Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

Cinquième partie. « Néo » et modernité, identité et transculturalité

Chapitre XVII. La « modernisation » de vieux sujets par Julius Zeyer ; les relations franco-tchèques dans l’œuvre de Zeyer

Miroslava Novotná

Texte intégral

  • 1 Julius Zeyer est né le 26 avril 1841 à Prague où il est mort également le 29 janvier 1901.

1L’objet du présent article cherche à éclaircir l’importance d’un écrivain tchèque de la seconde moitié du XIXe siècle non seulement pour la littérature tchèque, mais aussi pour la littérature « européenne ». Julius Zeyer, considéré comme le plus francophile de tous les écrivains tchèques de la fin du XIXe siècle1, a choisi la méthode de l’adaptation plutôt que celle de la traduction pour présenter les ouvrages d’anciennes époques, de diverses cultures, de diverses nations. Mais c’étaient surtout les cultures tchèque et française qui étaient toujours au centre de son attention créatrice.

Le milieu entourant Julius Zeyer

  • 2 De plus, Julius Zeyer a été fortement influencé par sa nourrice qui lui racontait des contes de fé (...)

2Julius Zeyer était le fils d’un père français et d’une mère née dans une famille juive de Prague2. Dans la famille, on parlait français ou allemand et l’ambiance de la maison Zeyer répondait aux sentiments tchèques de l’époque qui traversait une grande crise ne touchant pas uniquement la société tchèque vivant sous la domination austro-hongroise, mais aussi l’Europe entière.

  • 3 Putna Martin C., Česká katolická literatura v evropském kontextu 1848-1918, Praha, Torst, 1998, p. (...)
  • 4 Cf. Peylet Gérard, La Littérature fin de siècle de 1884 à 1898 : entre décadentisme et modernité, (...)

3Julius Zeyer voyageait souvent en France où il avait certains amis tchèques, mais aussi bien sûr des amis français comme Joris-Karl Huysmans. Certains théoriciens littéraires comparent le personnage de Zeyer et celui de Huysmans ; ils établissent des parallèles dans leurs ouvrages, l’évolution de leurs crises personnelles, la recherche d’une vraie foi et de vraies valeurs de vie3. De plus, la France de cette époque souffre d’un grand pessimisme causé par les événements de la fin du dix-neuvième siècle4.

4La société tchèque était sur le point de réintroduire la langue tchèque dans les écoles et dans les institutions de la monarchie austro-hongroise qui pendant deux siècles avait essayé d’opprimer violemment la culture tchèque. Dans cette ambiance de recherches de nouvelles voies pour la société, Julius Zeyer voulait illustrer le fameux passé des Tchèques en l’appuyant sur les épopées des héros ancestraux.

  • 5 Ibid., p. 19.

5Pendant toute sa vie, Julius Zeyer a cherché la voie d’une vraie croyance. « L’effondrement de la foi catholique accompagne aussi l’évolution de la société française. Cet effondrement de la foi et cet affaiblissement du monde catholique vont paradoxalement susciter dans les années 1880 la nostalgie d’une croyance » ; ce sont bien là les composantes du mal fin de siècle : le sacré, sans cesse désiré, est sans cesse ressenti comme lointain, et pensé comme lointain, par des hommes fatigués de trop connaître5.

  • 6 Ibid., p. 37.

6Les écrivains français et certains écrivains tchèques, dont Julius Zeyer en particulier, cherchaient des possibilités d’échapper à un monde rongé par le pessimisme. Ils prônaient un art nouveau développé en marge des institutions religieuses, politiques et économiques. Dans la mentalité fin de siècle se forme une sorte de croyance en la convertibilité des arts qui s’appuie sur la théorie des « correspondances » et la pratique de la synesthésie6. C’est un des traits prédominants de la création poétique de Julius Zeyer. Les connaisseurs de l’œuvre de Zeyer classent cet écrivain comme un auteur préraphaélite. C’est un autre élément reliant ses idées poétiques avec celles des écrivains français de la fin du siècle :

  • 7 Ibid., p. 37-39.

Rares ont été les écrivains idéalistes de cette époque à n’avoir pas été touchés par le mouvement préraphaélite. Ce mouvement a d’ailleurs été un mouvement mixte, et l’action de la poésie préraphaélite n’a pas été moins importante que celle de la peinture. L’inspiration, les thèmes sont les mêmes dans les tableaux et dans les poèmes. L’art préraphaélite n’est pas un art populaire, il est réservé à quelques initiés. Et pourtant les principes de base de ce mouvement reposent sur une mystification. L’art préraphaélite, comme son nom l’indique, prône le retour à l’art primitif ! Or rien n’est moins primitif, rien n’est moins naïf que les madones de Rossetti. Le retour à l’inspiration médiévale sert de prétexte à l’artiste pour substituer aux décors vulgaires de la réalité des décors de rêve et de légende. […] Ce que les écrivains retrouvent en outre dans l’art préraphaélite, c’est la même spiritualité, vague, inquiète qui se cherche et s’exprime finalement de manière esthétisante. […] Esthètes et écrivains idéalistes de la fin du siècle ont aimé la beauté insolite et ciselée de ses compositions. […] Ses œuvres réunissent la perfection formelle et l’attrait du mystère7.

7C’est là l’une des caractéristiques les plus nettes de l’œuvre de Julius Zeyer ! Ses épopées, ses textes prosaïques de même que ses drames sont remplis d’imagination picturale, de synesthésies. L’influence de l’art nouveau est également sensible et reconnaissable dans la vision poétique de Zeyer. Les traits du style de l’écrivain et les procédés qu’il utilise pour sa création poétique sont servis d’un côté par les origines du poète en étroite relation tant avec le milieu français qu’avec le milieu tchèque, et de l’autre par le caractère exceptionnel du personnage de Julius Zeyer. L’écriture, la culture en général lui offrent une fuite dans le passé et un oubli du présent détesté. Il est intéressé par la méthode comparatiste des chercheurs français qui l’a conduit à l’étude des mythes celtiques, à travers des légendes grecques et romanes, jusqu’aux anciennes épopées orientales et occidentales. En étudiant tous ces mythes, Zeyer a essayé de découvrir le sens de la vérité, de la compréhension du monde. Il était fasciné par la diversité de conception des religions, mais qui avaient un trait commun : le bien et la vérité. De plus, chez Zeyer, ces deux éléments étaient soumis au point de vue esthétique.

  • 8 Jan Voborník (Pohoří u Rychnova nad Kněžnou, 1854, Prague, 1946) a été professeur de tchèque, de l (...)
  • 9 Voborník Jan, Julius Zeyer, Praha, Unie, sv. 35, 1907, p. 49.
  • 10 Ibid., p. 62.

8Jan Voborník8, l’un des connaisseurs les plus compétents de l’œuvre de Julius Zeyer, caractérise le style de la création de Zeyer par les mots suivants : « Zeyer a écrit des poèmes, il a construit, il a rénové et il a paraphrasé. C’étaient, globalement, ses quatre façons de créer. Il aspirait à l’excellence dans tout ce qu’il entreprenait9. » Mais une question subsiste : pourquoi avoir choisi justement les adaptations, ces procédés de nouvelles transpositions, plutôt que les traductions ? C’est de nouveau J. Voborník et Zeyer lui-même qui expliquent cette conception. À l’époque où les Tchèques cherchent à retrouver les liens de l’évolution culturelle et sociale, interrompue pendant deux siècles, il faut avant tout renouer avec le passé. De cette façon, on ne traduit pas la modernité, mais on crée le nouvel art, médiateur, avec la nouvelle psychologie. De plus, la force créatrice prend plaisir à rénover les vieilles formes, aujourd’hui dépassées, en les remplissant d’un nouveau contenu plus important. Ainsi, cette force créatrice les invente pour la deuxième fois10.

La rénovation zeyérienne

9L’une des approches créatrices du poète Julius Zeyer était « la rénovation ». Ce procédé découle de la fascination du poète pour un ancien sujet en raison de sa beauté et du désir de faire partager les mêmes sentiments à ses contemporains. Grâce à son âme sensible, cultivée et aussi moderne, Zeyer a saisi la capacité d’un ancien sujet à s’ennoblir et à revivre sous une forme modifiée en continuant à influencer le lecteur. Il a été convaincu qu’il convenait de relier l’âme tchèque contemporaine au modèle ancien d’illustre chevalerie qui, issue de vieilles chroniques du quatorzième siècle, avait déjà fasciné les anciens Tchèques. Zeyer prend bien conscience que cette tâche revient à la traduction, mais, selon lui, elle ne peut pas le faire convenablement à son époque.

  • 11 Ibid., p. 193.

10Les originaux anciens contiennent des éléments qui heurtent l’âme et le goût de la nouvelle époque. Le procédé d’adaptation peut supprimer ces défauts en poétisant convenablement le texte, en réduisant certains passages ou, au contraire, en consacrant plus de place à d’autres passages. À l’époque de Julius Zeyer on a, bien sûr, également fait des traductions, mais selon le poète, les traductions sont réservées à une élite restreinte et elles ne sont pas aptes à servir l’intérêt national11.

  • 12 Ibid., p. 196-197.

11La technique poétique des adaptations de Julius Zeyer utilise plusieurs procédés : elle ne recourt pas uniquement aux réductions ou aux élargissements de certains passages, elle sait leur adjoindre des couleurs poétiques, les animer de mouvements de passion, approfondir certains sentiments et en harmoniser d’autres avec la nature ou l’ornementation du milieu. Zeyer modifie la suite des actions et des descriptions en vue de les présenter dans l’ordre favorisant la compréhension. Les corrections les plus importantes s’attachent aux traits caractéristiques des personnages. Jan Voborník constate qu’il s’agit là d’un travail moderne ayant pour but de rafraîchir, de rénover et d’inciter. Il lutte contre le sentimentalisme et réveille le désir des Tchèques de revenir sur les temps de leur passé glorieux accordé à leur âme chevaleresque, les temps de grands idéaux12.

12Pour faire comprendre l’ampleur des inspirations thématiques, nous présentons la liste des ouvrages remarquables de notre auteur :

  • les sujets tchèques : Du papier en cornets, L’oiseau irisé, Son univers et le sien, Miss Olympia, À la limite des mondes étrangers, Le conte de Noël, Xaver, Terese Manfredi, Vyšehrad, Griselda, Rococo, Olgerd Gejštor, L’arrivée de Čech, La colère de Libuše, Šárka, Jan Maria Plojhar, Inultus, Samko oiseau, Neklan, La maison à l’étoile plongée, Radúz et Mahulena, Trois mémoires de Vít, Choráz ;
  • les sujets français : Le Roman de l’amitié fidèle d’Amis et Amil, Bianca, La Chronique de Saint Brandan, L’Histoire de l’amour de Provence, Alexej, homme de Dieu, L’Épopée carolingienne : Histoire de Charlemagne, La Chanson de Roland, Le Roman des quatre fils Aymon, La Chanson du couronnement du roi Louis ;
  • les sujets espagnols : L’aventure de Madrana, Ramondo Lullo, Doña Sancha, Gabriel de Espinosa, L’Erreur de Tankred, Amparo, El Cristo de la Luz ;
  • les sujets italiens : La Légende de Donatello, La vieille histoire, Où, Seigneur, marches-tu, La neige à Florence, Le Péché de Fenice, Quissard et Ghismonde, Pia de Tolomei ;
  • les sujets japonais et chinois : La Trahison dans la maison de Han, Le Bonheur dans le jardin des pêchers fleuris, Les frères, Gompaci et Komurasaki, La chanson de la nuit tiède, Le miracle de l’amour, La soirée chez Idalie ;
  • les sujets russes : André Tchernychef, Darija, La Chanson de la vengeance d’Igor, La chanson du chagrin du bonhomme Roman Vasilitch, L’Histoire du bon tzarevitch Eustaphe ;
  • les sujets bibliques : Qu’est-ce que la larme peut faire ?, La mort d’Ève, Sulamit, La sœur Pascaline, Des temps de l’aube rose, Le roi Kofétua, L’arrivée du fiancé, La légende du chevalier, Alban, Christine la Merveilleuse, Le jardin de Marie, Sous le pommier, Les yeux de Kunal ;
  • les sujets hébraïques, égyptiens, grecs : Les mythes de Chochana, Le Roi Menkera, Tillotame, Hélène, Les yeux de Kunal, Assenat ;
  • les sujets nordiques : Le retour d’Ossian, La légende d’Erine, Dans le crépuscule des Dieux, Le Voyage de Maeldun, Le Témoignage de Tuan, etc.

L’inspiration par la littérature médiévale

  • 13 Ibid., p. 19.

13Julius Zeyer profite de tous les avantages du texte littéraire : il active la fantaisie du lecteur, il l’introduit directement dans l’action grâce à ses propres techniques créatrices. Le poète se pose la question de savoir s’il est nécessaire de reculer devant la poésie médiévale parce qu’elle est liée à la notion du romantisme. Les Tchèques peuvent-ils laisser passer toutes les relations par lesquelles ils avaient été liés à la culture européenne et qui avaient été interrompues par la domination d’une autre nation ? Entre autres, notre poète souligne qu’« avant d’entrer dans l’inconnu, il faut chercher à savoir où mènent et d’où viennent tous les chemins. Regarder en arrière ne signifie pas encore marcher en arrière13 ».

14Les textes médiévaux ont intéressé Julius Zeyer surtout du point de vue poétique, ils l’ont influencé par la naïveté des premiers textes littéraires, du point de vue humain et du point de vue de la recherche éternelle de la vérité et de la foi. Tous ces points présentés sont marquants dans ses adaptations de la poésie épique médiévale française. Il ne s’agit pas seulement de L’Épopée carolingienne, mais également de La Chronique de Saint Brandan en vers, d’Alexis, l’homme de Dieu en prose ou de L’Histoire de l’amour de Provence en vers.

La Chronique de Saint Brandan

15Pour écrire sa chronique en vers blanc iambique, l’auteur était influencé par La Légende de Saint Brandan du début du XIIe siècle. Outre La Chronique de Saint Brandan, Zeyer a écrit un autre texte prosaïque inspiré des légendes irlandaises : Le Voyage de Maeldun. Les deux textes contiennent les aventures odysséennes qui sont toujours liées à la recherche de la justice et à l’idée de la suprématie de la foi chrétienne, qui d’ailleurs définit la majorité des textes épiques médiévaux et aussi la majorité des ouvrages zeyériens.

16En voyageant en Italie, Zeyer a été influencé par les lieux où avait vécu saint François d’Assise et par les légendes de sa vie ascétique, puis par les histoires concernant saint Patrice et enfin par l’ancienne légende irlandaise de saint Brandan. La Chronique de Saint Brandan a été achevée à Rome en 1884. Le texte a été très bien accueilli par les lecteurs et aussi par les critiques. En 1896, Zeyer publie son deuxième texte, Le Voyage de Maeldun. Jan Voborník, auteur de la monographie sur Zeyer, compare cette adaptation de la vieille légende irlandaise avec La Divine Comédie :

  • 14 Ibid., p. 245. La vengeance est le motif essentiel du Voyage de Maeldun.

Comme Dante aussi Maeldun est passé par l’Enfer, par le Purgatoire et par le Paradis et est devenu un autre homme. Il a vu des vices répugnants mais vertueusement, il a su les éviter, il s’est purifié par le pèlerinage de la vie et a connu le vrai visage de la justice et le prix de la vie : l’amour. Il a complètement renoncé à la vengeance14.

Alexis, l’homme de Dieu

17Le voyage en Russie de 1893 était le troisième séjour de l’écrivain dans ce pays. Zeyer a été émerveillé par la nature, par le peuple et par ses vieilles chansons. Grâce à toutes ces connaissances, à toutes ces inspirations directes, l’auteur a créé l’adaptation de La Vie de Saint Alexis. Le poète modifie la légende médiévale par son procédé original tout en profitant abondamment des figures poétiques et rhétoriques. Le début du récit donne l’impression qu’il copie les locutions figées employées par les narrateurs russes. De la stylisation initiale, le poète passe à son propre style narratif qui est donné avant tout par de riches épithètes, maintes comparaisons, des apostrophes, des phrases complexes, par des images verbales pleines de couleurs et de sons.

Le Roman de l’amitié fidèle d’Amis et d’Amil

18 Le Roman d’amitié fidèle d’Amis et d’Amil est une autre adaptation zeyérienne écrite en prose. Le roman a été publié pour la première fois en 1877. Il s’agit d’une adaptation libre : Julius Zeyer conserve les événements de la vieille chanson de geste, mais il les enrichit, il ajoute de nouvelles images, il renforce les émotions. Les chevaliers Amis et Amil subordonnent leurs actions non seulement à l’honneur chevaleresque et chrétien, mais aussi aux vertus morales et courtoises. La composition du Roman est vraiment intéressante : le texte est divisé en dix chapitres, chaque chapitre porte le nom d’un personnage du roman. La base du chapitre consiste dans le portrait poétique du protagoniste. Les actions, les gestes, les situations et même les décors dérivent de ce portrait. Les chapitres ne sont pas isolés, ils se complètent, ils s’entrelacent et graduent l’action du roman comme l’entité narrative. Le Roman d’amitié fidèle d’Amis et d’Amil contient deux intermèdes : le premier est formé par le spectacle sur Judas qui peut être sauvé par un enfant innocent. L’autre, intitulé Bifrost, est une histoire métaphorique de la ceinture miraculeuse.

19Là, il faut noter que la capacité de Zeyer de créer non seulement des portraits littéraires, mais des tableaux poétiques suggestifs est si puissante que ses textes ne sont presque pas accompagnés d’illustrations. Grâce à cette capacité, à une riche imagination et à une maîtrise verbale parfaite, le poète a créé un beau texte inhabituel.

L’Histoire de l’amour de Provence

20Il est nécessaire de mentionner également un beau texte de Julius Zeyer, L’Histoire de l’amour de Provence. En voyageant en Tunisie, Zeyer s’était émerveillé du palais royal qui réveilla dans son imagination l’histoire de l’amour fidèle d’Aucassin et Nicolette. L’adaptation zeyérienne devient l’apothéose de la féminité de la brave Nicolette, de sa beauté spirituelle et physique. Le texte entier est écrit en vers blanc iambique, il est conçu comme l’histoire d’un grand amour éternel.

Conclusion

21Tout en considérant l’ampleur énorme des inspirations des ouvrages zeyériens, j’ai choisi surtout les textes français pour présenter brièvement le mode de travail créateur de Zeyer, pour montrer son rôle dans la tradition littéraire au cœur de l’Europe. Ses adaptations sont devenues une part inséparable de la littérature tchèque et elles sont appréciées de plus en plus par les générations des XXe et XXIe siècles. Une riche imagination poétique inhabituelle confirme les valeurs indiscutables de toute l’œuvre de Julius Zeyer et prouve qu’il nous reste toujours beaucoup de mystères et de trésors poétiques à découvrir.

Bibliographie

Références bibliographiques complémentaires :

Blanchard Joël, Quereuil Michel, Ami et Amile, chanson de geste, Paris, Librairie Honoré Champion, 1985.

Dembowski Peter F., Ami et Amile, Paris, Librairie Honoré Champion, 1969.

Dufournet Jean, Aucassin et Nicolette, Paris, Flammarion, 1984.

Dossogne Jean-Michel, Saint Brendan le Navigateur, Abbé, 2005 (en ligne) : [http://mypage.bluewin.ch/brandan/pages/page02.html] (page consultée le 10 novembre 2012).

Jelínek Hanuš, Aucassin a Nicoletta, Praha, Odeon, 271. sv. Klubu čtenářů, 1969.

Novák Otakar, « La Littérature française des origines à la fin du XVIIIe s. », Brno, Spisy filosofické fakulty University J. E. Purkyně, 195, 1974.

NovotnÁ Miroslava, « De Turoldus à Zeyer », Échanges : créer, interpréter, traduire, enseigner, Łask, Officyna Wydawnicza LEKSEM, 2004, p. 74-80.

Id., « Les portraits des héros dans le roman Amis et Amil de Julius Zeyer », Opera Romanica 6, Jihočeská univerzita, České Budějovice, 2005, p. 329-341.

Id., « Adaptace francouzských středověkých literárních textů v díle Julia Zeyera », Otakar Novák ; Tradice a modernost, Brno, Masarykova univerzita, 2006, p. 65-75.

Id., « À la recherche du paradis », Sens Public, Revue électronique internationale, 2007 (en ligne) : [http://www.sens-public.org/spip.php?article407] (page consultée le 6 novembre 2012).

Zeyer Julius, Karolinská epopeja I, Praha, Unie, sv. 19, 1906.

Id., Karolinská epopeja II, Praha, Unie, sv. 20, 1906.

Id., Román o věrném přátelství Amise a Amila, Praha, Odeon, Klub čtenářů, sv. 18, 1983.

Id., Z letopisů lásky I., Praha, Unie, sv. 3, 1906.

Notes

1 Julius Zeyer est né le 26 avril 1841 à Prague où il est mort également le 29 janvier 1901.

2 De plus, Julius Zeyer a été fortement influencé par sa nourrice qui lui racontait des contes de fées, d’anciennes histoires et des mythes tchèques.

3 Putna Martin C., Česká katolická literatura v evropském kontextu 1848-1918, Praha, Torst, 1998, p. 621-634.

4 Cf. Peylet Gérard, La Littérature fin de siècle de 1884 à 1898 : entre décadentisme et modernité, Paris, Vuibert, 1994, p. 16 : « Le désastre de Sedan, le siège de Paris, la capitulation suivie du soulèvement de Paris provoquent un malaise et une remise en question des valeurs traditionnelles dans les milieux cultivés. L’épisode du boulangisme, les scandales politiques comme celui de Panama, les attentats anarchistes enfin augmentent le pessimisme des nouvelles générations intellectuelles. »

5 Ibid., p. 19.

6 Ibid., p. 37.

7 Ibid., p. 37-39.

8 Jan Voborník (Pohoří u Rychnova nad Kněžnou, 1854, Prague, 1946) a été professeur de tchèque, de latin et de grec ; il a été aussi traducteur, critique et auteur des drames.

9 Voborník Jan, Julius Zeyer, Praha, Unie, sv. 35, 1907, p. 49.

10 Ibid., p. 62.

11 Ibid., p. 193.

12 Ibid., p. 196-197.

13 Ibid., p. 19.

14 Ibid., p. 245. La vengeance est le motif essentiel du Voyage de Maeldun.

Auteur

Maître assistante au Département de langue et littérature françaises de la faculté de pédagogie de l’université Masaryk de Brno en République tchèque, elle enseigne la pratique théâtrale en français langue étrangère et la littérature médiévale française à des étudiants de licence et de maîtrise de français. Dans le prolongement de sa thèse de doctorat Les inspirations françaises dans « les tableaux rénovés » de Julius Zeyer portant sur les chansons de geste dans l’œuvre de cet écrivain tchèque du XIXe siècle, elle a publié divers articles ayant trait à la littérature médiévale et de jeunesse. Elle possède une expérience de pédagogie théâtrale, de traductrice, de metteur en scène et de formatrice de futurs enseignants. mir.novotna@gmail.com

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540