Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

Première partie. Les métamorphoses spatio-temporelles du « néo »

Chapitre II. Tradition et modernité : les retours à l’ordre dans les années vingt du XXe siècle italien

Antonio Saccone
Traduction de Iris Chionne et Karine Martin-Cardini

Texte intégral

11. L’objet de mon enquête est de dresser la carte extrêmement variée des néoclassicismes et des poétiques des années Vingt du siècle dernier que l’on peut inscrire, à divers titres, sous le signe du rappel à l’ordre. Cette carte ne concerne pas que le domaine littéraire : songeons, pour ce qui est des arts figuratifs, à la revue Valori Plastici, orientée dès le début vers le rappel à l’ordre, à travers la récupération des valeurs transmises par la tradition italienne des XIVe et XVe siècles. Elle se limite encore moins exclusivement à l’aire géographique italienne : évoquons, pour nous en tenir à la France, la revue L’Esprit nouveau, fondée en 1919 par Le Corbusier avec le peintre Amédée Ozenfant et le poète Paul Dermée, qui paraît jusqu’en 1925. Organe et instrument de diffusion du mouvement « puriste », né avec la publication dans la revue du manifeste Après le cubisme, L’Esprit nouveau (terme forgé en 1917 par Apollinaire pour définir le climat culturel parisien de cette période) exprime en peinture une phase de reformulation néoclassique de la recherche cubiste.

  • 1 « [...] dai classici, per i quali, come per noi, l’arte non aveva altro scopo che il diletto, abbia (...)

2Naturellement, je limiterai mon discours au domaine littéraire et à l’espace italien. En général, la version communément admise par les manuels met l’accent sur l’élément unifiant des diverses positions qui tendent à être cataloguées comme les déclinaisons d’un classicisme appelé à nouvelle vie, après et en antithèse avec les belliqueuses manifestations de l’avant-garde futuriste, qui avaient prôné et mis en pratique la volonté de brûler dans la rhétorique foudroyante et frénétique, typique des manifestes, et dans l’immédiateté péremptoire de la nouveauté, tout lien avec la mémoire des aïeux. En réalité, je crois qu’il est plus fructueux de souligner fortement, plutôt que leur coïncidence historique, les divergences d’attitudes intellectuelles et expressives des différentes modalités de ce néo-traditionalisme. Le prudent rapatriement dans le lit de la tradition que marque l’appel à l’« ordre » du classicisme et au substantiel rejet des avant-gardes ainsi que du « désordre » de la modernité dont celles-ci s’avèrent porteuses, constitue l’impératif de la revue La Ronda. Le devoir d’inspection, de surveillance de la discipline littéraire, le halte-là intimé à toute tentative systématique d’attaquer la forteresse de la tradition, l’« humanité », l’exercice désintéressé de l’art1 que l’on y préserve, sont circonscrits par la dénomination même de la revue de Cardarelli, qui apparaît sur la scène littéraire italienne en 1919. Les objectifs polémiques sont avant tout la spectaculaire stratégie de choc des futuristes, mais aussi l’attitude juvénile batailleuse des revues florentines d’avant-guerre : objectifs dictés par une maturité digne et mesurée, désormais acquise. L’allusion contenue dans l’incipit de l’éditorial d’ouverture est fort juste :

  • 2 Ibid. : « A trent’anni la vita è come un gran vento che si va calmando […] O animosa e benedetta gi (...)

À trente ans, la vie est comme un grand vent qui s’apaise […]. Ô jeunesse fougueuse et bénie, adieu ! […] Nous voici donc à présent sur le point d’agir avec prudence2.

3En dérive l’invitation à rentrer sagement dans les rangs et à abandonner tout velléitaire dessein palingénésique :

  • 3 Bacchelli Riccardo, « Dichiarazione monarchica », La Ronda, I, no 4, juillet-août 1919, p. 64-66 p. (...)

Nous sommes des hommes d’ordre aux intérêts spirituels. Et nous ne voulons pas sauver le monde ni proposer de nouveaux ordres, nous n’appelons personne à rien3.

  • 4 [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », art. cité, p. 4 : « parvenus che s’illudono di ess (...)
  • 5 g. pr. [Prezzolini Giuseppe], « Al lettore », La Voce, I, no 9, 11 février 1909, p. 93-94 (p. 94) : (...)

4La normalisation défendue par La Ronda n’a donc pas seulement pour contrepoids l’agitation communicationnelle qui avait alimenté le messianisme volontaire et vitaliste des futuristes, taxés de « parvenus qui croient être doués en plaisantant avec le métier et qui misent sur dix termes ou procédés inusuels quand le caractère héréditaire et la familiarité du langage sont les seules richesses dont peut faire montre un écrivain décent4 ». Outre les tapageuses expérimentations de l’avant-garde, l’opération de contrôle de la mesure littéraire ne peut pas ne pas impliquer la démesure oratoire du dannunzianisme et, en particulier, la démarche culturelle des premiers écrivains de La Voce avec sa fébrilité éthique et activiste (« la Voce qui hurle, siffle, tonne de Florence jusqu’à toi, qui te réveille, te secoue, te met en colère, te fait sourire voire t’indigner, mais qui ne te laisse pas avec le dégoût de la page imprimée qu’on ne lit pas et le bourdonnement de la leçon qu’on n’écoute pas5 » : ainsi s’était exprimé son fondateur, Prezzolini, dans un appel Au lecteur).

  • 6 [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », art. cité, p. 4 : « un simulacro di castità formal (...)

5La restauration néoclassique de Cardarelli et de ses compagnons, avancée pour redessiner « un simulacre de chasteté formelle6 », c’est-à-dire pour garder le goût littéraire à l’abri de toute pollution idéologique et expressive, possède aussi une pars construens fondée sur les paradigmes de Manzoni et de Leopardi (en ôtant à ce dernier son héroïque nihilisme et en le valorisant essentiellement comme modèle stylistique approprié, pour l’élégance de la prose des Operette morali et du Zibaldone). En conformité avec son projet de contrôle du code littéraire, la revue romaine récupère le fragment de La Voce en le convertissant toutefois en un organisme fermé et structuré : sur cette voie les écrivains de La Ronda (notamment Cecchi et Baldini) exhiberont les exercices du début de la prose d’art, du « chapitre », de l’« elzévir », donnant vie à une pratique inédite de l’écriture, si ce n’est à un véritable genre, qui se prolongera, avec de remarquables résultats, jusqu’aux années Trente.

  • 7 En français dans le texte original. N. d. T.

6En remettant à l’honneur d’indiscutables auctores et le respect pour la dignité du métier, pour l’expertise7 technique et linguistique, pour une intonation classiquement méditée, La Ronda révoque de façon programmatique le rapport éthique et volontariste entre art et vie en relançant l’idée de la littérature comme entité autosuffisante déjà promue par La Voce bianca, celle de De Robertis qui avait succédé à La Voce de Prezzolini. L’on ne peut pas parler, toutefois, de recoupement parfait entre les deux perspectives. Dans la revue de De Robertis, l’option pour l’autonomie de la littérature avait transmis une éthique avant même une esthétique. Le recours aux raisons du style s’était rapproché du mystique et de l’ineffable.

  • 8 [Cardarelli Vincenzo], « Discussione su Pascoli », La Ronda, II, no 1, janvier 1920, p. 5-8 (p. 5)  (...)
  • 9 « Incontri e scontri. Vecchio fantasma », La Ronda, I, no 6, 1919, p. 54-55 (p. 54) : « procuratore (...)
  • 10 A. G. [Gargiulo Alfredo], « Incontri e scontri. Stile », La Ronda, III, no 10, octobre 1921, p. 690 (...)
  • 11 Ibid., p. 690-91 : [perché] « non ritenga alcunché del vecchio contenuto linguistico-retorico » ; [(...)

7En somme, si le « retour à l’ordre » proclamé par La Ronda se place sur la ligne de tendance tracée par le responsable de la Seconde Voce, il poursuit par ailleurs le dessein de la stériliser, en la rendant moins problématique, plus aseptisée. Cela explique la méfiance nourrie à l’égard de la recherche intérieure de ce Renato Serra dont en quelque sorte s’était inspiré le cénacle constitué autour de De Robertis. Il est significatif qu’un auteur culte de Serra, Giovanni Pascoli, reçoive un jugement résolument négatif à l’issue d’un débat (qui prend la tonalité d’un véritable référendum) lancé sur sa poésie entre octobre 1919 et janvier 1920 par la revue de Cardarelli. L’écriture du poète romagnol, « résultat de l’application désespérée et compliquée d’une méthode du vide8 », ne peut recevoir l’approbation des partisans de la norme et d’un équilibre classique, fût-il renouvelé. D’après ce que l’on peut lire dans une note de la rédaction, le « style, en plus du reste, est une défense », un barrage, donc, contre l’extérieur, contre toute forme d’hétéronomie mais aussi – pourrions-nous ajouter – de modernité inquiète, liée au tragique effritement du moi et du langage, destiné à créer un artiste « pourvoyeur d’ardents désirs imaginaires » et « corrupteur des mœurs9 ». Ce n’est pas un hasard si un article d’Alfredo Gargiulo s’intitule Stile : dans ce dernier, l’auteur, condamnant « l’exaltation romantique » qui avait animé les velléités propres à l’avant-guerre, en explique les résultats désastreux avec la motivation suivante : « le philosophique dévora même le littéraire10. » « Style », à ne pas confondre – précise Gargiulo – avec cet autre « beau mot “forme” », encore chargé de glorieux mérites, pour l’utiliser dans le sens voulu par les animateurs de La Ronda : pour qu’il « ne garde rien de son ancien contenu linguistique et rhétorique », il faudrait toujours l’écrire en italiques ou entre guillemets, précisément pour répondre « uniquement à une forte exigence de considérer l’art littéraire comme art strictement et exclusivement de la parole11 ».

  • 12 Gobetti Piero, « Illuminismo », Il Baretti, I, no 1, 23 décembre 1924, p. 1 : « certi atteggiamenti (...)

82. L’acception donnée par La Ronda au mot « style » permet d’établir la distinction avec un autre groupe, enclin lui aussi à mesurer sans cesse ses propres gestes éthiques et culturels d’après cette valeur, mais dans le but d’en faire un usage totalement dystonique. Je fais allusion au cercle réuni autour de Piero Gobetti et de ses revues, où la fidélité au mot « style » est le signe non seulement d’une opposition politique absolue à l’Italie de Mussolini, mais aussi d’une intransigeante rigueur culturelle, notamment lorsque l’éditeur turinois, ayant vu se réduire l’espace du combat politique ouvert, resserrera son discours sur la littérature – délaissé durant la saison de sa plus intense activité antifasciste – désormais considéré comme le seul chemin praticable. Le préambule (intitulé de façon significative Illuminismo [Lumières]) avec lequel Gobetti ouvre le numéro inaugural du Baretti en décembre 1924 proclame, en accord avec les argumentations de La Ronda, l’impératif de mettre définitivement en demeure « certaines attitudes incendiaires, avant-gardistes et rebelles » à travers la mise en place d’opportunes et sûres « défenses pour notre littérature trop longtemps restée une proie facile pour les conquérants les plus immodestes et habiles12 ». « Les aspirations confuses », les « messianismes », nourriture de la culture d’avant-garde, de sa volonté autocélébrative de domination, ont favorisé « l’atmosphère d’une nouvelle invasion de barbares », en consacrant « la décadence » : « les hommes de lettres eux-mêmes, habitués aux fantaisies du futurisme et du médiévalisme dannunzien allèrent jusqu’à élever la littérature au rang de guide des États » :

  • 13 Ibid. : « anzi i letterati stessi, usi agli estri del futurismo e del medievalismo dannunziano tras (...)

Avec cette même audace effrontée avec laquelle ils avaient été guerriers en temps de paix, ils revêtirent les habits de cour, heureux d’applaudir au succès et de chanter les louanges de ceux qui règnent13.

  • 14 Ibid. : « dignità prima che la genialità » : la référence polémique à l’anarchisme provocateur et i (...)
  • 15 Ibid. : « la battaglia contro culture e letterature costrette nei limiti della provincia, chiuse da (...)
  • 16 Ibid.

9Néanmoins, la toute récente « prudence » des auteurs de La Ronda n’est certainement pas un point de référence pour l’appel de Gobetti à ôter tout crédit à ces « aventureuses inquiétudes » afin de le rendre à la « dignité, avant la génialité14 », au « ton noble », à la « certitude de valeurs et de convictions », à la solidité de la tradition, précisément parce que cet appel est vécu avec un sentiment de volonté désespérée de résistance, marque également d’une défense de la littérature contre les pièges et menaces de la politique. Dans son texte, Gobetti déclare ne pas vouloir abandonner la « cohérence avec les traditions », mais l’associer – si on veut la mettre en adéquation avec le « nouveau climat » – à « la bataille contre des cultures et des littératures confinées dans les limites du provincialisme, enserrées dans les frontières de dogmes étroits et de petites patries15 ». C’est pourquoi il est productif de chercher le salut non pas tant dans une vision vaguement néoclassique que dans un idéal de littérature passé au crible de la clarté et de la rationalité, c’est-à-dire des « valeurs de civilisation et de Raison » visant à l’acquisition d’un « style européen16 », à coordonner avec de sérieuses attaches à la tradition. Tout à fait différente avait été l’orientation de La Ronda. S’il est vrai que celle-ci, par la voix de son chef de file, avait défini son « classicisme […] métaphorique et à double fond », visant à concilier « les deux termes, apparemment contraires, de classicisme et modernité » et voulant par là exclure de son horizon toute restauration archéologique, n’en demeurent pas moins, pour marquer la différence, les argumentations suivantes apposées presque en clause au programme par Cardarelli :

  • 17 [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », art. cité, p. 6 : « Seguitare a servirci di uno st (...)

Continuer à nous servir d’un style défunt ne voudra pas dire pour nous autre chose que réaliser de nouvelles élégances, perpétuer, en somme, insensiblement, la tradition de notre art. Et nous estimerons ainsi être modernes à l’italienne, sans nous expatrier17.

  • 18 Gobetti Piero, « Illuminismo », art. cité, p. 1 : « avendo assistito alla triste sorte delle speran (...)
  • 19 Sapegno Natalino, « Resoconto di una sconfitta », Il Baretti, I, no 1, 23 décembre 1924, p. 1 : « m (...)
  • 20 Ibid. : « combattere, secondo un saggio ideale conservatore, gli ardori libertari, là dove più pare (...)
  • 21 Ibid. : « scissure e lacune ».
  • 22 Ibid. : « tradizionale classifica italiana, compiuta e rafforzata con i dichiarati entusiasmi per i (...)

10Le projet qui unit les collaborateurs du Baretti (Natalino Sapegno, Sergio Solmi, Eugenio Montale, Leone Ginzburg, etc.) est tout autre : « ayant assisté au triste sort des espoirs disproportionnés, des audaces confiantes, des fièvres de l’activisme », ces jeunes gens ne se reconnaissent pas « dans les conversions, les programmes néoclassiques, les appels spirituels » (qui impliquèrent « classicisme sans classiques, mysticisme sans renoncements, conversions crépusculaires18 ») ; leur objectif se fonde plutôt sur la conscience que doit intervenir, pour recomposer tissu culturel et tissu moral, une optique de remise à jour et de dépassement du provincialisme. Sur la page d’ouverture du premier fascicule du Baretti, à côté de l’éditorial programmatique de Gobetti, paraît également l’important Resoconto di una disfatta de Natalino Sapegno, alors âgé de vingt-trois ans. Professant une foi sans faille dans l’enseignement de Croce, surtout vénéré comme exemple de travail discipliné de médiation, le jeune rédacteur, en accord avec les idées de son directeur, réaffirme le manque de plausibilité de l’esthétisme démiurgique, du désir de rachat et de promotion prônés par les revues florentines d’avant-guerre. La nécessité, implicitement reconnue, de bien garder à l’esprit les raisons du présent, qu’on ne saurait éluder, ne peut se traduire dans l’adhésion aux « mille facettes irisées et changeantes de la scène contemporaine19 ». Les « principes solides et fondamentaux » de Croce ont servi à « combattre, selon un sage idéal conservateur, les ardeurs libertaires, là où elles apparaissaient les plus fausses et pernicieuses : avec eux on étouffait dans l’œuf futurisme et “fragmentisme”, résonances extrêmes et encore vives du mouvement romantique dans notre littérature provinciale20 ». Sapegno reconnaît aussi toutefois chez le philosophe abruzzais « des failles et des lacunes21 » : ses classiques de la tradition italienne s’arrêtent à Foscolo, Manzoni et Leopardi lui étant « étrangers ». Du reste, tout l’article (dont le titre admet que l’on se meut au milieu des débris d’une bataille perdue, à cataloguer et sur laquelle enquêter) est traversé de perplexités inquiètes et problématiques. La Ronda, dont la notion de « classicisme renouvelé », bâti sur la « classification italienne traditionnelle, parachevée et renforcée par l’enthousiasme déclaré pour les grands classiques du XIXe siècle » avait obtenu la confiance de Sapegno, comme il le soutient, a déçu en ne parvenant pas à éliminer « les vieilles tares de notre littérature provinciale », qui « poussaient la critique sur des chemins de traverse, sinon dans des impasses, hors de la grand-route22 ».

  • 23 Gobetti Piero, « Illuminismo », art. cité, p. 1 : « scontentezza di ciò che sembrava materia di ent (...)

11Le désenchantement défensif de Sapegno, à la limite du pessimisme, n’entame pas la mobilisation intellectuelle à laquelle appelle Gobetti qui, partant du « mécontentement envers ce qui semblait matière d’enthousiasme », invoque un apprentissage diligent et prudent de « sagesse quotidienne », nécessaire pour atteindre « un style européen23 ». Dans cette expansion européiste la « province » elle-même peut trouver une place inédite, comme lieu ouvert à la rencontre idéale avec l’Europe éclairée, lieu d’aspiration à la liberté de jugement et de recherche, indispensable à tout homme de sciences et de lettres.

12La référence à l’Europe, aux différentes cultures européennes, reste donc un point inébranlable et dense de signification. Elle est documentée par les interventions sur Proust (de Debenedetti), sur Larbaud et Joyce (de Montale), sur la grande culture russe (de Gobetti et Ginzburg), sur le théâtre expressionniste allemand (de Vincenti), sur Valéry et Conrad (de Caramella), ainsi que par l’attention portée sur les écrivains de frontière, liés à la culture d’Europe centrale, comme Saba et Svevo (analysés et mis en valeur par Sergio Solmi).

  • 24 Mengaldo Pier Vincenzo, Eugenio Montale, in id. (éd.), Poeti italiani del Novecento, Milan, Mondado (...)

133. Le mot « style », associé à l’autre mot-clé, « tradition », apparaît dans le titre de ce que l’on peut considérer comme le premier écrit théorique et critique de Montale. Je veux parler de Stile e tradizione : hendiadys qui exprime l’urgence d’harmoniser autorité des classiques et modernité européenne, en parfait accord avec le programme du Baretti, où paraît l’essai. Stile e tradizione sort dans le fascicule de janvier 1925, année où voit le jour, édité par Gobetti, le premier livre en vers du poète génois, Ossi di seppia. En effet, les débuts poétiques de Montale s’inscrivent dans la perspective intellectuelle suggérée par cet essai, en se présentant comme « œuvre génialement provinciale », scellée dans une architecture équilibrée, bien calibrée et agencée, signe d’un classicisme structurel et métrique, dépourvue de tentations avant-gardistes, mais déjà dotée d’une physionomie psychologique et d’une qualité de composition modernes et très personnelles, tout en se montrant ouverte à « une violence expressive centrifuge, une tendance à la multiplication plurilingue du lexique24 ».

  • 25 Montale Eugenio, Stile e tradizione, in id., Auto da fé, 1966, puis in id., Il secondo mestiere. Ar (...)

14Il est révélateur que l’article de Montale, que l’on peut à bien des égards considérer comme une sorte de préface idéale à ce premier recueil, débute en parfaite harmonie avec les intentions de Gobetti : le poète reprend, en la citant littéralement, une idée exprimée dans l’éditorial avec lequel l’intellectuel turinois avait entamé l’aventure du Baretti, relative à la nécessité de ne pas se limiter à « des discours de condamnation », mais d’œuvrer en accord avec « des esprits rares et des individus originaux », de laisser place à une « volonté de conserver, de réhabiliter, de trouver des alliés25 ».

  • 26 Montale Eugenio, « Non chiederci la parola… », in Ossi di seppia : cf. id., L’opera in versi, éd. c (...)

15Les Ossi di seppia avaient montré un nouveau chemin : au temps de la modernité, une poésie recherchée faisant de la grandeur et de la préciosité son propre signe de reconnaissance ne peut plus être entendue. Le nouveau geste poétique ne peut se fonder sur autre chose que sur une volonté de négation, sur la conscience de sa propre impuissance. On ne peut pas lui demander « une formule qui puisse t’ouvrir des mondes, / plutôt quelque syllabe torte et sèche comme une branche26 ». L’acte poétique ne peut pas donner de réponses sinon avec des mots mutilés, arides, c’est-à-dire tout sauf univoques ou absolus. Néanmoins, la mort de la poésie, l’échec du Je poétique ne produisent pas une érosion formelle. Nous n’assistons pas à la mise en place d’une rhétorique nihiliste, mais d’une capacité à retrouver une identité et du sens à travers le négatif, les débris, les déchets, les contenus pauvres, les instruments d’une écriture anti-rhétorique. C’est ce que démontrent les Ossi di seppia, avec leur coexistence de choix canoniques et d’infractions métriques, signe d’une sagacité expressive, d’une aspiration à renouveler la forme, à sauvegarder le « poétique ».

  • 27 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit, p. 20 : « perdita di fiducia nelle parole ».
  • 28 Ibid., p. 10 : « […] i critici che non vogliono essere da meno si raccomandano quando alla provvide (...)
  • 29 Ibid. : « un gran disprezzo dell’arte » ; « un palese desiderio di pescare nel torbido ».
  • 30 Ibid. : « una letteratura civile, colta e popolare insieme » ; « in solitudine e per pochi ».

16Le Montale essayiste enregistre, alarmé, que « la perte de confiance dans les mots27 », mise en vers par les poètes conscients de la crise des valeurs et des certitudes (on croirait lire une transcription en prose des vers de « Non chiederci la parola… »), a gagné, de façon équivoque, les spécialistes de la critique, influencés par les sirènes irrationnelles du mysticisme religieux, de l’inconscient et de l’instantanéité impressionniste28 : attitudes qui dénotent « un grand mépris pour l’art » et « un désir évident de pêcher en eau trouble29 ». La « simplicité », la « clarté », le « caractère concret » puisés dans l’exemple de Croce, que Montale appelle de ses vœux, servent à la formation d’« une littérature civile, à la fois cultivée et populaire », qu’il n’est possible de réaliser qu’en travaillant « dans la solitude et pour un public restreint30 ».

  • 31 Ibid., p. 11 : « smania che dimostrano gli scrittori esordienti di atteggiarsi a profondi filosofi, (...)

17Tout cela ne signifie pas se reconnaître dans ce « désir qu’ont les écrivains à leurs débuts de jouer les grands philosophes, au-dessus de la mêlée » et qui ne saurait constituer une barrière face au « discrédit répandu et à peine larvé qui touche, dans notre pays, l’homme de lettres et l’intellectuel31 » : précisément parce que de ce discrédit procède et se voit amplifié un tel désir. Ici l’intervention de Montale semble véritablement se présenter comme le point de référence théorique et critique des Ossi di seppia. Songeons au poème déjà cité « Non chiederci la parola », qui met en jeu une interlocution impliquant deux personnes grammaticales, un tu et un nous, preuve de la présence nécessaire d’un lecteur avec lequel communiquer et d’une classe intellectuelle plurielle, reconnue sur la base de sa capacité à interroger la réalité et son propre rôle, sans l’aliénante illusion de devenir un démiurge risible, créateur de recettes salvatrices, aussi étincelantes et mystérieuses que résolutives. Ce n’est pas un hasard, alors, que Montale ait placé Stile e tradizione, quarante et un ans plus tard, en ouverture d’Auto da fé, recueil d’essais, dont plusieurs sont consacrés à la défense de la poésie face à la banalisation étourdissante engendrée par l’énorme quantité de messages, par un marketing envahissant, par l’excitation et la spectacularisation qui caractérisent les phénomènes artistiques contemporains. Le texte de 1925 apparaît véritablement comme un prélude, une sorte d’avant-texte par rapport aux écrits élaborés dans les années Cinquante et Soixante, dans le cadre d’une vitalité envahissante, massifiée et mécanisée. Il suffit de songer à La solitudine dell’artista de 1952, une intervention centrée sur la « solitude et la communication », et notamment à des réflexions comme celle-ci :

  • 32 Montale Eugenio, La solitudine dell’artista, in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, società, op (...)

[…] l’artiste atteint la communication seulement à travers l’isolement […] seuls les isolés parlent, seuls les isolés communiquent ; les autres – les hommes de la communication de masse – répètent, font écho, vulgarisent les paroles des poètes qui aujourd’hui ne sont pas des paroles de foi, mais qui pourront peut-être le redevenir un jour32.

  • 33 Ibid., p. 57 : « l’avvento del totale uomo nuovo » ; « l’avvento del robot, dell’uomo meccanico e l (...)

18La lueur qu’entrevoit Montale, en observant en profondeur la négativité radicale de la condition contemporaine, le désenchantement qu’elle produit, ne peut être créée par « l’avènement de l’homme totalement nouveau » (ce qui signifierait « l’avènement du robot, de l’homme mécanique et la fin de l’art »), ni davantage par « le triomphe de l’homme ancien sur le nouveau » (« ce serait une défaite pire encore »). Sur de telles exclusions se dessine la « cohabitation de ces deux hommes chez l’homme de demain33 », comme cela est déjà implicitement préfiguré dans Stile e tradizione.

  • 34 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 9 : « letterati e insieme confessori di nuove fed (...)
  • 35 Ibid., p. 13 : « Messia, che non verrà ».
  • 36 Ibid., p. 11 : « alle nuove preferiremmo decisamente quelle del passato che hanno una giustificazio (...)
  • 37 Ibid., p. 9 : « processi e requisitorie […] verso il malcostume precedente » ; « l’avventato » et « (...)
  • 38 Ibid., p. 12 : « punto in cui lo lasciarono quei due grandi autori » ; « e parve non vi fosse dopo (...)
  • 39 Montale Eugenio, È ancora possibile la poesia ? in id., Il secondo mestiere. Prose 1920-1979, éd. G (...)
  • 40 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 11 : « furore relativistico e attualistico ».
  • 41 Ibid., p. 10 : « complesso e difficile » ; « resistere alla tentazione di crearsi storici del tempo (...)
  • 42 Ibid., p. 11-12 : « Dove per tradizione non s’intenda un morto peso di schemi, di leggi estrinseche (...)
  • 43 Ibid., p. 13 : « ingenuamente le forme del passato » ; « le apparenze ».
  • 44 Ibid. : « La semplicità dovrà essere ricca e vasta ».
  • 45 Ibid., p. 14 : « rifar la gente ».
  • 46 Ibid., p. 10-11 : « diffuso benessere e confort intellettuale senza cime ma senza vaste bassure » ; (...)
  • 47 Ibid., p. 11 : « costituire il vanto del nostro Paese e non più una solitaria vergogna individuale  (...)
  • 48 Ibid., p. 13-14 : « i poeti dell’ultima illustre triade, malati di furori giacobini, superomismo, m (...)

19Montale, sans aucun doute, œuvre aussi en accord avec le travail mené par La Ronda, lorsqu’il confirme la nécessité d’en poursuivre la polémique contre l’histrionisme démiurgique, les clameurs des futuristes et des premiers animateurs de La Voce (« lettrés et en même temps confesseurs de nouvelles croyances et de nouvelles espérances34 »), qui ont uniquement incité à l’attente d’un « Messie, qui ne viendra pas35 ». Il n’est pas souhaitable de céder aux sirènes des mythologies : de toute façon « aux nouvelles nous préférerions assurément celles du passé qui ont une justification et une histoire36 ». Montale, toutefois, ne manque pas de marquer une distance implicite à l’égard de la revue de Cardarelli, en avertissant que les « procès et réquisitoires […] envers les mauvaises mœurs précédentes » doivent éviter les attitudes « irréfléchies » et « imprécises37 » imputables à La Ronda, qui a proposé une image du classicisme limitée à Manzoni et Leopardi. Choisir un champ aussi restreint revient à suspendre le problème du style au « point où il fut laissé par ces deux grands auteurs », « et il semble qu’après il n’y ait eu qu’abaissement, compromis, dialecte et fausset » : en nette opposition avec le néoclassicisme de Cardarelli, Montale trouve en effet stérile d’isoler Manzoni et Leopardi, et « d’idolâtrer quelques instants cristallins de leur art, considérés dans l’abstrait38 ». Il convient de ne pas afficher de rejet du passé, de ne pas céder à la reconversion pragmatique de la culture, au « besoin frénétique de l’actuel et de l’immédiat39 » (pour reprendre la locution employée par Montale lors du discours tenu en 1975 à l’occasion de la remise du Prix Nobel), à la « fureur du relativisme et de l’actualisme40 » (pour en revenir à Stile e tradizione). En même temps, on ne peut ni ne doit éluder le rapport inévitable aux instances de son temps « complexe et difficile » ; il faut « résister à la tentation de s’ériger en historien et en juge, si ce n’est en justicier, du temps présent41 ». Le poète confirme qu’il est indispensable de se poser avec limpidité et maturité, dans le sillage de la leçon de Croce, le problème de la tradition, qu’il ne faut pas entendre dans le sens restrictif de La Ronda : « Où tradition ne doit pas rimer avec poids mort de schémas, de lois extrinsèques et d’habitudes42. » Répéter « naïvement les formes du passé » en les considérant valables en soi signifie ne conserver du style traditionnel que « les apparences43 ». « La simplicité devra être riche et vaste44 », fruit de l’expérience humaine et intellectuelle. L’objectif n’est pas tant de « refaire les gens45 », que de chercher une entente cordiale avec un public « médian », formé à un « bien-être diffus et à un confort intellectuel sans grandes hauteurs mais sans vastes dépressions », disposé à accepter « l’emploi du sous-entendu et de l’allusion46 ». Sur cet équilibre reposant sur une collaboration civile, la poésie pourra de nouveau « représenter la gloire de notre Pays et cesser d’être une honte solitaire et individuelle47 ». Ce que n’ont pas réussi à réaliser « les poètes de la dernière illustre triade, atteints de fureurs jacobines, de surhommisme, de messianisme et autres tares », à savoir « le style, le fameux style total », peut en revanche être réalisé par un « dilettante de grande classe48 ». Cette dernière argumentation ne peut pas ne pas inciter à évoquer, fût-ce en guise de parenthèse et en distinguant ce qu’il y a à distinguer, le « dilettantisme » comme nouveau modèle de sagesse, légère, anti-systématique, anti-unitaire, sous le signe duquel l’anticonformiste et hétérodoxe Alberto Savinio, lié à La Ronda, placera son activité, visant à confronter sur la trame du moderne le mythe d’un classicisme non classiciste, où puiser des archétypes dénués de poids, fragmentaires, libérés de la fixité de paradigmes absolus, achevés et stables. Dans Nuova enciclopedia, volume de divagations sans conclusions parmi les plus représentatifs de son écriture irrévérencieuse d’essayiste, étonnamment tissé de divagations sans conclusions si l’on songe au “genre” censé le définir, Savinio note, à l’« entrée » Classiques :

  • 49 Savinio Alberto, Classici, in id., Nuova enciclopedia, Milan, Adelphi, 1977, p. 94-96 (p. 95) : « [ (...)

[…] il est bien plus intelligent, profitable et humain, de considérer « les classiques » comme nos semblables, c’est-à-dire comme des hommes faillibles, plutôt que comme des divinités infaillibles ; c’est d’ailleurs une meilleure posture pour les comprendre ; et aussi pour ne pas nous mettre dans la condition de ceux qui ont pour les « classiques » une vénération absolue, tout en ignorant parfaitement leur œuvre49.

  • 50 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 14 : « disincantati, savii e avveduti » ; « immed (...)
  • 51 Montale Eugenio, Intenzioni (Intervista immaginaria), in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, so (...)

20Mais refermons la parenthèse sur l’excentrique et ironique version de Savinio du rappel au classicisme et revenons à Montale, à sa représentation des intellectuels « désenchantés, sages et avisés », qui ne s’intéressent pas à l’« utilisation immédiate de la culture, des polémiques et des diatribes50 ». À une époque où « la confiance dans les mots » a été démantelée, Montale tend, déjà à ce stade, à « tordre le cou à notre vieille langue recherchée », « fût-ce au risque d’une contre-éloquence51 ». Pour rompre avec sa dépréciation, la poésie pourra trouver une issue dans cette tâche que le néoclassicisme à la Cardarelli n’a pas été en mesure d’accomplir, c’est-à-dire en commençant à s’exprimer dans un langage délibérément européen, tout en l’arrimant à notre tradition, en requalifiant en somme la « province » italienne dans une confrontation avec les expériences européennes.

  • 52 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 12 : « Noi riteniamo che il nostro tempo ha comin (...)

Nous considérons que notre temps a commencé en quelque sorte à trouver sa voix et son expression, et nous croyons pouvoir affirmer que les meilleurs hommes d’aujourd’hui seront un jour mieux mis en valeur dans l’histoire de notre Pays, qui ne les exclut pas de leur place de citoyens européens52.

  • 53 Montale Eugenio, Saba, in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, società, op. cit., p. 114-128 p.  (...)
  • 54 Ibid., p. 115 : « compromesso neoclassico ».
  • 55 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 12 : « certo odierno superiore dilettantismo » ; (...)

21Il s’agit de se rapprocher des classiques, d’une manière adaptée à la modernité désormais irrévocable, de façonner une modernité destinée à devenir classique, à revêtir les traits de ce « classicisme sui generis et presque paradoxal53 » dont Montale parlera dans une critique consacrée, en 1926, à la poésie de Saba, à son « compromis néoclassique54 ». D’ailleurs, en indiquant comme précurseur d’un « certain dilettantisme supérieur d’aujourd’hui » « le Foscolo traducteur de Sterne et poète des Grazie55 », l’auteur de Stile e tradizione avait déjà annoncé les lignes d’un classicisme inhabituel, d’une tradition du moderne, à reprendre et à développer ultérieurement.

22Avec une approche différente, Ungaretti contribuera également à tisser la trame d’une tradition du moderne où se conjuguent deux notions antithétiques, tradition et modernité, à créer un classicisme du moderne, nourri d’une nouveauté oxymorique n’oubliant pas le passé. Son essai Verso un’arte nuova classica indique, grâce à chaque élément composant le titre, un trajet culturel et expressif entièrement à entreprendre, mais dont la direction, vers une créativité du présent qui se joue sur la consonance entre renouvellement et forme canonique, invention et norme, est déjà claire. Ungaretti lit la tradition à l’aune du nouveau et reconsidère le moderne comme phase inaugurale d’une tradition nouvelle. Dans l’œuvre d’intégration réciproque entre règle et hasard, regret et désir, un rôle de premier plan sera attribué à deux dieux tutélaires : Pétrarque et Leopardi.

  • 56 Ungaretti Giuseppe, Riflessioni sulla letteratura [1935], in id., Vita d’un uomo. Saggi e intervent (...)

23L’essai d’Ungaretti, publié en mars 1919, l’année où La Ronda voit le jour, constitue une véritable déclaration de poétique, où l’exigence d’un « retour à l’ordre » est exprimée en des termes fort différents du programme de restauration promu à la même époque par la revue La Ronda. En effet, Verso un’arte nuova classica démontre nettement qu’Ungaretti adhère à la reprise d’un idéal classique suggéré par La Ronda, en la déclinant de manière très personnelle, à savoir en refusant un classicisme tourné exclusivement vers le passé, rétif à « accorder de façon moderne un instrument musical ancien56 ».

  • 57 Cf. Saccone Antonio, Ungaretti, Rome, Salerno Editrice, 2012 (cf. notamment le chap. Verso un’arte (...)

24Je ne m’attarde pas davantage sur le texte d’Ungaretti : j’en ai longuement parlé récemment57. Je rappellerai seulement que cet écrit, tout comme le suivant Innocenza e memoria de 1926, légitime l’incontournable exigence d’unir modernité et mémoire, de récupérer l’innocence de la parole poétique en retraversant la profondeur de la mémoire. La revitalisation du classicisme opérée par Ungaretti exhibe, de la sorte, sa propre distance aussi bien de la simple restauration néoclassique typique de La Ronda que de la nouveauté éternellement proclamée par les futuristes : commence alors à se dessiner la poétique destinée à trouver sa représentation dans Sentimento del Tempo. Que cette poétique ne doive pas être confondue avec l’orthodoxie néo-traditionaliste en vogue dans l’Europe de ces années-là est prouvé précisément par les modalités de Sentimento del Tempo, qui s’inspirent du paradigme Pétrarque-Leopardi, par la suite remodelé au cours des années Trente sur une réinvention « européenne » du classicisme qui greffe sur cette ligne Pétrarque-Leopardi le baroque de Góngora, le Shakespeare lyrique, les tragédies de Racine, en la déployant jusqu’aux poètes du Symbolisme français.

Notes

1 « [...] dai classici, per i quali, come per noi, l’arte non aveva altro scopo che il diletto, abbiamo imparato ad essere uomini prima che letterati. Il vocabolo umanità lo vorremmo scrivere nobilmente con l’h, come lo si scriveva ai tempi di Machiavelli, perché si intendesse il preciso senso che noi diamo a questa parola » : [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », La Ronda, I, no 1, avril 1919, p. 3-6 (p. 3) ; « des classiques pour lesquels, comme pour nous, l’art n’avait d’autre but que le plaisir, nous avons appris à être des hommes avant d’être des lettrés. Le terme humanité nous voudrions l’écrire noblement comme on l’écrivait au temps de Machiavel, avec un h, pour que l’on comprenne bien le sens précis que nous donnons à ce mot ».

2 Ibid. : « A trent’anni la vita è come un gran vento che si va calmando […] O animosa e benedetta gioventù, addio ! […] Or dunque eccoci giunti sul punto di agire con prudenza. »

3 Bacchelli Riccardo, « Dichiarazione monarchica », La Ronda, I, no 4, juillet-août 1919, p. 64-66 p. 64) : « Siamo uomini d’ordine e di interessi spirituali. E non vogliamo salvare il mondo né proporre nuovi ordini, non appelliamo di niente a nessuno. »

4 [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », art. cité, p. 4 : « parvenus che s’illudono di essere bravi scherzando col mestiere e giocano la loro fortuna su dieci termini o modi non consueti quando l’ereditarietà e la famigliarità del linguaggio sono le sole ricchezze di cui può far pompa uno scrittore decente ».

5 g. pr. [Prezzolini Giuseppe], « Al lettore », La Voce, I, no 9, 11 février 1909, p. 93-94 (p. 94) : « la Voce che urla, fischia, tuona da Firenze fino a te, e ti sveglia, ti scuote, ti fa arrabbiare, ti fa sorridere e magari indignare, ma non ti lascia con il disgusto della carta stampata non letta e con il ronzio della lezione non ascoltata ».

6 [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », art. cité, p. 4 : « un simulacro di castità formale ».

7 En français dans le texte original. N. d. T.

8 [Cardarelli Vincenzo], « Discussione su Pascoli », La Ronda, II, no 1, janvier 1920, p. 5-8 (p. 5) : « risultato dell’applicazione disperata e complicata di un metodo del vuoto ».

9 « Incontri e scontri. Vecchio fantasma », La Ronda, I, no 6, 1919, p. 54-55 (p. 54) : « procuratore di libidini fantastiche » ; « corruttore di costumi ».

10 A. G. [Gargiulo Alfredo], « Incontri e scontri. Stile », La Ronda, III, no 10, octobre 1921, p. 690-692 (p. 692) : « il filosofico divorò addirittura il letterario ».

11 Ibid., p. 690-91 : [perché] « non ritenga alcunché del vecchio contenuto linguistico-retorico » ; [per rispondere] « soltanto ad un’accentuata esigenza di considerar l’arte letteraria come strettamente, esclusivamente arte della parola ».

12 Gobetti Piero, « Illuminismo », Il Baretti, I, no 1, 23 décembre 1924, p. 1 : « certi atteggiamenti incendiari, avveniristi e ribelli » ; « difese per la nostra letteratura rimasta troppo tempo preda apparecchiata ai più immodesti ed agili conquistatori ».

13 Ibid. : « anzi i letterati stessi, usi agli estri del futurismo e del medievalismo dannunziano trasportarono la letteratura agli uffici di reggitrice di Stati » ; « Con la stessa audacia spavalda con cui erano stati guerrieri in tempo di pace, vestirono abiti di corte felici di plaudire al successo e di cantare le arti di chi regna. »

14 Ibid. : « dignità prima che la genialità » : la référence polémique à l’anarchisme provocateur et iconoclaste de Lacerba, exprimé dans l’« Introibo » sur lequel s’ouvre la revue de Papini et Soffici à travers la défense de l’artiste de « génie », « auquel tout est permis », même « le droit total de se contredire du jour au lendemain » est manifeste : cf. « Introibo », Lacerba, I, no 1, 1er janvier 1913, p. 1.

15 Ibid. : « la battaglia contro culture e letterature costrette nei limiti della provincia, chiuse dalle frontiere di dogmi angusti e di piccole patrie ».

16 Ibid.

17 [Cardarelli Vincenzo], « Prologo in tre parti », art. cité, p. 6 : « Seguitare a servirci di uno stile defunto, non vorrà dire per noi altro che realizzare delle nuove eleganze, perpetuare, insomma, insensibilmente, la tradizione della nostra arte. E questo stimeremo essere moderni alla maniera italiana, senza spatriarci. »

18 Gobetti Piero, « Illuminismo », art. cité, p. 1 : « avendo assistito alla triste sorte delle speranze sproporzionate, delle fiduciose baldanze, delle febbri di attivismo » ; « nelle conversioni, nei programmi neoclassici, negli appelli spirituali » ; « classicismo senza classici, misticismo senza rinunce, conversioni crepuscolari ».

19 Sapegno Natalino, « Resoconto di una sconfitta », Il Baretti, I, no 1, 23 décembre 1924, p. 1 : « mille parvenze iridescenti e mutevoli della scena contemporanea ».

20 Ibid. : « combattere, secondo un saggio ideale conservatore, gli ardori libertari, là dove più parevan perniciosi e falsi : con che si demolivan sul nascere futurismo e frammentarismo, estreme e ancor vive risonanze del moto romantico nella nostra letteratura di provincia ».

21 Ibid. : « scissure e lacune ».

22 Ibid. : « tradizionale classifica italiana, compiuta e rafforzata con i dichiarati entusiasmi per i grandi classici dell’800 » ; « le vecchie tare della nostra letteratura provinciale » ; « spingevano la critica su vie traverse, quando non pure in vicoli ciechi, fuori dalla grande strada maestra ».

23 Gobetti Piero, « Illuminismo », art. cité, p. 1 : « scontentezza di ciò che sembrava materia di entusiasmo » ; « sapienza quotidiana » ; « uno stile europeo ».

24 Mengaldo Pier Vincenzo, Eugenio Montale, in id. (éd.), Poeti italiani del Novecento, Milan, Mondadori, « I Meridiani », 1978, p. 517-531 (p. 522) : « una violenza espressiva centrifuga, una tendenza alla moltiplicazione plurilinguistica del lessico ».

25 Montale Eugenio, Stile e tradizione, in id., Auto da fé, 1966, puis in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, società, éd. Giorgio Zampa, Milan, Mondadori, « I Meridiani », 1996, p. 9-14 p. 9). Dans son intervention programmatique, Gobetti avait écrit qu’à la barbarie « ont tout de même réchappé des esprits rares et des individus originaux » [dalla barbarie « sono pure rimasti immuni spiriti rari e individui originali »], avec lesquels il était nécessaire de « travailler en commun » [« mettere il lavoro in comune »] : « Bref, sous notre langage de condamnation, il y a une volonté de conserver, de réhabiliter, de trouver des alliés » [« Insomma sotto il nostro linguaggio di condanna c’è una volontà di conservare, di riabilitare, di trovare degli alleati »] (Gobetti Piero, « Illuminismo », art. cité, p. 1).

26 Montale Eugenio, « Non chiederci la parola… », in Ossi di seppia : cf. id., L’opera in versi, éd. critique de Rosanna Bettarini et Gianfranco Contini, Turin, Einaudi, 1980, p. 1-104 (p. 27), v. 9-10 : « la formula che mondi possa aprirti, / sì qualche storta sillaba e secca come un ramo » ; trad. fr. de Patrice Angelini, « Ne nous demande pas un mot… », in Os de seiche 1920-1927, Paris, Gallimard, 1966, p. 67.

27 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit, p. 20 : « perdita di fiducia nelle parole ».

28 Ibid., p. 10 : « […] i critici che non vogliono essere da meno si raccomandano quando alla provvidenza, quando a Freud e alla contingenza » ; « les critiques qui ne veulent pas être en reste s’en remettent tantôt à la providence, tantôt à Freud et à la contingence ».

29 Ibid. : « un gran disprezzo dell’arte » ; « un palese desiderio di pescare nel torbido ».

30 Ibid. : « una letteratura civile, colta e popolare insieme » ; « in solitudine e per pochi ».

31 Ibid., p. 11 : « smania che dimostrano gli scrittori esordienti di atteggiarsi a profondi filosofi, al di sopra della mischia » ; « diffuso e appena larvato discredito, in cui è tenuto nel nostro Paese il letterato e l’intellettuale ».

32 Montale Eugenio, La solitudine dell’artista, in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, società, op. cit., p. 54-57 (p. 54 et 56) : « […] l’artista raggiunge la comunicazione solo attraverso l’isolamento […] solo gli isolati parlano, solo gli isolati comunicano ; gli altri – gli uomini della comunicazione di massa – ripetono, fanno eco, volgarizzano le parole dei poeti che oggi non sono parole di fede ma potranno forse tornare ad esserlo un giorno ».

33 Ibid., p. 57 : « l’avvento del totale uomo nuovo » ; « l’avvento del robot, dell’uomo meccanico e la fine dell’arte » ; « il trionfo dell’uomo vecchio sul nuovo » ; « sarebbe una sconfitta peggiore dell’altra » ; « convivenza di questi due uomini nell’uomo di domani ».

34 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 9 : « letterati e insieme confessori di nuove fedi e nuove speranze ».

35 Ibid., p. 13 : « Messia, che non verrà ».

36 Ibid., p. 11 : « alle nuove preferiremmo decisamente quelle del passato che hanno una giustificazione e una storia ».

37 Ibid., p. 9 : « processi e requisitorie […] verso il malcostume precedente » ; « l’avventato » et « il generico ».

38 Ibid., p. 12 : « punto in cui lo lasciarono quei due grandi autori » ; « e parve non vi fosse dopo che abbassamento, compromessi, dialetto e falsetto » ; « idoleggiare alcuni attimi cristallini dell’arte loro, considerati in astratto ».

39 Montale Eugenio, È ancora possibile la poesia ? in id., Il secondo mestiere. Prose 1920-1979, éd. Giorgio Zampa, Milan, Mondadori, « I Meridiani », t. II, p. 3030-3040 (p. 3034) : « bisogno spasmodico dell’attuale e dell’immediato ».

40 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 11 : « furore relativistico e attualistico ».

41 Ibid., p. 10 : « complesso e difficile » ; « resistere alla tentazione di crearsi storici del tempo presente e suoi giudici, se non proprio suoi giustizieri ».

42 Ibid., p. 11-12 : « Dove per tradizione non s’intenda un morto peso di schemi, di leggi estrinseche e di consuetudini ».

43 Ibid., p. 13 : « ingenuamente le forme del passato » ; « le apparenze ».

44 Ibid. : « La semplicità dovrà essere ricca e vasta ».

45 Ibid., p. 14 : « rifar la gente ».

46 Ibid., p. 10-11 : « diffuso benessere e confort intellettuale senza cime ma senza vaste bassure » ; « l’uso del sottinteso e dell’allusione ».

47 Ibid., p. 11 : « costituire il vanto del nostro Paese e non più una solitaria vergogna individuale ».

48 Ibid., p. 13-14 : « i poeti dell’ultima illustre triade, malati di furori giacobini, superomismo, messianesimo e altre bacature » ; « lo stile, il famoso stile totale » ; « dilettante di gran classe ».

49 Savinio Alberto, Classici, in id., Nuova enciclopedia, Milan, Adelphi, 1977, p. 94-96 (p. 95) : « […] è molto più intelligente, e profittevole, e umano trattare “i classici” alla stregua dei nostri simili, ossia come uomini fallibili, che come infallibili divinità ; che è anche una condizione migliore per capirli ; e assieme per non metterci nella condizione di coloro che hanno per i “classici” una venerazione assoluta, ma ignorano perfettamente la loro opera ».

50 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 14 : « disincantati, savii e avveduti » ; « immediata utilizzazione della cultura, del polemismo e delle diatribe ».

51 Montale Eugenio, Intenzioni (Intervista immaginaria), in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, società, op cit., p. 1475-1484, (p. 1480) : « la fiducia nelle parole » ; « torcere il collo alla nostra vecchia lingua aulica » ; « magari a rischio di una controeloquenza ».

52 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 12 : « Noi riteniamo che il nostro tempo ha cominciato in qualche modo a trovare la sua voce e la sua espressione, e crediamo di poter affermare che gli uomini migliori d’oggi saranno un giorno veduti meglio inquadrati nella storia del nostro Paese, che non li esclude dal loro posto di cittadini europei ».

53 Montale Eugenio, Saba, in id., Il secondo mestiere. Arte, musica, società, op. cit., p. 114-128 p. 117) : « classicismo sui generis e quasi paradossale ».

54 Ibid., p. 115 : « compromesso neoclassico ».

55 Montale Eugenio, Stile e tradizione, op. cit., p. 12 : « certo odierno superiore dilettantismo » ; « il Foscolo dello Sterne e delle Grazie ».

56 Ungaretti Giuseppe, Riflessioni sulla letteratura [1935], in id., Vita d’un uomo. Saggi e interventi, éd. Mario Diacono et Luciano Rebay, Milan, Mondadori, « I Meridiani », 1974, p. 274-280 (p. 275) : « accordare modernamente un antico strumento musicale ».

57 Cf. Saccone Antonio, Ungaretti, Rome, Salerno Editrice, 2012 (cf. notamment le chap. Verso un’arte nuova classica, p. 88-100).

Auteur

Professeur de littérature italienne moderne et contemporaine à l’université de Naples « Federico II », auteur de nombreux articles et essais dont certains traduits en français et en anglais, il a publié les ouvrages suivants : Massimo Bontempelli. Il mito del ‘900 (Naples, Liguori, 1979) ; Marinetti e il futurismo (Liguori, 1984 ; 1998) ; L’occhio narrante. Tre studi sul primo Palazzeschi (Liguori, 1987) ; Carlo Dossi. La scrittura del margine (Liguori, 1995 ; 1998) ; « La trincea avanzata » e « la città dei conquistatori ». Futurismo e modernità (Liguori, 2000) ; Futurismo (Rome, Marzorati-Editalia, 2000) ; « Qui vive/sepolto/un poeta ». Pirandello Palazzeschi Ungaretti Marinetti e altri (Liguori, 2008) ; Ungaretti (Rome, ed. Salerno, 2012). Il est co-directeur de la collection d’études critiques Letterature et de la revue La modernità letteraria. Membre de plusieurs commissions d’Habilitation à Diriger des Recherches à l’université de Paris 4-Sorbonne, il a dispensé des cours à l’université de Yale (New Haven, USA) et des enseignements pour l’agrégation à l’université de Paris 4-Sorbonne et à l’université de Nice Sophia Antipolis. Il est actuellement le coordinateur scientifique d’un Projet de recherche d’intérêt national (PRIN) financé par le ministère italien de l’université et de la recherche, sur le thème « Métamorphoses de la tragédie au XXe siècle ». antsacco@unina.it

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540