Version classiqueVersion mobile

Du lin à la toile

 | 
Jean Martin
, 
Yvon Pellerin

Première partie. Le lin et son influence en Trégor

Le statut juridique des routoirs en Bretagne de l’Ancien Régime au xixe siècle

L’exemple du Trégor

Thierry Hamon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quiconque s’intéresse à l’histoire du lin – et, dans une certaine mesure, du chanvre – voit ses pas nécessairement le conduire, un jour ou l’autre, à la découverte des traces matérielles laissées dans la nature par le rouissage, phase importante de cette activité culturale, préalable nécessaire à la production de fils et aux opérations de tissage. Pratiqué dès l’origine de l’exploitation linière, attesté en Picardie et en Normandie au xve siècle1, ses modalités varient selon les lieux et les époques, balançant entre le rouissage par immersion dans l’eau et le rouissage sur prairie, sous l’action conjuguée de la rosée, de la pluie et du soleil.

La première de ces techniques – le rouissage aquatique – a donné lieu à la construction et à l’aménagement de grands bassins ou fosses, appelés rouissoirs, routoirs, ruitoires2, voire même roteurs3, et en breton : stankou lin, gwajou lin, poullou lin, stankou-ogerez, waz ogerezh4 ou encore waï’gerez5. Bien qu’encore fortement présents dans la m...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search