentation pour contrer l’action de la reine. Le poids des mots semblait incapable d’infléchir le processus de phagocytage enclenché. Si la noblesse avait élaboré une théorie défendant le valimiento aristocratique, elle devait aussi se choisir un champion pour défendre sa cause, pour proposer une alternative à Valenzuela et pour entrer dans une logique de rapports de force en arguant d’une légitimité concurrentielle.

  • 14 Libro nuevo de la Perdida de España por Mariana, AHN, Estado, libro 880.

19Don Juan José était le seul candidat possible. Il appartenait lui-même à la noblesse et disposait d’un réseau étendu d’alliés. Ensuite, il était susceptible de rassembler autour de lui l’ensemble de la grandeza outragée et avait pris soin de signer le manifeste des grands. Enfin, son rôle dans l’éviction de Nithard et le fait que Charles II l’ait appelé une première fois au gouvernement le 4 novembre 1675 offraient des arguments pour justifier sa présence. Si l’on en croit les publicistes, don Juan avait débarrassé la monarchie d’un « fléau » en imposant à la reine le renvoi de Nithard au nom du bien commun. Il avait démontré son amour de la patrie et son dévouement pour les sujets14. Par ailleurs, le désir contrarié du jeune roi de voir son demi-frère à ses côtés fournissait de la matière pour opposer à la volonté tyrannique de la reine celle, opprimée, de Charles.

  • 15 La libertad de los ojos, ingenuidad de la lengua, AHN, Estado, libro 873, f° 134r°-189r°.

20Les libelles de la grandeza dessinent donc une image flatteuse de don Juan campé en défenseur des valeurs nobiliaires et en sauveur de l’Espagne. Nombreux sont les écrits où le retour de don Juan au gouvernement est annoncé comme inéluctable et annonciateur d’une ère de paix. Ces textes poursuivent un but double : convaincre le roi de rappeler don Juan après la journée des dupes et démontrer que le candidat de la noblesse est paré de qualités objectives le désignant comme le meilleur des validos15. Il s’agit de prouver que le parti des mécontents ne vise pas seulement la défense d’intérêts personnels ou catégoriels mais qu’il est réellement soucieux du bien commun. Pour imposer son champion, la noblesse avait donc dépeint en don Juan un valido potentiel paré de toutes les vertus, qui serait désigné pour ses mérites et faisant l’unanimité pour être le seul capable de libérer le roi de la tyrannie de son entourage et de le guider en lui offrant l’exemple.

21La traduction théorique de ce constat conduit à l’idée d’un valido por merecimiento. La redéfinition du valimiento aristocratique se module donc au contact du réel. Par ce biais, on passe d’une clarification et d’une modulation de la norme à sa « réinvention ». En effet, c’est au sein de cette logique que surgit le concept de valido « retrato del rey ». L’image qui qualifiait traditionnellement le valido était le miroir parce qu’il renvoie la lumière émanant du souverain. Le topique du miroir suggérait que, quel que soit le « support » choisi par le roi, le reflet serait le même. Le topique du portrait donne une réelle substance au valido détenteur de qualités qui l’identifient au préalable comme une sorte de double du roi et partant, comme étant digne de devenir l’Atlante de la monarchie.

Une solution ambiguë : du valido « sombra del rey » au valido « retrato del rey »

22On a expliqué en quoi l’image du portrait du roi constituait une cheville ouvrière de la théorie du valido por merecimiento. Mais cela ne rend pas compte de sa genèse. Il faut en chercher l’origine dans un dédoublement de la figure royale entre don Juan et le jeune Charles qui ne se voulait pas subversif au départ. Il permettait de subsumer un ensemble d’arguments démontrant l’excellence de don Juan et son dévouement pour son frère. Nous proposons donc de retracer l’émergence de ce paradigme.

  • 16 Des textes partent de l’homonymie Joseph/José pour subsumer, dans la figure de don Juan José, l’ima (...)

23La noblesse insiste sur la parenté de don Juan et du Habsbourg afin de prouver la bienveillance naturelle du prince envers Charles. Le même sang qui coule dans leurs veines les unit par un amour si puissant qu’il pousse don Juan à vouloir le mieux pour son souverain. Le second argument consiste à opposer la figure de Mariana, odieuse marâtre, à celle de don Juan, frère et ami. La régente a gravement négligé l’éducation de son fils et l’a maintenu loin des arcana imperii. Don Juan, au contraire, est celui qui conduira Charles à l’âge adulte, celui qui le fera advenir à lui-même en tant que souverain. La figure du conseiller apparaît ici indissociable de celle d’éducateur voire de modèle sur lequel le Habsbourg doit se calquer. Peu à peu c’est l’image du père voire du jumeau qui filtre donc16.

  • 17 Sur ce dédoublement de la figure royale voir : H. Hermant, « Du pouvoir subversif des images : don (...)

24Or, dire que seule la présence de don Juan au gouvernement permettra à Charles II de gouverner par lui-même et d’atteindre la majestas revient à affirmer que seule la réunion des deux corps physiques du Habsbourg et du prince fera advenir la royauté, c’est-à-dire le corps invisible du roi consubstantiel au sang dynastique. Le deuxième syntagme n’est que la formation objectivée et abstraite du premier syntagme. Ainsi, dans la campagne d’opinion contre Valenzuela, en jouant sur un triple registre d’images (familial, biblique – la sainte famille –, astrologique – le soleil du roi et la lune du valido), don Juan apparaît donc tantôt comme le père, le frère, le reflet et le double de Charles II17. Ces jeux de rôles à base de métaphores et de raisonnements analogiques édifient, de texte en texte, la figure du valido-retrato del rey.

Rétablir ou réinventer la norme ? Le concept de Premier ministre

Les difficultés du paradigme du valido retrato del rey

25On le voit, le valido-retrato del rey ne constitue pas un retour stricto sensu à une norme qui aurait prévalu avant que Mariana ne la transgresse. Certes, ce paradigme est forgé à partir d’une pratique avérée, celle du valimiento aristocratique, il rompt avec le repoussoir qu’incarne la créature (hechura) et prend ses distances avec la figure du privado. Cependant, il faut prendre en compte la conjoncture d’émergence du paradigme afin de comprendre comment la norme est retravaillée de l’intérieur par des impératifs circonstanciels et pragmatiques et comment elle est refondue dans un langage métaphorique dont la plasticité permet de la fixer sans la figer.

26On identifie trois éléments infléchissant la norme : la défense des intérêts catégoriels de la noblesse qui craint la marginalisation et qui cherche à donner un contenu institutionnel à son rôle d’élite politique naturelle ; la nécessité de présenter cette cause comme consubstantielle à la réalisation du bien commun qui implique une opération d’objectivation ; la personnalité de don Juan, seul candidat possible pour contrecarrer la reine. La norme est aussi bien fille d’une pensée théorique que d’une logique d’action qui interagissent de bout en bout du processus ; elle est réinventée et se coagule en valido-retrato del rey.

27Pourtant, si ce paradigme semble opératoire pour dénouer la crise, il ne va pas sans problèmes. Le mouvement de dédoublement du corps du roi entre le prince et le Habsbourg brouille les hiérarchies de sorte que le fils bâtard apparaît comme un double du roi. L’ambition de don Juan pourrait bien le pousser à occuper pleinement le rôle que les libelles lui taillent sur mesure. De même, si le paradigme du valido-retrato del rey s’accommode de la stature hors du commun de don Juan, il ne saurait convenir à tout aspirant. Comment maintenir dans le temps un tel paradigme ? Ces ambiguïtés n’importaient guère à la noblesse qui voyait surtout dans le valido-retrato une façon de se promouvoir en élite naturelle et de proposer un partage du pouvoir entre le roi et la noblesse. Néanmoins la question de l’institutionnalisation et de la consolidation du système se pose.

Pour une réinvention de la norme : le concept de premier ministre

28En réalité, le problème du choix du valido trouve une réponse partielle par le biais d’un changement de dénomination. L’appellation de valido tombe en désuétude au profit de celle de « Premier ministre ». En quoi cette nouvelle terminologie permet au discours normatif élaboré dans la campagne contre Valenzuela de trouver une traduction institutionnelle ?

  • 18 J. A. Escudero, « Introducción : privados, validos y primeros ministros », in J. A. Escudero (dir.) (...)

29Le valimiento ne correspond pas à une position concrète au sein du pouvoir : il est un phénomène extra-institutionnel désignant une privanza privilégiée voire exclusive, assortie de la possession d’un important pouvoir (pour le patronage et la répartition des charges). Le valido ne bénéficie donc d’aucun appui juridico-politique qui légitime son intervention directe dans le gouvernement. Au contraire, le titre de Premier ministre renvoie à une fonction officielle précise, même si ses attributions concrètes demeurent vagues18.

30Valenzuela et don Juan sont les premiers à être qualifiés de la sorte, mais pour des raisons opposées. Valenzuela devient Premier ministre à l’occasion d’un vide de pouvoir. Le 22 septembre 1676, la Junte de gouvernement suspend ses sessions. Le 3 novembre, Valenzuela reçoit le titre de Premier ministre et la Junte est définitivement dissoute. En réalité, Mariana, soucieuse de remodeler le gouvernement à l’avantage du duende détesté, n’a d’autre choix que de lui donner un statut officiel pour l’imposer et le rendre incontournable grâce à l’assise que confère un titre. Les conséquences sont importantes puisqu’une cédule royale impose aux présidents de tous les conseils de traiter non pas avec le roi mais directement avec le Premier ministre. C’est donc un excès de privanza que rien d’autre ne contrebalance pour justifier la présence de Valenzuela qui lui vaut l’appellation de Premier ministre.

  • 19 F. Tomás y Valiento, Los Validos en la monarquía del siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1980.

31À l’inverse, don Juan le devient en raison d’un déficit de privanza. Sa nomination par Charles II en tant que Premier ministre, le 27 décembre 1676, tient à cette absence totale de privanza (don Juan est à Saragosse depuis juin 1669), à la nécessité de garantir au fils naturel de Philippe IV la stabilité de sa position nouvellement acquise (pour conjurer le spectre de la journée des dupes) et enfin au rejet de la privanza. Dans ces conditions, on comprend que Francisco Tomás y Valiente arrête son étude du valimiento au dernier favori de Mariana, présentant don Juan comme un « caudillo19 ».

  • 20 BL, Harl 4250, f° 107r°.

32C’est que les attributions du Premier ministre demeurent vagues, ce qui lui confère une grande marge de manœuvre. La missive de Charles appelant son frère au pouvoir où le roi demande au prince de « venir l’assister avec zèle au gouvernement » en témoigne20. Le flou qui entoure la notion de Premier ministre, point aveugle du discours, était la condition nécessaire à la résolution de la crise car il offrait la possibilité de ne pas trancher dans le vif et de ne pas dévoiler les difficultés que recouvrait le paradigme du valido-retrato del rey. En outre, le flou donne la flexibilité suffisante pour que le valido nouvelle manière se définisse dans la pratique. Tout reste donc ouvert. Comment les grands sont-ils parvenus à consolider le système ?

Consolidation, normalisation du système ?

  • 21 BNM, mss 11.051 f° 75r°.
  • 22 Ce qui s’était produit pour Valenzuela mais en sens inverse puisqu’il avait été nommé Premier minis (...)
  • 23 A. Álvarez-Ossorio, op. cit., p. 426.

33La noblesse ne s’est pas contentée de théoriser ces idées justifiant le dénouement de la crise politique de 1676-1677. Sous l’égide de don Juan, elle a fait en sorte qu’elles se coulent dans l’arsenal juridique. Le 27 janvier 1677, Charles II légitime l’action de la noblesse et annule la totalité des grâces qu’il avait octroyées à Valenzuela. La lettre du décret introduit la notion de « mérites hérités » qui disqualifie les parvenus de l’obtention de grâces de la part du souverain21. D’après Antonio Álvarez-Ossorio, ce concept visait à contourner le fait que le roi pouvait octroyer la grandeza à un individu de basse extraction pour ensuite le nommer comme Premier ministre22, violant non la lettre mais l’esprit de cette appréhension du gouvernement monarchico-nobiliaire23.

  • 24 M. Guerra y Ribera, « De las verdades », Quaresma continua, Madrid, 1677, p. 72-73.

34En complément aux textes juridiques, des textes théoriques ont dû résoudre l’épineuse question du dédoublement du roi et de son valido. Dans le discours élaboré à cette occasion, l’excellence du valido et la majesté du roi apparaissent solidaires. Un sermon de Guerra, prononcé à la cour en 1677, tisse une analogie entre les qualités de l’or et les qualités du valido. Il justifie le choix du plus noble des métaux, parce que le soleil (symbole du roi) est réfléchi avec un plus grand éclat que par les autres métaux (l’argent et les métaux vils)24. Ainsi, l’excellence issue de la noble extraction du Premier ministre constitue la garantie la plus solide du respect de la hiérarchie. Dans ce système, non seulement le roi est toujours, sans équivoque, le roi, mais la noblesse et la grandeur du valido favorisent le rayonnement du souverain. En somme, les grands remodèlent la figure du valido-retrato del rey en ne gardant que le dénominateur commun entre la noblesse et don Juan. C’est pourquoi elle gomme les spécificités dérangeantes qui désignaient en creux le bâtard royal et lui seul, pour ne retenir que deux caractéristiques : le valido primus inter pares et por merecimiento. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un retour au point de départ. Le Premier ministre n’est pas « el espejo del rey » ni la « sombra del rey ». Il est, à en croire Guerra, le métal précieux qui réfléchira le mieux l’éclat du soleil. Le conseiller se voit donc doté de caractéristiques intrinsèques qui délimitent au préalable un vivier dans lequel seul le roi pourra légitimement élire une personnalité pour l’assister au gouvernement.

35Cependant, ces aménagements n’offraient qu’un palliatif incapable sur le long terme de résoudre la crise d’un système fondé sur une tension entre le pouvoir absolu du roi et l’absolue nécessité de déléguer le pouvoir. Les textes de l’époque oscillent entre la déclinaison des qualités du valido érigé en être vertueux et digne de gloire et le rappel de l’humilité du valido qui ne doit pas porter ombrage au roi. Guerra tonne contre les validos ambitieux qui concentrent trop de fonctions entre leurs mains en s’appropriant les attributions d’autres ministres. Et dans les faits, une fois au pouvoir, don Juan dirige comme un « otro yo regio ».

  • 25 M. Guerra y Ribera, El Crisol de la verdad, Madrid, 1683.

36Après sa mort, en l’absence d’une figure susceptible de rassembler la noblesse, les contradictions sous-jacentes à cette configuration de pouvoir s’exacerbent. Dans le système polyarchique qui se met en place à partir de 1679 où les hégémonies éphémères de factions aristocratiques se succèdent, les Premiers ministres successifs détiennent un pouvoir fort mais, une fois démis de leurs fonctions, ils louent le pouvoir absolu du roi pour mettre en difficulté leur vainqueur. Osuna dénonce ainsi la pratique de pouvoir abusive mise en pratique par Medinaceli en dressant un argumentaire en faveur d’un absolutisme royal25. Les discours contradictoires tenus sur le Premier ministre travaillent en fait à une même fin, fortifier la position d’un Premier ministre tout-puissant défendant les intérêts de la noblesse.

  • 26 BNM, mss 2034, f° 145r°.

37En définitive, une telle définition du Premier ministre et une telle désunion de la grandeza pulvérisée en intérêts contradictoires peuvent aussi bien donner lieu à un système dyarchique où le Premier ministre omniprésent détient l’essentiel du pouvoir et une polyarchie où le pouvoir se divise, par les jeux de la polysynodie, entre plusieurs regroupements nobiliaires. Le ministériat du duc de Medinaceli, devenu Premier ministre le 21 février 1680, illustre la première tendance. Ce grand possède des attributions démesurées en raison du flou du décret le nommant à cette fonction26. L’autre tendance renvoie à une configuration éclatée où aucun grand n’a su s’imposer. L’expression de « ministerio duende » que nous devons à Oropesa, en exprime avec justesse la réalité. Il s’agissait de caractériser la période s’étalant de 1690 à 1700, où personne ne sait qui gouverne réellement, les grands se méfiant les uns des autres et le problème de la succession accentuant les clivages.

38Combattant le gouvernement des hechuras mis en place par la régente, la littérature polémique, forte d’un raisonnement analogique et d’un langage métaphorique, a porté sur les fons baptismaux la figure du conseiller-retrato del rey. Ce faisant, les publicistes juanistes réinventent une norme là où il s’agissait, au départ, de rétablir le valimiento aristocratique. Les réflexions sur le valido se trouvent toujours prises dans des enjeux pratiques et conjoncturels ; elles traduisent l’équilibre instable des rapports entre le roi et l’aristocratie, du processus du mode décisionnel et des agencements au sein de la polysynodie sur lesquels elles agissent en retour. La norme résulte bien d’une hybridation entre une pensée théorique et une logique d’action qui interagissent de bout en bout du processus de redéfinition. Cette réorientation du discours sur le valido témoigne de la carrure exceptionnelle de don Juan accentuée par la médiocrité de Charles II. Mais elle signale aussi l’importance des guerres de plumes orchestrées contre Nithard et Valenzuela dans l’histoire des idées dans la mesure où le paradigme du valido-retrato fige dans les mots ce moment-charnière du passage du valido au Premier ministre. Le flou notionnel qui entoure ce dernier syntagme présente l’avantage d’octroyer un ancrage institutionnel solide au valimiento dont il ne bénéficiait pas jusqu’alors, tout en laissant une grande latitude aux acteurs pour lui donner un contenu dans la pratique. Point aveugle du discours, la notion de Premier ministre prend avantageusement le relai du paradigme problématique du valido-retrato del rey. En effet, cette figure renfermait une dimension subversive forte en brouillant la hiérarchie entre le souverain et son valido, elle pouvait travailler contre les avantages de la noblesse et enfin, elle ne pouvait s’appliquer qu’à la personne de don Juan, constituant une espèce d’hapax. Loin de se résumer à un avatar terminologique, l’apparition de la charge de Premier ministre permet d’institutionnaliser une norme réinventée et sans cesse remodelée par l’exercice du pouvoir ; elle ouvre la voie à la consolidation d’un système monarchico-nobiliaire où la grandeza partage de facto le pouvoir avec le roi.

Notes

1 La littérature consacrée au valido est immense. On pourra consulter, parmi beaucoup d’autres : J.H. Elliot, Olivares (1587-1645), Paris, Robert Laffont, 1986 ; F. Benigno, La sombra del rey. Validos y lucha política en la España del siglo XVII, Madrid, Alianza, 1994 ; J.A. Escudero (dir.), Los Validos, Dykinson, Madrid, 2004 ; H. Tropé (éd.), La Représentation du favori dans l’Espagne de Philippe III et de Philippe IV, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2010.

2 J. Castilla Soto, Don Juan José de Austria (hijo bastardo de Felipe IV). Su carrera política y militar, Madrid, UNED, 1992.

3 F. Tomás y Valiente, Los Validos en la monarquía española del siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1982, p. 19.

4 J. Contreras, Carlos II el hechizado. Poder y melancolía en la corte del último Austria, Madrid, Temas de Hoy, 2003, p. 92.

5 Mariana a tendance à cantonner les conseils dans un rôle consultatif et la présence de Nithard au sein de la Junte confère à cet organe un poids qui n’allait pas de soi au départ.

6 Sobre la estancia de Valenzuela en Granada, AHN, Estado, libro 912, f° 273r°-273v°.

7 « Formar al fuego, es hechura de prisa : fabricar al torno, es hechura con pereza. Y fabricar de respeto tan alto como la mano de un Príncipe, no se debe formar a las celeridades de una prisa, sino a las pausas de una experiencia », ibid., p. 22.

8 M. Guerra y Ribera, Sermón de San Andrés, in Sermones de varios santos, Madrid, Paredes, 1677.

9 Ibid., p. 252.

10 Pour l’Amador de la Paz, « Le fruit de la branche est de la même qualité que l’arbre » [« El fruto de la rama es de la misma qualidad que el árbol »], RAH, 9/643, f° 227v°.

11 « En términos político-cristianos, los nobles eran virtuosos, participes de una virtud completa que encontraba su expresión más acabada en el soberano, insertos en una “sistema de virtud que abarcaba el cuerpo social entero” », A. Carrasco Martínez, « Los nobles, el poder y la cultura política en el reinado de Carlos II », Studia historica. Historia moderna, no 20, Salamanca, 1999. p. 85.

12 « Esta ciencia eminente y arte sublime, no se adquiere en los colegios y seminarios sino en el continuo manejo de negocios de estado y guerra », RAH, 9/643, f° 235r°.

13 Amador de la Paz, RAH, 9/643, f° 228v°.

14 Libro nuevo de la Perdida de España por Mariana, AHN, Estado, libro 880.

15 La libertad de los ojos, ingenuidad de la lengua, AHN, Estado, libro 873, f° 134r°-189r°.

16 Des textes partent de l’homonymie Joseph/José pour subsumer, dans la figure de don Juan José, l’image du père et celle de Joseph, père du Christ : M. Martinez, Semon panegirico que en 24 de eneo de 1677, quando Su Alteza entro en Madrid, se hizo al patriarca san Joseph, en Rogativa, BNM, mss 18.443, f° 243r°-258r°.

17 Sur ce dédoublement de la figure royale voir : H. Hermant, « Du pouvoir subversif des images : don Juan José de Austria en double du roi ? », Pouvoir (s) de l’image aux XVe, XVIe, XVIIe siècles, Clermont Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2009, p. 123-144.

18 J. A. Escudero, « Introducción : privados, validos y primeros ministros », in J. A. Escudero (dir.), op. cit.

19 F. Tomás y Valiento, Los Validos en la monarquía del siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1980.

20 BL, Harl 4250, f° 107r°.

21 BNM, mss 11.051 f° 75r°.

22 Ce qui s’était produit pour Valenzuela mais en sens inverse puisqu’il avait été nommé Premier ministre avant d’obtenir la grandeza.

23 A. Álvarez-Ossorio, op. cit., p. 426.

24 M. Guerra y Ribera, « De las verdades », Quaresma continua, Madrid, 1677, p. 72-73.

25 M. Guerra y Ribera, El Crisol de la verdad, Madrid, 1683.

26 BNM, mss 2034, f° 145r°.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540