Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Quatrième partie. Gestion des sorties de crise des modèles complémentaires ou contradictoires ?

Un pasteur conciliateur face à la violence : Edmond de Pressensé et la Commune de Paris en 1871

André Encrevé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On le sait, les conciliateurs sont souvent approuvés pour des raisons opposées et tel est le cas du pasteur Édmond de Pressensé (1824-18911). En effet, lors de ses obsèques, plusieurs discours officiels sont prononcés et, comme il est – entre autres – à la fois sénateur inamovible et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, on remarque les allocutions des représentants officiels de ces deux institutions. Pour sa part, le président de l’Académie des sciences morales et politiques, Léon Aucoc (1826-1910), membre du Conseil d’État de 1852 à 1879 – et donc fort conservateur –, évoque une partie de l’activité de Pressensé en 1871 en rappelant : « Il fait plus que blâmer les persécutions dans ses livres […], en face de la Commune triomphante, maîtresse de Paris et montrant sa force par d’odieux attentats, il a publiquement protesté dans un journal contre l’arrestation de l’archevêque de Paris2 […]. » De son côté, le sénateur Ludovic Trarieux (1840-1904), qui sera peu après...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search