Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

Septième partie. Réflexions autour du « néo » dans les Arts

Chapitre XXV. Tony Harrison, fanatique pillard

Cécile Marshall

Texte intégral

1Depuis les années soixante-dix, Tony Harrison s’est imposé comme l’un des poètes britanniques majeurs. L’œuvre qu’il a composée est aujourd’hui impressionnante, tant par sa qualité que par sa quantité. En témoignent les nombreuses récompenses littéraires, théâtrales et cinématographiques qu’il a accumulées au cours de sa carrière, dont quelques-unes des plus récentes : le Prix de la Fondation Northern Rock en 2004, le Prix de Poésie Wilfred Owen pour l’ensemble de son œuvre en 2007, le Prix PEN/Pinter en 2009 ou encore le Prix européen de littérature en 2010. À la mort de Ted Hughes en 1998, il avait été pressenti pour succéder à celui-ci à la fonction de Poète Lauréat ; mais c’était sans compter le farouche antimonarchisme de ce républicain convaincu.

  • 1 Harrison Tony, Collected Poems, London, Viking, 2007, p. 119-215.
  • 2 Ibid., p. 114-145.

2En dépit de ses prises de positions politiques en faveur des exclus, contre les divisions sociales et culturelles (la rhétorique du populaire et du savant, « high and low culture » occupant une place centrale dans son œuvre), Tony Harrison est incontestablement entré dans le canon de la poésie britannique, en particulier depuis la publication, au début des années quatre-vingt, de la séquence de sonnets intitulée « The School of Eloquence », dans laquelle il fait entrer l’idiome vernaculaire de Leeds dans le sanctuaire de la prosodie classique. C’est une séquence de sonnets de seize vers qui reprend le modèle adopté par George Meredith dans Modern Love et compte cinquante sonnets lors de sa première publication, comme Modern Love. Le nombre de sonnets a depuis considérablement augmenté1. Publiée par Penguin, Bloodaxe et Faber, sa poésie est au programme officiel des A levels (équivalent du baccalauréat) depuis les années 1990. Après de multiples collaborations avec le National Theatre, nombre de ses pièces font désormais partie du répertoire et sont régulièrement produites. La télévision britannique (BBC, Channel 4, ITV) a également été un partenaire privilégié de ses créations télévisuelles. Il est ainsi devenu une figure incontournable, non seulement de la scène culturelle britannique, mais également de la scène culturelle internationale. La renommée de Tony Harrison dépasse les frontières et sa poésie est traduite en de nombreuses langues dans de nombreux pays, « Long Distance2 », traduit en neuf langues, étant son sonnet le plus international.

  • 3 Harrison Tony, Plays vol. 2, Londres, Faber and Faber, 2002, p. 209-345.
  • 4 Ibid., p. 111-207.
  • 5 Ibid., p. 1-110.

3Nous avons intitulé cette soirée de poésie, « Harrison, fanatique Pillard », des mots que vous aurez reconnus comme étant ceux de Victor Hugo, tirés de la préface à Cromwell. C’est aussi le titre que Tony Harrison avait ironiquement donné à l’introduction qui précède le texte de The Prince’s Play, sa version de Le Roi S’Amuse, publiée dans le volume 2 de l’anthologie des textes dramatiques3. Car Tony Harrison aime à reprendre les textes des autres pour en faire ressortir la modernité et la pertinence à l’époque contemporaine. C’est ce qu’il fait avec Le Roi S’Amuse qu’il déplace dans le Londres de Jacques l’Éventreur dans un XVIIe siècle où la monarchie est entachée par les scandales ; c’est également le cas du Phèdre de Racine qu’il déplace dans l’Inde de la colonisation britannique4 ; ou encore Le Misanthrope de Molière qui, dans l’adaptation de Tony Harrison, franchit trois siècles pour se retrouver dans les années soixante à la « cour » de De Gaulle, comme elle était désignée à l’époque dans Le Canard Enchaîné5.

  • 6 Harrison Tony, Plays vol. 4, Londres, Faber and Faber, 2002, p. 1-182.
  • 7 Id., Plays vol. 5, Londres, Faber and Faber, 2004, p. 1-148.
  • 8 Id., Plays vol. 3, Londres, Faber and Faber, 1996, p. 61-152.

4La dramaturgie grecque lui offre également un terrain de création privilégié. Après son adaptation de L’Orestie, la trilogie eschyléenne, en 19816, il s’est attaqué à la Lysistrata d’Aristophane qui est devenu un plaidoyer pour la dénucléarisation au milieu des années quatre-vingt, s’appuyant sur le mouvement de résistance des femmes qui manifestaient devant la base militaire de Greenham Common. Quelques années plus tard, Tony Harrison a créé une pièce au Festival international d’art dramatique de Delphes à partir de fragments de Sophocle. Cette pièce, The Trackers of Oxyrhynchus (Les Traqueurs d’Oxyrhynque), met en scène la découverte de ces fragments par des papyrologues britanniques, au début du XXe siècle, puis offre une représentation de la pièce de Sophocle ou, du moins, ce qu’il en reste, avant d’en proposer une suite originale qui interroge le rôle de l’art dit « élitiste » dans la société contemporaine7. En 1995, Tony Harrison crée deux autres pièces inspirées de l’Antiquité, The Labourers of Herakles (Les ouvriers d’Héraclès) et The Kaisers of Carnuntum (Les Maîtres de Carnuntum8), une ville aujourd’hui appelée Petronell et située près de Vienne où Tonny Harrison se trouvait de nouveau, seulement une semaine avant d’être notre invité à Nantes.

  • 9 Id., Collected Film Poetry, Londres, Faber and Faber, 2007, p. 133-152.

5S’il écrit des pièces pour des lieux particuliers, comme ce fut le cas dans les amphithéâtres de Delphes ou de Carnuntum par exemple, Tony Harrison choisit également sa métrique en fonction de l’œuvre qu’il réécrit, adapte ou dont il s’inspire. Le poème v. est ainsi une variation sur le thème de l’élégie de Thomas Gray écrite dans un cimetière de campagne (celui de Tony Harrison est en ville, en plein Leeds) et utilise le même quatrain que celui de Thomas Gray. Son film The Blasphemers’Banquet (Le Banquet des blasphémateurs), en hommage à Salman Rushdie alors frappé par une terrible fatwa, utilise le vers que Fitzgerald avait lui-même adopté pour sa traduction anglaise de The Rubbayat of Omar Kayyam, l’un des blasphémateurs que le poète convie autour de lui9. Nous pourrions multiplier les exemples. Tous nous démontreraient la conscience aiguë du passé littéraire, poétique et dramatique dont témoigne Tony Harrison dans son œuvre. La problématique du néo est ainsi centrale chez lui. Elle pourrait définir l’ensemble de l’œuvre.

  • 10 Id., Collected Poems, op. cit., p. 61.
  • 11 Id., « Poetry is all I write », in Astley Neil (dir.), Tony Harrison. Bloodaxe Critical Anthologies (...)
  • 12 Cf. Harrison Tony, Plays. vol. 1, Londres, Faber and Faber, 1999.

6Les communications qui ont précédé l’intervention de Tony Harrison dans notre colloque nous l’ont confirmé. Georges Letissier a analysé les résurgences de Dickens dans le roman contemporain. Tony Harrison, qui écrit exclusivement en vers, revendique d’ailleurs l’influence de Dickens sur sa propre écriture poétique et la propension de celui-ci au sentimentalisme que l’on retrouve, en particulier dans les sonnets de « L’École de l’Éloquence ». Je pourrais également citer la communication de Jocelyne Aubé-Bourligueux qui nous a plongés dans l’Espagne du début du XXe siècle et son contexte répressif en matière d’amour. Elle a, à ce titre, évoqué Les Noces de Sang de Lorca, une œuvre que Tony Harrison s’est appropriée dans le poème « The Nuptial Torches10 », publié dans son premier recueil, The Loiners, en 1970. On pourrait également voir d’autres affinités avec les Novísimos espagnols dans la poésie de Tony Harrison, lui aussi grand versificateur (et exclusivement versificateur) quel que soit le medium artistique qu’il choisisse : « La poésie, c’est tout ce que j’écris, que ce soit pour des livres, pour des lectures, pour le Théâtre National, pour les salles d’opéra ou de concert, ou même encore pour la télévision11. » Ces différents media forment pour lui un tout : il n’y a pas d’hétéroclisme, mais bien une quête permanente de la dimension publique, dimension sociétale même, que la poésie occupait autrefois, notamment dans l’Antiquité. Tony Harrison a d’ailleurs été Président de l’Association des Lettres Classiques britannique, la « Classical Association », dans les années quatre-vingt. Dans The Mysteries12, réécriture des cycles de mystères médiévaux, nous voyons le travail du chercheur, de l’archéologue des textes anciens, le rapiéçage, la réécriture, l’adaptation et la réinterprétation de la culture médiévale dont l’auteur parvient à transposer l’essence à l’époque contemporaine. Ce que d’autres ont porté à l’écran, Tony Harrison l’a, lui, remis en scène au théâtre.

  • 13 Harrison Tony, Cracheur de feu, traduit de l’anglais par Cécile Marshall, Paris-Orbey, Arfuyen, 20 (...)
  • 14 Ibid., p. 25.
  • 15 Ibid., p. 31.
  • 16 Ibid., p. 67.
  • 17 Ibid., p. 77.
  • 18 Ibid., p. 81.
  • 19 Ibid., p. 203.
  • 20 Harrison Tony, Plays vol. 5, op. cit., p. 136-139.
  • 21 Id., Cracheur de feu, op. cit., p. 155-201.

7C’est pour témoigner de la diversité de son écriture que le poète a souhaité présenter à la fois des poèmes et des extraits de quelques-unes de ses pièces de théâtre. Ainsi, au cours de la soirée, nous avons eu le plaisir de l’entendre lire les sonnets intimes et poignants de « L’École de l’Éloquence » dont il a précisé le contexte et les circonstances d’écriture : « Hérédité13 », « Serre-livres I14 », « Longue Distance II15 », « Marqué d’un P.16 », « Sablier17 », « Cracheur de feu18 » et « Vides19 ». Pour passer du « je » poétique à la voix théâtrale, Tony Harrison avait choisi la tirade de Silène dans Les Traqueurs d’Oxyrhynque20 dans laquelle Silène le satyre tire les leçons du sort réservé par Apollon à son compère Marsyas. Si le rôle fut joué par Barrie Rutter, comédien venu du Yorkshire comme le poète lui-même, Silène est un masque pour Tony Harrison qui a mis son idiome et son esprit dans ce rôle. Silène / Harrison dénonce avec une certaine amertume la confiscation de l’art par une élite, ici incarnée par Apollon et la tragédie, aux dépens des classes populaires incarnées par les satyres du drame satyrique, genre dramatique qui était indissociable de la trilogie tragique dans l’Antiquité mais qui en fut évacuée au cours des siècles pour des raisons idéologiques, selon Tony Harrison. Derrière la brutalité du châtiment imposé à Marsyas se dessine déjà le thème de la barbarie de l’art apollonien qui sera développé dans le film / poème The Gaze of the Gorgon en 199221 :

C’est Marsyas qui crie ! Sa peau fut écorchée
quand tout ce qu’il voulait, c’était participer.
Marsyas a souffert sa terrible sentence
pour trois notes de flûte jouée en toute innocence.
L’aulos, flûte athénienne, Cyllène l’avait jetée.
Pourquoi Marsyas ne pouvait-il pas en jouer ?
Trois petites notes et la déesse, avec distinction,
envoya promener sa nouvelle création.
Elle la mit au rebut. Et vous savez pourquoi ?
Imaginez l’aulos. Vous avez essayé déjà ?
On gonfle les joues, comme ça, quand on en joue,
mais elle n’aimait pas qu’on la voie sous ce jour.
Elle trouvait cela inélégant. C’est vrai,
ses joues avaient l’air de ballons lorsqu’elle soufflait.
Et qui trouva la flûte méprisée, par terre,
sinon Marsyas, mon satyre de frère ?
Les considérations cosmétiques, il n’en fait cas,
le satyre au physique si ingrat.
Ce n’est pas la beauté qui distingue un satyre.
Marsyas souffla donc et ses joues se remplirent.
Il partit dans les bois pour y être tranquille
à grimacer, souffler, grogner, et devint habile.
Cela vexa Apollon. Il avait franchi les limites.
Aux demi-brutes, on interdit la musique.
N’entendez-vous donc pas les Muses en train de dire :
« Qui t’a permis de jouer, à toi, simple satyre ? »
La musique est un cercle fermé qui exclut
la participation d’une bête aussi crue.
« Comment peut-il être virtuose de la flûte ?
Regardez ses sabots. C’est une demi-brute ! »
Son seul défaut fut de montrer que les flûtes
sonnent tout aussi bien jouées par des brutes.
Cela brouille leurs catégories du bas et du haut
quand un Caliban surpasse un Prospero.
Si Marsyas l’avait prise et dit : « Au secours ! »
comme nous les satyres sommes censés le faire,
mais il alla prendre la flûte et en joua,
ce qui, pour cet homme / brute, était hors-la-loi.
Selon eux, il aurait été suffisant
qu’il souffle une seule fois, maladroitement,
un gonflement grotesque des zygomatiques
produisant quelques couinements pathétiques.
Ça les aurait amusés, ils l’auraient toléré
mais Marsyas, homme / animal, apprit à en jouer.
Le regarder renifler, y mordre à pleines dents
ou, comme les Pygmées, y mettre le pénis dedans,
cela eût été acceptable, plaisamment tolérable.
Mais Apollon a fini de jouer lorsqu’il se rend compte que le chien
qui a reçu une perle du divin
sait bien que c’est une perle, pas une étrange nourriture,
et aspire à sortir de sa molle servitude.
Quand, grâce à cette perle, il accède à la culture,
ils attrapent leurs instruments de torture.

Il firent un concours, pipé dès le départ,
pour décider du futur du savant et du populaire dans les arts.
Ils avaient tout truqué pour qu’Apollon soit vainqueur
et il voulut qu’on écorchât vif mon pauvre frère.
L’écorcheur phrygien, avec sa lame à la main,
obéit quand il vit Apollon pointer son doigt.
Quand Marsyas subissait son terrible châtiment,
Apollon laissa faire, en jouant, l’air de rien.
Quand le bourreau phrygien tranche et dépèce,
Apollon joue nonchalamment une polonaise.
Et les écorcheurs applaudirent la reprise d’Apollon
quand mon frère avait les tétons au niveau du genou.
Sa dernière image fut sa peau dépecée
tel un vêtement vide posé à ses pieds.
Là où victimes et vaincus hurlent parce qu’on tabasse,
les lyres jouent la mélodie de Marsyas.
Vous entendrez les lyres jouer derrière les portes closes
là où les hommes frappent leurs frères pour une obscure cause.
Le chant de la Muse, l’arpège en mode majeur
continuent de couvrir les hurlements de douleur.
Là où, dans le monde, sont la torture, la souffrance,
les puissants jouent la cadence de Marsyas.
Dans tout donjon obscur où a coulé le sang,
la lyre accompagne le chant de Marsyas.
Là où crient le tourment et la souffrance,
il y a toujours un joueur de lyre en leur présence.
Un virtuose du violon d’Apollon
joue pour les écorcheurs qui écorchent.

Alors, pas la peine de faire des vagues. Je ne veux pas qu’on chavire.
J’additionne les plus d’être mi-homme / mi-chèvre.
Au contraire de mon pauvre frère, Marsyas,
je n’ai jamais eu envie d’échapper à ma classe.
En fait, je n’ai rien contre le fait d’être satyre.
Je suppose que ça pourrait être bien pire.
Il faut juste trouver la meilleure façon d’exister
et je trouve, franchement, que le mieux, c’est pinté.

  • 22 Sian Thomas joue au théâtre notamment avec la Royal Shakespeare Company ou le National Theatre pou (...)
  • 23 Harrison Tony, Collected Poems, op. cit., p. 337-341.
  • 24 Id., Collected Film Poetry, op. cit., p. 11-70.

8C’est ensuite sa compagne, l’actrice Sian Thomas22, qui nous a offert une lecture théâtralisée de deux rôles écrits pour elle. Dans Les Maîtres de Carnuntum, elle incarne Faustina, l’épouse de l’Empereur romain Marc-Aurèle et mère de Commode. Cette pièce fut écrite et produite dans l’été 1995, quelques semaines seulement avant que Tony Harrison ne parte pour Sarajevo assiégée comme envoyé spécial pour le Guardian d’où il faxa au journal les « Poèmes de Bosnie23 », publiés à la rubrique « actualités internationales ». La barbarie de l’Empire romain que dénonce Faustina à Carnuntum, sur les bords du Danube à la frontière entre l’Autriche, la Hongrie et la Slovaquie, est ainsi une évocation de la tragédie en train de se dérouler non loin. En tant que femme, mère et épouse, elle constitue une nouvelle Hécube tentant de confier à la postérité la responsabilité du souvenir de la tragédie afin qu’elle ne se reproduise plus. La dichotomie entre innocence de l’enfance et barbarie des hommes rappelle ici un passage de The Big H, un film / poème de 1984 qui comporte un « Chorus of Mams » (chœur de mamans), avatar télévisuel du chœur tragique qui est un leitmotiv dans l’œuvre de Tony Harrison24 :

Certains de vos amis ne peuvent supporter
l’idée qu’un tel saint ait eu un tel héritier.
Et pour préserver l’image du sauveur stoïque,
ils ont inventé mon comportement lubrique.
Cela laissait l’icône stoïque innocent,
si mon adultère était puni par cet enfant.
Hélas, je ne puis accepter que ces froussards
renient la filiation de votre fils. Les menteurs !
En déifiant l’un et en diabolisant l’autre
c’est moi que l’on accuse, moi, la mère innocente.
Quand j’ai porté vos enfants, fait preuve de pudeur,
ceux qui vous sanctifient salissent mon honneur.
Pour l’histoire, je suis la pire des femmes et des putains
car personne n’a voulu croire que c’est de vous qu’il vient.
Mais moi, Faustina, je suis la seule qui sait
que vous êtes son père, qu’il est votre héritier.
Ces libelles et ses ragots sont totalement faux. Je n’ai jamais couché avec un autre que vous.
Vous avez de la chance de pouvoir libérer
votre réputation de cette paternité ;
de telles libertés ne me sont accordées.
Quand son fils fait couler le sang de la multitude,
une mère ne peut renier sa progéniture.
Enfants, ils ont bu le lait tiède de nos nénés
avant de pomper du sang dans le monde entier.
Quelles que soient les limites qu’ils aient franchies,
jamais ce lien précoce ne peut être détruit.
Je serais soulagée si l’histoire me faisait grâce,
à moi aussi, du poids d’avoir porté ce gnasse.
Parfois lorsque je m’imagine câlinant
mon Commode quand il n’avait encore qu’un an,
je serre des carcasses aux yeux ouverts sans cesse
que n’apaise aucun bercement malgré la tendresse.
Je découvre mes bras tachés de sang chargés
de quartiers d’ours et de bœuf découpés,
viande emmaillotée dans des chiffons sanguinolents
faits de drapeaux abandonnés jadis hissés fièrement
et je dois ajouter mes pleurs amers de mère
à la sinistre berceuse de cet abattoir,
en chœur avec Klara et également Rosa,
chacune d’entre nous une mater dolorosa,
les carcasses d’Adolf et Benito dans nos bras,
des tonnes de fils d’autres mères autrefois
et avec Yekaterina, dont le petit
a fait couler le lait puis le sang, alias Joseph Stalin.
Le monde irait-il mieux s’il croyait votre sperme innocent
d’avoir engendré ce démon assoiffé de sang ?
Si oui, je jurerais que Faustina la nymphomane
a baisé avec un combattant de l’arène.
Et si je jure ma folie devant Dieu,
cela dresse une barrière entre vous deux,
et établit un futur poste frontière
entre vos deux fantômes, l’un divin l’autre gangster.
Je laisserai raconter ces rumeurs
pour séparer l’âge de fer de l’âge d’or.
Si j’accepte de laisser prospérer ses calomnies,
le futur apprendra-t-il à espérer et à survivre ainsi ?
Pour libérer le rêveur sali par le vice de son chérubin,
je jurerai pour la postérité, « Oui, j’étais une putain ! »

9La seconde lecture théâtrale interprétée par Sian Thomas est un extrait de Fram, la dernière pièce en date de Tony Harrison. Dans cette tirade, Sybil Thorndike, illustre actrice britannique, invitée à un banquet de la Société des Nations où l’on débat de la meilleure façon de sensibiliser l’opinion publique et politique au problème de la faim dans le monde, oppose le pouvoir de la représentation théâtrale, vécue et reçue en un moment et un lieu uniques à ceux qui ne jurent que par le pouvoir de l’image cinématographique naissante. Pour prouver sa foi dans le pouvoir du verbe, cette actrice bien en chair, parée d’opulents bijoux dans sa robe de cocktail, décide de « jouer » le rôle d’une paysanne russe affamée.

SYBIL THORNDIKE (Femme de la Volga affamée)

Pardonnez-moi, pardonnez-moi ! Je suis si faible et si épuisée,
faute de nourriture, que je peux à peine parler.
Le dernier aliment que j’ai eu la chance de me mettre sous la dent,
c’est du pain que l’on fait à partir de brindilles et de crottin broyés.
On donne le dernier fourrage aux chevaux puis on attend
leurs déjections encore hérissées d’épis de blé nourrissants.
Un morceau de pain de crottin. Et cela fait déjà plusieurs jours.
Nos taudis se remplissent de neige à l’intérieur
depuis qu’on a ôté les toits car le chaume, étant du blé,
a été voracement démonté et broyé pour être mangé.
Mais il fait de plus en plus froid. On va se retrouver acculé
quand le transport fluvial sur la Volga prise par les glaces sera arrêté.
Chacun farfouille. On est désespéré. Désespéré. Y compris moi.
Sans un miracle, tous sans exception on mourra.
Désespéré. Désespérément affamé. N’importe quoi à manger.
Certains, dont moi, ont mis leur chien, leur chat, à mijoter.
Mais n’ont pas eu le cran, comme j’en ai vu d’autres le faire,
de mettre dans leur terrifiant ragoût un bout de notre chair.
Les femmes en travail espèrent que leurs bébés seront mort-nés
pour être délivrées du poids d’une nouvelle bouche affamée.
Celles qui le peuvent avortent et le petit fœtus chétif
fournit l’effroyable base du potage des misérables mangeurs de cadavres.
Certains se croit bénis quand périssent leurs enfants ;
leur chair garnit la tourte que dévorent les parents.
Les morts ont été exhumés. Tout ce qui ressemble à de la viande,
même six pieds sous terre, a l’air appétissant.
Pour leur enterrement, de toute façon, les morts doivent attendre ;
le sol est dur comme la pierre, le gel plus dur encore que la pelle.
Avec le froid qu’il fait dans la région, le cadavre pourrit plus lentement ;
le produit reste donc frais et peut être consommé.
Et pour les gens désespérés qui chaque jour meurent d’inanition,
ces piles de cadavres congelés sont une terrible tentation.
Ils n’ont plus rien. La viande congelée s’entasse par piles entières.
Leur choix, notre choix était cruel : devenir cannibale ou bien mourir.
Alors, bien que ce soit profondément choquant, il n’a pas été surprenant
de voir ces monstrueuses montagnes rapetisser
tandis que les survivants revenaient un par un la nuit tombée
prendre en cachette le corps de préférence d’un inconnu pour leur potée.
J’ai résisté. J’ai résisté, mais finalement, j’ai dû me résigner
et j’ai fini par sucer des bouts de chair laissés sur le pouce d’un humain.
J’avais vu trois babouchkas s’affairer autour d’une marmite
et, la nourriture étant rare, j’ai voulu savoir vite
ce qu’elles avaient réussi à glaner ; je suis donc allée
découvrir ce qu’elles avaient trouvé de bon à préparer.
Les fumées s’échappant du chaudron ne me donnaient que peu d’indications
mais l’odeur avait suffi pour me mettre en appétit.
À travers la vapeur irisée qui flottait au-dessus du chaudron fumant,
je voyais bien qu’il était plein de mains et de pieds humains.
Au lieu d’avoir un haut-le-cœur, comme peut-être vous l’imaginez,
l’odeur de ce ragoût fétide m’avait fait saliver.
Ils étaient si nombreux à s’attrouper autour du chaudron,
à l’affût de quelque chose à se mettre sous la dent : pouce, orteil bouilli, ou bien talon !
La foule autour du chaudron ne pouvait être contrôlée ;
des mains ont été brûlées en attrapant des mains bien mijotées
et j’ai moi-même plongé la main dans cette abjecte tambouille ;
elle en est ressortie brûlée mais remplie d’un pouce bouilli.
Cette première bouchée a causé ma perte. Ma perte, non au contraire.
Je n’aurais pas survécu jusqu’à présent sans les cadavres et leur chair.
Je suis devenue cannibale. Cannibale. Ma brûlure à la main,
trace de ce premier petit morceau dérobé, est devenu comme un stigmate.
Même si ma chair est marquée, personne ne devrait m’exclure
du monde des humains parce que j’ai vécu de leur chair.
Mais si vous voulez éviter que cette honte n’affecte
non seulement celles qui n’avaient d’autre choix mais aussi nous tous,
du fond de mon faible cœur qui bat encore là-dessous,
j’en appelle à vous toutes, mères occidentales, à vous,
afin de venir en aide à la Russie, pour ne plus réduire une mère
aux abois à briser de si terribles tabous et nourrir
ses enfants de paille broyée trouvée dans la crotte
ou de maudite chair humaine shashlik qui crépite sur la broche.
À l’aide, pazhalsta, à l’aide, aidez mon petit garçon,
il est presque déjà trop tard. Spasibo, spasibo bolshoi.

Sybil Thorndike jette un regard avide à la table chargée de nourriture. Elle se goinfre de morceaux volés dans les assiettes des invités, se saisissant de tout ce qui est comestible et semant le chaos sur la table. Nansen, Gilbert Murray, Sheldon, Eglantyne Jebb et Ruth Fry, horrifiés, ont un mouvement de recul. Sybil Thorndike s’effondre derrière la table et vomit. Elle réapparaît en se frottant la bouche. Puis elle vomit soudain sur la table. Sybil Thorndike, en colère, crie sur les hommes de l’ARA.

  • 25 La Cigale : restaurant chic du centre de Nantes où sont allés dîner les participants au colloque, e (...)

Désolée si je ne meurs pas de faim pour de vrai.
Elle se calme. Puis interrompt cet intermède avec ces mots :
Je meurs de faim ! Je ne dirais pas non
à un bon dîner au champagne à la Cigale25.

Bibliographie

Bibliographie complémentaire:

Fitzgerald Edward, The Rubbayat de Omar Kayyam [1859], New York, Dover, 1990.

Harrison Tony, Collected Poems, Londres, Penguin Books, 2016.

Harrison Tony, Fram, Londres, Faber and Faber, 2008.

Hoggart Richard, « In conversation », in Astley Neil (dir.), Tony Harrison. Bloodaxe Critical Anthologies: 1, Newcastle upon Tyne, Bloodaxe Books, 1991.

Meredith George, Modern Love (1860), Gillian Beer (éd.), Londres, Syrens-Penguin Books, 1995.

Starr H. W. et Hendrickson J. R. (éd.), The Complete Poems of Thomas Gray, Oxford, Oxford University Press, 1966.

Notes

1 Harrison Tony, Collected Poems, London, Viking, 2007, p. 119-215.

2 Ibid., p. 114-145.

3 Harrison Tony, Plays vol. 2, Londres, Faber and Faber, 2002, p. 209-345.

4 Ibid., p. 111-207.

5 Ibid., p. 1-110.

6 Harrison Tony, Plays vol. 4, Londres, Faber and Faber, 2002, p. 1-182.

7 Id., Plays vol. 5, Londres, Faber and Faber, 2004, p. 1-148.

8 Id., Plays vol. 3, Londres, Faber and Faber, 1996, p. 61-152.

9 Id., Collected Film Poetry, Londres, Faber and Faber, 2007, p. 133-152.

10 Id., Collected Poems, op. cit., p. 61.

11 Id., « Poetry is all I write », in Astley Neil (dir.), Tony Harrison. Bloodaxe Critical Anthologies : 1, Newcastle upon Tyne, Bloodaxe Books, 1991, p. 9. Ma traduction.

12 Cf. Harrison Tony, Plays. vol. 1, Londres, Faber and Faber, 1999.

13 Harrison Tony, Cracheur de feu, traduit de l’anglais par Cécile Marshall, Paris-Orbey, Arfuyen, 2011, p. 15.

14 Ibid., p. 25.

15 Ibid., p. 31.

16 Ibid., p. 67.

17 Ibid., p. 77.

18 Ibid., p. 81.

19 Ibid., p. 203.

20 Harrison Tony, Plays vol. 5, op. cit., p. 136-139.

21 Id., Cracheur de feu, op. cit., p. 155-201.

22 Sian Thomas joue au théâtre notamment avec la Royal Shakespeare Company ou le National Theatre pour ne citer qu’elles. Dans les œuvres de Tony Harrison, elle a joué Célimène dans la production de 1989 de The Misanthrope au National Theatre, Justus von Liebig, le chimiste, dans Square Rounds (1992), Faustina dans The Kaisers of Carnuntum (1995), Sybil Thorndike dans Fram (2007) et apparaît aussi dans le film / poème Crossings (2002). Sian Thomas a été nommée à la cérémonie des Olivier Awards en 2003. Sian Thomas est également très active à la télévision et au cinéma.

23 Harrison Tony, Collected Poems, op. cit., p. 337-341.

24 Id., Collected Film Poetry, op. cit., p. 11-70.

25 La Cigale : restaurant chic du centre de Nantes où sont allés dîner les participants au colloque, en compagnie de Tony Harrison et Sian Thomas, à l’issue de ces lectures poétiques et théâtrales.

Auteur

Maître de conférences en études anglaises depuis 2008, membre du CRINI puis du CLIMAS (EA 4196) à l’université de Bordeaux où elle exerce actuellement, elle a obtenu en 2010 la Bourse de traduction du Prix littéraire européen pour ses traductions du poète Tony Harrison, auquel elle a consacré sa thèse de doctorat Poésie, politique et ironie dans l’œuvre de Tony Harrison (2007) et de nombreux articles. Spécialiste française de ce poète britannique, elle a notamment traduit Tony Harrison, Cracheur de feu, Paris, Arfuyen, 2011 et Tony Harrison, Former United Kingdom. Trois poèmes républicains, Paris, Petropolis, 2009. Ses thèmes de recherche se concentrent autour des notions de poésie et politique, ironie, satire et identité, mémoire et commémoration, et schizophrénie culturelle High/low culture. Parmi ses publications : « Goûter les mots ou comment traduire Tony Harrison », in E-Crini, no 5, novembre 2013 ; « Tony Harrison : political and poetic defiance », in Contemporary Political Poetry in Britain and Ireland, Heidelberg, Universitatsverlag Winter Heidelberg, 2013 ; « “Behind the curtain, was it a devil or an angel ?” ou la mise en scène de fictions identitaires dans Concealment et Fever de la dramaturge sud-africaine Reza de Wet », in Théâtre et Nation : la création et la représentation scéniques d’identités nationales, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; « “Inwardness” and the “quest for a public poetry” in the works of Tony Harrison », in Intimate Exposure : Essays on the Public/Private Divide in British Poetry since 1950, London, McFarland, 2010 ; « Les lettres dans Crossings, un film-poème de Tony Harrison », in Lettres de cinéma. De la missive au film-lettre, Presses universitaires de Rennes, 2007. cecile.marshall@u-bordeaux-montaigne.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540