Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

Deuxième partie. Le « néo », l’Antiquité et le Moyen Âge

Chapitre IV. L’Europe et le mythe de la tempérance*

Jackie Pigeaud

Texte intégral

  • * Texte publié précédemment in Penser l’Europe – Europa denken, Uwe Baumann/Reinhard Klesczewski (éd (...)
  • 1 Anthologie des Littératures Européennes, Mémoires d’Europe, Paris, Gallimard, « Folio », 1993, 3 v (...)

1Un ouvrage assez récent, qui prétend offrir des Mémoires d’Europe1, fait naître l’Europe à la prise de Constantinople. Quelle naïveté, ou quelle ignorance ! L’Europe, j’entends l’Europe organisée dans le mythe, est née au Ve siècle avant J.-C. Nous avons le nom du penseur qui l’a rêvée ; nous avons ces textes qui n’ont cessé d’être repris et commentés, sollicités et déformés parfois. Il s’agit de ce qu’on pourrait appeler le premier ouvrage d’anthropologie, le traité Des airs, des eaux et des lieux (A.E.L.) d’Hippocrate.

  • 2 Je cite la traduction de Littré. II L 53 indiquant Hippocrate, Œuvres complètes, traduction nouvel (...)

« Je veux maintenant comparer l’Asie et l’Europe », écrit Hippocrate, « et je montrerai combien ces deux contrées diffèrent l’une de l’autre en toute chose ; comparer la figure des habitants (τῶν ἐθνέων τῆς μορφῆς), et je montrerai que les habitants de l’une ne ressemblent en rien à ceux de l’autre2 » [chap. 12 = II L 53].

2C’est là, pour la première fois dans le traité, qu’intervient la séparation entre l’Europe et l’Asie. N’attendons pas une topographie précise. Pour Hippocrate le monde connu se divise en deux parties :

  • l’Asie, à laquelle il rattache l’Égypte et la Libye,
  • l’Europe, à laquelle il rattache la partie nord de l’Asie. Hippocrate regarde les Palus Méotides comme la limite de l’Europe et de l’Asie.

3La géographie est, en effet, très floue. Polybe définira encore l’Europe comme une des trois étendues de terres, comprise entre le Tanaîs (le Don), et les colonnes d’Hercule [Histoires III, 37, 2 et suiv.].

  • 3 Naturellement, l’Asie, constate Hippocrate, « n’est pas toujours la même. Elle présente des différ (...)

Je dis donc », continue Hippocrate, « que l’Asie diffère considérablement de l’Europe aussi bien par la nature de ses productions que par celle de ses habitants. Tout ce qui vient en Asie est beaucoup plus beau et beaucoup plus grand, le climat y est meilleur, et les peuples y ont un caractère plus doux et plus dociles. La cause en est dans le juste équilibre (κρῆσις) des saisons ; située entre les deux levers du soleil, l’Asie est à la fois exposée à l’Orient et éloignée du froid. Ce qui fait l’accroissement et la bonté des productions, c’est un climat où rien ne prédomine avec excès, et où tout se balance exactement. […] Les hommes y ont de l’embonpoint, ils se distinguent par la beauté de leurs formes, par leur taille avantageuse, et diffèrent très peu entr’eux par leur apparence et leur stature. C’est avec le printemps qu’une telle contrée a le plus de ressemblance, à cause de la constitution et de la douceur des saisons3 [II L 55].

4Nous serions donc là dans le pays idéal ; au cœur de la perfection. Voire ! C’est là que se compliquent les choses.

  • 4 Cf. mon article « Remarques sur l’inné et l’acquis dans le Corpus hippocratique », in Formes de pe (...)

5Quand on interroge ce traité et sa finalité, la préoccupation essentielle de l’auteur, pour parler en termes modernes, m’y semble la question de la plasticité du vivant, et en particulier du vivant-humain, et la question de savoir si et comment la culture peut agir sur la nature et produire un objet spécifique4. Ainsi le médecin constate et apprécie l’influence de l’environnement sur les vivants. Le vivant est plastique, je veux dire qu’il est apte aux modifications, la question étant de savoir qui les règle, de la nature ou des institutions.

6Les hommes ressemblent aux pays qu’ils habitent, par mimétisme. Généralement, écrit Hippocrate :

Vous trouverez qu’à la nature du pays correspondent la forme du corps et les dispositions de l’âme. Partout où le sol est gras, mou et plein d’eau, où les eaux étant très superficielles, sont chaudes en été et froides en hiver, […] là les hommes sont charnus, faibles, d’une constitution humide, d’un caractère indolent, et généralement sans courage dans l’âme. [chap. 24 = II L 87] […] Là où les saisons éprouvent les vicissitudes les plus grandes et les plus frappantes, le pays est le plus sauvage et le plus inégal ; on y trouve quantité de montagnes boisées, des plaines et des prairies […] Qu’on observe […] les hommes, et l’on y trouvera les mêmes rapports : les uns sont d’une nature analogue à des pays montueux, boisés et humides ; les autres à des terres sèches et légères, d’autres encore à des plaines nues et arides. Car les saisons, qui modifient les formes du corps, sont différentes entre elles ; et plus cette différence est considérable, plus il y a de variations dans la figure des hommes. [chap. 13 = II L 59].

La différence

7Si l’on y prête attention, on perçoit que, d’une certaine façon, A.E.L. présente une méditation sur la différence et les facteurs de la différenciation avec, comme nous le verrons, un éloge, une valorisation très nette de la différence.

8L’Europe diffère de l’Asie. C’est une affirmation ; c’est une constatation du médecin périodeute (c’est-à-dire voyageur). Et l’Europe diffère essentiellement parce que c’est le « pays » de la différence. J’utilise à dessein ce terme vague de pays, parce qu’il renvoie aussi bien au réel qu’à l’imaginaire.

  • 5 Sur 23 emplois de διάφορω, 9 se rencontrent dans notre traité ; sur 6 emplois de διάφορα, nous en (...)

9L’occurrence de la terminologie de la différence est forte dans A.E.L.5.

10Le pays de la différence, c’est l’Europe. Les habitants y diffèrent de l’Asie ; et ils diffèrent entre eux. « Quant aux habitants des contrées situées à la droite du lever d’hiver du soleil jusqu’aux Palus Méotide (car c’est là la limite entre l’Europe et l’Asie), ils se ressemblent moins entre eux […] à cause des variations de saisons et de la nature du pays. » [chap. 13 = II L 57].

Quant aux […] nations de l’Europe – écrit encore Hippocrate – elles diffèrent les unes des autres par la taille et par la conformation ; différences qui proviennent des changements des saisons. En effet les vicissitudes sont considérables et fréquentes, les chaleurs fortes, les hivers rigoureux, les pluies abondantes ; puis surviennent des sécheresses prolongées, et des vents qui multiplient et diversifient les alternatives atmosphériques. […] C’est pour cela, selon moi, que les Européens diffèrent plus entre eux que les Asiatiques, pour la forme, et que dans chaque ville on observe, entre les habitants, des variations de taille […] [chap. 23 = II L 83].

11Ainsi l’Asie est le pays de la ressemblance, l’Europe celui de la différence. Mais que vaut-il mieux ?

12Si les hommes d’Asie sont beaux et doux, il existe une contrepartie. Hippocrate écrit :

Ni le courage viril, ni la patience dans les fatigues, ni la constance dans le travail, ni l’énergie morale ne pourraient se développer chez des hommes pareils, quelle que soit leur race, indigène ou étrangère, et nécessairement le plaisir l’emporte sur tout le reste […] Voilà, à ce qui me semble, ce qu’il en est des Égyptiens et des Libyens. [chap. 12 = II L 57]

  • 6 Chap. 16 = II L p. 62-64.
  • 7 Chap. 19 = II L p. 72.

13Si l’on examine les facteurs principaux de la transformation des hommes, au tout premier plan il faut placer la violence, la contrainte, l’effort. L’Asie, par exemple, est le pays de la douceur, du bon mélange des saisons. C’est le pays du beau, du grand, de l’équilibre (παντὸς ἰσομοιρίη), de l’abondance, de la non-violence, de la fécondité, de l’harmonie des formes ; c’est le pays du printemps, c’est le pays du plaisir. Mais, l’envers de la médaille, c’est le pays de la ressemblance, de l’absence de virilité, de souffrance, de fatigue, et de courage (θυμοειδές). En cela le signe de la douceur est donc tout à fait négatif. La nature, les naturels, ne peuvent évoluer que par la violence, le choc, la contrainte imposée à ces naturels, avec, pour conséquence, la fatigue, l’amour de l’effort, l’intelligence. Dans un pays sans violence, les gens se ressemblent. L’indolence est de la ressemblance morale. Elle relève de l’indifférencié. Or l’indifférencié, c’est la non-valeur. La valeur, c’est l’individuel, le contrasté. En ce sens A.E.L. est un éloge de la différence. L’agression a un sens, dans la mesure où elle a pour contrepartie l’agressivité et le réveil de la pensée. « Le changement constant, dans toutes les circonstances, c’est ce qui réveille l’esprit de l’homme et ne le laisse pas en repos6. » L’effort et le changement ont valeur pour le corps comme pour l’esprit7.

14Je cite le chapitre 16 (= II L 63) :

Quant à la pusillanimité et au défaut de courage, si les Asiatiques sont moins belliqueux et d’un naturel plus doux que les Européens, la cause en est surtout dans les saisons, qui n’éprouvent pas de grandes vicissitudes, ni de chaud ni de froid, mais dont les inégalités ne sont que peu sensibles. Là, en effet, ni l’intelligence n’éprouve de grandes secousses, ni le corps ne subit de changements intenses ; impressions qui rendent le caractère plus farouche [...] Ce sont les changements du tout au tout qui, éveillant l’intelligence humaine, la tirent de l’immobilité.

15Tout cela fait partie de choses que l’on connaît confusément, comme des lieux communs de notre culture ; mais on sait moins qu’il s’agit non pas d’une pensée « impressionniste », mais d’une thématique organisée. Et ce qui est sans doute le plus connu, et je dirai le plus efficace, c’est le lien avec les institutions. J’irai vite. D’une certaine façon, on peut déduire que le caractère dépendant de l’environnement physique, et les institutions des caractères, il est « logique » que les institutions diffèrent. Ainsi les institutions, les régimes, sont-ils liés à la géographie.

« Ce sont les changements du tout au tout qui, éveillant l’intelligence humaine, la tirent de l’immobilité », écrit donc Hippocrate, qui continue : « Telles sont les causes d’où dépend, ce me semble, la pusillanimité des Asiatiques ; la plus grande partie de l’Asie est, en effet, soumise à des rois ; or là où les hommes ne sont pas maîtres de leur personne, ils s’inquiètent, non comment ils s’exerceront aux armes, mais comment ils paraîtront impropres au service militaire. »

16Il est évident que, si l’Europe se définit idéalement par rapport à l’Asie, l’essence même de l’Europe, dans la force de ses contrastes, doit pour Hippocrate être la Grèce, quoiqu’il ne le dise pas vraiment. D’autres s’en chargeront pour lui. Mais l’on pourrait dire que ce qui arrache le raisonnement à un pur déterminisme, c’est, paradoxalement, l’attachement qu’Hippocrate a pour les Grecs, ses frères. Il s’agit des Grecs qui habitent l’Asie, des Grecs d’Ionie :

La grande preuve de ce que j’avance – écrit-il –, c’est qu’en Asie tous ceux, Grecs ou barbares, qui exempts de maîtres, se régissent par leurs propres lois et travaillent pour eux-mêmes, sont les plus belliqueux de tous ; car ils s’exposent aux dangers pour leurs propres intérêts, ils recueillent le fruit de leur courage et subissent la peine de leur lâcheté. De plus, parmi les Asiatiques aussi, vous trouverez des différences ; les uns valent mieux ; les autres sont inférieurs en courage ; la cause en est dans les vicissitudes des saisons [chap. 16 = II L 65].

17C’est que les institutions, inversement, peuvent agir sur les hommes. « Ainsi ceux-mêmes à qui la nature aurait donné du cœur et de la bravoure, seraient, par les institutions, détournés d’en faire usage » (ibid.).

18Il faudrait, bien entendu, pouvoir suivre les influences extraordinairement complexes et fortes de ces textes hippocratiques. Les auteurs que je citerai sont importants pour leur propre réflexion, et pour la transmission de ces idées.

19Ainsi le Platon des Lois (Lois V, in fine) :

  • 8 Cité par Daremberg Charles Victor, Œuvres choisies d’Hippocrate, Paris, Baillière, 1855, p. 313.

Vous ne devez pas ignorer, pour ce qui regarde les lieux, qu’ils semblent différer les uns des autres pour rendre les hommes meilleurs ou pires, et qu’il ne faut pas que les lois soient en opposition avec eux. [Parmi les hommes] les uns sont bizarres et emportés à cause de la diversité des vents et de l’élévation de température, les autres à cause des eaux, les autres enfin à cause de la nourriture que la terre leur fournit, et qui n’influe pas seulement sur le corps pour le rendre meilleur ou pire, mais qui n’a pas moins de puissance sur l’âme pour produire tous ces effets8.

20Ainsi le Platon du Timée. Les textes (Timée 24C, Lois) où Platon tient compte des influences extérieures sur le caractère de l’homme, ont été relevés par Galien dans le Quod animi mores … (Il faut ajouter République IV, 435 e-436 a]. Aristote arrêtera notre intention, quand il écrit (Politique, VII, 1327a) :

  • 9 Le sens de καί est délicat. Comme le signale Jean Aubonnet in Aristote, Politique, trad. J. Aubonn (...)

Disons maintenant quel doit être le caractère naturel des citoyens. Voici à-peu-près la représentation qu’on peut s’en faire en considérant à la fois les cités renommées des Héllènes et toute la terre habitée telle qu’elle est répartie entre les peuples. Les peuples des régions froides et9 ceux de l’Europe sont pleins de courage (θυμός) et manquent de réflexion (διανοία) et de technique (τέχνη) ; et s’ils conservent leur liberté, ils sont politiquement indisciplinables, [Barthélémy Saint-Hilaire] et sont incapables de commander à leurs voisins. Les peuples de l’Asie, au contraire, sont dotés d’une âme douée pour la réflexion, et apte à la technique, mais ils manquent de courage, aussi demeurent-ils dans une soumission et un esclavage perpétuel.
Quant à la race des Hellènes, comme topographiquement elle tient le milieu, elle réunit toutes les qualités des deux autres ; c’est pourquoi elle demeure libre, jouit de la meilleure organisation politique et est capable de commander à tous les peuples si elle parvient à une unité de constitution. La même diversité se retrouve aussi chez les peuples grecs comparés entre eux ; les uns ont un naturel doué d’une seule qualité, les autres ont un heureux mélange de ces deux facultés.

  • 10 Cf. Kant Immanuel, Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative [1763], tr (...)
  • 11 Cf. Aristote, Politique, III, 14, 1285a : « Les barbares étant plus serviles quant à leurs caractè (...)

21L’évocation d’Hippocrate est très nette ; certes il y a des différences ; mais surtout quelque chose de nouveau, de typiquement aristotélicien, la notion de mesure, de moyenne. Si l’on compare avec Hippocrate, on pourrait dire qu’il y a une autre harmonie que l’heureux mélange, le tempérament asiatique, dont nous avons vu qu’il était dévalorisé au profit du conflit. L’harmonie européenne dépend de la rencontre de forces opposées de sens contraires. C’est un « zéro » positif, pourrait-on dire, en parodiant Kant10. Et par Europe, à n’en pas douter, Aristote entend essentiellement la Grèce. Pour lui l’analogie est la suivante : les barbares sont aux Hellènes comme les Asiatiques aux Européens11.

22Le temps nous manque. Il faut maintenant sauter à pieds joints, par-dessus Bodin, Cardan, Huarte de San Juan. Pourtant auparavant je ne lâcherai pas Virgile. C’est un passage des Géorgiques, où il nous donne une rêverie de l’Italie, pays privilégié. Les Géorgiques veulent montrer que le monde de la spontanéité, du ruissellement naturel, de l’absence de lois pour la terre comme pour l’homme, c’est en fait le monde de la barbarie, de la stupidité et de l’instant. C’est le monde « mythique » hors du temps. Et Virgile oppose l’Orient, c’est-à-dire l’Asie, à l’Italie. L’Orient produit des bois précieux, des parfums, du coton ; il est marqué par le gigantisme et la luxuriance. Sa production est spontanée ; le bois sue le baume ; le coton et la soie sont à la disposition de la cueillette. Mais c’est aussi le pays des poisons, de l’or funeste, des ensemencements monstrueux et des naissances mythiques (II, 127 et suiv.). En face, l’Italie, pays du travail, est celui du divers organisé et mesuré ; le monde de l’homme et d’une nature dominée par lui. On sait, depuis longtemps, l’influence que la pensée hippocratique a pu exercer sur Virgile. Mais je retiendrai seulement ceci : l’Italie s’oppose à l’Orient comme l’Europe hippocratique à l’Asie ; mais surtout comme la Grèce hippocratique à l’Asie. L’Italie a pris la place onirique de l’Hellade. C’est quelque chose qui est intéressant ; c’est, en effet, ce qui va souvent se passer : le choix d’un pays, si ce n’est pas son pays, pour représenter l’essence de l’Europe. On trouve aussi une chose nouvelle ; la malédiction de l’Orient, devenu lieu du mal facile et sans sanction morale.

23Je voudrais conclure par quelques réflexions plus proches de notre temps. A.E.L. a été lu, médité, traduit et commenté à la fin du XVIIIe siècle. On pense, bien entendu à Cabanis, à Coray. Des gens comme Lamarck, au XIXe siècle, y chercheront source. Mais je voudrais finir par Winckelmann.

  • 12 Winckelmann Johann Joachim, Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke in der Malerei und (...)

24On peut percevoir, grâce aux Gedanken12, combien la notion de belle nature est complexe et relève de l’histoire.

  • 13 Puissance que la pauvreté d’un assemblage de fiches (comme est l’article de Fink Gonthier-Louis, « (...)
  • 14 Winckelmann Johann Joachim, Histoire de l’art chez les anciens, tome premier (cité H), Paris, chez (...)
  • 15 La Grèce doit à la douceur de son climat cet autre bienfait : le sentiment du beau. » Qui dit cela (...)

25D’abord, pour ce qu’il y a de naturel dans la belle nature, Winckelmann nous renvoie à la Grèce comme lieu géographique déterminé par sa configuration, son climat. Il se trouve que la nature est née grecque. Et le bon goût est né en Grèce. Cela s’explique par cette idée vraiment hippocratique, développée dans le traité Des airs, des eaux et des lieux. Winckelmann a fait quelques études de médecine. Mais il n’en était pas forcément besoin pour rêver sur ce traité qui est une méditation d’une rare puissance sur le rapport entre nature et culture. C’est là sa force sur l’imaginaire13. L’influence directe d’Hippocrate lui-même est très sensible, (par ex. Histoire…, p. 79)14, mais on la retrouve à travers les références à Polybe, (p. 56-57, 64, 69, 72), mais aussi au De natura deorum de Cicéron, (II, chap. 16, cité par Winckelmann p. 64 : « Plus l’air est pur et raréfié, plus l’esprit est fin et délié. ») Le climat égyptien sert de contre-épreuve15 (p. 5-6). C’est l’aspect génétique de la belle nature qui apparaît ainsi.

26Mais, comme je ne l’ai pas assez souligné encore, dans la méditation du traité hippocratique, est à l’œuvre une réflexion et une rêverie sur le rapport entre Nature et Culture, et leur action réciproque pour constituer des êtres nouveaux. Ainsi du fameux problème du chapitre 14, consacré aux Macrocéphales, peuple dont nous savons qu’il est mythique, et qui, par une coutume de sa noblesse, allongeait par la contrainte la forme des têtes des enfants. Puis l’allongement se continua par hérédité, (avant d’ailleurs que de se perdre), tant, comme dit Hippocrate, la nature vient en aide à la coutume (ἡ φύσις ζυμβάλλεται τῷ νόμῳ). Il y a là en germe une rêverie sur la forme, sur la relation entre la forme et le naturel, sur la plasticité du vivant, sur la forme et le vivant, qui est reprise constamment dans les siècles. Transposons un peu. Cela veut dire que cet aspect génétique est déjà ambigu, ou plutôt qu’il y a déjà de la culture dans la nature héritée des Grecs. Cette genèse permet un certain nombre de glissements.

« Dans la Grèce… », écrit Winckelmann, « ainsi que dans les pays orientaux, l’art a commencé par une extrême simplicité ; d’où il résulte que les Grecs, au lieu d’en avoir emprunté le germe des autres nations pourraient bien en être les inventeurs, et l’avoir cultivé comme une plante naturelle du pays… » [H., p. 7].

  • 16 Winckelmann renvoie au Timée.

27Mais on peut concevoir que si les Grecs ne sont pas à l’origine de toutes les techniques, leur transplantation et leur greffe, dans le climat grec, en ait fait des êtres nouveaux. « Toutes les inventions de peuples étrangers ne vinrent en Grèce, en quelque sorte, que comme une première semence, et reçurent une nature et une forme différentes dans le pays que Minerve16, dit-on, à cause des saisons tempérées qu’elle y avait rencontrées, avait assigné comme séjour aux Grecs. » [G., p. 93]. Cet aspect biologique, ces analogies avec la plante, devaient plaire, bien évidemment, au botaniste passionné qu’est Goethe. Quand Winckelmann écrit : « La cause de la supériorité des Grecs dans l’art doit être attribuée au concours de différentes circonstances, telles que l’influence du climat, la constitution politique et la façon de penser de ce peuple, ainsi que la considération dont jouissaient les artistes, et l’emploi qu’ils faisaient des arts » [H., p. 316], il sait bien que la constitution politique et la façon de penser sont, en quelque façon comme il l’exprime ailleurs, déterminées par la nature. C’est donc un être mixte et complexe que le lieu où naît, complexe et mixte elle-même, la belle nature.

28On peut percevoir un certain nombre de choses importantes. D’abord, une idée qui m’est chère. L’histoire de la culture met en évidence la méditation d’un nombre limité de textes particulièrement féconds pour l’imaginaire.

29Ensuite, on voit bien que certes Winckelmann n’a pas une théorie de l’Europe ; mais il va fournir à l’Europe qui va prendre forme, une idéalité de l’Europe qui est la Grèce. Avec Winckelmann, la Grèce, mais celle d’autrefois, celle d’Hippocrate, de Polyclète et de Platon, va redevenir l’essence de l’Europe.

30Je ne vais pas me donner le ridicule d’« expédier » Montesquieu. Michel Lévy (cité par Daremberg, op. cit., p. 325) écrit :

La doctrine de l’influence souveraine des climats, des localités et des institutions, a manifestement inspiré un autre ouvrage non moins admirable que le traité Des airs, des eaux et des lieux, nous voulons parler de l’Esprit des Lois par Montesquieu. Vainement l’auteur se tait sur la source où il a puisé le principe de ses magnifiques développements ; vainement d’Alembert inscrit au frontispice de ce monument littéraire et philosophique du XVIIIe siècle cette épigraphe empruntée d’Ovide : prolem sine matre creatam, la filiation est évidente.

31C’est vrai, le silence de Montesquieu est surprenant. La médecine invoquée n’est plus hippocratique. Mais la théorie, que l’on réduit beaucoup trop souvent, à ce qu’on appelle la « théorie des climats », elle, est hippocratique. Tout le livre XIV de l’Esprit des Lois en est plein. Sans doute n’est-ce pas tant l’Europe qui intéresse comme telle Montesquieu, que le rapport entre les saisons, les espaces, et les institutions en chaque pays.

32Mais l’Europe comme mythe ? A-t-elle connu des prolongements ?

Conclusion

  • 17 Handbuch der alten Geographie, 1re partie in 8°, Leipzig, 1842, p. 171 ; cité par Daremberg Charles (...)

33Au XIXe siècle, on a voulu faire d’Hippocrate un géographe, et même le créateur de la géographie physique. C’est par exemple, la thèse de Forbiger17. « En faisant l’histoire de la géographie », écrit-il, « on ne peut passer sous silence le nom d’un homme qui, sans avoir été un philosophe proprement dit, montre dans tous ses écrits une direction philosophique pratique […] à qui nous sommes redevables du premier ouvrage connu sur la géographie physique : nous voulons parler d’Hippocrate de Cos ». Géographe, certes, mais géographe fautif. Ainsi Malte-Brun, dans son Précis de Géographie universelle, écrit :

  • 18 Paris, 1832, t. II, p. 540 et suiv. ; cité par Daremberg Charles Victor, op. cit., p. 299 et suiv.

N’est-il pas clair […] que l’intention d’Hippocrate n’était point de composer un traité sur les climats physiques, traité dont les matériaux n’étaient pas encore rassemblés de son temps, mais qu’il voulait seulement, par l’exposé de ses observations propres et locales, indiquer à ses successeurs la route à suivre pour en faire de nouvelles ? […] Ainsi, ses observations très intéressantes mais bornées exclusivement aux contrées qui s’étendent de la mer d’Azof jusqu’aux bouches du Nil, et des bords de l’Euphrate aux rives de la Sicile, ont été changées en généralités fausses et dangereuses. […] Hippocrate a-t-il donc avancé des choses fausses ? À Dieu ne plaise que je l’en accuse ! […] Mais il a voulu parler uniquement de certaines contrées de la Grèce ; expliquées dans ce sens toutes ses observations sont justes et profondes. Toutes les côtes occidentales de l’Illyrie, de l’Épire et du Péloponnèse ont en effet le climat inconstant qu’Hippocrate compare à l’automne18.

34Pour Charles Victor Daremberg :

  • 19 Daremberg Charles Victor, op. cit., p. 314.

[…] il ne faut pas oublier […] dans l’appréciation du système d’Hippocrate et de ceux qui l’ont suivi, que la théorie de l’influence des climats et des localités sur le caractère de l’homme devient de moins en moins vraie au fur et à mesure que la civilisation se développe, et que l’homme prend de l’empire sur la nature. Les peuples changent les milieux qu’ils habitent […] Il n’est donc pas douteux qu’Hippocrate était plus dans la vérité que Montesquieu, puisqu’il écrivait dans un temps où, peut-être en Grèce et certainement en Asie, la civilisation n’avait pas encore atteint son point culminant19 […].

35Mais, comme pour Malte-Brun, c’est un point de vue de positiviste, qui mesure le degré de vérité de ce qui est, pour moi, avant tout l’organisation d’une rêverie. Ce que j’ai voulu montrer, dans ce court exposé, c’est la naissance d’un mythe ; naissance qui est, elle, historique ; qui ne fait pas partie d’une vague mythologie.

36L’Europe est restée un mythe grec, comme on le voit encore au début du siècle, à la découverte de Cnossos. Dans un petit livre récent, on nous rapporte ce qu’a représenté, pour Evans et ses contemporains, archéologues, philologues, et public non spécialisé, la découverte de cette civilisation.

37L’auteur de Cnossos, l’archéologie d’un rêve, Alexandre Farnoux, écrit :

  • 20 Farnoux Alexandre, Cnossos, l’archéologie d’un rêve, Paris, Gallimard, 1993, p. 122-123.

Enfin, en découvrant en Crète une civilisation vieille de quarante siècles, l’Europe se découvrait une origine qui pouvait rivaliser avec les plus grandes civilisations de l’Orient : c’est une idée que l’on retrouve partout, dans tous les ouvrages spécialisés ou non. Evans affirme ainsi : « [la Crète] a été à la fois le point de départ et la première étape sur la voie de la civilisation européenne. » Les spécialistes, comme M. Collignon, insistent sur le type nettement européen des personnages représentés sur les fresques. E. Pottier écrit […] à propos de la fresque du Porteur de vase : « On est frappé de la physionomie purement européenne donnée au visage : ces longs cheveux flottants, cet œil largement ouvert, ce profil au nez droit et au menton fort, rappellent le type grec plus que toute autre chose ; les rosaces multicolores du vêtement y ajoutent une étrangeté exotique ; l’attitude du torse prête à la démarche je ne sais quelle fierté barbare. C’est une œuvre imprégnée de souvenirs orientaux, mais elle traduit un “esprit nouveau”. C’est l’entrée en scène de l’Européen. » Le monde minoen offrait ainsi aux Européens du début du siècle une image plus présentable et plus prestigieuse que celle fournie par les vestiges de l’âge du bronze déterrés en Europe continentale. Bien plus, depuis 1894 et la découverte de l’homme de Java, le monde des préhistoriens savait que l’origine de l’humanité n’était pas, contre toute attente, européenne, mais asiatique ; grâce aux découvertes crétoises, l’origine de la civilisation restait cependant sur le Vieux Continent. […] Pottier finissait ainsi sa description du Porteur de vase : « Il est l’ancêtre des races occidentales qui bientôt vont se mesurer avec l’Orient séculaire, le dompter et l’asservir à son tour. Dans sa forte poitrine respire le monde moderne. » Surtout elles permettaient d’établir une continuité de civilisation dont l’Europe aurait été le théâtre depuis des temps immémoriaux. À l’heure des empires coloniaux et des dominions, c’était là un argument qui avait une certaine valeur20.

38Voilà la Grèce, une Grèce antérieure encore à celle d’Hippocrate, une Europe enfouie, qui se cherche comme mythe de l’Europe.

39Or on voit bien tout ce qu’une rêverie organisée, que j’appelle un mythe, peut comporter de dangereux. On voit bien qu’une telle rêverie peut déboucher sur le chauvinisme, et le racisme. Il faut donc procéder à une sorte de catharsis, à laquelle la philologie, l’explication des textes, peut aider l’historien. Il s’agit de replacer les mythes dans leur contexte, d’analyser leur structure, de mettre en évidence ce que j’appellerai, pour reprendre une expression d’Althusser qui parlait d’« impensé » du texte, l’« impensé du mythe » ; finalement l’histoire révèle la structure. Il s’agit de désamorcer les mythes, et de les rendre, apprivoisés, à l’Histoire. Si l’on ne fait pas ce travail d’analyse, au sens thérapeutique du terme aussi bien, on risque de traîner avec soi une robe embarrassante de non-dits pervers.

40Et certes il y a des risques dans la rêverie hippocratique, telle que j’ai pu, rapidement, vous l’exposer.

Notes

1 Anthologie des Littératures Européennes, Mémoires d’Europe, Paris, Gallimard, « Folio », 1993, 3 volumes.

2 Je cite la traduction de Littré. II L 53 indiquant Hippocrate, Œuvres complètes, traduction nouvelle par Émile Littré, Paris, Baillère, 1840, t. II, p. 53.

3 Naturellement, l’Asie, constate Hippocrate, « n’est pas toujours la même. Elle présente des différences » (ibid.).

4 Cf. mon article « Remarques sur l’inné et l’acquis dans le Corpus hippocratique », in Formes de pensée dans la Collection hippocratique. Actes du IVe colloque international hippocratique, éd. proposée par François Lasserre et Philippe Mudry, Genève, Droz, 1983, p. 41 et suiv.

5 Sur 23 emplois de διάφορω, 9 se rencontrent dans notre traité ; sur 6 emplois de διάφορα, nous en avons 2.

6 Chap. 16 = II L p. 62-64.

7 Chap. 19 = II L p. 72.

8 Cité par Daremberg Charles Victor, Œuvres choisies d’Hippocrate, Paris, Baillière, 1855, p. 313.

9 Le sens de καί est délicat. Comme le signale Jean Aubonnet in Aristote, Politique, trad. J. Aubonnet, t. III, Paris, Les Belles Lettres, 1986, p. 174, καί a peut-être le sens de « je veux dire », et introduirait une caractérisation limitative : « en particulier ceux de ». C’est en tout cas l’interprétation de Barthélémy Saint-Hilaire qui traduit : « Les peuples qui habitent les climats froids, les peuples d’Europe » (De la République, II, VI, t. II, p. 41.). L’Europe, dit J. Aubonnet, semble être distinguée ici de l’Hellas, la Grèce, à la différence de Physique V 1, 224b 21, où Athènes est une partie de l’Europe. Sur les relations entre la politique et le milieu, cf. Sénèque, De ira, II 15.

10 Cf. Kant Immanuel, Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative [1763], traduit par Roger Kempf, Paris, Vrin, 1972.

11 Cf. Aristote, Politique, III, 14, 1285a : « Les barbares étant plus serviles quant à leurs caractères, par nature, que les Hellènes, et les peuples d’Asie plus serviles que ceux d’Europe, ils supportent le pouvoir despotique sans aucune gêne. » Sur l’aspect biologique, cf. Aristote, De partibus animalium II, 4, 650b 18 et suiv., Histoire des animaux I, 1, 488b 22 et suiv. Cf. aussi Posidonius, Fragmenta Historicorum Graecorum 87 F 28, 45 et suiv.

12 Winckelmann Johann Joachim, Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke in der Malerei und Bildhauerkunst, traduction Léon Mis, Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture, Paris, Aubier, 1954, p. 117 (cité G).

13 Puissance que la pauvreté d’un assemblage de fiches (comme est l’article de Fink Gonthier-Louis, « La théorie française des climats et sa réception outre Rhin », in Recherches Germaniques, vol. XV, De Bouhours à Herder, 1985, p. 3-62), est bien empêché de faire.

14 Winckelmann Johann Joachim, Histoire de l’art chez les anciens, tome premier (cité H), Paris, chez Bossange, Masson et Besson, 1802.

15 La Grèce doit à la douceur de son climat cet autre bienfait : le sentiment du beau. » Qui dit cela ? Winckelmann ? Non, Glotz Gustave, Histoire Grecque, des origines aux guerres médiques, Paris, PUF, [1925], t. I, p. 15.

16 Winckelmann renvoie au Timée.

17 Handbuch der alten Geographie, 1re partie in 8°, Leipzig, 1842, p. 171 ; cité par Daremberg Charles Victor, op. cit., p. 315.

18 Paris, 1832, t. II, p. 540 et suiv. ; cité par Daremberg Charles Victor, op. cit., p. 299 et suiv.

19 Daremberg Charles Victor, op. cit., p. 314.

20 Farnoux Alexandre, Cnossos, l’archéologie d’un rêve, Paris, Gallimard, 1993, p. 122-123.

Notes de fin

* Texte publié précédemment in Penser l’Europe – Europa denken, Uwe Baumann/Reinhard Klesczewski (éd.) Francke Verlag Tübingen und Basel, 1997, p. 79-89.

Auteur

Professeur émérite de langue et littérature latine à l’université de Nantes, historien de la médecine, titulaire de la Chaire Du Bellay de l’Académie de la Méditerranée et membre honoraire de l’Institut universitaire de France, il poursuit sa recherche dans trois principaux domaines pour lui liés : l’histoire de la pensée médicale, l’histoire de l’imaginaire culturel et l’histoire de la psychiatrie. Outre ses nombreux articles, plusieurs ouvrages attestent de son intérêt pour l’esthétique, l’éthique, le poétique et la philosophie dans la littérature latine et grecque, dont : sa thèse d’État La malad ie de l’âme. Étude sur les relations de l’âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique, Les Belles-Lettres, 1981 (Prix Saintour de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1982, 2006) ; Folie et cures de la folie chez les médecins de l’antiquité grécoromaine, Les Belles Lettres, 1987, 20102 (traduction italienne 1995) ; L’Art et le Vivant, NRF, Gallimard, 1995 ; Poésie du corps, Payot-Rivages, 1999, rééd. 2009 (traduction en coréen, 2005) ; Les Loges de Philostrate, Nantes, Le Passeur, 2003 (rééd. 2012, traduction italienne 2010) ; De la mélancolie : fragments de poétique et d’histoire, Dilecta, 2005 ; La crise, Nantes, éd. Cécile Defaut, 2006 (traduction portugaise, 2009) ; Praxitèle, Dilecta, 2007 ; Poétiques du corps. Aux origines de la médecine, Les Belles Lettres, 2008 ; Melancholia, Le malaise de l’individu, Payot Rivages, 2008, Prix de Littérature et de Philosophie de l’Académie Française, prix Biguet, 2009. Co-fondateur du Centre François Viète d’histoire des sciences et des techniques et co-directeur du Séminaire Littérature, Médecine et Société à l’université de Nantes (12 publications), organisateur des Entretiens de La Garenne Lemot, consacrés aux rapports entre l’Antiquité et le XVIIIe siècle (21 Entretiens tenus), il doit aussi sa notoriété à ses traductions et commentaires d’Aristote (L’homme de génie et la mélancolie, 1988 ; La vérité des songes, 1995), de Longin (Du Sublime, 1991), de Sappho (Poèmes, traduction du grec, 2004) ou encore de Lucrèce (Les Épicuriens, Gallimard, La Pléiade, 2010, Prix Desrousseaux, 2011). jackie.pigeaud@univ-nantes.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540