Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Quatrième partie. Gestion des sorties de crise des modèles complémentaires ou contradictoires ?

Réprimer et convaincre : le second ministère Richelieu (1820-1821)

Gilles Malandain

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme tous les régimes post-révolutionnaires, la Restauration fut, bon gré mal gré, une tentative de résolution, ou du moins de régulation, du conflit socio-politique né de la Révolution. On sait comment, dès l’été 1815, la monarchie s’emploie à réfréner l’ardeur revancharde des ultras, pour adopter la ligne prudente prônée par Decazes, qui entend réconcilier la nation et la royauté traditionnelle autour d’un libéralisme étroitement censitaire1. La politique du favori de Louis XVIII se heurte toutefois à l’opposition croisée de la gauche libérale et de la droite ultra, dans le cadre du parlementarisme renaissant. Dès la fin de 1819, une orientation à droite se dessine, qu’accélère l’attentat de Louvel le 13 février 1820 : le rappel « aux affaires » du duc de Richelieu accompagne alors une réaction royaliste qui se veut encore mesurée, mais conduit assez logiquement au ministère Villèle, vingt-deux mois plus tard. Pourtant, l’expérience du second ministère Richelieu n’est pas seuleme...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search