Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Quatrième partie. Gestion des sorties de crise des modèles complémentaires ou contradictoires ?

1859 et 1879-1880 : deux amnisties

Stéphane Gacon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La deuxième moitié du xixe siècle est marquée par deux amnisties importantes, l’une accordée par un décret publié le 16 août 1859, l’autre par deux lois complémentaires promulguées le 3 mars 1879 et le 11 juillet 1880. La première est une amnistie « pleine et entière » accordée par l’Empereur « à tous les individus qui ont été condamnés pour crimes et délits politiques ou qui ont été l’objet de mesures de sûreté générale1 » ; elle met fin aux poursuites contre les républicains et les adversaires du régime, visés par la répression du coup d’État et par la loi de Sûreté générale de 1858, amorçant le tournant libéral de l’Empire. La seconde concerne la Commune de Paris et presque tous les faits qui s’y rapportent, à l’exclusion des crimes d’incendie et d’assassinat. Elle réintègre les communards dans la communauté nationale et marque la prise de contrôle de la République par les républicains. L’amnistie de 1859 est accordée par un décret, l’amnistie de la Commune, par deux lois votées ...

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier (UMR-CNRS 5605).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540