Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

Sixième partie. Le « néo » au-delà de l’Europe ; vers un post-néo ?

Chapitre XVIII. Regards de l’Europe sur l’Amérique latine : hypothèses pour une réinterprétation des Naufrages de Cabeza de Vaca chez Alejo Carpentier, Werner Herzog et Abel Posse

Jean-Marie Lassus

Texte intégral

1Issus de l’Europe du XVe et XVIe siècle, les chroniqueurs du Nouveau Monde nous ont laissé les premiers témoignages sur une réalité totalement inconnue, qu’il fallait souvent appréhender avec des mots nouveaux. À l’instar de Christophe Colomb lecteur de Marco Polo, cherchant le grand Khan dans les Antilles, ils ont projeté leurs propres représentations culturelles sur des terres inconnues rebaptisées « Nouveau Monde », comme si cet espace « nouveau » qui s’offrait alors à eux s’avérait déjà propice à toutes les manifestations ultérieures du « néo ». Le texte de Alvar Núñez Cabeza de Vaca Les Naufrages (1542), seul témoignage sur la désastreuse expédition de Pánfilo de Narváez en Floride (1527) est un exemple de ce phénomène. Il ouvre en effet des espaces nouveaux au genre de la chronique dans sa tentative d’organiser le chaos d’une réalité américaine qui tient davantage du « réel monstrueux » et du surréalisme que du « réel merveilleux ». Notre hypothèse est que la fin du premier chapitre des Naufrages a pu être une source de réécriture consciente ou non dans la littérature et le cinéma, notamment dans les œuvres d’Alejo Carpentier (Le partage des eaux [Los pasos perdidos], 1953), d’Abel Posse (Cabeza de Vaca, le Conquistador aux pieds nus, 2008 ; El largo atardecer del caminante, 1992) et de Werner Herzog dans son film Aguirre, la colère de Dieu (1972).

L’Amérique inventée : modernité du grotesque et du monstrueux

2Quelles représentations ou relectures du « Nouveau Monde » proposent aujourd’hui ces œuvres sur la base d’un récit tel que celui de Cabeza de Vaca qui, dans son écriture, s’affranchissait déjà en grande partie des stéréotypes habituels des chroniques ? Dans quelle mesure ces réécritures renforcent-elles la référence à un original, que celui-ci soit ou non revendiqué en tant que source ? L’analyse de ce continuum littéraire et de ses modalités semble marquer aussi une évolution dans la réappropriation d’un patrimoine culturel européen sur l’Amérique Latine et ses représentations, dont les échos n’ont pas fini de résonner y compris dans la littérature latino-américaine contemporaine.

  • 1 Schoennenbeck Sebastián, « América monstruosa y la novela monstruosa de José Donoso », Revista Lab (...)
  • 2 Kayser Wolfgang, Lo grotesco : su configuración en la pintura y literatura, trad. Ilse M. De Bruge (...)

3La modernité des chroniques a-t-elle d’ailleurs jamais cessé de nous interroger ? Dans un article consacré à ce qu’il appelle « l’Amérique monstrueuse et le roman monstrueux de José Donoso » Sebastián Schoennenbeck s’attache à dégager les traits « grotesques et monstrueux » du roman de l’auteur chilien José Donoso El lugar sin límites (1966)1. Il s’appuie pour cela sur des images qui selon lui étaient présentes dans les récits de voyages de la conquête et de la colonisation européenne du Nouveau Monde, où le monstrueux apparaissait comme un trait caractéristique. Dans son ouvrage sur le grotesque dans la peinture et la littérature, Wolfgang Kayser2 écrit quant à lui que le monstrueux naît justement de la confusion des domaines, le désordre et la disproportion apparaissant comme des caractéristiques du grotesque. Pour Sebastián Schoennenbeck, les antécédents visuels du grotesque de Donoso pourraient donc se trouver dans des représentations de la conquête et de la colonisation de l’Amérique, grâce auxquelles le sujet européen s’emploie à imaginer et à élaborer l’image des habitants du Nouveau Monde comme des déviations d’une norme qui se prétendait naturelle et universelle. Il fait allusion là aux gravures qui illustrent les livres de voyage, les bestiaires, et les oeuvres tératologiques des XVIe et XVIIe siècle.

  • 3 Cornejo Polar Antonio, « El obsceno pájaro de la noche. La reversibilidad de la metáfora », Buenos (...)

4Ce matériau textuel autant que visuel construit, à partir d’un regard européen ethnocentrique, l’image d’une Amérique comme celle « d’un autre inconnu ». Ainsi, pour Schoennenbeck, Donoso s’appuierait dans son roman sur une vieille tradition de représentation tératologique pour mieux la dépasser. Cette hypothèse présente le monstrueux comme un trait commun entre une Amérique imaginée et le roman de l’auteur chilien. Pour le critique péruvien Antonio Cornejo Polar, dans l’œuvre de José Donoso, le mythe est un discours destiné à « la destruction du monde3 ». Le chaos dans son oeuvre se nourrirait d’un substrat mythique faisant référence à un grand thème chez Donoso qui est celui de l’inversion. Ces analogies nous amènent à nous interroger sur la modernité et l’actualité des chroniques de la découverte, sur leur capacité créative à produire des images au lieu de reproduire de stéréotypes.

  • 4 Jocelyn Holt Alfredo, Historia de Chile. 1. El retorno de los dioses, Buenos Aires, Planeta, 2000.
  • 5 Rozat Guy, Indios imaginarios e indios reales en los relatos de la conquista de México, Xalapa, Uni (...)

5Car l’Européen s’est trouvé au moment de la découverte et de la conquête du Nouveau Monde face à face avec un univers différent et inconnu. Pour le découvrir et le dominer, il a été contraint de l’imaginer de façon créative. Pour Alfredo Jocelyn-Holt, dès lors que l’Amérique se pense en termes allégoriques, elle entre nécessairement dans le domaine de l’imaginaire4. Mais un imaginaire producteur d’images suscitées par la notion de frontière – géographique autant qu’humaine, frontière qui fait de l’Amérique une contrée perdue située aux confins du monde européen et de l’humanité –, le cannibale se trouvant pour la mentalité de l’époque à mi-chemin entre l’homme et le monstre. Cet imaginaire se nourrirait en fait d’une cosmogonie médiévale pour laquelle ces espaces étaient habités par des personnages terrifiants et étranges, dans une représentation analogique de l’Enfer. Selon cette approche, l’Europe représentait l’ordre du monde, et l’Amérique le monde à l’envers, donnant naissance à la théorie des antipodes : aux confins du monde, où l’on pouvait trouver des hommes à tête de chien qui aboyaient en parlant, les monstruosités humaines étaient choses normales. Pour expliquer une réalité américaine qui le dépasse et dépasse sa raison, l’Européen commence donc par relire ses anciens mythes : les sirènes, les Amazones et l’Eldorado n’en sont que quelques exemples. Encore faudrait-il se demander, comme le fait Guy Rozat, si le discours historique, qui n’est que l’un des discours possibles « sur » l’autre, parviendra jamais à être un discours « de » l’autre et si pendant cinq siècles « la recherche sur l’autre », l’écriture de l’Amérique, n’a jamais été autre chose pour l’Occident qu’une façon de s’affirmer en parlant de lui-même5.

Du réel merveilleux au réel monstrueux

6De son expédition en Floride, l’Espagnol Alvar Núñez Cabeza de Vaca, descendant d’une famille de soldats qui s’étaient pourtant illustrés dans la guerre contre les Maures et la Conquête des Canaries, ne ramènera rien d’autre qu’un texte qui est parvenu jusqu’à nous et qui constitue son seul « butin ». Cette chronique intitulée Les Naufrages raconte comment lui et trois de ses compagnons ont survécu à l’anéantissement de la flotte de Pánfilo de Narváez partie à la conquête de la Floride et comment pour survivre ils durent pendant 8 ans – de 1528 à 1536 – se mettre au service des tribus indiennes qui les utilisaient comme esclaves, avant d’être recueillis dans le nord du Mexique par les Espagnols. Cette situation à elle seule est déjà représentative d’un monde à l’envers : le Conquérant désormais naufragé est livré aux caprices de celui qu’il prétendait dominer et à qui il doit la vie. Chronique atypique, où l’ex-conquistador avoue désormais sa faiblesse et d’où est exclu tout discours euphorique sur le « Paradis » du Nouveau Monde, la représentation de l’Amérique que nous propose Cabeza de Vaca est plus proche du cauchemar que de l’Eden cher aux premiers textes de Christophe Colomb. On ne s’étonnera pas par conséquent de lire dès la fin du premier chapitre ces mots, qui nous plongent dans un monde où l’étrange le dispute à l’insolite, voire au fantastique, puisque le mystère et la peur sont omniprésents :

  • 6 Nuñez Alvar, Cabeza de Vaca, Les Naufrages, 1542, traduction d’Henri Ternaud-Compans, Paris, Mercu (...)

Une heure après que je fus débarqué, la mer commença à s’agiter extraordinairement ; le vent du Nord était si violent que les embarcations n’osèrent gagner la terre… Pendant cet ouragan, nous rodâmes toute la nuit sans trouver d’endroit où nous puissions être une demi-heure en sûreté. Toute la nuit, surtout depuis minuit, nous entendîmes un tumulte et un grand bruit de voix, de grelots, de flûtes, de tambourins et d’autres instruments, qui durèrent jusqu’au matin, où la tempête cessa. Jamais dans ces parages on avait vu une chose si épouvantable. J’en ai fait dresser un procès-verbal, que j’ai envoyé comme preuve à Votre Majesté. Le lundi matin, étant descendus au port, nous ne trouvâmes plus le vaisseau ; nous en aperçûmes les bouées qui flottaient sur l’eau, ce qui nous fit voir qu’il s’était perdu. Nous suivîmes la côte pour chercher quelques vestiges du naufrage ; mais n’ayant rien aperçu, nous gagnâmes les bois. Nous y vîmes à un quart de lieue de la mer la chaloupe d’un navire qui était sur des arbres. À deux lieues de là, sur la côte, on trouva les cadavres de deux personnes de mon bâtiment et des couvercles de caisses ; ces gens étaient si défigurés par les meurtrissures des rochers, que l’on ne pouvait plus les reconnaître ; on recueillit aussi une couverture et un manteau déchiré en morceaux ; voilà tout ce qu’on put découvrir6.

7Voici maintenant comment l’écrivain argentin Abel Posse « réécrit » en 1992 ce passage dans le roman qu’il consacre à Cabeza de Vaca et où il l’imagine, vieux, à Séville, livrant à l’Histoire ce qu’il n’a pas dit dans sa chronique :

  • 7 Posse Abel, El largo atardecer del caminante, Buenos Aires, Emecé Editores, 1992, p. 72-73. Tradui (...)

En plein jour, la nuit s’installa et la pluie tomba à torrents, poussée par un vent qui transformait les gouttes en véritables projectiles […] Puis, dans cette obscurité, nous entendîmes les voix puissantes des démons, qui parlaient et riaient sauvagement entre eux. Il y en avait légion. Ils dansaient sous ces rafales […] Nous entendions distinctement un horrible orchestre de diables qui agitaient des tambours, des grelots, des flûtes et d’autres instruments comme dans une cathédrale infernale. Cette Amérique était une terre de furies. Pour la première fois, j’en avais fait l’expérience. L’air avait comme une odeur de soufre. Nous respirions une humidité chaude et nous haletions, car cet air était aussi vicié et délétère que l’haleine d’une hyène. Ensuite, exténués par tant de menaces et de terreur, je crois que nous dormîmes profondément et perdîmes toute notion de temps. Quand nous pûmes sortir de la grotte un sinistre silence régnait […] Par endroits, la mer s’était enfoncée jusqu’au pied des collines et elle avait éradiqué toute présence humaine […] Un mille à l’intérieur des terres, nous trouvâmes la felouque d’un des navires qui n’avait pas vogué, mais tout simplement volé jusque-là. Puis, les corps méconnaissables des pilotes et, à un quart de mille de la baie du silence, ancré entre les arbres d’une colline, nous vîmes mon propre navire, que les démons avaient amené là avec grand soin, il faut le dire, jusqu’à cet endroit où il ne pourrait désormais lever l’ancre que pour s’élever vers le ciel, et où il ne servirait pas de nid aux poissons, mais aux oiseaux7.

  • 8 Rozat Guy, América, Imperio del demonio : cuentos y recuentos, México, Universidad Iberoamericana, (...)

8On voit de quelle manière Abel Posse réécrit le texte de Cabeza de Vaca : car s’il a conservé le caractère violent et démesuré de la Nature américaine que décriront souvent les chroniqueurs du Nouveau Monde, il interprète en revanche le concert nocturne comme une danse et un concert diaboliques, au sein d’une Amérique où règnent les furies, le chaos et la terreur, dans un contexte apocalyptique. Ici, la référence à l’original, loin de le banaliser, l’enrichit encore par des images renvoyant à l’Enfer : la métaphore des démons, notons-le, aurait pu aussi bien être utilisée par Cabeza de Vaca lui-même dans le contexte d’une Espagne inquisitoriale qui n’aurait pas rejeté cette référence à une Amérique « Empire du démon », selon la formule de Guy Rozat8. Mais c’est là une vision proprement eurocentriste que n’utilise justement pas Cabeza de Vaca, dont le texte, au fur et à mesure de son avancée, tiendra un discours de plus en plus humain sur « l’Autre », c’est-à-dire l’Indien.

9Or ce passage sur une Amérique plus effrayante qu’idyllique éveille d’autres échos dans la littérature latino-américaine contemporaine, comme celui du roman de Alejo Carpentier Le partage des eaux – Los pasos perdidos (1953) –, dont on a souvent dit qu’il était une des illustrations les plus abouties de son optique du « réel merveilleux ». Le narrateur anonyme de ce roman est un musicien newyorkais envoyé en mission au cœur de la forêt vierge vénézuélienne à la recherche d’instruments primitifs. Il découvrira dans cette quête à la fois l’origine de la musique et le réel merveilleux latino-américain, mais aussi un monde où règnent la peur et le mystère. On le voit lorsqu’il s’engage avec ses compagnons au cœur de la forêt dans un tunnel effrayant et où le concert qu’il entend lui fait ressentir un malaise profond :

  • 9 Carpentier Alejo, Le Partage des eaux, 1953, traduction de René Durand, Paris, Gallimard, 1953.

Au bout d’un certain temps de navigation sur ce cours d’eau secret, il se produisait un phénomène semblable à celui que connaissent les montagnards égarés dans les neiges : on perdait la notion de la verticalité, dans une sorte de désorientation, de chavirement de la vue. On ne savait plus ce qui appartenait à l’arbre et ce qui appartenait au reflet. On ne savait plus si la clarté venait d’en bas ou d’en haut, si le plafond était liquide ou si l’eau était chaussée […] J’avais peur. Les ombres d’un crépuscule prématuré s’épaississaient, et, à peine eûmes-nous organisé un campement sommaire, la nuit tomba […] Des fuites, des glissades, emplirent les ténèbres de frémissements. Quelqu’un, je ne savais où, se mit à essayer l’embouchure d’un hautbois. Un cuivre grotesque rit au fond d’un cours d’eau. Mille flûtes à deux notes, aux différentes tonalités, se répondirent à travers le feuillage. Puis ce furent des peignes en métal, des scies qui mordaient des bûches, des languettes d’harmonica, des trémolos et des stridulations de criquets, qui semblaient couvrir la terre entière. Il y eut comme des cris de paon, des borborygmes errants, des sifflements qui montaient et descendaient, des « choses » qui passaient sous nos hamacs, collées au sol, qui plongeaient, martelaient craquaient, hurlaient tels des enfants, hennissaient sur le sommet des arbres, agitaient des sonnailles au fond d’un trou […] Lorsque le sommeil vainquit la crainte des menaces qui m’entouraient, j’étais sur le point de capituler, de crier ma peur, pour entendre des voix humaines9.

  • 10 Rozat Guy, Indios imaginarios…, op. cit., p. 126.

10On remarquera que ces passages renvoient tous de façon plus ou moins explicite au « monde à l’envers », le ciel, la terre et la mer, les oiseaux et les poissons intégrant un nouvel imaginaire dans une perspective baroque. L’analogie avec les deux textes précédents se fait grâce à des sons et une musique mystérieuse surgie de nulle part, suscitant la peur, comme dans un récit fantastique. Mais ils seraient à rapprocher aussi d’une tradition antique. Dans son étude sur les Indiens imaginaires et les Indiens réels, Guy Rozat rappelle comment les sons et les cris, surtout s’ils étaient intempestifs, étaient interprétés dans la littérature hellénique : ainsi tout cri ou son inattendu prenait la dimension d’un « message » auditif. En revanche, certains phénomènes semblaient dépasser les catégories habituelles du sens, échappant à toute classification10. C’est sans doute ce qui fait la richesse du texte de Cabeza de Vaca et sa modernité, et suscite la réactivation de cette lecture des « présages auditifs » chez Carpentier.

De la chronique au cinéma

  • 11 Carpentier Alejo, « Lo barroco y lo real maravilloso », conferencia distada en el Ateneo de Caraca (...)

11Les narrateurs semblent ici incapables d’expliquer une réalité américaine qui les dépasse et dépasse aussi leur raison. Alejo Carpentier avait déjà dit à quel point les textes des chroniqueurs du Nouveau Monde, qui avaient connu cette frustration, avaient été fondateurs pour les écrivains latino-américains d’aujourd’hui, lui-même s’en servant de référence pour créer sa propre optique de représentation esthétique de l’Amérique11. Dans la conférence sur le baroque et le réel merveilleux qu’il donne à Caracas en 1975, l’écrivain cubain écrit que le réel merveilleux qu’il défend est le réel merveilleux qui appartient aux latino-américains ; celui, écrit-il, « que nous trouvons à l’état brut, latent, omniprésent, dans tout le monde latino-américain » :

  • 12 Ibid.

Là l’insolite est quotidien, a toujours été quotidien. Les livres de chevalerie ont été créés en Europe, mais ils ont été vécus en Amérique, car bien que les aventures d’Amadis de Gaule aient été écrites en Europe, c’est à Bernal Díaz del Castillo que l’on doit, avec son Histoire de la conquête de la Nouvelle Espagne le premier livre de chevalerie12.

  • 13 Ibid., p. 188. Nous traduisons.
  • 14 Llarena Alicia, « De nuevo el realismo mágico : del Mito a la posmodernidad », in Magic Realism: N (...)

12Ce que Carpentier et les écrivains latino-américains ont hérité des premiers chroniqueurs du Nouveau Monde, c’est la nécessité dans laquelle ils se trouvent de forger un nouveau langage et une nouvelle poétique, en raison d’une impuissance à décrire avec des mots de leur vocabulaire européen un monde nouveau et inconnu. Cette impuissance, pour Carpentier, est à l’image du conquérant du Mexique Hernán Cortés écrivant à Charles Quint : « Ne sachant pas mettre des noms à ces choses, je ne les exprime pas » ou encore à propos de la culture indienne : « il n’est pas de langue humaine capable d’en expliquer les grandeurs et les particularités13 ». Dans sa critique du surréalisme et sa défense du réel merveilleux – dont il avait fréquenté les représentants les plus reconnus à Paris –, Carpentier affirme que l’insolite est toujours « préfabriqué » chez les surréalistes, comme le résultat d’un collage artificiel de deux réalités distinctes, alors que le réel merveilleux, proposerait « une optique nouvelle » pour l’Amérique latine. Le grand critique uruguayen Angel Rama avait pourtant relevé ce que cette mise à l’écart des surréalistes pouvait avoir d’un peu inapproprié ; car comme le rappelle Alicia Llarena, pour Àngel Rama, le surréalisme a opéré au contraire comme un modèle discursif permettant de faire émerger les nouvelles visions du monde propre à l’Amérique latine14. Comment interpréter en effet l’image récurrente de la barque ou du navire dans l’arbre chez Cabeza de Vaca et Abel Posse ? C’est cette même image que l’on retrouve encore dans le film de Werner Herzog lorsque le « Conquistador fou » Lope de Aguirre, à la recherche de l’Eldorado pour y créer un royaume rival de la Couronne espagnole, voit tous ses rêves se briser et part à la dérive sur son radeau avec les seuls compagnons qui n’ont pas été décimés par les Indiens, ou par l’effet de sa propre folie criminelle.

13Mise en rapport avec des représentations plus contemporaines romanesques ou cinématographiques, cette image est aussi le symbole d’un rêve de puissance désormais inaccessible : celui que représentait la force des caravelles, désormais « avalées » par une nature américaine triomphante. Elle n’est pas sans rappeler non plus celles que l’on voit apparaître dans deux autres films traitant de la colonisation à deux moments de l’Histoire : l’hélicoptère américain en feu s’écrasant sur un arbre de la jungle vietnamienne dans le film de Francis Ford Coppola Apocalypse now (1979), qui rappelle et amène la croix, symbole du nouvel ordre religieux et colonial dans le Nouveau Monde du film d’Icíar Bollaín Même la pluie (2011). À travers ces représentations semble s’instaurer un discours symbolique sur le pouvoir : l’instrument de la Conquête, celui qui sert à transporter les troupes ou à instaurer un nouvel ordre militaire, social et spirituel, est désormais inutilisable et le dominant est désormais le dominé.

  • 15 Parmi les nombreux textes qui au XXe siècle se sont emparés de la figure de Lope de Aguirre, citon (...)

14Mais dans le cas spécifique qui nous occupe, celui de Alvar Núñez Cabeza de Vaca et de Lope de Aguirre, il faut aussi tenir compte de ce qui les réunit profondément, c’est-à-dire leur condition de « perdants ». Ces deux « anti-héros » ont en effet échappé à l’oubli auquel les condamnait leur échec : Cabeza de Vaca par l’écriture de ses mémoires, seul « butin » de son aventure. Et Aguirre par son nouveau statut de personnage romanesque, le roman latino-américain du XXe siècle s’étant emparé à plusieurs reprises de cette figure que la Couronne d’Espagne avait voulu vouer à l’oubli éternel parce qu’elle l’avait défiée15. Personnages quichottesques ou dantesques, Cabeza de Vaca et Aguirre ont en commun l’échec de leur projet. Mais de cet échec surgissent des écritures nouvelles : car ce n’est pas seulement par les mots que Cabeza de Vaca reste dans la mémoire, mais par le double vertige qu’il réussit à créer dès les premières pages de sa chronique pour mieux en donner le ton : celui du malaise provoqué par le concert nocturne infernal qui le conduit au bord de l’évanouissement et de « l’oubli de soi » – comme dans le texte de Carpentier –. Et celui du navire suspendu à l’arbre, témoin de l’impuissance du conquérant mais aussi moteur d’un nouvel imaginaire.

  • 16 Célèbre anecdote citée notamment par Mario Campaña, in « Literaturas mágicas de América latina » A (...)
  • 17 Nous remercions notre collègue Pierre Maréchaux de nous avoir suggéré lors de notre communication (...)

15On pourrait se demander, en relisant le texte de Cabeza de Vaca, si le surréalisme n’était pas en germe dès les premières chroniques américaines, tout aussi productrices d’images insolites que de stéréotypes. S’interroger aussi pour savoir si le texte du troisième journal de bord de Colomb confondant la Péninsule du Paria – l’actuel Vénézuéla – et l’embouchure de l’Orénoque avec l’un des fleuves du Paradis, alors qu’il est en train de frôler sans le savoir le continent auquel Amérigo Vespucci donnera son nom, n’est pas une des premières manifestations littéraire du « réalisme magique » cher à García Márquez. Questionner, en somme, la modernité de l’écriture « néo » des premiers témoignages écrits sur le Nouveau Monde ; avec la récurrence aujourd’hui, dans le cinéma et le roman contemporain, d’images que les chroniques ont contribué à créer pour mieux refonder, sans cesse, le rapport à l’Histoire et aux canons littéraires. En arrivant au Mexique en 1938, André Breton aurait déclaré que c’était le pays le plus surréaliste dans le monde, celui où le surréalisme était, plus qu’une doctrine, une réalité. Ce à quoi le poète chilien Jorge Cáceres aurait répondu : « Ici monsieur, nous ne sommes pas des surréalistes, mais des réalistes du sud16. » Cette capacité d’invention et d’inversion, de retournement des images et du langage propres à la réalité latino-américaine, est assurément l’une des manifestations les plus créatives du « néo ». Elle fait aussi de la chronique un genre puisant à la fois dans les imaginaires anciens et nouveaux17.

Notes

1 Schoennenbeck Sebastián, « América monstruosa y la novela monstruosa de José Donoso », Revista Laboratorio 1, 2009, n. p. [<http://www.revistalaboratorio.cl/2009/12/america-monstruosa-y-la-novela-monstruosa-de-jose-donoso/>]. Dernière consultation le 4 mai 2016.

2 Kayser Wolfgang, Lo grotesco : su configuración en la pintura y literatura, trad. Ilse M. De Bruger, Buenos Aires Brugger, Buenos Aires, Nova, 1975.

3 Cornejo Polar Antonio, « El obsceno pájaro de la noche. La reversibilidad de la metáfora », Buenos Aires (1972-1973) : 15-22, in A. Chesak Laura, José Donoso. Escritura y subversión del significado, Verbum Editorial, 1997, disponible sur [https://books.google.fr]. Dernière consultation le 4 mai 2016.

4 Jocelyn Holt Alfredo, Historia de Chile. 1. El retorno de los dioses, Buenos Aires, Planeta, 2000.

5 Rozat Guy, Indios imaginarios e indios reales en los relatos de la conquista de México, Xalapa, Universidad Veracruzana, 2002, p. 18-19.

6 Nuñez Alvar, Cabeza de Vaca, Les Naufrages, 1542, traduction d’Henri Ternaud-Compans, Paris, Mercure de France, 1980, p. 33-34.

7 Posse Abel, El largo atardecer del caminante, Buenos Aires, Emecé Editores, 1992, p. 72-73. Traduit par Romain Magras, Cabeza de Vaca, le Conquistador aux pieds nus, Paris, Actes Sud, 2008.

8 Rozat Guy, América, Imperio del demonio : cuentos y recuentos, México, Universidad Iberoamericana, 1995.

9 Carpentier Alejo, Le Partage des eaux, 1953, traduction de René Durand, Paris, Gallimard, 1953.

10 Rozat Guy, Indios imaginarios…, op. cit., p. 126.

11 Carpentier Alejo, « Lo barroco y lo real maravilloso », conferencia distada en el Ateneo de Caracas, 22 mai 1975, in Tientos, diferencias y otros ensayos, Madrid, Ed. Plaza y Janés, 1987, p. 187. Nous traduisons.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 188. Nous traduisons.

14 Llarena Alicia, « De nuevo el realismo mágico : del Mito a la posmodernidad », in Magic Realism: New Perspectives and Theoretical Advances, Canadian revew of comparative littérature, vol. 30, no 2, 2003. Disponible sur [https://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/crcl/article/.../]. Dernière consultation le 4 mai 2016.

15 Parmi les nombreux textes qui au XXe siècle se sont emparés de la figure de Lope de Aguirre, citons notamment : Bayo Ciro, Los Marañones, leyenda áurea del Nuevo Mundo (1913) ; Úslar Pietri Arturo, El camino de El Dorado (1947) ; Sénder Ramón J., La aventura equinoccial de Lope de Aguirre (1968) ; Posse Abel, Daimón (1978) ; Otero Silva Miguel, Lope de Aguirre, príncipe de la libertad (1979) ; Reyes Ángela, Adiós a las amazonas (2004) ; Torrente Ballester Gonzalo, Lope de Aguirre : crónica dramática de la historia americana en tres jornadas (1941) ; Sanchís Sinisterra José, Lope de Aguirre, traidor (1992) ; Britto García Luis, El tirano Aguirre o La conquista de El Dorado (1976).

16 Célèbre anecdote citée notamment par Mario Campaña, in « Literaturas mágicas de América latina » Ajoblanco, Barcelona, no 109, julio y agosto de 1998, p. 45-48.

17 Nous remercions notre collègue Pierre Maréchaux de nous avoir suggéré lors de notre communication que l’image du bateau dans l’arbre chez Cabeza de Vaca pouvait être aussi une réminiscence des lectures des Métamorphoses d’Ovide.

Auteur

Professeur des universités au Département d’études hispaniques de l’université de Nantes en langue, littérature et civilisation de l’Amérique latine, membre du CRINI, il est président de la commission Les Amériques du Conseil universitaire des relations internationales de l’université de Nantes et responsable nantais de l’Institut des Amériques. Sa recherche est centrée sur la problématique des écritures de l’Histoire et des représentations de l’imaginaire en Amérique latine, avec un champ d’investigation privilégiant les XXe -XXIe siècles pour le roman et le XVIe siècle pour l’étude des documents sur la conquête et la colonisation. En ce qui concerne le XXe siècle, cette recherche tente d’explorer les formes du « nouveau roman historique » en Amérique latine et les récits biographiques et autobiographiques. Elle étudie les productions liées aux phénomènes migratoires de l’espace Atlantique, en s’attachant plus particulièrement à l’analyse des discours (romans historiques, témoignages, chansons, récits de vie). jean-marie.lassus@univ-nantes.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540