Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néo

 | 
Karine Martin-Cardini
, 
Jocelyne Aubé-Bourligueux

En guise d’introduction

Une culture des préfixes. Essai linguo-philosophique autour du préfixe « néo »

Serge Zenkine

Texte intégral

  • 1 Cf. la distinction proposée par Roland Barthes dans Critique et vérité (Paris, Le Seuil, 1966) ent (...)

1Les notions des sciences humaines, à la différence de celles des sciences dures, naissent d’ordinaire avant l’élucidation de leur signification. Si les mathématiciens, une fois convenus du sens exact d’un terme, peuvent s’en servir par la suite sans discussions, les philosophes et les historiens ont souvent affaire à des mots qui sont déjà là dans le langage, qui n’ont pas encore été transformés en termes ; les procédures analytiques de ces disciplines tendent à rationaliser ces mots « mythiques », à leur affecter un sens sinon univoque, du moins explicite. Deux voies sont possibles : ou bien construire une définition du terme basée sur son contenu et forcément unilatérale, en admettant la possibilité d’autres définitions concurrentes, ou bien chercher à capter un sens constitué dans sa forme qui – précisément parce qu’elle est présente et reconnaissable dès l’abord dans la pratique langagière – est plus univoque et peut-on dire plus réelle que son contenu symbolique et complexe1. Ici, on essaiera la seconde voie ; et puisqu’une analyse formelle ne peut être que comparative, il faudra parler non de la seule notion de « néo- » mais plus largement, d’une certaine technique ou logique permettant de créer des notions, dont cette notion-là est un exemple et un produit.

2Voilà un fait remarquable de la culture moderne : depuis déjà un siècle, elle préfère nommer ses nouveaux courants avec ce qu’on peut appeler des préfixes culturels. Ce phénomène est récent : jusqu’au XIXe siècle inclus les nouvelles formations culturelles ou artistiques, pour donner des noms aux autres formations et à elles-mêmes, avaient forgé des termes à partir de nouvelles racines. La Renaissance désignait les siècles qui l’avaient précédée comme un moyen âge et l’époque plus lointaine, érigée en modèle, comme l’Antiquité (il s’agit bien entendu d’une nomination après coup : les Grecs anciens ne savaient pas qu’ils étaient « anciens »). Le XVIIIe siècle a pris pour nom et slogan les Lumières. Le romantisme du XIXe siècle a été baptisé d’après les anciens romans, et le socialisme forgeait les noms de ses utopies plus ou moins réelles à partir des termes de la société ou, plus radicalement, de la commune. On constate le même procédé dans de nombreux courants littéraires et artistiques de la fin du XIXe – début XXe siècles, qui par leurs noms et programmes se dissociaient moins des formes déjà en place qu’ils ne s’affirmaient comme des phénomènes inédits : le réalisme, le naturalisme, le symbolisme, le futurisme, l’impressionnisme, l’unanimisme, le modernisme, l’acméisme…

3Après la Première Guerre mondiale, la mode change. Les créateurs de nouveaux termes de culture, soit par manque de nouveaux vocables soit (plus probablement) par sentiment d’inflation et d’usure des termes anciens, mettent en œuvre de plus en plus souvent des procédés de dérivation analytiques et non plus synthétiques. Ils ajoutent à la vieille racine de nouveaux préfixes ou, plus rarement, de nouvelles épithètes remplissant la même fonction – ainsi, on a cru rénover le réalisme en le faisant précéder de l’adjectif socialiste qui, dans l’usage familier de la langue russe, s’est abrégé jusqu’à un pseudo-préfixe : socréalizm. D’ailleurs, c’est un cas plutôt rare ; en revanche, on fait appel systématiquement aux préfixes traditionnels. C’est ainsi qu’on voit apparaître l’expressionnisme (comme une contrepartie de l’impressionnisme) ou de nombreux mots avec le préfixe « néo- » : néoclassicisme, néoromantisme, néoréalisme… Les historiens de l’art ont mis à la mode des noms rétrospectifs, donnés après coup (comme c’était déjà le cas de l’Antiquité) et formés à l’aide de préfixes temporels : proto-Renaissance, préromantisme, postsymbolisme. Les néologismes « à racine », s’ils apparaissent encore, se voient bientôt ajouter des préfixes, souvent avec un sens de dépassement et/ou d’alternative contestataire : postmoderne, poststructuralisme.

4Un destin particulièrement complexe a été celui du préfixe sur-, dans ses variantes nationales : au XIXe siècle il ne s’employait que sporadiquement, chez quelques auteurs particulièrement sagaces et pour désigner précisément un idéal anticipé (le surnaturalisme de Baudelaire, le surhomme de Nietzsche), et au XXe siècle il devient probablement le plus répandu de tous, à commencer par un courant poétique et artistique très influent – le surréalisme – et jusqu’aux nombreux mots, terminologiques ou non, relevant des sphères très diverses mais manifestant la même valorisation du dépassement : supraconductivité, supersonique, super-précision, sverhplanovyj (dépassant le plan, en URSS), surmoi, superman, et même super ! tout court, pour désigner le degré supérieur de quelque chose. Tous ces vocables ne sont pas des termes de culture au sens strict mais ils sont tous connotés positivement, ce qui est l’indice de termes culturellement chargés.

5Usé par l’emploi immodéré, ce préfixe est parfois remplacé par d’autres, synonymiques : tels le relativement rare hyper-(dans la culture des humanités, on ne peut guère citer que l’hyperréalisme), le très populaire post- dont on parlera plus bas ou bien l’élitiste méta-, utilisé surtout dans le langage des intellectuels. En russe, apparu d’abord dans des termes assez rigoureux de métalangage, méta-texte, avtométaopisanije (auto-méta-description), il commence à servir, vers la fin du XXe siècle, d’auto-désignation de plusieurs courants d’avant-garde – métaréalisme, métaphorisme et jusqu’au méta-métaphorisme un peu monstrueux…

6On le voit, la culture du XXe siècle prend le goût de se définir par des préfixes, ce qui nous autorise à faire trois remarques.

71) Ce goût semble traduire l’idée, pas toujours explicite, d’un épuisement historique de la culture, de ce que rien n’est vraiment nouveau dans celle-ci. La préfixation freine la création des nouvelles notions, en faisant remonter – ou en réduisant – les nouvelles notions aux anciennes notions transformées. Mais il y a encore autre chose : le nombre de préfixes dans une langue (et même dans « les langues », si on mobilise les ressources morphologiques des différents idiomes européens) est incomparablement moindre que celui de racines. La préfixation de la pensée culturelle, tout en limitant en tendance la matière de celle-ci à un jeu fixé une fois pour toutes de termes-racines, – limite encore plus les opérations sémantiques par lesquelles on forme de nouveaux vocables à partir des anciens, et qui sont désignées précisément par les préfixes. La mode des préfixes manifeste une volonté de schématisation, de simplification de la culture, l’idée d’achèvement et de calculabilité de celle-ci, finalement de sa mort.

  • 2 Kojève Alexandre, Introduction à la lecture de Hegel [1947], Paris, Gallimard, 1979.

8On n’a pas de peine à suivre la généalogie de cette tendance dans l’histoire des idées modernes. C’est Hegel qui semble se situer à sa source, en donnant le premier une forme logique et sophistiquée aux conceptions eschatologiques et utopiques de la fin de l’histoire. Comme Alexandre Kojève l’a montré2, l’idée de fin de l’histoire, fondamentale dans la Phénoménologie de l’esprit, suppose un épuisement progressif des facultés créatrices de l’esprit (de l’esprit humain, selon l’interprétation kojévienne), et par conséquent la mort de l’homme en tant qu’être producteur et conscient. Remarquablement, pour donner à cette idée une forme logique, Hegel a eu besoin d’un système de préfixation des notions. Il ne s’agit pas en l’occurrence de noms historiques des courants culturels, et l’analyse de ces notions pose un problème difficile pour l’historien de la philosophie ; notons seulement un couple sémantique qui fait partie de ce système et qui est d’une importance cruciale pour la pensée hégélienne – l’opposition de « l’en-soi » (Ansich) et de « pour-soi » (Fürsich). Ces deux expressions extrêmement abstraites, faites de préfixes et de pronoms, caractérisent le processus principal de la dialectique hégélienne, à savoir le passage de l’existence renfermée et irréfléchie à l’état conscient, autrement dit un dépassement de l’être par la conscience. Un siècle après Hegel, Freud a voulu décrire le même processus de prise de conscience, mais sur un plan psychologique et non plus philosophique ; à son tour, il a eu recours aux éléments les plus abstraits et les plus formels de la langue, en l’occurrence aux pronoms plutôt qu’aux préfixes : « Où il était le Ça, le Moi doit advenir » (Nouvelles conférences d’introduction sur la psychanalyse, 1933). On l’a déjà dit, cette construction pronominale inclut encore un préfixe culturel des plus importants, qui désigne un être « excessivement-pris-en-conscience », ou plus précisément « pris-en-conscience-par-d’autres-que-moi » ; l’être qui résulte de cette conscience aliénée s’appelle le Sur-Moi.

9Les exemples cités plus haut laissent supposer que la dénomination préfixale, non seulement assure une économie technique des moyens verbaux, mais charrie également une certaine intuition historiosophique, qui se fait sentir sans cesse tout au long du XXe siècle, dans les utopies totalitaires (d’inspiration marxiste ou nazie) ou bien dans l’idée « post-moderne » de fin de l’histoire, idée dont l’échec des utopies totalitaires a été un point de départ. Et inversement, la formation des idées de fin de l’histoire à l’époque moderne peut être présentée en termes linguistiques, comme une série de manipulations avec les mots, qui mobilisent les éléments formels et auxiliaires de ces derniers au détriment de leurs éléments sémantiques (racines) et qui tendent à constituer la langue en système achevé et clos, susceptible d’être projeté sur les processus historiques réels.

102) La deuxième fonction de la préfixation dans la prise de conscience de la culture contemporaine ressort d’une analyse approfondie des préfixes culturels eux-mêmes : cette analyse portera sur leur sémantique et non seulement sur leur place formelle dans la langue. En effet, des nombreux préfixes dont dispose une langue réelle, seuls quelques-uns sont réellement exploités dans les termes de culture. Leur sélection manifeste une sémantique spéciale qui transparaît, et parfois même est délibérément accentuée, dans les vocables ainsi formés. Prenons comme exemple l’expressionnisme : son préfixe relativement rare dans les termes de culture semble complètement automatisé par ses innombrables emplois dans le langage courant ; c’est comme s’il ne se lisait plus séparément de sa racine. Mais dès qu’on se souvient que dans l’histoire ce terme devait former une opposition avec l’impressionnisme encore récent, une sémantique de « sortir-de » y devient sensible (opposée à celle de « entrer-dans » dans l’impression), qui pouvait avoir été oubliée dans le terme d’esthétique d’expression.

  • 3 Le grand sémioticien russe Iouri Lotman distinguait de la même manière « l’esthétique d’identité » (...)

11« Sortir-de », « franchir les bornes », « dépasser », « transcender », tel est sans doute le dénominateur sémantique commun des préfixes sur-, post-, néo-, hyper-, méta-, etc. Si l’on cherche un méta-préfixe englobant le sens commun conjonctif de tous les autres préfixes, ce serait probablement non-, un préfixe de négation, qui se rencontre quelquefois dans les termes de culture (anarchisme, non-conformisme). L’époque contemporaine, à en juger par ses auto-dénominations, est une époque critique, au sens où les saint-simoniens distinguaient au XIXe siècle des époques critiques et organiques dans l’histoire : elle privilégie l’analyse plutôt que la synthèse (et la présente étude s’inscrit dans la même tendance). La visée consciente de cette époque n’est pas l’identité mais l’opposition3, le dépassement, la négation, la sortie d’un être de ses propres limites. Peut-on dire que cette visée est révolutionnaire ? Parfois oui et parfois non, et son fondement philosophique a été symptomatiquement la dialectique hégélienne, très conséquente dans son affirmation de la négation et qui néanmoins cherche moins une destruction qu’un dépassement, une sauvegarde de ce qui est nié (Aufhebung).

  • 4 On peut expliquer cela par l’agressivité inhérente de la gauche (comprenant les révolutionnaires e (...)

12Dans la pratique courante de la culture, la tendance à cette synthèse « sauvegardante » est illustrée, avec un bien-fondé évidemment inégal, par de nombreux actes d’auto-dénomination. Le plus souvent, les préfixes mis en œuvre ne comportent pas l’idée d’un refus radical et inconditionnel : on rencontre rarement la négation pure avec des préfixes anti- ou contre- : ainsi par exemple, le mot anti-roman, proposé par Jean-Paul Sartre pour nommer une révolution de l’écriture romanesque en France après la Seconde Guerre mondiale, n’a pas survécu, pour céder la place à une autre dénomination de l’école, n’utilisant pas un préfixe mais un adjectif « préfixal » d’une portée plus modérée : Le Nouveau roman. Les termes anti-communisme ou contre-révolution relèvent moins de la culture que de la politique et s’emploient plutôt pour stigmatiser leurs adversaires par ceux qui se déclarent des « communistes » et des « révolutionnaires4 » ; cf. la dénomination antisémitisme que personne ne veut assumer aujourd’hui, même les antisémites les plus notoires…

  • 5 Un cas spécial est celui de l’anti-globalisme : bien que la forme interne du mot semble suggérer u (...)

13Il n’y a semble-t-il qu’un seul cas où la préfixation d’un terme de culture devait exprimer une négation totale, radicale et non dialectique de tout l’establishment : c’est le terme de contre-culture forgé dans les années 1960, d’une portée extrêmement large, car il est difficile d’imaginer un terme plus universel pour décrire ce qui est nié – en effet, il n’y a rien de plus général que la « culture », le terme d’anti-matière étant déjà pris en physique pour désigner, non pas une négation mais un inversement homologique de la matière ordinaire5.

  • 6 Cf. un terme de la critique française des années 1960 : le nouveau Nouveau roman.
  • 7 Selon les termes de Gérard Genette (Seuils, Paris, Gallimard, 1987), c’est un titre thématique, qu (...)

14En revanche, la culture contemporaine fait un grand usage de préfixes exprimant une négation « douce », non-conflictuelle. L’exemple idéal est constitué par les nombreux courants du néo- : néoréalisme, néoclassicisme, néo-avant-garde (une curieuse réduplication, littéralement « nouveau courant d’avant-garde », « nouveau nouveau courant6 » ; d’ailleurs, c’est plutôt une invention des critiques de l’avant-garde, pas une auto-dénomination des avant-gardistes). En déclarant le retour à quelque chose qui a déjà eu lieu, ces termes de culture annoncent en même temps une rénovation, un changement, c’est-à-dire une certaine négation. La même stratégie de compromis (plutôt que de dialectique) est à l’œuvre dans la formation des marques commerciales, où la nouvelle marque se différencie de celles déjà existantes par toutes sortes d’éléments morphologiques formels – le plus souvent postpositifs (des suffixes et des particules, des « + », des adjonctions de chiffres, etc.), tout en gardant leur souvenir dans la racine du mot. La culture artistique et intellectuelle emploie de la même manière le mot nouveau, comme dans l’exemple déjà cité de Nouveau roman, ou bien la nouvelle critique, les nouveaux philosophes, etc. Le journalisme y recourt lui aussi pour baptiser les périodiques : en Russie par exemple, les nouvelles revues, surtout fondées aux époques de changements sociaux, portent traditionnellement des titres dérivés, qui semblent bourgeonner à partir des titres déjà existants : Le Nouveau Satiricon (début du XXe siècle), La Nouvelle Junost’, Les nouvelles Izvestija, Le nouvel observateur littéraire (fin du XXe siècle) ; mais ne correspond pas à ce schéma le Monde nouveau (Novyj mir), une revue fondée dans les années 1920, à l’époque de stabilisation du régime communiste, et ne renvoyant pas à un précurseur mais à l’idéal utopique de l’avenir7. Dans les titres de cette sorte, l’adjectif nouveau remplit une fonction préfixale déjà expliquée plus haut, qui traduit la conjonction la plus abstraite de changement/reprise.

153) La troisième fonction de la préfixation se déduit elle aussi de la liste des préfixes les plus usités dans les termes de culture : on peut la nommer l’immanence des changements. Généralement parlant, les faits de culture reçoivent leurs noms soit du dedans (des agents de culture qui assument eux-mêmes la tendance qu’ils nomment) soit du dehors (des critiques, opposants, dénonciateurs ou simplement historiens de cette même tendance). On connaît bien le phénomène d’appropriation et d’intériorisation des noms reçus du dehors, lorsque les novateurs assument avec fierté le sobriquet dont on les stigmatise (le romantisme, la décadence, le nihilisme, etc.). Aujourd’hui, les noms donnés du dedans (les auto-dénominations) semblent se former le plus souvent à partir des racines, tandis que les noms préfixaux sont forgés par une critique extérieure, pour être éventuellement appropriés dans la suite par les intéressés. Cette tendance peut s’expliquer par le fait que la culture contemporaine (et sa critique) est fortement historique, ce qui l’invite à poser d’emblée, déjà au moment de formation des noms, des ressemblances et des différences entre le fait de culture à nommer et les faits antérieurs. Quoi qu’il en soit, dans la nomination externe la négation et la rénovation de l’objet historique connotées par le nouveau terme sont transcendantes au sujet nommant, celui-ci (critique ou historien) les examinant à distance : la décadence est de sa propre nature « décadente », le néoréalisme rénove lui-même la tradition réaliste, indépendamment de la volonté de ceux qui en traitent. Par contre, dans la nomination interne la transformation de l’objet est immanente au sujet nommant, ce dernier étant performativement impliqué dans ce qu’il institue : nous les « anarchistes », abolissons l’État, dans le mécanisme duquel nous sommes emprisonnés dès la naissance ; nous les adversaires de l’establishment culturel, initialement soumis à son pouvoir, nous nous libérons de cette emprise et créons notre propre contreculture opposée.

16Ce rapport peut être élucidé par le détour d’un problème philosophique plus abstrait, lié lui aussi à l’emploi spécial des préfixes, ce qui confirme une fois de plus l’importance de cet élément « formel » pour la conscience moderne. Dans le discours philosophique français d’aujourd’hui, un rôle important appartient au mot différence qui peut se traduire en russe par deux termes proches mais non équivalents : različije et otličije, opposés par leurs préfixes. Le premier s’associe au verbe različat’(distinguer, discerner) : il y a des éléments à distinguer – et un sujet qui les distingue de l’extérieur ; le second, au verbe réflexif otličat’sja (se distinguer, se différencier) : le sujet subit ou se donne lui-même une distinction, et s’il a un objet extérieur, c’est un objet ou un autre sujet dont il se distingue (« l’adolescent veut se distinguer des autres »). L’acte est transcendant dans le premier cas, immanent dans le second. Pour la pensée post-structuraliste, en accord parfait avec la sémantique préfixale du mot poststructuralisme, c’est le second sens qui semble dominer : disparaît le sujet extérieur qui réalise les différences (qui en prend conscience ou qui les introduit par un effort de pensée), et reste une différence absolue et spontanée, qui a lieu nécessairement au sein de toute entité, même d’apparence unie et primordiale ; qui décèle dans cette entité une articulation « toujours déjà » à l’œuvre. Le néologisme célèbre de différance, forgé par Jacques Derrida, semble dénoter précisément cette auto-différenciation et auto-négation de la présence, qui transforment des choses matérielles en objets quasi-textuels et qui constituent un acte immanent de distinction.

17Le problème de l’immanence nous ramène au préfixe post-. Son évolution étymologique ne suit qu’en partie celle de la plupart des termes de culture : initialement introduit pour la nomination externe d’un « état postmoderne » de la culture, il s’emploie rarement et d’une manière instable dans les auto-dénominations des courants qu’il couvre. Le « post-modernisme » est ressenti, surtout par des écrivains, comme un label collé de l’extérieur, qui ne traduit pas d’une manière adéquate leurs aspirations et qui suscite soit un refus pur et simple, soit des tentatives d’explication et d’élucidation méta-littéraire, en fait de révision (par exemple chez Umberto Eco dans L’Apostille au Nom de la Rose). On en comprend la raison : d’une part, ce terme garde l’idée d’une négation douce et d’un dépassement, idée commune de la plupart des préfixes de culture, d’autre part il rend extrêmement immanent (surimmanent, s’il est permis de réemployer ainsi un autre préfixe de culture) le sens du préfixe en question. Il suppose que la destruction du passé a déjà eu lieu toute seule, par l’œuvre du temps ; la « post-modernité » n’a plus qu’à recycler les restes, et par conséquent les écrivains et les artistes n’ont plus de position de négation transcendante, il n’y a plus de place pour elle. Si l’on en juge par la forme interne du mot – ce qui n’est pas une façon trop arbitraire de juger – l’état de culture caractérisé par le préfixe post-doit se comprendre comme un état d’immanence absolue, où tout ce qui a lieu se passe indépendamment de la volonté des hommes ; comme un état post-historique, un état d’après la fin de l’histoire. Par conséquent, l’homme lui-même y perd son humanité, puisque sa volonté n’a plus aucun impact sur le cours des choses (Alexandre Kojève l’a prédit dès les années 1940).

  • 8 Novoje literaturnoje obozrenije (Nouvel observateur littéraire), no 16, 1995.

18Dans un tel état, les événements et les changements ne peuvent avoir qu’une forme immanente, ne peuvent être que des événements de la vie intérieure de ce qui change. Ils n’ont plus de rapport à la volonté active d’un sujet ni d’influence sur l’existence des autres objets ; ce qui change n’est plus sujet ni objet pour personne, cette opposition catégorielle se trouve abolie. Les formes types de cet auto-changement immanent ont été décrites par Jean Baudrillard dans Les Stratégies fatales (1985) : par exemple la multiplication fractale, comme dans les tumeurs cancéreuses, ou bien l’implosion de l’objet, qui s’effondre en lui-même. Elles font exploser ou imploser l’objet, qui passe d’une plénitude démesurée et illimitée à une vacuité absolue et illimitée elle aussi. Cette pseudo-dialectique, sans développement ni conservation du dépassé, a été constatée, il y a une quinzaine d’années, par l’essayiste russe Mikhail Epstein. D’après lui, différents courants du XXe siècle passent par le même mouvement cyclique, qui va de la sublimation et la maximisation d’un élément abstrait (textualité, socialité, sexualité) à la mise à nu de sa vacuité et de son inauthenticité : de l’hyper- au pseudo-8. Les deux préfixes employés dans ce schéma et qui représentent deux aspects de la notion traduite par le préfixe post-, partagent avec celle-ci la sémantique de négativité immanente ; leur alternance cyclique est comparable aux mouvements d’inflation et de dévaluation, de croissances et de dépressions dans l’économie, qui sont elles aussi spontanées et se produisent sous la pression chaotique des masses, le plus souvent en absence d’une action subjective extérieure voire en dépit de cette action.

19Ainsi, les sens qui se laissent voir dans l’emploi contemporain du préfixe post- ou néo- s’inscrivent dans un champ linguistique plus vaste qui englobe la sémantique et la morphologie d’une série de termes de culture dans différentes langues. Ils tendent tous à simplifier et à clôturer le système linguistique selon l’idée de fin de l’histoire ; ils connotent en même temps une rénovation douce et dialectique de la culture ; ils privilégient souvent des changements immanents sans interaction d’instances subjectives et objectives. On remarque que la première et la troisième tendances contrarient la deuxième : en effet, la nouveauté et la reprise du passé ne sont possibles que dans la mesure où l’histoire se poursuit, où il reste encore une possibilité d’action transcendante, ou plus simplement d’interaction. Cette contradiction révèle une ambiguïté de la « conscience préfixale » moderne. Celle-ci fait coexister et rivaliser d’une part des gestes de négativité immanente, comme dans les préfixes hyper- et pseudo-, et d’autre part ceux de négativité transcendante, désignés par exemple par le préfixe néo- (le néoclassicisme, etc.). Il est vrai que la forme même de la pensée culturelle, qui opère avec des notions très abstraites et anhistoriques, exprimables par des préfixes davantage que par des racines, est en gros traits isomorphe à l’état « postmoderne » (dans l’acception commune de cette notion-là), censé transformer tous les contenus de la culture passée en simulacres indifférents et anonymes. Mais, d’autre part, cette forme ne peut (si elle le peut encore) être reconnue par nous que dans la mesure où elle conserve une « différence », où une autre forme contraire s’y oppose, à savoir la dialectique ; autant dire qu’elle ne couvre pas la totalité du mouvement contemporain.

Notes

1 Cf. la distinction proposée par Roland Barthes dans Critique et vérité (Paris, Le Seuil, 1966) entre la « critique » interprétative et la « science de la littérature » formelle et descriptive.

2 Kojève Alexandre, Introduction à la lecture de Hegel [1947], Paris, Gallimard, 1979.

3 Le grand sémioticien russe Iouri Lotman distinguait de la même manière « l’esthétique d’identité » (à l’œuvre dans le folklore, dans la culture classique) et « l’esthétique d’opposition » qui s’impose avec la modernité.

4 On peut expliquer cela par l’agressivité inhérente de la gauche (comprenant les révolutionnaires et communistes) qui a besoin, pour diriger le tir, d’une désignation bien lisible sinon exacte de ses adversaires.

5 Un cas spécial est celui de l’anti-globalisme : bien que la forme interne du mot semble suggérer une « hostilité globale au monde entier », mais en réalité les membres de ce mouvement poursuivent des buts moins radicaux et plutôt conservateurs (défense de l’originalité et de l’indépendance nationales, menacées par la globalisation). D’où probablement l’instabilité du terme, auquel on préfère souvent celui, moins radical, d’alter-globalisme.

6 Cf. un terme de la critique française des années 1960 : le nouveau Nouveau roman.

7 Selon les termes de Gérard Genette (Seuils, Paris, Gallimard, 1987), c’est un titre thématique, qui désigne l’objet imaginaire de l’édition, et non l’édition même, comme dans le cas des titres rhématiques.

8 Novoje literaturnoje obozrenije (Nouvel observateur littéraire), no 16, 1995.

Auteur

Professeur de littérature comparée et de théorie littéraire, il est directeur de recherche à l’université des sciences humaines (RGGU) de Moscou et président de la Commission de littérature et de culture intellectuelle de la France auprès de l’Académie des sciences de Russie. Spécialiste en littérature française des XIXe-XXe siècles, histoire des idées et sémiotique de la culture, il a publié une dizaine de livres en Russie et en France ; chercheur associé au réseau Barthes, il a également traduit et édité en russe des ouvrages de critique, philosophie et sciences humaines. Parmi ses principales publications en français : « Madame Bovary » et l’oppression réaliste (université de Clermont-Ferrand, 1 996), l’édition annotée du Voyage en Russie de Théophile Gautier (Champion, 2007), L’Expérience du relatif. Le romantisme français et l’idée de culture (Classiques Garnier, 2011). Au nombre de ses publications en russe : La Littérature française, 1945-1990 (collectif), Moscou, Académie des sciences, 1995 (co-direction du volume et chapitres sur P. Emmanuel, J. Genet, G. Bataille, M. Blanchot, R. Barthes) ; Études de littérature française, Ekaterinbourg, 1999 ; Introduction à la théorie littéraire, Moscou, RGGU, 2001 ; Le romantisme français et l’idée de la culture, Moscou, RGGU, 2001 ; Le Sacré sans dieux, Moscou, RGGU, 2012 ; Travaux sur la théorie, Moscou, NLO, 2012. Coordinateur de numéros spéciaux de revues (Nouvel observateur littéraire, Moscou, no 13, 1 996 ; Romantisme, Paris, no 114, 2002), il a également dirigé les recueils La Théorie russe, années 1920 et 1930, Moscou, RGGU, 2002, République des lettres : La France dans la culture intellectuelle d’aujourd’hui, Moscou, 2005, La Notion d’humanisme, expérience russe et française, Moscou, 2006, Théorie et mythologie du livre, Moscou, RGGU, 2007. serge.zenkine@ens-lyon.fr ; serge.zenkine@mtu-net.ru

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540