Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge en musique

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond

Auteurs

Texte intégral

1 Olivier Bettens, historien du chant, de la prosodie et de la déclamation, est chercheur indépendant. À l’origine du site [http://virga.org], il a réalisé la première édition en ligne du Jeu de Robin et Marion.

2 Danielle Buschinger, professeur émérite à l’université d’Amiens, spécialiste de littérature médiévale allemande, a publié de nombreux travaux sur Wagner : Le Moyen Âge de Richard Wagner, Amiens, université de Picardie, 2003 (Médiévales, 27) ; Das Mittelalter Richard Wagners. Königshausen und Neumann. Würzburg, 2007 ; Richard Wagner. L’Opéra d’une vie, Genève, Slatkine, 2012 ; « Que reste-t-il du Moyen Âge dans l’Anneau du Nibelungen ? » (à paraître, université de Padoue).

3 Alain Corbellari est professeur de littérature française médiévale à l’université de Lausanne depuis 2003, ainsi qu’à l’université de Neuchâtel depuis 2011. Également compositeur, il a publié en domaine musicologique des articles sur Frank Martin, Charles-Albert Cingria, la mise en musique de la poésie française et Wagner (notices sur ses sources médiévales pour le Dictionnaire Wagner). Auteur de l’essai Les Mots sous les Notes. Musicologie littéraire et poétique musicale dans l’œuvre de Romain Rolland, Genève, Droz, 2010, il prépare actuellement l’édition des écrits sur la musique de Charles-Albert Cingria.

4 Élisabeth Gaucher-Rémond, professeur de langue et littérature françaises médiévales à l’université de Nantes, dirige actuellement l’équipe d’Accueil 4276 qui, sous son nouvel intitulé « L’Antique, le Moderne », s’attache tout particulièrement aux questions de la mouvance et de la réception. Ses recherches, principalement consacrées à l’historiographie ou aux figures historico-légendaires, l’ont amenée à analyser les interférences entre le réel et l’imaginaire et la transcription postmédiévale des œuvres, revisitées et adaptées d’un genre à l’autre. Elle a ainsi pu étudier l’adaptation musicale de Robert le Diable par Meyerbeer.

5 Laurence Harf-Lancner, professeur émérite à la Sorbonne nouvelle-Paris 3, est l’auteur d’ouvrages sur le merveilleux dans l’imaginaire médiéval et la réception de l’Antiquité au Moyen Âge. Elle s’intéresse également aux représentations du Moyen Âge dans l’opéra, particulièrement dans les opéras de Richard Wagner.

6 Anne Ibos-Augé, ancienne élève du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP, histoire de la musique, analyse et esthétique), est docteur en musicologie et agrégée de musique. Elle a enseigné au département de musicologie de l’université de Bordeaux 3, et a fait partie d’ensembles spécialisés dans l’interprétation des musiques anciennes. Auteur d’un ouvrage intitulé Chanter et lire dans le récit médiéval, paru aux éditions Peter Lang en 2010, elle est actuellement chercheur rattaché au laboratoire « Patrimoines et Langages Musicaux » de l’université de Paris 4-Sorbonne et poursuit des recherches sur le répertoire des refrains, les chansonniers de trouvères, et les rapports entre littérature et musique aux XIIIe et XIVe siècles.

7 Christophe Imperiali, après une licence en lettres à l’université de Genève et un séjour comme pensionnaire étranger à l’École Normale Supérieure de la Rue d’Ulm (Paris), a soutenu une thèse de doctorat, en cotutelle entre les universités de Lausanne (littérature française) et Paris 4-Sorbonne (littérature comparée), portant sur le mythe de Perceval à travers ses multiples réécritures. Une bourse post-doctorale lui a permis ensuite de mener une recherche sur l’esthétique du vers libre symboliste. Il est actuellement maître-assistant à l’université de Lausanne. Parmi ses publications en lien avec le présent volume, on peut mentionner plusieurs textes sur Wagner, dont quelques notices dans le Dictionnaire encyclopédique Wagner publié chez Actes Sud. Il a en outre publié quelques articles sur les motifs que le XIXe siècle emprunte au Moyen Âge et quelques autres sur les liens entre musique et poésie dans la période symboliste.

8 Pierre Maréchaux, membre de l’Institut Universitaire de France, membre correspondant de l’Institut d’Études Avancées de Nantes, est professeur de littérature latine à l’université de Nantes. Il a publié une vingtaine de traductions d’auteurs grecs, latins ou néo-latins (Aristote, Straton, Plutarque, Lucien, Sénèque, Pétrarque, Procope de Gaza…). Son champ de recherche traditionnel parcourt les mythographies occidentales, les rhétoriques antiques et modernes et la philosophie ancienne. Pierre Maréchaux est également pianiste et concertiste. À ce titre, il joint à son goût de l’herméneutique ou de l’épistémologie une pratique de la musicologie. Il prépare actuellement, outre un essai sur l’interprétation, un livre sur l’histoire de la similitude dans la tradition occidentale.

9 Isabelle Ragnard est maître de conférences en histoire de la musique médiévale à l’université de Paris 4-Sorbonne et professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP). Elle est membre de l’équipe de recherches « Patrimoines et langages musicaux » (PLM) de Paris 4. Musicologue médiéviste, elle mène ses recherches notamment sur la chanson au Moyen Âge et le théâtre médiéval ainsi que sur l’utilisation de la musique médiévale dans la production artistique contemporaine (enregistrements discographiques, spectacles, cinéma). Ses travaux actuels portent sur les premiers enregistrements discographiques du répertoire médiéval et l’utilisation de la musique du Moyen Âge au cinéma. Dans ce domaine, elle a publié : « La mélodie médiévale de l’« Homme armé » dans le film La Pucelle (1994) de Jacques Rivette », Le Paon d’Héra, no 8 (2011), p. 23-34.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540