Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modernité de Michel Tournier

 | 
Arlette Bouloumié

Cinquième partie. Modernité de Michel Tournier

Michel Tournier et le retour de l’hagiographie

Jacques Poirier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Yo creo que la teología es una rama de la literatura fantástica1 » : pour le dire à la façon de J. L. Borges, on peut avancer qu’avec le temps, l’hagiographie est devenue une branche de la littérature contemporaine. Certes, jusqu’au milieu du XXe siècle, on voit les écrivains catholiques perpétuer la tradition en réécrivant la vie des saints. La Jeanne d’Arc de Claudel2, le Saint Jean Bosco (1948) d’Henri Ghéon, Frère François (1983) de Julien Green, et bien d’autres encore, montrent que cette forme répond à une attente – l’attente d’un monde habité et d’un sacré à portée de récit. Pour cette raison, de tels récits, qui se veulent les gardiens d’une mémoire, sont demeurés à l’écart de la « modernité », au sens culturel et esthétique (l’histoire des avant-gardes). D’ailleurs, certains écrivains catholiques ont été conscients d’un mal-être. Georges Bernanos qui, dans Sous le soleil de Satan, réécrit librement la vie du curé d’Ars, évoque dans L’Imposture (1927) ce prêtre chargé de r...

Auteur

Professeur de littérature française du XXe siècle à l’université de Bourgogne, après une thèse sur Le Thème du double et les structures binaires dans l’œuvre de Michel Tournier, il a orienté ses recherches dans deux directions. Au carrefour de la littérature et des sciences humaines, il a publié plusieurs collectifs (Portraits de philosophes, 2001 ; Gaston Bachelard et la psychanalyse, 2004 ; Le Style des philosophes, 2007) ainsi que deux ouvrages en nom propre : Littérature et psychanalyse : Les écrivains français face au freudisme (1914-1944) (1998) et Les Écrivains français face à la psychanalyse (1950-2000) (2001).
Du côté de l’imaginaire et des mythes, il a fait paraître plusieurs Actes de colloques, comme L’Âge d’or (1996), Lire l’espace (1996), L’Animal littéraire, ainsi que Judith. Échos d’un mythe biblique dans la littérature française (2004). Il a par ailleurs consacré aux écrivains du XXe siècle de nombreux articles (sur Robbe-Grillet, Doubrovsky, R. Millet, J.-Ph. Toussaint, I. Némirovsky…), ainsi que deux collectifs : Pierre Jean Jouve et Henry Bauchau : les voix de l’altérité (2006) et Claude Louis-Combet : Fluences et influences (2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540