Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

Cinquième partie. « Néo » et modernité, identité et transculturalité

Chapitre XVI. Migrations, continuité et ruptures néo-helléniques à travers l’œuvre de Vassilis Alexakis

Michel Calapodis

Texte intégral

  • 1 Si l’on excepte le travail de Balta Venetia, Problèmes d’identité dans la prose grecque contempora (...)
  • 2 Manço Altay, « Compétences interculturelles et stratégies identitaires », Agora – Débats/Jeunesses(...)

1Ainsi qu’il en ressort de son intitulé, la présente étude se propose d’explorer un champ qui n’a pas fait l’objet, jusqu’à présent, d’études approfondies dédiées1, je veux parler de la littérature francophone de la migration grecque contemporaine, et plus particulièrement à l’intérieur de celle-ci, des rapports entre les identités collectives (religion, langue, nation) et les différents « hellénismes », l’hellénisme diachronique et le néo-hellénisme. Dans ce cadre, le choix de l’œuvre de V. Alexakis s’imposait de lui-même, ne serait-ce que parce que cet écrivain fait office de parangon ou – pour employer une terminologie de sociologue – d’idéal-type des phénomènes actuels de syncrétisme identitaire, d’identités transculturelles2 ou diasporiques en Europe, et plus spécifiquement dans le monde hellénique.

  • 3 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, Paris, Fayard, 1997, p. 18 : « Je n’ai pour ma part aucune excus (...)
  • 4 Mentionnons toutefois sa venue en 1961 à Lille pour des études de journalisme, activité qu’il exer (...)
  • 5 N. Kazanztakis a écrit directement en français deux romans : Toda raba, Moscou a crié (1929) et Le (...)
  • 6 Nabokov confiait la difficulté de l’exercice: « My complete switch from Russian prose to English p (...)

2Auteur de quinze romans, de nouvelles, de dessins humoristiques ainsi que d’un essai, Alexakis – qui vient de recevoir un nouveau prix littéraire, celui de la langue française 2012 – s’inscrit, certes, dans la lignée d’auteurs comme Nabokov ou Beckett, pour avoir confié à une langue étrangère son mode d’expression littéraire sans que ce choix3 lui ait été imposé par des contingences sociopolitiques, à l’opposé de nombre d’écrivains francophones de l’aire coloniale française, confrontés au dilemme attrition / revendication de leur langue maternelle (première). Mais ce déplacement linguistique demeure original, sinon exclusif : en effet, l’auteur se positionne d’emblée, en 1974, par une pratique littéraire en français alors même qu’il ne réside à Paris que depuis six ans4 ; il n’a donc pas forgé son idiolecte à l’aune de sa seule langue maternelle, mais dans une relation dialectique complexe entre le français et le grec, inversant ainsi la trajectoire de création d’auteurs comme Kundera, Nabokov ou Kazantzakis5 qui n’ont souvent fait qu’un détour – parfois douloureux6 – par le français.

  • 7 Et qui mettait Beckett face à des questionnements identitaires semblables : « Is Samuel Beckett En (...)
  • 8 Oktapoda-Lu Efstratia, Lalagianni Vassiliki, « Le véritable exil est toujours intérieur : imaginai (...)

3Conséquence de ce qui précède, Alexakis atteint un niveau de langue isodynamique entre les deux idiomes – comparable à celui de S. Beckett7. Ensuite, et compte tenu de ce double atout linguistique, il ne va pas simplement s’autotraduire, mais se réécrire de façon bijective. Cette pratique présente pour le socio-historien un intérêt majeur car elle lui offre la possibilité d’analyser comment sont sélectionnées et ordonnées les représentations collectives des deux ensembles sociaux, grec et français. Donc la question à laquelle ce présent travail va tenter d’apporter un éclairage est la suivante : Alexakis étant considéré comme « le cas le plus représentatif de la francophonie grecque et de la problématique de l’exil intérieur8 », son œuvre véhicule-t-elle encore des représentations de l’hellénisme ? Et dans l’affirmative, de quel hellénisme s’agit-il ? De l’hellénisme diachronique ou seulement du néo-hellénisme ? En fin de compte, comment est traitée la problématique majeure – quasi ethnologique – qui affecte l’évolution de l’hellénisme : rupture ou continuité entre hellénisme et néo-hellénisme ?

  • 9 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 28 : « Un texte autobiographique, c’est peut-être u (...)

4Notre corpus d’étude va être délimité par l’œuvre romanesque de V. Alexakis et centré tout particulièrement autour de six de ses fictions, à savoir, Contrôle d’identité (1985), La Langue maternelle (1995), Les mots étrangers (2002), Ap. J.-C. (2007), Le premier mot (2010) et surtout Paris-Athènes (1989), son récit le plus autobiographique9.

5La méthodologie d’analyse va chercher à déceler, au-delà de la dichotomie forme / fond, ce qui dans le récit constitue une production signifiante eu égard à un codage historico-idéologique, au sens barthésien du terme. Ce qui importe alors sur le plan pratique, c’est de dégager des récurrences et des écarts, des différences et des similitudes, la grille des occurrences ainsi dégagée permettant de mettre à jour une structure intelligible. L’œuvre de l’auteur s’y prête d’autant mieux qu’elle est traversée d’oppositions binaires.

D’abord un espace-temps du Moi

6Un premier découpage de l’œuvre fait émerger une herméneutique du Moi, une quête personnelle de l’auteur situé entre deux aires culturelles, deux langues – ou à l’intérieur d’elles –, les faisant dialoguer tout à tour, comme pour mieux troubler la frontière entre ce Moi et l’Autre.

  • 10 Oktapoda-Lu Efstratia, « Vassilis Alexakis ou la quête d’identité », Littérature et nation, no 24, (...)
  • 11 À l’image de Romain Gary, Julia Kristeva et Beckett qui se sont exprimés sur leurs motivations per (...)

7Dans l’œuvre alexakienne le recours permanent à l’altérité est médiatisé par la question linguistique, ce qui fait dire à E. Oktapoda-Lu – spécialiste de littérature comparée – que : « la langue représente pour lui l’essence dans la recherche des racines, de la mémoire et de l’identité10 ». Omniprésence et spécificité de « son » bilinguisme à travers l’utilisation de doubles qui sont autant d’alter ego, ce cheminement identitaire narratif n’en reste pas moins, et avant tout, de l’ordre du subjectif particulariste11, sujet qui déborde et qui n’est pas au cœur de notre questionnement, mais qu’il est essentiel de prendre en compte pour mieux appréhender ensuite le type de rapport qu’il entretient avec les identités collectives grecques et françaises.

  • 12 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 109 et 168.

8Ainsi, avant de se poser en pionnier littéraire des questions d’identités migratoires et de diaspora néo-hellénique, ses topoï relèvent d’une prosopopée qui est d’abord chargée des défis du propre Moi de l’auteur-narrateur quand, étudiant à Lille, il voyait « la France [comme] une sorte d’orphelinat où l’on ne parlait même pas [sa] langue […], acharné à bien apprendre le français parce qu’[il] avai[t] hâte de quitter la France12 » ou lorsqu’il perçoit de la distance voire de la déconsidération dans l’accueil de ses œuvres :

  • 13 Ibid., p. 17 et 28.

Je me suis heurté aux préjugés concernant les étrangers d’expression française lors de la publication de mon dernier livre […]. Je crains de donner l’impression que la critique me fut défavorable : elle fut très élogieuse, au contraire. […] Mais j’ai aussi enregistré des réserves discrètes, des marques d’incompréhension […]. Je n’étais pas encore prêt à décliner mon identité d’immigré13.

  • 14 Ibid., p. 168.
  • 15 Ibid., p. 84.

9Elle est également cheminement dans l’accomplissement de ce Moi : travaillant « avec l’ardeur du détenu qui creuse un tunnel14 », il « [s’est] forgé une nouvelle identité, à l’opposé de celle qui était réellement la [sienne] », dans la continuité de sa période enfantine où il se « reconnaissai[t] dans tous les personnages de roman qui [avaient] deux visages15 ». Sans entrer dans une critique relevant du domaine de la psychologie sociale, on distingue là le processus propre à l’élaboration d’une identité personnelle, faite des interactions et tensions entre le Je actant et le Moi social, entre l’individu riche de ses héritages, sentiments et valeurs, et ses « personnages » – rôles – sociaux qu’il habite successivement ou simultanément, au contact des différents groupes sociaux (cercles de sociabilité, nations, etc.) qui l’accueillent.

10D’une manière générale, c’est la sensation d’étrangeté qui domine, d’étrangeté avant tout réflexive, intrinsèque dont l’auteur est parfaitement conscient :

  • 16 Ibid., p. 270.

il m’était difficile d’admettre en effet que j’avais vécu presque en étranger une aussi grande partie de ma vie. Mais il me semble que j’ai vécu en étranger mon adolescence aussi, et mon enfance. Il n’est pas indispensable de changer de pays pour se sentir étranger16.

  • 17 Durkheim Émile, « Représentations individuelles et représentations collectives », Revue de métaphy (...)

11Ces constats nous amènent à traiter avec discernement chacun des textes de l’auteur, ce, afin de ne pas confondre dans les représentations détectées, celles qui relèvent de la représentation de soi et celles que l’on peut qualifier de représentations intergroupes ou sociales. La représentation de soi suppose des niveaux de mobilisation différenciés : selon que le contexte soit social ou privé, ce n’est pas la même « grille de décodage » qui sera activée. Si le Moi individuel se construit dans l’interaction sociale, les représentations collectives, comme le formulait Durkheim17, constituent un ensemble de savoirs et croyances qui sont produits par une société, et si elles traversent bien les consciences individuelles, elles n’en sont pas le fruit. Stables dans le temps, elles s’imposent d’abord aux individus en affectant leur perception des exogroupes (attribution sociale) et participent de ce fait à leur dynamique identitaire.

  • 18 Abric Jean-Claude, « Les représentations sociales : aspects théoriques », in id. (dir.), Pratiques (...)

12Pour illustrer ce qui vient d’être énoncé, quand Alexakis nous confie qu’il « [s’est] trouvé à travers le français », que « la langue maternelle n’est qu’après tout que la première des langues étrangères qu’on apprend » ou bien qu’il « n’[a] jamais autant aimé la Grèce qu’après l’avoir quittée », on ne peut tirer, à la suite de ces propositions, aucune conclusion sur la prégnance relative des représentations groupales – en l’occurrence ici, de la nation hellénique et de la nation française – en tant que cadres identitaires fondamentaux ; nous sommes simplement en mesure de relever des sentiments d’identification – une forme d’intériorisation – que l’auteur développe autour de ces représentations, ou, pour le dire autrement, une individualisation de ces représentations que l’on peut qualifier de « conditionnelle18 ».

La prégnance des représentations de l’hellénisme diachronique

13Ainsi, avant d’affirmer que V. Alexakis est dans un entre-deux identitaire national, c’est-à-dire entre nation grecque et nation française, il conviendrait de s’assurer de son positionnement vis-à-vis du dilemme clé suivant : s’il a bien en commun avec les nations grecque et française leur langue, y a-t-il perte ou absence d’interactions qui laisserait supposer un détachement du collectif hellénique ou bien, au contraire, peut-on repérer dans ses textes une mise en exercice des codes diachroniques de l’hellénisme ?

Le triptyque langue, histoire et mémoire grecque

  • 19 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 218.
  • 20 Ibid., p. 187. Exemple frappant de l’immixtion du personnel qui influe sur le sentiment d'appartena (...)
  • 21 Ibid., p. 249.
  • 22 Ibid., p. 59.
  • 23 Ibid., p. 212.
  • 24 Ibid., p. 242-246.
  • 25 Ibid., p. 242-243.

14En effet, si l’on est bien en présence d’une dyarchie linguistique ou, plus exactement, d’un double monolinguisme, cela ne signifie pas absence de hiérarchie entre les deux langues. La répartition des tâches est donc loin d’être équilibrée entre les deux univers linguistiques. Il semble bien qu’un double rapport de congruence domine l’œuvre d’Alexakis, d’une part, entre mémoire, histoire et langue grecque, et d’autre part, entre oubli, présent et langue française. Il confesse tout d’abord que « le français s’est substitué à [sa] langue maternelle, [qu’il s’est] laissé emporté par la langue et la vie de ce pays [la France19] », que Paris représente l’épouse et Athènes la maîtresse20, mais il s’empresse de préciser que « le grec [lui] rappelait qui [il] était [alors que] le français [lui] permettait de s’égarer21 », que l’« on appartient fatalement au lieu de son enfance22 » et que s’il « [avait] commencé à apprécier la France […], il [n’aimerait] jamais que la Grèce23 ». Considérant le rapport au temps qu’il entretient à travers les deux langues, le choix est loin d’être neutre ou circonstanciel : « Le français m’avait fait perdre une partie de mon histoire […] je n’écrivais en français que des histoires fondées sur le présent ou l’imaginaire24 », ce qui indique par déduction que le grec est fondamentalement l’idiome de la mémoire et de l’histoire. D’ailleurs, il reconnaît que son premier livre en grec « doit certainement davantage à [sa] mémoire qu’à son imagination25 ».

15Cette fonction attribuée à la langue grecque est d’autant plus porteuse de sens que le noyau central des représentations de l’hellénisme est de nature socio-historique et mémorielle, articulé autour de la langue grecque et de la religion orthodoxe. Cela signifie que le système stable et unificateur d’attitudes et croyances qui a permis de tracer – depuis près de trois mille cinq cents ans dans le cas de la langue et depuis près de deux millénaires dans le cas de l’orthodoxie – une frontière différenciatrice avec d’autres exogroupes nationaux (de l’aire slave, ottomane, etc.), repose sur des déterminants éminemment temporels et non spatiaux ou politiques, comme c’est le cas pour de nombreux autres États-nations européens.

  • 26 Ibid.

16Cette codification spécifique du discours se retrouve sous différentes formes, en fonction de l’argument narratif : dans Paris-Athènes, quand l’auteur nous confie : « j’eus besoin de me souvenir, […] de me raconter une histoire grecque26 », c’est en réalité vers l’histoire de l’hellénisme qu’il se tourne et, par exemple, vers le général-écrivain Macriyannis, figure emblématique de la Guerre d’Indépendance (1821-1830), farouchement opposé au régime monarchique de l’État néo-hellénique de 1830. Dans Le premier mot, récit fictionnel paru en 2010, il revisite également de façon consubstantielle l’histoire de la langue grecque et celle de l’hellénisme, avec pour fil directeur le dilemme continuité / rupture :

  • 27 Alexakis Vassilis, Le premier mot, Paris, Stock, 2010, p. 111 et 115.

Le grec moderne prend sa source dans l’idiome qui a été forgé à l’époque d’Alexandre […]. Il ne fait pas de doute qu’Alexandre a contribué de manière décisive à l’unification et à la diffusion de la langue grecque. […] Je ne sais pas si les Hellènes avaient conscience d’appartenir à la même ethnie. Ils parlaient divers dialectes, l’ionien, l’attique, l’éolien, le dorien. Ils étaient d’abord citoyens d’une ville27.

  • 28 Ibid., p. 13.
  • 29 Ibid., p. 77.
  • 30 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 21.
  • 31 Ibid., p. 47.

17Mais sans jamais adopter une vision essentialiste ou réifiée de la langue ou de la nation : « Aucun peuple ne peut légitimement tirer vanité de sa langue car aucune n’est la création d’un seul peuple28. » Non seulement Alexakis ne définit aucun patrimoine de traits primaires ou naturels qui seraient fondateurs de différences « ontologiques » entre les appartenances grecques et françaises, mais, de surcroît, il impute les frontières intergroupes aux conditions sociales et historiques : « ce n’est pas la mère qui transmet la langue maternelle, mais le quartier29 ». D’ailleurs il n’hésite pas à affirmer que « la Grèce a toujours eu un pied à l’étranger, un peu en dehors d’elle-même30 » et note, à l’instar du prix Nobel, G. Séféris, que « toutes les fois que le peuple grec évita le commerce spirituel avec l’étranger, […] ce fut à son détriment31 ».

18Le codage des segments étudiés pose sur la nation hellénique une réflexion philosophique et historique, celle de l’unité dans le changement ou de la coexistence de l’Autre et du Même, nous rappelant l’allégorie du fleuve d’Héraclite et la monade leibnizienne. Le narrateur parsème son récit de références à ce paradigme en nous décrivant, par exemple, l’organisation du Karaghiozis ou théâtre d’ombres satirique dont les origines remontent au dix-septième siècle en Asie mineure, lorsque l’hellénisme subissait l’occupation ottomane. Les pièces de ce théâtre sont peuplées de personnages qui retracent les différents niveaux de langue, les parlers locaux ainsi que l’empilement des temporalités (orthodoxe, ottomane, byzantine, moderne ou néo-hellénique). Extraits :

  • 32 Alexakis Vassilis, Le premier mot, op. cit., p. 48-49.

Karaghiozis […] est pauvre et effronté […]. Ce n’est pas un héros, ce qui explique probablement que pas un instant il n’envisage de renverser le vizir, qui habite pourtant en face de sa pitoyable baraque. […] son ami [Hadjiavatis] est peut-être le plus intéressant de tous ces personnages car il oscille entre deux mondes, il veut rester en bons termes à la fois avec Karaghiozis et avec le vizir […]. Le vizir représente l’Empire ottoman. Certaines brochures évoquent en même temps une Grèce beaucoup plus récente. Stavrakas est un petit caïd de l’Athènes de l’entre-deux-guerres […]. L’oncle Yorgos est au courant de la guerre gréco-italienne de 40, puisque l’une de ses chansons brocarde le Duce (Mussolini le dindon)32.

  • 33 Ibid., p. 51.

19À la description de ces personnages Alexakis associe la question linguistique grecque et l’imposition par l’État néo-hellénique de « la catharévoussa, ce jargon savant qui était à l’époque la langue officielle de l’État grec » ; or, Karaghiozis, le protagoniste du théâtre éponyme, qui utilise la langue populaire, émaille ses dialogues d’expressions pédantes pour s’en moquer. L’auteur émet même l’idée que « Karaghiozis [a] contribué à sa manière à l’abolition de la catharévoussa et à la consécration de la langue parlée qui fut votée […] en 197633 ».

Le traitement du dilemme hellénisme / néo-hellénisme

20Compte tenu de ces dynamiques croisées histoire / langue, on peut se demander : comment le Nous grec s’exprime-t-il dans son œuvre, comment ses marqueurs identitaires historiques sont-ils traités ? Indubitablement, pour le narrateur-auteur, le néo-hellénisme, symbolisé par le nouvel État de 1830 qui surgit au moment de l’Indépendance, catalyse un certain nombre de ruptures, en particulier dans le domaine de la langue et de l’enseignement. Paradoxalement, dans sa tentative de reconstruire l’ancien dans le présent en effaçant le Moyen Âge byzantin et la domination ottomane, le « néo » introduit une dissonance qui n’a pas pu être entendue par le collectif grec car elle portait atteinte aux éléments centraux et de long terme d’identification sociale (langue-histoire).

Le néo-hellénisme : une modernité en rupture

21Une première lecture met en exergue une série d’oppositions à des représentations diachroniques de l’hellénisme, et en particulier celles ayant trait à l’Église orthodoxe. Dans l’œuvre alexakienne et notamment dans le roman qui lui est consacré (Ap. J.-C.), se déploie un mécanisme inférentiel de jugements acerbes sur le clergé et sur la période byzantine qui instaure le passage entre le polythéisme et le christianisme. Le spectre critique est large, depuis Constantin Le Grand envisagé comme infanticide et parricide jusqu’à l’affairisme des institutions athonites, en passant par l’intolérance des chrétiens byzantins. De plus, cette évaluation de la représentation de l’objet social « orthodoxie » introduit une connotation péjorée et récurrente de la relation État-Église, présentée comme involutive, affectant l’autre marqueur de l’hellénisme – la langue grecque – et menaçant les fondements démocratiques de la société hellène.

  • 34 Ibid., p. 184.

L’Église […] constitue le principal bastion de résistance au renouvellement linguistique. Le saint-synode […] persiste à ignorer que la démotique [langue populaire] est, depuis trente ans, la langue officielle de l’État grec34.

  • 35 Alexakis Vassilis, Ap. J.-C., Paris, Stock, 2007, p. 292.

22Parfois même, la catégorisation sociale prend un aspect stéréotypique : « [les moines] mangent comme des éléphants35 ».

  • 36 Ibid., p. 287.
  • 37 Ibid., p. 286.
  • 38 Ibid.
  • 39 Alexakis Vassilis, Le premier mot, op. cit., p. 384.

23La séparation entre l’Église et l’État constitue, quant à elle, non seulement un regret, mais un territoire perdu de la modernité grecque : « La rupture aurait dû intervenir au moment de la guerre de 182136. » Conséquence « logique » du traitement réservé à l’Église orthodoxe et à la période byzantine, « Byzance [n’] a [pas] gentiment relayé la Grèce classique » ; elle a matérialisé « un abîme entre la Grèce d’avant et celle d’après Jésus-Christ37 », « la théologie [a] annihil[é] la philosophie38 ». Bref, évoquer une quelconque continuité de l’hellénisme ne résiste pas à ce premier constat de rupture. De surcroît, il y aurait, nous précise-t-il, de la part des « hommes d’État » grecs une instrumentalisation historiographique de la prétendue continuité, visant à cultiver « des mythes […] qui exaltent le sentiment national39 ».

L’État néo-hellénique fruit de la manipulation des temporalités

  • 40 De Rousseau à Montesquieu, les fondements philosophiques de la Révolution française convoqueront l (...)

24Pourtant, à la lumière d’une seconde lecture, il nous apparaît que cette redécouverte heureuse par l’auteur de la philosophie et de l’histoire de la Grèce antique conjointement au rejet de la chrétienté byzantine renvoie à la vision qui a présidé à l’instauration de l’État néo-hellénique de 1830, qualifié aussi d’État grec moderne. Il est intéressant de constater que cette vision n’est en rien une innovation idéologique, mais un transfert des représentations néoclassiques de l’Europe des Lumières du XVIIIe siècle qui a consommé sa rupture avec la tradition médiévale par la re-découverte de l’Antiquité et de ses ancêtres mythifiés40. Par un procédé mimétique visant à légitimer sa propre thèse des origines, l’Europe va projeter sur le peuple hellène cette invention anachronique du « Néogrec » qui devait être l’héritier de son passé antique et non l’épigone « dégénéré et schismatique » des deux Empires byzantin et ottoman, comme le relève d’ailleurs Alexakis dans les propos de nombre de voyageurs « philhellènes » du XIXe siècle.

  • 41 Prévélakis Georges, « De l’identité grecque », in Boutillier Sophie, Tonnet Henri (dir.), La Grèce (...)

25G. Prévélakis note très justement que : « cette translation identitaire fut accompagnée d’une extraordinaire manipulation des temporalités41 ». Les orthodoxes hellénophones d’un Empire ottoman en voie de déliquescence deviennent des hellénophones chrétiens, descendants en ligne directe de Léonidas, Platon ou Aristote. Dans le cadre de ce projet de re-construction ou de re-présentation de l’antique, l’Église orthodoxe est « effacée », au mépris de sa prégnance sociohistorique pendant près de mille cinq cents ans, non seulement en tant qu’institution religieuse, mais aussi et surtout en tant que réseau décentralisé d’instances de socialisation des populations locales.

26En 1830, au sortir de la guerre de libération contre les Ottomans, l’État néo-hellénique, imposé par les grandes puissances, trouve en Grèce un terrain idéal pour construire la Grèce moderne selon les canons exogènes du modèle « civique » d’État-nation dont la France constitue l’idéal-type, et théorisé, entre autres, par Renan. La conception « civique » s’oppose à l’approche ethnoculturaliste en substituant la volonté de participation, le principe de citoyenneté – c’est-à-dire d’appartenance à une souveraineté étatique – aux critères historico-culturels (langue, religion, etc.). Or, la logique de ce nouveau paradigme politique est foncièrement stato-nationale et diamétralement opposée à la construction diachronique de l’hellénisme basée sur ses marqueurs socio-historiques (langue, religion). Désormais c’est au cadre étatique qu’incombe la définition et la gestion de la grécité : l’État fixe l’appartenance à l’hellénisme à travers la citoyenneté grecque, à l’intérieur de frontières bien délimitées. Mais, pour faire face aux revendications nationalistes des nations voisines, il va créer le grand mythe de la continuité linéaire entre l’Antiquité et la contemporanéité stato-nationale.

27Or on distingue, chez Alexakis, ce double phénomène : l’opposition néo-hellénisme / orthodoxie conforme à la doctrine de l’État néogrec, ainsi que la dénonciation de l’instrumentalisation par ce même État néogrec de la continuité.

Le paradigme alexakien et la reconnexion des temporalités de l’hellénisme

  • 42 En grec εθνικό αφήγημα.

28En d’autres termes, le néo-hellénisme ou hellénisme post-insurrection installe un paradoxe : une modernité grecque fondée sur la réactivation, non de la mémoire ou de l’histoire, mais de lieux de mémoire – au sens où l’entend Pierre Nora. Elle rompt avec sa mémoire immédiate (Empire ottoman) et avec le temps long historique (Empire byzantin, cités-États, Royaumes hellénistiques, etc.) pour re-construire une mémoire collective qui « commémore » des images mythifiées, par exemple, le « siècle » de Périclès. Mais ensuite, afin de remplir le vide laissé par ce réaménagement violent de temporalités, un « roman national42 » va être promu, celui de la continuité de l’hellénisme, sans contradiction ni césure, depuis l’Antiquité déjà mythifiée jusqu’à l’État moderne.

29C’est cette configuration doublement paradoxale qu’actualise l’œuvre d’Alexakis. D’un côté, l’État néo-hellénique y incarne une triple modernité : « par défaut », car jamais citée en ces termes, par opposition, car définie contre l’involution byzantine, et enfin par répétition-réplique de l’Antiquité grecque. De l’autre, cet État occidentalisant qui a généré une Nation-État en faisant fi de son hétérogénéité spatiale et de sa multipolarité temporelle, est démasqué par l’auteur et ses co-personnages.

30La connexion rectiligne entre Antiquité, Empire byzantin, Empire ottoman et Grèce moderne – « cette acrobatie par-dessus les siècles » – est dénoncée comme une manipulation à des fins géopolitiques de la mémoire et de l’histoire :

  • 43 Alexakis Vassilis, La langue maternelle, Paris, Fayard, 1995, p. 205.

Leurs auteurs [d’œuvres théâtrales et filmiques] parcourent les siècles en quête d’indices susceptibles de prouver que nous sommes bien les descendants de nos glorieux aïeux. Ils s’interrogent sur le sens du mot hellénisme. Ils élaborent un code de la culture grecque, écartant ses contradictions, oubliant les influences qu’elle a reçues, la réduisant en définitive à peu de chose43.

31De plus, à cette incapacité de l’idéologie stato-nationale grecque de finalement remplir son rôle d’unification des temporalités qu’elle s’est octroyée, se greffe son impéritie dans la gestion de la chose publique. Qu’il s’agisse de l’administration ou des acteurs politiques, l’État néogrec symbolise une modernité en disjonction.

32L’histoire ne connaît pas de conclusion. Tout au plus, dans le cadre de ce colloque, nous est-il permis de formuler une réflexion générale sur un sujet qui – à ma connaissance – est abordé pour la première fois : les représentations du néo-hellénisme et de son dilemme rupture / continuité, à travers la prose d’un auteur contemporain de langues grecque et française.

33Les narrateurs homodiégétiques et leurs co-personnages principaux qui peuplent les récits de V. Alexakis sont les acteurs-témoins d’un modèle dyschronique des représentations collectives de la nation grecque. Produit d’une modernité extrinsèque, ce modèle se caractérise par une régression dans un passé antique qui n’est ni histoire ni mémoire ; il est aussi invention d’une continuité fondée sur le déni des évolutions socio-historiques de l’hellénisme. En quelque sorte, un ordre inducteur de désordres.

34Cependant l’idiosyncrasie de l’œuvre de V. Alexakis va au-delà de l’expression de ce modèle désormais intégré aux représentations de la nation grecque par son peuple. Tout en intériorisant cette dyschronie issue de l’idéologie stato-nationale, l’œuvre est traversée par l’omniprésence d’un Nous grec qui fondamentalement exprime l’espace-temps de la nation diachronique hellénique. L’espace alexakien dépasse le territoire de la Grèce actuelle, c’est un espace panhellénique qui englobe l’aire de l’Orient méditerranéen ainsi que toutes les extensions diasporiques, incarnées, par exemple, par C. Cavafy. Maintes fois cité, ce poète majeur, né Grec à Alexandrie, qui a vécu à Constantinople et en Angleterre, a produit un corpus imprégné de cet hellénisme polymorphe (langue savante, langue démotique, idiomatismes des Grecs d’Alexandrie, époques hellénistique, gréco-romaine et byzantine, etc.).

  • 44 Alexakis Vassilis, Le premier mot, op. cit., p. 293.
  • 45 Au sens du « fait social total » de Marcel Mauss, c’est-à-dire à la fois juridique, religieux, éco (...)

35Quant à l’aspect temporel, toutes les phases de l’hellénisme socio-historique sont bien présentes dans l’œuvre, régulièrement introduites dans les segments narratifs et selon un ordre de consécution passé-présent qui laisse transparaître une certaine forme de continuité : continuité d’une mémoire vivante, mais réactualisée en permanence, celle de la langue grecque, par exemple, « une langue qui a trois mille ans », dit son co-protagoniste44, mais riche de ses dialectes et emprunts aux autres langues (italien, turc, langues slaves, arabe…) ; continuité prégnante d’autres composantes socio-historiques (orthodoxie, auto-administration locale, traditions…), mais sans prétention fixiste ni rejet des altérités. La religion orthodoxe, bien que férocement critiquée à travers son clergé, s’impose tout au long de l’œuvre comme un « fait social total45 » qui « hante » les appartenances collectives. Au demeurant, Alexakis ne s’élève pas tant contre l’idée de continuité entre l’Antiquité et l’Empire byzantin, mais plutôt contre la vision d’un « Soi national » invariable, contre la figure inaltérable et donc anhistorique d’une nation. Extraits :

  • 46 Alexakis Vassilis, Ap. J.-C., op. cit., p. 235.

l’Empire byzantin a survécu à l’Empire romain grâce à son organisation administrative hors pair [et] les Turcs reconnaissent qu’ils se sont appuyés sur les structures de Byzance pour asseoir leur autorité46.

  • 47 Ricœur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1985, p. 167.
  • 48 Locke John, Essai sur l’entendement humain, Paris, J. Vrin, 2001, livre II, chap. XXVII.

36L’ensemble de la littérature alexakienne est traversée par une volonté auctoriale d’appréhender le Nous de la nation hellénique dans la dimension ipse de son identité (ipséité) plutôt que dans son aspect idem (mêmeté), pour reprendre les termes de P. Ricoeur47. De la même façon qu’il existe dans les romans d’apprentissage l’unité narrative d’un personnage dont le caractère évolue et ne s’achève pas, la configuration identitaire de la nation grecque subit des mutations, pertes et résurgences, mais se reconnaît toujours elle-même comme Soi. Une des figures allégoriques de l’auteur nous le résume avec à-propos : « Ce sont les branches qui nourrissent les racines et non l’inverse. » Le philosophe J. Locke48 plaçait au cœur de ce processus la mémoire et l’histoire, « aussi longtemps que la conscience puisse s’étendre aux actions passées et à venir », précisait-t-il.

37Sous cet angle, la saillance de la mémoire – et de son corollaire l’oubli – ainsi que de l’histoire, dans les récits d’Alexakis, prend tout son sens. D’une certaine manière, s’il y a une modernité dans la prose alexakienne, elle consiste à réintégrer le « néo » dans la diachronie, à le rendre historique.

Notes

1 Si l’on excepte le travail de Balta Venetia, Problèmes d’identité dans la prose grecque contemporaine de la migration, Paris, L’Harmattan, 1999.

2 Manço Altay, « Compétences interculturelles et stratégies identitaires », Agora – Débats/Jeunesses, no 22, 2000, p. 49-60 : « […] la transculturalité […] ne se réfère pas nécessairement aux relations entre cultures, pas plus qu’elle ne nécessite un contact entre les cultures considérées. Il existe deux acceptions fondamentales du concept de transculturalité : – soit, il s’agit d’une capacité à passer d’un ensemble culturel à un autre (switch) ; – soit, il s’agit de ce qui “traverse” (trans) les cultures, ce sous-ensemble commun à plusieurs cultures, l’universel au-dessus des particularismes […] ».

3 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, Paris, Fayard, 1997, p. 18 : « Je n’ai pour ma part aucune excuse d’écrire en français : je ne viens pas d’un pays francophone, ma langue maternelle n’est pas uniquement une langue orale, je n’ai pas rompu mes liens avec elle, enfin, il y a bien longtemps que la Grèce s’est débarrassée des colonels. »

4 Mentionnons toutefois sa venue en 1961 à Lille pour des études de journalisme, activité qu’il exercera pour plusieurs quotidiens français, dès son arrivée à Paris en 1968.

5 N. Kazanztakis a écrit directement en français deux romans : Toda raba, Moscou a crié (1929) et Le Jardin des Rochers (1936) ; quant à M. Kundera, ce n’est qu’en 1993 qu’il achèvera son premier roman écrit en français – La lenteur.

6 Nabokov confiait la difficulté de l’exercice: « My complete switch from Russian prose to English prose was exceedingly painful – like learning anew to handle things after losing seven or eight fingers in an explosion. » Cf. aussi Ausoni Alain, « Quand Vassilis Alexakis tricote le moi translingue », Revue critique de fiction française contemporaine, 2012, p. 14-28.

7 Et qui mettait Beckett face à des questionnements identitaires semblables : « Is Samuel Beckett English, or Irish, or French ? The very structure of this question, however, forcing us to choose one or another, should give us a clue to its indecidability […] » Cf. Chamberlain Lori, « The same old stories: Beckett’s poetics of translation », in Friedman Alan Warren, Rossman Charles et Sherzer Dina (éds.), Beckett translating/Translating Beckett, University Park, Pennsylvania State University Press, Philadelphia, 1987, p. 17.

8 Oktapoda-Lu Efstratia, Lalagianni Vassiliki, « Le véritable exil est toujours intérieur : imaginaire et métissage chez les écrivains francophones grecs », French Forum, vol. 30, no 23, 2005, p. 112.

9 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 28 : « Un texte autobiographique, c’est peut-être un genre de roman écrit sans plaisir. »

10 Oktapoda-Lu Efstratia, « Vassilis Alexakis ou la quête d’identité », Littérature et nation, no 24, 2001, p. 289.

11 À l’image de Romain Gary, Julia Kristeva et Beckett qui se sont exprimés sur leurs motivations personnelles à écrire dans une langue étrangère.

12 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 109 et 168.

13 Ibid., p. 17 et 28.

14 Ibid., p. 168.

15 Ibid., p. 84.

16 Ibid., p. 270.

17 Durkheim Émile, « Représentations individuelles et représentations collectives », Revue de métaphysique et de morale, Sociologie, Paris, PUF, 1967.

18 Abric Jean-Claude, « Les représentations sociales : aspects théoriques », in id. (dir.), Pratiques sociales et représentations, Paris, PUF, 1994, p. 24 et suiv.

19 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 218.

20 Ibid., p. 187. Exemple frappant de l’immixtion du personnel qui influe sur le sentiment d'appartenance, puisque son épouse était française.

21 Ibid., p. 249.

22 Ibid., p. 59.

23 Ibid., p. 212.

24 Ibid., p. 242-246.

25 Ibid., p. 242-243.

26 Ibid.

27 Alexakis Vassilis, Le premier mot, Paris, Stock, 2010, p. 111 et 115.

28 Ibid., p. 13.

29 Ibid., p. 77.

30 Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, op. cit., p. 21.

31 Ibid., p. 47.

32 Alexakis Vassilis, Le premier mot, op. cit., p. 48-49.

33 Ibid., p. 51.

34 Ibid., p. 184.

35 Alexakis Vassilis, Ap. J.-C., Paris, Stock, 2007, p. 292.

36 Ibid., p. 287.

37 Ibid., p. 286.

38 Ibid.

39 Alexakis Vassilis, Le premier mot, op. cit., p. 384.

40 De Rousseau à Montesquieu, les fondements philosophiques de la Révolution française convoqueront la Grèce classique.

41 Prévélakis Georges, « De l’identité grecque », in Boutillier Sophie, Tonnet Henri (dir.), La Grèce dans tous ses états, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 17-30.

42 En grec εθνικό αφήγημα.

43 Alexakis Vassilis, La langue maternelle, Paris, Fayard, 1995, p. 205.

44 Alexakis Vassilis, Le premier mot, op. cit., p. 293.

45 Au sens du « fait social total » de Marcel Mauss, c’est-à-dire à la fois juridique, religieux, économique, morphologique, touchant donc la totalité d’une société et la totalité de ses institutions.

46 Alexakis Vassilis, Ap. J.-C., op. cit., p. 235.

47 Ricœur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1985, p. 167.

48 Locke John, Essai sur l’entendement humain, Paris, J. Vrin, 2001, livre II, chap. XXVII.

Auteur

Docteur en études néo-helléniques de l’université Paul Valéry - Montpellier 3, enseignant-chercheur (ATER) et conférencier habilité aux fonctions de maître de conférences, il est spécialiste de la diaspora grecque et membre de l’équipe de recherche Le Grec et l’Autre : perception des différences et des ressemblances. Identités, migrations, continuités et ruptures mémorielles de l’hellénisme, nation, assimilation, acculturation constituent ses domaines de recherche. Auteur d’une thèse et de travaux universitaires consacrés au phénomène communautaire grec à Marseille et aux relations entre hellénisme, mémoire et identités, il a notamment publié Les Grecs à Marseille au XIXe siècle : minorité ethnique ou nation en diaspora ?, L’Harmattan, 2012 et La Communauté grecque à Marseille – Genèse d’un paradigme identitaire (1793-1914), L’Harmattan, 2010. michel.calapodis@univ-montp3.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540